Le domaine sanitaire et social en Ile-de-France (2/2)

 
CONTINUER À LIRE
n ° 1 5 - O c to b re 2011

 InfoCarif

                                                               Des données, une synthèse
UNE PUBLICATION DU GIP CARIF ILE-DE-FRANCE

                 Le domaine sanitaire et social
                     en Ile-de-France (2/2) :
            un portrait de l’emploi et de la
            formation des aides-soignants et
            des aides médico-psychologiques

Après l’emploi dans le secteur
et les professions dans le do-
maine sanitaire et social, le re-
                                                 Ce deuxième volet relatif au domaine sanitaire et social est consacré
gard est porté sur la relation                   à l’emploi et à la formation des aides-soignants et des aides médico-
emploi-formation pour les mé-                    psychologiques.
tiers d’aide-soignant et d’aide
                                                 Il s’inscrit dans un contexte particulier de vieillissement de la
médico-psychologique.
                                                 population qui nécessite de mobiliser des professionnels bien formés
Quels enjeux        traversent                   et disponibles, les besoins en recrutement dans les métiers dits « de la
ces métiers ?                                    dépendance » étant importants.
Qui sont les étudiants ?                         On le devine, les enjeux de la formation sont nombreux. D’autant que
                                                 si l’exercice professionnel est fortement réglementé pour certains
Quelles sont les caractéris-
                                                 métiers ou fonctions, la diversité prévaut : la certification n’est pas
tiques des actifs en emploi ?                    la règle et, parfois, le nombre de faisant-fonction peut s’avérer
                                                 conséquent.

                        CARIF Ile-de-France - Centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation en Ile-de-France - www.carif-idf.org Oc to b re 2 0 1 1

                                                                                                                                                                            1
Focale

  Des enjeux importants liés au vieillissement
  et aux équipements en structures d’accueil
Les aides-soignants et les aides médico-
                                                             Encadré : La nouvelle fonction d’assistant de soins en gérontologie
psychologiques sont deux métiers alimentés
par des formations de niveau V, le premier                   Le volet médico-social du plan « Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012 »
niveau de diplôme1.                                          a prévu, pour renforcer la prise en charge à domicile par des équipes spécialisées,
L’évolution des besoins associés à la dépen-                 la création de la fonction d’assistant de soins en gérontologie.
dance place ces professionnels dans une                      L’assistant intervient auprès de personnes âgées, en situation de grande dépendance
position particulière. L’INSEE estime qu’en                  et/ou présentant des troubles cognitifs, nécessitant des techniques de soins et d’ac-
Ile-de-France, ils représenteraient d’ici 2020               compagnement spécifiques. Il/elle travaille dans le cadre d’une équipe pluri - profes-
un emploi sur quatre, qu’il soit exercé à                    sionnelle soit au domicile, rattaché à un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD),
domicile ou en institution. Par exemple,                     soit en établissement soit à l’hôpital.
le nombre d’emplois d’aides-soignants
à domicile serait multiplié par un peu plus                  Les activités relèvent de l’accompagnement, du soutien et de l’aide individualisée ; de
de 2,62. Au total, les besoins en emplois                    soins quotidiens ; de la réhabilitation et de la stimulation des capacités ; de la com-
supplémentaires se situeraient entre                         munication et de la relation à l’environnement. La fonction peut être exercée par les
37 000 et 48 000 (INSEE, 2009).                              aides-soignants et les aides médico-psychologiques en activité auprès de personnes
                                                             atteintes par la maladie, et qui auront été spécifiquement formés à cet effet.
De ce fait, la formation des étudiants
représente un enjeu extrêmement impor-                       D’une durée de 140 heures, la formation doit être suivie en totalité sur une période
tant3 et celle des professionnels également,                 de douze mois. Elle concerne notamment les professionnels de la fonction publique
comme l’illustre la nouvelle fonction                        hospitalière, du secteur de l’aide à domicile et des établissements et services médico-
d’assistant de soins en gérontologie                         sociaux privés non lucratifs.
que peuvent exercer des professionnels                       Au moins 3 600 assistants devraient être formés d’ici fin 2012 (Caisse Nationale de
confirmés (encadré).                                         Solidarité pour l’Autonomie).

                                                                                                                           Les besoins liés à l’évolution attendue de la
                                                                                                                           dépendance auront également un impact
Tableau 1 : Taux d’équipement en lits ou places                                         Ile-de-                            sur les activités relevant du secteur sani-
                                                                                                         France
pour 1 000 personnes (au 1er janvier 2010)                                              France                             taire et social, où ces deux métiers sont
                                                                                                                           majoritairement mais diversement repré-
 Personnes âgées (pour 1 000 habitants de 75 ans et +)                                                                     sentés : les aides-soignants exercent plutôt
 Taux d'équipement en structures d'hébergement complet                                                                     dans la santé humaine contrairement aux
                                                                                           111,0            121,4
 (maisons de retraite, logements-foyers, hébergement temporaire)                                                           aides médico – psychologiques qui sont
 Taux d'équipement en places de services de soins à domicile                               19,5             19,1           principalement employés dans l’héberge-
                                                                                                                           ment médico-social et social, surtout auprès
 Taux d'équipement en lits médicalisés (EHPAD, soins de longue                                                             de personnes handicapées.
                                                                                           78,9             101,3
 durée)
                                                                                                                           Les réponses apportées par ces métiers
 Adultes handicapés (pour 1 000 habitants de 20 à 59 ans)                                                                  pourraient être fortement contraintes en
 Taux d'équipement en Maison d'Accueil Spécialisée (MAS)                                   0,43             0,64           Ile-de-France. En effet, la densité des aides-
 Taux d'équipement en foyer d'accueil médicalisé                                           0,32             0,51           soignants est légèrement moindre qu’en
                                                                                                                           province, et très nettement inférieure pour
 Taux d'équipement en foyer de vie                                                        0,65              1,34           les aides médico-psychologiques. De plus,
 Taux d'équipement en Etablissement et Service d'Aide par le Travail                       2,30             3,35           les taux d’équipement en structures d’accueil
                                                                                                                           et d’hébergement pour les personnes âgées,
 Enfants handicapés (pour 1 000 jeunes de moins de 20 ans)
                                                                                                                           les adultes et enfants handicapés connais-
 Taux d'équipement global en lits-places d'enfants                                         6,7                9            sent en Ile-de-France des valeurs systéma-
Source : Statiss 2010 ; d’après DREES, Finess, enquête ES, DRJSCS ; traitement OREF Ile-de-France                          tiquement inférieures au niveau national,
                                                                                                                           quel que soit le type de public et d’équipe-
                                                                                                                           ment (tableau 1).

1 Quatre autres formations paramédicales et sociales sont principalement alimentées par des formations de niveau V : auxiliaire de puériculture, ambulancier,
  assistant familial et auxiliaire de vie sociale.
2 On ne peut évidemment pas exclure des enjeux liés à la dépendance les métiers de l’aide à domicile, auxquels contribuent les auxiliaires de vie sociale, ni
  les objectifs de développement économique qui leur sont associés (Goyaux, 2010).
3 Le développement qui suit illustre ces préoccupations : il est une synthèse d’une étude réalisée pour le service des formations sanitaires et sociales du
  Conseil régional d’Ile-de-France.
                                CARIF Ile-de-France - Centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation en Ile-de-France - www.carif-idf.org Oc to b re 2 0 1 1

                                                                                                                                                                                    2
Focale

  Emploi et formation des aides - soignants en Ile-de-France
Le métier d’aide-soignant consiste à accom-
pagner les personnes dans la réalisation des                 Graphique 1 : Secteur d’activité des aides-soignants
activités de la vie quotidienne et à réaliser
les soins liés aux fonctions d’entretien et de
continuité de la vie. L’aide-soignant contri-
bue à leur bien-être et à leur faire recouvrer,
dans la mesure du possible, leur autonomie.
Il travaille en collaboration et sous la respon-                                                                                          Autres secteurs
sabilité d’un infirmier, le plus souvent au sein
d’une équipe pluri - professionnelle.                                                                                                     Action sociale sans hébergement

Plus de 50 000 aides - soignants en                                                                                                       Hébergement médico-social
emploi, principalement dans la santé
                                                                                                                                          Santé humaine
humaine
50 400 aides-soignants travaillent en Ile-
de-France. Ils représentent 17 % de cette
profession en France. Moins féminisée qu’en
province (84 % contre 91 %), la population
francilienne y est en moyenne aussi âgée
(40 ans).                                                             Ile-de-France                         Province

                                                             Source : Recensement de la population 2007 au lieu de résidence, INSEE; traitement : OREF
                                                             Ile-de-France
    Environ neuf aides-
    soignants sur dix tra-
                                                        franciliens travaillent plus fréquemment à                        Val-de-Marne) ; c’est à Paris qu’ils sont les
    vaillent dans le sec-
                                                        temps complet (88 % contre 75 %) et occu-                         moins nombreux (9 %). Quatre salariés sur
    teur sanitaire et social                            pent plus souvent un emploi stable (CDI ou                        dix travaillent hors de leur département de
                                                        fonctionnaire) qu’en province (90 % contre                        résidence.
                                                        87 %).
                                                                                                                          Environ neuf aides-soignants sur dix tra-
Tous les aides-soignants sont salariés, contrai-        Près d’un aide-soignant sur deux réside                           vaillent dans le secteur sanitaire et social
rement aux infirmiers qui peuvent exercer               dans les trois départements de l’Est franci-                      (graphique 1). Davantage concentrés dans
leur activité en libéral. Les professionnels            lien (Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne et                        la santé (68 %) en Ile-de-France, les aides-
                                                                                                                          soignants franciliens sont moins présents
                                                                                                                          dans l’hébergement médico-social et social
Tableau 2 : Domiciliation des étudiants en 2008                                                                           qu’en province (15 % contre 24 %). Ils sont
                                                                                                                          peu représentés dans l’action sociale sans
                                                              Avant leur inscription,                                     hébergement sur l’ensemble du territoire
            Département                                     les étudiants vivaient déjà                                   national (5 %).
            de formation
                                                      dans ce                                                             3 800 étudiants en 2009
                                                                                      en Ile-de-France
                                                    département                                                           En 2009, 3 484 étudiants franciliens sont
                                                                                                                          inscrits dans l’un des 90 établissements de
 Essonne                                                    81 %                                88 %
                                                                                                                          formation d’aide-soignant, soit 16 % de l’en-
 Val-d'Oise                                                 76 %                                92 %                      semble des étudiants en France. Redoublants
 Seine-et-Marne                                             75 %                                85 %                      inclus, le potentiel de formés en établisse-
                                                                                                                          ment est de 3 793 étudiants.
 Yvelines                                                  66 %                                 82 %
 Val-de-Marne                                               65 %                                96 %                      Paris et les départements de la petite cou-
                                                                                                                          ronne forment la grande majorité des étu-
 Seine-Saint-Denis                                          53 %                                89 %
                                                                                                                          diants. 31 % des étudiants sont formés dans
 Hauts-de-Seine                                             45 %                                93 %                      le Val-d’Oise, les Yvelines, la Seine-et-Marne
 Paris                                                      20 %                                87 %                      ou l’Essonne.
 Total                                                           -                              89 %                      Globalement, neuf étudiants sur dix vivaient
Source : enquête-écoles 2009, DREES ; traitement : OREF Ile-de-France                                                     déjà en Ile-de-France (tableau 2). Le recru-

                               CARIF Ile-de-France - Centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation en Ile-de-France - www.carif-idf.org Oc to b re 2 0 1 1

                                                                                                                                                                                   3
Focale

tement des établissements des départe-                         Graphique 2 : Niveau de formation des futurs étudiants
ments de la grande couronne est surtout
local, plus des deux tiers des étudiants y
résident déjà. Inversement, le recrutement
des établissements de Paris et de la petite                       45% 45%                                                                      Ile-de-France
couronne est régional (deux tiers des étu-
diants qui y sont formés vivent dans un autre                                                                                                       Province
département francilien).                                                                          19%
Souvent enfants             d’employés            et                                      26%
d’ouvriers
Les étudiants franciliens sont surtout enfants
d’employés (34 %) ou d’ouvriers (26 %), plus                                                                       16%
rarement de cadres (14 %) ou des professions                                                                               11%
intermédiaires (7 %).                                                                                                                               8%             7%
                                                                                                                                           6%
                                                                                                                                                                            3%
                                                                                                                   Primaire ou                                         Non
                                                                    CAP-BEP                    Bac                                            Bac +2
    Les futurs étudiants                                                                                           Secondaire                                        réponse

    ont un niveau de for-
    mation moins élevé                                         Source : enquête-écoles 2009, DREES ; traitement : OREF Ile-de-France

