Plan départemental de gestion d'une canicule - PRÉFET DE LA HAUTE-GARONNE - Préfecture de la Haute-Garonne

 
Plan départemental de gestion d'une canicule - PRÉFET DE LA HAUTE-GARONNE - Préfecture de la Haute-Garonne
PRÉFET DE LA HAUTE-GARONNE

            Plan départemental de gestion d’une canicule

Juin 2019                                                  -1-
Plan départemental de gestion d'une canicule - PRÉFET DE LA HAUTE-GARONNE - Préfecture de la Haute-Garonne
Juin 2019   -2-
Plan départemental de gestion d'une canicule - PRÉFET DE LA HAUTE-GARONNE - Préfecture de la Haute-Garonne
Enregistrement des modificatifs

                                                                Modification faite par : nom,
   Référence du modificatif     Date du modificatif
                                                                     grade, signature

Juin 2019                                                                               -3-
SOMMAIRE

Arrêté d’approbation...................................................................................................................................................... 2

Glossaire des sigles.........................................................................................................................................................6

1 – LES CARACTERISTIQUES DU PLAN                                       ...........................................................................................................8

     1-1 Contexte..............................................................................................................................................................8

     1-2 Historique...........................................................................................................................................................8

     1-3 Le PNC 2019......................................................................................................................................................8

     1-4 Objectifs du PDGC...............................................................…........................................................................10

2 – LA VIGILANCE ET L’ALERTE CANICULE.......................................................................................................11

     2-1 Le dispositif de vigilance météorologique........................................................................................................11

     2-2 La mise en œuvre des niveaux du PGCD.........................................................................................................12

3 – LES REMONTEES D’INFORMATION................................................................................................................13

     3-1 Les remontées systématiques............................................................................................................................13

     3-2 Les remontées en situation d’alerte..................................................................................................................13

4 – NIVEAU 1 – VEILLE SAISONNIERE.................................................................................................................14

     4-1 La communication............................................................................................................................................14

     4-2 La veille bio météorologique............................................................................................................................14

5 – NIVEAU 2 – AVERTISSEMENT CHALEUR...................................................................................................... 15

6 – NIVEAU 3 – ALERTE CANICULE......................................................................................................................16

     6-1 La mise en œuvre du niveau 3 – alerte canicule..................….........................................................................16

     6-2 Le maintien ou la levée du dispositif……........................................................................................................17

7 – NIVEAU 4 – MOBILISATION MAXIMALE.......................................................................................................18

     7-1 La mise en œuvre du niveau 4 – mobilisation maximale.................................................................................18

     7-2 Le maintien ou la levée du dispositif…............................................................................................................18

8 – LES INSTANCES DE GESTION LOCALE DU PDGC........................................................................................19

     8-1 Le Comité départemental canicule...................................................................................................................19

     8-2 Le Comité canicule restreint.............................................................................................................................19

     8-3 Le Centre opérationnel départemental (COD)..................................................................................................19

     8-4 La Cellule régionale d’appui canicule (CRA)..................................................................................................20

9 – LES FICHES-ACTIONS DES SERVICES............................................................................................................21

Juin 2019                                                                                                                                                             -4-
Fiche 1 – Préfecture................................................................................................................................................22

   Fiche 2 – ARS.........................................................................................................................................................24

   Fiche 3 – SDIS........................................................................................................................................................26

   Fiche 4 – SAMU.....................................................................................................................................................27

   Fiche 5 – DDSP/GENDARMERIE........................................................................................................................28

   Fiche 6 – DDCS......................................................................................................................................................29

   Fiche 7 – DDPP.......................................................................................................................................................31

   Fiche 8 – DSDEN.............................................................................................................................................… .32

   Fiche 9 – DRAAF...................................................................................................................................................33

   Fiche 10 – DIRECCTE...........................................................................................................................................34

   Fiche 11 – Communes (CCAS)...............................................................................................................................36

   Fiche 12 – Conseil départemental..................................................................................................................... .....38

   Fiche 13 – Conseil régional....................................................................................................................................39

   Fiche 14 – Associations agréées de sécurité civile..................................................................................................40

ANNEXES

   Annexe 1 – Schéma de mise en œuvre de l’alerte..................................................................................................41

   Annexe 2 – Modèle de message de mise en œuvre du plan…................................................................................42

   Annexe 3 – Liste des associations de sécurité civile agrées au niveau départemental............................................45

   Annexe 4 – Liste des grands rassemblements (été 2019).......................................................................................46

   Annexe 5 – Liste des établissements, services et entités relevant du champ médico-social...................................47

   Annexe 6 – Mesures en direction des personnes sans abri.....................................................................................49

   Annexe 7 – Communication...................................................................................................................................53

   Annexe 8 – Rôle des établissements de santé.........................................................................................................54

   Annexe 9 – Rôle des médecins libéraux.................................................................................................................55

   Annexe 10 – Rôle des établissements pour personnes âgées-dépendantes/handicapées........................................56

   Annexe 11 – Rôle des services de soins infirmiers à domicile...............................................................................57

   Annexe 12 – Rôle des établissements sociaux (CHRS, CADA).............................................................................58

   Annexe 13 – Rôle des acteurs de la veille sociale et intervenants auprès des personnes sans abri.........................59

   Annexe 14 – Rôle des organismes de protection sociale........................................................................................60

Juin 2019                                                                                                                                                      -5-
GLOSSAIRE DES SIGLES

AASC = Associations agrées de sécurité civile
ACCEM = Accueil collectif à caractère éducatif des mineurs
ADPC = Association départementale de la protection civile
ADRASEC = Association départementale des radio-amateurs au service de la protection civile
ARS = Agence régionale de santé
ASF = Autoroutes du sud de la France
ATMO Occitanie = Observatoire Régional de l’Air en Occitanie
BQA = Bulletin quotidien des alertes
BTP = Bâtiments et travaux publics
CADA = Centre d’accueil des demandeurs d’asile
CAF = Caisse d’allocations familiales
CARSAT = caisse d’assurance retraite de la santé au travail
CCAS = Centre communal d’action sociale
CDC = Comité départemental canicule
CIC = Comité interministériel de crise
CG = Conseil départemental (MDS = Maison des solidarités)
CHU = Centre hospitalier universitaire
CIAS = Centre intercommunaux d’action sociale
CIRE = Cellule interrégionale d’épidémiologie
CLIC = Centre local d’information et de coordination
CMU = Couverture maladie universelle
COD = Centre opérationnel départemental
CODERPA = Comité départemental des retraités et des personnes âgées
CODIS = Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours
COGIC = Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises
CORG = Centre opérationnel régional de gendarmerie
CORRUSS = Centre Opérationnel de Réception et de Régulation des Urgences Sanitaires et Sociales
COZ = Centre opérationnel zonal
CPAM = Caisse primaire d’assurance maladie
CRA = Centre de rétention administrative ou cellule régionale d’appui
CSEP = Comité de suivi et dévaluation du PNC
DDCS = Direction départementale de la cohésion sociale
DDPP = Direction départementale de la protection sociale
DDSP = Direction départementale de la sécurité publique
DDT = Direction départementale des territoires
DGCS = Direction générale de la cohésion sociale
DGS = Direction générale de la santé
DGOS = Direction générale de l’organisation des soins
DGSCGC = Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises
DIRECCTE = Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de
l’emploi
DMD = Délégué militaire départemental
DRAAF = Direction régionale de l’alimentation de l’agriculture et de la forêt
DRJSCS = Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale
DREAL = Direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement
DSEN = Direction des services de l’éducation nationale
DUS = Département des urgences sanitaires
EDF = Électricité de France
EHPA = Établissement d’Hébergement des Personnes Âgées
EHPAD = Établissement d’Hébergement des Personnes Âgées Dépendantes

Juin 2019                                                                                      -6-
EMA = Équipe mobile d’aide
EMZ = État-major de zone
IBM = Indicateurs bio météorologiques
INPES = Institut national de prévention et d’éducation pour la santé
InVS = Institut de veille sanitaire
MSA = Mutualité sociale agricole
ORSEC = Organisation de la réponse de sécurité civile
PC = Poste de commandement
PDGC = Plan départemental de gestion d’une canicule
PMI = Protection maternelle infantile
PAU = Plan d’alerte et d’urgence
PNC = Plan national canicule
SACS = Système d’alerte canicule et santé
SAAD = Service d’aide et d’accompagnement à domicile
RSI = Régime social des indépendants
SAMU = Service d’aide médicale d’urgence
SDIS = Service départemental d’incendie et de secours
SIRACEDPC = Service interministériel régional des affaires civiles économiques de défense et de
protection civile
SISAC = Système d’information sanitaire des alertes et crises
SMUR = Service mobile d’urgence et de réanimation
SNCF = Société nationale des chemins de fer français
S/P = Sous-préfecture
SRCI = Service régional de communication interministérielle
SRU = Serveur régional des urgences
SSIAD = Service de soins infirmiers à domicile
SYNERGI = Système Numérique d’Échange et de Remontée et de gestion des informations
TIGF = Transport infrastructures gaz France
UMS = Unité mobile de secours
UNAFAM = Union nationale des familles
UNASS = Union nationale des sauveteurs secouristes

Juin 2019                                                                                         -7-
1 – LES CARACTÉRISTIQUES DU PLAN

    1.1. Contexte
L’exposition d’une personne à une température extérieure élevée pendant une période prolongée, sans
période de fraîcheur suffisante pour permettre à l’organisme de récupérer, est susceptible d’entraîner de
graves complications par dépassement des capacités de régulation thermique du corps humain. Les
périodes de fortes chaleurs sont alors propices aux pathologies liées à la chaleur, à l’aggravation de
pathologies préexistantes ou à l’hyperthermie, surtout chez les personnes fragiles et les personnes
particulièrement exposées à la chaleur.

    1.2. Historique
La canicule exceptionnelle de l’été 2003 a entraîné une surmortalité estimée à près de 15 000 décès. La
France n’avait jamais été confrontée à de telles conséquences sanitaires engendrées par une chaleur
extrême. Ce phénomène a révélé la nécessité d’adapter le dispositif national de prévention et de soins en
élaborant un plan national canicule, actualisé chaque année. En juillet 2006, la France a connu un autre
épisode de canicule important bien que de moindre intensité qu’en 2003. La mise en œuvre du plan a
permis d’en limiter les effets.
Le mois de juillet 2013, globalement chaud, a été marqué par une alternance de pics de chaleurs et de
perturbations orageuses. Il a fait l’objet pour la Haute-Garonne d’un épisode de niveau « avertissement
chaleur » du 25 au 27 juillet 2013. Au plan national, l’impact sanitaire de la vague de chaleur a été faible.
Au cours de l’été 2015, la France métropolitaine a connu plusieurs épisodes de canicule.
Pour le département de la Haute-Garonne, les indices bio-météorologiques ont frôlé les seuils de mise en
œuvre du niveau alerte canicule du plan sans les atteindre. Le département a été placé en vigilance Jaune
pour le risque « canicule » du 29 juin au 4 juillet 2015 entraînant la mise en œuvre du niveau
« avertissement chaleur » du plan canicule. Des mesures d’information et de communication ont alors été
mises en œuvre (communiqué de presse diffusé par le Préfet pour rappeler les consignes de
comportement, information de l’Agence régionale de santé aux différents établissements de leur secteur).

    1.3. Le Plan national canicule (PNC) 2019
Le Plan national canicule a pour objectifs d’anticiper l’arrivée des vagues de chaleur, de définir les
actions à mettre en œuvre pour prévenir et limiter les effets sanitaires de celles-ci et d’adapter les mesures
de prévention et de réduction des expositions à la chaleur particulièrement à destination des populations
vulnérables.
Pour cette saison 2019, le PNC 2017 est reconduit à l’identique.

Juin 2019                                                                                             -8-
   Les 4 niveaux coordonnés avec les niveaux de vigilance météorologique
Les différents niveaux du PNC s’articulent avec les 4 couleurs de la vigilance météorologique :

Niveau Dénomination Niveau carte                    Caractéristiques et actions mises en œuvre
                    de vigilance
                       météo
   1            Veille          Vert                        Du 1er juin au 15 septembre
             saisonnière                   Niveau de vérification des dispositifs opérationnels et de veille
                                                         quotidienne de l’activité sanitaire.
                                             Mise en œuvre d’un dispositif d’information et d’actions
                                                                     préventives.
   2        Avertissement      Jaune       Mise en place de mesures d’information et de communication à
               chaleur                                          l’initiative des ARS.
                                                  Renforcement des mesures déclinées au niveau 1.
                                           Anticipation ou préparation des mesures à mettre en place si les
                                               prévisions annoncent une intensification de la chaleur.
   3        Alerte canicule   Orange          Mise en place en fonction des circonstances des mesures
                                                adaptées du PDGC, adossées au dispositif ORSEC.
   4         Mobilisation     Rouge          Canicule avec impact sanitaire important, étendue sur une
              maximale                      grande partie du territoire ou compliquée d’effets collatéraux
                                                 (délestages ou pannes électriques, sécheresse…).
                                             Mise en œuvre des autres ressources du dispositif ORSEC.

      Terminologie décrivant les différents types de vagues chaleur et leur niveau associés
Une vague de chaleur désigne une période au cours de laquelle les températures peuvent entraîner un
risque sanitaire au sein de la population et recouvre les situations suivantes :

Pic de chaleur : exposition de courte durée (un ou deux jours) à une chaleur intense présentant un risque
pour la santé humaine, pour les populations fragiles ou surexposées, notamment du fait de leurs
conditions de travail et de l’activité physique.
Cette situation peut être associée au niveau de vigilance météorologique jaune.

Épisode persistant de chaleur : températures élevées qui perdurent dans le temps (supérieure à trois
jours) pour lesquels les IBM sont proches ou en dessous des seuils départementaux ; ces situations
constituent un danger pour les populations fragiles ou surexposées, notamment du fait de l’activité
physique.
Cette situation peut être associée au niveau de vigilance météorologique jaune.

Canicule : période de chaleur intense pour laquelle les IBM dépassent les seuils départementaux pendant
trois jours et trois nuits consécutifs et susceptible de constituer un risque pour l’ensemble de la population
exposée.
Cette situation est associée au niveau de vigilance météorologique orange.

Canicule extrême : canicule exceptionnelle par sa durée, son intensité, son étendue géographique, à fort
impact sanitaire, avec apparition d’effets collatéraux.
Cette situation est associée au niveau de vigilance météorologique rouge.

Juin 2019                                                                                             -9-
   Le mode d’avertissement

Le mode d’avertissement d’une canicule s’articule avec la procédure de vigilance météorologique.
Ainsi, la carte de vigilance indiquant un passage au niveau orange ou rouge canicule avertit les
préfectures de l’arrivée, de la persistance et de la fin d’un épisode de chaleur ou d’une canicule. Les
préfets s’appuient sur la carte de vigilance météorologique pour mettre en œuvre les mesures appropriées
du Plan départemental de gestion d’une canicule (PDGC).

Avec la carte de vigilance, les préfectures disposent, comme pour les autres phénomènes
météorologiques, de l’expertise locale de Météo France. En outre les préfectures disposent d’une
information météo spéciale « canicule » du 1er juin au 15 septembre (prévisions et relevés de
températures, tableau prévisionnel de risque de dépassement des seuils de températures).

      La remontée d’informations en cas de canicule

En cas de canicule, les informations relatives à la situation sanitaire sont accessibles de la manière
suivante :

   -   au niveau local, les Agences régionales de santé (ARS) recueillent l’analyse de la situation
       sanitaire des Cellules interrégionales d’épidémiologie (CIRE) et synthétisent les données
       sanitaires en provenance de leur ressort (telles que activités dans les services d’urgence, activités
       hospitalières, liste des établissements de santé en tension avec les actions réalisées…). Ces
       données sont accessibles aux préfectures de département dans le cadre des procédures définies
       localement entre celles-ci et leur ARS .

   -   au niveau national, une synthèse quotidienne agrégeant les données de l’InVS et les données
       précitées en provenance des ARS est réalisée par la Direction générale de la santé et diffusée
       quotidiennement en soirée, notamment aux ARS. Si la canicule a des effets au-delà du secteur
       sanitaire, un point de situation national et intersectoriel canicule est diffusé par le Centre
       opérationnel de gestion interministérielle des crises (COGIC) notamment aux préfectures de
       département.

   1.4. Les objectifs du PDGC :

L’objectif du Plan départemental de gestion d’une canicule (PDGC) est de définir les actions de court et
de moyen termes dans les domaines de la prévention et de la gestion de crise afin de réduire les effets
sanitaires d’une vague de chaleur. Il se décline sur chaque département chaque année en fonction de
directives nationales formulées dans le PNC et des textes réglementaires qui l’accompagnent.

Juin 2019                                                                                          - 10 -
2 – LA VIGILANCE ET L’ALERTE CANICULE

Le dispositif de vigilance et d’alerte canicule repose sur la procédure de droit commun de la vigilance
météorologique. Les 4 niveaux du PDGC répondent aux 4 couleurs de la vigilance météorologique.

        2.1 Le dispositif de vigilance météorologique

Le dispositif de vigilance météorologique se formalise par une carte de France métropolitaine qui signale
si un danger menace un ou plusieurs départements dans les vingt-quatre heures à venir, à l’aide de quatre
couleurs (vert, jaune, orange, rouge) indiquant le niveau de vigilance nécessaire. Disponible en
permanence sur le site Internet de Météo France (www.meteofrance.com), cette carte est réactualisée
deux fois par jour à 6 heures et 16 heures, plus fréquemment si la situation l’exige. Elle s’adresse à
l’ensemble de la population. En complément, un tableau récapitulatif de tous les départements avec pour
chacun d’eux la liste des phénomènes en vigilance rouge, orange ou jaune est accessible sur le site depuis
l’onglet au-dessus de la carte intitulé : « version tableau ». Le tri est possible par numéro minéralogique
de département ou bien par niveau de vigilance du rouge au jaune. Ce même tableau est diffusé par
courriel aux partenaires de la vigilance météorologique.

Pour la canicule, dès le niveau jaune, une information succincte « Fortes chaleurs » figure dans l’encadré
« commentaire » à droite de la carte de vigilance météorologique et le phénomène est signalé à l’échelle
départementale sur le site Internet au travers d’une info-bulle et dans la version tableau de la carte. Météo
France transmet un bulletin spécial pour le paramètre canicule à l’ARS de zone et au Centre opérationnel
zonal (COZ). L’ARS de zone relaie ce bulletin aux ARS concernées. Le COZ relaie ce bulletin aux
préfectures concernées.

Lorsque la vigilance atteint le niveau orange ou rouge, le pictogramme représentant le phénomène de
canicule apparaît sur la carte. Des bulletins de suivi réguliers précisent l’évolution du phénomène en
termes de localisation géographique, de chronologie et d’intensité. Ils sont réactualisés aussi
fréquemment que nécessaire et les conséquences possibles (exemple : l’augmentation de la température
peut mettre en danger des personnes à risque, c’est-à-dire les personnes âgées, en situation de handicap,
atteintes de maladies chroniques ou de troubles mentaux, les personnes qui prennent régulièrement des
médicaments, les personnes isolées) et des conseils de comportement y sont indiqués (exemples : passez
au moins trois heures par jour dans un endroit frais, rafraîchissez-vous, mouillez-vous le corps plusieurs
fois par jour).

Pour identifier une canicule, Météo France, en lien avec l’InVS (surveillance et alerte basé sur les
données sanitaires), s’appuie en particulier sur les Indicateurs bio météorologiques (IBM), qui
correspondent aux moyennes sur 3 jours consécutifs des températures minimales (IBM min), celles de la
nuit, et maximales (IBM max), celles du jour.

Des seuils d’alerte départementaux ont été définis pour ces indicateurs, et sont réévalués régulièrement.

                            Pour la Haute-Garonne, ces seuils d’alerte sont :
                                        Pour les IBM min : 21°
                                       Pour les IBM max : 36°

La probabilité de dépassement simultané des seuils d’alerte départementaux par les IBM min et les IBM
max sur 3 jours consécutifs constitue le critère de base pour choisir la couleur de la carte de vigilance
météorologique.

D’autres indicateurs météorologiques considérés comme des facteurs aggravants (écarts aux seuils de
température qui permet d’estimer l’intensité de la canicule, humidité relative de l’air, durée de la
canicule) ainsi que les éventuels retours sanitaires fournis par les services de la santé (InVS, ARS),
peuvent également être pris en compte.

Juin 2019                                                                                           - 11 -
Dans le cadre du Système d’alerte canicule et santé (SACS), en période de veille saisonnière canicule, du
1er juin au 15 septembre :
     - Météo France alimente chaque jour un site Extranet dédié (http://www.meteo.fr/extranets),
          accessible à la préfecture et l’ARS, comprenant notamment : la carte de vigilance, les courbes par
          station des températures observées, le tableau des IBM pour l’ensemble des départements
          métropolitains, ainsi que des courbes de températures observées et prévues à l’échelle régionale,
          et diffuse par mail des tableaux de « Prévisions des températures extrêmes » jusqu’à J+7.
     - La Cire publie un bulletin épidémiologique hebdomadaire.

        2.2 La mise en œuvre des niveaux du PDGC

Les 4 niveaux du PDGC répondent aux 4 couleurs de la vigilance météorologique.

            Carte de vigilance                                      Niveau du PNC
                   Vert                                      Niveau 1 – veille saisonnière
                  Jaune                                    Niveau 2 – avertissement chaleur
                 Orange                                       Niveau 3 – alerte canicule
                  Rouge                                    Niveau 4 – mobilisation maximale

L’avis de vigilance météorologique émis par Météo France entraîne automatiquement la mise en œuvre
du niveau du PDGC correspondant.

Durant la période de veille saisonnière, lorsque la carte de vigilance météorologique affiche un
niveau de risque canicule vert ou jaune, les services et communes mettent en œuvre le niveau
correspondant du PDGC. Il leur appartient de se tenir informés du niveau du risque canicule.

Le Préfet n’alerte les services, opérateurs et communes qu’à compter du niveau jaune de la
vigilance météorologique pour le risque de canicule, et seulement dans le cas d’une amorce de
canicule.

Sur décision du Préfet, le niveau du PDGC mis en œuvre peut être maintenu alors même que la couleur de
la vigilance météorologique a évolué à la baisse. Ainsi, en fin d’épisode caniculaire, lorsque les IBM
descendent en dessous des seuils d’alerte et que Météo France fait évoluer son niveau de vigilance, si un
impact sanitaire persiste, le Préfet, conseillé par l’ARS, peut décider du maintien du niveau adéquat du
PDGC.

La mise en œuvre du niveau 3 – alerte canicule du PDGC n’implique pas l’application systématique de
toutes les mesures du plan. En effet, celles-ci peuvent être mises en œuvre de manière graduée et
proportionnelle en fonction de l’analyse de la situation et des informations complémentaires dont peut
disposer le Préfet.

Juin 2019                                                                                          - 12 -
3 – LES REMONTÉES D’INFORMATION

    3.1 Les remontées systématiques

               CORRUSS :

L’objectif de ces remontées est d’une part d’avoir une image synthétique de l’état de l’offre de soins dans
les établissements de santé, et d’autre part, de mettre en évidence les phénomènes de tension.

Dans ce cadre, l’ARS transmet de manière hebdomadaire au Centre opérationnel de réception et de
régulation des urgences sanitaires et sociales (CORRUSS) :

    -   la liste des plans blancs élargis mis en œuvre dans la région ;
    -   la liste des établissements de santé en tension, avec actions réalisées ;
    -   la liste des établissements de santé ayant activé leur plan blanc ;
    -   l’état de l’activité pré-hospitalière ;
    -   l’état de l’activité dans les services d’urgences ;
    -   le taux d’occupation dans certains services hospitaliers.

    3.2 Les remontées en situation d’alerte (en cas de mise en œuvre du niveau « alerte canicule » ou
de « mobilisation maximale »)

               Portail ORSEC :

Dès la mise en œuvre par le Préfet du niveau 3 – alerte canicule du PDGC, la préfecture procède à une
remontée d’information via le portail ORSEC (espace de travail « Gestion des aléas spécifiques » /
« Formulaires nationaux - Vigilances météorologiques » en cliquant sur « Ajouter un enregistrement ».

Le formulaire est mis à jour quotidiennement jusqu’à la levée de l’alerte.

L’indicateur « Secours à personnes sur 24h » est renseigné quotidiennement par le SDIS, avec un
commentaire sur la pression opérationnelle (faible, normale, soutenue).

Outre le formulaire, dès lors que la crise devient intersectorielle, la préfecture ouvre un événement dans
le Portail ORSEC, espace de travail « aléas spécifiques » dans lequel elle peut placer des points de
situation.

Cet événement est rattaché au dossier zonal du Portail ORSEC « canicule 2019 ».

               Portail CORRUSS :

Dès le lendemain de la mise en œuvre par le Préfet du niveau 3 – alerte canicule du PDGC, jusqu’au
lendemain de la levée d’alerte, l’ARS renseigne quotidiennement le portail « canicule » via SISAC
(Système d’information sanitaire des alertes et crises avec les éléments suivants) :

    -   les mesures mises en œuvre ;
    -   les données relatives aux activités et capacités hospitalières ;
    -   toute difficulté rencontrée dans les champs sanitaire et médico-social.

Elle communique les mêmes éléments au Préfet.

Juin 2019                                                                                         - 13 -
4 – NIVEAU 1 – VEILLE SAISONNIERE

Le niveau 1 – veille saisonnière répond à la couleur verte sur la carte de vigilance météorologique.

Ce niveau est activé automatiquement du 1er juin au 15 septembre de chaque année.

Avant le 1er juin, chaque service concerné vérifie le bon fonctionnement de ses dispositifs d’alerte ainsi
que le caractère potentiellement opérationnel des mesures prévues dans le PGCD.

En cas de chaleur précoce ou tardive, la veille saisonnière peut être activée avant le 1 er juin ou prolongée
après le 15 septembre.

    4.1 La communication

Le dispositif de communication « préventive » doit permettre d’informer et de sensibiliser, en amont, les
populations sur les conséquences sanitaires d’une canicule et sur les moyens de s’en protéger. La
communication « préventive » est activée du 1 er juin au 15 septembre, sauf si des conditions
météorologiques particulières justifient son maintien.

Le service chargé de la communication à l’ARS, en lien avec le Service régional de la communication
interministérielle, conçoit, met en œuvre et suit les actions de communication sur les risques liés à la
canicule, en particulier la diffusion des supports mis à disposition par l’Institut national de prévention et
d’éducation pour la santé (INPES) sur la plate-forme Agora.

Pour mémoire, le dispositif national de communication est le suivant :

Le ministère chargé de la santé diffuse un communiqué de presse informant le grand public de
l’activation du niveau de veille saisonnière du PNC, des conseils de base sur la prévention des risques liés
aux fortes chaleurs et des mesures de gestion et de communication prévues en cas de chaleurs extrêmes
ou de canicule. Des communiqués de presse thématiques peuvent être régulièrement diffusés pendant
l’été si besoin.

Ce communiqué de presse est complété par un dossier spécial « canicule et chaleurs extrêmes » figurant
sur le site Internet du ministère. Il contient toutes les informations utiles et en particulier, les
recommandations permettant à différentes catégories de population de lutter contre l’impact de la chaleur
et comprend un « questions/réponses » destiné au grand public.

Il est à noter que le numéro vert « canicule info service » (0 800 06 66 66) sera mis en place en tant que
de besoin par le ministère chargé de la santé et non plus activé systématiquement dès le niveau de veille.

Parallèlement, avant la mise en œuvre de la veille saisonnière, l’Institut national de prévention et
d’éducation pour la santé (INPES) diffuse et met à la disposition des ARS, des services préfectoraux et de
nombreux partenaires et réseaux institutionnels, associatifs et professionnels, les supports d’information
(dépliants, affiches) sur la prévention des risques liés à la canicule. Ils sont destinés à tous les publics et
notamment aux personnes âgées, aux parents, aux sportifs et aux travailleurs manuels et sont disponibles
en français et en anglais. Les plans de diffusion de ces supports d’information de l’INPES seront mis à
disposition des ARS sur la plate-forme Agora. Les documents présentent des messages différents selon les
populations cibles.

    4.2 La veille bio météorologique

La préfecture et l’ARS ont accès, sur l’Extranet dédié alimenté par Météo France
(http://www.meteo.fr/extranets) à la carte de vigilance, aux courbes par station des températures
observées, au tableau des IBM pour l’ensemble des départements métropolitains, ainsi qu’aux courbes de
températures observées et prévues à l’échelle régionale.

Juin 2019                                                                                             - 14 -
5 – NIVEAU 2 – AVERTISSEMENT CHALEUR

Le niveau 2 – avertissement chaleur est une phase de veille renforcée.

Il est activé automatiquement dès le niveau de vigilance météorologique canicule jaune.

Il correspond à un épisode de fortes chaleurs qui nécessite une attention, voire des mesures particulières
en fonction des trois situations suivantes :

     un pic de chaleur intense (au-dessus des seuils d’alerte) mais ponctuel (limité à un ou deux
      jours) ;

     des IBM prévus proches des seuils mais ne les atteignant pas, et sans que les prévisions
      météorologiques ne montrent d’intensification de la chaleur pour les jours suivants ;

     des IBM prévus proches des seuils, avec des prévisions météorologiques annonçant une probable
      intensification de la chaleur. Cette vigilance jaune est alors considérée comme l’amorce de
      l’arrivée d’une canicule. Cette situation implique une attention particulière, il permet la mise en
      œuvre de mesures graduées, la préparation à une montée en charge des mesures de gestion par les
      ARS, notamment en matière d’information et de communication en particulier en veille de week-
      end ou de jours fériés.

                          Situation                    Mesures de gestion au niveau local

               1. Pic de chaleur                 Veille renforcée
               important mais ponctuel           Renforcer les mesures de communication

               2. IBM prévus proches
                                                 Veille renforcée
               des seuils mais ne les atteignant
                                                 Renforcer les mesures de communication
               pas

               3. IBM prévus proches
               des seuils, avec des prévisions   Veille renforcée
               météorologiques                   Renforcer les mesures de communication
               annonçant une probable            Montée en charge du dispositif opérationnel en
               intensification de la chaleur     vue d’un éventuel passage en niveau 3 – alerte
               (amorce de l’arrivée d’une        canicule
               canicule)

Pour les situations 1 et 2 (pic de chaleur / IBM prévus proches des seuils), il appartient aux services,
opérateurs et communes de se tenir informés du passage en vigilance météorologique jaune canicule et de
mettre en œuvre les actions du niveau correspondant du PDGC.

Pour la situation 3 (amorce de canicule), le Préfet alerte les services, opérateurs et communes des risques
d’intensification de la chaleur et les invite à prévoir une montée en charge de leur dispositif opérationnel
en vue d’un éventuel passage en niveau 3 – alerte canicule.

Juin 2019                                                                                          - 15 -
6 – NIVEAU 3 – ALERTE CANICULE

Le niveau 3 – alerte canicule correspond à un épisode caniculaire.

Ce niveau est activé automatiquement dès le niveau de vigilance météorologique canicule orange.

    6.1 La mise en œuvre du niveau 3 – alerte canicule

               Le Préfet

Le Préfet diffuse l’alerte météorologique ainsi que la décision de mise en œuvre du niveau 3 – alerte
canicule du PDGC aux services et aux communes.

Il active les mesures du PDGC de manière graduée, en lien avec les services et les communes, en fonction
de la situation et des informations complémentaires dont il dispose (pollution atmosphérique,
rassemblement de population…).

Les mesures qui peuvent être mises en œuvre :
    - information préventive ;
    - mise en œuvre des plans blancs (afflux de victimes dans les établissements de santé), des plans
       blancs élargis ou des plans bleus ;
    - mobilisation des associations ;
    - mobilisation des services publics locaux et organismes associés pour :
            o l’assistance aux personnes âgées et personnes en situation de handicap, en liaison
                notamment avec le Conseil départemental, les communes et les associations,
            o l’accueil des personnes à risque dans des locaux rafraîchis (supermarchés, bâtiments
                publics…) en lien avec les communes,
            o les mesures d’organisation, de fonctionnement et d’approvisionnement en matériels pour
                protéger, rafraîchir et hydrater les nourrissons et les jeunes enfants ;
    - rappel aux maires de l’importance de conduire une action concertée d’assistance et de soutien aux
       personnes isolées pour prévenir les conséquences sanitaires d’une canicule. Le Préfet les engage à
       mettre en œuvre tous les moyens à leur disposition (mobilisation des associations et organismes
       pour contacter les personnes âgées ou en situation de handicap vivant à domicile, élargissement
       des horaires d’ouverture des piscines communales…) et les invite à faire connaître les renforts
       dont ils auraient besoin. Le Préfet peut demander aux maires la communication des registres
       nominatifs qu’ils ont constitués et régulièrement mis à jour, conformément aux dispositions des
       articles R.121-2 à R.121-12 du code de l’action sociale et des familles pris en application de
       l’article L.121-6-1 du même code, recensant les personnes âgées et personnes en situation de
       handicap qui en ont fait la demande ;
    - mise en œuvre de toutes mesures réglementaires de limitation ou d’interdiction adaptées aux
       circonstances relevant des pouvoirs de police administrative générale du Préfet ;
    - mise en œuvre des dispositions générales ORSEC (activation du Centre opérationnel
       départemental, de la Cellule d’information du public…).

               L’ARS

L’ARS, chargée d’organiser la réponse sanitaire et médico-sociale, s’assure :
   - de l’effectivité de la permanence des soins en médecine ambulatoire et de la bonne réponse du
       système de soins ;
   - de la mobilisation, en lien avec le Conseil départemental des établissements accueillant des
       personnes âgées et des personnes en situation de handicap par activation des mesures prévues
       dans leur plan bleu.

Elle vérifie, grâce aux données collectées, l’adéquation des mesures mises en œuvre à la situation.

En cas de situation de tension sanitaire, elle en informe le Préfet. Elle lui apporte son expertise en tant
que de besoin, notamment en mobilisant l’équipe de la CIRE.

Juin 2019                                                                                         - 16 -
Outre l’exercice de ses attributions propres en matière de prévention, de soins et de prise en charge
médico-sociale, l’ARS apporte son appui au Préfet dans la mise en œuvre du dispositif canicule en
pilotant la CRA et en participant au COD, conformément aux articles L.1435-1, L.1435-2 et R.1435-1 et
suivants du code de la santé publique.

Elle est chargée de :
    - coordonner la réponse du système de soins et d’assurer son adaptation constante (définition et
         organisation si nécessaire des filières de prise en charge des personnes, répartition appropriée des
         moyens entre les départements, organisation de la gestion et de la distribution des stocks de
         produits de santé) ;
    - centraliser et traiter les données disponibles sur la situation du système sanitaire et médico-social
         et sur la situation épidémiologique ;
    - mobiliser en tant que de besoin l’expertise médicale et scientifique ;
    - communiquer au Préfet de département les synthèses régionales et les bilans de situation (réalisés
         sur la base des informations recueillies par les services et les autorités sanitaires régionales).

En cas d’épisode caniculaire grave, le Préfet peut faire appliquer les dispositions de l’article L.1435-1 du
code de la santé publique qui prévoit que les services de l’ARS sont placés pour emploi sous l’autorité du
représentant de l’État territorialement compétent lorsqu’un événement porteur d’un risque sanitaire peut
constituer un trouble à l’ordre public.

    6.2 Le maintien et la levée du dispositif

Ce niveau peut être maintenu alors même que la couleur de la vigilance météorologique a évolué à la
baisse, dans le cas où un impact sanitaire persiste. Le Préfet en décide, en lien avec l’ARS.

A noter qu’il n’y aura pas de message de « baisse de niveau du plan ».

Lorsque les situations météorologique et sanitaire n’appellent plus de mesure particulière, le Préfet
décide, en lien avec l’ARS, du retour au niveau 2 – avertissement chaleur ou au niveau 1 – veille
saisonnière. L’information relative au changement de niveau est communiquée via le portail ORSEC ainsi
qu’aux acteurs concernés.

Juin 2019                                                                                           - 17 -
7 – NIVEAU 4 – MOBILISATION MAXIMALE

Le niveau 4 – mobilisation maximale renvoie à une canicule avérée exceptionnelle, très intense et
durable, avec apparition d’effets collatéraux de grande ampleur. Cette situation nécessite la mise en
œuvre de mesures exceptionnelles.

Le Premier ministre peut demander au Préfet l’activation de ce niveau, sur proposition de la Cellule
interministérielle de crise (CIC).

L’activation de ce niveau est automatiquement proposée par le Préfet dès le niveau de vigilance
météorologique rouge.

   7.1 La mise en œuvre du niveau 4 – mobilisation maximale

En complément des mesures de gestion mises en œuvre au niveau 3 – alerte canicule :

Le Préfet :
    - convoque le Centre opérationnel départemental (COD) en veillant à y inclure l’ensemble des
        services impliqués dans la mise en œuvre des mesures de protection générale des populations
        (aspects sanitaires, aspects de sécurité civile, approvisionnement en eau, en énergie,…) ;
    - veille également à coordonner les messages diffusés par les collectivités territoriales de son
        département, maintenir un lien de confiance et de proximité avec les populations et assurer une
        veille de l’opinion ;

L’ARS :
   - met en place une CRA dans le domaine sanitaire et médico-social.

   7.2 Le maintien et la levée du dispositif

Ce niveau peut être maintenu alors même que la couleur de la vigilance météorologique a évolué à la
baisse, dans le cas où un impact sanitaire persiste.

La levée du dispositif est décidée par le Premier ministre, sur la base des informations fournies par la
CIC. Cette décision est communiquée au Préfet.

Juin 2019                                                                                      - 18 -
8 – LES INSTANCES DE GESTION LOCALES

8. 1 Le Comité départemental canicule

Le Préfet peut réunir en début de saison et, le cas échéant, en fin de saison, le Comité départemental
canicule (CDC).

Ce comité, présidé par le Préfet ou son représentant, est composé des représentants des services suivants :
    • Conseil régional d’Occitanie
    • Conseil départemental de la Haute-Garonne
    • Sous-préfecture de Muret
    • Sous-préfecture de Saint-Gaudens
    • Agence régionale de santé (ARS)
    • Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS)
    • Direction départementale de la sécurité publique (DDSP)
    • Groupement de gendarmerie de la Haute-Garonne
    • Direction départementale de la protection des populations (DDPP)
    • Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de
       l’emploi (DIRECCTE)
    • Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF)
    • Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS)
    • Rectorat
    • Direction des services départementaux de l’éducation nationale (DSDEN)
    • Météo France
    • Service départemental d’incendie et de secours (SDIS)
    • Service d’aide médicale d’urgence (SAMU)
    • Association des maires de la Haute-Garonne
    • Mairies de Toulouse, Saint Gaudens, Muret, Tournefeuille, Colomiers, Blagnac (chefs-lieux
       d’arrondissement et communes de plus de 20 000 habitants)
    • Union départementale des centres communaux d’action sociale
    • Préfecture (SIRACEDPC, SRCI)

Il a pour mission :
     - d’évaluer et mettre à jour le PDGC conformément au PNC en associant l’ensemble des acteurs
         concernés et d’organiser, le cas échéant, des exercices pour en tester l’efficacité ;
     - en cas de mise en œuvre d’un niveau d’alerte du PDGC, d’analyser la situation et mettre en
         œuvre les mesures adaptées ;
     - de réaliser en fin de saison un bilan de l’efficacité des mesures prises pendant l’été.

8. 2 Le Comité canicule restreint

Le Comité canicule restreint est réuni par le Préfet ou le Directeur général de l’ARS. Sa composition est
adaptée en fonction des circonstances.

8.3 Le Centre opérationnel départemental (COD)

Il s’agit d’une cellule restreinte et technique dont la composition est adaptée en fonction de la nature de la
crise rencontrée.

Il peut être composé des représentants des services suivants :
     • Conseil départemental de la Haute-Garonne
     • Agence régionale de santé (ARS)
     • Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS)
     • Direction départementale de la sécurité publique (DDSP)
     • Groupement de gendarmerie de la Haute-Garonne
     • Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de
         l’emploi (DIRECCTE)

Juin 2019                                                                                            - 19 -
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler