Activités didactiques pour l'enseignement et l'apprentissage du dictionnaire au primaire

 
Activités didactiques pour l'enseignement et l'apprentissage du dictionnaire au primaire
Activités didactiques pour
l’enseignement et l’apprentissage du
dictionnaire au primaire
MARTIN LÉPINE
Enseignant
Externat Mont-Jésus-Marie (Montréal)
Doctorant en didactique du français
Université de Montréal

Le complément direct
Vivre le primaire, volume 22, numéro 1, hiver 2008-2009

                                                          Page 1 sur 23
Activités didactiques pour l'enseignement et l'apprentissage du dictionnaire au primaire
Le complément direct est une publication virtuelle en
                                    ligne de l’Association québécoise des enseignantes et
                                    des enseignants du primaire (AQEP). Le complément
                                    direct se veut un prolongement à la revue imprimée Vivre
                                    le primaire, la revue trimestrielle de l’AQEP.

                                    Les textes apparaissant dans Le complément direct en ligne n’engagent
                                    que la responsabilité des auteurs et, à moins de mention contraire, ne
                                    constituent pas une prise de position de l’Association québécoise des
                                    enseignantes et des enseignants du primaire. Afin de donner aux auteurs
                                    des articles toute la reconnaissance à laquelle ils ont droit, il importe de
                                    préciser que la reproduction d’articles issus de la présente publication n’est
                                    autorisée qu’à des fins éducatives, en mentionnant la source. En outre, un
                                    article publié depuis plus d’un an dans la revue Vivre le primaire et dans Le
                                    complément direct en ligne peut être reproduit sur un site Web, mais à la
                                    condition d’avoir au préalable obtenu l’accord écrit de l’auteur et de
                                    l’AQEP. L’utilisation du féminin n’a d’autre but que d’alléger les textes.

                                    Rédacteur en chef – Martin Lépine
                                    Directrice administrative – Sandra Thériault
                                    Comité de rédaction – Jacinthe Asselin, Sylvie Bisson, Geneviève
                                        Brassard, Anne Brault-Labbé, Carole Constantin, Louis Laroche,
                                        Martin Lépine, Sandra Thériault, Josée Therrien
                                    Coordonnatrice – Jacinthe Asselin
                                    Correcteurs-réviseurs – Marcel Chabot, Claudette Jarry
                                    Conception de la grille – Martin Lépine
                                    Responsable des communications – Stéphan Lenoir
                                    Infographie – Paquin design graphique
                                    Courriel – vivreleprimaire@aqep.org
 Conseil d’administration
   Stéphan Lenoir, président        Dépôt légal
Sandra Thériault, vice-présidente
 Lise Courtemanche, trésorière      Bibliothèque nationale du Québec
    Julie St-Pierre, secrétaire     ISSN 0835-5169
Martin Lépine, rédacteur en chef
 Josée Therrien, administratrice
 Louise Groleau, administratrice
  Mélanie Paré, administratrice

        Coordonnées
 C.P. 65 002, Place Longueuil
 Longueuil (Québec) J4K 5J4
        (514) 334-6313                                                                                     Page 2 sur 23
         www.aqep.org
       aqep@aqep.org
Activités didactiques pour l'enseignement et l'apprentissage du dictionnaire au primaire
Activités didactiques pour
                               l’enseignement et l’apprentissage
                               du dictionnaire au primaire
                               MARTIN LÉPINE
                               Enseignant
                               Externat Mont-Jésus-Marie (Montréal)
                               Doctorant en didactique du français
                               Université de Montréal

                               Le complément direct
                               Vivre le primaire, volume 22, numéro 1, hiver 2008-2009

Dans ce volet pratique de notre article « Du ʺbon usageʺ des dictionnaires
scolaires ou comment enseigner à utiliser quelques ouvrages de référence
dans les classes du 2e et du 3e cycle du primaire » paru dans Vivre le
primaire, nous proposons une quantité importante d’activités didactiques
d’enseignement et d’apprentissage du dictionnaire. Nous souhaitons ainsi
permettre aux écoliers de mieux connaître l’ordre alphabétique, de trouver
rapidement un mot dans le dictionnaire, de choisir le bon sens d’un mot
ainsi que d’écrire et de communiquer oralement à l’aide du dictionnaire.
Une dernière partie propose des liens étroits entre la littérature de jeunesse
et les dictionnaires. Ces différentes sections n’ont qu’un but : amener
l’élève à mieux connaître son dictionnaire pour mieux l’utiliser, et ce, le
plus souvent possible.

1. Connaître et utiliser l’ordre alphabétique
« Mondo »
        « Salut! »
        « Je voudrais que vous m’appreniez à lire et à écrire, s’il vous plaît », dit
Mondo.
        Le vieil homme restait immobile, mais il n’avait pas l’air étonné.
        « Tu ne vas pas à l’école? »
        « Non monsieur », dit Mondo.
        Le vieil homme s’asseyait sur la plage, le dos contre le mur, le visage
tourné vers le soleil. Il regardait devant lui, et son expression était très calme et
douce, malgré son nez busqué et les rides qui coupaient ses joues. Quand il
regardait Mondo, c’était comme s’il voyait à travers lui, parce que ses iris étaient
si claires. Puis il y avait une lueur d’amusement dans son regard, et il dit :
        « Je veux bien t’apprendre à lire et à écrire, si c’est ça que tu veux. » Sa
voix était comme ses yeux, très calme et lointaine, comme s’il avait peur de faire
trop de bruit en parlant.
        « Tu ne sais vraiment rien du tout? »

                                                                              Page 3 sur 23
Activités didactiques pour l'enseignement et l'apprentissage du dictionnaire au primaire
« Non monsieur », dit Mondo.
        L’homme avait pris dans son sac de plage un vieux canif à manche rouge
et il avait commencé à graver les signes des lettres sur des galets bien plats. En
même temps, il parlait à Mondo de tout ce qu’il y a dans les lettres, de tout ce
qu’on peut y voir quand on les regarde et quand on les écoute. Il parlait de A qui
est comme une grande mouche avec ses ailes repliées en arrière; de B qui est
drôle, avec ses deux ventres, de C et D qui sont comme la lune, en croissant et à
moitié pleine, et O qui est la lune tout entière dans le ciel noir. Le H est haut,
c’est une échelle pour monter aux arbres et sur le toit des maisons; E et F, qui
ressemblent à un râteau et à une pelle, et G, un gros homme assis dans un
fauteuil; I danse sur la pointe de ses pieds, avec sa petite tête qui se détache à
chaque bond, pendant que J se balance; mais K est cassé comme un vieillard, R
marche à grandes enjambées comme un soldat, et Y est debout, les bras en l’air
et crie : au secours! L est un arbre au bord de la rivière, M est une montagne; N
est pour les noms, et les gens saluent de la main, P dort sur une patte et Q est
assis sur sa queue; S, c’est toujours un serpent, Z toujours un éclair; T est beau,
c’est comme le mât d’un bateau, U est comme un vase. V, W, ce sont des
oiseaux, des vols d’oiseaux; X est une croix pour se souvenir.
        Avec la pointe de son canif, le vieil homme traçait les signes sur les galets
et les disposait devant Mondo.
                            Mondo et autres histoires, « Mondo » (Le Clézio, 1978, p. 61-63)

Voir, c’est croire !
Avoir un alphabet au-dessus du tableau en classe en permanence. Il peut être
intéressant de le créer avec les élèves en début d’année. Chaque élève peut être
responsable d’une lettre à dessiner. S’inspirer de l’abécédaire réalisé par Delerm
(2005).

L’alphabet vivant (adapté du cahier pédagogique du Robert junior)
Sur 26 feuilles, faire écrire à chaque élève une lettre différente de l’alphabet.
Placer les cartons à l’envers sur une table. Désigner deux ou plusieurs élèves
qui choisissent au hasard une feuille. À votre signal, les élèves qui ont une feuille
sur laquelle est inscrite une lettre de l’alphabet doivent se placer en ordre
alphabétique de gauche à droite en montrant leur feuille au reste de la classe. Le
jeu peut être organisé en formant deux équipes dans la classe. Chaque équipe
qui place les lettres en ordre alphabétique marque un point.

Lettres en folie!
Dessiner une lettre de l’alphabet en majuscule et en minuscule sur deux feuilles
différentes. On peut dessiner ces lettres sous la forme de fleurs, d’arbres,
d’animaux, d’objets, de robots… Chaque élève de la classe est responsable
d’une lettre. Ensuite, demander à des élèves, seul ou en petites équipes, de
remettre en ordre alphabétique toutes les lettres majuscules et minuscules
produites en les affichant au mur ou au tableau. Chronométrer le temps de
chaque équipe.

                                                                               Page 4 sur 23
L’autre visage des lettres (adapté de Bach, 1997)
Chaque élève choisit quelques lettres de l’alphabet, les dessine et inscrit au-
dessous de chacune d’elles ce qu’elle représente. Lire l’extrait de « Mondo » de
Le Clézio pour situer l’activité.
Exemple : Q représente une tête tirant la langue.

Le dialogue des lettres (adapté de Bach, 1997)
Les élèves dessinent des lettres de l’alphabet et les font dialoguer en tenant
compte de ce que leur forme suggère.
Exemple : La lettre D dit à la lettre I : « Comment fais-tu pour ne pas grossir? »

Mon voyage et ma valise
Faire jouer au célèbre jeu « Je pars en voyage et je mets dans ma valise… ». À
tour de rôle, demander aux élèves de dire la phrase « Je pars en voyage et je
mets dans ma valise… » en la complétant en ajoutant un mot qui commence par
une lettre de l’alphabet. Commencer par la lettre A. L’élève suivant redit la
phrase, ajoute le mot qui commence par la lettre A et complète avec un mot qui
commence par la lettre B. On continue de cette façon pour chaque lettre de
l’alphabet. Si un élève oublie un mot, il est éliminé. Le gagnant est celui qui n’a
rien oublié et qui a ajouté, à son tour, un mot nouveau.

La lettre obligatoire (adapté de Marlière et Delbuschèche, 1994)
Le but de cette activité est de trouver un maximum de mots définis pour une
même lettre. Demander aux élèves, en équipe de trois, d’écrire sur une feuille
cinq définitions de mots commençant par la lettre A pour une équipe, B pour une
autre, C pour une troisième, etc. Ramasser les feuilles de chaque équipe.
Ensuite, donner à une autre équipe une des feuilles. Les membres de l’équipe
doivent essayer, avec leur dictionnaire, de trouver les cinq mots définis. Il est à
noter que, lorsque les équipes écrivent des définitions, ils doivent indiquer sur
leur feuille de travail la lettre dont ils sont responsables.
Exemple : Équipe 1 est responsable de la lettre A. Voici leurs cinq définitions
(tirées du Robert junior) :
     1. Personne qui fabrique ou vend des armes.
     2. Serpent de la famille de la vipère.
     3. Endroit où l’on est à l’abri.
     4. Élément minuscule de la matière.
     5. Partie de la cheminée où l’on fait le feu.
     (Réponses : armurier, aspic, asile, atome, âtre)

Un dico des mots inventés (adapté de Boulicault, 1986)
En s’inspirant des articles de dictionnaire, créer des mots inventés et écrire les
articles. Donner à chaque élève la responsabilité d’inventer un mot pour chaque
lettre de l’alphabet. Chaque élève vient ensuite proposer sa création aux autres
élèves. Dans un petit cahier, construire un dico des mots inventés en utilisant
une lettre par page.

                                                                        Page 5 sur 23
Les acrostiches !
En utilisant les prénoms des élèves de la classe, créer des acrostiches en
utilisant des adjectifs positifs pour chacune des lettres des prénoms.
Exemple : Luc est Loyal, Unique, Curieux.

Les messages secrets (adapté de Préfontaine, 1998)
Les élèves créent des codes secrets en n’utilisant que les lettres de l’alphabet.
Créer des situations d’écriture intéressantes : envoi de messages entre
prisonniers d’un établissement carcéral qui ne veulent pas être compris par des
gardiens, envoi d’un message d’amour de la Saint-Valentin, etc.
Exemple : WNJS SJXY UQZX UFXXNTSSFSY VZJ QJ IJHWDUYFLS
Indice : Chacune des lettres du message correspond à la cinquième lettre qui la
suit dans l’alphabet. (Réponse : Rien n’est plus passionnant que le décryptage.)

                    Source image : Marlière et Delbuschèche (1994)

Quelques classiques
-Écrire deux lettres qui viennent avant et après une lettre de l’alphabet.
-Remettre en ordre alphabétique des séries de lettres. Utiliser des mots pour ce
faire.
-Placer des listes de mots en ordre alphabétique. Premièrement, chaque mot
débute par une lettre différente; deuxièmement, chaque mot commence par la
même lettre; troisièmement, chaque mot commence par les deux mêmes lettres,
etc.
Exemple 1 : dauphin, piscine, mer, océan.
Exemple 2 : lion, lutte, lettre, lumière.
Exemple 3 : pays, parent, partenaire, passage.

Demander aux élèves de créer eux-mêmes des séries de mots de plus en plus
semblables. Proposer à un camarade de remettre en ordre alphabétique les
séries.

                                                                      Page 6 sur 23
2. Trouver rapidement un mot dans un dictionnaire
Les mots
« Le petit garçon savait déjà que les mots, il fallait les assembler, les organiser
pour en faire des phrases.
       Il y avait des mots bleus, des mots gris ou noirs; ceux qui poussaient aux
arbres et ceux qui s’inscrivaient dans la neige. Il y avait les mots qu’on disait
pour la première fois, ceux qu’on oubliait ou qu’on prononçait pour la dernière
fois.
       Mais il y avait aussi tous les mots qu’on ne connaîtrait jamais. »
                           Jean Rivet, La complainte du petit garçon (cité dans Boulicaut, 1986)

Les présentations
Avec les élèves, parcourir le dictionnaire du début à la fin pour bien connaître
chacune des parties qui constituent l’usuel utilisé dans la classe. Porter un intérêt
dès les premières pages aux abréviations utilisées.

Les abréviations
Utiliser la liste des abréviations placées au début du dictionnaire. Demander aux
élèves d’écrire au long ce que chaque abréviation veut dire.

Les tranches
Avec les élèves, séparer le dictionnaire en sections. On peut le séparer en trois
sections d’égale épaisseur comme le proposent Chartrand et Simard (2000) et
Dulude (2002). Par conséquent, nous obtenons ceci :

          Au début                      Vers le milieu                     Vers la fin
        A, B, C, D, E             F, G, H, I, J, K, L, M, N, O   P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z

On peut aussi le séparer en cinq sections, tel que recommandé par Chaillez
(1997) et Le Roy Des Barres (1993).

    ABC                 DEFGH              IJK            LMNOP          QRSTUVWXYZ

L’idéal est de faire ce découpage avec les élèves et de leur demander ce qu’ils
trouvent le plus utile pour la recherche dans le dictionnaire.

Dictionnaires : de k c ?
Trouver le plus rapidement possible le mot « dictionnaire » dans un dictionnaire.
Demander aux élèves comment ils ont procédé pour trouver rapidement le mot.
Proposer des trucs pour augmenter la rapidité (tenter d’ouvrir son dictionnaire à
la première lettre du mot, utiliser les mots-repères en haut des pages, bien
connaître l’alphabet et les sons, etc.). Lire l’article de ce mot. Poser la question
suivante : « Qu’est-ce qu’on trouve dans un dictionnaire? »

dictionnaire n.m. Livre où l’on trouve l’orthographe et le sens des mots ou leur
traduction dans une autre langue. Dans un dictionnaire, les mots sont classés par ordre
                                                                                   Page 7 sur 23
alphabétique. Le Petit Robert est un dictionnaire de langue. (source : Le Robert junior,
p. 304)
dictionnaire n.m. Livre qui regroupe un certain nombre de mots d’une langue classés
par ordre alphabétique et qui donne leur définition ou leur traduction dans une autre
langue. *ENCYCLOPÉDIE On distingue les dictionnaires monolingues (en une seule
langue) et les dictionnaires bilingues (en deux langues). Parmi les dictionnaires
monolingues, on peut consulter des dictionnaires de langue (ou dictionnaires de mots),
et des dictionnaires encyclopédiques (ou dictionnaires de choses). (source : Larousse
super major, p. 344)

Il serait particulièrement intéressant de demander à des élèves de trouver le mot
« dictionnaire » dans plusieurs dictionnaires différents, dont des dictionnaires
bilingues.

Tomber pile !
En équipe de deux, un élève donne une lettre à l’autre élève. Celui-ci tente
d’ouvrir son dictionnaire directement sur la bonne lettre. Si c’est réussi, il obtient
un point. Donner dix lettres, compter les points et intervertir les rôles ensuite.

Anticonstitutionnellement
Trouver dans le dictionnaire le plus long mot qui commence par chaque lettre.
Donner une lettre à chaque équipe de deux élèves. Une fois trouvé, les élèves
doivent écrire le nombre de lettres et le mot de la main gauche s’ils sont droitiers,
de la main droite, s’ils sont gauchers. Récupérer les mots de chaque équipe.
Écrire (un à la fois) chaque mot au tableau en demandant aux élèves de les
écrire de leur main « ambidextre ». Cette façon de faire oblige véritablement les
élèves à se concentrer sur chacune des lettres du mot nouveau qu’ils
rencontrent. C’est une bonne façon d’apprendre l’orthographe des mots.

Les trouvailles (adapté de Gosselin, 1989a)
En équipe de deux, fournir deux listes de mots, une par élève. Le premier élève
lit à voix haute le premier mot de sa liste à son partenaire. Il prend le temps
d’épeler le mot. Le deuxième élève doit trouver le mot dans son dictionnaire.
Aussitôt que le mot est trouvé, le premier donne un autre mot de la liste et
l’épelle. Après deux minutes, on calcule le nombre de mots qui ont été repérés.
Intervertir les rôles ensuite.
Liste A : reptile, obscurité, endurance, attaque, secret, puits, morsure, venin.
Liste B : sceau, armure, galop, illisible, énigme, vacarme, document, rouillé.
Pour refaire l’activité différemment, il serait intéressant que les listes de mots qui
servent pour cet exercice soient réalisées par les élèves eux-mêmes. Il suffirait
d’échanger les listes réalisées entre partenaires.

À vos dicos!
Un élève nomme une lettre de l’alphabet. Les autres élèves tentent d’ouvrir leur
dictionnaire directement à cette lettre. Si c’est réussi, on indique le nombre
d’essai (un seul) sur une feuille. Sinon, on tente de repérer la lettre qu’on
cherche. On compte le nombre d’essais qu’il faut pour y arriver et on inscrit le
                                                                            Page 8 sur 23
résultat sur la feuille de compilation. Insister sur l’importance d’apprendre à
trouver rapidement un mot dans le dictionnaire. Plus on trouve vite, plus on veut
chercher!

Sur le chemin des mots (adapté de Boulicault, 1986)
Sur une grande feuille de papier, écrire de gauche à droite un mot choisi au
hasard dans le dictionnaire en insérant dans des cases chacune des lettres. En
utilisant la dernière lettre du mot, ajouter un nouveau mot trouvé dans le
dictionnaire en l’écrivant de haut en bas. Poursuivre le chemin des mots avec un
autre mot écrit de gauche vers la droite. Le chemin des mots peut se poursuivre
sans fin… Insister sur la rapidité à effectuer cette tâche.

La boîte à mots (adapté de Boulicault, 1986)
Préparer une boîte de mots en faisant découper par chaque élève une étiquette.
Sur cette étiquette, demander aux élèves d’écrire un mot nouveau qu’ils ont
trouvé dans le dictionnaire et d’inscrire au verso le numéro de la page du
dictionnaire. Mettre tous les mots dans une boîte et tirer une à une les étiquettes.
Tenter de faire épeler le mot par des élèves. Les élèves doivent ensuite trouver
le mot nouveau dans leur dictionnaire. Le premier qui le trouve et qui pointe le
mot correctement dans son dictionnaire reçoit l’étiquette. N’insister pas pour que
les élèves qui trouvent le mot lèvent la main. Ils n’ont qu’à pointer leur trouvaille.
Lorsque le mot est trouvé, faire lire la définition par un élève. On pourrait aussi
demander aux élèves de choisir un mot nouveau par thème, par exemple un mot
nouveau d’un animal, d’une plante, etc.

L’avant et l’après (adapté de Descamps, 1991)
Deux élèves jouent l’un contre l’autre. Un troisième élève est arbitre. L’arbitre
choisit un mot repère au hasard dans son dictionnaire. Notons que les mots
repères apparaissent au haut des pages du dictionnaire. Les adversaires ont 30
secondes pour écrire le mot qui selon eux est le plus près, alphabétiquement
parlant, du mot repère. L’élève A doit trouver le mot qui apparaît juste avant le
mot repère et l’élève B, le mot qui apparaît juste après le mot repère dans le
dictionnaire. Quand le temps est terminé, on compare les distances, évaluées en
nombre d’entrées. Ce jeu permet de mieux connaître l’utilité des mots repères. Il
peut aussi se jouer avec toute la classe, en petites équipes ou individuellement.
Ne proposer que de trouver le mot juste après ou juste avant le mot repère
choisi.

Les faux sons
Demander aux élèves d’écrire le début d’une suite de mots qui commencent par
le même son mais qui s’écrivent différemment.
Exemples : une histoire, un igloo, une île, un hibou, un îlot, un hydravion, etc.

Le bottin imaginaire (adapté de Bach, 1997)
Dans la section des noms propres du dictionnaire, les élèves, en équipe,
constituent un bottin imaginaire, c’est-à-dire une liste alphabétique de noms,

                                                                          Page 9 sur 23
prénoms, professions et adresses pouvant servir à des personnages de récit.
Présentation des informations aux autres équipes. Chaque élève ajoute des
informations qui lui plaisent à son bottin personnel.

4.3 Choisir le sens d’un mot
Tour de reins
                Y’a l’tour de chant, le tour de reins, le tour du monde
                   Le tour à bois, le tour qu’on joue, le tour d’auto
                   Le tour de taille, le tournevis, le tourne-broche
                      Le tourtereau, le tourangeau, le tour à tour
                   Y’a l’tourniquet, le tournedos, le tourne-disque
                    Le tourne à gauche, le tourbillon, le tournesol
                    Tour de cochon, tour d’horizon, tour de Babel
                  Y’a l’tour de ça, un tour de main et l’tour est joué
                      Félix Leclerc (chanson tirée de Gosselin, 1989b)

L’entrevue avec un mot (adapté par Godard, 2004, et de Bromley, 2002)
Un élève choisit un mot dans le dictionnaire. Il devient ce mot. Les autres
membres de son équipe doivent le questionner pour mieux le connaître.

Les expressions mélangées
Inventer une nouvelle expression en mélangeant deux expressions puisées dans
le dictionnaire. Demander à un autre élève, à l’aide de son dictionnaire, de
retrouver les deux expressions du départ.
Exemple : Avoir l’estomac dans la gorge. De « Avoir l’estomac dans les talons »
et « Avoir un chat dans la gorge ».

Le mot que personne d’autre n’a trouvé (adapté de Gosselin et Simard, 1995)
Un élève choisit une illustration tirée de son dictionnaire. Il annonce aux autres
élèves de la classe son illustration et la page du dictionnaire sur laquelle elle se
retrouve. Pendant le temps alloué, les élèves doivent nommer à toute la classe
ce qu’ils voient sur l’illustration. L’enseignant gère les interventions.
Une variante de cette activité se fait en équipe de trois ou quatre. Un élève
choisit une image dans son dictionnaire. Il la présente aux autres élèves de son
équipe. Chacun doit écrire sur une feuille le plus de mots qu’il voit. Lorsque le
temps est écoulé, les participants lisent tour à tour leurs mots et comptent un
point pour chaque mot que personne d’autre n’a trouvé. Les fautes d’orthographe
ne comptent pas.

Les cris des animaux (adapté de Vancomelbeke, 2004)
Chaque élève trouve dans le dictionnaire un nom d’animal. Il doit ensuite trouver
le cri fait par cet animal. Il est intéressant de choisir des animaux rares. L’élève
vient ensuite présenter le cri de son animal aux autres élèves.
Exemples : le chien aboie, le chat miaule, etc.

                                                                          Page 10 sur 23
Le mot du jour (adapté de Desmullier et Saint-Martin, 2002, cités dans
Vancomelbeke, 2004)
Un élève choisit un mot dans son dictionnaire. Il vient ensuite devant la classe
pour répondre à des questions. Les élèves doivent tenter de découvrir le mot du
jour en posant des questions qui peuvent être répondues par « oui » ou « non »
seulement. Il serait intéressant de réaliser un exemple de questionnement avec
l’enseignant avant de se lancer dans cette activité.

Le genre et le nombre
Quelques exercices fréquents permettent de mieux connaître le genre et le
nombre des mots. Donner le féminin ou le masculin de certains mots et inscrire
le numéro de la page du dictionnaire. Mettre au singulier ou au pluriel certains
mots et inscrire le numéro de la page du dictionnaire.
Il serait intéressant de demander aux élèves, en petites équipes, de trouver des
mots dont le genre et le nombre sont difficiles à reconnaître. Ils présenteraient
ensuite leurs découvertes aux autres élèves en leur demandant d’identifier le
genre ou le nombre. Exemples : un ou une avion?

Les planches thématiques
Choisir avec les élèves une planche du dictionnaire. Leur demander d’écrire sur
une feuille le genre et le nombre de chaque nom rencontré sur la planche.

Chasser l’intrus (adapté de Vancomelbeke, 2004)
Dans les séries suivantes, chasser l’intrus et expliquer pourquoi à l’aide du
dictionnaire :
    a) Une princesse : satanique, démoniaque, diabolique, divine.
    b) Une histoire : cocasse, vraisemblable, plausible, concevable.
    c) Des vacances : banales, désagréables, ordinaires, insignifiantes.
    d) Une attitude : grotesque, extravagante, héroïque, excentrique.
    e) Des héros : légendaires, sensationnels, fabuleux, mythiques.

Les calligrammes
Les élèves choisissent un mot dans le dictionnaire. Ils doivent ensuite le
représenter en utilisant d’autres mots qui précisent le sens du mot de départ.
Exemple : La cravate de Guillaume Appolinaire

                                                                     Page 11 sur 23
Le bestiaire
À partir de différents noms d’animaux, chaque élève en choisit un et compose un
court poème en lien avec l’animal retenu. Accompagner le poème de collages et
de dessins pour enrichir le bestiaire de la classe.
Exemples : Histoires naturelles de Jules Renard
Le papillon : Ce billet doux plié en deux/Cherche une adresse de fleur

Le bestiaire de Guillaume Appolinaire
                                  « Le chat »
                         Je souhaite dans ma maison :
                          Une femme ayant sa raison,
                        Un chat passant parmi les livres,
                           Des amis en toute saison
                       Sans lesquels je ne peux pas vivre.

Les mots camouflés (adapté de Bach, 1997)
Demander à chaque élève d’écrire trois mots tirés du dictionnaire sur une feuille.
Ramasser chaque feuille et distribuer au hasard une feuille à chaque élève. Les
élèves doivent créer un court texte dans lequel ils introduisent les trois mots de
façon à les dissimuler. Quand ils ont terminé, chaque élève lit son texte à ses
camarades qui doivent deviner les trois mots camouflés. L’élève qui avait écrit
les trois mots à cacher doit demeurer discret.

Les énigmes
À partir d’un mot et de sa définition du dictionnaire, construire une énigme pour
un autre élève de la classe. Terminer l’énigme par un « Qui suis-je? ».

Questions-réponses (adapté de Vancomelbeke, 2004)
Un élève choisit un mot dans le dictionnaire. Deux autres élèves posent les
questions les plus adéquates afin de cerner le mot à trouver au plus près.

Les sigles en cible (adapté de Marlière et Delbuschèche, 1994)
Détourner en sigles des mots (d’une ou deux syllabes de préférence) que les
élèves doivent traduire en veillant à garder avec le mot choisi un lien avec sa
vraie signification.
Exemples : OR – Océan de Richesses ; ÂNE – Analphabète Non Éclairé ;
ÉLÈVES – Enfants Libres Étouffés Véritables Esclaves Soumis.

Les homonymes
Demander aux élèves de trouver les différences de sens de certains
homonymes, à l’aide du dictionnaire. Pour trouver rapidement de multiples

                                                                      Page 12 sur 23
homonymes, il suffit de consulter le Bescherelle intitulé L’Orthographe pour tous
(1998).
Exemples : compte, conte, comte
Faire écrire de courts textes, selon le modèle de Marchon (2002), qui font
ressortir les différences entre deux homonymes.

Pattes et pâtes                           Ballet et balai

Tous les oiseaux ont deux pattes,         Il faut deux jambes pour danser
Alors il faut mettre deux T               Donc il faut deux L à ballet
À leurs pattes.                           Mais il suffit d’un L à balai
                                          Car il n’a qu’un manche
Quand on fait cuire des pâtes,
On met un couvercle.
Alors il faut mettre un accent
Comme un couvercle sur le A.

D’autres mots peuvent servir pour cette activité : bal-balle, col-colle, bar-barre,
date-datte, rêne-renne, cane-canne, sale-salle… (adapté de Le Petitcorps et
Côté, 2003).

Le jeu du dictionnaire
Séparer la classe en des équipes de quatre ou cinq élèves. Un élève choisit un
mot dans le dictionnaire. Il dit aux autres le mot choisi. Sur un bout de papier,
chaque élève écrit une définition du mot choisi. L’élève qui a le dictionnaire écrit
la définition du dictionnaire. Cet élève ramasse les bouts de papier des autres
élèves. Il lit à haute voix chaque définition. Les autres élèves doivent voter,
individuellement, sur la définition qu’ils considèrent comme étant celle du
dictionnaire. Chaque élève qui trouve la bonne définition gagne un point. Chaque
élève qui avait donné une bonne définition gagne aussi un point.

Les rallonges
Écrire une phrase au tableau. Demander aux élèves d’allonger le plus possible
cette phrase en remplaçant des mots par leurs définitions trouvées dans le
dictionnaire.

Ma préférence à moi : mes mots préférés!
Demander à chaque élève d’écrire sur une feuille leurs cinq mots préférés de la
langue française et les raisons de leur préférence. Ensuite, il doit en choisir un
seul et le trouver dans le dictionnaire. Après quelques recherches sur ce mot
(genre et nombre, étymologie, expressions, etc.), il présente aux autres élèves
son mot préféré et les raisons de son choix.

Des mots en folie! (adapté de Gey, 1987)
Choisir un mot dans le dictionnaire et le dessiner de façon originale. Le mot
dessiné doit présenter un lien direct avec le sens du mot.

                                                                        Page 13 sur 23
Voici une banque de mots intéressants à représenter : bougie, chat, coq,
escargot, étoile, horloge, igloo, parapluie, pomme, poupée, pyramide, raquette,
sapin, soleil…
Pour ajouter un élément de difficulté à l’activité, il serait intéressant que les
élèves choisissent un mot rare, un mot que les autres élèves ne pourraient que
connaître grâce au dessin. On pourrait aussi partir d’un thème commun et créer
des dessins de mots qui ont un lien entre eux.

                              Source images : Gey (1987)

Petites histoires de mots (inspirée du titre de l’ouvrage de Faes et Badel, 2003)
Présenter aux élèves quelques mots tirés de la liste ci-dessous. Utiliser autant de
mots qu’il y a d’élèves dans la classe. Demander d’abord aux élèves de placer
en ordre alphabétique chacun des mots. Ensuite, proposer de trouver la petite
histoire de chacun de ces mots en utilisant le dictionnaire scolaire, l’Internet ou
d’autres sources d’informations (Le petit Robert, par exemple). Chaque élève
aura à présenter aux autres écoliers la petite histoire de son mot. Il aura, au
préalable, pris le temps de faire une affiche qui illustre l’histoire du mot. Voir à ce
sujet le livre de Faes et Badel (2003). Il serait intéressant aussi de proposer aux
élèves d’écrire un récit littéraire qui expose l’origine de leur mot.
Exemple : Biscuit – Au XIIe siècle, sans doute dans une ville du bord de mer, un
boulanger oublia qu’il avait déjà fait cuire sa galette, et l’enfourna à nouveau.
Quand il s’en aperçut, c’était trop tard. Il récupéra une pâte dure et croquante
qu’il ne trouva pas, finalement, si mauvaise. Le « bis-cuit », cuit deux fois, était
né (Faes et Badel, 2003, p. 4).

Voici la liste de mots dont l’histoire est intéressante :
Biscuit           Céréale            Pyjama           Shampoing       Ghetto
Sandwich          Grève              Couette          Vaccin          Banlieue
Copain            Croissant          Salopette        Cerf-volant     Pelouse
Restaurant        Brouhaha           Poubelle         Avion           Pissenlit
Tournedos         Bureau             Mouchoir         Ordinateur      Chandail
Chocolat          Pantalon           Toilettes        Robot           Clochard
Bonbon            Cravate            Robinet          Escalope        Snob
Clémentine        Culotte            Lavabo           Charcutier      Bronzer
Baiser            Vandalisme         Requin           Budget          Travail
Canapé            Assassin           Judo             Salaire         Panique

                                                                          Page 14 sur 23
Autres mots : tennis, jean, frigidaire, tee-shirt, coca-cola, frisbee, Internet,
arobase, kaputt, caddie, fric…

Les catégories (adapté de Le Petitcorps et Côté, 2003)
Donner six catégories de mots aux élèves (pays, ville, métier, prénom, animal,
vêtement). En équipe, à l’aide du dictionnaire, les élèves doivent trouver un mot
qui commence par une même lettre pour chaque catégorie. Choisir la lettre S,
par exemple.
Exemples de réponses : Syrie, San Francisco, secrétaire, Sarah, singe, souliers.

Je croise les mots!
À l’aide de grilles de mots croisés vierges, trouver des mots et des définitions
pour construire un mot croisé. Donner un thème à la grille.

Les mots apprivoisés
Pour chacune des 26 lettres de l’alphabet, choisir un mot et donner sa définition.
Présenter la définition du mot qui commence par la lettre A en premier. Un autre
élève doit trouver de quel mot il s’agit dans son dictionnaire. Poursuivre l’activité
pour les autres lettres de l’alphabet.

Les lettres savantes (adapté du CPIQ)
Avec un dictionnaire, trouver le plus de fruits, de légumes, de fleurs et d’animaux
commençant par différentes lettres. Par exemple, trouver le plus de fruits qui
commencent par la lettre T. Insérer le tout dans un tableau. On peut changer les
lettres et les catégories à volonté. On pourrait ainsi exiger de trouver des
qualités, des sports, etc.

       Fruits              Légumes             Fleurs             Animaux
T
A
C
R

4.4 Écrire et communiquer oralement avec le dictionnaire
                         Prenez un mot prenez-en deux
                        faites-les cuire comme des œufs
                           prenez un petit bout de sens
                       puis un grand morceau d’innocence
                             faites chauffer à petit feu
                            au petit feu de la technique
                           versez la sauce énigmatique
                         saupoudrez de quelques étoiles
                        poivrez et puis mettez les voiles.
                             Où voulez-vous en venir?
                                                                        Page 15 sur 23
À écrire
                                Vraiment? À écrire?
                     Raymond Queneau, « Le chien à la mandoline »

La recette (adapté de Marlière et Delbuschèche, 1994)
À partir d’un poème comme celui de Raymond Queneau, changer quelques mots
(principalement les noms) pour créer un nouveau poème.
Exemple :
                        Prenez un lapin prenez-en treize
                         faites-les cuire comme un grigri
                     prenez un petit morceau de surnaturel
                       puis un grand morceau de baguette
                              faites chauffer à petit feu
                            au petit feu du mysticisme
                              versez la sauce occulte
                       saupoudrez de quelques amulettes
                          poivrez et puis mettez le voile.
                             Où voulez-vous en venir?
                                      À la magie
                               Vraiment? À la magie?

L’histoire du hasard
Ouvrir au hasard le dictionnaire. Choisir parmi les mots proposés sur les deux
pages ouvertes les mots qui serviront à écrire une courte histoire. Souligner dans
le texte produit les mots tirés des deux pages du dictionnaire. But : en utiliser le
plus grand nombre dans un bon contexte.

Un télégramme
Inventer un télégramme à partir d’un mot du dictionnaire. Les premières lettres
des mots du télégramme doivent former le mot de départ.

Une lettre, une phrase!
Donner une lettre différente à chaque équipe de deux élèves. À l’aide du
dictionnaire, chaque équipe doit composer une phrase en utilisant le plus de
mots possibles qui commencent par cette lettre.

Une image vaut mille mots écrits
Choisir une illustration d’une œuvre d’art du dictionnaire. Raconter l’histoire
imaginaire de cette œuvre.

Une image vaut mille mots dits
Chaque élève doit trouver une image dans son dictionnaire. Sans la montrer à
son partenaire, il essaie de la lui décrire. Ensuite, les élèves échangent leur
image. L’élève doit décrire à son partenaire sa nouvelle image.

                                                                        Page 16 sur 23
Les armoiries
Demander aux élèves de trouver le mot « armoiries » dans leur dictionnaire.
Parcourir avec eux la définition. Jeter un coup d’œil aux représentations
d’armoiries célèbres. Demander aux élèves de créer leurs propres armoiries de
leur famille. Présenter leur réalisation à la classe. Afficher les armoiries de
chaque élève.

                     Source image : Marlière et Delbuschèche (1994)

La machine à mots (adapté de Pierre-André Arcand, cité dans Vonarburg,
1986)
Demander aux élèves d’écrire sur de petits bouts de papier des mots trouvés au
hasard dans le dictionnaire. Exiger d’eux qu’ils trouvent des noms, des adjectifs
et des verbes. Mettre tous les mots trouvés dans une boîte à mots de noms, une
boîte à mots d’adjectifs et une boîte à mots de verbes. Piger différents mots.
Demander aux élèves de construire des phrases avec les mots pigés.

Les pays des animots (inspiré du titre de Bailly, 2004, et adapté de Préfontaine,
1998)
Demander aux élèves de nommer des animaux. Inscrire les suggestions au
tableau. Les élèves doivent ensuite inventer un nouvel animal en combinant
plusieurs animaux de la liste.
Exemple : « girabeillours », formé d’une girafe, d’une abeille et d’un ours.
Demander aux élèves d’écrire la description physique de leur animal et de le
dessiner. Après avoir écrit leur description, les élèves lisent le résultat à la
classe. Poser quelques questions : « Quel animal est le plus amical? Pourquoi?
Lequel est le plus dangereux? Pourquoi? » etc.

La 27e lettre de l’alphabet (adapté de Bach, 1997)
Inventer la 27e lettre de l’alphabet. Expliquer son origine, le rôle qu’elle joue et sa
disparition. Décrire sa signification et la façon de la prononcer. Présenter cette
lettre à la classe.

Les mots-valises
Former des mots-valises imaginaires et les illustrer. Choisir d’abord un thème.
Écrire le plus de mots associés à ce thème. Créer des mots-valises en unissant
deux mots de la liste. Illustrer la création.

                                                                          Page 17 sur 23
Exemple : bibliobus (du roman La tournée d’automne de Jacques Poulin), de
bibliothèque et autobus.

L’entrevue de personnes célèbres
Choisir un article sur une personne dans la section des noms propres. Rédiger
cinq questions à poser à cette personne célèbre. Écrire les réponses attendues
sur une autre feuille. Demander à un autre élève de répondre aux questions à
l’aide de son dictionnaire.
Préparer une entrevue sur une personne célèbre. Un élève sera l’intervieweur et
un autre l’interviewé.

Les épitaphes
En utilisant la section des noms propres du dictionnaire Larousse super major,
composer une épitaphe d’un mort célèbre.

L’atlas
Dans les dictionnaires, une section spéciale est réservée à des cartes
géographiques. Cette section est souvent nommée « Atlas ». Il serait intéressant
de proposer aux élèves d’inscrire, tout au long de l’année scolaire, le titre d’un
texte ou d’un livre lu sur le pays où se déroule ce qui est raconté.

Les étrangers
Trouver des mots empruntés à des langues étrangères dans le dictionnaire.
Repérer sur la carte du monde de l’atlas inclus dans le dictionnaire le pays
d’origine du mot d’origine étrangère.

Les drapeaux de pays
À partir d’un drapeau de pays, construire un sigle pour ce pays en s’inspirant du
drapeau (couleur, forme, armoiries, etc.).

4.5 Littérature jeunesse et dictionnaires
La littérature de jeunesse permet des explorations inépuisables de
l’univers des dictionnaires. De l’alphabet au jeu de Scrabble, les
possibilités didactiques en lien étroit avec les œuvres littéraires sont
nombreuses. Voici quelques ouvrages qui peuvent inspirer divers
scénarios d’apprentissage du vocabulaire et des dictionnaires.

Abécédaire (Delerm, 2005) : 2e cycle
Un abécédaire comme il ne s’en fait plus! Chaque lettre de l’alphabet est
représentée par un poème, des illustrations, des mots qui débutent par chaque
lettre. On peut demander aux élèves de réaliser un poème pour chaque lettre en
s’inspirant de Delerm, d’illustrer une lettre, de trouver des mots qui commencent
par cette lettre et de les représenter. Un livre à avoir sous la main (et sous les
yeux) en classe!

                                                                      Page 18 sur 23
L’abécédaire du petit musc (Gantner et Felzines, 2000) : 2e cycle
Un autre abécédaire qui présente toutes les lettres de l’alphabet de façon très
visuelle. On y trouve, par exemple, trois asperges placées judicieusement pour
représenter la lettre A, des billes en forme de B, etc. C’est l’outil idéal pour
demander aux écoliers de choisir un mot qui commence par une lettre de
l’alphabet et de l’illustrer. Dans le même ordre d’idées, on peut utiliser l’album
Alphabetville de Stephen T. Johnson publié chez Circonflexe en 1996. Chaque
lettre de l’alphabet est représentée par une photo prise dans l’environnement
urbain. Par exemple, la lettre A est formée par les côtés d’une barrière.

Dictionnaire des mots tordus (PEF, 1983) : 2e cycle
Ce dictionnaire de mots tordus présente des mots (normaux) et des définitions
(tordues). Par exemple, l’abeille est un « petit insecte capable de fabriquer du
ciel ». Demander aux élèves d’inventer, comme PEF, des définitions loufoques
pour des mots bien ordinaires. Le petit fictionnaire illustré de Finkielkrault permet
aussi ce genre d’exploitation didactique.

Granulite (Gravel, 1992) : 2e cycle
Ce court roman permet une lecture à voix haute agréable. De plus, le
personnage de Granulite, une grand-mère qui est amoureuse des dictionnaires,
qui aime le jeu de Scrabble et l’origine des mots, peut être l’élément déclencheur
de plusieurs activités en classe.

Le chevalier de l’alphabet (Leblanc, 2004) : 2e cycle
Le personnage de cette histoire à lire à voix haute tente d’apprendre à lire. Les
lettres s’embrouillent dans sa tête. Avec son grand-père (analphabète), Ludovic,
le personnage principal, part à la conquête de l’alphabet. Une histoire idéale pour
introduire l’usage des dictionnaires.

Léon et les expressions (Groovie, 2004) : 2e cycle
Avec l’aide du sympathique Léon, on découvre des expressions fréquentes en
langue française. Chacune de ces expressions est représentée par une courte
bande dessinée qui la met en scène. Demander aux élèves de faire de même
avec d’autres expressions et créer un album de classe.

J’ai un mot sur la langue (Gremaud et Pinchon, 2001) : 2e et 3e cycles
L’outil parfait pour mieux découvrir 150 expressions de la vie quotidienne.
Chaque expression est définie, plusieurs sont aussi illustrées. De plus, une
explication ou un historique de chaque expression permet à l’enseignant
d’enrichir l’histoire des mots de la langue.

Le jour où Zoé zozota (Pratt, 2005) : 2e et 3e cycles
Ce livre est une merveille! Il propose à chaque page une courte phrase et une
illustration magnifique en s’inspirant de l’alphabet. Par exemple, la première
page contient le texte suivant en lien avec la première lettre de l’alphabet : « Alex
Algodon vit atterrir un ange. » Sur la page de droite, tout juste à côté de cette

                                                                        Page 19 sur 23
phrase, on retrouve une illustration qui laisse une place débordante à
l’imagination. Demander aux élèves de produire une phrase semblable pour
chaque lettre de l’alphabet et d’illustrer leur texte. Proposer aussi aux élèves une
activité d’écriture qui porterait comme titre une des phrases de Pratt. Les élèves
devraient s’inspirer de l’illustration pour créer leur histoire.

Histoires comme ça, « La première lettre » et « Comment s’est fait
l’alphabet » (Kipling, 1997) : 3e cycle
Ces deux petites histoires de Rudyard Kipling (né en 1865 et mort en 1936)
donnent une explication imagée de la création de l’alphabet. Il serait intéressant
de lire la première à voix haute et de faire des copies de la deuxième (remplie de
dessins) pour chaque élève. On peut ensuite faire différentes activités sur
l’origine de l’alphabet et sur l’invention d’une lettre.

La grammaire est une chanson douce (Orsenna, 2001) : 3e cycle
Un livre d’une rare beauté! Orsenna propose dans cet ouvrage une interprétation
bien personnelle de la création de la grammaire, de son utilité et de son
apprentissage. On retrouve sur l’île où les jeunes personnages débarquent
différentes boutiques comme « Au vocabulaire de l’amour. Tarif réduit pour les
ruptures », « Dieudonné. Appeleur diplômé des plantes et des poissons » et
« Marie-Louise. Étymologiste en quatre langues ». Sur cette île bien spéciale, il y
a même une ville des mots où sont interdits de séjour les choses et les êtres
humains. Une suite est proposée dans Les chevaliers du subjonctif (Orsenna,
2004). Ces œuvres d’une belle originalité et d’une infinie tendresse doivent être
lues lentement à voix haute. Lectures de dépaysement et de vacances rêvées!
Elles permettent de situer de façon imagée l’importance des mots et des
dictionnaires.

Les prophètes, « La tristesse de Monsieur Roy » (Trudel, 1994) : 3e cycle
En adaptant cette nouvelle selon le niveau d’enseignement (il y a des passages
plus difficiles que d’autres), on peut arriver à sensibiliser les élèves à
l’analphabétisme. Le personnage principal, Monsieur Roy, ne sait pas lire. Une
petite fille de sa famille vient le visiter et elle mange de la soupe avec des
nouilles en forme de lettre de l’alphabet. Elle fait réaliser à Monsieur Roy que
depuis toujours il mange de la soupe avec des lettres. Il ne le savait pas… Il
pourrait être intéressant d’apporter ce type de soupe en classe et d’en faire un
dîner communautaire en jouant avec les lettres!

                                                                        Page 20 sur 23
Références
Bescherelle. L’Orthographe pour tous. Montréal : Hurtubise HMH.
Départ sans faute avec Le Robert junior illustré. Exercices, activités d’animation et jeux
    pour la classe de la 3e à la 6e année.
Bach, Pierre. 1997. L’écriture buissonnière. Pédagogie du récit. Suisse : Delachaux et
    Niestlé.
Bailly, Jean-Christophe. 2004. Le pays des animots. Paris : Bayard.
Benacquista, Tonino. 2004. Malavita. Paris : Gallimard.
Boulicaut, Michel. 1986. Jouons avec les mots. Paris : Librairie Larousse.
Chaillez, Pascale-Dominique. 1997. « Apprentissage significatif lors d’une recherche
    d’un mot dans le dictionnaire ». Projet d’intervention. UQÀM (non publié).
David, Jacques. 2001. « Étude de la langue et lecture-compréhension : l’exemple du
    lexique ». Les journées de l’ONL. p. 34-38.
Denhière, Guy, et Isabelle Tapiero. 1994. « Le savoir-lire et le non-savoir-lire :
    diagnostic, simulation et remédiation ». Évaluer le savoir-lire. Montréal : Les Éditions
    Logiques.
Descamps, Jean-Luc. 1991. « Enseigner l’usage des dictionnaires ? ». Le français
    aujourd’hui, no 94, p. 61-75.
Gey, Michel. 1987. Didactique de l’orthographe française. Paris : Nathan.
Giasson, Jocelyne. 2000. Les textes littéraires à l’école. Montréal : Gaëtan Morin.
    Éditeur.
Giasson, Jocelyne. 1990. La compréhension en lecture. Montréal : Gaëtan Morin.
    Éditeur.
Gosselin, Michèle, et Claude Simard. 1995. Des mots à la parole. Enseigner le
    vocabulaire. Sillery : Éditions du GRAP Pratiques pédagogiques.
Gosselin, Michelle. 1989a. Le bon usage des dictionnaires. Guide d’utilisation. Sainte-
    Foy : Les Éditions La Liberté.
Gosselin, Michelle. 1989b. Guide d’accompagnement. Petit Larousse illustré.
    Boucherville : Les Éditions Françaises.
Guay, F. 1993. Aide-mémoire pour le dictionnaire. Laval : Beauchemin.
Lebrun, Monique. 1983. Les apports de la linguistique à la didactique du français. Saint-
    Jean-sur-Richelieu : Éditions Préfontaine inc.
Lehmann, Alise. 1994. « L’exemple et la définition dans les dictionnaires pour enfants ».
    Repères, no 8, p. 63-78.
Léon, Renée. 1998. Enseigner la grammaire et le vocabulaire à l’école. Paris : Hachette
    Éducation.
Le Roy Des Barres, Alexandre. 1993. Utiliser dictionnaire et encyclopédies. Paris :
    Hachette Éducation.
Marlière, Bernard, et Jean-Marie Delbuschèche. 1994. Plumes en volées. Activités
    ludiques d’expression. Belgique : Érasme.
Ministère de l’Éducation du Québec. 2002. Échelles des niveaux de compétence.
    Enseignement primaire. Gouvernement du Québec.
Ministère de l’Éducation du Québec. 2001. Programme de formation de l’école
    québécoise. Gouvernement du Québec.
Pecheyran, Isabelle. 1991. « M’dame, ça y est pas dans l’dictionnaire ! Quel usage font
    les élèves (et leurs manuels) du dictionnaire ? ». Le français aujourd’hui, no 94,
    p. 37-44.
Pelletier, Liliane, et Élisabeth Le Deun. 2004. Construire l’orthographe. Nouvelles
    pratiques et nouveaux outils. Magnard.

                                                                              Page 21 sur 23
Préfontaine, Clémence. 1998. Écrire et enseigner à écrire. Montréal : Les Éditions
   Logiques.
Queneau, Raymond. 1965. Pour un art poétique. Paris : Gallimard.
Simard, Claude. 1994. « Pour un enseignement plus systématique du lexique ». Québec
   français, no 92, p. 28-33.
Tardif, Jacques. 1994. « L’évaluation du savoir-lire : une question de compétence plutôt
   que de performance ». Évaluer le savoir-lire. Montréal : Les Éditions Logiques.
Vancomelbeke, P. 2004. Enseigner le vocabulaire. Paris : Nathan.
Viau, Rolland. 1999. La motivation dans l’apprentissage du français. Saint-Laurent :
   ERPI.
Vigner, Gérard. 1993. « Le monde, les mots et l’école. Éléments d’une didactique du
   vocabulaire à l’école élémentaire ». Repères, no 8, p. 191-209.
Vonarburg, Élisabeth. 1986. Comment écrire des histoires. Guide de l’explorateur.
   Sainte-Foy : Le Griffon d’argile.

Livres jeunesse
Delerm, Martine. 2005. Abécédaire. Paris : Éditions du Rocher jeunesse.
Faes, Géraldine, et Ronan Badel. 2003. Petites histoires de mots. Paris : Flammarion.
Gantner, Michel, et Patricia Felzines. 2000. L’abécédaire du petit musc. Paris : Éditions
    Play Bac.
Gravel, François. 1992. Granulite. Montréal : Québec Amérique.
Gremaud, Florence, et Serge Pinchon. 2001. J’ai un mot sur la langue. Paris : Gallimard
    jeunesse.
Groovie, Annie. 2004. Léon et les expressions. Montréal : La courte échelle.
Henry, Robert. 1997. L’histoire surprenante et insolite de 322 mots. Montréal : Maclean
    Hunter ; Paris : Éditions Frison-Roche.
Johnson, Stephen T. 1996. Alphabetville. Circonflexe.
Kipling, Rudyard. 1997. Histoires comme ça. Paris : Gallimard (Folio).
Leblanc, Louise. 2004. Le chevalier de l’alphabet. Montréal : La courte échelle.
Le Clézio, J. M. G. 1978. Mondo et autres histoires. Paris : Gallimard.
Marchon, Benoît. 2002. Mots clés pour être un as de la dictée. Actes sud junior.
Orsenna, Erik. 2001. La grammaire est une chanson douce. Paris : Éditions Stock.
Orsenna, Erik. 2004. Les chevaliers du subjonctif. Paris : Éditions Stock.
PEF. 1983. Dictionnaire des mots tordus. Paris : Gallimard jeunesse.
Pratt, Pierre. 2005. Le jour où Zoé zozota. Montréal : Les 400 coups.
Trudel, Sylvain. 1994. Les prophètes. Montréal : Les Quinze.

                                                                            Page 22 sur 23
Activités didactiques pour
l’enseignement et l’apprentissage
du dictionnaire au primaire
MARTIN LÉPINE
Enseignant
Externat Mont-Jésus-Marie (Montréal)
Doctorant en didactique du français
Université de Montréal
Courriel : martin.lepine@gmail.com

Le complément direct
Vivre le primaire, volume 22, numéro 1, hiver 2008-2009

                                              Page 23 sur 23
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler