(IPQE-EAD) Initiative pour la Promotion de la Qualité et Epidémiologie chez les Enfants et les Adolescents atteints du Diabète sucré

 
(IPQE-EAD) Initiative pour la Promotion de la Qualité et Epidémiologie chez les Enfants et les Adolescents atteints du Diabète sucré
Initiative pour la Promotion de la Qualité et
   Epidémiologie chez les Enfants et les
   Adolescents atteints du Diabète sucré
                  (IPQE-EAD)
                                            Résultats 2011

Institut Scientifique de Santé Publique
Direction Opérationnelle Santé Publique & Surveillance
Service Etude des Soins de Santé

Rue J. Wytsman 14
1050 Bruxelles | Belgique

www.wiv-isp.be
2
Service Etude des Soins de Santé | janvier 2013 | Bruxelles, Belgique
PH&S Report : 2013-002
N° de dépôt : D/2013/2505/02

Auteurs
Kris Doggen*, M.Sc., Ph.D.
Viviane Van Casteren, M.D.

*   Tél.: 02 642 57 22
    Fax: 02 642 54 10
    e-mail: kris.doggen@wiv-isp.be

Conseil Scientifique IPQE-EAD

Dr D. Beckers, Cliniques Universitaires de Mont-Godinne, Yvoir
Dr J. Boly, Mutualité Chrétienne, Bruxelles
Prof. K. Casteels, Universitair Ziekenhuis Leuven, Louvain
Dr M. Coeckelberghs, ZNA Koningin Paola Kinderziekenhuis, Anvers
Dr K. Doggen, ISP, Bruxelles
Dr L. Dooms, Ziekenhuis Maas en Kempen, Maaseik
Dr M.-C. Lebrethon, CHR de la Citadelle, Liège
Dr K. Logghe, Heilig-Hartziekenhuis, Roeselare
Dr J. Louis, Grand Hôpital de Charleroi, Charleroi
Prof. M. Maes, Cliniques Universitaires Saint-Luc, Bruxelles
Prof. G. Massa, Jessa Ziekenhuis, Hasselt
Dr A. Messaaoui, Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola, Bruxelles
Dr T. Mouraux, Cliniques Universitaires de Mont-Godinne, Yvoir
Dr K. Poschet, GZA Ziekenhuizen, Anvers
Prof. R. Rooman, Universitair Ziekenhuis Antwerpen, Anvers
Dr F. Slap, GZA Ziekenhuizen, Anvers
Dr S. Tenoutasse, Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola, Bruxelles
Dr N. Seret, Cliniques Saint-Joseph, Liège
Dr S. Van Aken, Universitair Ziekenhuis Gent, Gand
Dr J. Vanbesien, Universitair Ziekenhuis Brussel, Bruxelles

La Science au service de la Santé Publique, de la Sécurité de la chaîne alimentaire et de l'Environnement.
                                                                                                             3
© Institut Scientifique de Santé Publique | Wetenschappelijk Instituut Volksgezondheid, Bruxelles 2012.
Ce rapport ne peut être reproduit, publié ou distribué sans l’accord du WIV-ISP.
  4
Tables des matières

1.      INTRODUCTION ............................................................................................................................ 7
2.      METHODOLOGIE DE L’ETUDE.................................................................................................... 8
     2.1.     POPULATION DE L’ETUDE .......................................................................................................... 8
     2.2.     ÉCHANTILLON ........................................................................................................................... 8
        2.2.1. Nettoyage de l’échantillon.................................................................................................. 8
     2.3.     COLLECTE DE DONNEES ............................................................................................................ 8
     2.4.     DEFINITIONS............................................................................................................................. 9
     2.5.     ANALYSE DES DONNEES ET TRAITEMENT STATISTIQUE ................................................................ 9
        2.5.1. Calcul de l'âge et de la durée du diabète .......................................................................... 9
        2.5.2. Calcul des valeurs z pour la taille, le poids, l'IMC et la tension artérielle ........................ 10
        2.5.3. Classification du surpoids et de l’obésité......................................................................... 10
        2.5.4. Classification de la tension artérielle ............................................................................... 10
        2.5.5. Analyses statistiques ....................................................................................................... 11
3.      RESULTATS ................................................................................................................................ 12
     3.1.   INDICATEURS DE PROCESSUS ET DE RESULTATS : QUALITE DES SOINS DANS LES CENTRES DE
     DIABETOLOGIE PEDIATRIQUES EN 2011................................................................................................. 12
        3.1.1. Données manquantes...................................................................................................... 12
        3.1.2. Indicateurs de processus................................................................................................. 14
        3.1.3. Indicateurs de résultats.................................................................................................... 16
     3.2.     EVOLUTION DES SCORES DES INDICATEURS ENTRE 2008 ET 2011 ............................................ 17
     3.3.     CARACTERISTIQUES, TRAITEMENT ET RESULTATS DES PATIENTS DE L'ECHANTILLON DE L'IPQE-
     EAD      19
        3.3.1. Caractéristiques démographiques, socioéconomiques et liées au diabète .................... 19
        3.3.2. Développement des enfants et adolescents atteints de diabète de type 1 ..................... 20
        3.3.3. Schéma insulinique et contrôle métabolique ................................................................... 21
        3.3.4. Autocontrôle glycémique et contrôle métabolique........................................................... 22
        3.3.5. Autres déterminants du contrôle métabolique ................................................................. 22
        3.3.6. Évolution du contrôle métabolique entre 2008 et 2011 ................................................... 23
        3.3.7. Complications aiguës du diabète..................................................................................... 23
        3.3.8. Dépistage des complications chroniques du diabète ...................................................... 24
        3.3.9. Surpoids et obésité .......................................................................................................... 24
        3.3.10.   Tension artérielle ......................................................................................................... 25
        3.3.11.   Comorbidités ............................................................................................................... 25
        3.3.12.   Autre médication.......................................................................................................... 26
     3.4.     ANALYSE LONGITUDINALE DES DONNÉES DES PATIENTS ............................................................ 26
4.      RESUME ET CONCLUSIONS ..................................................................................................... 27
     4.1.   INDICATEURS DE PROCESSUS ET DE RESULTATS : QUALITE DES SOINS DANS LES CENTRES DE
     DIABETOLOGIE PEDIATRIQUES EN 2011................................................................................................. 27
     4.2.   CARACTERISTIQUES, TRAITEMENT ET RESULTATS DES PATIENTS DE L'ECHANTILLON DE L'IPQE-
     EAD        27
     4.3.       ROLE DES CYCLES D'AUDIT ET DE FEED-BACK POUR L'AMELIORATION DE LA QUALITE .................. 28
ANNEXE A : JEU DE DONNEES IPQE-EAD 2011 ............................................................................. 29
ANNEXE B : ÉVOLUTION DES SCORES DES INDICATEURS AU NIVEAU DU CENTRE.............. 37
ANNEXE C : TECHNIQUE DES CERCLES DE QUALITE.................................................................. 38
ANNEXE D : CENTRES PARTICIPANTS............................................................................................ 39
REFERENCES ...................................................................................................................................... 40

                                                                                                                                                      5
6
1.       Introduction
En Belgique, les centres de diabétologie pédiatriques multidisciplinaires peuvent conclure un accord1
avec l'INAMI afin de formaliser les aspects organisationnels et financiers des soins du diabète. Dans
le cadre de cet accord, les centres doivent participer à une initiative de collecte des données ayant
pour but de promouvoir la qualité des soins et de répondre à des objectifs épidémiologiques. Cette
collecte de données est organisée par l'Institut scientifique de Santé publique (ISP) et est évaluée par
le Conseil Scientifique qui rassemble des représentants de tous les centres, de l'INAMI et de l'ISP.
L'initiative a été baptisée « Initiative pour la Promotion de la Qualité et Epidémiologie chez les Enfants
et les Adolescents atteints du Diabète sucré » (IPQE-EAD).

Le projet IPQE-EAD consiste en des audits annuels permettant de collecter des données relatives aux
jeunes de moins de 19 ans atteints de diabète de type 1 traités dans les centres pédiatriques. Il s'agit
de données démographiques et socioéconomiques, ainsi que de données concernant le traitement du
diabète et les complications aiguës et chroniques. Le jeu de données collectées a été inspiré par la
« Basic Information Sheet for Children and Adolescents » de l'Organisation mondiale de la Santé
(OMS) ainsi que par les questionnaires de l'étude Hvidøre (1) et par des jeux de données utilisés lors
d'initiatives similaires de promotion de la qualité à l'étranger, plus particulièrement l'étude DPV en
Allemagne et en Autriche (2) et le NDA en Angleterre et au Pays de Galles (3).

Ces données sont utilisées afin de définir des indicateurs se rapportant à la fois aux processus et aux
résultats des soins du diabète. Les indicateurs ont été élaborés à l'aide des recommandations
internationales relatives au diabète pédiatrique, publiées par l'International Society for Pediatric and
Adolescent Diabetes (ISPAD) en 2009 (consultables sur http://www.ispad.org/).

Les données sont communiquées de deux façons aux centres :

     1. D'une part, les centres reçoivent leurs scores individuels relatifs aux indicateurs, dans un
        rapport où ces scores sont comparés de manière anonyme à ceux d'autres centres
        (« benchmarking »). Ce benchmarking permet au centre de constater les manquements dans
        les processus et les résultats des soins du diabète. Cette évaluation de la qualité des soins
        doit ensuite déboucher sur des initiatives locales de promotion de la qualité. Le but est ainsi
        d'améliorer en permanence la qualité des soins dans tous les centres de diabétologie
        pédiatriques en Belgique.

     2. D'autre part, un rapport global est rédigé. Ce rapport dresse la carte de la qualité des soins,
        telle qu'elle a été mesurée au moyen des indicateurs de processus et de résultats, dans tous
        les centres, et aborde les aspects épidémiologiques relatifs aux enfants diabétiques belges.
        Vous avez ce rapport entre les mains. Il concerne les soins dispensés en 2011.

Ce rapport a trait au troisième tour de collecte de données et de feed-back et concerne les soins
dispensés en 2011. Des collectes de données antérieures ont eu lieu en 20082 en 20103.

1
  http://www.riziv.be/care/fr/revalidatie/convention/diabete/pdf/agreementyoung.pdf
2
  Rapport 2008 en ligne: https://www.wiv-isp.be/epidemio/epifr/iked/ikedenf_ado08fr.pdf
3
  Rapport 2010 en ligne: https://www.wiv-isp.be/epidemio/epifr/iked/ikedenf_ado10fr.pdf

                                                                                                          7
2.      Méthodologie de l’étude
L’IPQE-EAD est une étude transversale rétrospective : une fois par an, des données relatives à
l'année civile précédente sont collectées parmi un échantillon de patients.

     2.1.        Population de l’étude
La population de l'étude comprend des patients atteints de diabète de type 1 traités dans le cadre de
la convention pédiatrique pour le diabète, conclue entre les centres et l'INAMI. En 2011, la Belgique
comptait 15 de ces centres (8 en Région flamande, 4 en Région wallonne et 3 dans la Région de
Bruxelles-Capitale).

Les critères d'exclusion étaient la grossesse, un âge égal ou supérieur à 19 ans au 1er janvier 2011 ou
pas de consentement éclairé signé.

     2.2.        Échantillon
Les données relatives à un échantillon composé de 50% de la population de l'étude ont été collectées.
Un échantillonnage systématique a été réalisé. Il a été demandé aux centres de rédiger une liste par
sexe des patients atteints de diabète de type 1 qui remplissaient les critères d'inclusion précités. En
outre, les patients de cette liste ont été classés par âge croissant. Les patients occupant une position
impaire dans cette liste ont été retenus. Cette méthode a permis d'obtenir un échantillon relativement
représentatif par centre, tout au moins en ce qui concerne le sexe et l'âge.

Au total, les 15 centres participants traitaient 2886 patients en 2011, dont 2566 (88,9%) étaient éligible
(c.-à-d. qui satisfont aux critères susmentionnés). L'échantillon nettoyé comprenait 1184 patients, soit
46,1% de la population éligible. La contribution individuelle d'un centre à l'échantillon variait de 20 à
218 patients (médiane : 58 patients).

        2.2.1.           Nettoyage de l’échantillon

Au total, 1188 enregistrements (« records ») provenant des centres ont été reçus. Lors du nettoyage
de l'échantillon, 1 enregistrement a été supprimé parce qu’il s’agissait d’un patient âgé de plus de 19
ans au 1er janvier 2011. Deux enregistrements étaient identiques à un enregistrement déjà existant et
ont donc été supprimés. Par ailleurs, il y avait deux enregistrements provenant de centres différents
qui avaient trait au même patient : seul l’enregistrement le plus récent a été conservé. L’échantillon
nettoyé contenait donc les données de 1184 patients uniques.

     2.3.        Collecte de données
Pour l’introduction de données, les centres avaient recours au site IPQE-EAD. La collecte de données
avait lieu entre le 1er février et le 15 juin 2012. Les données ont été envoyées de manière sécurisée à
un serveur situé à l'ISP. Les données sur le serveur étaient accompagnées d'un code patient unique.
Le lien entre ce code et l’identité du patient a été établi au niveau des centres.

8
2.4.         Définitions
Famille nucléaire

        L'enfant vit chez son père et sa mère d'origine. Si l'enfant a été adopté, cela signifie qu'il vit
        chez ses parents adoptifs. Les parents volontairement célibataires ne sont pas considérés
        comme une famille nucléaire. Toutes les autres structures familiales ne sont pas non plus
        considérées comme une famille nucléaire.

Schémas insuliniques

        Le médecin a classé le traitement par insuline du patient dans une des catégories suivantes :
           ƒ Catégorie 1 (« premix 2 ») : le patient est traité au moyen de mélanges d'insuline
              standard, administrés le matin et le soir, avec occasionnellement une administration
              supplémentaire d'insuline à action (ultra)rapide.
           ƒ Catégorie 2 (« freemix 2 ») : le patient est traité au moyen de mélanges d'insuline
              individualisés, administrés le matin et le soir, avec occasionnellement une
              administration supplémentaire d'insuline à action (ultra)rapide.
           ƒ Catégorie 3 (« freemix 3 ») : le patient est traité au moyen de mélanges d'insuline
              individualisés, administrés le matin et le soir, avec administration systématique
              d'insuline à action (ultra)rapide (c.-à-d. chaque jour).
           ƒ Catégorie 4 (« basal-bolus ») : le patient est traité selon un schéma basal-prandial
              (basal-bolus), c.-à-d. au moyen d'insuline à durée d'action intermédiaire (« basale »)
              et d'insuline à action (ultra)rapide lors des repas (« bolus »).
           ƒ Catégorie 5 (« pompe ») : le patient est traité au moyen d'une pompe à insuline.
           ƒ Catégorie 6 (« autre ») : le patient n'est pas traité selon un des schémas précités.

        Lors des analyses, les patients traités avec des mélanges individualisés ont été groupés
        (catégorie 2 et 3), puisqu’en pratique il est difficile à distinguer entre une troisième
        administration occasionnelle ou systématique.

Episode d’hypoglycémie

        En ce qui concerne l'hypoglycémie, la définition de l'hypoglycémie sévère donnée par l'ISPAD
        a été utilisée (4), à savoir au moins une des caractéristiques suivantes :
            ƒ état de semi-inconscience à inconscience complète, nécessitant l’aide d’un tiers
            ƒ coma sans ou avec convulsions,
            ƒ nécessité d'un traitement parentéral (glucagon IM ou glucose IV).
        Le nombre d’épisodes au cours des 3 mois précédant la dernière consultation a été consigné.

Admissions pour une acidocétose diabétique (sévère)

        Chaque hospitalisation pour une acidocétose diabétique (ACD) au cours des 12 mois
        précédant la dernière consultation, indépendamment de la sévérité de l‘ACD et de sa
        confirmation au moyen de critères biochimiques.

    2.5.         Analyse des données et traitement statistique
        2.5.1.           Calcul de l'âge et de la durée du diabète

L'âge a été calculé comme la différence, exprimée en nombre d'années, entre la date de naissance et
la date de la dernière visite en 2011. Si la date de la visite n'était pas connue (N = 1), la médiane de
cette date (16 novembre 2011) a été utilisée pour le calcul de l'âge.

La durée du diabète a été calculée comme la différence, exprimée en nombre d'années, entre la date
de la première administration d'insuline (considérée comme la date du diagnostic) et le 31 décembre
2011. Nous avons opté pour cette approche étant donné que l'utilisation de la date médiane de la

                                                                                                             9
dernière visite pour les patients diagnostiqués vers la fin de l'année 2011 aurait donné une durée
négative du diabète.

        2.5.2.     Calcul des valeurs z pour la taille, le poids, l'IMC et la
            tension artérielle

Les valeurs z propres à l'âge et au sexe ainsi que les percentiles pour la taille, le poids et l'IMC ont été
calculés en utilisant les courbes de croissance flamandes comme référence (réf. 5,
http://www.vub.ac.be/groeicurven/).

Les valeurs z propres à l'âge, au sexe et à la taille, ainsi que les percentiles, relatifs à la tension
artérielle systolique et à la tension artérielle diastolique ont été calculés conformément à la description
donnée dans le Fourth Report on the Diagnosis, Evaluation, and Treatment of High Blood Pressure in
Children and Adolescents (6) (consultable en ligne sur
http://www.nhlbi.nih.gov/health/prof/heart/hbp/hbp_ped.pdf). Le calcul des valeurs z dépend de la
valeur z de la taille. Celle-ci a été calculée sur la base des courbes de croissance du Center for
Disease Control (http://www.cdc.gov/growthcharts/), comme prescrit par le rapport précité, et non des
courbes de croissance flamandes.

        2.5.3.            Classification du surpoids et de l’obésité

Les enfants et les adolescents ont été classés comme atteints de surpoids ou d'obésité sur la base
des valeurs limites de l'IMC propres à l'âge et au sexe, rapportées dans Cole et al. (7) et utilisées par
l'International Obesity Task Force (IOTF). Ces valeurs limites se situent au centile passant les valeurs
limites du surpoids (25 kg/m²) et de l'obésité (30 kg/m²) chez l'adulte, à l'âge de 18 ans. Ce centile
repose sur les courbes de croissance de six pays (Brésil, Grande-Bretagne, Hong Kong, Pays-Bas,
Singapour et États-Unis). Les valeurs limites, rapportées par intervalle d'âge de 6 mois, ont été
interpolées linéairement afin d'obtenir des valeurs limites spécifiques à l'âge plus précises, comme
suggéré par Cole et al. Il n'existe pas de valeurs limites pour les enfants de moins de 2 ans (N = 5).
Les jeunes adultes âgés de 18 ans ou plus ont été classés selon les valeurs limites de l'IMC pour les
adultes.

        2.5.4.            Classification de la tension artérielle

La classification comme pré-hypertension et hypertension a été réalisée conformément à la
description donnée dans le Fourth Report on the Diagnosis, Evaluation, and Treatment of High Blood
Pressure in Children and Adolescents (6). Ces critères sont résumés dans le tableau 1. Il est
important de souligner que normalement, cette classification doit reposer sur plusieurs mesures de la
tension artérielle réalisées lors de consultations différentes. Dans le cadre de l'IPQE-EAD, cependant,
ces données concernent une seule mesure. Par conséquent, la classification doit être interprétée avec
prudence.

Tableau 1 : critères utilisés pour la classification des enfants et des adolescents dans les différentes
catégories de tension artérielle.
ƒ    Tension normale : tension artérielle < 90e percentile et < 120/80 mmHg.
ƒ    Pré-hypertension : tension artérielle ≥ 90e percentile et < 95e percentile ou ≥ 120/80 mmHg.
ƒ    Hypertension : tension artérielle ≥ 95e percentile ou ≥ 120/80 mmHg.
         o Hypertension, stade 1 : tension artérielle ≥ 95e percentile et < (99e percentile + 5 mmHg)
         o Hypertension, stade 2 : tension artérielle ≥ (99e percentile + 5 mmHg).

10
2.5.5.           Analyses statistiques

Les analyses statistiques ont été réalisées dans R (version 2.10.1), hormis le calcul des valeurs z qui
a été réalisé dans SAS 9.2. Les variables distribuées de manière normale sont rapportées comme la
moyenne ± l'erreur type (ET) ou sont accompagnées d'un intervalle de confiance (IC) de 95%. Les
variables distribuées de manière anormale sont rapportées comme la médiane accompagnée d'un
intervalle interquartile (IQR, intervalle entre le 25e et le 75e percentile). Les tests paramétriques et non
paramétriques habituels ont été appliqués si nécessaire, sauf en ce qui concerne la régression
linéaire, qui a également été utilisée en cas de variables distribuées de manière anormale. Les
variables catégorielles ont été comparées de manière statistique au moyen du test χ2 ou de la
régression logistique. L'intervalle de confiance du taux d'incidence brut a été calculé selon la méthode
« Poisson exacte ». Les rapports des taux d'incidence corrigé et non corrigé ont été calculés au
moyen de la régression de Poisson.

                                                                                                          11
3.       Résultats
     3.1.    Indicateurs de processus et de résultats : qualité des
         soins dans les centres de diabétologie pédiatriques en 2011
Divers indicateurs de processus et de résultats ont été élaborés sur la base de l’ « ISPAD Clinical
Practice Consensus Guidelines 2009 Compendium » et plus spécifiquement sur la base des chapitres
concernant les soins ambulantes (8) et les complications micro- et macrovasculaires (9), ainsi que sur
la base des recommandations de l’ADA (10).

Ces indicateurs ont été utilisés afin de comparer la qualité des soins dans les 15 centres de
diabétologie pédiatriques participants en Belgique (« benchmarking »). Les scores des différents
indicateurs ont été comparés de manière anonyme au moyen des graphiques du benchmarking (cf.
exemple à la figure 1). Un rapport de feed-back contenant de tels graphiques pour tous les indicateurs
a été envoyé à chaque centre.

            Le score pour                           % atteignant HbA1c
ainsi obtenues avec celles enregistrées dans la base de données IPQE-EAD. Un audit fournirait
également des informations sur l'exactitude des données et pas uniquement sur leur exhaustivité.

Tableau 2 : données manquantes dans le jeu de données de l'IPQE-EAD. La proportion de données
manquantes est présentée successivement pour la totalité de l'échantillon, le centre ayant le moins de
données manquantes, le centre médian en ce qui concerne les données manquantes et le centre ayant le
plus de données manquantes pour une question en particulier.
                                                    % données              % données manquantes
                                                    manquantes        spécifique au centre (N = taille de
                                                    globalement             l'échantillon du centre)
Questions                                            (N = 1184)       le moins (n)*     médian    le plus
1. Sexea                                                 0,0             0,0 (13)         0,0        0,0
2. Mois et année de naissancea                           0,0             0,0 (13)         0,0        0,0
3. Date de la première injection d'insuline              1,5             0,0 (7)          1,2        6,0
4. Ethnicité du père                                     0,5             0,0 (10)         0,0        5,0
5. Ethnicité de la mère                                  0,3             0,0 (13)         0,0        2,0
6. Suivi pendant toute l’année calendrier                6,4              0,0 (4)         1,7       96,5
7. Date de la dernière consultation                      0,1             0,0 (14)         0,0        1,0
8. Famille nucléaire                                     0,6             0,0 (11)         0,0        5,0
9. Problèmes de linguistique                             0,2             0,0 (13)         0,0        5,0
10. Avec enfants et/ou parentsb (N = 112)                3,6             0,0 (10)         0,0       14,3
11. Puberté / pré-puberté                                7,6              0,0 (4)         4,5       61,9
12. Schéma insulinique                                   0,4             0,0 (12)         0,0        3,1
13. Autres médicamentsc                                 82,2                1,8          88,4      100,0
14. Dose d'insuline (UI/jour)                            2,6              0,0 (9)         0,0       30,0
15. Taille                                               1,8              0,0 (8)         0,0       17,2
16. Poids                                                0,4             0,0 (12)         0,0        4,7
17. Tension artérielle systolique                       27,3              0,0 (1)        10,6      100,0
18. Tension artérielle diastolique                      27,3              0,0 (1)        10,6      100,0
19. HbA1c                                                0,6             0,0 (11)         0,0        2,0
20. Nombre de dosages de l'HbA1c                         0,2             0,0 (13)         0,0        1,0
21. Nombre de contrôles glycémiques                      0,5             0,0 (10)         0,0        3,1
22. Nombre d’admissions pour ACD (grave)d                0,3             0,0 (12)         0,0        3,1
23. Nombre d’épisodes d'hypoglycémiee                    0,4             0,0 (11)         0,0        3,1
24. Nombre de consultations en 2011                      0,3             0,0 (12)         0,0        1,0
25. Dépistage de la coeliaquie ?                         0,6              0,0 (9)         0,0        5,0
26. Résultat du dépistagef (N = 1025)                    0,6             0,0 (12)         0,0        3,4
27. Traitement de la coeliaquie ?                        1,0              0,0 (9)         0,0        5,0
28. Dépistage de l’auto-imm. thyroïdienne ?              0,5             0,0 (10)         0,0        5,0
29. Résultat du dépistagef (N = 1036)                    0,2             0,0 (14)         0,0        2,3
30. Traitement d'une affection thyroïdienne ?            0,7             0,0 (10)         0,0        3,1
31. Traitement anti-épileptique ?                        1,1              0,0 (9)         0,0        5,9
32. Dépistage de la rétinopathie ?                       1,0              0,0 (9)         0,0        4,9
33. Résultat du dépistagef (N = 559)                     2,5             0,0 (10)         0,0       15,7
34. Dépistage de la néphropathie ?                       0,9              0,0 (8)         0,0        3,9
35. Résultat du dépistagef (N = 827)                     0,8             0,0 (14)         0,0        9,0
36. Dosage des lipides sériques ?                        0,8             0,0 (8)          0,0        3,1
37. Dépistage de la neuropathie ?                        0,7              0,0 (9)         0,0        3,1
* Le nombre entre parenthèses indique le nombre de centres sans données manquantes pour la question
concernée. Si n ≥ 8 et s'il y a 15 centres participants, la proportion du centre médian est par définition 0.
a
  Il était obligatoire de répondre à ces questions.
b
  Dénominateur est le nombre de patients pour qui la question 9 a été répondu affirmativement.
c
  Il s’agissait d’une question facultative.
d
  Nombre d’admissions pour une acidocétose diabétique (ACD) (grave) au cours des 12 mois précédant la
dernière consultation en 2011.
e
  Défini comme un état de semi-inconscience à inconscience complète, nécessitant l’aide d’un tiers, un coma
avec ou sans convulsions ou la nécessité d'administrer un traitement parentéral (glucagon IM ou glucose IV) au
cours des 3 mois précédant la dernière consultation en 2011.
f
  Selon que le dépistage a été réalisé. Le dénominateur comprend uniquement les patients ayant subi le
dépistage.

                                                                                                             13
Le tableau 2 montre la proportion de données manquantes pour chacune des 37 questions du jeu de
données (pour plus de détails, voir annexe A). Ce tableau mentionne 4 proportions : la proportion
globale de données manquantes, sur la base de l'échantillon total comme dénominateur (N = 1184),
suivie de la proportion dans le centre ayant le moins de données manquantes, la proportion dans le
centre médian et, enfin, la proportion dans le centre ayant le plus de données manquantes pour la
question concernée. Les 3 dernières proportions utilisent la taille de l'échantillon du centre concerné
comme dénominateur. La taille de l'échantillon du centre n'est pas indiquée de manière explicite afin
de préserver l'anonymat des données.

Dans l'ensemble, la proportion de données manquantes était faible pour la plupart des questions (<
5 %). Les valeurs de tension artérielle manquaient encore toujours pour bon nombre de patients, mais
l’évolution par rapport à 2008 (39%) et 2010 (35%) est positive à cet égard.

         3.1.2.          Indicateurs de processus

Les indicateurs de processus suivants ont été étudiés :

     •   au moins 1 détermination de l'HbA1c ;
     •   au moins 3 déterminations de l’HbA1c ;
     •   détermination de l'IMC (c.-à-d. communication de la taille et du poids) ;
     •   détermination de la tension artérielle (systolique et diastolique) ;
     •   détermination des lipides sériques ;
     •   dépistage de la rétinopathie ;
     •   dépistage de la néphropathie (microalbuminurie) ;
     •   dépistage de la neuropathie ;
     •   dépistage de la coeliaquie ;
     •   dépistage de l’auto-immunité thyroïdienne ;
     •   3 consultations ou plus en 2011 (sur la base de la convention dans laquelle un intervalle
         maximal de 4 mois entre les consultations est stipulé).

Comme mentionné au chapitre sur les données manquantes, ces indicateurs de processus sont peu
précis, en ce sens qu'un patient peut avoir bénéficié d'un processus de soins sans que cela ait été
mentionné dans le dossier médical ou rapporté (scénario 1 ou 2). Il est également possible qu'un
processus de soins n'ait pas été exécuté parce qu'il n'existait aucune indication pour ce faire ou parce
que les directives n'en recommandaient pas explicitement l'exécution (scénario 3). Par conséquent,
un score faible pour un indicateur de processus n'est pas nécessairement corrélé avec une faible
qualité des soins.

Le tableau 3 montre la proportion de patients ayant bénéficié des processus de soins précités. À
l'instar du tableau 2, ce tableau montre les proportions globales et propres à chaque centre. En ce qui
concerne la détermination de la tension artérielle ainsi que le dépistage de la rétinopathie et de la
néphropathie, les proportions ont été calculées pour différentes sous-populations, selon les
recommandations précitées.

Les conclusions suivantes peuvent être formulées sur la base du tableau 3 :

     ƒ   En 2011, presque tous les patients ont subi au moins 1 détermination de l'HbA1c et la plupart
         a même subi 3 déterminations ou plus. Les directives de l'ISPAD recommandent 4 à 6
         déterminations par an pour les « jeunes enfants » et 3 à 4 déterminations par an pour les
         « enfants plus âgés » (11).
     ƒ   La tension artérielle a été mesurée chez 73% de tous les patients et chez 78% du groupe
         cible. Toutefois, comme indiqué précédemment, il est possible que la tension artérielle ait été
         déterminée chez davantage de patients mais n'ait pas été rapportée.
     ƒ   Les lipides sériques ont souvent été déterminés, même chez les enfants ayant moins de 12
         ans.
     ƒ   Le dépistage de la rétinopathie a eu lieu chez 61% du groupe cible. Certains centres
         pratiquaient le dépistage chez tous leurs patients.

14
ƒ   Le dépistage de la néphropathie a été effectué chez 76% du groupe cible.
    ƒ   Le dépistage de la neuropathie est plutôt rarement effectué.
    ƒ   Plus de 85% des patients ont subi un dépistage des comorbidités en 2011.
    ƒ   La grande majorité s'est rendue au moins 3 fois à une consultation en 2011.

Tableau 3 : indicateurs de processus. Tant les résultats globaux que les résultats du centre le plus faible,
du centre médian et du centre le plus fort sont présentés.
                                                     Score             Score propre au centre, %
                                                   global, %      (N = taille de l'échantillon du centre)
Indicateurs de processus                          (N = 1184)     plus faible     médian      plus fort (n)*
Au moins 1 détermination de l'HbA1c                   99,4          98,0           100,0      100,0 (11)
Au moins 3 déterminations de l’HbA1c                  85,3          44,7            87,9       100,0 (1)
Détermination de l'IMC                                98,2          82,8           100,0       100,0 (8)
Détermination de la tension artérielle
  tous les patients                                   72,7            0,0           89,4         100,0 (1)
  ≥ 12 ans (réf. 9), N = 694                          78,2            0,0           92,6         100,0 (3)
Détermination des lipides sériques
  tous les patients, N = 1174                         84,7           35,9           87,9         100,0 (1)
  ≥ 12 ans (réf. 9), N = 687                          86,3           43,1           88,6         100,0 (1)
Dépistage de la rétinopathie
  tous les patients, N = 1172                         47,7           17,7           44,7         100,0 (1)
  ≥ 11/2 ou ≥ 9/5 ansa (réf. 9), N = 717              60,5           23,1           55,7         100,0 (1)
Dépistage de la néphropathie
(microalbuminurie)
  tous les patients, N = 1173                         70,5           16,1          68,0          100,0 (1)
  ≥ 11/2 ou ≥ 9/5 ansa (réf. 9), N = 719              75,8            0,0          80,3          100,0 (1)
Dépistage de la neuropathie, N = 1176                 32,1            0,0           1,0            96,3
Dépistage de la coeliaquie, N = 1177                  87,1           49,5          89,7            98,3
Dépistage de l’auto-imm. thyroïd., N=1178             87,9           48,5          90,9          100,0 (1)
≥ 3 consultations en 2011b                            98,6           95,5          100,0         100,0 (8)
* Le nombre entre parenthèses indique le nombre de centres ayant obtenu un score de 100% pour l'indicateur
concerné.
a
  Les recommandations en réf. 9 prescrivent un dépistage pour les patients ayants plus de 11 ans et une durée
du diabète de plus de 2 ans, OU ayants plus de 9 ans et une durée de plus de 5 ans.
b
  N = 940, seuls les patients qui ont été suivis pendant toute l’année calendrier.

Dans l'ensemble, tous les patients n'ont pas reçu les processus de soins recommandés en 2011 ; la
différence est la plus marquée en ce qui concerne le dépistage de la rétinopathie et de la neuropathie.

À cet effet, il est essentiel de souligner que les recommandations relatives au dépistage annuel des
complications cardiovasculaires et des facteurs de risque sont fondées sur un consensus parmi les
experts et sur des expériences cliniques (9, 12). Ces recommandations ne sont donc pas étayées par
des données provenant d'études contrôlées randomisées, d'études de cohorte prospectives ou
d'études de cas-témoins. De plus, le dépistage annuel de la rétinopathie chez les enfants et les
adolescents ne serait pas rentable (13). L'efficacité du dépistage de la rétinopathie dépend également
de la méthode utilisée : l'angiographie fluorescéinique est plus sensible que la photographie du fond
de l'œil en ce qui concerna la détection d'anomalies précoces (14). Nous ne disposons toutefois
d'aucune information sur la méthode utilisée.

En ce qui concerne le dépistage de la neuropathie, les directives internationales admettent que ces
recherches se déroulent essentiellement dans le cadre de la recherche scientifique, plutôt que de
manière routinière dans la pratique clinique (9).

Tout bien considéré, il n'est donc pas toujours évident de déterminer si des scores faibles sur les
indicateurs de processus sont réellement corrélés à des mauvais résultats dans le futur.

                                                                                                                15
3.1.3.           Indicateurs de résultats

Les indicateurs de résultats suivants ont été étudies :

     ƒ   atteinte de la valeur cible de l'HbA1c :
               o < 7,0% : la valeur cible chez les adultes, selon l'ADA (15),
               o < 7,5% : la valeur cible chez les enfants et les adolescents, selon l'ISPAD (11),
               o les valeurs cibles spécifiques à l'âge, selon l'ADA (15) :
                        ƒ < 6 ans : < 8,5% (mais > 7,5% si l'hypoglycémie est trop fréquente)
                        ƒ 6-12 ans : < 8,0%
                        ƒ 13-19 ans : < 7,5%
               o < 9,0% : considéré comme une maîtrise moyenne de la glycémie, tandis que ≥ 9,0%
                    est considéré comme une mauvaise maîtrise de la glycémie ;
     ƒ   absence d’épisodes d'hypoglycémie (définies comme un état de semi-inconscience à
         inconscience complète, nécessitant l’aide d’un tiers, un coma avec ou sans convulsions ou la
         nécessité d'un traitement parentéral [glucagon IM ou glucose IV]) au cours des 3 mois
         précédant la dernière consultation en 2011 ;
     ƒ   absence d'hospitalisations pour une acidocétose diabétique (grave) au cours des 12 mois
         précédant la dernière consultation en 2011 ;
     ƒ   poids normal (IMC sous les valeurs limites du surpoids propres à l'âge et au sexe, telles
         qu'elles sont définies par l'IOTF, voir réf. 6) ;
     ƒ   tension artérielle systolique/diastolique normale (< 90e percentile [pour l'âge, le sexe et la
         taille] et < 120/80 mmHg).

Les indicateurs de résultats pour le poids et la tension artérielle ont été analysés pour tous les
patients. Les autres indicateurs de résultats ont été analysés uniquement pour les patients
diagnostiqués avant 2011 (c.-à-d. dont le diabète dure depuis plus de 1 an).

Le tableau 4 donne un aperçu des scores en ce qui concerne les indicateurs de résultats. Les scores
présentés sont les scores bruts, ce qui signifie qu'ils n'ont pas été corrigés afin de refléter les
différences éventuelles de case-mix entre les centres. Néanmoins, ils donnent une image réaliste des
résultats actuels parmi la population diabétique pédiatrique en Belgique.

Tableau 4 : indicateurs de résultats. Tant les résultats globaux que les résultats du centre le plus faible,
du centre médian et du centre le plus fort sont présentés.
                                                           Score       Score propre au centre, % (N =
                                                           global,     taille de l'échantillon du centre)
                                                           % (N =         plus                  plus fort
                                                                                     médian
Indicateurs de résultats                                    1184)        faible                    (n)*
Atteinte des valeurs cibles de l'HbA1c, N = 1049
         < 7,0% (adultes, ADA)                               19,9          3,8         22,7         33,7
         < 7,5% (ISPAD)                                      37,2         13,5         38,6         59,0
         valeur cible propre à l'âge (ADA)                   49,7         28,9         50,0         69,9
         < 9,0%                                              84,5         78,2         86,0         92,1
Absence d'hypoglycémie, N = 1047                             93,5         66,7         95,1       100,0 (1)
Absence d'hospitalisations pour ACD, N = 1048                97,2         91,7         97,7       100,0 (5)
Poids normal, N = 1154                                       74,0         63,4         74,5         90,0
Tension artérielle systolique normalea, N = 857              69,1         45,7         68,0         89,5
Tension artérielle diastolique normalea, N = 856             85,5         67,9         85,3         96,5
* Le nombre entre parenthèses indique le nombre de centres ayant obtenu un score de 100% pour l'indicateur
concerné.
a
  Sur la base d'une analyse de 14 centres. Un centre n'a rapporté aucune valeur de la tension artérielle.

16
3.2.         Evolution des scores des indicateurs entre 2008 et 2011
Le Tableau 5 montre l’évolution des scores sur les indicateurs de processus et de résultats au fil des
ans. En ce qui concerne les indicateurs de processus, les rapports d’IMC et de tension artérielle ont
été plus fréquents en 2011 qu’en 2008. En revanche, le dépistage de la rétinopathie et de la
néphropathie a eu lieu moins souvent en 2011 qu’en 2008, bien que la baisse dans la population cible
ne soit tout juste pas significative (P = 0,056) en ce qui concerne la rétinopathie. Cette baisse a été la
conséquence d’une diminution significative dans un petit nombre de centres (1 à 2), plutôt que d’une
légère diminution dans tous les centres (voir tableau de l’annexe B).

Quant aux indicateurs de résultats, les évolutions ont été très faibles. Seule la tension artérielle
systolique a connu une baisse significative du score en 2010 par rapport à 2008, suivie d’une
normalisation en 2011.

Depuis 2008, il y a une légère baisse non significative de la proportion de patients qui obtenaient la
valeur cible de l’HbA1c de 7,5%. Cette légère baisse du score a cependant été déterminée par 3
centres qui affichaient une baisse significative entre 2010 et 2011 (voir le tableau de l’annexe B).
Cette observation montre qu’il est important d’étudier l’évolution des scores également au niveau du
centre et non pas seulement dans tout l’échantillon. Pour un centre individuel, cette information peut
en effet être utile lors de la recherche d’explications éventuelles et contribue à l’instauration
d’initiatives de promotion de la qualité. Dorénavant, les rapports de feed-back individualisés que les
centres reçoivent après la collecte de données indiqueront pour chaque indicateur comment le score
actuel se comporte par rapport au score au cours des collectes de données antérieures.

                                                                                                        17
Tableau 5 : évolution des scores des indicateurs entre 2008 et 2011.
                                                                               Année
                                                          2011                  2010                  2008
Taille de l’échantillon (no. de centres)                1184 (15)             1195 (13)              974 (12)
Indicateurs de processus
Au moins 1 détermination de l’HbA1c                        99,4                 99,7a                  98,5
                                                        (98,0-100,0)          (98,0-100,0)          (94,1-100,0)
Au moins 3 déterminations de l’HbA1c                       85,3                  87,6                     -
                                                        (44,7-100,0)          (53,6-100,0)
Détermination de l’IMC                                   98,2aaa                97,0a                  94,7
                                                        (82,8-100,0)          (80,0-100,0)          (40,7-100,0)
Détermination de la tension artérielle
 tous les patients                                      72,7aaabbb               65,4                  61,4
                                                        (0,0-100,0)            (0,0-98,0)            (0,0-100,0)
  ≥ 12 ans (réf. 9)                                      78,2aaa                74,1aa                 65,0
                                                        (0,0-100,0)           (0,0-100,0)            (0,0-100,0)
Détermination des lipides sériques
 tous les patients                                         84,7                  82,0                     -
                                                        (35,9-100,0)          (7,1-100,0)
  ≥ 12 ans (réf. 9)                                        86,3                  86,0                     -
                                                        (43,1-100,0)          (12,0-100,0)
Dépistage de la rétinopathie
 tous les patients                                        47,7aa                47,3aa                 54,5
                                                        (17,7-100,0)          (21,9-100,0)          (11,8-100,0)
  ≥ 11/2 ou ≥ 9/5 ans (réf. 9)                             60,5                  61,1                  66,8
                                                        (23,1-100,0)          (32,4-100,0)          (17,7-100,0)
Dépistage de la néphropathie
(microalbuminurie)
  tous les patients                                       70,5b                  75,5                  73,4
                                                        (16,1-100,0)          (17,5-98,7)           (13,4-100,0)
  ≥ 11/2 ou ≥ 9/5 ans (réf. 9)                           75,8aab                 82,0                  82,7
                                                        (0,0-100,0)           (14,0-100,0)          (18,2-100,0)
Dépistage de la neuropathie                              32,1bbb                 22,3                     -
                                                         (0,0-96,3)            (0,0-96,1)
Dépistage de la coeliaquie                                 87,1                  87,0                  84,7
                                                        (49,5-98,3)           (26,3-100,0)          (25,7-100,0)
Dépistage de l’auto-immunité thyroïdienne                  87,9                  87,6                  87,3
                                                        (48,5-100,0)          (58,5-100,0)          (25,0-100,0)
≥ 3 consultations en 2011                                98,6aaa                98,4aa                 95,4
                                                        (95,5-100,0)          (93,4-84,9)           (84,9-100,0)
Indicateurs de résultats
Atteinte des valeurs cibles de l’HbA1c
  < 7,0% (adultes, ADA)                                    19,9                  19,7                  20,0
                                                         (3,8-33,7)            (8,8-32,7)            (3,1-38,7)
  < 7,5% (ISPAD)                                           37,2                  37,8                  40,5
                                                        (13,5-59,0)           (17,6-55,8)            (9,4-59,7)
  valeurs cibles propres à l’âge (ADA)                     49,7                  48,7                  52,6
                                                        (28,9-69,9)           (32,8-67,3)            (25,0-79,0)
  < 9,0%                                                   84,5                  83,6                  85,4
                                                        (78,2-92,1)           (74,4-94,2)            (76,5-94,3)
Absence d’hypoglycémie                                     93,5                  95,8                  93,4
                                                        (66,7-100,0)          (86,5-100,0)          (77,4-100,0)
Absence d’hospitalisations pour une ACD                    97,2                  96,6                  97,1
                                                        (91,7-100,0)          (93,1-100,0)          (90,6-100,0)
Poids normal                                               74,0                  74,6                  74,7
                                                        (63,4-90,0)           (64,2-89,5)            (60,3-85,9)
                                                                 b                     a
Tension artérielle systolique normale                     69,1                  63,2                   70,0
                                                        (45,7-89,5)           (34,1-94,7)            (41,0-97,6)
Tension artérielle diastolique normale                     85,5                  85,2                  88,9
                                                        (67,9-96,5)           (68,3-97,4)            (80,5-95,5)
Le tableau montre les scores dans l’échantillon total, suivi par le score minimal et maximal propre au centre entre
parenthèses.
a, aa, aaa
           Valeur P par rapport à 2008 (< 0,05 ou < 0,01 ou < 0,001).
b, bb, bbb
           Valeur P par rapport à 2010 (< 0,05 ou < 0,01 ou < 0,001).

18
3.3.     Caractéristiques, traitement et résultats des patients de
        l'échantillon de l'IPQE-EAD
        3.3.1.       Caractéristiques démographiques, socioéconomiques
            et liées au diabète

L'échantillon nettoyé contenait 1184 enregistrements uniques provenant de 15 centres. Il comportait
considérablement plus de garçons que de filles (rapport garçon/fille : 1/0,862). L'âge médian était de
12,91 ans (intervalle interquartile, IQR : 9,55 à 15,68 ans) et ne présentait aucune différence
significative selon le sexe. La figure 2 montre la distribution des âges selon le sexe. Environ la moitié
des patients étaient âgés de 10 à 15 ans. Cinquante-cinq patients (4,6%) ont atteint l'âge de 18 ans
en 2011.

                                600

                                500
                                                            282                      fille
                                400                                                  garçon
                 patients (n)

                                300

                                200                                     114
                                                104         322
                                100    48
                                                114                     139
                                       61
                                 0
100

                                  80
                   patients (n)
                                  60

                                  40

                                  20

                                   0

                                        0              5           10            15         20
                                                       âge lors du diagnostic (ans)
               Figure 3 : distribution de l'âge au moment du diagnostic du diabète de type 1.

Chez 112 patients (9,5%), les problèmes linguistiques empêchaient la communication entre le
patient/les parents et l’équipe de diabète. Dans trois quarts des cas (76,9%), il n’y avait de problèmes
de communication qu’avec le patient ; dans les autres cas, les problèmes de communication étaient
présents tant avec le patient qu'avec les parents. Les patients présentant des problèmes de
communication avaient plus souvent 2 parents d’ethnicité non caucasien, étaient significativement
plus jeunes et avaient une durée du diabète significativement plus courte.

         3.3.2.     Développement des enfants et adolescents atteints de
             diabète de type 1

La taille et le poids ont été comparés avec les courbes de croissance flamandes afin de vérifier si le
développement des enfants et adolescents atteints de diabète de type 1 se déroulait normalement.
Les valeurs de la taille ou du poids manquaient chez 21 patients (1,8%) et les valeurs z n'ont pas pu
être calculées chez 9 patients supplémentaires. Par conséquent, les données anthropométriques de
1154 patients (97,5%) étaient entièrement connues.

Tableau 6 : valeurs z médianes (IQR) pour la taille, le poids et l'IMC de l'échantillon total et stratifiées
selon l’ethnicité des parents.
                                                                 Ethnicité des parents*
                                   Tous les patients       Caucasienne      Non caucasienne          P°
                                       (N = 1154)            (N = 921)           (N = 227)
Valeur z pour la                          0,02                  0,09               -0,20           0,001
taille                               (-0,69 à 0,67)        (-0,67 à 0,76)     (-0,88 à 0,48)
Valeur z pour le                          0,39                  0,34                0,66          < 0,001
poids                                (-0,22 à 1,08)        (-0,27 à 1,02)     (-0,09 à 1,29)
Valeur z pour                             0,48                  0,40                0,88          < 0,001
l'IMC                                (-0,23 à 1,16)        (-0,31 à 1,03)      (0,17 à 1,48)
* N < 1154 car seuls les patients dont la valeur z pour l'IMC et l’ethnicité des parents étaient connues ont été
analysés.
° Valeur P des parents caucasiens par rapport aux parents non caucasiens.

Le tableau 6 montre que, par rapport à la population de référence flamande, l'échantillon de patients
atteints de diabète de type 1 était un peu plus grand mais surtout beaucoup plus lourd. Par
conséquent, les valeurs de l'IMC propres à l'âge et au sexe étaient systématiquement supérieures à
celles de la population de référence. En outre, il s'avère que les patients dont les parents ne sont pas
d’ethnicité caucasienne étaient significativement plus petits et plus lourds pour leur âge et avaient
donc une valeur z significativement plus élevée pour l'IMC. À cet égard, il convient de souligner qu'en

20
principe, les courbes de croissance flamandes ne conviennent pas pour suivre le développement
d'enfants d'origine non flamande. Ces données sont très comparables sur tous les points à celles des
échantillons de 2008 et 2010.

         3.3.3.           Schéma insulinique et contrôle métabolique

Le tableau 7 montre quelques caractéristiques des patients pour chaque schéma insulinique. Le
schéma basal-bolus était encore toujours le schéma le plus fréquemment utilisé, suivi du schéma
“freemix” et des pompes à insuline. Depuis 2008, il n’y a pas de différences significatives dans la
répartition des schémas insuliniques. La proportion d’utilisateurs de pompe était comparable à celle
de l’étude Hvidøre en 2005 (15%, réf. 1), mais se situait bien en dessous des centres
allemands/autrichiens en 2007 (26%, réf. 16) et des centres norvégiens en 2005 (37%, réf. 17).

Tableau 7 : schémas insuliniques et caractéristiques correspondantes des patients avec une durée du
diabète ≥ 1 an.
Schéma            N       Age, ans        Durée du          Auto-           Dose          HbA1c, %
                 (%)                     diabète, ans     contrôlesc     d’insulined
Basal-           594         14,3             5,2              4             0,99             7,8
bolus          (56,7)    (11,5-16,2)       (2,9-8,4)         (4-5)       (0,82-1,19)       (7,2-8,6)
Freemixa         313       12,4***           4,4*              4            0,90**          7,5***
               (29,9)     (9,1-15,3)       (2,5-7,6)         (4-5)       (0,73-1,11)       (6,9-8,2)
Pompe            125       11,7***            6,0           6***°°°       0,77***°°°        8,0°°°
               (11,9)     (8,6-14,7)       (3,4-8,4)         (4-6)       (0,64-0,94)       (7,4-8,6)
Autreb            15         12,8             5,3              4             0,94             8,0
                (1,4)     (9,7-14,8)       (3,2-7,5)         (3-4)       (0,83-1,04)       (7,3-8,6)
Total         1047           13,4             5,0              4             0,93             7,7
              (100,0)    (10,1-15,9)       (2,8-8,2)         (4-5)       (0,77-1,15)       (7,1-8,5)
La fréquence (%) ou médiane (IQR) est affichée. Tests de la somme des rangs de Wilcoxon par paires, suivi par
une correction de Holm.
* P < 0.05, ** P < 0.01, *** P < 0.001 vs. basal-bolus.
° P < 0.05, °° P < 0.01, °°° P < 0.001 vs. freemix.
a
  Schéma consistant en l’administration de mélanges d’insuline individualisés 2 fois par jour avec ou sans une
troisième administration d’insuline à action (ultra)rapide.
b
  Autres schémas d’insuline, notamment les mélanges d’insuline standard (N = 9).
c
  Nombre moyen d’autocontrôles glycémiques par jour.
d
  Exprimée en unités internationales (UI)/kg/jour.

Le schéma basal-bolus a été appliqué chez des patients plus anciens tandis que les pompes à
insuline ont été utilisées chez des patients plus jeunes ayant cependant une longue durée du diabète.
Les utilisateurs de pompe effectuaient plus d’autocontrôles glycémiques que les autres patients et
utilisaient la dose d’insuline la plus faible. Ces constats ne diffèrent pas de ceux des collectes de
données antérieures.

La valeur médiane de l’HbA1c différait significativement en fonction du schéma insulinique (tableau 7).
Après correction des différences d'âge et de durée de diabète, il apparut que l’HbA1c des patients
traités avec une pompe à insuline était supérieur à celui des patients traités selon l'un des trois autres
schémas (tableau 8). Le tableau 8 affiche également les résultats pendant les précédentes collectes
de données. Il ressort que l’association entre le schéma insulinique et l’HbA1c n’est pas stable : en
2008 (tendance) et en 2011, l’HbA1c chez les patients traités avec une pompe était significativement
plus élevé, mais ce n’était pas le cas en 2010. Il n’existe aucune explication spécifique à ce
phénomène. Les mêmes résultats ont été obtenus lorsque les échantillons de 2010 et 2011 étaient
limités aux patients des 12 centres qui participèrent en 2008 (résultats non affichés).

La valeur médiane de l’HbA1c, indépendamment du schéma insulinique, n’affichait aucune différence
significative avec celle de 2008 ou 2010. Comparativement à l’étude Hvidøre, l’HbA1c en 2011 dans
l’IPQE-EAD était surtout plus bas chez les -11 ans (7,6% contre 8,0%, réf. 18) ; la différence chez les
+11 ans était moins prononcée (8,1% contre 8,2%, réf. 19).

                                                                                                            21
Vous pouvez aussi lire