CONCEPT DE FILIÈRE BILINGUE (FIBI) - CM2013

 
Concept de filière bilingue (FiBi)
                   CM2013
                                     (22 novembre 2013)

Le présent document s’appuie sur le concept établi pour la première phase du projet de 2010
par Christine Le Pape Racine, Christian Merkelbach, Claire-Lise Salzmann et Peter Walther. Il
sert de base pour la poursuite de la FiBi dans les classes 1-4 HarmoS ainsi que pour le
développement des classes 5-8 HarmoS. Le remaniement a été réalisé par Doris Bachmann,
Christine LePape Racine, Peter Walther et Christian Merkelbach.

Les commissions scolaires ont pris connaissance du concept le 28.10.2013 et recommandé au
Conseil municipal pour adoption.

Par lettre du 16.12.2013, la Direction de l’instruction publique du Canton de Berne a autorisé la
Ville de Bienne à réaliser ce concept.

Le Conseil municipal de Bienne a approuvé le concept le 08.01.2014 et décidé de sa mise en
œuvre.
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                                                                                      2/38
(22 novembre 2013)

Sommaire

1     Objectif, demande et idée de base ....................................................................................... 4

2     Organisation des classes bilingues ..................................................................................... 5

    2.1       Organisation structurelle et compétences ............................................................................ 5

    2.2       Ampleur et structure de la FiBi (nombre de classes) .......................................................... 6

    2.3       Membres du corps enseignant ............................................................................................... 6

    2.4       Décharge du corps enseignant ............................................................................................... 7

    2.5       Infrastructure ......................................................................................................................... 7

    2.6       Admission ........................................................................................ Erreur ! Signet non défini.

    2.7       Perméabilité, admission dans d'autres classes ..................................................................... 8

3     Concept pédagogique et didactique .................................................................................... 9

    3.1       Principe.................................................................................................................................... 9
      3.1.1      Base pédagogique fondamentale ........................................................................................................ 9
      3.1.2      Développement des compétences linguistiques ................................................................................ 10
      3.1.3      Immersion réciproque....................................................................................................................... 11

    3.2       Conditions-cadre et plans d’études ..................................................................................... 11
      3.2.1      Plans d’études ................................................................................................................................... 12
      3.2.2      Dialecte et langue standartd.............................................................................................................. 13
      3.2.3      Devoirs à la maison ......................................................................................................................... 13
      3.2.4      Activités scolaires............................................................................................................................. 13
      3.2.5      Statut de l’enseignement complémentaire de l’allemand et/ou du français ...................................... 14

    3.3       Moyens didactiques .............................................................................................................. 14
      3.3.1      Moyens didactiques de l'école enfantine .......................................................................................... 14
      3.3.2      Moyens didactiques de l'école primaire............................................................................................ 15

    3.4       Horaires ................................................................................................................................. 18
      3.4.1      Horaire de l'école enfantine .............................................................................................................. 18
      3.4.2      Horaire de la 1re année primaire ....................................................................................................... 18
      3.4.3      Horaire de la 2e année primaire........................................................................................................ 20
      3.4.4      Horaire de la 3e année primaire ........................................................................................................ 21
      3.4.5      Horaire de la 4e année primaire ........................................................................................................ 23
      3.4.6      Horaire de la 5e année primaire ........................................................................................................ 24
      3.4.7      Horaire de la 6e année primaire ........................................................................................................ 26
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                                                                                        3/38
(22 novembre 2013)

    3.5       Mesures particulières ........................................................................................................... 27

    3.6       Collaboration et communication avec les parents ............................................................. 28

    3.7       Développement du concept des cours dans les différents domaines et matières............. 28

4     Organisation du projet ...................................................................................................... 29

    4.1       Organisation du projet ......................................................................................................... 29

    4.2       Planification du projet ......................................................................................................... 30
      4.2.1      Élaboration du concept ..................................................................................................................... 30
      4.2.2      Mise en place des classes ................................................................................................................. 31
      4.2.3      Formation continue des membres du corps enseignant .................................................................... 31
      4.2.4      Calendrier ......................................................................................................................................... 32

    4.3       Évaluation des projets .......................................................................................................... 32

    4.4       Adaptation du concept ......................................................................................................... 32

5     Financement...................................................................................................................... 33

    5.1       Charges d'exploitation courantes ........................................................................................ 33

    5.2       Frais généraux du projet...................................................................................................... 33

6     Sources .............................................................................................................................. 35
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                    4/38
(22 novembre 2013)

1 Objectif, demande et idée de base
Le bilinguisme est un thème central à Bienne, également à l’école enfantine et à l’école
obligatoire. Les débats dans les milieux politiques, entre parents, et dans les écoles, le
révèlent. Le bilinguisme, sa promotion et son potentiel pour la ville de Bienne occupent
également une place éminente dans les points forts de la politique du Conseil municipal 2014 -
2017. Cultiver la collaboration en deux langues et dans les deux cultures correspondantes
constitue, d’une part, un défi pour les acteurs concernés et, d’autre part, une grande chance
pour les personnes impliquées.
Des projets bilingues ont été introduits dans les écoles biennoises en tant qu’expérience
pédagogique, d'abord à Boujean, puis dans pratiquement toutes les écoles de la ville. En 2008,
ils ont finalement été fermement ancrés en tant qu’option volontaire au niveau de la législation
cantonale dans le cadre de la révision de la Loi sur l'école obligatoire (art. 9 LEO ; RSB
432.210). De plus, la proximité des classes francophones et germanophones dans les écoles
primaires les favorise.
Ce sont surtout les jeunes enfants qui apprennent les langues plus facilement et autrement
que les adultes. De plus, la situation biennoise est unique, l’allemand et le français étant
pratiquement universellement présents dans la vie quotidienne. Ne pourrait-on pas mettre
également ce potentiel unique à profit en créant une école bilingue de manière conséquente,
une « filière bilingue » (FiBi) ?
Le concept de filière bilingue (FiBi) se base sur le principe de l’immersion réciproque.
Par ailleurs, chaque classe est composée à parts égales d’enfants germanophones et
francophones et, par principe, l’enseignement est dispensé aussi à parts égales en allemand et
français. L’on encourage modérément la langue principale des enfants dans des disciplines
d’enseignement linguistiquement homogènes. Ce modèle permet la transmission de
compétences linguistiques, non seulement dans le cadre de l’enseignement, mais aussi dans
le cadre des contacts entre élèves, notamment lors des pauses et durant les loisirs.
À Bienne, des classes bilingues sont déjà menées avec succès au niveau du cycle secondaire
II. L’on pouvait donc aisément concevoir l’idée d’étendre, dans un premier temps, cette
structure scolaire au cycle secondaire I. Toutefois, le concept de FiBi prévoit désormais de
débuter par l’école enfantine pour deux raisons déterminantes. Premièrement, les enfants de 4
à 5 ans apprennent une langue étrangère autrement que les adolescents de 12 à 13 ans.
Deuxièmement, une initiation à l’école enfantine est d’autant plus facile qu’elle ne suppose
aucune connaissance préalable de l’autre langue, et que la compétence linguistique est déjà
bien développée pour les disciplines cognitives plus exigeantes.
L’on peut ainsi justement éviter que la FiBi se mue en structure scolaire élitiste. Il convient
d’axer les classes bilingues sur l’intégration, soit sur l’hétérogénéité des indicateurs
linguistiques, sociaux, culturels et de performance scolaire, ce qui est garanti en débutant tôt, à
l’école enfantine déjà, et en élaborant une procédure de répartition correspondante.
Lors de la première phase de quatre ans du projet, deux filières, soit deux classes par année,
de l’école enfantine à la deuxième année primaire ont été mises en place. On a commencé
avec quatre classes d’écoles enfantines pendant deux ans. Deux ans plus tard, deux classes
de 1re année primaire ont été ajoutées et puis, l’année dernière, deux classes de 2e année
primaire. Cette première phase a été accompagnée par une évaluation qui a démontré que les
enfants ont massivement profité du bilinguisme dans leur développement du langage. En
même temps, aucun effet n’a été constaté qui aurait indiqué un développement problématique
pour les enfants. Il existe un rapport détaillé qui renseigne sur les résultats de cette vaste
évaluation.
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                   5/38
(22 novembre 2013)

Sur la base de ces résultats encourageants, qui sont soutenus par les expériences dans
d’autres écoles documentées dans la littérature, une continuation de ce projet est convoitée. Il
doit être mené dans les classes 1 à 4 HarmoS pour quatre années supplémentaires et en
même temps développé pour les classes 5 à 8 HarmoS. Le cas échéant, il sera décidé après
quatre ans si les filières bilingues seront également poursuivies au cycle secondaire I. Si au
cours de onze ans, les trois phases sont réalisées, il en résultera une école avec un total de 22
classes, ce qui correspond à environ 8% des classes scolaires biennoises. Un élargissement
sur plus de 2 filières bilingues n’est pas prévu pour le moment.
Au printemps 2008, pour le début de la première phase du projet, un sondage a été réalisé sur
la disposition des parents à scolariser à l’avenir leurs enfants en âge préscolaire dans des
classes bilingues. Ce sondage laissa présager un très grand intérêt pour la FiBi.
Entre-temps, on dispose des résultats de 4 rondes d’inscription. Au début, quatre fois plus
d’enfants ont été inscrits qu’on ne pouvait en accueillir. Après deux années, les inscriptions se
sont stabilisées à trois fois la capacité. La diminution peut être imputée au fait que les parents
vivant très loin ont compris qu’ils n’avaient aucune chance d’être admis à la FiBi et y ont donc
complétement renoncé.
Cela démontre également que l’intérêt est très grand, tant d’ailleurs auprès des parents des
deux langues que de parents allophones. L’hétérogénéité recherchée pourrait donc être
atteinte.

La demande de classes bilingues est donc avérée. L’hétérogénéité peut être établie dans des
classes bilingues et les résultats des quatre premières années donnent une image très
positive, surtout pour les élèves.

2 Organisation des classes bilingues
La mise en place de la FiBi a lieu en trois phases qui correspondent aux trois cycles selon
HarmoS, voire au PER (Plan d’études romand). L’organisation du projet avec ces trois phases
est décrite au chapitre 4 « Organisation du projet ».

2.1   Organisation structurelle et compétences

La FiBi constitue une école à part entière, une entité scolaire selon le Règlement scolaire de la
Ville de Bienne et développe sa propre culture scolaire. Le but recherché est que la FiBi soit
conduite par une codirection, c’est-à-dire avec une personne francophone et une personne
germanophone. Tous les membres du corps enseignant forment une équipe pédagogique au
sein de laquelle les enseignantes et enseignants de deux classes consécutives (école
enfantine, 1re et 2e années, 3e et 4e années, 5e et 6e années primaires) forment chaque fois un
groupe, dont les membres travaillent en étroite collaboration, tant pour la conception que pour
la mise en œuvre de la FiBi. Dans la dernière phase du projet, une équipe supplémentaire doit
être créée pour le cycle secondaire I.
La FiBi sera si possible réalisée à un seul endroit, le cas échéant avec des sites externes pour
les écoles enfantines et, à l’avenir, aussi un site supplémentaire pour le cycle secondaire I.
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                  6/38
(22 novembre 2013)

En temps opportun, il conviendra de clarifier quel modèle appliquer au cycle secondaire I.
Par ailleurs, un modèle de classes à niveaux différenciés en fonction des performances
induirait des problèmes considérables. Par contre, un modèle de classes hétérogènes où
l’enseignement est dispensé en commun serait plus simple.
La FiBi est conçue selon l’art. 9a LEO qui définit les langues d’enseignement et surtout
l’enseignement dans une autre langue nationale.

2.2   Ampleur et structure de la FiBi (nombre de classes)

Dans un premier temps, deux classes de FiBi seront conduites dans chaque degré scolaire, ce
qui correspond aujourd’hui à environ un douzième de l’ensemble des classes. Ainsi, la
demande des parents ne peut être couverte que de matière limitée. Étant donné que
l’évaluation des trois premières années de la FiBi ne permet pas de tirer des enseignements
concluants, la capacité ne doit pas être augmentée avant à l’aboutissement de la deuxième
phase.
Pour être organisée de manière judicieuse et efficace, la FiBi requiert impérativement deux
classes parallèles par degré scolaire. Une seule classe rendrait le traitement équivalent des
deux langues impossible, et il conviendrait de choisir entre le plan d’études pour les classes
francophones ou celui pour les classes germanophones (cf. point 3.2), ce qui serait
politiquement impensable. De plus, deux classes parallèles permettent de mettre en place des
éléments individuels dans des classes linguistiquement homogènes et les équipes du corps
enseignant peuvent pratiquer un développement coopératif de l’enseignement.
La FiBi est hétérogène en ce qui concerne les conditions préalables linguistiques, culturelles,
sociales et en matière de performance, donc axée sur l’intégration. Par conséquent, elle
dispose également des mesures pédagogiques particulières, telles que le renforcement de
l'intégration, l'allemand ou le français langue seconde, la logopédie et la psychomotricité, dans
la même proportion que dans les autres écoles biennoises. Pour la composition moyenne des
classes attendues, cela donnera 2 à 3 leçons par classe, sans logopédie, psychomotricité et
classes spéciales. Ces ressources doivent être essentiellement mises en place dans les
degrés inférieurs, comme dans les autres classes à Bienne.
Par principe, la FiBi se conforme aux degrés scolaires selon HarmoS, voire PER. Les quatre
premières années de la première phase sont divisées en école enfantine et en 1re et 2e années
primaires. Les classes de l’école enfantine sont gérées avec des enfants d’âges mixtes, alors
que les classes suivantes 3 à 8 HarmoS ne le sont pas. Cependant, une collaboration étroite
est chaque fois visée entre deux degrés scolaires. Une éventuelle introduction du «cycle
élémentaire» sera décidée au plus tôt après l’aboutissement de la deuxième phase du projet.

2.3   Membres du corps enseignant

L’on constituera des équipes d’enseignantes et enseignants pour les quatre classes de deux
années consécutives. Elles collaboreront étroitement pour l’enseignement et le développement
du projet, et couvriront la majeure partie de l’enseignement à dispenser. Une partie
considérable du travail de développement et de préparation devra être fournie à l’école, des
plages de temps étant définies à cet effet en dehors des heures d’enseignement.
L’on formera une équipe équilibrée en ce qui concerne la langue maternelle, le sexe et l’âge de
ses membres. Elle couvrira toutes les disciplines à enseigner.
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                      7/38
(22 novembre 2013)

Conditions préalables pour l’enseignement au sein de la FiBi :
            diplôme d’enseignant ou d’enseignante adapté au degré scolaire ;
            connaissances approfondies des mécanismes d’apprentissage d’une langue ;
            maîtrise de la méthode d’enseignement bilingue ;
            excellente compréhension des deux langues d’enseignement ;
            disposition à collaborer au développement de la FiBi au sein d’une équipe bilingue.
Il existe un profil d’emploi (exigences) détaillé pour le corps enseignant de la FiBi.
Quant à l’occupation des postes, les membres du corps enseignant travaillant déjà dans une
école biennoise sont avantagés. Celles et ceux qui intègrent la FiBi recevront une formation
complémentaire adéquate, et seront accompagnés durant les deux premières années.

2.4       Décharge du corps enseignant

En principe, la filière bilingue doit être menée avec les mêmes ressources que les classes
régulières. En complément, des leçons supplémentaires pour l’entrée en matière sont à
disposition pour accueillir les nouveaux élèves ou dans des situations particulières (art. 16a
ODSE ; RSB 430.251.1).
Les membres du corps enseignant bénéficient d’une formation continue (auprès de la
PH Berne et de la HEP BEJUNE), ainsi qu’une décharge de 2 leçons par classe pendant la
premières réalisation du cycle (donc pendant deux ans).
À l’échéance du premier cycle, la décharge peut porter sur une leçon supplémentaire selon art.
16a ODSE durant trois années supplémentaires. Cela est nécessaire du fait que
l’enseignement dans le cadre de la FiBi demeure exigeant pour les raisons suivantes:
          Surcroît de travail pour les entretiens entre les deux cultures pédagogiques et
           administratives (mesures spéciales, activités scolaires, rituels, travail avec les parents
           etc.)
          Communication plus importante, car bilingue, entre le corps enseignant, les parents, les
           enseignants spécialisés et les partenaires scolaires
          Travail avec 2 plans d’études
          Collaboration et coordination lors de la collecte de données pour l’évaluation
          Relations publiques intensives (coopération avec les médias, visites lors des cours etc.)

2.5       Infrastructure

Les classes de la FiBi sont, autant que possible, concentrées sur un seul site, afin de faciliter la
collaboration. Étant donné que les enfants sont admis selon le critère de la proximité
géographique, la FiBi doit être placée dans un quartier de bonne mixité linguistique.
Le site de la Plänke a été retenu. L'infrastructure à disposition est idéale et le mélange de
population résidant dans le quartier est assez représentatif. De plus, l'école est facilement
atteignable par les transports publics.
De nouveaux locaux scolaires sont nécessaires au centre-ville. Il est prévu que la FiBi
déménage dans une nouvelle école au centre-ville dès que celle-ci sera disponible. L’école de
la Plänke redeviendra alors une école de quartier. Le moment exact de ce changement n’est
pas encore connu.
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                   8/38
(22 novembre 2013)

2.6   Admission

Pour deux filières bilingues, l’on pourra globalement admettre un maximum de 52 élèves
(classes de l’école obligatoire) et de 44 élèves (classes d’école enfantine) par degré scolaire.
Cependant, ce n’est pas réaliste de remplir les classes jusqu’à la catégorie supérieure.
C’est pourquoi l’on aspire à une taille de 21 élèves ce qui correspond à 42 places par degré
scolaire.
Celles-ci seront attribuées pour un quart à des enfants germanophones ou francophones, avec
choix du plan d’études respectif. Les enfants ayant des besoins particuliers seront traités selon
les mêmes critères que les autres enfants, pour autant qu’ils puissent suivre un enseignement
convenable dans le cadre de la scolarité obligatoire.
En inscrivant leurs enfants, les parents s’engagent à soutenir leur développement bilingue et à
ne pas abandonner immédiatement à la première difficulté. Par principe, les enfants restent
dans la filière bilingue durant toute leur scolarité (cf. point 2.7).
La FiBi se concrétise pour un degré scolaire lorsque l’on dispose d’au moins 10 inscriptions par
groupe linguistique et plan d’études. Si plus de 10 inscriptions satisfont aux conditions
susmentionnées pour un des quatre groupes, les places sont attribuées en fonction du critère
que représente la distance séparant le domicile et l’école (distance à vol d’oiseau).

2.7   Perméabilité, admission dans d’autres classes

En principe, la FiBi est conçue de telle façon que les enfants restent dans des classes
bilingues pendant la totalité de la scolarité obligatoire, de l’école enfantine jusqu’à la fin du
cycle secondaire. Néanmoins, il convient de prévoir des critères donnant une certaine
perméabilité à ladite filière, car il est impossible d’éviter tout changement, notamment pour
cause de départs et d’arrivées.
Motifs de sortie de la FiBi :
        déménagement engendrant un chemin d’école intolérable, ou future commune de
         domicile (en dehors de Bienne) ne prenant pas l’écolage en charge. Par principe,
         même après un déménagement, les élèves peuvent continuer à fréquenter la filière
         bilingue à Bienne, dans la mesure où les parents assument la responsabilité d’un
         chemin d’école plus long.
        difficultés scolaires, sociales ou personnelles, clairement attribuées à la fréquentation
         de la FiBi. Une prise de position et une proposition correspondante du Service
         psychologique pour enfants et adolescents est requise.
       Les inaptitudes à la performance non dues à l’enseignement bilingue ne valent pas en
       tant que motifs de sortie. La FiBi est conçue comme école intégrative et admet, comme
       les autres écoles, les mesures pédagogiques particulières ou la répétition de classes.
Durant toute la durée de la FiBi, l’on garantit aux élèves la réintégration dans une classe de
l’une des deux langues officielles. Un enseignement supplémentaire des langues est offert à
cet effet dans le cadre de l’école (cf. point 3).
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                    9/38
(22 novembre 2013)

De nouveaux élèves peuvent être admis dans la FiBi à une date ultérieure, dans la mesure des
places disponibles. Par ailleurs, l’on distingue deux périodes d’admission.
         a. Durant l’école enfantine : les élèves sont admis en fonction d’une liste d’attente
            établie lors de l’ouverture de la FiBi, jusqu’à un effectif de 21 élèves par classe.
         b. Durant les classes 3 et 4 HarmoS: les places libérées sont mises au concours
            jusqu’à un effectif de 21 élèves par classe. Les élèves sont admis selon les mêmes
            critères que lors de l’admission initiale. Toutefois, ils doivent en outre disposer de
            compétences linguistiques élémentaires dans les deux langues d’enseignement.
            Voir la procédure ci-dessous.
         c. Durant les classes 5 à 8 HarmoS: en principe, les mêmes critères et la même
            procédure s’appliquent que pour les classes 3 et 4 HarmoS. Cependant, de plus
            grandes compétences sont exigées dans les deux langues d’enseignement en
            raison du niveau d’enseignement avancé.