    qu’en province                                        inférieur au baccalauréat (graphique 2).                          Près de quatre futurs étudiants sur dix ont
                                                          Cette proportion est plus élevée en Ile-de-                       quitté leur région à la fin des études secon-
                                                          France du fait de la part plus importante                         daires pour s’installer en Ile-de-France.
Ces origines socioprofessionnelles se distin-             des élèves ayant un niveau d’études pri-
                                                          maires ou secondaires (16 % contre 11 % en                        La moitié des étudiants était en emploi
guent fortement de ce qui est observé en
région, tous métiers confondus : les actifs               province) et des élèves qui étaient déjà                          avant d’entrer en formation
franciliens sont majoritairement cadres, pro-             titulaires d’un diplôme sanitaire, médico-
                                                          social ou social avant leur entrée en                             L’accès à la formation est possible dès 17 ans
fessions intermédiaires ou employés (chaque                                                                                 après avoir réussi le concours d’entrée.
catégorie représente 27 %), plus rarement                 école de formation d’aide-soignant (22 %
                                                          contre 28 %).                                                     Mais les étudiants sont en moyenne plus
ouvriers (15 %) et artisans, commerçants                                                                                    âgés (30,5 ans sur l’ensemble du territoire).
(5 %). En province, sept étudiants sur dix sont                                                                             En Ile-de-France, la moitié des étudiants
                                                          Quelle que soit la région, 45 % des étudiants
enfants d’ouvriers (38 %) et d’employés (31 %).                                                                             travaillait avant d’intégrer leur formation
                                                          avaient un niveau CAP-BEP4.
                                                                                                                            (contre 59 % en province), le plus souvent
Près d’un étudiant sur deux a un niveau
                                                                    Repère : 32 % des étudiants                             dans le secteur hospitalier. Le chômage ou
CAP-BEP                                                                                                                     l’inactivité concernent 20 % des étudiants.
                                                                    aides-soignants ont un niveau
Globalement, les futurs étudiants d’Ile-de-                   égal ou supérieur au baccalauréat                             30 % des étudiants franciliens poursuivaient
France ont un niveau de formation moins                       contre 21 % des étudiants aides médico-                       leurs études secondaires ou une formation
élevé qu’en province : lorsqu’ils entrent en                  psychologiques, une formation sociale                         avant d’entrer à l’école d’aide-soignant. Cette
formation d’aide-soignant, six étudiants                      de niveau V.                                                  situation est plus fréquente qu’en province
franciliens sur dix ont un niveau d’études                                                                                  (19 %). Cette situation explique notamment

    Graphique 3 : Diplômés en Ile-de-France

                           Formation initiale                                                                                        83%
                                  Equivalence            7%
                                             VAE         6%
   Post VAE après parcours de formation                  4%

                                                     0                       20                       40                       60                        80                      100
    Source : DRJSCS, 2009 ; traitement : OREF Ile-de-France

4 Le certificat d’aptitude professionnelle et le brevet d’études professionnelles, des diplômes de niveau V, sont délivrés par l’Education nationale.

                                 CARIF Ile-de-France - Centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation en Ile-de-France - www.carif-idf.org Oc to b re 2 0 1 1

                                                                                                                                                                                       4
Focale

la part importante des moins de 25 ans en                    des étudiants en formation initiale ou                          alors qu’ils étaient admis en 2e année. Les
Ile-de-France (38 % contre 28 %).                            continue et de ceux qui n’ont pas obtenu                        étudiants qui ont obtenu leur diplôme par
                                                             leur validation des acquis de l’expérience                      la VAE représentent 6 % de l’ensemble.
3 800 diplômes délivrés en 2009                              (VAE) et doivent compléter leur formation
                                                             (on parle alors de post-VAE) (graphique 3).La                   Le diplôme d’aide-soignant représente
Au total, 3 795 diplômes ont été délivrés                                                                                    60% des diplômes sanitaires de niveau V
                                                             formation en établissement a concerné au
en 2009 par l’Etat5. Une partie des diplômes                                                                                 (tableau 3). Contrairement à ce qui est
                                                             total 90 % des diplômés. Les diplômés par
concerne les étudiants qui suivent une                                                                                       observé pour les formations sociales de
                                                             équivalence (7 % des diplômés) sont ceux
formation en école d’aide-soignant : il s’agit                                                                               niveau V, où la VAE a permis à 30 % des
                                                             qui ont interrompu leurs études d’infirmiers
                                                                                                                             étudiants d’acquérir leur diplôme en 2009,
                                                                                                                             seulement 5 % des étudiants en formation
Tableau 3 : DE Auxiliaire de Puériculture et DE Ambulancier (2009)
                                                                                                                             sanitaire de niveau V ont été diplômés par
                                                                                                                             cette voie.
                                                   DEAP                      DEA                        Total
                                                                                                                                        Repère : les diplômes d’Etat
 Formation initiale                                   1876                      396                     2272                            d’auxiliaire de puériculture (DEAP)
                                                                                                                                 et d’ambulancier (DEA), qui constituent
 VAE                                                  92                   sans objet                    92                      les deux autres diplômes de niveau V en
                                                                                                                                 santé, représentent respectivement 33%
 Total                                              1968                        396                     2364                     et 7% des diplômes décernés en 2009.

Source : DRJSCS, 2009 ; traitement : OREF Ile-de-France

  E m p l o i e t fo r m at i o n d e s a i d e s m é d i co -
                 psychologiques en Ile-de-France
Le métier d’aide médico-psychologique est                    professionnel paramédical et au sein d’une                     au niveau national. Davantage féminisée
défini par l’exercice d’une fonction d’accom-                équipe pluri - professionnelle.                                qu’en province (89 % contre 85 %), la popula-
pagnement et d’aide dans la vie quotidienne                                                                                 tion francilienne y est également plus jeune
auprès de personnes en situation de handicap                 4 800 aides médico-psychologiques en                           (36,1 ans en moyenne contre 37,2 ans).
ou dont la situation nécessite une aide au                   emploi, surtout dans l’hébergement
développement ou au maintien de l’auto-                                                                                     Tous les aides médico-psychologiques
                                                             médico-social et social
nomie sur le plan physique, psychique ou                                                                                    sont salariés. Plus souvent concernés par
social. Il travaille, selon les situations, sous la          L’Ile-de-France accueille 4 750 aides médico-                  un emploi précaire6 (19 % contre 17 % en
responsabilité d’un travailleur social ou d’un               psychologiques, soit 12 % de cette profession                  province), ils travaillent cependant davantage
                                                                                                                            à temps complet en Ile-de-France (90 %
    Graphique 4 : Activités des aides médico-psychologiques                                                                 contre 79 %). Ils vivent majoritairement en
                                                                                                                            grande couronne (71 %). Trois-quarts des
                                                                                                                            professionnels travaillent dans leur départe-
    Hébergement social handicapés                                    19%
             et malades mentaux                                              22%                                            ment de résidence.

         Hébergement médicalisé                                       17%
                personnes agées                                       17%
                                                                     17%                                                          Une population d’aides
         Hébergement médicalisé
              adultes handicapés                               13%                                                                médico-psycholo-
                                                                                        Ile-de-France
         Hébergement médicalisé                          14%                                                                      giques plus féminisée
             enfants handicapés                        11%                                   Province                             et plus jeune
         Hébergement social autre            6%
                                              7%

                  Autres activités                                            27%                                           Plus de 90 % des professionnels travaillent
                                                                                      30%
                                                                                                                            dans le secteur sanitaire et social, principa-
                                                                                                                            lement dans l’hébergement médico-social et
                                     0            5            10          15          20           25          30
                                                                                                                            social (graphique 4). L’hébergement médica-
    Source : recensement de la population 2007 au lieu de résidence, INSEE ; traitement : OREF
                                                                                                                            lisé regroupe la majorité des professionnels,
    Ile-de-France

5 Les directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) sont chargées de les délivrer.
6 Hors CDI et fonctionnaires.

