Analyse préliminaire Coopération République du Sénégal-BAD - Renow

 
Analyse préliminaire Coopération République du Sénégal-BAD - Renow
Coopération République du Sénégal-BAD

  Étude d’interconnexion des réseaux électriques
     Sénégal – Mauritanie – Maroc - Espagne

              Analyse préliminaire
                     Juillet 2011

                         Banque africaine de développement
                         Département par pays region ouest B ((ORWB)
                         Bureau regional de la Banque au Sénégal (SNFO)
Analyse préliminaire Coopération République du Sénégal-BAD - Renow
C o o p é r a t i o n   r é p u b l i q u e    d u   S é n é g a l   -   B A D

Coopération République du Sénégal-BAD

  Étude d’interconnexion des réseaux électriques
     Sénégal – Mauritanie – Maroc - Espagne

                     Analyse préliminaire
                                     Juillet 2011

                                           1
Analyse préliminaire Coopération République du Sénégal-BAD - Renow
C o o p é r a t i o n   r é p u b l i q u e   d u   S é n é g a l   -   B A D

???

                                            2
Analyse préliminaire Coopération République du Sénégal-BAD - Renow
C o o p é r a t i o n   r é p u b l i q u e    d u   S é n é g a l   -   B A D

Table des matières

I.       Introduction

II.      Systèmes électriques nationaux

II.1     Situation du secteur de l’électricité au Sénégal
II.1.1   Contexte général
II.1.2   Evolution de la demande
II.1.3   Situation actuelle du parc de production et du réseau de transport
II.1.4   Plan d’urgence de rétablissement de l’équilibre offre/demande
II.1.5   Sources énergétiques disponibles et moyens de production envisageables

II.2     Situation du secteur de l’électricité au Maroc
II.2.1   Contexte général
II.2.2   Evolution de la demande
II.2.3   Situation actuelle du parc de production et du réseau de transport
II.2.4   Développement du système de production et de transport

II.3     Situation du secteur de l’électricité en Mauritanie
II.3.1   Contexte général
II.3.2   Evolution de la demande
II.3.3   Situation actuelle du parc de production et du réseau de transport
II.3.4   Programme de développement du système électrique

III      Enseignements de l’analyse de la situation actuelle

IV       Définition des stratégies de développement à long terme des systèmes
         électriques nationaux

V        Évaluation des stratégies de développement des systèmes électriques
         nationaux

VI       Conclusion et recommandations

VI.1     Conclusions

VI.2     Recommandations

                                                   3
C o o p é r a t i o n   r é p u b l i q u e   d u   S é n é g a l   -   B A D

Liste des abréviations

ASER           Agence sénégalaise d’Electrification rurale
AFD            Agence Française de développement
APD            Avant projet détaillé
BAD            Banque Africaine de développement
BOO            Built owership
BT             Basse tension
BTU            British Thermal Unit
CED            Compagnie éolienne du Détroit
CEDEAO         Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest
CRSE           Commission de Régulation du secteur de l’électricité
DAO            Dossier d’Appel d’offre
DO             Diesel Oil
EDM            Energie du Mali
END            Energie non distribuée
ENF            Energie non fournie
ENR            Energie Nouvelle et renouvelable
FL             Fuel lourd
GNL            Gaz Naturel Liquefié
GTI            Premier producteur Indépendant au Sénégal
GWh            Un million de kilowattheure
HFO            Hign Fuel Oil
HT             Haute Tension
IPP            Producteur indépendant d’électricité
JLEC           Jorf Lasfar Energy Compagny
Kv             Kilovolt
               Kounoune Power Producteur indépendant au Sénégal
Kw             Kilowattheure
LT             Long Terme
MT             Moyenne Tension
MW             Mille Kilowatt
OMEL           Opérateur du marché espagnol de l’électricité
OMVG           Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie
OMVS           Organisation de mise en valeur du fleuve Sénégal
ONE            Office national de l’électricité du Maroc
PIB            Produit intérieur brut
PPA            Contrat achat /vente d’énergie
PPP            Partenariat public privé
RI             Réseau interconnecté
SENELEC        Société d’électricité du Sénégal
SOMELEC        Société Nationale d’électricité de la Mauritanie
STEP           Système de Transfert d’énergie par pompage
TDR            Termes de référence
UE             Union européenne
UEMOA          Union Economique et Monétaire Ouest africain
USD            Dollars des Etats-Unis d’Amérique
WAPP           West African Power Pool

                                               4
C o o p é r a t i o n   r é p u b l i q u e   d u   S é n é g a l    -   B A D

Liste des tableaux et graphiques

Tableau 1     Evolution récente des ventes par type de tension
Tableau 2     Réseau interconnecté : Evolution future de la demande annuelle d’électricité
Tableau 3     Evolution de la qualité des services et de l’équilibre offre/demande de 2005 à 2010
Graphique 1   Evolution de l’offre et de la demande périodiques en 2011
Graphique 2   Evolution de la réserve périodique en 2011
Tableau 4     Evolution de la demande annuelle d’électricité (scénario de base)
Tableau 5     SOMELEC : Evolution de la demande annuelle d’électricité
Tableau 6     SOMELEC : Puissance installée et disponible
Tableau 7     Scénarios de réalisation de la ligne d’interconnexion
Tableau 8     Coûts des ouvrages d’interconnexion
Tableau 9     Sénégal : Valeurs totales actualisées par stratégies de développement
Tableau 10    Maroc : Valeurs totales actualisées par stratégies de développement
Tableau 11    Mauritanie : Valeurs totales actualisées par stratégies de développement

                                              5
C o o p é r a t i o n   r é p u b l i q u e   d u   S é n é g a l   -   B A D

???

                                            6
C o o p é r a t i o n    r é p u b l i q u e    d u    S é n é g a l   -   B A D

Avant-propos

Cette étude a été préparée par SNFO et un               en charge de la Coopération Internationale,
consultant extérieur sous la supervision                des Transports aériens, des Infrastructures et
générale      d’ORWB     et     de   Mme    Leila       de l’Energie, le Ministère délégué auprès du
MOKADEM,           Représentant       Résidente         Ministère d’Etat, chargé de l’Energie, la
Régionale, assistée par Gilbert GALIBAKA,               Société nationale d’Electricité, les pairs
Macroéconomiste Principal à SNFO. Elle                  évaluateurs, les collègues d’ONEC, d’ONRI et
découle de la stratégie d’intégration régionale         l’équipe-pays Sénégal.
en Afrique de l’Ouest, élaborée par la Banque
et se propose de contribuer à un éclairage sur          L’équipe voudrait remercier les représentants
l’interconnexion électrique des pays retenus.           des organisations régionales telles que
                                                        l’OMVS et l’OMVG, les partenaires techniques
Des contributions, commentaires et critiques            et financiers multilatéraux et bilatéraux, le
d’une grande utilité ont été apporté par les            secteur privé et la société civile pour leurs
autorités     mauritaniennes,    marocaine     et       encadrements, commentaires, informations et
sénégalaises notamment le Ministère d’Etat,             données.