Dans le cadre de l’attribution aux classes 3 HarmoS, les parents peuvent inscrire leur enfant
pour une entrée ultérieure à la FiBi. Les parents sont informés sur la FiBi et surtout sur le choix
du plan d’études lors d’un entretien personnel. Lors de la deuxième partie de l’entretien
d’orientation, les capacités linguistiques de l’élève sont établies lors d’une situation de
communication ludique. Des marionnettes, du papier et des crayons de couleur, et un livre
illustré du contexte journalier des enfants âgés de 6 à 8 ans y sont utilisés. Les compétences
linguistiques sont évaluées par les parents, mais également par les personnes qui mènent
l’entretien. Les parents prennent la responsabilité du passage en FiBi et le succès scolaire en
résultant de leur enfant.

3 Concept pédagogique et didactique
La FiBi vise un équilibre des compétences aussi large que possible, tant orales qu’écrites,
dans les deux langues. On peut s’attendre à des différences entre les élèves selon leur faculté
d’apprentissage en ce qui concerne le niveau général et les compétences de communication
individuelles que sont la compréhension orale, la lecture, l’expression orale et l‘écriture.
En outre, une approche appropriée doit être trouvée avec la diglossie, c’est-à-dire que les
élèves francophones doivent apprendre le dialecte jusqu’à un certain point, mais également la
langue standard.

3.1     Principe

3.1.1    Base pédagogique fondamentale

Par principe, la base pédagogique fondamentale de la FiBi ne se différencie pas de celle des
autres classes. La FiBi développe son propre profil et sa culture propre dans le sens d’une
école dirigée. Par ailleurs, les aspects suivants revêtent une importance particulière :
 les membres du corps enseignant des deux langues travaillent en étroite collaboration,
  planifiant l’enseignement d’un commun accord. Ils observent et enregistrent les progrès des
  élèves de manière coordonnée ;
 ils collaborent activement et de manière constructive au développement de la FiBi. Ils sont
  ouverts aux nouveautés et prêts à se perfectionner personnellement en conséquence ;
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                   10/38
(22 novembre 2013)

 ils sont conscients de l’environnement bi- et multiculturel des élèves, et tirent profit de cette
  diversité dans leur enseignement. Ils disposent de connaissances en pédagogie
  interculturelle, et connaissent la situation particulière de Bienne ;
 ils détectent la rapidité avec laquelle les élèves apprennent et aménagent leur cours en
  conséquence.

Les parents peuvent considérablement contribuer au succès de l’école, la condition préalable
étant une attitude positive envers le bilinguisme et le multilinguisme. L’école leur fournit des
connaissances de base concernant l’acquisition d’une langue, et des informations quant à la
méthode de travail du corps enseignant. Ce dernier veille à avoir régulièrement avec eux des
échanges sur le développement de l'enfant, lequel doit se sentir également soutenu, tant à
l’école qu’à la maison, disposant ainsi d’une base solide pour développer son image
personnelle et sa confiance en soi (….)

3.1.2   Développement des compétences linguistiques

En tant que plus grande ville bilingue de Suisse, Bienne offre justement des conditions-cadre
uniques pour la création d’une forme d’enseignement bilingue dès le début de la scolarité.
La promotion du multilinguisme constitue un objectif explicite, tant de l’Union européenne que
du Conseil de l'Europe. Les compétences linguistiques ne constituent pas uniquement un
objectif de formation, l’apprentissage de chaque langue permettant non seulement d’accéder à
un monde nouveau, mais d’améliorer les chances sur le marché du travail. Le Conseil de
l'Europe vise à ce que les jeunes quittent l’école obligatoire « fonctionnellement » trilingues.
Être « fonctionnellement » trilingue ne signifie pas maîtriser les langues parfaitement et de
manière égale dans la vie quotidienne, la famille et la profession, mais les maîtriser
suffisamment pour les besoins du moment. Afin d’atteindre cet objectif, les méthodes
d’enseignement et d’apprentissage sont améliorées en permanence, et le début de
l’apprentissage des langues est avancé à l’école dans tous les pays.
Ces 20 dernières années, la recherche sur l’acquisition des langues a réalisé de grands
progrès, en collaboration avec différentes disciplines scientifiques apparentées. Par ailleurs,
elle est axée sur le constructivisme : l’être humain construit dans son cerveau des réseaux
hautement complexes pour mémoriser individuellement l’ensemble de ses connaissances et
de son savoir-faire, dont les langues font partie. Toute didactique linguistique adaptée à notre
époque en tient compte. Par ailleurs, ladite didactique est de plus en plus axée sur le concept
du plurilinguisme, dont le bilinguisme est un cas particulier. Toutefois, l’on développe
également la didactique plus significative de la langue tertiaire, laquelle aborde, par exemple,
les différences d’apprentissage d’une première et d’une deuxième langue étrangère.
Le projet FiBi s’appuie sur ces enseignements et tient compte des conditions-cadre spécifiques
de Bienne. S’y ajoutent également, tant les expériences faites jusqu’ici à l’école obligatoire que
les connaissances issues de projets réalisés dans d’autres cantons et d’autres pays.
Il convient de percevoir l’importance des différentes langues introduites dans la classe, soit le
français, l’allemand standard, le dialecte, et autres, et de leur accorder une place dans le sens
d’une éducation orientée vers le plurilinguisme. Pour cela, il faut analyser l’offre de matériel
d’enseignement et d’apprentissage, et le choisir ensuite soigneusement.
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                       11/38
(22 novembre 2013)

3.1.3    Immersion réciproque

Il existe deux manières principales de mettre en place une école bilingue cohérente (…):
soit l’on tient une classe relativement homogène avec la même langue première (L1) en
consacrant 50% du temps à l’enseignement dans l’autre langue, soit l’on constitue des classes
avec chaque fois 50% d’élèves des deux langues premières (classes linguistiquement mixtes),
et l’on dispense également l’enseignement à parts égales dans les deux langues. Idéalement,
la moitié des élèves de la classe sont chaque fois francophones ou germanophones. C’est le
modèle dit de l’immersion réciproque. Toutefois, l’on choisit dans la plupart des cas le premier
modèle, nommé enseignement bilingue, car il n’y a qu’une seule langue locale, ce qui rend
l’immersion réciproque impossible.
La communication et le soutien mutuel entre élèves jouent un rôle considérable dans
l’immersion réciproque. L’un des objectifs primordiaux des membres du corps enseignant est
d’encourager une communication dirigée entre les deux groupes linguistiques, ce qui constitue
parallèlement un moyen pédagogique. De plus, il convient d’introduire des procédures et
règles claires pour tous, stimulant l’apprentissage autonome, et pouvant également être
remises en cause.
L’on fait souvent la différence entre les modes d’apprentissage des langues dirigé et spontané.
C’est spontanément que l’enfant apprend sa langue maternelle ou que les migrantes et
migrants apprennent une langue sur leur lieu de travail. Ils perçoivent la langue avec leurs
sens, sans aucune censure, de manière tout à fait naturelle. Ils en choisissent les éléments
dont ils ont besoin pour communiquer. Ils apprennent la structure de la langue en majeure
partie au vu de la fréquence de l’apparition d’une règle, ou parce que celle-ci est
particulièrement facile. En effet, ce qui est très marqué et qui attire l’attention est aussi plus vite
appris.
Par contre, dans l’enseignement des langues marqué par des fonctions psychologiques et
comportementales, courant jusque dans les années 90, tout était dirigé. La langue a été
simplifiée, le vocabulaire limité, la grammaire expliquée etc. Les élèves devaient suivre les
contenus du manuel scolaire ou ceux de l’enseignante ou de l’enseignant, et ne pouvaient pas
choisir eux-mêmes les éléments.
Dans le modèle de l’immersion réciproque, les apprentissages à la fois dirigés et spontanés se
complètent. Conformément à l’âge, l’acquisition spontanée de la langue se fait au premier plan
à l’école enfantine, pour être ensuite de plus en plus complétée par un apprentissage dirigé.

3.2     Conditions-cadre et plans d’études (…)

Conformément au principe de l’immersion réciproque, les classes sont constituées en premier
lieu à parts égales d’enfants germanophones et francophones. Les élèves allophones sont
attribués au groupe francophone ou germanophone selon le critère de la langue qu’ils
maîtrisent le mieux. Le groupe d’apprentissage reste ensemble durant les cours. Les classes
peuvent être divisées dans des situations particulières, afin d’enseigner des contenus
individuels dans la langue du plan d’études ou dans la langue d’immersion.
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                          12/38
(22 novembre 2013)

Le tableau suivant donne une vue d’ensemble des indicateurs de la FiBi pour l’enseignement
bilingue :
Indicateur                                  Expression
1. Âge des élèves débutants                 Tôt : entre 4 et 5 ans (avant l’acquisition de l’écriture)
2. Objectif de l’enseignement à la          Connaissances presque parfaites, comme un locuteur
  fin de l’école obligatoire                natif
3. Composition de la classe                 Bilingue : 50% des élèves de langue première (L1) et
                                                       50% de deuxième langue (L2)
4. Compétences linguistiques des            Élèves débutants, compétences faibles
 élèves
5. Compétences linguistiques de             Locuteur natif / Locutrice native avec connaissance de
 l’enseignant ou de l’enseignante           l’autre langue scolaire
6. Personnel enseignant                     1 personne = 1 langue, il faut donc au moins deux
                                            membres du personnel enseignant par classe qui se
                                            partagent un poste
7. Enseignement des langues                 Outre l’enseignement par immersion, l’on enseigne
                                            également les langues
8. Langues et ordre des langues             Langues locales, simultanément
9. Valeur des langues-cibles d + f          Langues jouissant d’un prestige élevé
10. Quote-part de temps                     50% d’exposition à chaque langue
11. Horaires / quotes-parts                 P. ex. le matin ou l’après-midi / 1re ou 2e moitié de la
                                            semaine
12. Conditions d’admission                  Ouvert à tous les élèves, également aux plus faibles
13. Statut des participants                 Facultatif pour le personnel enseignant et les élèves
14. Disciplines                             Contenus plutôt concrets, orientés sur l’action et,
                                            ultérieurement plus abstraits, plus cognitifs
15. Matériel / matériel                     Disponible, matériel pédagogique établi selon la langue
   pédagogique                              d’enseignement ; pas d’adaptation particulière à
                                            l’enseignement bilingue
16. Plan d’études                           École enfantine : plan d’études combiné ;
                                            école primaire : une classe pour chaque degré selon le
                                            plan d’études pour les classes francophones ou celui
                                            pour les classes germanophones
17. Compétences méthodiques                 Formation approfondie (préalable et en cours d’emploi)
   des membres du corps
   enseignant
18. Accompagnement et                       Accompagnement et évaluation professionnels
   évaluation

3.2.1   Plans d’études

L’enseignement à l’école enfantine se déroule soit selon le plan d’études de l’école enfantine
de langue allemande ou selon le PER (Plan d’études romand). Globalement, les différences
entre les plans d’études sont minimes.
Quant au cycle primaire, les plans d’études ainsi que les grilles horaires correspondantes
diffèrent considérablement. Les cours de langue du plan d’études ainsi que les mathématiques
constituent la plus grande partie de l’enseignement dans la langue du plan d’études. En outre,
les autres leçons du domaine musical, des sciences ou du mouvement seront également
enseignées dans la langue du plan d’études. Environ 50% des leçons restantes seront
enseignés dans la L2, donc dans la langue d’immersion.
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                   13/38
(22 novembre 2013)

Pour être en mesure de poursuivre l’immersion réciproque également après l’école enfantine,
l’on veillera à ce que la moitié des enfants suivant l’enseignement selon le plan d’études pour
les classes francophones aient l’allemand et le français comme langue première. Cela vaut
également pour l’enseignement selon le plan d’études pour les classes germanophones. Cela
est garanti dans la procédure de répartition et selon le schéma suivant :

                                                   Plan d’études
                                 Élèves            langue              langue française
                                                   allemande
                                 Allemand          env. 7 enfants      env. 7 enfants
                                 Français          env. 7 enfants      env. 7 enfants
                                 Autres langues    env. 7 enfants      env. 7 enfants

3.2.2   Dialecte et langue standard

Compte tenu de l’objectif que constitue la fonctionnalité des compétences linguistiques, les
enfants dont la langue principale est le français doivent également apprendre le dialecte. Étant
donné que ce dernier joue un rôle central dans la vie quotidienne biennoise, cela correspond
au vœu des parents francophones, mais constitue aussi un avantage pour avoir de futures
chances sur le marché du travail.
À l’école enfantine et selon la composition de la classe, l’on communiquera donc tant en
dialecte qu’en langue standard durant les leçons données en allemand, le dialecte étant
prioritaire. Par principe, l’enseignement sera dispensé dans la langue standard dès l’entrée à
l’école primaire, le dialecte étant également encouragé dans le cadre des offres de l’école.

3.2.3   Devoirs à la maison

Pendant les deux premières années scolaires primaires, les devoirs ne sont donnés que dans
la langue du plan d’études. Le maniement restant a lieu selon les dispositions des plans
d’études correspondants.

3.2.4   Activités de l’école

L’école de la FiBi encourage la cohésion entre les enfants et les membres du corps enseignant
de toutes les classes par le biais de différentes activités. En principe, les semaines de projet et
autres projets scolaires sont conçus pour l’ensemble de l’école et servent également à
l’échange entre les classes. Notamment les quatre classes des deux années consécutives
travaillent ensemble lors de manifestations particulières, mais également dans le cadre de
l’enseignement régulier, ce qui peut contenir des éléments de l’enseignement regroupant
plusieurs tranches d’âges.
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                           14/38
(22 novembre 2013)

3.2.5    Statut de l’enseignement complémentaire de l’allemand et/ou du français

Dès la 3e année HarmoS, un enseignement complémentaire de l’allemand et/ou du français est
proposé aux élèves à raison de 2 leçons hebdomadaires. Ces enseignements constituent un
choix de l’école, au sens du «Lehrplan 1995» pour la partie alémanique du canton et des
Dispositions générales complétant le Plan d’études romand (PER) pour la partie francophone.
De ce fait, il n’est pas possible d’obliger les parents à envoyer leur enfant suivre cet
enseignement. Il faut relever que, pratiquement, dans la première phase du projet FiBi, très
peu d’élèves ont jusqu’à présent renoncé à cet enseignement.
Le but de cet enseignement complémentaire consiste à familiariser les élèves progressivement
avec la dimension écrite de la L2 (langue partenaire), afin de préparer les apprentissages plus
formels fondés sur des moyens d’enseignement qui supposent la capacité de compréhension
de l’écrit et la capacité, elle aussi progressive, de répondre par écrit et de formuler des phrases
et des textes continus dans la langue partenaire tout en apprenant à respecter son
orthographe et ses règles.
Le statut facultatif et le fait qu’il s’agit d’un choix spécifique de la filière bilingue permettant
d’autoriser cet enseignement dans le cadre légal et dans les dispositions des plans d’études en
vigueur, aussi bien au cycle 1 (1re-2e / 3e -4e HarmoS) qu’au cycle 2 (3e-6e / 5e-8e HarmoS). Le
seul effet qui pourrait être ressenti comme négatif concerne la limitation de l’offre
d’enseignement facultatif à d’autres leçons selon les possibilités des grilles horaires
alémanique et francophone.

3.3     Matériel scolaire

3.3.1    Matériel scolaire de l’école enfantine

Depuis le 1er août 2012, l’utilisation du matériel scolaire suivant est obligatoire pour les écoles
enfantines francophones:
Langue (Sprache):
         Dire, écrire, lire
         Trois types d'outils constituent ce moyen d'enseignement pour l'apprentissage de la langue orale
         et écrite au cours des deux premières années du Cycle 1, des albums de littérature enfantine,
         un classeur pour l'enseignement, un CD-Rom pour l'enseignant à destination des élèves. Ces
         outils sont présentés de manière à ce que chaque enseignant puisse en saisir les finalités et se
         les approprier en comprenant les options qui les sous-tendent. L’introduction vise à expliciter ces
         options et dans le même sens, le guide Dire, écrire, lire au Cycle 1 de l'école romande constitue
         la référence ressource complémentaire à ce moyen. (Office cantonal du matériel scolaire,
         Neuchâtel)
         La filière bilingue recourt à ces outils scolaires comme les autres écoles enfantines
         francophones du canton. Du côté germanophone également, «dire, écrire, lire» est
         estimé comme un encouragement précoce des compétences de lecture et d’écriture.
         Bien sûr, certains contenus du matériel scolaire trouvent une entrée ponctuelle dans
         l’enseignement. La partie germanophone du Canton ne prévoit pas de matériel scolaire
         obligatoire au niveau de l’école enfantine.
         Citons à titre d’exemples pour les exercices préliminaires à l’apprentissage de la lecture
         et de l’écriture à l’école enfantine « Der kleine Tobi ».
Concept de filière bilingue (FiBi) CM2013                                                           15/38
(22 novembre 2013)

        Un cahier rempli de tâches illustré avec soin pour dessiner, rimer et cogiter. Les enfants se
        préparent à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture en recopiant, en écoutant des syllabes
        et en faisant des exercices de mémoire. Accompagnés par les petits lutins de Tobi, les exercices
        entraînent par le jeu la perception visuelle, la motricité fine, la pensée logique et la conscience
        phonologique. (Édition Cornelsen)

Mathématiques

        Activités mathématiques pour le cycle initial
            -    Une organisation en 5 grands domaines mathématiques
            -    Une mise en valeur systématique des « propos mathématiques »
            -    Des phases de recherche en collectif et des exercices individuels qui permettent :
                 - une mise en place très progressive de la numération orale et écrite
                 - un travail en profondeur sur les opérations
                 - la résolution de nombreux problèmes astucieux qui stimulent la curiosité des enfants
                   et leur goût du défi
                 - en géométrie, une initiation au vocabulaire, aux formes et un travail sur
                    l’indispensable maîtrise du geste
                 - un premier apprentissage des notions de grandeurs et de mesures
        (Office cantonal du Matériel scolaire Genève)

Sciences de la nature, Sciences humaines et sociales
        Géographie, Histoire, sciences de la nature (1 – 2 Cycle 1)
        (Secrétariat général de la CIIP)
        Le matériel scolaire sera introduit auprès des écoles enfantines francophones dès l’été
        2013.

3.3.2   Matériel scolaire de l’école primaire

La direction d’école décide avec le corps enseignant quel matériel scolaire est utilisé.
Les conditions du Canton et éventuellement de la Ville de Bienne sont à respecter.
Étant donné que différents outils scolaires permettent différents accès à la lecture et à
l’écriture, il n’est pas nécessaire pour la filière bilingue d’utiliser un cursus de lecture et
d’écriture spécifique. Fondamentalement, tous les moyens d’enseignement ont certains points
forts et points faibles. L’usage professionnel et la mise en œuvre sûre de la sélection sont plus
importants que le choix du matériel scolaire.

Matériel scolaire pour l’enseignement linguistique des 1re et 2e années selon le plan d’études
de langue allemande
        Le corps enseignant de la filière bilingue germanophone ne sont pas liés à des
        conditions en ce qui concerne le cursus de lecture et d’écriture. La direction d’école
        confère avec le corps enseignant sur le choix du matériel scolaire.
        Un exemple pour la 1re année selon le plan d’études de langue allemande:

        « Die Tobifibel Erstlesebuch »
        Le nouveau traitement contient des possibilités étendues de différenciation et davantage de
        devoirs d’analyse acoustique, et offre un cours pour travailler avec le tableau de lettres ainsi que
        des exercices avec liens avec les mathématiques excédant le cadre d’un seul domaine. L’édition
        suisse est harmonisée avec la sémantique suisse alémanique et l’alphabet suisse. (Cornelsen
        Verlag)
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler