Trio Jean-Yves Thibaudet, Lisa Batiashvili, Gautier Capuçon - Mardi 13 novembre 20h30

 
GRANDE SALLE PIERRE BOULEZ – PHILHARMONIE DE PARIS

                     Trio
      Jean-Yves Thibaudet,
Lisa Batiashvili, Gautier Capuçon
        Mardi 13 novembre 20h30
PROGRAMME

Dmitri Chostakovitch
Trio pour piano et cordes nº 1

Maurice Ravel
Trio pour piano, violon, violoncelle

ENTR ACTE

Félix Mendelssohn
Trio pour piano et cordes nº 2

Jean-Yves Thibaudet, piano
Lisa Batiashvili, violon
Gautier Capuçon, violoncelle

FIN DU CONCERT (AVEC ENTR ACTE) VERS 22H25.

        Ce concert sera diffusé en différé sur live.philharmoniedeparis.fr et
        la chaîne Mezzo.
LES ŒUVRES

Dmitri Chostakovitch (1906-1975)
Trio pour piano et cordes nº 1 en ut mineur, op. 8

Date de composition : 1923.
Date de création : le 25 octobre 1923 au cinéma l’Harlequinade de Petrograd, par
Veniamen Sher (violon), Grigori Pekker (violoncelle) et Dmitri Chostakovitch (piano).
Durée : environ 13 minutes.

Ce trio est l’œuvre d’un adolescent d’à peine dix-sept ans, encore élève
au Conservatoire de Saint-Pétersbourg (qui s’appelait alors Petrograd).
Chostakovitch mit à profit un séjour dans un sanatorium en Crimée pour
composer sa première œuvre de musique de chambre, qu’il dédia à
Tatiana Glivenko, la jeune fille dont il était amoureux (raison, peut-être,
pour laquelle il intitula initialement sa partition Poème). La création se
déroula dans des circonstances un peu particulières, puisque l’œuvre
servit d’accompagnement à un film muet. Elle connut encore quelques
exécutions par la suite, mais ne fut publiée qu’en 1983 chez Muzyka, à
partir de plusieurs sources manuscrites incomplètes. La fin de la partie de
piano fut d’ailleurs rédigée par Boris Tichtchenko, élève de Chostakovitch.
Dans les années 1920, le jeune compositeur progressa suffisamment
vite pour négliger d’éditer ce qu’il pouvait regarder comme un devoir
d’étudiant : une écriture instrumentale assez classique, une expressivité
héritée du postromantisme, un unique mouvement de forme sonate
traditionnelle, comportant deux thèmes contrastés. Cependant, on
perçoit déjà les germes de la maturité dans les changements rapides
de tempo et de caractère, les ruptures subites, les mélodies lyriques
teintées d’harmonies acérées et les rythmes obsessionnels. Le papillon
n’avait plus qu’à sortir de sa chrysalide.

Héléne Cao

                                            4
Maurice Ravel (1875-1937)
Trio pour piano, violon et violoncelle

1. Modéré
2. Pantoum : Assez vif
3. Passacaille : Très large
4. Final : Animé

Date de composition : 1914.
Date de création : le 28 janvier 1915 à Paris, lors d’un concert de la S. M. I. salle
Gaveau, par Gabriel Willaume (violon), Louis Feuillard (violoncelle) et Alfredo
Casella (piano).
Durée : environ 28 minutes.

            Le 18 juin 1914, Maurice Ravel écrit à Cipa Godebski :
            « J’ai commencé à travailler au Trio, malgré les réjouissances
            de la St Jean ». Ce n’est que le 18 juillet que le musicien semble
            émerger d’une longue période d’aridité créatrice. « Malgré le
            beau temps, voici trois semaines que le Trio n’avance pas et
            me dégoûte. Mais aujourd’hui, je me suis avisé qu’il n’était
            pas aussi nauséabond…et le carburateur est réparé. »
                                                  Colette, Les Heures longues (1917)

Composé de part et d’autre de la déclaration de guerre, le Trio est com-
mencé le 3 avril 1914 et achevé le 29 août, à Saint-Jean-de-Luz. Ravel,
écarté du service militaire en raison de sa petite taille et de sa constitution
fragile, observe à distance le début du conflit. Le 3 août, il écrit à son ami
Cipa Godebski : « Depuis avant-hier, ce tocsin, ces femmes qui pleuraient et
surtout l’enthousiasme horrible des jeunes gens et tous les amis qui ont dû
partir et dont je n’ai pas de nouvelles. Je n’en peux plus. Ce cauchemar de
toutes les minutes est trop atroce. Je crois que je vais devenir fou ou que je
vais céder à l’obsession. Vous pensez que je ne travaille plus ? Je n’ai jamais
autant travaillé, avec une rage plus folle, plus héroïque. »

                                            5
Ne partageant pas la conviction d’un affrontement bref qui domine dans les
deux camps, il exprime de sombres pressentiments : « Je voulais terminer
mon Trio que j’ai traité en œuvre posthume. Cela ne veut pas dire que j’y ai
prodigué le génie mais bien que l’ordre de mon manuscrit et les notes qui
s’y rapportent permettraient à tout autre d’en corriger les épreuves. »

Comme pour canaliser son angoisse, il revient à une structure classique en
quatre mouvements pour la première fois depuis son Quatuor à cordes (1903) ;
il utilise la forme sonate (Modéré), le scherzo (Pantoum) et une danse
ancienne à trois temps sur basse obstinée (Passacaille). Mais ces références
à la tradition sont perturbées par des idées singulières : rythmes d’origine
basque où la mesure est divisée en groupes de temps irréguliers (premier
et dernier mouvements), allusion à une forme poétique d’origine malaise (le
pantoum dont Baudelaire avait utilisé la structure dans Harmonie du soir). Et
surtout, la transparence de l’écriture et la pudeur de l’expression alternent
avec des sonorités mordantes et une extrême violence. Le mouvement lent,
avec son tempo très étiré, évoque moins une danse qu’une marche funèbre
émergeant des abysses, puis y retournant après une déchirante clameur.
Quant à l’embrasement du Final, faussement solaire, il semble annoncer le
cataclysme qui conclut La Valse et le Boléro. Le 28 janvier 1915, devant un
auditoire peu nombreux, Gabriel Willaume, Louis Feuillard et Alfredo Casella
créèrent, non une œuvre posthume, mais un chef-d’œuvre, assurément.

Hélène Cao

Felix Mendelssohn (1809-1847)
Trio pour piano, violon et violoncelle nº 2 en ut mineur, op. 66

1. Allegro energico e con fuoco
2. Andante espressivo
3. Scherzo : Molto allegro quasi presto
4. Finale : Allegro appassionato

Date de composition : 1845.
Date de création : le 20 décembre 1845 au Gewandhaus de Leipzig, par Ferdinand
David (violon), Franz Carl Wittmann (violoncelle) et Felix Mendelssohn (piano).
Durée : environ 32 minutes.

                                            6
En 1843, le compositeur allemand Louis Spohr dédia sa Sonate pour piano
en la bémol majeur à Mendelssohn. Juste retour des choses, ce dernier
lui dédia son Trio pour cordes et piano n° 2 en ut mineur. Lorsque Spohr
s’arrêta à Leipzig en 1846, lors d’une tournée, les deux hommes jouèrent
cette partition chez Moritz Hauptmann, ainsi qu’un trio de Spohr. On se
plaît à imaginer qu’il s’agissait de celui en fa majeur op.123 (1842), car la
dernière partie de son Scherzo reprend le matériau de l’épisode central :
une idée inhabituelle également présente dans le Scherzo du Trio n° 2 de
Mendelssohn. Spohr se rappellera plus tard avec émotion son départ de
la ville saxonne : Mendelssohn fut « le dernier à courir le long du wagon,
du lent démarrage du train jusqu’à ce que ce ne soit plus possible, et
ses yeux brillant de joie furent la dernière impression que les voyageurs
emportèrent de Leipzig. » Les deux musiciens ne devaient plus se revoir.

Mendelssohn dut également penser à un autre compositeur, Robert Schumann,
dont il cite le mouvement lent du Quintette pour cordes et piano dans
l’Allegro energico e con fuoco. L’Andante espressivo contraste avec la
fièvre du mouvement initial, bien que l’aimable balancement des premières
pages évolue progressivement vers une expression plus passionnée. En
troisième position, le Scherzo vif-argent a valeur de signature et met la
virtuosité des interprètes à rude épreuve. Il faut garder un peu de dis-
tance avec les propos de Mendelssohn, quand il écrit à sa sœur Fanny :
« Le trio est un peu effrayant, à première vue, mais il n’est pas vraiment
difficile à jouer : cherchez et vous trouverez. ». Dans le Finale, après
quelques pages enlevées, le piano expose une mélodie issue du choral
Vor deinen Thron tret ich hiermit (« Devant ton trône, je me présente »),
connue également dans le répertoire luthérien avec les paroles Gelobet
seist du, Jesu Christ (« Sois loué, Jésus-Christ »). D’abord secondaire, elle
devient le cœur du mouvement et atteint son point culminant peu avant
la fin de l’œuvre. Ainsi, comme bien des musiciens romantiques depuis
Beethoven, Mendelssohn associe la tonalité d’ut mineur à un climat sombre
et tragique, point de départ d’une trajectoire dramatique menant à une
conclusion triomphale.

Héléne Cao

                                    7
LE SAVIEZ-VOUS ?

Le trio pour violon, violoncelle et piano

Cet effectif trouve son origine dans la sonate baroque pour violon et
basse continue : la partie de basse était souvent réalisée par un clave-
cin et un violoncelle, lequel doublait la main gauche du clavecin. Entre
la sonate et le trio naissant, les frontières sont donc plutôt floues. En
témoignent par exemple les trios pour violon, violoncelle et piano de
Haydn, où le violoncelle conserve un rôle de doublure de la main gauche
du piano. Beethoven et Schubert ouvrent ensuite de nouvelles perspec-
tives : émancipation du violoncelle, richesse de l’écriture exigeant des
interprètes de première force (le répertoire était jusqu’alors destiné à
des amateurs), structure en quatre mouvements et non plus en trois. Au
xixe siècle, le trio avec piano devient la principale formation de chambre
avec le quatuor à cordes, en particulier grâce à l’intérêt qu’il suscite
chez les compositeurs-pianistes. Des Allemands comme Mendelssohn,
Schumann et Brahms donnent une impulsion décisive, mais les Français
Onslow, Alkan, Lalo, Chausson et Saint-Saëns contribuent aussi à ce que
l’on considère comme l’âge d’or du trio. Même Chopin et Debussy se
laissent tenter ! Aux xxe et xxie siècles, les compositeurs renouvellent les
sonorités en introduisant des modes de jeu contemporains ; ils aiment en
outre se référer à leurs aînés : Brahms dans Brahms-Bildnis de Wilhelm
Killmayer (1976), Schumann dans les Fremde Szenen I-III de Wolfgang Rihm
(achevés en 1984) ou encore Schubert dans les Huit Moments musicaux
de Bruno Mantovani (2008).

Hélène Cao

                                      8
LES COMPOSITEURS

Dmitri Chostakovitch                            essor. Deuxième disgrâce, en 1948, au
Issu d’un milieu musicien, Dmitri               moment du Concerto pour violon écrit
Chostakovitch entre à 16 ans au                 pour Oïstrakh : Chostakovitch est mis à
conservatoire de Saint-Pétersbourg.             l’index et accusé de formalisme. Jusqu’à
Il s’enthousiasme pour Hindemith et             la mort de Staline en 1953, il s’aligne,
Krenek, travaille comme pianiste de             et s’abstient de dévoiler des œuvres
cinéma. Œuvre de fin d’études, sa               indésirables (comme De la poésie
Première Symphonie (1926) soulève               populaire juive). Le funambulisme
l’enthousiasme. Suit une période de             de Chostakovitch face aux autorités
modernisme extrême et de commandes              se poursuit. Après l’intense Dixième
(ballets, musiques de scène et de film,         Symphonie, les officielles Onzième
dont La Nouvelle Babylone). Après               et Douzième (dédiées à « 1905 » et
la Deuxième Symphonie (1927), la                « 1917 ») marquent un creux. L’intérêt
collaboration avec le metteur en scène          se réfugie dans les domaines du
Meyerhold stimule l’expérimentation             concerto (pour violoncelle, écrit pour
débridée du Nez (1928), opéra                   Rostropovitch) et du quatuor à cordes
gogolien tôt taxé de « formalisme ».            (Septième et Huitième). Ces années
Deuxième opéra, Lady Macbeth                    sont aussi marquées par une vie
(créé en 1934) triomphe pendant                 personnelle bousculée et une santé
deux ans, avant la disgrâce brutale             qui décline. En 1960, Chostakovitch
de janvier 1936. On annule la création          adhère au Parti communiste. En
de la Quatrième Symphonie… Mais                 contrepartie, la Quatrième Symphonie
dès 1934 s’amorçait un retour à une             peut enfin être créée. Elle côtoie la
orientation classicisante et lyrique, qui       dénonciatrice Treizième (« Babi Yar »),
recoupe les exigences du « réalisme             source de derniers démêlés avec le
socialiste ». Après une Cinquième               pouvoir. Après quoi Lady Macbeth
Symphonie de réhabilitation (1937),             est monté sous sa forme révisée, en
Chostakovitch enchaîne d’épiques                1963. Chostakovitch cesse d’enseigner,
symphonies de guerre (n o 6 à 9).               les honneurs se multiplient. Mais sa
La célébrissime « Leningrad » (no 7)            santé devient préoccupante (infarctus
devient un symbole, rapidement                  en 1966 et 1971, cancer à partir de
internationalisé, de la résistance au           1973). Ses œuvres reviennent sur le
nazisme. À partir de 1944, le quatuor           motif de la mort. En écho au sérialisme
à cordes, genre plus intime, prend son          « occidental » y apparaissent des thèmes

                                            9
de douze notes. Les réminiscences de              de 1895, précèdent son entrée en 1897
pièces antérieures trahissent le souci            dans les classes d’André Gédalge et de
de conclure son œuvre. Il s’arrête à              Fauré, qui reconnaît immédiatement le
deux concertos pour piano, deux pour              talent et l’indépendance de son élève.
violon, deux pour violoncelle, à quinze           Ravel attire déjà l’attention, notamment
symphonies et quinze quatuors. Poèmes             par le biais de sa Pavane pour une
mis en musique, la Quatorzième                    infante défunte (1899), qu’il tient
Symphonie (dédiée à Britten) précède              pourtant en piètre estime ; mais ses
les cycles vocaux orchestrés d’après              déboires au Prix de Rome dirigent sur
Tsvetaïeva et Michel-Ange. Dernière               lui tous les regards du monde musical.
réhabilitation, Le Nez est repris en 1974.        Son exclusion du concours, en 1905,
Chostakovitch était attiré par le mélange         après quatre échecs essuyés dans les
de satire, de grotesque et de tragique            années précédentes, crée en effet un
d’un modèle mahlérien-shakespearien.              véritable scandale. En parallèle, une
Son langage plurivoque, en seconds                riche brassée d’œuvres prouve sans
degrés, réagit – et renvoie – aux                 conteste aucun son talent (pour piano,
interférences déterminantes entre le              les Jeux d’eau, qui montrent bien que
pouvoir et la musique.                            Ravel n’est pas le suiveur de Debussy
                                                  qu’on a parfois voulu décrire, mais aussi
Maurice Ravel                                     les Miroirs et la Sonatine ; Quatuor à
Né à Ciboure, dans les Pyrénées-                  cordes, Shéhérazade sur des poèmes
Atlantiques, en 1875, Maurice Ravel               de Klingsor). La suite de la décennie
quitte presque immédiatement le Pays              ne marque pas de ralentissement
basque pour Paris où il grandit entouré           dans l’inspiration, avec la Rapsodie
de l’affection et de l’attention de ses           espagnole (pour deux pianos et pour
parents, qui reconnaissent rapidement             orchestre), la suite Ma mère l’Oye, écrite
ses dons pour la musique. Leçons de               d’abord pour quatre mains, ou le radical
piano et cours de composition forment             Gaspard de la nuit, inspiré par Aloysius
donc le quotidien du jeune Ravel, qui             Bertrand. Peu après la fondation de la
entre à 14 ans au Conservatoire de                Société musicale indépendante (SMI),
Paris. Il y rencontre le pianiste Ricardo         concurrente de la plus conservatrice
Viñes, qui allait devenir l’un de ses             Société nationale de musique (SNM),
plus dévoués interprètes, et se forge             l’avant-guerre voit Ravel subir ses
une culture personnelle, où voisinent             premières déconvenues. Achevée en
Mozart, Saint-Saëns, Chabrier, Satie              1907, la « comédie musicale » L’Heure
et le Groupe des cinq. Ses premières              espagnole est accueillie avec froideur
compositions, dont le Menuet antique              et même taxée de « pornographie »,

                                             10
tandis que le ballet Daphnis et Chloé,            français vivant (Debussy est mort en
écrit pour les Ballets russes (1912),             1918) écrit la plupart de ses dernières
peine à rencontrer son public. Le succès          œuvres. Bien que n’accusant aucune
des versions chorégraphiques de Ma                baisse de qualité, sa production ralentit
mère l’Oye et des Valses nobles et                considérablement avec les années,
sentimentales (intitulées pour l’occasion         jusqu’à s’arrêter totalement en 1932.
Adélaïde ou le Langage des fleurs)                En attendant, le compositeur reste actif
rattrape cependant ces mésaventures.              sur tous les fronts : musique de chambre
La guerre, si elle rend Ravel désireux            (Sonate pour violon et violoncelle de
de s’engager sur le front (refusé                 1922, Sonate pour violon et piano de
dans l’aviation en raison de sa petite            1927), scène lyrique (L’Enfant et les
taille et de son poids léger, il devient          Sortilèges, sur un livret de Colette,
conducteur de poids lourds), ne crée              composé de 1919 à 1925), ballet (Boléro
pas chez lui le repli nationaliste qu’elle        écrit en 1828 pour la danseuse Ida
inspire à d’autres. Le compositeur qui            Rubinstein), musique concertante (les
s’enthousiasmait pour le Pierrot lunaire          deux concertos pour piano – Concerto
(1912) de Schönberg ou Le Sacre du                pour la main gauche et Concerto
printemps (1913) de Stravinski continue           en sol – furent élaborés entre 1929
de défendre la musique contemporaine              et 1931). En parallèle, l’homme est
européenne et refuse d’adhérer à la               honoré de tous côtés – on lui offre
Ligue nationale pour la défense de la             notamment la Légion d’honneur en
musique française. Le conflit lui inspire         1920… qu’il refuse – et multiplie
Le Tombeau de Couperin, six pièces                les tournées : Europe en 1923-1924,
dédiées à des amis morts au front qui             États-Unis et Canada en 1928, Europe
rendent hommage à la musique du                   à nouveau en 1932 avec Marguerite
xviiie siècle. Période noire pour Ravel,          Long pour interpréter le Concerto
qui porte le deuil de sa mère bien-               en sol. À l’été 1933, les premières
aimée (1917), l’après-guerre voit la              atteintes de la maladie neurologique
reprise du travail sur le « tourbillon            qui allait emporter le compositeur se
fantastique et fatal » de La Valse,               manifestent : troubles de l’élocution,
pensée dès 1906 et achevée en 1920.               difficultés à écrire et à se mouvoir.
Recherchant le calme, Ravel achète en             Petit à petit, Ravel, toujours au faîte
1921 une maison à Montfort-l’Amaury               de sa gloire, se retire du monde. Une
en Seine-et-Oise, bientôt fréquentée              intervention chirurgicale désespérée
par tout son cercle d’amis : c’est là             le plonge dans le coma, et il meurt en
que celui qui est désormais considéré             décembre 1937.
comme le plus grand compositeur