                                 CARIF Ile-de-France - Centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation en Ile-de-France - www.carif-idf.org Oc to b re 2 0 1 1

                                                                                                                                                                                     5
Focale

   Graphique 5 : Niveau de formation des étudiants                                                                         rarement de cadres (14 %) ou de professions
                                                                                                                           intermédiaires (6 %). En province, ils se distin-
                                                                                                                           guent essentiellement par la part d’enfants
                                                                                                                           d’ouvriers (37 %) et d’employés (27 %).

                                                                            Ile-de-France                                  Un étudiant sur deux avait un niveau
          50%
                49%                                                                                                        CAP-BEP…
                                                                                  Province
                                                                                                                           Particularité francilienne, 71 % des inscrits
                                                                                                                           ont un niveau d’études secondaires inférieur
                                                                                                                           au baccalauréat (62 % en province). Cette
                                                       27%
                                                                                                                           proportion est plus importante que chez
                          21%                                                                                              les étudiants aides-soignants. La part élevée
                                                                                                                           des étudiants franciliens qui ont un niveau
                                                                                                                           primaire ou secondaire (21 % contre 13 % en
                                 13%            15%                                                                        province) et celle des provinciaux qui ont
                                                                               8%             8%
                                                                       6%                                                  le baccalauréat (27 % contre 15 % en Ile-de-
                                                                                                      3%                   France) expliquent cet écart7. Globalement,
          CAP-BEP         Primaire ou              Bac                   Bac +2                  Non                       la moitié se situe au niveau CAP-BEP, quelle
                          Secondaire                                                           réponse                     que soit la région (graphique 5).
   Source : enquête-écoles 2009, DREES ; traitement : OREF Ile-de-France                                                   De nombreux étudiants en formation d’aide
                                                                                                                           médico-psychologique sont originaires de
quel que soit le public bénéficiaire (personnes          Le recrutement des étudiants est local en                         province : après leurs études secondaires,
âgées, enfants et adultes handicapés), dans              grande couronne : Essonne, Seine-et-Marne                         35 % se sont installés en Ile-de-France.
une proportion plus élevée en Ile-de-France              et Yvelines (entre 80 % et 88 % des étu-
(48 %) qu’en province (41 %).                            diants y vivaient déjà). Inversement, 44 %
                                                                                                                                      Repère : L’origine provinciale
                                                         des étudiants de première année suivent
Environ 2 200 inscrits en formation                                                                                                   concerne 48 % des inscrits en
                                                         leur formation dans un autre département,
en 2009                                                                                                                        formation d’auxiliaire de vie sociale
                                                         principalement lorsqu’ils vivaient à Paris, dans
                                                                                                                               et 45 % des inscrits en formation
Avec 2 230 inscrits, l’Ile-de-France forme 18 %          les Hauts-de-Seine et en Seine-Saint-Denis
                                                                                                                               d’assistant familial, deux autres
des étudiants aides médico-psychologiques                (tableau 4).
                                                                                                                               formations en travail social de niveau V.
au niveau national en 2009. Les femmes sont
                                                         65 % des étudiants sont enfants
majoritaires, dans une proportion légèrement
supérieure en Ile-de-France. Les écoles des              d’employés ou d’ouvriers
                                                                                                                           …et six sur dix étaient en emploi avant
départements de la grande couronne for-                  Comme les étudiants en formation d’aide-                          de commencer leur formation
ment 55 % des étudiants.                                 soignant, les étudiants franciliens sont
Neuf étudiants sur dix vivaient déjà en                  majoritairement enfants d’employés (37 %),                        L’entrée en formation d’aide médico-psycho-
Ile-de-France avant d’entrer en formation.               d’ouvriers (27 %) et d’artisans (12 %), plus                      logique intervient tardivement : les étudiants

Tableau 4 : Domiciliation des étudiants en 2008

                      Département                                                   Avant leur inscription, les étudiants vivaient déjà
                      de formation                                        dans ce département                                            en Ile-de-France

  Essonne                                                                                    88 %                                                                 98 %
  Val-d'Oise                                                                                 86 %                                                                 89 %
  Seine-et-Marne                                                                             80 %                                                                 88 %
  Yvelines                                                                                    57 %                                                                 81 %
  Val-de-Marne                                                                                54 %                                                                92 %
  Seine-Saint-Denis                                                                           49 %                                                                95 %
  Hauts-de-Seine                                                                               31 %                                                               93 %
  Paris                                                                                        13 %                                                                72 %

Source : enquête-écoles 2009, DREES ; traitement : OREF Ile-de-France

7 On note également la fréquence plus importante en Ile-de-France des étudiants n’ayant pas répondu (8 % contre 3 % en province).

                                CARIF Ile-de-France - Centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation en Ile-de-France - www.carif-idf.org Oc to b re 2 0 1 1

                                                                                                                                                                                    6
Focale

Tableau 5 : Répartition des diplômés selon la voie de formation
  Voie de formation                  DEAMP                            DEAVS                           DEAF                            Total                         Effectifs
  VAE                                    11 %                          66 %                            23 %                           100 %                              787
  En école                              57 %                            23 %                           20 %                           100 %                             1845
  Total                                 44 %                           36 %                             21 %                          100 %                            2632
Source : DRJSCS, 2009 ; traitement : OREF Ile-de-France

sont âgés en moyenne de 33 ans, quelle que                formation en école (1 060) et, dans une faible                    est moindre qu’en province. La profession du
soit la région. La répartition des étudiants              proportion, par la voie de la validation des                      père est également diversement représen-
selon l’âge n’est pas spécifique à la région : les        acquis de l’expérience (86 étudiants). En                         tée : en Ile-de-France, les étudiants sont plus
moins de 35 ans représentent 58 %, comme                  volume, le DEAMP est le premier diplôme                           souvent enfants d’employés que d’ouvriers
au niveau national.                                       de niveau V en travail social (44 % des                           alors que l’inverse prévaut en province.
                                                          formations).
L’année précédant l’entrée à l’école, 58 %                                                                                  Quelles sont les principales distinctions entre
étaient en emploi et 20 % au chômage. Ces                 Deux autres formations au travail social de                       les métiers et les formations d’aides-soi-
proportions sont plus élevées en province.                niveau V préparent au diplôme d’Etat d’au-                        gnants et d’aides médico-psychologiques en
20 % des étudiants franciliens étudiaient ou              xiliaire de vie sociale (DEAVS) et d’assistant                    Ile-de-France ? Les aides-soignants travaillent
suivaient une formation l’année précédant                 familial (DEAF) : 937 DEAVS et 549 DEAF                           majoritairement dans la santé humaine alors
leur entrée à école (10 % en province). Un                ont été décernés en Ile-de-France en 2009                         que les aides médico-psychologiques exer-
tiers d’entre eux était au collège ou au lycée.           (tableau 5).                                                      cent surtout leur activité dans l’hébergement
                                                                                                                            médico-social et social. Le niveau de diplôme
Pour plus de la moitié des étudiants, l’entrée
                                                                                                                            des aides-soignants est plus élevé à l’entrée
dans la formation d’aide médico-psycholo-                            Repère : la VAE a diplômé 30 %
                                                                                                                            en formation que celui des aides médico-
gique confirme une orientation profession-                           des étudiants en formation
                                                                                                                            psychologiques. Les étudiants en formation
nelle ou de formation antérieure vers le                      sociale de niveau V en 2009. Elle est
                                                                                                                            d’aide-soignant sont également plus jeunes.
domaine social et médico-social.                              la première voie de formation des
                                                                                                                            La part des étudiants diplômés par la voie
                                                              auxiliaires de vie sociale (deux tiers de
En effet, la moitié travaillait dans ce secteur et                                                                          de la VAE est deux fois plus élevée chez
                                                               ces diplômés).
6 % suivaient une formation dans le domaine                                                                                 les aides médico-psychologiques, et plus
social. De même, 13 % des étudiants franciliens                                                                             généralement dans les formations sociales de
étaient déjà titulaires d’un diplôme social et            Le premier volet sur le domaine sanitaire et                      niveau V que dans les formations sanitaires.
2 % d’un diplôme paramédical (contre 16 % et              social consacré à l’emploi dans le secteur et                     La localisation géographique des étudiants
2 % en province).                                         les professions a montré qu’en Ile-de-France,                     et des actifs en emploi diffère également :
                                                          le métier d’aide médico-psychologique est                         les départements de la grande couronne
Environ 1 100 diplômés pour la première                   peu représenté. De même, le métier d’aide-                        forment la majorité des étudiants aides
formation en travail social de niveau V                   soignant y est plus souvent exercé par des                        médico-psychologiques qui y sont le plus
                                                          hommes.                                                           souvent résidents pendant leur formation et
En 2009, le diplôme d’Etat d’aide médico-
                                                          Les étudiants se distinguent sur deux points.                     lorsqu’ils exercent leur profession.
psychologique (DEAMP) a été décerné à 1 146
étudiants, essentiellement à l’issue d’une                Le niveau de diplôme à l’entrée en formation                                                         Nathalie Goyaux

                              Pour en savoir plus
   Bailleau G. (2010),                                      Goyaux N. (2010),                                              Observatoire UNIFAF (2010),
   « L’offre d’accueil collectif des                        « Quel développement des services                              L’aide-soignant dans la branche.
   enfants de moins de 6 ans en 2008 »,                     à la personne en Ile-de-France ? »,                            Résultats de l’enquête emploi 2007.
   Etudes et résultats, n° 715, DREES,                      Focale, n°12, OREF Ile-de-France,
                                                                                                                           Observatoire UNIFAF (2011),
   février 2010.                                            octobre 2010.
                                                                                                                           La filière éducative dans la branche.
   CEDIAS – Délégation ANCREAI Ile-                         Grenat P., Nahon S. (2011),                                    Résultats de l’enquête emploi 2007.
   de-France (2009),                                        « La formation aux professions
                                                                                                                           Arrêté du 23 juin 2010 relatif à la
   Etude sur le personnel des structures                    sociales en 2008 et 2009 », Séries
                                                                                                                           formation préparant à la fonction
   médico-sociales en faveur des                            Statistiques, n° 154, DREES, mars 2011.
                                                                                                                           d’assistant de soins en gérontologie
   enfants et adultes handicapés d’Ile-
                                                            INSEE (2009),                                                  publié au JO du 16 juillet 2010.
   de-France (ES 2006), mars 2009.
   Desrosières A., Thevenot L. (2002),                      « Regards sur la dépendance des
   Les catégories socioprofessionnelles,                    personnes âgées en Ile-de-France »,
   La Découverte, 2002.                                     octobre 2009.

                                 CARIF Ile-de-France - Centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation en Ile-de-France - www.carif-idf.org Oc to b re 2 0 1 1

                                                                                                                                                                                     7
Focale

     Sources et méthode

L’ é tat d e s l i e u x p ro p os é d a n s ce t te a p p ro c h e d u                 s at i s fa i s a n t s . D e s zo n e s d ’o m b re d e m e u re n t , p a r
d o m a i n e s a n i ta i re e t so c ial r é s u l te d ’a r b i t rage s             exemple sur l’alimentation des métiers par les non
concernant à la fois la définition de ses contours                                      d i p l ô m é s ( p o i d s d e s fa i s a n t - fo n c t i o n ) o u s u r le s
e t l ’a n alyse s tat i s t i q u e d e la re lat i o n e m p lo i                     d i f f é re n t s p a rco u rs p ro fe ss i o n n e l s ( n ota m m e n t
fo r m at i o n .                                                                       le p a ss age d ’u n m é t i e r à l ’a u t re) .
                                                                                        La convergence entre le diplôme et le métier n’est
Trois choix ont prévalu pour définir le périmètre
                                                                                        pas systématique, même si elle est particulièrement
d u c h a m p exa m i n é.
                                                                                        robuste dans le domaine sanitaire et social où les
                                                                                        métiers sont plus souvent réglementés qu’ailleurs,
     L e p re m i e r r é s u l te d e la lo i d u 1 3 ao û t 2 0 0 4
                                                                                        c ’e s t - à - d i re q u e l ’acc è s à l ’e m p lo i n’e s t a u to r i s é
     q u i a co n f i é a u x co n se i l s r é g i o n a u x la re s-
                                                                                        q u ’a u x t i t u la i re s d u d i p l ô m e co r re s p o n d a n t . Ce
     p o n s a b i l i t é d e s fo r m at i o n s p a ra m é d i cale s ,
                                                                                        d o c u m e n t r é s u l te d e l ’ex p lo i tat i o n d e p l u s i e u rs
     sociales et de sages-femmes 8 regroupées sous
                                                                                        so u rce s s u r l ’e m p lo i e t la fo r m at i o n .
     l ’ i n t i t u l é « fo r m at i o n s s a n i ta i re s e t so c iale s »
     (IAU, OREF Ile-de-France, 2007 ). L’entrée rete-                                   Le recensement (a n n é e 2 0 07 ) a p e r m i s d e re n-
     n u e d a n s ce p o r t ra i t se ca n to n n e d o n c à ce s                    se i g n e r le s a s p e c t s re lat i fs à l ’e m p lo i a u l i e u d e
     seules formations, excluant celles alimentant                                      r é s i d e n ce 1 0 . L e s d o n n é e s p rov i e n n e n t d e l ’ex-
     le s a u t re s m é t i e rs ( m é d e c i n e n ota m m e n t ) .                 p lo i tat i o n co m p l é m e n ta i re se lo n le s p ro fe ss i o n s
                                                                                        e t cat é go r i e s so c i o p ro fe ss i o n n e l le s . E n ra i so n
     Le second choix résulte de travaux régionaux                                       d u so n d age , le s r é s u l tat s t i r é s d e l ’ex p lo i tat i o n
     q u i o n t p e r m i s d e d re sse r u n e l i s te d e p ro-                    complémentaire ne sont significatifs que pour des
     fe ss i o n s , i ss u e s d e la n o m e n c lat u re d e s p ro-                 zones géographiques et /ou des sous-populations
     fe ss i o n s e t cat é go r i e s so c i o p ro fe ss i o n n e l le s            d ’u n e ta i l le s u f f i s a n te .
     (PCS), les plus proches des principaux métiers
     al i m e n t é s p a r le s fo r m at i o n s s a n i ta i re s e t                L e so n d age e n t ra î n a n t u n e i n ce r t i t u d e s u r le s
     so c iale s 9 : ce l le s - c i o n t é t é re te n u e s d a n s ce               résultats, seules les observations supérieures à 200
     d é ve lo p p e m e n t .                                                          o n t é t é re te n u e s . L e s d o n n é e s p rov i e n n e n t d e s
                                                                                        d é c la rat i o n s d e s p e rso n n e s e n q u ê t é e s , i n c l u a n t
     E n f i n , l ’a p p ro c h e d e l ’e m p lo i d u se c te u r a                  d e fa i t le s p ro fe ss i o n n e l s fa i s a n t fo n c t i o n .
     é t é c i rco n sc r i te a u x se u l s s ala r i é s ca r i l s y
     co n s t i t u e n t la g ra n d e m a j o r i t é d e s ac t i fs .               L’enquête - écoles de la DREES ( D i re c t i o n d e la
                                                                                        recherche, des études, de l’évaluation et des sta-
A cette définition partiale du périmètre du domaine                                     t i s t i q u e s d u m i n i s t è re e n c h a rge d e la s a n t é ) e s t
s a n i ta i re e t so c ial s’a j o u te n t le s co n t ra i n te s d e               m e n é e a n n u e l le m e n t a u p r è s d e s é ta b l i sse m e n t s
l ’a p p ro c h e s tat i s t i q u e d e la re lat i o n e m p lo i fo r-              de formation et des étudiants qui y sont inscrits.
m at i o n . L’u t i l i s at i o n e t la d i ve rs i t é d e s so u rce s             Les informations sont indiquées pour l’année civile
s tat i s t i q u e s re n d e n t d é l i cate ce t te a n alyse . L e u r             e t n o n l ’a n n é e d e fo r m at i o n (q u i p e u t d é m a r re r
confrontation ne permet pas de repérer des titu -                                       e n se pte m b re e t s’ac h eve r e n j u i n , p a r exe m p le) .
laires de diplômes d ’Etat de niveau V en ac tivité,                                    L e s é ta b l i sse m e n t s re n se i g n e n t s u r le s e f fe c t i fs
mais bien les professionnels en emploi d’une part                                       e t le s d i p l ô m e s . L e s d o n n é e s i n d i v i d u e l le s so n t
e t le s d i p l ô m é s d ’a u t re p a r t .                                          fournies par les étudiants (formation, statut, aide
                                                                                        f i n a n c i è re , a n n é e d e n a i ss a n ce , n i vea u d ’ é t u d e s ,
Les sources sur la formation et sur l’emploi étant                                      s i t u at i o n e t d o m i c i le l ’a n n é e p r é c é d e n te , e tc . ) .
d i s t i n c te s , le u r co m b i n a i so n fo u r n i t d e s p o i n t s          L e s i n fo r m at i o n s ex p lo i t é e s d a n s ce d o c u m e n t
d e co n ve rge n ce s a n s p o u r a u ta n t p e r m e t t re d e                    so n t i ss u e s d e l ’e n q u ê te 2 0 0 9.
d re sse r u n p a n o ra m a e t u n e m e s u re p le i n e m e n t

8 Les sages-femmes appartiennent aux professions médicales.
9 Il s’agit des travaux, notamment méthodologiques, réalisés par le groupe « Inter Carif Oref sanitaire et social ».
10 Les données disponibles concernent uniquement l’emploi au lieu de résidence (l’emploi est recensé au domicile de la personne). L’emploi au lieu
  de travail est inconnu. L’écart entre l’emploi au lieu de travail et l’emploi au lieu de résidence a été mesuré avec le recensement de 1999 pour la
  famille professionnelle des aides-soignants (elle regroupe les aides-soignants, les auxiliaires de puériculture, les aides médico-psychologiques ainsi
  que les assistants dentaires, médicaux et vétérinaires). 0,2 % des professionnels qui habitaient en Ile-de-France travaillaient dans une autre région.
  4,6 % des professionnels qui y travaillaient habitaient hors de la région.

                                   CARIF Ile-de-France - Centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation en Ile-de-France - www.carif-idf.org Oc to b re 2 0 1 1

                                                                                                                                                                                       8
Focale

Sources et méthode (suite de la page 8)

 Les données fournies par la Direction Régionale                                           L e c h a m p d e l ’ex p lo i tat i o n d e ce t te so u rce
 de la Jeunesse, des Spor ts et de la Cohésion                                             p a r l ’ I n se e co u v re ac t u e l le m e n t l ’e n se m b le d e s
 Sociale ( D R J SC S ) o n t p e r m i s d e val i d e r e t d ’ac-                       employeurs et de leurs salariés, à l’exception des
 tualiser les effectifs des diplômés en 2009 fournis                                       agents des ministères, titulaires ou non, des services
 p a r l ’e n q u ê te - é co le s d e la D R E ES e t le s e f fe c-                      d o m e s t i q u e s e t d e s ac t i v i t é s ex t ra - te r r i tor iale s .
 t i fs d e s d i p l ô m é s p a r la val i d at i o n d e s acq u i s d e
 l ’ex p é r i e n ce ( VA E ) .                                                           Ce t exa m e n d e la re lat i o n e m p lo i - fo r m at i o n a
                                                                                           u t i l i s é t ro i s t yp e s d ’e n t r é e s tat i s t i q u e.
 L’enquête Etablissements Sociaux et médico-
 sociaux ( ES ) e s t co n d u i te p a r la D R E ES a u p r è s                                L a p re m i è re e s t ce l le d e la nomenclature
 d e s é ta b l i sse m e n t s e t se r v i ce s acc u e i l la n t d e s                       d’activités française d e 2 0 0 8 . E l le a é t é
 p e rso n n e s h a n d i ca p é e s , ad u l te s e t e n fa n t s . E l le                    ex p lo i t é e d a n s se s d i f f é re n te s d é c l i n a i so n s
 re n se i g n e s u r le u r ac t i v i t é a i n s i q u e le s p r i n c i-                   ( 38, 88 et 732 postes) afin de détailler, jusqu’à
 p ale s ca rac t é r i s t i q u e s d e le u r p e rso n n e l e t d e s                       le u r n i vea u le p l u s f i n , le s ac t i v i t é s d e s é ta-
 p e rso n n e s acc u e i l l i e s .                                                           b l i sse m e n t s e t d e re p é re r le s p ro fe ss i o n n e l s
                                                                                                 e n e m p lo i . L’ac t i v i t é a p u ê t re a p p ro fo n d i e
 Par ailleurs, deux autres sources de données sont                                               v ia C L A P q u i o f f re , e n p a r t i c u l i e r, l ’ava n tage
 é vo q u é e s :                                                                                d ’at t é n u e r le s e f fe t s d e s i è ge e t d e l i sse r le
                                                                                                 n o m b re d ’ é ta b l i sse m e n t s d u fa i t d u c ro i se-
 La Statistique Annuelle des Etablissements (SAE)                                                m e n t d e s so u rce s .
 e s t u n e e n q u ê te ad m i n i s t rat i ve ex h a u s t i ve e t
 o b l i gato i re a u p r è s d e s é ta b l i sse m e n t s d e s a n t é                      L a d e u x i è m e e n t r é e e s t ce l le d e la
 i n s tal l é s e n F ra n ce . E l le i n c l u t le s s t r u c t u re s q u i                « profession » exercée. E ta n t u t i l i s é e p a r le
 ne réalisent qu’un seul t ype d ’h ospi talis atio n ou                                         recensement, la nomenclature des Professions
 q u i o n t u n e a u to r i s at i o n p o u r u n e se u le ac t i v i t é                    e t C at é go r i e s S o c i o p ro fe ss i o n n e l le s ( P C S )
 d e so i n s .                                                                                  autorise l’exploitation, pour chaque profession,
                                                                                                 de variables sociodémographiques et écono -
 L a S A E a t ro i s o b j e c t i fs p r i n c i p a u x :                                     m i q u e s a i n s i q u e le calc u l d e s i n d i cate u rs d e
      ca rac t é r i se r d e fa ç o n p r é c i se le s é ta b l i sse-                         d e n s i t é e t a u t re s rat i os .
      ments (structure, capacités, équipements des                                               L’e n t r é e p ro fe ss i o n ro m pt ave c l ’e n t r é e so u-
      p latea u x te c h n i q u e s e t p e rso n n e l s ) ;                                   ve n t u t i l i s é e d e s fa m i l le s p ro fe ss i o n n e l le s ,
      carac tériser l’ac tivité réalisée (par t ype d ’ac -                                      u n e n o m e n c lat u re é la b o r é e p a r la DA R ES 1 1
      t i v i t é o u d e d i sc i p l i n e d ’ é q u i p e m e n t ) ;                         q u i ag r è ge d e s p ro fe ss i o n s a u se i n d ’u n e
                                                                                                 m ê m e cat é go r i e e t p e r m e t d e ra p p ro c h e r le s
      recueillir des indicateurs sur la mise en œuvre                                            s tat i s t i q u e s d ’e m p lo i d e ce l le s d ’o f f re e t d e
      d e s p o l i t i q u e s n at i o n ale s e t le s u i v i d e s ac t i-                  d e m a n d e d ’e m p lo i .
      v i t é s d e so i n s so u m i se s à a u to r i s at i o n . L e s
                                                                                                 Pa r exe m p le la fa m i l le p ro fe ss i o n n e l le d e s
      d o n n é e s so n t co l le c t é e s a n n u e l le m e n t p a r
                                                                                                 aides-soignants réunit les professions d’aides-
      la D R E ES .
                                                                                                 so i g n a n t s , d ’a i d e s m é d i co - psyc h o lo g i q u e s ,
 La Déclaration Annuelle de Données Sociales                                                     d ’a u x i l ia i re s d e p u é r i c u l t u re e t d ’a ss i s ta n t s
 ( DA DS ) e s t u n e fo r m al i t é d é c la rat i ve q u e d o i t                           d e n ta i re s e t v é t é r i n a i re s . S i la fa m i l le p ro-
 acco m p l i r to u te e n t re p r i se e m p loya n t d e s s ala-                            fe ss i o n n e l le go m m e la d i ve rs i t é d e s ca rac-
 r i é s . D a n s ce d o c u m e n t co m m u n a u x ad m i n i s-                             t é r i s t i q u e s d e s ac t i fs e n e m p lo i e t i n te rd i t ,
 t rat i o n s f i scale s e t so c iale s , le s e m p loye u rs , y                            p a r d é f i n i t i o n , to u te a n alyse s p é c i f i q u e d e s
 compris les administrations et les établissements                                               p ro fe ss i o n s q u i la co m p ose n t , e l le p r é se n te
 publics, fournissent annuellement et pour chaque                                                d e s ato u t s , e n p a r t i c u l i e r ce l u i d ’ é v i te r u n
 é ta b l i sse m e n t , la m a sse d e s t ra i te m e n t s q u ’ i l s                       t ro p fa i b le n o m b re d ’o bse r vat i o n s .
 o n t ve rs é s , le s e f fe c t i fs e m p loy é s e t u n e l i s te                         Car l’analyse statistique des professions peut
 n o m i n at i ve d e s s ala r i é s i n d i q u a n t p o u r c h ac u n ,                    se h e u r te r à u n e co n t ra i n te fo r te , i n d u i te
 le montant des rémunérations salariales perçues.                                                p a r l ’u t i l i s at i o n d u so n d age (c ’e s t le ca s d e

 11 Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques du Ministère en charge de l’emploi.

                           CARIF Ile-de-France - Centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation en Ile-de-France - www.carif-idf.org Oc to b re 2 0 1 1

                                                                                                                                                                               9
Focale

  Sources et méthode (suite de la page 9)

      l ’e n q u ê te e m p lo i e t d u re ce n se m e n t ) e t u n                         L e s a i d e s m é d i co - psyc h o lo g i q u e s so n t p e u
      n o m b re i n s u f f i s a n t d ’o bse r vat i o n s .                               n o m b re u x : le u r d é n o m b re m e n t , s u r to u t s’ i l
                                                                                              est issu d ’un sondage, peut être soumis à des
      A défaut d’un échantillonnage suffisant, nombre
                                                                                              variations. Toutefois, la déclaration est égale-
      d ’ i n fo r m at i o n s fo n t d é fa u t . O n p e u t é gale-
                                                                                              m e n t le r é s u l tat d e la re p r é se n tat i o n so c iale
      m e n t c i te r l ’e n q u ê te G é n é rat i o n d u C E R E Q
                                                                                              d e la p ro fe ss i o n . O r, co m m e l ’o n t m o n t r é
      q u i , e n I le - d e - F ra n ce , p e r m e t d e co n n a î t re
                                                                                              le s t rava u x d e D e s ros i è re s e t T h eve n ot , le s
      l’inser tion des infirmiers, suffis amment nom-
                                                                                              va r iat i o n s d e d é c la rat i o n e t d e c h i f f re m e n t
      b re u x . M a i s se u le u n e ex te n s i o n r é g i o n ale
                                                                                              d ’u n e p ro fe ss i o n so n t d ’a u ta n t p l u s g ra n d e s
      d e ce t te e n q u ê te , e n acc ro i ss a n t la ta i l le d e
                                                                                              q u e l ’ i m age so c iale d e ce l le - c i e s t p l u s fa i-
      l ’ é c h a n t i l lo n d a n s la r é g i o n , p e r m e t t ra i t d e
                                                                                              b le m e n t co n s t i t u é e .
      se p e n c h e r s u r le d eve n i r p ro fe ss i o n n e l d e s
      j e u n e s a u t re s d i p l ô m é s .
                                                                                               La troisième entrée est celle de la formation.
                                                                                               E l le a re p os é s u r l ’ex p lo i tat i o n d e l ’e n q u ê te
      L a P C S e s t u n e va r ia b le é gale m e n t re m p l i e
                                                                                               - é co le s , p r é c i e u se so u rce d ’ i n fo r m at i o n
      d a n s la d é c la rat i o n a n n u e l le d e s d o n n é e s
                                                                                               p e r m e t ta n t d e re p é re r le s é co le s d i s p e n s a n t
      so c iale s 2 0 0 8 ( DA DS ) . L a q u al i t é d e s d é c la-
                                                                                               le s fo r m at i o n s s a n i ta i re s e t so c iale s e t d e
      rat i o n s d e s e m p loye u rs a é t é te s t é e p o u r
                                                                                               co n n a î t re le s é t u d ia n t s .
      le s p ro fe ss i o n s d ’a i d e s - so i g n a n t s e t d ’a i d e s
      m é d i co - psyc h o lo g i q u e s .                                                  Le domaine s anitaire et social est par ticulier,
                                                                                              certains métiers ou fonctions étant réglemen -
      E n v i ro n 1 8 0 0 0 a i d e s - so i g n a n t s o n t é t é                         tés et exigeant la détention du diplôme d’Etat
      d é c la r é s p a r le s DA DS s u r le s q u e lq u e 5 0 0 0 0                       p o u r exe rce r. Pa r exe m p le , u n a i d e - so i g n a n t
      d é co m pt é s p a r le re ce n se m e n t . L e c h a m p                             d o i t ê t re t i t u la i re d e so n d i p l ô m e p o u r exe r-
      d e la s a n t é h u m a i n e a p p a ra î t so u s - e s t i m é ,                    cer dans la fonction publique hospitalière. De
      p ro b a b le m e n t d u fa i t d e la so u s - d é c la rat i o n                     m ê m e , la fo n c t i o n d e d i re c t i o n d ’u n e c r è c h e
      p a r le s e m p loye u rs h os p i tal i e rs ( la S A E e n                           d e m o i n s d e 4 0 p lace s p e u t ê t re a ss u r é e p a r
      d é n o m b re 42 0 0 0 ) .                                                             u n é d u cate u r d e j e u n e s e n fa n t s .
                                                                                              Cependant, les métiers ne sont pas nécess ai -
      E n reva n c h e , 5 8 0 0 a i d e s m é d i co - psyc h o lo-
                                                                                              rement alimentés par les seuls diplômés. Ainsi
      g i q u e s o n t é t é d é c la r é s p a r ce t te so u rce . O n
                                                                                              la va s te P C S d e s a i d e s à d o m i c i le e t a i d e s
      p e u t p e n se r q u e le s d é c la rat i o n s d u se c te u r
                                                                                              ménagères comprend, pour partie seulement,
      m é d i co - so c ial e t so c ial so n t p ro b a b le m e n t
                                                                                              les titulaires du diplôme d’Etat d’auxiliaire de
      ex h a u s t i ve s . M a i s n i le re ce n se m e n t d e la
                                                                                              vie sociale. Autre exemple, l’enquête ES de la
      p o p u lat i o n (4 70 0 ) , n i l ’e n q u ê te e m p lo i 2 0 07
                                                                                              DREES a montré qu’en Ile-de-France en 2006,
      d e la b ra n c h e d u s a n i ta i re , m é d i co - so c ial e t
                                                                                              9 % des personnels exerçant la fonction d’aide
      so c ial (4 2 0 0 ) o u la s tat i s t i q u e a n n u e l le d e s
                                                                                              m é d i co - psyc h o lo g i q u e n’ é ta i e n t t i t u la i re s
      établissements (400) 12 ne permettent de penser
                                                                                              d ’a u c u n d i p l ô m e ( C E D I A S , 2 0 0 9 ) .
      q u ’u n te l e f fe c t i f so i t at te i n t .

  12 C
      e faible nombre révèle que l’essentiel des AMP ne travaille pas dans les établissements de santé pris en compte par la SAE ; ils sont employés
     en majorité par des associations, le plus souvent affiliées à la branche du sanitaire, médico-social ou social (UNIFAF).

Lors de la rédaction de cet article, Nathalie Goyaux travaillait à l’Observatoire
Régional de l’Emploi et de la Formation - GIP C ARIF Ile-de-France.

                                          Focale est une publication du Groupement d’intérêt public CARIF Ile-de-France - 16 av. Jean Moulin 75014
                                          Paris. Tél. : 01 56 53 32 32. Le GIP est financé par la Préfecture de Région et le Conseil régional d’Ile-de-France.
                                          Directeur de la publication : Sébastien Pietrasanta, Président du GIP CARIF Ile-de-France, Conseiller
                                          régional d'Ile-de-France. Rédactrice en chef : Sandrine Damie - communication@carif-idf.org. Secrétaire
                                          de rédaction : Emmanuelle Vignerot. Rédactrice : Nathalie Goyaux. Conception/réalisation : GIP-Carif
                                          Ile-de-France. Impression : Print Concept. Focale n° 15 - Octobre 2011.

                               CARIF Ile-de-France - Centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation en Ile-de-France - www.carif-idf.org Oc to b re 2 0 1 1

                                                                                                                                                                                   10
Vous pouvez aussi lire