Une bonne prise en charge au troisième âge - Bien vieillir

Une bonne prise en charge au troisième âge - Bien vieillir
Une bonne prise en
charge au troisième âge
Perspectives pour la Suisse
Une bonne prise en charge au troisième âge - Bien vieillir
Sommaire



Introduction                             3
La prise en charge en mutation           6
Quatre messages centraux                12
Sept exigences                          20
Informations de fond                    28
Le modèle de phases                     34




La fondation Paul Schiller                     Une bonne prise en charge au troisième
Le présent rapport récapitule l’état de la     âge : état des lieux
prise en charge au troisième âge en Suisse     En guise de base du présent rapport, la fon-
et met en lumière les besoins d’agir en        dation Paul Schiller a commandité une étude
termes de politique de santé et de politique   de la situation, de l’évolution et des défis de la
social en vue d’une prise en charge au troi-   prise en charge au troisième âge en Suisse.
sième âge de qualité et abordable. La fonda-         L’étude a été dirigée par Carlo Knöpfel,
tion prend position sur la base de quatre      professeur de politique sociale et de travail
messages centraux et souhaite ainsi contri-    social à l’Institut de planification sociale, de
buer au débat technique et politique. Elle     changement organisationnel et de dévelop-
souhaite par ailleurs également délivrer       pement urbain de la Haute école de travail
d’autres impulsions pour une bonne prise en    social au sein de la FHNW à Bâle.
charge au troisième âge dans le cadre de
son activité d’encouragement.                  Carlo Knöpfel, Riccardo Pardini, Claudia
                                               Heinzmann ( 2018 ) : Gute Betreuung im Alter
Herbert Bühl et Maja Nagel Dettling            in der Schweiz. Eine Bestandesaufnahme.
Fondation Paul Schiller                        (Une bonne prise en charge au troisième âge.
                                               Un état des lieux.) Zurich : Éditions Seismo.
www.paul-schiller-stiftung.ch
                                               Référence de l’étude :
                                               https://seismoverlag.ch/de/daten/
                                               gute-betreuung-im-alter-in-der-schweiz
Une bonne prise en charge au troisième âge - Bien vieillir
Une bonne prise en charge au troisième âge       IN TRODUCTION                                           3


           Introduction
           Outre le financement de la prévoyance vieillesse,
           la prise en charge et les soins constituent la thé-
           matique centrale de la politique vieillesse en
           Suisse. Les soins occupent depuis longtemps le 
           devant de la scène du débat de politique de santé
           et de politique sociale. Jusqu’à présent, la prise 
           en charge ne revêtait aucune importance. Au vu
           des mutations démographiques et sociales, la 
           thématique doit être placée au cœur des débats
           de politique vieillesse. Une discussion d’une
           bonne prise en charge au troisième âge est néces-
           saire. Elle doit donner lieu à une compréhension
           renouvelée et favoriser le développement d’une
           stratégie d’avenir.


           De plus en plus de                             sistance sont choyées et prises en charge
           personnes vivent de plus en                    par leurs proches avec l’aide des Spitex. Des
           plus longtemps                                 prestations de soins médicaux ne viennent
                                                          s’y ajouter qu’ultérieurement.
           La croissance démographique se poursuit
           et la population vieillit simultanément,
                                                          Les familles doivent être
           même si une limite d’âge supérieure com-
           mence à se dessiner. De plus, les enfants du   soulagées
           baby-boom atteignent l’âge de la retraite     La famille moyenne suisse a encore un ou
           et déplacent l’équilibre entre jeunes et an-   deux enfants à l’heure actuelle. De nom-
           ciens. Le nombre de personnes du troisième     breux adultes ne souhaitent pas avoir d’en-
           âge souffrant de démence augmentera            fants. Un bon tiers des ménages ne comptent
           considérablement ces trente prochaines        qu’une seule personne. La société s’attend
           années. Il est réjouissant de constater que    notamment à ce que les enfants des per-
           l’espérance de vie augmente mais que l’es-     sonnes âgées trouvent le temps de prendre
           pérance de vie sans restriction croît elle     en charge leurs proches et de leur prodi-
           aussi. Il convient toutefois d’envisager que   guer des soins. Autrefois, la prise en charge
           la phase de fragilité au troisième âge         pouvait être assurée par trois ou quatre
           conduira à une phase de prise en charge        membres d’une fratrie. Les liens familiaux
           plus longue. À l’heure actuelle, la grande     dans le nombre croissant de familles en
           majorité des personnes nécessitant de l’as-    patchwork sont souvent moins bien définis
Une bonne prise en charge au troisième âge - Bien vieillir
4                                           IN TRODUCTION                 Une bonne prise en charge au troisième âge




