Aide-mémoire Troubles de santé mentale - Dernière mise à jour : février 2012 - Centre d'études ...

 
Aide-mémoire

Troubles de santé mentale

     Dernière mise à jour : février 2012
Table des matières
Anxiété ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 3
  Définition : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------3
  Différents troubles liés à l’anxiété ------------------------------------------------------------------------------------------------------4
Asperger (syndrome d’) -------------------------------------------------------------------------------------------------------- 5
  Définition --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------5
Autisme----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 8
  Définition --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------8
Bégaiement ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 10
  Définition (selon l’Association canadienne des orthophonistes et des audiologistes) --------------------------------- 10
Dépression ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 13
  Définition selon le DSM-IV -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 13
  Concomitance------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 14
Dyslexie --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 17
  Définition ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 17
Dysorthographie ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 20
  Définition ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 20
Dysphasie ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 22
  Définition ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 22
  formes et intensités ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 23
Dyspraxie et dysgraphie ------------------------------------------------------------------------------------------------------ 24
  Définition ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 24
Gilles de la Tourette (syndrome de) ---------------------------------------------------------------------------------------- 25
  Définition ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 25
Narcolepsie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 26
  Définition ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 26
Opposition (syndrome d’) ----------------------------------------------------------------------------------------------------- 28
  Définition ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 28
Schizophrénie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 30
  Définition ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 30
Trouble bipolaire ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 32
  Définition selon le dsm-iv --------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 32
Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité ------------------------------------------------------- 36
  Définition ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 36
Trouble panique ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 39
  Définition selon le DSM-IV -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 39
Trouble de personnalité limite ---------------------------------------------------------------------------------------------- 42
  Définition selon le DSM-IV -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 42
Trouble post-traumatique ---------------------------------------------------------------------------------------------------- 45
  Définition ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 45
  Signes et symptômes du syndrome de stress post-traumatique -------------------------------------------------------------46
Anxiété                              Trouble de Santé mentale                             Aide-mémoire

DÉFINITION :
C’est un trouble qui se manifeste par une peur irrationnelle et incontrôlable que quelque chose arrive sans
qu’aucun indice apparent ne soit présent.

C’EST AUSSI
    Le trouble de santé mentale le plus répandu parmi les étudiants collégiaux.
    Il provoque des sentiments d’effroi et de détresse, sans raison apparente.
    Un ensemble de symptômes tels des palpitations, des maux de tête, de la sudation, des serrements de
    la poitrine, une perte d’attention, etc. et qui n’a pas de cause réelle.

LES CATÉGORIES DE TROUBLES ANXIEUX
Le trouble de panique, les phobies (sociales, spécifiques), le trouble obsessif-compulsif, le trouble
d’anxiété généralisée, le trouble de stress post-traumatique.

LES MANIFESTATIONS SONT DIVERSES
    L’inquiétude est souvent constante dans des situations de la vie quotidienne.
    La vie scolaire peut être source d’angoisse non fondée.
    La difficulté à créer des relations avec les personnes autour d’eux.

LES ÉTUDIANTS AUX PRISES AVEC CETTE PROBLÉMATIQUE
    Manquent de confiance en eux-mêmes.
    Atteignent rapidement leur seuil de fatigue.
    Se sentent souvent différents.

IMPACT SUR LES APPRENTISSAGES
Difficulté à se concentrer, à fixer son attention, trouble de la mémoire, de l’organisation, humeur instable
et difficulté quant à l’expression des idées ne sont que quelques difficultés que ces étudiants éprouvent.

INTERVENTIONS PÉDAGOGIQUES
    Accepter l’étudiant et l’étudiante tels qu’ils sont.
    Rencontrer l’étudiant dans le but de déterminer ses besoins pour la réussite de son cours.
    Respecter son désir d’anonymat.
    Garder les mêmes exigences tout en précisant certaines règles, en apportant des précisions lors des
    rencontres individuelles.
    Encourager en montrant les progrès réalisés.
    Aider à répartir le travail, à s’organiser dans le temps.
    Donner des renseignements importants de façon claire.
    Les avis d’annulation de cours, le détail des travaux et autres exigences devraient être transmis par
    écrit ou être inscrits au tableau.
    Aider à faire les liens nécessaires.
    Donner les éléments facilitant la mémorisation des notions à retenir.

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011          Page 3
DIFFÉRENTS TROUBLES LIÉS À L’ANXIÉTÉ

TROUBLE DE L’ANXIÉTÉ GÉNÉRALISÉE (TAG)
Un état de préoccupation stable et continu que quelque chose de mauvais arrive et cela sans aucune
raison. Une activité quotidienne quelconque provoque cet état hors contrôle de pensées morbides et
répétitives. Des périodes d’insomnie accompagnent souvent cet état et amènent chez le sujet une détresse
psychologique. Une aide psychologique ou celle d’un spécialiste de la santé est nécessaire.

TROUBLE OBSESSIF-COMPULSIF (TOC)
Il se manifeste par la présence de pensées obsédantes qui envahissent la conscience du sujet et la mise en
place d’un rituel spécifique tel se laver continuellement les mains, compter ou prier au moment d’une
action de la vie quotidienne. Ces répétitions visent à éliminer les pensées obsessives.
Une thérapie est souvent nécessaire pour soutenir le sujet.

PHOBIES
Deux types : phobies sociales et phobies spécifiques
    Phobies sociales : Elles se manifestent par une peur excessive et incontrôlable des situations
    quotidiennes en public. Le regard de l’autre est interprété souvent de manière trop intrusive et le sujet
    ne peut adéquatement s’affirmer en tant qu’entité dans un groupe (assertivité).
    Phobies spécifiques : Elles se manifestent par une peur intense et tenace d’une situation ou d’un
    objet en particulier sans réelle menace (chien, chat, araignée, orage, eau, ascenseur, avion, etc.).