                                             11
Felix Mendelssohn                                qui donnent la preuve éclatante de
Petit-fils du philosophe de l’Aufklärung         la maturité de son talent. En 1826, il
Moses Mendelssohn, fils du banquier              entre à l’université de Berlin, où il suit
Abraham et de Lea Mendelssohn, le                notamment les cours d’esthétique de
jeune Felix reçoit, comme sa grande              Hegel, mais aussi ceux d’histoire et de
sœur Fanny, une éducation complète.              droit d’Eduard Gans ou de géographie
Leurs parents, juifs convertis au                avec Carl Ritter. Tout semble sourire
protestantisme en 1822, fréquentent              au jeune prodige – ou presque, car
tout ce que Berlin compte d’intellectuels        la création de son opéra Les Noces
et d’artistes de premier plan, comme             de Camacho, en 1827, est un échec
les frères Humboldt, Hegel ou encore             qui le décourage de poursuivre dans
Heine. Leurs premiers cours de musique           cette voie. En 1829, Mendelssohn
sont donnés par leur mère, distinguée            achève sa formation à l’université. Le
pianiste ; puis les deux enfants, qui            11 mars de la même année, il dirige,
manifestent des talents incroyables,             avec l’aide de Zelter et le concours de
sont adressés à Carl Friedrich Zelter.           l’acteur Eduard Devrient, la première
Grand admirateur de Bach que ses                 reprise depuis la mort de Bach de
goûts portent peu vers la modernité en           la Passion selon saint Matthieu, un
musique, celui-ci les présente en 1821           événement qui marque le début de
à Goethe, qui s’empresse de comparer             la redécouverte du cantor et place
Felix Mendelssohn à Mozart. Dès l’âge            Mendelssohn au centre de l’attention.
de neuf ans, le surdoué se produit               Peu après, il entame son « grand tour »,
en public et accumule les œuvres :               ce grand voyage européen destiné
symphonies pour cordes, opéra (Les               à parfaire l’éducation des jeunes des
Deux Précepteurs, pour l’anniversaire            hautes classes européennes. Il découvre
de son père, alors qu’il a douze ans),           à cette occasion l’Angleterre, à laquelle
quatuor à cordes, première symphonie.            le liera toute sa vie un lien spécial (il y
Le virtuose du piano Ignaz Moscheles,            retournera neuf fois et nombre de ses
avec qui Mendelssohn restera lié tout            œuvres seront créées là-bas), mais aussi
au long de sa vie, devient un temps              l’Écosse, ainsi que Vienne et l’Italie, où
son professeur (bien qu’il avoue dans            il rencontre Berlioz. Plusieurs partitions
son journal n’avoir que bien peu à               témoignent de ces impressions de
apprendre à son élève). À la même                voyage : Ouverture « Les Hébrides », les
époque, le jeune homme, qui n’a que              symphonies « Écossaise » (achevée en
seize ans, compose son célèbre Octuor            1842) et « Italienne » (achevée en 1833,
op. 20, bientôt suivi de l’Ouverture du          puis révisée et jamais éditée). Revenu à
Songe d’une nuit d’été, deux œuvres              Berlin, Mendelssohn espère un temps

                                            12
pouvoir succéder à Zelter, mort en                 de la vie du musicien commence
1832, à la tête de la Singakademie ;               entre Leipzig et Berlin, où Frédéric-
mais le projet n’aboutit pas, et il devient        Guillaume IV souhaite la présence de
directeur de la musique à Düsseldorf               Mendelssohn. C’est pour la capitale
en 1833. Par tageant son temps                     prussienne que le compositeur écrit ses
entre l’Angleterre et la cité rhénane,             musiques de scène (dont celle du Songe
il participe à la redécouverte de                  d’une nuit d’été) ainsi que de la musique
Haendel en dirigeant l’oratorio Israël en          religieuse. Mais l’inaboutissement
Égypte. Nommé en 1835 directeur du                 de certains projets du monarque lui
Gewandhaus de Leipzig, Mendelssohn                 permet de retourner à Leipzig, où il
joue dès lors un rôle primordial dans le           fonde en 1843 le Conservatoire. Il s’y
développement artistique de la ville.              entoure d’artiste de premier plan, tels
En collaboration avec l’orchestre du               les Schumann ou les violonistes Joseph
Gewandhaus, dont il fait une phalange              Joachim et Ferdinand David. C’est pour
de premier plan, mais aussi avec l’opéra           ce dernier qu’il compose le Concerto
ou avec le chœur de l’église Saint-                pour violon et orchestre, achevé en
Thomas, il organise d’innombrables                 1844 ; il précède d’autres chefs-d’œuvre
concerts, à l’occasion desquels les                comme l’oratorio Elias ou, du côté de
Leipzigois peuvent entendre aussi bien             la musique de chambre, le Trio avec
ses propres œuvres que celles de ses               piano n° 2 et le Quatuor op. 80, écrit
contemporains, ainsi que des pièces                en mémoire de sa sœur bien-aimée
plus anciennes de Bach, Haendel ou                 Fanny, morte en mai 1847. Avant même
Gluck. En 1839, il crée la « Grande »              que l’œuvre ne soit créée en public,
Symphonie en ut de Schubert, mort                  Mendelssohn meurt, en novembre
dix ans plus tôt, dont Schumann                    de cette même année, à seulement
venait de retrouver le manuscrit. Son              trente-huit ans.
programme chargé n’empêche pas
Mendelssohn de continuer à composer,
sur tous les fronts : oratorio (Paulus
créé en 1836 à Düsseldorf), musique
de chambre (Quatuors op. 44 de 1837-
1838), musique pour piano (divers
recueils de Romances sans paroles, mais
aussi les Variations sérieuses de 1841),
musique pour orchestre (Concerto
pour piano n° 2, Symphonie n° 2 « Chant
de louange »). La dernière décennie

                                              13
LES INTERPRÈTES

Jean-Yves Thibaudet                               la célèbre partie solo de la Deuxième
Pianiste majeur, Jean-Yves Thibaudet              Symphonie « The Age of Anxiety »
évolue depuis plus de trente ans sur la           de Leonard Bernstein et continue à
scène internationale. Son répertoire,             l’interpréter dans le monde entier
en récital, musique de chambre et avec            alors que l’année du centenaire de la
orchestre, s’étend de Beethoven, Liszt,           naissance du compositeur se termine. Il
Grieg, Saint-Saëns à Khachaturian et              l’a jouée avec l’Orchestre symphonique
Gershwin, ainsi qu’aux compositeurs               de Baltimore et Marin Alsop lors de la
contemporains comme Qigang Chen                   première apparition de l’orchestre au
ou James MacMillan. Dès le début de               BBC Proms, et l’interprète également
sa carrière, il se passionne pour les             avec les orchestres philharmoniques
répertoires situés au-delà du classique,          de Los Angeles et Bruxelles ainsi que
allant du jazz à l’opéra, qu’il transcrit         l’Orchestre symphonique de Detroit.
lui-même pour piano. Ses profondes                La saison 2018-19 le voit renouer avec
amitiés professionnelles à travers le             plusieurs amitiés musicales de longue
monde l’ont conduit à collaborer de               date : programme Schumann, Fauré,
manière spontanée et fructueuse avec              Debussy et Enesco avec Midori, tournée
le cinéma, la mode et les arts visuels.           des grandes salles européennes avec
Jean-Yves Thibaudet va ouvrir la saison           Lisa Batiashvili et Gautier Capuçon et
du Seattle Symphony avec le Concerto              nouvelle collaboration avec Gautier
pour piano de Khatchaturian. À l’été              et Renaud Capuçon. Avec Gautier,
2018, une tournée asiatique l’a mené              il interprète également la création
à Taiwan, en Chine et en Corée du                 mondiale d’Éros Athanatos, fantaisie
Sud avec Michael Tilson Thomas et                 concertante pour violoncelle et piano du
le National Youth Orchestra. Artiste              compositeur suisse Richard Dubugnon,
en résidence à la Colburn School de               avec le West Australian Symphony
Los Angeles, résidence prolongée de               Orchestra. Il l’interprète également
trois ans, il exprime sa passion pour             avec l’Orchestre Symphonique d’Anvers
l’éducation et le soutien de jeunes               en Belgique, au Klavier-Festival Ruhr
talents à travers la bourse d’études              et avec l’Orchestre Philharmonique
« Jean-Yves Thibaudet », créée afin               de Radio France. Avec l’Orchestre de
d’aider les étudiants sélectionnés de             Cleveland et l’Orchestre symphonique
l’école, quel que soit leur instrument. Il        d’Islande, Thibaudet crée également
a été l’un des premiers interprètes de            le troisième concerto pour piano de

                                             14
James MacMillan. Les autres temps                  Dutoit et l’Orchestre de la Suisse
forts de la saison incluent la Turangalîla-        Romande. Aria – Opera Without Words,
Symphonie d’Olivier Messiaen avec                  sorti la même année, présente des
Marin Alsop et l’Orchestre symphonique             transcriptions d’arias, dont certaines
de Baltimore, ainsi qu’avec Susanna                sont dues au pianiste lui-même. De
Mälkki et l’Orchestre philharmonique               sa passion pour le jazz naissent deux
de Los Angeles. Avec Kent Nagano                   albums avec lesquels il conquiert le
et l’Orchestre symphonique de                      grand public : Reflections on Duke:
Montréal, il part en tournée avec                  Jean-Yves Thibaudet Plays the Music
le Cinquième Concerto pour piano                   of Duke Ellington et Conversations
de Saint-Saëns dans les plus belles                with Bill Evans. Thibaudet a également
salles d’Allemagne : Elbphilharmonie               interprété la bande originale du film de
Hambourg, Philharmonie d’Essen et                  Robin Swicord Wakefield, composée par
celle de Berlin. Sa discographie, riche            Aaron Zigman. Thibaudet a également
de plus de cinquante albums, a reçu                été le soliste de compositions primées
deux nominations aux Grammy Awards,                de Dario Marianelli pour les films
Preis der Deutschen Schallplattenkritik,           Atonement (qui a remporté un Oscar
le Diapason d’Or, le Choc du Monde de              pour la meilleure composition originale)
la Musique, l’Edison Prize et plusieurs            et Pride and Prejudice, et a enregistré
Gramophones Awards. En 2017 a                      la bande originale d’Alexandre
paru The Age of Anxiety de Bernstein               Desplat pour le film Extremely Loud &
avec l’Orchestre Symphonique de                    Incredibly Close, sorti en 2012. Il a fait
Baltimore et Marin Alsop, avec qui                 une apparition dans le film de Bruce
il avait précédemment enregistré                   Beresford consacré à Alma Mahler,
Gershwin, dans des orchestrations jazz             Bride of the Wind. En 2004, il a été
de Rhapsodie in Blue, des variations               président de la prestigieuse vente aux
sur I got Rhythm et le Concerto en fa.             enchères caritatives des Hospices de
En 2016, année du 150e anniversaire                Beaune. Sa garde-robe de concert est
de la naissance d’Erik Satie, Decca                conçue par Dame Vivienne Westwood.
a sor ti un cof fret complet des                   Né à Lyon, Jean-Yves Thibaudet
pièces pour piano solo, dont Jean-                 commence l’étude du piano à l’âge
Yves Thibaudet est l’un des meilleurs              de 5 ans et se produit deux ans plus
interprètes. L’enregistrement des                  tard pour la première fois en public. Il
Deuxième et Cinquième Concertos                    entre à 12 ans au CNSM de Paris, où il
de Camille Saint-Saëns, nommé au                   étudie avec Aldo Ciccolini et Lucette
Grammy Award et paru en 2007, a été                Descaves et y obtient son Premier prix
réalisé avec le concours de Charles                à l’âge de 15 ans. Trois ans plus tard, il

                                              15
est récompensé par les Young Concert               et, pour une tournée européenne en
Artists Auditions de New York. En 2007,            trio avec piano, de Gautier Capuçon
les Victoires de la musique lui décernent          et Jean-Yves Thibaudet. Lors de la
une Victoire d’honneur pour l’ensemble             saison passée, Batiashvili était artiste en
de sa brillante carrière qui lui vaut aussi        résidence de l’Accademia Nazionale di
d’être intronisé, en 2010, dans le Hall of         Santa Cecilia. Avec un programme de
Fame d’Hollywood. En 2012, Jean-Yves               concertos, elle avait sillonné l’Europe
Thibaudet est élevé au grade d’Officier            avec le Gustav Mahler Jugendorchester,
des Arts et des Lettres.                           le Chamber Orchestra of Europe, la
                                                   Staatskapelle de Dresde et le West-
Lisa Batiashvili                                   Eastern Divan Orchestra. Elle s’était
Couronnée de nombreuses                            vu confier la première britannique
récompenses, Lisa Batiashvili a su                 du Concer to pour violon n° 2
conquérir le public comme ses pairs                d’Anders Hillborg, après la création
par la virtuosité et la profondeur de son          mondiale de l’œuvre en 2016, et avait
jeu. La violoniste allemande d’origine             précédemment créé le Concerto n° 1
géorgienne entretient une collaboration            d’Hillborg et celui de Lindberg. Lisa
de long terme avec les meilleurs                   Batiashvili enregistre en exclusivité
orchestres, chefs et solistes. Pour la             chez Deutsche Grammophon. Son
période 2019-21, elle sera directrice              dernier album – Visions of Prokofiev
artistique des Audi Sommerkonzerte                 (Chamber Orchestra of Europe/
d’Ingolstadt. Au cours de cette saison,            Yannick Nezet-Seguin) – a remporté
plusieurs programmes de concerto                   le Prix Opus Klassik et été nominé
l’associent aux Berliner Philharmoniker,           pour les Gramophone Awards 2018.
à l’Orchestre Philharmonique Royal                 Parmi les précédents enregistrements
de Stockholm ainsi qu’aux orchestres               de l’artiste, citons les concertos de
symphoniques de Boston, de Chicago                 Tchaïkovski et Sibelius (Staatskapelle
et de la BBC. Lisa Batiashvili se produit          Berlin/Daniel Barenboim), de Brahms
également en tournée aux États-Unis                (Staatskapelle Dresden/ Christian
avec le Philadelphia Orchestra et en               Thielemann) ainsi que le Concerto n° 1
Europe avec la Camerata Salzburg et                de Chostakovitch (Symphonieorchester
l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia             des Bayerischen Rundfunks/ Esa-Pekka
de Rome. Artiste en résidence 2018-                Salonen). Sont également disponibles
19 de la Münchner Konzertdirektion                 en DVD l’enregistrement en direct du
Hörtnagel, elle s’entoure dans ce cadre            Concerto pour violon n° 1 de Bartók
du Quatuor Ébène, de la Camerata                   (Berliner Philharmoniker/Yannick Nézet-
Salzburg dirigée par François Leleux               Séguin) et celui du Concerto pour violon

                                              16
et violoncelle de Brahms (Gautier               expressive, sa virtuosité exubérante et
Capuçon/ Sächsische Staatskapelle               la sonorité profonde de son violoncelle
Dresden/Christian Thielemann).                  Matteo Goffriller de 1701. Il est artiste
Formée par Ana Chumachenko et Mark              en résidence pour cette saison avec
Lubotsky, Lisa Batiashvili s’est hissée         l’Orquesta de Valencia. Au cours de
sur le devant de la scène internationale        la saison 2018-2019, Gautier Capuçon
à l’âge de seize ans en tant que plus           crée un nouveau concerto pour vio-
jeune participante au Concours Sibelius         loncelle et piano (Dubugnon, Eros
d’Helsinki. Elle a remporté le MIDEM            Athanatos) avec le pianiste Jean-Yves
Classical Award, le Choc de l’année, le         Thibaudet – une pièce écrite pour le
Prix de l’Accademia Musicale Chigiana           duo – avec les orchestres sympho-
de Sienne, le Prix Leonard Berstein du          niques d’Australie Occidentale, Anvers,
Festival du Schleswig-Holstein et le            WDR et l’Orchestre Philharmonique
Beethoven-Ring. Élue instrumentiste             de Radio France. Il sera également
de l’année 2015 par Musical America,            soliste de nombreuses tournées à
elle a été nominée Artiste de l’année           travers le monde avec, entre autres,
2017 par le Gramophone et nommée                l’Orchestre de Chambre de Paris, le
docteur honoraire de l’Académie                 Chamber Orchestra of Europe, les
Sibelius d’Helsinki en 2018. Lisa               orchestres symphoniques de New
Batiashvili réside à Munich et joue le          York, Los Angeles, Munich et le Czech
violon Joseph Guarneri « del Gesu »             Philharmonic, ainsi que les orchestres
(1739) qui lui est généreusement prêté          symphoniques de Chicago, de la NHK
par un collectionneur privé.                    et de Sydney. Gautier Capuçon se
                                                produira également en musique de

                                                                                            Licences E.S. 1-1083294, 1-1041550, 2-1041546, 3-1041547 – Imprimeur : Impro
Gautier Capuçon                                 chambre avec Lisa Batiashvili et Jean-
Gautier Capuçon est un véritable                Yves Thibaudet lors d’une vaste tournée
ambassadeur du violoncelle d’au-                européenne en trio avec piano, ainsi
jourd’hui. Il se produit chaque sai-            qu’avec ses partenaires de récital Frank
son avec les chefs et instrumentistes           Braley, Gabriela Montero, Jean-Yves
les plus renommés du monde. Il                  Thibaudet et Yuja Wang. Au cours de sa
est également depuis 2014 le fon-               carrière, Gautier Capuçon a développé
dateur et directeur artistique de la            des amitiés musicales nombreuses
Classe d’Excellence de Violoncelle de           et solides. Il est invité chaque saison
la Fondation Louis Vuitton à Paris,             par les plus grands orchestres, parmi
dans le nouvel Auditorium conçu par             lesquels les orchestres philharmo-
Frank Gehry. Gautier Capuçon est                niques de Berlin, Vienne, Los Angeles
partout reconnu pour sa musicalité si           et New York, ainsi que les orchestres

                                           17
symphoniques de Chicago, San                       (Concerto nº11 et La Muse et le Poète)
Francisco et Londres. Il travaille avec            avec l’Orchestre Philharmonique de
des chefs d’orchestre comme Lionel                 Radio France/Lionel Bringuier, le
Bringuier, Semyon Bychkov, Gustavo                 Quintette de Schubert avec le Quatuor
Dudamel, Charles Dutoit, Christoph                 Ebène, l’Intégrale des sonates de
Eschenbach, Andrés Orozco-Estrada,                 Beethoven avec Frank Braley. Le pro-
Valery Gergiev, Andris Nelsons, Tugan              chain album de Gautier Capuçon, un
Sokhiev, Paavo Järvi, Myung-Whun                   disque d’œuvres de Schumann avec
Chung et Yannick Nézet-Séguin. Il col-             Bernard Haitink, Martha Argerich et
labore également avec de nombreux                  Renaud Capuçon, paraîtra en janvier
compositeurs contemporains, tels que               2019. Ailleurs, il apparaît à l'écran et
Lera Auerbach, Karol Beffa, Esteban                en ligne dans des programmes tels
Benzecry, Nicola Campogrande,                      que The Artist Academy, Prodiges et
Qigang Chen, Jerome Ducros, Henry                  Now Hear This. En 2013, Deutsche
Dutilleux, Thierry Escaich, Philippe               Grammophon a également édité un
Manoury, Bruno Mantovani, Krzysztof                DVD live de Gautier Capuçon avec
Penderecki, Wolfgang Rihm et Jörg                  les Berliner Philharmoniker et Gustavo
Widmann. En tant que chambriste, il est            Dudamel, dans une interprétation du
invité chaque année à se produire dans             Premier Concerto pour violoncelle de
les plus belles salles et grands festivals,        Haydn. Né en 1981 à Chambéry, Gautier
avec des partenaires tels que Nicholas             Capuçon commence l’étude du violon-
Angelich, Martha Argerich, Daniel                  celle à l’âge de cinq ans avec Augustin
Barenboim, Lisa Batiashvili, Frank Braley,         Lefèbvre et étudie à Paris avec Annie
Renaud Capuçon, Jérôme Ducros, Katia               Cochet-Zakine, Philippe Muller, puis
et Marielle Labèque, Menahem Pressler,             à Vienne avec Heinrich Schiff. Il reçoit
Jean-Yves Thibaudet ou encore les                  plusieurs premiers prix de concours
Quatuors Artemis et Ébène. Artiste                 internationaux, dont le Premier Grand
exclusif chez Erato (Warner Classics),             Prix du Concours International André
Gautier Capuçon a reçu de nombreux                 Navarra à Toulouse.
prix pour ses non moins nombreux                   Gautier Capuçon est représenté dans
enregistrements. Son dernier album,                le monde par HarrisonParrott Ltd
Intuition, est sorti en février 2018, enre-        et en France par l’agence artistique
gistré avec l’Orchestre de Chambre                 Jacques Thelen.
de Paris/Douglas Boyd et le pianiste
Jérôme Ducros. Précédemment sont
parus : Chostakovitch avec l’Orchestre
Mariinsky/Valery Gergiev, Saint-Saëns

                                              18
TOUS MÉCÈNES À LA PHILHARMONIE

           MÉLOMANES,
        REJOIGNEZ-NOUS !
             LES AMIS                              LA FONDATION
 Bénéficiez des meilleures places                          Préparez
  Réservez en avant-première                      la Philharmonie de demain
    Découvrez les coulisses                                 Soutenez
                                                   nos initiatives éducatives
   Participez aux répétitions,
       visites exclusives…

                                                                                Photo : © charles d’Hérouville - Licences ES : 1-1041550, 2-041546, 3-1041547.

VOTRE DON OUVRE DROIT À UNE RÉDUCTION D’IMPÔTS.

Pour en savoir plus :
Les Amis :
Anne-Shifra Lévy
01 53 38 38 31 • aslevy@philharmoniedeparis.fr

Fondation & Legs :
Zoé Macêdo-Roussier
01 44 84 45 71 • zmacedo@philharmoniedeparis.fr
Vous pouvez aussi lire