    que dans les familles originelles. Environ       Au troisième âge, la devise « Ambulatoire
    80 % des femmes disposent actuellement           avant stationnaire » revêt une importance
    d’une activité lucrative et travaillent tout     encore plus grande que jusqu’à présent.
    autant que les hommes jusqu’à l’âge de la        Les personnes âgées devraient rester aussi
    retraite. Même si on constate une intensifi-     longtemps que possible chez elles non seu-
    cation de l’engagement des petits-enfants,       lement parce qu’elles le décident mais
    la disponibilité des familles pour la prise      aussi pour des raisons financières, même
    en charge des proches se réduit et le besoin     si leurs besoins de prise en charge et de
    de soulagement s’accroît. La distance qui        soins s’intensifient.
    sépare les domiciles des proches est égale-
    ment devenue plus importante, ce qui com-        Divergence de la prise en
    plique la prise en charge régulière, pouvant     charge et des soins
    même la rendre totalement impossible.
                                                     Alors que le débat politique et les presta-
                                                     tions publiques se concentrent fortement
    La volonté de vivre en                           sur les soins au troisième âge (cf. le rapport
    autonomie                                        du Conseil fédéral de 2016), de nouvelles
                                                     offres de services privées prennent nais-
    L’individualisation de la société renforce le
                                                     sance en complément à la prise en charge
    désir d’autonomie et d’indépendance. Le
                                                     et aux soins par les proches ou par l’envi-
    besoin de vivre aussi longtemps que pos-
                                                     ronnement social. Toutefois, toutes les per-
    sible dans l’environnement connu s’accen-
                                                     sonnes ayant besoin d’aide ne peuvent se
    tuera du fait de la phase de vie prolongée
                                                     permettre une prise en charge profession-
    au troisième âge. De nouvelles offres telles
                                                     nelle. Un déséquilibre social se dessine.
    que des résidences pour personnes âgées à
                                                     Les organisations caritatives sont de plus
    proximité d’une maison de retraite, un ha-
                                                     en plus sollicitées et les prestations ac-
    bitat assorti de services de restauration, de
                                                     tuelles délivrées par les pouvoirs publics
    ménage, d’encadrement social, de soins et
                                                     sont menacées de démantèlement pour des
    de loisirs ou un habitat intergénérationnel
                                                     raisons de politique fiscale.
    mixte sont des acquis demandés pour res-
    ter aussi longtemps que possible à son
    propre domicile. Un habitat médicalisé,          Des approches pour demain
    sans obstacle ou des systèmes d’assistance       Outre les soins régis par la loi, la discus-
    techniques qui peuvent être utilisés pour        sion portant sur le droit à une bonne prise
    la télésurveillance ou l’autosurveillance,       en charge au troisième âge doit revenir au
    de manière préventive ou pour la réhabili-       cœur du débat de politique vieillesse. Com-
    tation dans les ménages privés revêtent de       ment faire en sorte qu’une bonne prise en
    plus en plus d’importance pour l’autono-         charge reste abordable ? Les offres dispo-
    mie des personnes âgées.                         nibles ne suffisent que partiellement pour
                                                     répondre aux divers besoins ou sont mena-
                                                     cées de démantèlement. Il faut des orienta-
    Politique fiscale, politique                     tions valables pour toute la Suisse basées
    sociale                                          sur une compréhension globale et intégra-
    Les baisses d’impôts ont conduit à une           tive de la prise en charge et qui permettent
    cure d’austérité dans de nombreux sec-           une vie digne et autodéterminée ainsi que
    teurs. Les affaires sociales et la santé sont    la participation sociale jusqu’aux dernières
    particulièrement touchées. Des lois telles       années de la vie pour tous.
    que la suppression du caractère obliga-
    toire des normes CSIAS pour l’aide sociale       La fondation Paul Schiller a décidé de contribuer
    dans certains cantons ont ainsi été modi-        à sensibiliser le public, les spécialistes et les mi-
    fiées pour réduire les dépenses sociales.        lieux politiques à l’action nécessaire.
Une bonne prise en charge au troisième âge 	               IN TRODUCTION                                                         5


                      Les trois domaines des soins au troisième âge


Ambulatoire / à domicile                       Intermédiaire                               Stationnaire
Si les proches ne peuvent plus assurer         Les domaines intermédiaires des soins       Le besoin de soins constitue le motif
seuls les soins et la prise en charge, les     ambulatoires et stationnaires incluent      principal de l’admission en structure
organisations Spitex, piliers essentiels       les structures de jour et de nuit ainsi     stationnaire. Les personnes prises en
du système de santé, interviennent             que les domiciles médicalisés ou les sé-    charge dans des unités stationnaires
pour assurer certains éléments du sou-         jours en maisons de retraite ou en          bénéficient de soins permanents. En
tien. Ils permettent et encouragent la         homes. Ils proposent des conseils et        font partie les hôpitaux, les maisons de
vie à domicile pour toutes les per-            des soins. Le séjour à domicile peut        retraite et les homes.
sonnes qui ont besoin d’aide, de prise         ainsi être prolongé et les proches assu-    L’organisation de la prise en charge
en charge, de conseils et de soins. Les        rant des soins peuvent être soulagés        des soins est clairement structurée. La
organisations Spitex publiques ou              pendant une période donnée.                 répartition des types de prestations
d’utilité publique s’acquittent surtout        Les maisons de retraite à proximité         sur trois payeurs différents y est égale-
des missions de soins et par conséquent        d’un centre de gériatrie offrant des        ment associée : les assurances-maladie,
de celles incombant aux caisses-mala-          prestations spécifiques permettent une     les pouvoirs publics et les résidents
die qui comprennent en moyenne deux            vie autonome sur une longue durée.          eux-mêmes. La taxe sur les soins est ré-
tiers des activités Spitex publiques.          Bien que de telles structures ne soient     gie par le droit social. La contribution
Les entreprises Spitex privées four-           qu’au stade du développement en             des résidents se limite à 20 % de la
nissent en revanche majoritairement            Suisse, elles jouent néanmoins un rôle      contribution de soins fixée par le
des prestations domestiques ou so-             de plus en plus important.                  Conseil fédéral. Le cas échéant, les rési-
ciales qui sont payantes pour les utili-       La prise en charge englobe des offres       dents peuvent avoir recours à des pres-
sateurs et qui ne peuvent pas être             psychologiques, sportives et agogiques      tations complémentaires. Le finance-
prises en charge par les caisses-mala-         telles que créer et concevoir, jouer de     ment résiduel régi par les cantons
die. Les acteurs privés incluent des orga-     la musique, faire du sport, cuisiner et     s’applique aux autres coûts des soins
nisations caritatives d’utilité publique       faire le ménage, discuter, participer à     non couverts. Les coûts des taxes de
mais aussi des entreprises de prise en         des événements sociaux ou partir en         prise en charge et de pension varient
charge à but lucratif et des spécialistes      excursion. La dimension sociale du          fortement. Ils dépendent des presta-
indépendants des soins et de la prise en       soutien des personnes âgées nécessi-        tions définies qui varient d’un canton
charge tels que des migrantes de soins.        teuses est ainsi soulignée.                 et d’une commune à l’autre.
Conséquence de l’évolution sociale, les        La grande majorité des établissements       Comme les prestations de prise en
soins ambulatoires des personnes âgées         prennent également en charge des per-       charge et leurs payeurs sont régis dif-
gagneront en importance.                       sonnes nécessitant des soins et des in-     féremment dans les établissements
                                               dividus affligés de démence. La baisse      vieillesse, les offres de prise en charge
                                               du nombre de places de soins station-       et leurs coûts sont susceptibles de va-
                                               naires est susceptible d’engendrer un       rier fortement d’une région à l’autre.
                                               développement des modalités alterna-        La tendance s’oriente vers des admis-
                                               tives de soins dans le domaine inter-       sions tardives dans les homes et vers
                                               médiaire.                                   des durées de séjour plus courtes. Le
                                               La participation aux coûts de la part des   home demeure l’acteur le plus impor-
                                               pouvoirs publics varie fortement can-       tant des soins stationnaires. En réalité,
                                               ton par canton et en fonction de l’offre.   les homes deviennent des mouroirs.
                                                                                           C’est pourquoi les investissements s’y
                                                                                           concentrent de plus en plus sur les
                                                                                           soins palliatifs.



Voir le modèle de phases à la page 34.
6          L A PR ISE EN CH A RGE EN MU TATION   Une bonne prise en charge au troisième âge




    La prise
                               Les évolutions sociales nécessitent d’obtenir
                               une compréhension globale d’une bonne
                               prise en charge au troisième âge. Les pres-

    en charge                  tations publiques se concentrent actuelle-
                               ment trop sur les soins au troisième âge.


    en mutation
                               Le large domaine du travail de prise en charge
                               qui prend de l’importance reste un territoire
                               vierge. La société devra à l’avenir financer
                               une part du travail nécessaire de prise en
                               charge qui est actuellement encore assuré
                               gratuitement par les proches, les amis,
                               les voisins et les bénévoles. Ces dépenses
                               supplémentaires doivent être considérées
                               comme des investissements favorisant la
                               compatibilité de la vie professionnelle,
                               de la vie de famille et de la prise en charge
                               par les proches. Elles contribuent à éviter
                               des admissions trop précoces au sein
                               des établissements stationnaires de prise en
                               charge de personnes du troisième âge.
Une bonne prise en charge au troisième âge 	   L A PR ISE EN CH A RGE EN MU TATION                                7




           Moins de prise en
           charge familiale
           D’une manière générale, il convient d’en-               l’individualisation peut toutefois elle aussi
           visager que les prestations de prise en                 contribuer à ce que les personnes âgées ne
           charge assurées par les proches s’amenui-               soient plus du tout prises en charge par
           seront dans les années à venir. Il n’est pas            leurs enfants et par leurs petits-enfants
           certain que les proches seront disposés à               mais plutôt par des professionnels. C’est
           l’avenir à accomplir le même travail de                 pourquoi les réseaux en dehors du cercle
           prise en charge que leurs parents. Les                 familial prendront de l’importance.
           projets de vie ont changé. À l’inverse,
8                                 L A PR ISE EN CH A RGE EN MU TATION   Une bonne prise en charge au troisième âge




    Vivre plus long-
    temps avec des
    forces réduites




    L’espérance de vie croissante conduit à une
    phase plus longue au cours de laquelle les
    personnes âgées auront besoin de soins,
    mais la phase pendant laquelle les per-
    sonnes âgées seront tributaires d’une prise
    en charge devrait s’allonger. Cela ne signi-
    fie pas que le troisième âge s’allongera en
    conséquence. Il faut plutôt partir du prin-
    cipe que la transition du troisième âge actif
    au quatrième âge fragile, au cours duquel
    les forces s’épuisent, sera de plus en plus
    longue. Cette phase est appelée fragilisa-
    tion. Le nombre de personnes âgées fragiles
    augmentera. Bien que celles-ci ne soient
    pas nécessairement malades, elles perdent
    toutefois de leur vitalité et de leur autono-
    mie. Comme la plupart d’entre elles sou-
    haitent rester à leur domicile aussi long-
    temps que possible, elles ont besoin de
    prestations de prise en charge et de soins
    ambulatoires. Les coûts de prise en charge
    et de soins de longue durée en homes aug-
    menteront de manière conséquente parce
    que de plus en plus d’individus sont âgés.
    Des mesures préventives et de favorisa-
    tion de la santé peuvent contribuer à limi-
    ter la durée de prise en charge dans les
    soins de longue durée.
Une bonne prise en charge au troisième âge 	   L A PR ISE EN CH A RGE EN MU TATION                                 9


           Renouveler la
           compréhension
           de la mission
           générationnelle
           La charge de travail croissante dans le sys-
           tème de santé conduit à de plus en plus de
           réductions de prestations. Bien que l’effet
           préventif d’une bonne prise en charge à do-
           micile ne soit pas remis en question, il n’en
           reste pas moins que les investissements
           dans une infrastructure de prise en charge
           adaptée sont insuffisants. Par ailleurs, le
           risque d’un conflit entre les générations est
           grand lorsque les uns et les autres ne com-
           prennent pas que l’argent et le travail ne se
           déplacent pas que des jeunes vers les an-
           ciens mais que les deux parties en profitent,
           financièrement et socialement. La garde
           des petits-enfants et la prise en charge de
           proches sont des expressions qui décrivent
           bien la situation. La société s’expose à une
           fracture de solidarité dès que la jeune géné-
           ration redoute l’émergence d’une « géronto-
           cratie » dans laquelle les personnes âgées
           chercheraient à défendre majoritairement
           leurs intérêts. Les flux financiers et non
           financiers entre les générations sont com-
           plexes et sont globalement équilibrés.




           Retrait des                                             dans le milieu ambulatoire. En revanche,

           pouvoirs publics                                        les organisations Spitex d’utilité publique se
                                                                   concentrent de plus en plus sur des presta-
           Les missions de prise en charge font partie             tions remboursables par les caisses-mala-
           des soins ambulatoires, intermédiaires et               die qui comprennent essentiellement des
           stationnaires. Les prestations sont toute-              tâches de soins. Les prestations de prise en
           fois susceptibles de se différencier. L’image           charge dans les établissements station-
           selon laquelle la prise en charge est assu-             naires demeurent limitées pour des raisons
           rée soit par des acteurs informels (famille,            de budget et par manque de temps. Les per-
           environnement social, bénévoles) soit par               sonnes concernées ne peuvent recourir à ces
           des organisations Spitex privées tournées               prestations qu’au travers de dépenses sup-
           vers le profit se cristallise d’ores et déjà            plémentaires dépassant le prix de pension.
10                                L A PR ISE EN CH A RGE EN MU TATION   Une bonne prise en charge au troisième âge




     Menace d’une
     société à deux
     vitesses
     Les soins des personnes âgées évoluent ac-       individus financièrement faibles qui n’ont
     tuellement vers une société à deux vitesses.     pas ce luxe. Les personnes âgées ont actuel-
     Comme la prise en charge relève de plus          lement recours à des prestations si ces der-
     en plus de l’autonomie personnelle et            nières sont liées à des soins et qu’elles ne
     qu’elle doit être payée directement par          doivent pas les payer elles-mêmes. Un méde-
     l’utilisateur, un fossé se creuse entre les      cin doit porter malade la personne concer-
     personnes âgées qui peuvent se permettre         née à cet effet.
     une prise en charge professionnelle et les
Une bonne prise en charge au troisième âge 	   L A PR ISE EN CH A RGE EN MU TATION                                11


                                                                   L’État sous pression
                                                                   La prise en charge reste un mélange d’acti-
                                                                   vités et de prestations assurées par diffé-
                                                                   rents acteurs. Mais la part des offres or-
                                                                   ganisées par les pouvoirs publics doit
                                                                   augmenter pour éviter tout déséquilibre
                                                                   social. Tel est le principal défi que doivent
                                                                   relever les communes et les cantons. Il leur
                                                                   est demandé d’assurer non seulement les
                                                                   soins ambulatoires mais également d’amé-
                                                                   nager la prise en charge. Cela coûtera de
                                                                   l’argent, car ces prestations sociales pour-
                                                                   ront de moins en moins être assurées gra-
                                                                   tuitement. La société devra à l’avenir en
                                                                   financer une partie.


           Les ressources de
           femmes formées
           Le nombre de travailleurs augmente. Ce
           constat s’illustre non seulement par le
           nombre croissant de travailleurs étrangers
           mais aussi par l’augmentation de la partici-
           pation des femmes à la main d’œuvre. L’ini-
           tiative sur le personnel qualifié cherche
           par ailleurs à faire progresser le taux d’oc-
           cupation moyen des femmes en activité
           professionnelle. Il s’agit surtout de main
           d’œuvre formée dont l’utilisation en termes
           de temps de travail doit être optimisée. Les
           femmes passent de plus en plus de
           temps dans le monde du travail, si bien
           que le temps de prise en charge de leurs
           proches diminue. La conception tradition-
           nelle selon laquelle les femmes prennent
           en charge leurs proches essentiellement
           pendant leur temps libre est tenace. Les
           femmes éprouveront de plus en plus de dif-
           ficultés à allier travail, carrière et vie de fa-
           mille. Les hommes ne consentent qu’un
           faible effort de compensation. La compati-
           bilité du travail et de la vie de famille est
           toute aussi importante pour les personnes
           prenant en charge des proches que pour
           l’économie du pays. Les femmes et les
           hommes devraient pouvoir trouver la meil-
           leure harmonie entre l’activité lucrative et
           les tâches familiales et domestiques.
12                                    QUATR E MESSAGES CEN TR AUX               Une bonne prise en charge au troisième âge




     Quatre
     messages
     centraux




     Une bonne prise en charge au troisième âge
     prend de plus en plus d’importance en
     termes de politique sociale. L’environne-
     ment familial et le réseau au sein de la so-
     ciété civile ne sont plus en mesure d’assurer
     la prise en charge à eux seuls. Contraire-
     ment aux soins, la prise en charge au troi-
     sième âge est un concept diffus et n’est régi
     ni dans le droit ni au niveau de son contenu.
     Un concept global et des notions de qualité
     en vue d’une bonne prise en charge au troi-
     sième âge font défaut.




                                   Chi f f re s et fa i t s

                                   Plus de prise en charge que de soins
                                   Entre 220 000 et 260 000 personnes âgées de 65 ans ou plus ont eu recours à un soutien
                                   informel de soins et de pris en charge avec ou sans services Spitex en 2014. Le besoin
                                   de soutien des personnes âgées réside à 70 % dans des domaines hors soins tels que
                                   l’environnement d’habitation, le logement, les travaux ménagers difficiles, les achats et
                                   les activités administratives.
Une bonne prise en charge au troisième âge 	      QUATR E MESSAGES CEN TR AUX                                                   13




           Pourquoi la Suisse ne peut pas continuer
           comme cela dans la prise en charge au
           troisième âge ?
           Pour éviter un déséquilibre social croissant au 
           troisième âge et permettre à tous de vivre digne-
           ment pendant la dernière phase de leur vie, une
           compréhension renouvelée de la prise en charge 
           au troisième âge est nécessaire en Suisse. Il faut
           une compréhension complète et intégrative de 
           la prise en charge. La fondation Paul Schiller sou-
           haite mettre en lumière le besoin d’agir sur le plan
           de la politique sociale et de la politique de santé 
           en vue d’une prise en charge qualitative et abor-
           dable au troisième âge, et entamer à ce sujet un 
           débat technique et politique sur la base de quatre
           messages centraux.




                                               Chi f f re s et fa i t s

                                               Les femmes au taux d’activité élevé
                                               Les femmes qui retournent sur le marché du travail après la naissance de leur enfant ou
                                               après une phase passée au sein de leur famille prennent aujourd’hui plus souvent des
                                               postes dont le taux d’occupation est compris entre 50 et 90 % que des postes à moins
                                               de 50 %.
14                                  QUATR E MESSAGES CEN TR AUX      Une bonne prise en charge au troisième âge




         Chaque 
     individu a 
     le droit de
     vieillir dans
     la dignité.


     Des dispositions légales régissant le droit à une prise en charge complète, dont la concep-
     tion convient aussi bien aux personnes âgées qu’aux individus qui les prennent en charge,
     constituent une condition préalable à une vie digne et autodéterminée en fin de vie.
Une bonne prise en charge au troisième âge   QUATR E MESSAGES CEN TR AUX                                15




              La politique
          vieillesse de la
          Confédération
          a été insuffi-
          samment mise
          en œuvre
          jusqu’à présent.
           Le besoin de vivre aussi longtemps que possible dans l’environnement connu s’accentuera
           encore plus du fait de la phase de vie agile prolongée. L’indépendance et l’autonomie
           au troisième âge n’ont occupé jusqu’à présent que trop peu le devant de la scène et ont été
           insuffisamment prises en compte.
16                                 QUATR E MESSAGES CEN TR AUX      Une bonne prise en charge au troisième âge




         Il faut
     prendre en
     compte le 
     soutien aux
     personnes
     âgées de ma-
     nière globale.
     La professionnalisation des soins s’accompagne actuellement d’une spécialisation pour
     laquelle une compréhension complète de la prise en charge se perdra de plus en plus.
     Les personnes âgées ont besoin de solutions de prise en charge et de soins dans lesquelles
     les relations interpersonnelles et l’estime occupent une place de choix. Le soutien doit
     s’orienter de plus en plus autour des besoins personnels des personnes âgées.
Une bonne prise en charge au troisième âge 	   QUATR E MESSAGES CEN TR AUX                              17




              Les familles
          doivent être
          soulagées.




           Les proches ne peuvent plus assurer à eux seuls la prise en charge des membres âgés de
           leur famille. En fonction du besoin de soutien et de l’étendue des prestations, les offres
           de prise en charge de tiers ne sont pas accessibles et abordables identiquement pour tous
           les individus.
En Suisse,
nous devons
réfléchir aujourd’
d’hui
      à la manière
       dont nous
   voulons vieillir
   dans la dignité
          demain.
        La manifestation de lancement a eu lieu le 14 mars 2018 à Berne.
        Voir également au dos de ce rapport.
20                                            SEPT EXIGENCES                 Une bonne prise en charge au troisième âge




     Sept
     exigences




     Les activités des pouvoirs publics dans le
     domaine de la prise en charge au troi-
     sième âge doivent fortement s’intensifier.
     Sur le plan de la politique sociale, il faut
     des solutions reconnaissant la valeur des
     prestations professionnelles de prise en
     charge et valorisant et renforçant égale-
     ment l’importante prise en charge par les
     membres de la famille ou par l’environne-
     ment immédiat.




                                  Chi f f re s et fa i t s

                                  Admission dans un home de plus en plus tardive
                                  L’âge moyen d’admission dans un home a légèrement augmenté depuis 2008. En 2016,
                                  il était de 81,5 ans. La part des femmes chez les plus de 90 ans est de 70 % . De nom-
                                  breuses personnes âgées vivent moins d’un an en home. Le séjour moyen dure environ
                                  2,5 ans.
Une bonne prise en charge au troisième âge               SEPT EXIGENCES                                                            21




          Ancrer dans la loi
          le droit à la prise
          en charge
Exigence 1

           En Suisse, le soutien aux personnes âgées                    santé suisse, le lien entre les soins et la
           va bien au-delà de prestations de soins.                     prise en charge au troisième âge doit être
           C’est pourquoi la prise en charge doit être                  clarifié. Les deux types de prestations sont
           ancrée dans le service de base au même                       des formes de soutien qui devraient per-
           titre que les soins à l’échelon de la Confédé-               mettre de garantir une autonomie aussi
           ration. Ce n’est qu’à ce prix que la prise en                élevée que possible au quotidien.
           charge pourra répondre à des normes de                             La mise en œuvre peut s’étendre de
           qualité définies et sera mieux reflétée dans                 l’intégration du terme de prise en charge
           la formation professionnelle initiale et                     dans la législation fédérale au niveau de la
           continue. Dès que la prise en charge au                      loi sur l’assurance-maladie (LAMal) jusqu’au
           troisième âge fera effectivement l’objet                     réaménagement de l’allocation pour im-
           d’un service public, toutes les personnes                    potent ( API ) en passant par le développe-
           âgées pourront vivre dignement au troi-                      ment des prestations complémentaires et
           sième âge. Pour comprendre comment la                        l’introduction d’une nouvelle assurance de
           prise en charge s’insère dans le service de                  soins et de prise en charge.




                                             Chi f f re s et fa i t s

                                             Deux fois plus de personnes très âgées
                                             Alors que le nombre de retraités était seulement de 1,5 million en 2015, l’Office fédéral de
                                             la statistique estime qu’ils seront 2,7 millions en 2045. L’évolution du nombre de per-
                                             sonnes très âgées est encore plus frappante : le nombre des plus de 80 ans sera en effet
                                             multiplié par deux.
22                                               SEPT EXIGENCES                  Une bonne prise en charge au troisième âge




      Modèle de 
      soins intégratif

Exigence 2

       Les soins ambulatoires, intermédiaires et                d’intégrer toutes les parties prenantes et de
       stationnaires disposent d’offres de prise en             tenir compte de toutes les facettes de la
       charge pour les personnes âgées. Pour ga-                prise en charge.
       rantir le meilleur accès possible aux offres,                  Un modèle intégratif de soins englobe
       l’approche doit devenir intégrative. Un sou-             l’aménagement individuel du quotidien et
       tien valable des personnes âgées n’est en                des loisirs ainsi que les travaux de tous les
       effet possible que dans le cadre d’une inter-            jours à domicile par les Spitex comme les
       action étroite entre celles-ci, les familles,            établissements stationnaires. Outre un sou-
       les réseaux de voisinage, les acteurs des                tien professionnel, un aménagement judi-
       soins et les responsables politiques. L’accent           cieux du cadre de vie fait lui aussi partie
       ne doit pas simplement être mis sur les                 de l’offre de prestations.
       acteurs formels en la matière. Il importe




                                     Chi f f re s et fa i t s

                                     Taille du ménage
                                     Fin 2016, la Suisse comptait environ 3,7 millions de ménages privés. Un bon tiers de ces
                                     ménages ne comprenaient qu’une seule personne, soit 16 % de la population perma-
                                     nente qui vivait dans un ménage d’un seul individu. Près d’un tiers des ménages comp-
                                     taient deux personnes, soit 29 % de la population permanente. La taille moyenne de
                                     ménage s’élevait à 2,24 personnes.
Une bonne prise en charge au troisième âge 	               SEPT EXIGENCES                                                       23




         Abordable 
         pour tous

Exigence 3

           Le marché en expansion des prestations                               Comme pour la logique de l’alloca-
           (par exemple Spitex « à la carte ») couvre ac-                 tion pour impotent, il serait possible d’al-
           tuellement les besoins de prise en charge                      louer aux personnes âgées des crédits
           de manière si large qu’il n’est pas facile de                  temps dépendant de leur revenu et de
           se faire une idée de l’étendue du marché                       leurs besoins avec lesquels elles pourraient
           privé. La plupart des ménages n’ont pas les                    acheter des prestations de prise en charge.
           moyens de se permettre de telles offres pri-                   Pour trouver l’offre adaptée sur le marché,
           vées. La prise en charge au troisième âge au                   il faut mettre en place des offres de conseils
           titre de service public nécessite un nou-                      et de triage faciles d’accès pour les per-
           veau système de financement efficace qui                       sonnes concernées et leurs proches.
           tienne compte des différences de revenus.




                                               Chi f f re s et fa i t s

                                               Coûts invisibles de la prise en charge
                                               Au total, les bénévoles assurent pratiquement deux fois plus d’heures de prise en charge
                                               et de soins que les Spitex. En 2014, 171 000 personnes ont consacré du temps aux soins
                                               et à la prise en charge de proches ou au bénévolat.
24                                              SEPT EXIGENCES                    Une bonne prise en charge au troisième âge




       Favoriser la
       participation 
       à la société

       
Exigence 4

       La prise en charge est une activité sociale              alors réalisable lorsqu’un habitat sans obs-
       qui revêt un aspect communautaire. Elle                  tacle et un réseau de soins bien construit
       exprime un aménagement commun du                         sont combinés de telle sorte qu’ils per-
       quotidien qui permet aux personnes âgées                 mettent aux personnes concernées de
       seules et menacées d’exclusion sociale de                vivre selon une liberté optimale.
       participer à la vie sociale. Le tissu social                   La prise en charge au troisième âge
       est un élément indispensable pour rester                 doit être prise en compte de mieux en
       autonome jusqu’au troisième âge. C’est                   mieux dans le développement des quar-
       pourquoi un appartement adapté à l’âge et                tiers et des villes. Un développement du-
       une prise en charge et des soins complets                rable doit tenir compte des besoins des
       mais également l’environnement sont dé-                  personnes âgées en tant qu’élément de la
       cisifs en la matière. « Ageing in place » est            planification.




                                    Chi f f re s et fa i t s

                                    Des prestations conséquentes assurées par les proches
                                    En 2013, les proches ont fourni 64 millions d’heures de prise en charge et de soins pour
                                    les membres de leur famille en Suisse. Sur la base d’un taux horaire de 57 francs,
                                    ce travail est valorisé à 3,6 milliards de francs. À titre de comparaison, toutes les orga­
                                    nisations Spitex prises dans leur ensemble ont délivré des prestations d’un montant de
                                    1,93 milliards de francs.
Une bonne prise en charge au troisième âge 	        SEPT EXIGENCES                                          25




           Professionnalisme
           et reconnaissance

Exigence 5

           La prise en charge implique la cohabitation       nisé par une prestation publique. Les exi-
           de divers acteurs. Elle se situe à mi-chemin      gences en termes de formation doivent être
           entre des activités informelles qui ne néces-     reformulées au sens général, des normes de
           sitent aucune qualification professionnelle       qualité doivent être définies et les condi-
           et le travail de spécialistes et de profession-   tions de travail (salaire minimum, temps
           nels. Cela se manifeste d’une part dans le        de travail, assurances sociales) doivent être
           risque de précarisation dès lors que la prise     déterminées. Que la prise en charge soit as-
           en charge relève d’un travail salarié. En         surée à domicile ou qu’elle soit intermé-
           d’autres termes, le personnel de prise en         diaire ou stationnaire, il convient d’assurer
           charge est soumis à des relations contrac-        une planification de la prise en charge et
           tuelles instables et bénéficie d’une rémuné-      des soins à tous les niveaux par des
           ration insuffisante. D’autre part, des diffi-     services de conseil adaptés.
           cultés prennent forme lorsque les proches               La prise en charge par les proches
           ou les bénévoles ne sont pas considérés dans      doit être soutenue par des mesures visant à
           le cadre professionnel, ou inversement,           favoriser la compatibilité de la vie profes-
           lorsque les professionnels ne sont pas accep-     sionnelle avec cette mission. Les em-
           tés dans le cadre familial. Un affinement du      ployeurs doivent être disposés à adapter
           terme de prise en charge est nécessaire ici.      les conditions de travail aux réalités ai-
           Dans la cohabitation des acteurs, il est clair    guës. Il faudrait que les pertes de revenu
           que le travail professionnel de prise en          dues à la prise en charge de proches
           charge nécessite une valorisation et le tra-      puissent être compensées. En prévoyance
           vail de prise en charge informel doit faire       vieillesse, elles doivent être prises en
           l’objet d’une reconnaissance accrue.              compte de manière adaptée non seulement
            	    Le travail de prise en charge doit être     dans le premier pilier mais également
           rémunéré de manière convenable et indem-          dans le deuxième.
26                                              SEPT EXIGENCES                   Une bonne prise en charge au troisième âge




      Important : 
      le travail 
      relationnel
      
Exigence 6

       La prise en charge ne se limite jamais à une            dus ayant des tâches différentes. La fron-
       activité spécifique. Elle nécessite beaucoup            tière entre les tâches de prise en charge et
       d’attention pour les personnes soignées.                les tâches de soins est mouvante. Il n’est pas
       Une bonne prise en charge s’apparente tou-              toujours possible de la tracer clairement et
       jours à un travail relationnel qui nécessite            il est souvent difficile d’en définir précisé-
       du temps. La conception de relations doit               ment le contenu.
       bénéficier de davantage de considération                      L’interaction entre la prise en charge
       dans la prise en charge et les soins profes-            et les soins requiert des structures qui
       sionnels. La prise en charge peut s’intensi-            tiennent suffisamment compte de la di-
       fier au fil des ans et prendre de nouvelles             mension temporelle du travail relationnel
       formes. Des évolutions de l’état de santé et            et qui facilitent les échanges entre les dif-
       des transitions à de nouvelles solutions de             férentes parties prenantes. La décélération
       prise en charge peuvent engendrer des                   du travail de prise en charge dans le cadre
       craintes chez les personnes concernées.                 professionnel ainsi que des modalités adap-
       Prodiguer des soins tous azimuts nécessite              tées de soulagement des employés et des
       toujours une interaction entre des indivi-              proches occupent le devant de la scène.




                                    Chi f f re s et fa i t s

                                    Différences régionales parmi les homes
                                    Davantage de personnes sont hébergées en homes en Suisse orientale qu’en Suisse
                                    romande (BL et SO compris) et dans le Tessin où les personnes âgées ont a contrario
                                    plus recours à des prestations Spitex. Par rapport à d’autres pays de l’OCDE, la Suisse
                                    occupe la tête du classement en termes de nombre de places en homes.
Une bonne prise en charge au troisième âge 	       SEPT EXIGENCES                                            27




           Travail de préven-
           tion : ambulatoire 
           et	 stationnaire
Exigence 7

           La prise en charge en tant que relation per-      domicile que des formes d’habitat médica-
           met de lutter contre l’isolement, elle ren-       lisé et des homes. L’aménagement de l’es-
           ferme des éléments d’activation et stimule        pace social dans le quartier ou dans la com-
           les aptitudes somatiques et cognitives. Le        mune doit en outre également chercher à
           maintien prolongé de sa santé et la capa-         tenir compte, sur le plan de la planification,
           cité à rester à son domicile sont d’impor-        de l’interconnexion de tous les domaines
           tantes conditions préalables. Une bonne           de la vie tels que l’habitat, la participation
           prise en charge permet d’éviter des admis-        à la vie sociale, la santé ou la mobilité au
           sions précoces dans des établissements sta-       troisième âge. La responsabilité de la so-
           tionnaires. Les coûts croissants des soins        ciété entre en jeu ici.
           de longue durée peuvent être réduits par la             Les communes mais aussi les commu-
           promotion de la santé et la prévention.          nautés de la société civile ou les commu-
           Le débat sur les prestations de prise en charge   nautés religieuses sont notamment sollici-
           porte toutefois non seulement sur la dimen-       tées pour créer les conditions nécessaires
           sion financière mais également sur les           permettant aux personnes âgées de rester
           aspects techniques, éthiques et temporels.        aussi longtemps que possible chez elles. La
                 Pour que la prise en charge puisse          prise en charge peut néanmoins également
           avoir des vertus préventives, elle doit être      présenter des effets préventifs dans les éta-
           interconnectée. Les synergies entre les dif-      blissements stationnaires lorsque les per-
           férents acteurs sont encore trop peu insti-       sonnes âgées sont soutenues par des profes-
           tutionnalisées. Dans une mesure crois-            sionnels dans leur désir d’activité et de
           sante, la gestion ou le pilotage du quotidien     participation à la vie de la société. L’inté-
           doivent être assurés dans le cadre de ser-        gration de proches et de bénévoles peut se
           vices professionnels. Une telle approche in-      révéler judicieuse et soulager le budget des
           clut tant des offres de prise en charge à         homes dans ce contexte.
28                  INFOR M ATIONS DE FOND                Une bonne prise en charge au troisième âge




     Informations
     de fond




              Chi f f re s et fa i t s

              Prise en charge intensive en personnel dans les homes
              En 2016, 149 116 personnes vivaient dans les 1570 maisons de retraite et homes suisses.
              En 2016, 128 767 personnes occupaient 92 484 postes à temps plein dans les maisons
              de retraite et les homes. 83,2 % des collaborateurs étaient des femmes.
Une bonne prise en charge au troisième âge 	         INFOR M ATIONS DE FOND                                                      29


           Un système                                                     Un creuset
           complexe                                                       Tout ce qui relève en pratique de la prise en
                                                                          charge a en principe toujours lieu par
           En Suisse, la promotion de la santé, la pré-                   distinction aux soins. Il s’agit donc d’un
           vention des maladies et l’assistance aux                       creuset de prestations hétérogènes hors
           malades, aux handicapés et aux mourants                        soins. La prise en charge peut inclure aussi
           relèvent des soins. Lorsque la vieillesse, la                  bien le soutien émotionnel ( aménagement
           santé et l’assistance sont abordées collecti-                  de la journée, accompagnement, surveil-
           vement, on parle d’organisation des soins                      lance et attention sociale) que des éléments
           aux personnes âgées. Celle-ci se concentre                     de soins corporels simples (aide pour s’ha-
           sur la promotion et le maintien à long                         biller, se doucher, manger, se lever ou s’al-
           terme de l’autonomie des personnes de                          longer), d’activités domestiques (achats, cui-
           plus de 65 ans. Le système est varié et com-                   sine, nettoyage) ou de soutien administratif
           plexe. Les missions et les responsabilités                     (correspondance, tâches financières et juri-
           sont réparties entre la Confédération, les                     diques). En Suisse, de telles tâches d’assis-
           cantons et les communes dans le cadre                          tance et de prise en charge ne sont pas inté-
           d’une approche fédéraliste. Des législations                   gralement définies et réglementée et il
           diverses régissent les conditions-cadres et                    n’existe aucune prétention au soulagement
           conduisent à des spécificités régionales au                    ancré dans le droit social. La notion
           niveau de la fourniture de prestations.                        concrète de soulagement est par ailleurs
                 Les soins aux personnes âgées sont                       relativement mal définie. La pratique en
           prodigués dans le cadre de deux presta-                        vigueur jusqu’à présent définit les presta-
           tions différentes. La première est une pres-                   tions de prise en charge uniquement par
           tation en nature. Celle-ci inclut par                          distinction aux prestations de soins rem-
           exemple les soins dans les Spitex, le cadre                    boursables par les caisses-maladie confor-
           soignant dans les homes, les repas et le ser-                  mément à l’ordonnance sur les prestations
           vice de transport. La seconde prestation                       dans l’assurance obligatoire des soins en
           tient compte des besoins d’assistance finan-                   cas de maladie (OPAS ). Par conséquent, le
           cière d’une personne. Dans les soins aux                       terme général de prise en charge recouvre
           personnes âgées, il s’agit de l’allocation                     une forme de soutien hors soins. L’aide ini-
           pour impotent. Toutes les personnes perce-                     tiale pour surmonter le quotidien devient
           vant une rente AVS peuvent demander une                        souvent à un moment donné une presta-
           allocation pour impotent dès lors qu’une                       tion de soins clairement définie sur le plan
           dégradation de leur santé restreint dura-                      juridique, au plus tard lorsque le soutien
           blement certaines activités quotidiennes.                      devient plus exigeant, qu’il nécessite des
                                                                          connaissances médicales ou si une personne
                                                                          âgée est portée malade par un médecin
                                                                          pour qu’elle obtienne de l’aide.




                                               Chi f f re s et fa i t s

                                               La prise en charge en home est onéreuse
                                               Les homes coûtent 9,6 milliards de francs par an. Les pouvoirs publics financent 60 % de
                                               cette somme. En 2016, la Suisse disposait de 63,8 lits de soins de longue durée dans des
                                               institutions ou dans des hôpitaux pour 1000 habitants à partir de 65 ans. D’après la sta-
                                               tistique des institutions médico-sociales ( SOMED ), 25 à 30 % des résidents de homes
                                               ne font état que d’un besoin réduit de soins.
30                                        INFOR M ATIONS DE FOND                 Une bonne prise en charge au troisième âge




     Justification                                             à l’introduction de la nouvelle loi sur l’assu-
                                                               rance-maladie dans laquelle seules les pres-

     médicale                                                  tations de soins et non plus les prestations
                                                               de prise en charge sont indemnisées.
     Les soins aux personnes âgées se concentrent                    Les activités des pouvoirs publics dans
     sur l’assistance justifiée médicalement et se             le domaine de la prise en charge au troi-
     déroulent dans des structures profession-                 sième âge sont limitées. L’allocation pour
     nelles. La fourniture de prestations a lieu               impotent ( API ) de l’AVS n’offre une aide
     d’une part à domicile au travers des Spitex               financière que si les actes de la vie quoti-
     et d’autres part dans des structures de jour              dienne ne peuvent plus être accomplis sans
     et de nuit ainsi que dans des maisons de re-              assistance durable et que s’il existe égale-
     traite et des homes. À l’échelon de la Confé-             ment un besoin effectif et persistant de
     dération, elle est régie par la loi sur l’assu-           soins. Elle ne dépend pas de la situation
     rance- maladie (LAMal) et par l’ordonnance                financière de la personne.
     sur les prestations dans l’assurance obliga-

                                                               Différences
     toire des soins en cas de maladie (OPAS). Un
     catalogue de prestations définit la signifi-

                                                               cantonales
     cation du besoin de soins. Une distinction
     entre trois types de soins est faite en mi-
     lieu ambulatoire ( Spitex ). Les soins de base
                                                               L’obligation visant à assurer la prise en
     qui revêtent notamment de l’importance
                                                               charge et les soins de personnes âgées à
     dans les soins de longue durée des per-
                                                               domicile ou en milieu stationnaire s’est
     sonnes âgées représentent l’un de ces trois
                                                               concrétisée au niveau de la législation et
     types. D’après l’OPAS, les soins de base n’in-
                                                               des ordonnances dans de nombreux can-
     cluent pas de coûts de prise en charge de
                                                               tons. La mise en œuvre de ces obligations
     personnes âgées. En l’absence de besoin
                                                               n’a toutefois pas eu lieu de manière diffé-
     simultané de soins, il n’existe aucune prise
                                                               renciée dans le domaine des prestations
     en charge payée en Suisse.
                                                               hors soins jusqu’à présent. Le terme de
                                                               prise en charge reste indéfini dans la légis-

     Réglementation                                            lation. Il n’existe aucune définition au
                                                               niveau de la Confédération. Les prestations

     juridique prati-                                          qui relèvent de la prise en charge ou des
                                                               soins dépendent également de l’étendue du

     quement nulle                                             soutien accordé par les cantons et les com-
                                                               munes aux offres de prestations.
     La différenciation d’une compréhension des                      Un exemple : une femme de 78 ans
     soins autrefois globale a engendré le débat               faisant état d’un besoin de soins moyen
     actuel portant sur la prise en charge et sur              peut être aidée intégralement tous les jours
     les soins. L’évolution est essentiellement liée           par une organisation Spitex communale




                                    Chi f f re s et fa i t s

                                    Parts différentes de coûts
                                    En règle générale, les coûts de prise en charge et de soins dans les homes sont couverts
                                    à 20 % par les caisses-maladie, à 30 % par les assurances sociales et les prestations
                                    complémentaires et à 40 % par les ménages privés. En revanche, la part des coûts rele-
                                    vant des ménages privés n’est que de 15 % dans les Spitex. L’État s’acquitte de la plus
                                    grande part des coûts, soit environ 45 %, alors qu’environ 30 % sont couverts par les
                                    caisses-maladie.
Une bonne prise en charge au troisième âge 	         INFOR M ATIONS DE FOND                                                     31


                                               Chi f f re s et fa i t s

                                               Les hommes sont fréquemment pris en charge par leur conjointe
                                               Près de 50 % des femmes de 85 ans et 25 % des hommes du même âge étaient tribu-
                                               taires d’une prise en charge de la part de proches et de personnes de leur entourage en
                                               2014. Les hommes âgés sont fréquemment pris en charge par leur conjointe.




           en Suisse romande. En Suisse centrale,                         derniers peuvent avoir recours font égale-
           cette même femme serait dans la mesure                         ment défaut. Un marché privé de la prise
           du possible accompagnée à son domicile                         en charge des seniors s’est développé en pa-
           par un organisme Spitex privé d’utilité pu-                    rallèle. Des offres professionnelles de prise
           blique. Toutefois, le cadre de soins se limite                 en charge au troisième âge doivent être
           ici aux prestations remboursées par les                        considérées comme un complément au sou-
           caisses-maladie. Les enfants sont respon-                      tien des personnes nécessitant des soins,
           sables des achats quotidiens, du nettoyage                     mais elles doivent être financées par les
           hebdomadaire du logement et de l’excur-                        personnes concernées elles-mêmes. Des
           sion dominicale. En Suisse orientale, cette                    normes de qualité générales contrai-
           femme se trouverait peut-être déjà dans un                     gnantes font défaut.
           home où des employés spécialisés s’occupe-

                              Des coûts pouvant
           raient d’elle jour et nuit. Outre les soins et
           la restauration, elle pourrait participer à

                              compromettre
           des activités communes pendant la journée.



           La prise en charge l’existence
           est surtout une                                                Les ménages de retraités aux dépenses de
                                                                          prise en charge élevées mais dont les coûts

           affaire privée                                                 de soins sont bas sont actuellement bien
                                                                          plus sollicités que les ménages présentant
           Contrairement aux soins, la prise en charge                    un besoin de soins aigu. Les personnes
           doit majoritairement être organisée de ma-                     âgées qui n’ont besoin que de prise en
           nière privée. Le soutenu familial prodigué                     charge sont encore plus fortement tou-
           aux personnes âgées revêt par conséquent                       chées. Elles ne perçoivent des prestations
           une grande importance. C’est pourquoi des                      complémentaires ( PC ) à l’AVS régies au ni-
           réseaux familiaux ou de la société civile                     veau fédéral que lorsqu’elles ne peuvent
           accomplissent actuellement la majeure par-                     plus s’acquitter elles-mêmes de leurs dé-
           tie du travail de soutien hors soins. La prise                 penses courantes à domicile ou en home.
           en charge par la famille, les proches et les                   Celles-ci peuvent également inclure des
           amis est la plupart du temps une condition                     activités domestiques à domicile. À l’heure
           préalable au maintien de la personne à son                     actuelle, 10 % des ménages de retraités per-
           domicile et elle est assurée gratuitement.                     çoivent des prestations complémentaires et
                 Le risque de surmenage et de satura-                     plus de la moitié des résidentes et des rési-
           tion est grand. Des offres de conseil et de                    dents de homes en dépendent.
           soulagement pour les proches auxquels ces
Vous pouvez aussi lire
Partie suivante ... Annuler