                                                    7
C o o p é r a t i o n   r é p u b l i q u e   d u   S é n é g a l   -   B A D

???

                                            8
C o o p é r a t i o n      r é p u b l i q u e     d u    S é n é g a l     -     B A D

Résumé Analytique

1.     L’étude des réseaux électriques du                 •    En dépit d’un mix de production
Sénégal, de la Mauritanie et du Maroc et du                    d’électricité dominé au Sénégal et en
marché espagnol de l’électricité, menée dans                   Mauritanie par des groupes diesel
le cadre du soutien de la BAD aux efforts de                   fonctionnant          aux      combustibles
développement du secteur de l’énergie du                       pétroliers,   ces      deux    pays       ont
Sénégal, porte sur une évaluation préliminaire                 actuellement recours à la location
de la faisabilité technico-économique de                       particulièrement couteuse de groupes
l’interconnexion des systèmes électriques des                  électrogènes pour faire face à la pire
pays considérés, en prélude à cette étude                      défaillance     de     leur    système     de
plus   approfondie      considérant     toute    la            production d’électricité. En revanche, le
complexité de la mise en œuvre d’un tel projet                 Maroc, dont le mix de production est
et permettant d’avoir une vision claire, globale               particulièrement diversifié, avec toutefois
et cohérente sur le développement et                           une     prédominance           d’installations
l’exploitation    de   l’interconnexion.      Cette            fonctionnant au charbon beaucoup plus
analyse préliminaire, effectuée sur une période                économique, parvient à couvrir la
de trois mois allant de février à avril 2011, a                demande du pays, à un cout nettement
démarré par une mission de collecte de                         plus faible que celui de sa propre
données en février au Sénégal, en Mauritanie                   production, grâce aux importations
et au Maroc. Elle a porté principalement,                      massives en provenance de l’Espagne.
d’une part, sur l’analyse des caractéristiques
du système offre/demande électrique de                    •    La demande au niveau des trois pays
chacun des trois pays et, d’autre part, sur                    évoluera de façon soutenu au cours des
l’évaluation des stratégies d’expansion du                     prochaines années à un taux moyen de
système de production et de transport dans                     croissance d’environ 6% selon un
chacun des pays et leur interaction avec le                    scénario moyen de développement
développement de l’interconnexion.                             économique. Le développement de
                                                               l’offre requise pour satisfaire cette
2.     Il ressort de l’analyse de la situation                 demande, se fait suivant des stratégies
actuelle     et      des       perspectives     de             différentes selon le pays considéré. En
développement à court et moyen terme des                       effet, au Sénégal et en Mauritanie, le
systèmes         électriques     nationaux      les            plan d’actions porte sur la poursuite
considérations suivantes :                                     soutenue de la location de groupes
                                                               électrogènes en 2011 et 2012, la mise
•      Les trois pays (Sénégal, Mauritanie et                  en service massive de groupes diesel de
       Maroc) ont actuellement en commun                       grande taille tous fonctionnant aux
       une   dépendance          quasi-totale   de             combustibles pétroliers.
       l’extérieur pour leur approvisionnement
       en sources d’énergie modernes. La                  •    La diversification du mix énergétique
       Mauritanie pourrait cependant à l’avenir                n’est attendue au Sénégal qu’à partir de
       sortir de cette situation si ses réserves               2015     avec    la    mise     en    service
       d’hydrocarbures se confirment.                          d’installations au charbon, tandis qu’en

                                                      9
C o o p é r a t i o n         r é p u b l i q u e          d u   S é n é g a l        -    B A D

    Mauritanie,        elle     dépend       de      la                soit en cours de réalisation ou en cours
    confirmation des réserves de gaz naturel                           d’étude. Le seul tronçon qui restera à
    dont la date de valorisation effective est                         réaliser à l’horizon 2015, après la mise
    encore incertaine. En tout état de cause,                          en œuvre des programmes nationaux
    la production dans ses deux pays                                   d’investissement 2011-2015, porte sur
    demeurera couteuse à moyen terme,                                  l’interconnexion        sur   une     distance
    malgré la mise en service en 2013 la                               d’environ 350 km entre Nouadhibou au
    centrale hydroélectrique commune de                                nord de la Mauritanie et Dahla au sud du
    Félou      dont      le     productible        est                 Maroc dans le Sahara, par ailleurs en
    relativement faible face aux besoins                               cours        d’étude    par   l’ONE.     Deux
    importants. Au Maroc, la stratégie de                              scénarios d’interconnexions ont été
    développement à moyen terme de l’offre                             évalués :
    porte principalement sur la mise en
    service d’installations au charbon et au                   2.1      Réalisation d’une ligne mono terne
    gaz,      d’énergie         renouvelable        et         225kV       Nouadhibou-Dahla            (350     km),
    l’accroissement           des      importations            prolongeant ainsi, par le nord au Maroc, la
    d’Espagne.                                                 ligne également monoterne 225 kV Laayoune-
                                                               Boujdour-Dahla et par le sud en Mauritanie, la
•   L’Espagne est actuellement fortement                       ligne    Nouakchott-Nouadhibou              elle-même
    interconnecté avec le Maroc et dispose                     prolongeant la liaison monoterne 225 kV
    d’un marché spot de l’électricité dont                     Dagana (Sénégal) - Rosso - Nouakchott
    les    prix   de     gros    particulièrement              (Mauritanie). Dans ce scénario, la capacité de
    compétitifs favorisent un transfert massif                 transit de cette nouvelle liaison limiterait la
    d’énergie      vers         le     Maroc        et         capacité d’échanges d’électricité à 150MW
    éventuellement au sud du Sahara. En                        au maximum pour des raisons de stabilité de
    effet, les importations du Maroc à partir                  l’interconnexion.
    du réseau espagnol ont atteint un
    niveau record en 2010. Le prix de gros,                    2.2     Réalisation d’une ligne bi terne 225kV
    égal à moins de 4c€/kWh en Espagne,                        Nouadhibou-Dahla           et    renforcement     des
    contre environ 7c€/kWh au Maroc et                         liaisons mono ternes 225 kV existantes par
    18c€/kWh au Sénégal, ouvre de réelles                      l’addition de nouvelles lignes mono ternes 225
    opportunités d’échanges nord-sud.                          kV Laayoune-Boudjour-Dahla sur le territoire
                                                               marocain        et    Nouakchott-Rosso-Dagana-
•   Le     développement         du     réseau      de         Sakal-Tobène le long du réseau de l’OMVS.
    transport          d’électricité         devant            Les pylônes de la liaison Sakal-Tobène
    matérialiser l’interconnexion Sénégal-                     conçus en bi terne sont actuellement équipés
    Mauritanie-Maroc-Espagne est déjà                          en mono terne ; le renforcement sur ce
    largement entamé ; des tronçons                            tronçon ne portera que sur les conducteurs.
    importants           de          cette        ligne        La capacité d’échanges dans ce scénario
    d’interconnexion, sont soit déjà réalisés,                 s’élèverait à 300MW.

                                                          10
C o o p é r a t i o n     r é p u b l i q u e      d u     S é n é g a l   -   B A D

3.    La comparaison des deux scénarios                  d’énergie       Nord-Sud.       Le       surcout
d’interconnexion envisagés montre une nette              d’investissement de la ligne biterne est
suprématie économique de la ligne 225 kV                 compensé par le bénéfice résultant de le prix de
biterne sur la ligne 225 kV monoterne. En effet,         gros relativement faible de l’énergie produite au
le développement d’une infrastructure biterne,           Nord et le cout de production particulièrement
présentant une capacité de transit deux fois plus        élevé des installations thermoélectriques au Sud
élevée, permettra de doubler les échanges                du Sahara, au Sénégal et en Mauritanie.

                                                    11
C o o p é r a t i o n      r é p u b l i q u e        d u   S é n é g a l    -   B A D

I.       Introduction

1.     L’étude des réseaux électriques du Sé-              marré par une mission de collecte de données
négal, de la Mauritanie et du Maroc et du mar-             en février au Sénégal, en Mauritanie et au
ché espagnol de l’électricité, menée dans le               Maroc. Elle a porté principalement, d’une part,
cadre du soutien de la Banque africaine de dé-             sur l’analyse des caractéristiques du système
veloppement aux efforts de développement                   offre/demande d’énergie électrique de chacun
du secteur de l’énergie du Sénégal, porte sur              des trois pays et, d’autre part, sur l’évaluation
une évaluation préliminaire de la faisabilité              des stratégies d’expansion du système de pro-
technico-économique de l’interconnexion des                duction et de transport dans chacun des pays
systèmes électriques des pays considérés, en               et leur interaction avec le développement de
prélude à une étude plus approfondie considé-              l’interconnexion.
rant toute la complexité de la mise en œuvre
d’un tel projet et permettant d’avoir une vision           2.    La carte ci-après présente la zone
claire, globale et cohérente sur le développe-             d’étude et le tracé indicatif du réseau d’inter-
ment et l’exploitation de l’interconnexion. Cette          connexion depuis l’Espagne au Nord jusqu’au
analyse préliminaire, effectuée sur une période            Sénégal au Sud, en passant par le Maroc et
de trois mois allant de février à avril 2011, a dé-        la Mauritanie.

                                                      12
C o o p é r a t i o n   r é p u b l i q u e   d u   S é n é g a l   -   B A D

Zone d’etude et trace indicatif du projet d’interconnexion Sénégal - Mauritanie -
Maroc - Espagne

                                             13
C o o p é r a t i o n       r é p u b l i q u e       d u   S é n é g a l      -    B A D

II.      Systemes électriques nationaux

II.1    Situation du secteur                   de          besoins élevés de développement et de
l’électricité au Sénégal                                   réhabilitation des infrastructures électriques et
                                                           d’approvisionnement          en     combustibles
II.1.1 Contexte général                                    pétroliers. La configuration actuelle du sous-
                                                           secteur de l’Electricité résulte des réformes de
3.     Le Sénégal, situé à l’extrême ouest de              1998 qui ont conduit à la création d’un
l’Afrique de l’Ouest en bordure de l’Océan                 organisme de régulation et d’une agence
Atlantique, s’étend sur une superficie de                  dédiée à l’électrification rurale, en plus de la
196722 km², limitée au nord par la Mauritanie,             SENELEC qui reste l’opérateur principal. La
à l’est par le Mali, au sud par la Guinée et la            préparation et la mise en œuvre de la politique
Guinée-Bissau. Sa population était estimée en              générale du secteur ainsi que l’élaboration du
2006 à 12 millions d'habitants, dont prés de               Plan national d’électrification et les normes
25% vivent dans la zone de Dakar la capitale.              applicables au sous secteur sont de la
Cependant, la plus grande partie de la                     responsabilité du Ministre chargé de l'Energie.
population est concentrée sur la côte et les
zones rurales. Le taux de croissance annuelle              6.    La   Senelec     coexiste      avec    deux
de la population est estimé à 3% environ.                  opérateurs privés dans le segment de la
                                                           Production. Il s’agit de GTI qui exploite depuis
4.     Le Produit Intérieur Brut (PIB) était estimé        fin 1999 une centrale thermique qui sera
en 2009 à près de 6023 milliards de FCFA soit              transférée à la Senelec à l’issue d’une période
de l’ordre de 12 milliards USD, ce qui                     de quinze ans et Kounoune Power qui exploite
représente un revenu par habitant d’environ                également une centrale thermique à transférer
1000 USD. L’économie du Sénégal est                        à la Senelec. En outre, dans le cadre de
caractérisée     par     la    prédominance     de         l’OMVS, la Société de Gestion de l’Energie de
l’agriculture industrielle et vivrière et une forte        Manantali (SOGEM) appartenant aux trois Etats
dépendance aux produits pétroliers importés                membres, livre sur le réseau de la Senelec,
dont     la    flambée        des   prix   entrave         depuis juillet 2002, de l’énergie produite par la
considérablement la progression économique                 centrale hydroélectrique localisée au Mali.Le
du pays dont le taux de croissance est réduit              développement de l’électrification dans les
en 2010 à prés de 4%.                                      zones rurales non encore électrifiées est confié
                                                           à l’Agence Sénégalaise d’Electrification Rurale
5.     L’un des défis majeurs dont fait face le            (ASER).    La   régulation    des    activités   de
Gouvernement du Sénégal aujourd’hui porte                  production, transport, distribution et de vente
sur l’exploitation et le développement du                  d'énergie électrique sur l’ensemble du territoire
système électrique confronté au problème                   est confiée à la Commission de Régulation du
crucial de son financement en raison des                   Secteur de l’Electricité (CRSE).

                                                      14
C o o p é r a t i o n   r é p u b l i q u e   d u   S é n é g a l   -   B A D

Carte électrique du Sénégal

                                             15
C o o p é r a t i o n           r é p u b l i q u e        d u      S é n é g a l     -    B A D

II.1.2     Evolution de la demande                               8.        Le profil de la consommation d’électricité
                                                                 met en évidence la nette prédominance des
7.       L’énergie totale livrée par la Senelec à sa             clients basse tension (BT) par rapport aux
clientèle s’est élevée en 2010 à 2056 GWh, en                    autres types de clients moyenne et haute
progression de prés de 7% par rapport à 2009.                    tension, (MT et HT). En effet, durant les cinq
L’énergie non fournie a atteint 153 GWh (dont                    dernières années, les usagers BT comptent
146 GWh provoqué par des délestages par                          pour prés de 60 à 65% de la consommation
manque de production, 7 GWh pour les                             globale du Sénégal. Les usagers MT viennent
effacements        et    le   reste     concerne      les        en deuxième position avec une moyenne de
manœuvres et autres incidents sur le réseau)                     29% tandis que les usagers HT sont loin
contre 90 GWh en 2009 ; soit une hausse de                       derrière      avec     moins    de         10%    de     la
63 GWh (+70,5%) traduisant une sévère                            consommation totale. Malgré la croissance
dégradation de la qualité de service.                            soutenue de la demande, la consommation

                   Tableau 1 Evolution récente des ventes par type de tension (GWh)

Année          2000      2001      2002      2003      2004      2005         2006     2007     2008        2009    2010

BT              575        675        739     830       831          996      1067     1122     1225        1245    1319

MT              389        418        426     456       412          490       503      491      542         562        607

HT              185        202        187     159       158          172       158      122      100         122        130

Total          1149      1295      1352      1445      1401      1658         1728     1735     1867        1928    2056

d’électricité reste faible sur l’ensemble du pays.               paramètres déterminants prenant en compte
Environ      44%        seulement      des    ménages            entre autres :
sénégalais       étaient      électrifiés    en     2006.
Cependant, l’électrification est très avancée,                   •         L’augmentation       de     la    population,
dépassant les 90% dans certaines zones                                     l’important potentiel d’extension du
urbaines en 2009. À Thiès, par exemple, le taux                            réseau pour atteindre les 56% de
d’électrification est d’environ 93%, tandis qu’à                           population non encore desservie et le
Dakar, l’électrification est presque complète                              potentiel       de          développement
(99% en 2009). Le taux d’électrification dans                              économique, axé sur une Stratégie de
les zones rurales (16%) demeure très faible                                Croissance Accélérée (SCA) fixée à 7%
malgré les importants progrès réalisés ces                                 en vue de réduire de moitié l’incidence
dernières années. Il varie de 4% à Kolda au sud                            de la pauvreté à l’horizon 2015,
du pays à 35% au centre du pays.                                           conformément         aux     Objectifs        du
                                                                           Millénaire pour le Développement;
L’accroissement de la consommation d’énergie
électrique, prévu à moyen et long terme par la                   •         La mise en œuvre d’un programme
Senelec dans le cadre de l’élaboration de son                              volontariste de maitrise de la demande
plan directeur de développement du système                                 à travers l’intensification de l’utilisation
électrique, est fondé sur l’évolution des                                  des lampes à basse consommation.

                                                            16
C o o p é r a t i o n        r é p u b l i q u e       d u    S é n é g a l          -      B A D

       Tableau 2 Réseau interconnecté : Evolution future de la demande annuelle d’électricité

            PUISSANCE DE                TAUX     ENERGIE APPELEE borne                   TAUX                FACTEUR DE
ANNE
              POINTE(MW)      de CROISSANCE               centrale (GWH)       DE CROISSANCE                 CHARGE (%)
E
                                       (%/an)                                           (%/an)
2011                  461                                               2699                                         66,83

2015                601,88                7,28                    3574,697                      7,11                  67,8

2020               808,107                5,57                    4763,231                      5,49                 67,29

2025             1061,224                 5,62                    6231,717                      5,54                 67,03

II.1.3 Situation     actuelle      du    parc    de        kV). Les centrales régionales concernent
production et du réseau                                    principalement la centrale de Tambacounda
de transport                                               (près de 1% de la capacité totale) et celle de
                                                           Boutoute à Ziguinchor 2% de la capacité
9.      La production d'énergie électrique au              totale). Les centres secondaires concernent
Sénégal, en dehors de l’hydroélectricité en                une     vingtaine       de      centres           autonomes
provenance de Manantali dans le cadre de                   représentant au total près de 2,4% de la
l’OMVS, est assurée par des moyens                         capacité       totale     du     système,           et     sont
exclusivement         thermiques,         alimentés        caractérisés par leur éloignement par rapport
principalement       par     des   hydrocarbures           au R.I. et aux centrales régionales et par le
importés, et répartis en trois sous-ensembles              niveau relativement faible de leur charge.
fonction du type de réseau desservi à savoir:
i) les centrales du réseau interconnecté ; ii) les         II.1.4 Plan d’urgence de rétablissement de
centrales régionales et iii) les centrales                 l’équilibre offre/demande
secondaires.
                                                           11.     L’évolution de l’équilibre offre/demande
10.     Les centres de production du réseau                au cours de ces dernières années 2005-2010
interconnecté (R.I.), concentrés dans la région            est     caractérisée           par       une        profonde
nord-ouest du Sénégal, couvrent plus de 95%                dégradation de la qualité de service qui a
de la demande d'électricité et sont répartis               atteint en 2010 une énergie non fournie à la
dans les régions de Dakar (75.7% de la                     clientèle de 176,5 GWh, niveau record depuis
capacité totale exploitable du R.I. y compris              la création de la Senelec, soit plus de 100
les centrales privées) de Kaolack (11.66%), et             fois    le    niveau    de      défaillance         maximal
Saint Louis (1% de la capacité totale du R.I.).            admissible et prés de 15 fois la norme
L’apport de Manantali au R.I. représente                   contractuelle          d’énergie            non         fournie.
11,66% de la capacité totale exploitable. Le               L’évolution         récente              de        l’équilibre
réseau interconnecté dessert les régions de                offre/demande           montre              une     situation
Dakar, Thiés, Fatick, Diourbel et Louga. Il                particulièrement critique avec un niveau faible
s’étend aux régions de Kaolack, de Saint-louis             de      réserve      de        capacité           qui     s’est
et de Matam le long du fleuve Sénégal. Il                  progressivement détérioré de 2008 à 2010
comprend principalement d’un réseau HT                     comme l’illustre le tableau ci-après mettant en
avec deux niveaux de tension (90 kV et 225                 évidence la situation des niveaux de réserve

                                                      17
C o o p é r a t i o n   r é p u b l i q u e       d u     S é n é g a l     -   B A D

de capacité. La réserve minimale devrait                •      Location de mi 2011 mi 2012 d’une
permettre de couvrir la demande en cas de                      capacité de production de 150 MW au
contingence N-2, soit en cas de perte des                      DO ;
deux plus grosses unités de production                  •      Implantation en Mars 2012 d’une
correspondant ici à GTI (50MW) et Manantali                    centrale de 70 MW au fuel lourd à
(60MW) lié au Réseau interconnecté de la                       Tobène;
Senelec par une ligne simple terne de plus de           •      Extension de 60 MW début 2012 des
900 km. Dans ces conditions, la réserve en                     centrales de Kahone 2 et CVI de Bel Air;
2010 est inexistante et fait plutôt apparaitre          •      Arrivée des deux centrales barges de 60
un important déficit. Si l’on considère toutes                 MW au FO à Bel Air en mi 2012 ;
les   contraintes     de   maintenance      des         •      Mise en service de la première tranche
installations thermiques et les indisponibilités               Charbon à Sendou début 2015 ;
fortuites, particulièrement importantes en
nombre et en durée, le déficit de réserve de            13.    La mise en œuvre de ce plan d’action
capacité devient insoutenable tel qu’il est mis         d’urgence devra améliorer progressivement la
en évidence par le niveau de puissance                  situation de l’équilibre offre/demande et
délestée.                                               conduire au rétablissement satisfaisant de
                                                        l’équilibre avant à la période de forte demande.
12.   La situation de dégradation chronique             Les courbes ci-après illustrent l’évolution
de la qualité de service de l’électricité a             mensuelle en 2011, de l’offre et de la demande
poussé le Gouvernement à élaborer le plan               ainsi que les niveaux de réserve de capacité
d’urgence du secteur de l’énergie ou plan               tenant      en   compte       les   contraintes   de
Takkal envue du rétablissement rapide à court           maintenance des installations thermiques et les
terme de l’équilibre offre/demande. Ces                 exigences de couverture de la demande en cas
mesures qui portent essentiellement sur le              de contingence N-2, ici en cas de perte des
parc de production sont déclinées ci-après :            deux plus grosses unités de production.

                                                   18
Energie non fournie (END) suite
                                                       Energie non fournie suite indis-             Puis-sance           De-
             indisponibilité                                                              END to-
     Année                                             ponibilité du réseau de trans-               max déles-   Offre   mand   Reserve totale
             du système de production (GWh)                                               tale
                                                       port et de distribution (GWh)                tée                  e

                                            Part
                                                                                                                                                                                                                                                     C o o p é r a t i o n

             Déles-                         Manque               Conges-     Manœu-                                                              %
                        Efface-   Déficit              Inci-
             tage di-                       de com-              tion ré-    vres &       GWh       (MW)         (MW)    (MW)   (MW)    %        N-2
                        ments     total                dents
             rect                           bustible             seau        Travaux

19
     2005    16         5         21        12         6         -           2            30        101,50       420     374    59      12       -17
                                                                                                                                                                                                                                                     r é p u b l i q u e
                                                                                                                                                                                                                                                     d u

     2006    77         9         86        46         7         -           2            95        121,50       481     387    109     24       -4

     2007    51         7         58        17         13        1           3            76        128,41       443     387    70      15       -14
                                                                                                                                                                                                                                                     S é n é g a l

     2008    86         5         91        47         10        0           3            104       151,85       541     407    151     33       6
                                                                                                                                                                                                                                                     -

     2009    66         7         73        23         13        1           2            90        189,79       505     424    97      19       -7
                                                                                                                                                                                                                                                     B A D

     2010    146        7         153       98         17        3           4            176       155,00       499     429    85      16       -9
                                                                                                                                                       Tableau 3 Evolution de la qualité de service et de l’équilibre Offre/demande de 2005 à 2010
C o o p é r a t i o n   r é p u b l i q u e   d u   S é n é g a l   -   B A D

                                     20
C o o p é r a t i o n     r é p u b l i q u e         d u   S é n é g a l     -   B A D

II.1.5 Sources énergétiques disponibles et                  peuvent offrir un appoint déterminant pour la
moyens de production                                        production d’électricité. Ce potentiel offre des
envisageables                                               perspectives             économiques       encore
                                                            incertaines et devrait faire l’objet d’accords
14.   Le choix des sources d’alimentation des               régionaux pour son exploitation. Ainsi des
zones desservies par la Senelec, pour la                    études ont permis d’identifier, plusieurs sites
satisfaction des besoins futurs en énergie                  dans le cadre de l’OMVS, dont             Félou et
électrique, est fortement lié à la valorisation             Gouina au Mali, respectivement en cours de
des ressources énergétiques du pays et/ou                   construction et de développement, et d’autres
de la région. Le Sénégal dispose de peu de                  dans le cadre de l’OMVG.
ressources      locales      d’énergies     fossiles
commercialement              disponibles      avec          16.    Dans le cadre de sa politique de
cependant des réserves potentielles encore                  diversification        des   sources   d’énergie
incertaines ; il dispose également d’un                     importées,        le    Sénégal   envisage      le
potentiel      hydroélectrique        relativement          développement d’une centrale au charbon,
important dans les bassins des fleuves                      exploitée sous forme BOO. Une première
Sénégal et Gambie. Le pays bénéficie en                     tranche de 125 MW est prévue en 2015 sur
outre d’un potentiel significatif        en énergie         le site de Sendou à proximité du futur port
solaire et éolienne, encore peu exploité, ainsi             minéralier de Bargny dans la région de Dakar,
d’une biomasse relativement importante, mais                suivie d’une extension de la centrale d’une
menacée par la déforestation. Les moyens de                 deuxième tranche de même capacité en
production envisageables dans la présente                   2016. A moins d’une découverte significative
étude, consommant des produits pétroliers,                  de réserves de gaz naturel, le développement
sont limités aux groupes diesel ; l’objectif à              d’installations de production au charbon sera
terme est de réduire de façon drastique                     poursuivi au-delà de 2015.
l’utilisation des produits pétroliers.
                                                            II.2    Situation du secteur                   de
15.   La disponibilité de gaz naturel en                    l’électricité au Maroc
quantité suffisante, permettrait d'envisager
l’installation de turbines à gaz en cycle                   II.2.1 Contexte général
combiné avec des turbines à vapeur dans le
cadre    de    la   production      indépendante.           17.    Le Maroc, peuplé d’environ 33,5 millions
L'utilisation massive de gaz naturel permettrait            d'habitants, s’étend sur une superficie de 706
de l'indexer éventuellement sur le prix du                  550 km2 bordée au nord par la mer
marché      international.       L'impact    d'une          Méditerranée, à l’ouest par l’océan Atlantique,
disponibilité importante de gaz naturel sera                au sud par la Mauritanie au-delà du Sahara-
examiné et évalué. Il sera en particulier évalué            Occidental et à l’est par l’Algérie. En raison de
l’impact de l’importation de gaz naturel liquéfié           sa situation géographique particulièrement
GNL. Les ressources hydrauliques des fleuves                favorable comme trait d’union entre l’Europe
Sénégal et Gambie avec un potentiel de 1000                 et les pays de l’Afrique Subsaharienne, le
MW à partager entre            les pays riverains           Maroc occupe une position stratégique qui en

                                                       21
C o o p é r a t i o n          r é p u b l i q u e     d u   S é n é g a l              -     B A D

fait un pays de transit, ce qui a facilité la               II.2.2 Evolution de la demande
réalisation d’interconnexions électriques et
gazières entre les deux continents.                         20.    Au cours la dernière décennie (1999-
                                                            2009), le secteur de l’électricité a enregistré
18.    Le Maroc, peu doté en ressources                     une croissance moyenne de 6,5% par an ;
énergétiques conventionnelles, dépend quasi                 l’énergie nette appelée est passée de 13 265
totalement de l’extérieur, à plus de 95%, pour              GWh en 1999 à 25 016 GWh en 2009. Il est
son approvisionnement en sources d’énergie                  à noter, toutefois, qu’à cause de la crise
modernes         pour   satisfaire   sa     demande         économique internationale, la demande en
croissante inhérente à son essor économique                 électricité en 2009, a enregistré un faible taux
et à sa progression démographique. Au                       de croissance (4,2%), contre (7,4%) enregistré
niveau national, l’Office National de l’électricité         sur la période 2003-2008.
(ONE), placé sous la tutelle du Ministère de
l'Energie et des Mines, constitue le principal              21.    En outre, la puissance appelée à la
opérateur du secteur de l’électricité.                      pointe, a atteint 4375 MW en 2009, soit une
                                                            hausse      de      4,7%      par          rapport    à   celle
Il intervient au niveau de la production, du                enregistrée         à      fin      décembre              2008
transport et de la distribution et veille au                correspondant à une puissance additionnelle
respect de l’équilibre entre l’offre et la                  de 195 MW. Entre 1999 et 2009, la demande
demande. Dans le souci de répondre aux                      aux heures de pointe a cru de près de 1 981
exigences de la compétitivité et de la                      MW, soit 6,2% en moyenne annuellement et
promotion industrielle, des réformes ont été                ce,    du   fait,       notamment,            de     la   forte
engagées en matière de libéralisation, de                   augmentation             de       la         consommation
restructuration des secteurs pétrolier et                   résidentielle. Les ventes d’électricité de l’ONE
électrique et de participation du secteur privé             (en    quantité)        ont      enregistré          un   taux
à la réalisation de grands projets.                         d’accroissement annuel moyen de 6,6% au
                                                            cours des cinq dernières années, attribuable
19.    Dans le cadre de la modernisation du                 à la très forte progression des ventes
secteur et de sa libéralisation, il est prévu de            d’électricité aux clients directs de l’ONE (qui
mettre en place un marché libre et un marché                représentent plus de 55% des ventes globales
réglementé avec des possibilités d’échange                  de l’ONE). En effet, les ventes d’électricité aux
en matière d’approvisionnement entre ces                    clients directs de l’ONE ont enregistré un taux
deux marchés. Le premier marché serait                      de croissance annuel moyen de 8,2% entre
destiné aux gros consommateurs (haute et                    2004 et 2009 alors que celles aux clients
très haute tensions) et les clients alimentés en            Distributeurs ont enregistré une augmentation
moyenne tension. Le second desservirait les                 annuelle moyenne de 4,7%.
clients de la basse tension et continuerait à
être garanti et protégé par l’Office National de            22.    A moyen terme, les prévisions de la
l’Electricité.                                              demande             traduisent               principalement

                                                       22
C o o p é r a t i o n                 r é p u b l i q u e       d u   S é n é g a l    -    B A D

l’expression des besoins des clients industriels                      technique, le développement de nouveaux
de l’ONE et des sociétés privées de distribution                      usages de l’électricité, les parts de marché
d’électricité des principales villes du pays. Ces                     entre énergies, les actions de maîtrise de
prévisions portent également sur l’évaluation                         l’énergie, etc.
du       marché     de        la    Distribution         ONE
correspondant essentiellement aux zones                               23.    Le scénario de base retenu s’appuyant
rurales. Ainsi, le taux d’accroissement prévu                         principalement sur les réformes économiques,
pour 2010–2013, est de 6% environ. Pour le                            est axé sur une évolution du PIB de l’ordre de
long terme, l’évolution de la consommation                            5,5%, sur la période 2009-2015. Ce scénario
d’électricité résulte de la conjugaison de                            dit de l’émergence, retenu comme scénario
facteurs de natures très diverses : l’activité                        de référence pour l’élaboration du plan
économique,             la         démographie,             le        d’équipement de l’ONE, se traduit par une
comportement des utilisateurs, le progrès                             croissance de 6% à long terme.

         Tableau 6 ONE_RI: Évolution de la demande annuelle d’électricité (scénario de base)

            PUISSANCE DE              TAUX DE CROIS-         ENERGIE APPE-        TAUX DE CROIS-       FACTEUR DE
ANNEE
            POINTE(MW)                SANCE(%)               LEE(GWH)             SANCE(%)             CHARGE(%)
2011        5167                                             29440                                     65,04
2015        6391,98                   5,5                    36799,86             5,76                 65,72
2020        8384,799                  5,62                   48772,99             5,82                 66,4
2025        11051,64                  5,71                   64795,75             5,86                 66,93

II.2.3     Situation actuelle du parc de                              centrales thermiques totalisant une puissance
production et du réseau                                               installée de 4 166 MW, de centrales
de transport                                                          hydrauliques ayant une puissance installée de
                                                                      1 284 MW, d’une STEP (Station de Transfert
24.      La demande d'électricité du pays est                         d’Energie par Pompage) dont la puissance est
couverte par les centrales hydrauliques et                            de 464 MW et d'un ensemble de parcs
thermiques         de        l'ONE,         les     centrales         éoliens totalisant 222 MW.
thermiques privées de Jorf Lasfar, le parc
éolien du Détroit et les interconnexions avec                         25.    La puissance installée s’est élevée à
l'Espagne et l'Algérie. L'ONE dispose de 24                           6135,2 MW à fin décembre 2009 contre 5292
usines      hydroélectriques,               12      centrales         MW en 2008 soit une augmentation de 15,9%
thermiques à vapeur, un parc éolien et                                due à la mise en service partielle de la centrale
quelques centrales diesel. Le parc de                                 Ain Béni Mathar (300 MW), la mise en service
production de l'ONE est constitué de                                  partielle du parc éolien de Tanger (107 MW) et
centrales électriques ayant une puissance                             les mises en service du groupe diesel de Tan
totale installée à fin 2009 de 6 135 MW, dont                         Tan (116,5 MW), des turbines à gaz de
4 385 MW exploités par l’ONE et 1 750 MW                              Mohammedia (3x100 MW) et de la centrale
par des opérateurs privés. Il est composé de                          hydraulique de Tanafnit (18 MW).

                                                                 23
C o o p é r a t i o n     r é p u b l i q u e       d u   S é n é g a l     -    B A D

26.      L’ONE exploite sur l’ensemble du                 33% de la puissance installée à fin 2009 et
territoire national un réseau de transport d’une          14% de celle installée en 2020, permettra
longueur totale de prés de 20 350 km, dont                d’assurer, en phase de croisière, une capacité
1361 km de lignes 400kV, 7 724 km de lignes               de production annuelle de 4 500 GWh, soit
225kV, 147 km de lignes 150Kv et 11 118 km                18% de la production nationale actuelle,
de lignes 60kV. Au cours de la dernière                   d’économiser annuellement un million de
décennie, l’ONE a poursuivi son programme                 tonne équivalent pétrole (TEP) et d’éviter des
de renforcement du réseau national de                     émissions de CO2 de l’ordre de 3,7 millions
transport qui comprend les dorsales et les                de tonnes par an.
interconnexions avec les pays voisins. Ces
réalisations avaient pour objectif de renforcer           29.    Programme       marocain        de    l’énergie
la fiabilité et la sécurité du réseau de transport        éolienne (2 000 MW) :Ce grand projet national,
et d’augmenter les échanges avec les pays                 qui contribuera à la mise en valeur du potentiel
voisins dans la perspective de l’ouverture à la           considérable du Maroc en énergie éolienne,
concurrence du marché électrique national et              comprend la réalisation de :
de son intégration dans le marché Euro-
Maghrébin.                                                •      280 MW déjà réalisés et 720 MW en
                                                                 cours de développement par le privé ;
27.      Ainsi, les réalisations en lignes de             •      1000    MW      à   construire       sur   cinq
transport très haute tension (400 et 225 kV) et                  nouveaux sites choisis pour leur grand
haute tension(150 et 60 kV) ont dépassé les                      potentiel et qui seront mis en service
4500 Km. Pour ce qui est des interconnexions                     entre 2014 et 2019.
avec les pays voisins, le renforcement de
l’interconnexion Maroc-Espagne a été rendue               30.    Développement du réseau de transport
nécessaire pour permettre d’augmenter la                  et des interconnexions : L’ONE a entrepris un
capacité d’importation. Quant à l’interconnexion          important programme de développement de
avec l’Algérie, la réalisation d’une 3ème liaison         son réseau de transport d’électricité dont le
400 KV de l’oriental jusqu’à Bourdim a porté la           plan d’action s’articule autour de projets
capacité de transit à 1200 MW.                            400kV visant le développement des échanges
                                                          régionaux       d’énergie         électrique,       le
II.2.4    Développement des moyens de                     renforcement de la sécurité d’alimentation du
production et de transport                                pays en électricité et son intégration dans le
                                                          marché EURO-MAGHREBIN. Les principaux
28.      Projet marocain de l’énergie solaire (2          projets     prévus     dans       le    cadre      du
000 MW) : Ce projet national vise la mise en              développement du réseau 225 kV portent sur
place à l’horizon 2020 d'une capacité de 2                le raccordement en 225 kV des futurs autres
000 MW de production d’électricité à base                 ouvrages de production, et la poursuite de
d’énergie      solaire.   Cette     capacité   de         l’extension du réseau 225 kV au reste du
production, qui représente respectivement                 territoire national.

                                                     24
C o o p é r a t i o n        r é p u b l i q u e         d u    S é n é g a l     -        B A D

II.3 Situation du secteur                                      gisement gazier, ce qui devrait certainement
de l’électricité en Mauritanie                                 lui permettre à moyen terme, de jouer un rôle
                                                               important         dans       l’approvisionnement
II.3.1 Contexte général                                        énergétique des pays voisins.

31.     La Mauritanie, peuplé d’environ 3,5                    34.    Le secteur de l’électricité a été réformé
millions d'habitants, s’étend sur une superficie               en 1998 et est régi par le code de l’électricité
de 1,03 million de km² bordée, à l’ouest par                   de 2001. Cette réforme a eu comme principal
l’océan Atlantique, au nord-ouest par le Maroc                 objectif la libéralisation du secteur qui devait
par le Sahara-Occidental, au nord par                          se traduire par la suppression du monopole
l’Algérie, à l’est et au sud-est par le Mali et au             de la fourniture d’électricité, la participation
sud-ouest par le Sénégal. Cette situation                      accrue d’opérateurs privés dans le secteur et
géographique fait de la Mauritanie, un « pont                  la fixation de tarifs reflétant le coût du service.
»   entre    l’Afrique   sub-saharienne        et   le         Cette réforme a été stoppée net par l’échec
Maghreb.      Les    deux   tiers       du   territoire        de la privatisation en 2002 de la société
mauritanien se trouvent dans le Sahara.                        national en charge de l’électricité.
Environ 40% de la population du pays vit en
zone urbaine. Les deux principales villes du                   35.    Depuis, le secteur de l’électricité évolue
pays,       Nouakchott        et        Nouadhibou,            difficilement sous la supervision de la Direction
compteraient respectivement 750 000 et 100                     de l’Electricité créée en 2002 et chargée de
000 habitants.                                                 l’élaboration et la mise en œuvre des
                                                               politiques et stratégies de l’Etat dans le
32.     Comptant parmi les pays les moins                      secteur de l’Electricité. La SOMELEC a en
avancés, la Mauritanie voit son économie à                     charge      la   production,       le    transport,   la
l’aube      d’un    bouleversement           avec   la         distribution, l’achat et la vente de l’électricité
découverte au début des années 2000 de                         en milieu urbain. La SOMELEC est détenue à
ressources en pétrole dont l’exploitation a                    100% par l’Etat et est en position d’exclusivité
commencé en 2006. En effet, le premier baril                   absolue sur son périmètre d’intervention ; elle
du brut de Chinguetti, gisement pétrolier                      a signé avec l’Etat un contrat-programme en
découvert en 2001 dans les eaux profondes,                     1995 pour une durée de 3 ans et reconduit
fut extrait en février 2006, augmentant ainsi de               depuis.
façon spectaculaire les revenus budgétaires
de l’Etat à partir de 2006.                                    II.3.2 Evolution de la demande

33.     La découverte des gisements pétroliers                 36.    Sur les 45 centres urbains que compte
et gaziers dans l’offshore et la mise en                       la Mauritanie, 26 sont inclus dans le périmètre
exploitation du premier gisement pétrolier a                   de la SOMELEC, sauf Zouerate, la ville
relancé l'intérêt des compagnies pétrolières                   minière, dont le service public de l’électricité
internationales. La Mauritanie forte de sa                     est assuré encore par la SNIM. La SOMELEC
position     géographique          et   stratégique,           intervient dans 26 centres urbains qui
envisage de mettre en production son premier                   représentent plus de 85% de la population

                                                          25
C o o p é r a t i o n      r é p u b l i q u e        d u     S é n é g a l   -   B A D

urbaine totale.     Le taux de desserte sur le            plan directeur. Elle a pris en considération les
périmètre SOMELEC a augmenté de plus de 8                 projets industriels et immobiliers en cours à
points au cours des 8 dernières années, mais              Nouakchott.
demeure toutefois faible dans les principales
villes en particulier pour Nouakchott et                  II.3.3      Situation actuelle du parc
Nouadhibou. Malgré le faible taux de desserte             de production et du réseau de transport
actuel, la demande a fortement augmenté
depuis de l’année 2000, à un rythme moyen                 38.      Le parc de production alimentant les
de plus de 10% par an. La demande                         réseaux de SOMELEC totalise actuellement
majoritairement concentrée à Nouakchott et à              en 2010 prés de 167 MW de puissance
Nouadhibou qui représentent à eux seuls prés              installée. Plus de 65% de cette puissance est
de 90% du chiffre d’affaires de la SOMELEC.               destinée à l’alimentation de Nouakchott. Les
                                                          deux principales villes du pays, Nouakchott et
37.    Seule la ville de Nouakchott a fait l’objet        Nouadhibou,        représentent    87%    de   la
d’une étude, déjà assez ancienne (2004), de               puissance installée. Les 24 autres centres se
prévision de la demande. Les projections                  partagent moins 13%. Les centres de Boghe,
SOMELEC dans le cadre de la mission                       Kaédi et Rosso alimentés par Manantali sont
énergie de la Banque Mondiale (février 2008)              pris en compte dans le réseau de Nouakchott.
semblent la plus pertinente pour la ville de              La puissance disponible a été au cours de ces
Nouakchott dans l’attente de l’actualisation              dernières années nettement inférieure à la
de la demande qui sera faite dans le cadre du             puissance installée.

                Tableau 7 SOMELEC : Évolution de la demande annuelle d’électricité

ANNEE      PUISSANCE DE      TAUX DE                 ENERGIE             TAUX DE            FACTEUR DE

           POINTE(MW)        CROISSANCE(%)           APPELEE(GWH)        CROISSANCE(%)      CHARGE(%)

2011       92                0                       476,76              0                  59,16

2015       144,215           8                       735,687             8                  58,23

2020       211,89            8                       1080,895            8                  58,23

2025       311,323           8                       1588,085            8                  58,23

                                                     26
C o o p é r a t i o n       r é p u b l i q u e        d u    S é n é g a l      -       B A D

                       Tableau 8 Puissance installée et disponible sur le périmètre SOMELEC
                       Puissance ins-                            Puissance disponible (MW)
PARC                   tallée (MW) en
                            2010             2007                 2008               2009                  2010
Parc SOMELEC          107               58                  60                60                     70
OMVS / SOGEM*         40                19                  22                22                     22
Centrales privées     20                7                   10                10                     10
TOTAL                 167               84                  92                92                     102

39.      Il convient toutefois de noter qu’en partir                pays en gaz naturel. En attendant cette
de 2010, la puissance disponible a augmenté                         certification, un projet de construction
significativement avec notamment la mise en                         d’une centrale équipée de groupes
service de nouveaux groupes diesel dans la                          électrogènes dual fuel, d’une capacité
centrale d’Arafat. Le réseau de transport est                       totale de 120MW, a été retenu. Cette
actuellement constitué des infrastructures                          centrale fonctionnera dans un premier
réalisées dans le cadre de l’OMVS. Il                               temps au fuel lourd et pourra utiliser le
correspond aux 900 km de lignes 225 kV                              gaz    naturel    quand          celui-ci     sera
entre Manantali et Nouakchott et des 186 km                         disponible.
de lignes 90 kV entre le poste de Matam et le               -       Développement                du             réseau
centre de Boghé. Quatre postes HT/HTA                               interconnecté      HT        :     Nouakchott-
relient les centrales de Nouakchott (75MVA),                        Nouadhibou en 225 kV (étude en cours
Rosso (20MVA), Boghé (10MVA) et Kaédi                               avec l’ONE, 140 M€), Nouakchott-Atar-
(10MVA) au réseau interconnecté de l’OMVS.                          Akjoujt-Zouerate (225 kV, 200 M€) ;
                                                            -       Construction et connexion au réseau de
II.3.4     Programme de développement du                            centrales      éoliennes         (25     MW     à
système électrique                                                  Nouakchott et 10 MW à Nouadhibou)
                                                                    (études à actualiser, 40 M€) ;
40.      Pour atteindre les objectifs visés par les         -       Construction et connexion au réseau de
pouvoirs publics en 2015, un programme de                           centrales solaires (régions continentales)
développement a été élaboré pour les cinq                           pour une capacité globale de 100 MW
prochaines années d’un cout total de 500                            (étude en cours de lancement, 150 M€) ;
milliards UM. Il porte sur la réalisation des               -       Interconnexions HT : zone minière du
projets suivants :                                                  Nord, Sélibaby – Kiffa (225 kV), Kiffa –
                                                                    Aioun – Néma (225 kV) ;
-        Construction d’une grande centrale au              -       Projets financés dans le cadre de l’OMVS
         gaz de 350 MW d’ici 2014 (étude en                         : Construction des barrages de 2ème
         cours       d’achèvement,           budget                 génération de l’OMVS au Mali, ligne
         prévisionnel 400 M€) ; ce projet dépend                    Bakel – Sélibaby (90 kV, marché attribué),
         de la certification en court de la                         (Développement          du   réseau      HT    de
         disponibilité suffisante des réserves du                   l’OMVS sur la rive mauritanienne.

                                                       27
Vous pouvez aussi lire