TROUBLE DE STRESS POST-TRAUMATIQUE
Il se manifeste à la suite d’un événement déclencheur réel (guerre, abus sexuel, sévices corporelles,
accidents, etc.). Il résulte d’un mécanisme d’adaptation de l’organisme à la situation qui s’est produite,
mais ce mécanisme perdure bien après l’événement (plus d’un mois à plusieurs années après, selon
certains spécialistes).
L’hyper-vigilance est une des manifestations de cet état. Par exemple, un jeune enfant maltraité par un
adulte se concentrera davantage sur la possibilité de subir un mauvais traitement que sur le soutien
proposé par un adulte bienveillant.

AUTRES MANIFESTATIONS
D’autres manifestations de l’anxiété peuvent se présenter sous forme de crise de panique. L’individu
remarquera qu’il a divers symptômes : bouche sèche, sudation, mains moites, etc.
Il est important de ne pas confondre ces divers troubles anxieux. Il est aussi recommandé de demander à
une personne qualifiée de référer l’individu aux services de santé appropriés.

Sources :
SAVARD, Hélène, Sans discrimination ni privilèges Pour mieux comprendre l’étudiant ayant un problème de santé mentale,
     Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy, mai 2008.
SERVICES DE SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC, Santé mentale : les troubles anxieux,
     http://www.droitauteur.gouv.qc.ca/copyright.php 2010
Sites : Troubles anxieux : http://www.troubles-anxieux.com
UNIVERSITÉ MC GILL, Le cerveau, http://lecerveau.mcgill.ca/flash/a/a 08/a 08/a 08 p anx/a 08 anx.html

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011                 Page 4
Asperger (syndrome d’)               Trouble envahissant du développement Aide-mémoire

DÉFINITION
Le syndrome d’Asperger se caractérise par une altération qualitative des interactions sociales et par des
comportements répétitifs et stéréotypés. Il se distingue des autres troubles envahissants du
développement (TED) par une meilleure aptitude à communiquer verbalement. Toutefois, les personnes
comprennent difficilement les concepts abstraits, saisissant souvent au sens littéral les expressions
figurées.
                                                         Source : Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

CARACTÉRISTIQUES
    Hypersensibilité des sens.
    Réaction à certains aliments.
    Obsessions ou passions hors normes.
    Déficiences des habiletés motrices.
    Mémoire de type photographique.
    Routine.
    Langage théâtral.
    QI moyen ou supérieur.
    Maturité sociale et émotive (2/3 de l’âge).
    Bonne mémoire.
    Compétences faibles en compréhension.
    Difficultés dans certaines fonctions exécutives (planification, généralisation, organisation, maintien
    et transfert de l’attention, tâches multiples).

LES ÉTUDIANTS AUX PRISES AVEC CETTE PROBLÉMATIQUE
    Ont des difficultés à se représenter les intentions d’autrui.
    Éprouvent des difficultés dans leurs rapports sociaux.
    Souffrent d’isolement.

IMPACT SUR LES APPRENTISSAGES
Généralement, la personne a de la difficulté à se représenter les intentions d’autrui (fuit le contact visuel,
décode mal les mimiques faciales, ignore les postures et les gestes de l’interlocuteur), ce qui peut amener
certaines incompréhensions lors de l’apprentissage. Ses rapports sociaux sont souvent difficiles
(difficultés à établir des liens avec ses pairs, à partager ses intérêts, ses plaisirs ou ses réussites avec les
autres) et on rencontre souvent la présence de comorbidité chez la majorité des sujets : trouble de
l’attention, dépression ou négativisme et anxiété.

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011                   Page 5
INTERVENTIONS PÉDAGOGIQUES
    Créer un climat de confiance.
    Lui laisser la même place dans la classe.
    Faire preuve de patience.
    Accepter la personne comme elle est.
    Utiliser ses forces.
    Poser des défis raisonnables.
    Vérifier la compréhension de ce qu’on lui a dit.
    Annoncer les changements.
    Présenter les modèles de comportements et d’attitudes attendus.
    Présenter les exemples de travaux.
    Faire une préparation claire de ce qui est attendu.
    Donner des précisions s’il le faut.
    Vérifier sa compréhension de certains concepts.
    Revenir à la consigne régulièrement.

ÉVITER
    Les sous-entendus.
    Les consignes implicites.
    Les expressions toutes faites.
    Les cris.
    Certains bruits.
    Les changements de programmes imprévus.
    Les moqueries sous toutes les formes.
    La pression face au temps.

SE RAPPELER
Se rappeler que pour bien s’intégrer, la personne vivant avec le syndrome d’Asperger a besoin :
    d’un endroit où sentir un bien-être physique;
    d’un endroit où sentir un certain plaisir de vivre;
    de développer une bonne image de soi;
    de vivre avec l’acceptation de soi;
    de la protection des intervenants contre l’incompréhension de certaines personnes du milieu;
    d’une présence rassurante pour aider la personne vivant avec l’Asperger à s’intégrer.

POUR MIEUX COMPRENDRE LE FONCTIONNEMENT DE L’ÉTUDIANT ASPERGER
Le schéma cyclique de Brigitte Harrisson permet de comprendre l’impact sur l’apprentissage chez ces
étudiants :
    Augmentation de la cohérence de l’environnement;
    Baisse d’anxiété;
    Augmentation de la capacité de traitement de l’information;
    Augmentation du sentiment de sécurité;
    Augmentation de la motivation à apprendre;
    Augmentation de la cohérence de l’environnement.

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011   Page 6
Le cycle recommence et il aide l’étudiant Asperger à mieux réussir sur le plan académique. Ce schéma
vise à mieux voir l’importance d’une action concertée entre les intervenants.

POUR MIEUX COMPRENDRE LE FONCTIONNEMENT EN IMAGES
       Mozart and the Whale.
       Ben X.
       Rain man.

Ce ne sont là que des exemples. Chaque personne vivant avec ce syndrome a des caractéristiques propres
et il est difficile bien souvent de prévoir ses réactions ou attitudes dans diverses circonstances.

Sources :
SAVARD, Hélène, Sans discrimination ni privilèges. Pour mieux comprendre l’étudiant ayant le syndrome d’Asperger,
    Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy, mai 2008.
ATTWOOD, Tony, Le syndrome d’Asperger, Guide complet, ISBN-978-2-8041-5333-5.
HARRISSON, Brigitte, Le syndrome d’Asperger et le milieu scolaire, Québec, Fédération québécoise de l’autisme et des
    autres troubles envahissants du développement, 2004.
ATEDM, (autisme Montréal), http://www.autisme-montreal.com/freepage.php?page=48.21.23 (janvier 2011).

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011                  Page 7
Autisme                             Trouble envahissant du développement                          Aide-mémoire

DÉFINITION
C’est un trouble d’origine développementale qui se manifeste par une difficulté ou une incapacité liée à la
communication verbale et non verbale, aux relations sociales et à diversifier ses centres d’intérêts. On
observe souvent chez les personnes atteintes des conduites répétitives.

C’EST AUSSI
Un trouble envahissant du développement d’origine neurologique qui atteint certaines fonctions liées à la
communication, aux interactions sociales et au comportement.

CERTAINES CARACTÉRISTIQUES
    Difficulté à élaborer une théorie de l’esprit.
    Déficiences des habiletés motrices.
    Mémoire de type photographique.
    Absence possible dans le regard.
    Manque de réciprocité dans les échanges au début de la prise de contact.
    Hypersensibilité aux bruits, aux contacts physiques, aux odeurs et/ou à la lumière.
    Plus de 25 % de ces personnes ont un développement cognitif près ou au-dessus de la norme des
    enfants de même âge.
    Comportements stéréotypés (souvent appris pour satisfaire l’entourage).
    Passivité, mais cela n’est souvent pas le cas. L’autiste cherche à comprendre et est pris dans un cercle
    vicieux cognitivo-affectif.

LES ÉTUDIANTS AUX PRISES AVEC CETTE PROBLÉMATIQUE DÉMONTRENT DE LA DIFFICULTÉ
    À comprendre le code social.
    À interpréter les intentions d’autrui.
    À exprimer certaines idées abstraites.

DIFFÉRENCE DANS LES AIRES CERVICALES
Certaines recherches semblent démontrer l’existence de différence dans les aires cervicales liées à la
communication. Cela expliquerait la difficulté des autistes à décoder les messages comportementaux de
leurs interlocuteurs.
Il existe un large spectre des manifestations autistiques. Plusieurs personnes ont un développement
cognitif pouvant leur permettre de faire des études et de participer activement au développement de la
société.

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011           Page 8
INTERVENTIONS PÉDAGOGIQUES
    Créer un climat de confiance (essentiel pour que s’établisse un lien et prédispose la personne sur le
    plan cognitif).
    Lui laisser la même place dans la classe.
    Faire preuve de patience.
    Accepter la personne comme elle est.
    Utiliser ses forces.
    Poser des défis à la mesure des capacités de l’autiste.
    Vérifier la compréhension de ce qu’on lui a dit.
    Annoncer les changements.
    Présenter les modèles de comportements verbaux ou écrits et d’attitudes attendus (les pictogrammes
    sont souvent une aide précieuse au début).
    Présenter des exemples de travaux.
    Faire une préparation claire de ce qui est attendu.
    Préciser s’il le faut.
    Vérifier sa compréhension de certains concepts.
    Revenir à la consigne régulièrement.

 Sources :
 SOCIÉTÉ CANADIENNE DE L’AUTISME,
     http://www.autismsocietycanada.ca/understanding_autism/what_are_asds/index_f.html
 ACCOMMODEMENTS ET DÉMARCHE D'INTÉGRATION AU COLLÉGIAL POUR LES ÉTUDIANTS TED,
     http://www.cegep-ste-foy.qc.ca/freesite/fileadmin/users/184/guides/guide_francais/reglements_et_demarche_01.PDF
HARRISSON, Brigitte, et ST-CHARLES, Lise, L’enfant avec un TED en milieu scolaire: guide d’intervention,
      Concept Consulted, 2007.

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011                  Page 9
Bégaiement                           Trouble du langage                                             Aide-mémoire

DÉFINITION (selon l’Association canadienne des orthophonistes et des audiologistes)
Le bégaiement est un trouble multidimensionnel mettant en cause un comportement linguistique ainsi que
les sentiments, les croyances, l’idée de soi-même et de l’interaction sociale.

LE BÉGAIEMENT SE MANIFESTE PAR
    Des répétitions de syllabes ou de mots.
    Des prolongations de sons.
    Des blocages sur certaines syllabes.
    Une rupture du débit ou du rythme normal de la parole.
    Des hésitations.
La fréquence à laquelle les mots sont répétés, le type de perturbation de la parole ainsi que la nature des
comportements associés varient d’une personne à l’autre. Le bégaiement peut aussi s’accompagner
d’autres comportements particuliers comme des grimaces ou des mouvements corporels inusités.
Il faut noter que l’intensité du bégaiement varie d’une occasion à l’autre, selon la situation, la journée,
etc. En plus d’être un trouble de la parole, le bégaiement occasionne très souvent des problèmes socio-
émotionnels. En effet, ces étudiants ont souvent une grande peur de parler et éprouvent une frustration
répétée lorsqu’ils tentent de communiquer, ce qui teinte l’idée qu’ils ont d’eux-mêmes et peut modifier
les interactions sociales.

LES ÉTUDIANTS AUX PRISES AVEC CETTE PROBLÉMATIQUE
    Posent peu de questions en classe.
    Se proposent rarement pour lire, participer ou être interrogés.
    Lorsqu’ils sont interrogés, ils peuvent, en cas de difficultés de parole, s’interrompre au risque de faire
    croire qu’ils ne savent pas et obtenir ainsi des notes inférieures à celles qu’ils auraient pu mériter.
    Le bégaiement peut mener à des conduites d’échec et à des attitudes de repli ou parfois même
    d’agressivité.

LES CAUSES
Selon plusieurs recherches encore incertaines, le bégaiement serait causé par une interaction complexe de
la structure physique de la personne et de son environnement. Plus précisément, il se peut que le
bégaiement résulte d’une dysfluidité de la parole chez la personne déjà prédisposée physiologiquement
au bégaiement. Une fois la dysfluidité présente chez l’individu, celui-ci peut être affecté par une
multitude de facteurs environnementaux qui aggravent la fréquence et la forme des troubles.

LES IMPACTS SUR LES APPRENTISSAGES NE SONT PAS NÉGLIGEABLES
    Faible vitesse d’exécution au plan oral.
    Tendance à bégayer plus en situation de stress.
    Crainte de travailler en équipe.
    Faible motivation à poser des questions, même en situation d’incompréhension.
    Évitement pour ne pas donner son opinion et ses idées.

  Services adaptés
 Jean-Pierre            Cégep de Ste-Foy
             Bell, orthopédagogue                         Février 2012
                                     Cégep régional de Lanaudière  à l’Assomption   Rév. août 2011        page 10 10
                                                                                                            Page
STRATÉGIES PÉDAGOGIQUES À PRIVILÉGIER
    Adopter une attitude manifestant l’acceptation de la personne.
    Déterminer avec l’élève comment l’aider au mieux : quand et comment l’interroger, comment
    s’ajuster à sa difficulté, comment s’ajuster à son anxiété et mettre au point ensemble les modalités qui
    le pénaliseront le moins.
    Éviter de faire lire l’étudiant à voix haute en classe.
    Quand l’élève doit faire un exposé oral en classe, lui proposer des dispositions pratiques
    (transparents, photocopies, plan d’exposé, etc.) pour lui faciliter la tâche, mais dans la mesure du
    possible, faire l’exposé oral seul avec vous.
    S’il y a des moqueries à propos de la parole de l’étudiant en classe, les faire cesser.
    Lui donner la parole en classe seulement lorsque l’étudiant l’a demandée.
    Éviter les annotations dévalorisantes lors de la correction.
    Demander en individuel ou par courriel s’il a des questions, oser aller vers lui.
    Même s’il n’en a pas fait la demande, il sera bon qu’il ne se sente pas pressé par le temps quand il
    s’exprime oralement.
    Jumeler avec un pair (avec l’autorisation de l’étudiant) pour faciliter les échanges dans les travaux
    d’équipe.

SELON L’ASSOCIATION CANADIENNE DES ORTHOPHONISTES ET DES AUDIOLOGISTES, VOICI QUELQUES
CONSEILS À SE RAPPELER
    NE retenez PAS votre souffle et ne paraissez pas alarmé.
    Écoutez patiemment. NE terminez PAS les phrases pour votre interlocuteur.
    Écoutez CE QUE DIT votre interlocuteur et non COMMENT il le dit.
    Ne proposez PAS à votre interlocuteur de ralentir son débit ou de recommencer. Cela risque de ne
    pas aider et de centrer l’attention sur la dysfluidité.
    Essayez de donner l’exemple en parlant lentement et doucement, lorsqu’il est possible de le faire.
    Tentez de créer une ambiance détendue, propice à la communication.
    N’INTERROMPEZ PAS. Toutefois, demandez des précisions si le message n’est pas clair.

D’AUTRES CONSEILS
Attitudes à éviter :
    L’appel à la « volonté de maîtriser le bégaiement » : cette attitude est nocive parce qu’elle amène le
    sujet à augmenter ses efforts pour lutter contre sa difficulté de langage, ce qui, paradoxalement, a
    pour conséquence d’aggraver le bégaiement.
    L’attitude des « conseils » : « détends-toi, parle moins vite…» ou « prenez votre temps, respirez,
    préparez vos phrases…». Cette attitude est nocive parce qu’elle brise la situation de communication.
    Lorsque l’étudiant pense aux détails d’exécution de la parole, cela lui fait perdre de vue l’objectif de
    l’échange.

 Jean-Pierre
  Services adaptés
             Bell, orthopédagogue
                        Cégep de Ste-Foy
                                     Cégep régional de Lanaudière
                                                          Février 2012
                                                                   à l’Assomption   Rév. août 2011   page
                                                                                                        Page
                                                                                                          11 11
Une attitude à adopter soit celle de l’interlocuteur actif qui consiste à :
   S’intéresser avant tout à ce que l’élève veut dire;
   L’écouter en maintenant un contact visuel naturel;
   Éviter de le presser de parler ou de passer trop vite à un autre élève;
   Ne pas hésiter, contrairement aux idées reçues, à proposer interrogativement un mot pour le mot qui
   accroche ou une fin pour sa phrase en panne, en vue non pas de parler à sa place, mais de relancer
   l’échange.

Sources :
ASSOCIATION DES JEUNES BÈGUES DU QUÉBEC : www.ajbq.qc.ca/articles.htm
ASSOCIATION CANADIENNE DES ORTHOPHONISTES ET AUDIOLOGISTES :
    www.caslpa.ca/francais/ressources/cch.asp

  Services adaptés
 Jean-Pierre            Cégep de Ste-Foy
             Bell, orthopédagogue                         Février 2012
                                     Cégep régional de Lanaudière  à l’Assomption   Rév. août 2011   page 12 12
                                                                                                        Page
Dépression                           Santé mentale                                                  Aide-mémoire

DÉFINITION SELON LE DSM-IV
La dépression majeure se caractérise par la présence d’au moins cinq des symptômes ci-dessous, et ce,
durant deux semaines consécutives. De plus, l’humeur dépressive est présente durant presque toute la
journée. La dépression peut également avoir des impacts importants sur le fonctionnement de la
personne, que ce soit au point de vue social, professionnel ou scolaire. La durée d’une dépression varie
d’une personne à l’autre.
Voici le 9 indices de dépression :
    Humeur triste ou irritable;
    Perte d’intérêt;
    Perte ou gain de poids;
    Insomnie ou hypersomnie;
    Agitation ou retard psychomoteur;
    Sentiment de culpabilité ou d’être sans valeur;
    Difficultés à se concentrer et à prendre des décisions;
    Pensées suicidaires ou tentatives de suicide.
Le symptôme dépressif se caractérise par une tristesse ou de l’irritabilité. La majorité des gens sont
relativement souvent atteints de façon transitoire de « down » ou de « blues passager ».
Le syndrome dépressif se caractérise par la présence de plusieurs symptômes à la fois qui se manifestent
par une intensité plus grande.

LES ÉTUDIANTS AUX PRISES AVEC CETTE PROBLÉMATIQUE
    Se retrouvent souvent isolés des autres.
    Peuvent avoir des conduites dépressives inquiétantes.
    Éprouvent des difficultés à gérer leurs émotions.
    Éprouvent de la difficulté à se concentrer et à mémoriser l’information.
    Se fatiguent plus rapidement.
    Passent inaperçus, sont peu dérangeants.
    Sont moins motivés.
    Se sentent plus incompétents.
    S’absentent plus fréquemment.
    Peuvent être victimes d’intimidation.

CAUSES DU TROUBLE DÉPRESSIF
La dépression est une maladie complexe, ayant de nombreuses causes génétiques, psychologiques et
sociales. Certains facteurs génétiques jouent un rôle dans la création du déséquilibre chimique dans le
cerveau d’une personne lorsqu’elle vit une dépression. La perte d’un être cher, tout autant que la
détérioration d’un statut professionnel ou des relations conjugales, entraînant une diminution de l’estime
de soi, peuvent être des facteurs déclenchant une dépression.

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue
  Services adaptés                   Cégep régional de Lanaudière
                        Cégep de Ste-Foy                           à l’Assomption
                                                          Février 2012              Rév. août 2011           Page
                                                                                                          page 13 13
CONCOMITANCE

LA DÉPRESSION ET LE TROUBLE BIPOLAIRE
La dépression survient aussi dans les cas de trouble bipolaire. Le trouble bipolaire est un trouble de
l’humeur, mais il est caractérise par des épisodes de dépression et de manie. Bien que la dépression
majeure et le trouble bipolaire provoquent tous deux des symptômes semblables, il s’agit de troubles
distincts qui nécessitent des traitements différents. Malheureusement, ils peuvent être confondus.

LA DÉPRESSION ET LE TROUBLE DE PERSONNALITÉ
Les diagnostics pour le trouble de personnalité et la dépression sont souvent confondus puisqu’ils
partagent certains symptômes, facteurs de risque et causes. Il n’est donc pas rare de parler de
concomitance pour ces troubles.

LA DÉPRESSION ET L’ANXIÉTÉ
Plusieurs recherches démontrent une concomitance entre ces troubles.

LA DÉPRESSION ET LE TROUBLE D’APPRENTISSAGE
Diverses recherches ont démontré que plusieurs facteurs de risque ou de protection à la dépression étaient
relatifs au milieu scolaire. En effet, nous passons une grande partie de notre vie à l’école. L’expérience
scolaire peut se révéler positive ou négative pour les étudiants. Éprouver des difficultés importantes au
plan scolaire diminue grandement notre sentiment de compétence et notre estime de soi. Il n’est donc pas
rare de constater que les différents échecs scolaires que vivent ces étudiants soient reliés à des troubles
d’apprentissage non diagnostiqués.

QUI PEUT DÉVELOPPER UN TROUBLE DÉPRESSIF ?
La dépression est l’un des troubles de santé mentale les plus fréquents. D’après une enquête menée par
les autorités de santé publique du Québec, environ 8% des personnes âgées de 12 ans et plus ont rapporté
avoir vécu un épisode de dépression au cours des 12 derniers mois. Certains facteurs de risque
vulnérabilisent certaines personnes à développer un trouble dépressif. Voici les principaux facteurs
relevés dans la littérature : statut socioéconomique plus faible, genre féminin, présence de conflits
familiaux, psychopathologie parentale, histoire familiale de dépression dans la famille, avoir une faible
estime de soi, avoir un faible rendement scolaire, avoir vécu des expériences d’évènements stressants,
avoir un faible soutien social et une faible image de soi.

CERTAINES CARACTÉRISTIQUES INFLUENÇANT L’APPRENTISSAGE
    Difficulté à se concentrer sur la tâche.
    Difficulté à demeurer attentif sur une longue période.
    Difficulté à mémoriser.
    Possibilité de perceptions erronées.
    Difficulté reliée à l’organisation.
    Diminution de l’enthousiasme, de l’énergie.
    Attitude excessivement calme et possibilité plus grande de passer inaperçu dans la classe.
    Difficulté à organiser ses idées.
    Lenteur d’exécution.
    Fatigue importante.
    Difficulté à établir ou à maintenir des relations sociales (due à l’instabilité émotionnelle).
    Difficulté à gérer les problèmes du quotidien.
    Humeur instable.
 Jean-Pierre
 Services adaptés
             Bell, orthopédagogue
                        Cégep de Ste-Foy
                                     Cégep régional de Lanaudière
                                                          Février 2012
                                                                   à l’Assomption   Rév. août 2011   pagePage
                                                                                                          14 14
Perception moins claire des règlements.
    Difficultés d’apprentissage ou faibles habiletés d’étude.
    Manque de confiance en soi.

INTERVENTIONS PÉDAGOGIQUES
    Intervenir discrètement auprès de l’étudiant.
    Respecter le rythme et la progression de l’étudiant.
    Établir avec lui des objectifs réalistes et des priorités à court terme.
    Inscrire le menu du cours au tableau (aide à l’organisation).
    Favoriser, par des encouragements et par un appui personnel, la poursuite de ses efforts à l’intérieur de
    ses études.
    Établir des règles de classe claires et faire respecter les consignes comme pour les autres étudiants.
    Aider l’étudiant à faire des liens ou des associations qui rendent la mémorisation plus facile.
    Relier les nouveaux apprentissages à des acquisitions anciennes.
    Graduer du plus simple au plus complexe, du concret à l’abstrait, d’un seul élément à plusieurs éléments.
    Demander à l’étudiant d’utiliser un agenda.
    Faire une synthèse du contenu vu en classe en fin de cours.
    Présenter un contenu de cours bien structuré et ordonné.
    Mettre disponibles les notes de cours (à l’avance si possible).
    Varier les méthodes pédagogiques à l’intérieur d’un cours pour garder l’étudiant attentif.
    Réserver un espace sur le tableau pour les rappels de notions antérieures ou les mots importants à retenir.
    Faire fréquemment des rappels des travaux à remettre.
    Éviter les annotations dévalorisantes lors de la correction.
    Structurer les cours sous forme de fiches qui résument l’essentiel du cours.
    Utiliser des couleurs pour favoriser la mémorisation.
    Morceler les travaux à effectuer en séquences, en étapes à suivre, afin que cela soit moins décourageant.
    Donner plusieurs exemples concrets pour soutenir le contenu.

CONSEILS
    Validez les besoins et les émotions de l’étudiant et invitez-le à en parler aux professionnels concernés.
    Reconnaître l’amélioration des comportements et valider avec la personne.
    Si vous sentez un danger pour la personne, parlez-en immédiatement aux professionnels des Services
    adaptés.
    Il faut avoir les mêmes exigences qu’avec les autres, tout en tenant compte des difficultés qu’éprouve la
    personne.
    Si l’étudiant adopte des conduites inacceptables, vous intervenez comme pour les autres étudiants qui
    manifesteraient les mêmes types de comportement.

  Services adaptés
 Jean-Pierre            Cégep de Ste-Foy
             Bell, orthopédagogue                         Février 2012
                                     Cégep régional de Lanaudière  à l’Assomption   Rév. août 2011   page 15 15
                                                                                                       Page
Se rappeler qu’il est important de :
    discuter ouvertement de la problématique avec l’étudiant en lien avec ses apprentissages afin de
    favoriser un échange pouvant déboucher sur des façons constructives de se comporter en raison des
    différences;
    toujours garder à l’esprit le but poursuivi, soit l’intégration sociale et le soutien aux apprentissages. Il
    demeure important d’amener l’étudiant à surmonter ses difficultés;
    respecter le rythme de progression de l’étudiant et sa capacité de s’adapter aux situations nouvelles.

Sources :
FONDATION DES MALADIES MENTALES :
http/www.fondationdesmaladiesmentales.org/fr/p/aider-une-personne/les-maladies-mentales/depression/qui-en-est-atteint
CENTRE DE TOXICOMANIE ET DE SANTÉ MENTALE :
http/www.camh.net/fr/About_Addiction_Mental_Health/Mental_Health_Information/Depressive_Illness/
AGENCE DE SANTÉ PUBLIQUE DU CANADA :
http/www.phac-aspc.gc.ca/publicat/miic-mmac/index-fra-php
INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE :
http/www.institutsmq.qc.ca/maladies-mentales/troubles-de-l-humeur/index.html
HÔPITAL LOUIS-H. LAFONTAINE :
http/hlhl.qc.ca/hopital/sante-mentale.html
ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE SOUTIEN AUX PERSONNES SOUFFRANT DE TROUBLES ANXIEUX,
     DÉPRESSIF OU BIPOLAIRE : http/wwwérevivre.org/acceuil.php
LA DÉPRESSION FAIT MAL : http/www.ladepressionfaitmal.ca/fr/

     Services adaptés     Cégep de Ste-Foy                   Février 2012                                         page 16
Dyslexie                            Trouble d’apprentissage                                       Aide-mémoire

DÉFINITION
 C’est un trouble d’apprentissage d’origine neurobiologique qui atteint la compréhension en lecture chez
 une personne ayant :
   une scolarité dite régulière;
   une intelligence normale ou supérieure;
   un milieu propice au développement de la lecture.
C’est une manifestation d’un ensemble de difficultés durables de l’apprentissage de la lecture et de
l’orthographe chez un enfant ou un adulte qui se manifeste par une perturbation des aptitudes cognitives
fondamentales.

CERTAINES CARACTÉRISTIQUES
    Elle est développementale ou acquise.
    Elle atteint les microprocessus (servant à comprendre l’information contenue dans une phrase) et les
    macroprocessus de lecture (orientés vers la compréhension globale du texte et vers les liens qui
    permettent de faire du texte un tout cohérent).
    Elle provoque du stress, un manque de confiance et une lenteur en lecture.

LES MANIFESTATIONS DIVERSES
    Les lettres (formation, orientation, ordre alphabétique, inversion, omission ou confusion de lettre
    et/ou de mots).
    La lecture (saccadée, lente, laborieuse).
    L’expression des idées (confusions, interprétations fautives).
    La compréhension (concept, discours et métalangage).
    La gestion du temps (manque de temps, planification difficile).
    La variation des notes scolaires.
    La manifestation de stress lors de demandes de rendement.

LES ÉTUDIANTS AUX PRISES AVEC CETTE PROBLÉMATIQUE
    Manquent de confiance en eux-mêmes.
    Comprennent avec difficulté ce qui est écrit.
    Expriment leurs idées avec difficulté.
    Atteignent rapidement leur seuil de fatigue.

LECTURE À LA FAÇON D’UN DYSLEXIQUE

 La ren tré esco la ire ca u se bi en des sou cis aux élèves dy s le xi ques. Tou test im pré vi sible, la mo
 in dredeman de de le c ture devi ent un cham ps de ba ta ille ou la sur ch arge co gni tive pro voque,bi
 en sou vent une per te de sens du tex te à li re. Tou tes les é ner gies sont di ri gées ve rs le dé coda ge de
 mots et de ph rases…
       Inspiré d’un texte de Louise Brazeau-Ward

Ensuite vient la reconstruction du sens!

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011          Page 17
INTERVENTIONS PÉDAGOGIQUES
   Ne pas faire lire à voix haute, sauf si l’étudiant veut lire.
   Réserver un espace sur le tableau pour les rappels de notions antérieures ou les mots importants à
   retenir.
   Segmenter la lecture et ouvrir une discussion sur le contenu pour permettre une meilleure rétention,
   une meilleure compréhension.
   Donner des consignes courtes et précises.
   Éviter les phrases complexes à l’oral et à l’écrit.
   Expliquer et clarifier les consignes si nécessaire.
   Les faire écrire dans l’agenda.
   Éviter les annotations dévalorisantes lors de la correction.
   Rendre les notes de cours accessibles.
   Diversifier la présentation des informations.
   Structurer les cours sous forme de fiches qui résument l’essentiel du cours.
   Utiliser des couleurs pour favoriser la mémorisation (les diaporamas se prêtent plus facilement à cette
   technique).

IMPACT DE LA DYSLEXIE SUR L’APPRENTISSAGE D’UN ÉTUDIANT
 Pour lire, il faut garder diverses informations en mémoire et l’accès lexical, de concert avec l’accès
 phonologique, facilitent la compréhension du message écrit. Ces deux voies (adressage et
 phonologique) participent à la saisie du message par le lecteur.

 Chez le dyslexique, on remarque une difficulté à garder en mémoire certains mots ou certains
 graphèmes. C’est ce qui ralentit sa capacité de lecture. Cette lenteur amène une difficulté au niveau de
 la compréhension et de la rétention des informations.

DÉMARCHE D’APPRENTISSAGE POUR L’ÉTUDIANT
   Utiliser les techniques de survol pour saisir le contexte.
   Préciser son intention de lecture et la répéter.
   Lire à voix haute de courts textes à la maison, le faire souvent.
   Inscrire dans la marge à gauche les mots clés.
   Faire des fiches sur les notions, les définitions, les éléments à retenir lors de la lecture.
   Repérer dans le texte les expressions ou les mots porteurs de sens et les surligner au marqueur de
   couleur.
   Utiliser des enregistrements sonores.
   Utiliser les notes (lisibles) d’un pair pour les cours afin de mieux comprendre ce qui est expliqué en
   classe.
   Compenser ses difficultés au moyen des fonctions cognitives les plus efficaces chez lui.

IL EXISTE TROIS TYPES DE DYSLEXIE
   Phonologique : atteinte de la voie d’assemblage.
   De surface : atteinte de la voie d’adressage.
   Mixte : les deux voies sont atteintes.

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011   Page 18
VOIE D’ADRESSAGE (LEXICALE OU DIRECTE)
   Cette voie réfère à l’identification et à la mémorisation de la forme globale des mots.
   Elle facilite la compréhension.
   Elle augmente la fluidité.
   Elle améliore l’orthographe.

VOIE D’ASSEMBLAGE (PHONOLOGIQUE OU INDIRECTE)
   Cette voie permet l’identification des graphèmes-phonèmes (sons et formes). Elle est souvent
   associée au décodage.
   Elle facilite la reconnaissance des mots.
   Elle augmente la rapidité.

Sources :
SAVARD, Hélène, Sans discrimination ni privilèges. Pour mieux comprendre l’étudiant ayant un trouble d’apprentissage,
    Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy, mai 2008.
AQÉTA : http://www.aqeta.qc.ca
DYSLEXIA : http://www.dyslexiaassociation.ca/francais

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011                 Page 19
Dysorthographie                     Trouble d’apprentissage                                       Aide-mémoire

DÉFINITION
C’est un trouble d’apprentissage d’origine neurobiologique qui atteint la compréhension et l’application
du code écrit chez une personne ayant :
    une scolarité dite régulière;
    une intelligence normale ou supérieure;
    un milieu propice au développement de la lecture.

Ce trouble peut accompagner une dyslexie ou d’autres troubles.
C’est un trouble permanent lié à l’orthographe.

INTERVENTIONS PÉDAGOGIQUES
    Permettre l’utilisation d’un correcteur électronique lors des examens ou des travaux.
    Permettre la remise des travaux et des examens sur ordinateur (en sciences et mathématiques).
    Utiliser des logiciels d’écriture de symboles.
    Présenter diverses stratégies de correction.
    Laisser plus de temps pour les travaux et les examens.
    Revoir la correction avec l’étudiant afin de l’aider à mieux comprendre ses difficultés.
    Donner des consignes courtes et précises lors des travaux et des examens si cela est possible.

LES ÉTUDIANTS AUX PRISES AVEC CETTE PROBLÉMATIQUE
    Manquent de confiance en eux-mêmes.
    Ont de la difficulté à comprendre ce qui est écrit.
    Ont de la difficulté à exprimer leurs idées.
    Atteignent rapidement leur seuil de fatigue.

EXEMPLES
    Je vait au bouleau tout lé matin. Au lieu de : Je vais au boulot tous les matins.
    Demander de mettre en évidance les majuscules. Au lieu de : évidence.
    Il faut les vaincres. Au lieu de : Il faut les vaincre.
    Le groupe de grimpeurs sait réfugiés. Au lieu de : Le groupe de grimpeurs s’est réfugié.
    Orayer. Au lieu de : oreiller

CONSEILS
    Le temps et les efforts feront leur œuvre.
    Il n’y a pas de remèdes, de méthodes ou d’outils miracles. L’intervention constante auprès de
    l’étudiant(e) pourra améliorer sa performance.
    Il ne faut surtout pas se décourager, l’aide que l’on apporte produit un effet à long terme.
 La pratique réflexive favorise aussi l’acquisition de réflexes orthographiques.

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011          Page 20
DÉMARCHES D’APPRENTISSAGE POUR L’ÉTUDIANT
   Utiliser systématiquement une méthode ou une grille de correction.
   Faire une démarche réflexive sur ses erreurs les plus fréquentes.
   Laisser du temps entre l’écriture et la correction (pour les travaux, un délai de 48 heures est suggéré).
   Se relire plusieurs fois en vérifiant que l’on respecte la consigne d’écriture.
   Utiliser le dictionnaire et la grammaire.
   Se relire à haute voix.

La détermination et la pratique peuvent réduire les symptômes, mais ne peuvent pas les faire disparaître.

Sources :
SAVARD, Hélène, Sans discrimination ni privilèges. Pour mieux comprendre l’étudiant ayant un trouble d’apprentissage,
    Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy, mai 2008.
AQÉTA : http://www.aqeta.qc.ca
DYSLEXIA : http://www.dyslexiaassociation.ca/francais

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011                 Page 21
Dysphasie                           Trouble neurologique                                          Aide-mémoire

DÉFINITION
La dysphasie est un trouble primaire du langage, dans la sphère expressive ou à la fois dans celle
expressive et réceptive, qui s’observe par des atteintes variables affectant le développement du langage :
phonologique, morphologique, syntaxe, sémantique et pragmatique.
http://www.dysphasie.qc.ca/fr/dysphasie-depistage.php

CATÉGORIES
    Développementale (au cours du développement embryonnaire).
    Acquise (suite à un accident).

C’EST AUSSI
    Un trouble d’origine neurologique.
    Un trouble permanent du langage causé par des lésions cérébrales.
    Une difficulté à comprendre et à exprimer des idées.
Les personnes atteintes manifestent une lenteur dans l’exécution des tâches écrites. Ce trouble peut être
développemental ou acquis et il peut accompagner d’autres troubles.

SELON LE DSM-IV
    Vocabulaire notablement restreint.
    Erreurs de temps.
    Difficulté d’évocation des mots.
    Difficulté à construire des phrases d’une longueur ou d’une complexité appropriée au stade de
    développement.
    Difficulté d’expression (tant réceptive qu’expressive dans certains cas).

INTERVENTIONS PÉDAGOGIQUES
    Donner des consignes courtes et précises.
    Laisser plus de temps pour les travaux et les examens.
    Planifier toutes les séquences de remise des travaux.
    Revoir la correction avec l’étudiant afin de l’aider à mieux comprendre ses difficultés.
    Répéter les informations et les consignes.
    Donner des exemples concrets.
    Faire écrire ce dont l’étudiant a besoin pour ses cours tant au niveau du matériel que de la
    préparation.
    Utiliser des éléments visuels pour faire comprendre des concepts abstraits.
Voir : « Pour mieux comprendre l’étudiant ayant une dysphasie » pour de nombreux autres conseils
(http://www.cegep-ste-foy.qc.ca/freesite/fileadmin/users/184/guides/guide_francais/brochure_dysphasie_2_juin_08.pdf).

LES ÉTUDIANTS AUX PRISES AVEC CETTE PROBLÉMATIQUE
    Manquent de confiance en eux-mêmes.
    Manifestent une timidité excessive devant un groupe.
    Peuvent manifester de la colère liée à un sentiment d’incompréhension.

 Jean-Pierre Bell, orthopédagogue   Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption   Rév. août 2011              Page 22
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler