Nimrod - Site officiel d'Amiens Métropole

Nimrod - Site officiel d'Amiens Métropole

829 Journal d’Amiens et d’Amiens Métropole | 1er - 7 mars 2017 Les Gothiques en mode play-offs Saint-Pierrebientôt enrésidentiel Nimrod Baignade poétique

Nimrod - Site officiel d'Amiens Métropole

2 | ARRÊT SUR IMAGE | 1er - 7 mars 2017 | jda #829 Retour sur... JOUER PAR TOUS LES TEMPS Chaque année, Loisirsland réunit près de 15 000 visiteurs pendant les vacances de février à Mégacité. Jeux en mousse, tyrolienne géante, Accrobranche, voitures électriques... Petits et grands ont profité de ce parc d’attractions itinérant de 8 000 m2 sans se soucier de la météo. DORÉ, GOLDEN BOY Encore un artiste qui a choisi Amiens pour lancer sa tournée hexagonale ! C’est dans un Zénith rempli, le 23 février, que Julien Doré a entamé son &Tour.

Une première « magique et inoubliable » a salué sur Twitter l’auteur-compositeurinterprète, découvert il y a dix ans déjà dans l’émission Nouvelle Star. En mars, quatre autres pointures lui succèdent : Christophe Maé (le 2), Renaud (le 3), Soprano (le 8) et Damien Saez (le 14). Un bel éventail de la scène française.

Nimrod - Site officiel d'Amiens Métropole
  • LES BLEUS DU FOOT-FAUTEUIL EN STAGE Championne d’Europe en titre, l’équipe de France de foot-fauteuil est en stage à Amiens pour préparer la Coupe du monde organisée en juillet en Floride. Elle affrontera le Danemark en amical le 3 mars, à 20h, au gymnase Pellerin de Longueau. Puis sera à la halle des Quatre-Chênes le lendemain pour un tournoi, de 10h à 18h30. INVITEZ L’ART CHEZ VOUS Jusqu’au 13 mai, la bibliothèque Louis-Aragon présente les acquisitions récentes de son artothèque. Ces œuvres d’artistes contemporains (photo : Madones Lisbonne, de Guacolda) peuvent, comme toute la collection de l’artothèque, être empruntées pour décorer votre salon, afficher vos goûts au bureau, orner les murs du local de votre asso... Renseignements : 03 22 97 10 10 ou bibliotheques.amiens.fr. Photos : Madones Lisbonne de Guacolda (2012), Ludo Leleu et Laurent Rousselin 829 PHOTOS COUVERTURE Laurent Rousselin et Sébastien Coquille Actualité
  • SOLIDARITÉ La culture tibétaine en exil
  • DROITS DES FEMMES Bâtir une société plus juste
  • OPÉRATION PROPRETÉ Direction le quartier Guynemer
  • STATIONNEMENT Saint-Pierre dit oui au résidentiel
  • MA COMMUNE L’union fait la force de l’ordre
  • MON QUARTIER En attendant les bons légumes Économie
  • SUCCESS STORY L’équipementier toujours plein gaz Dossier
  • ATTRACTIVITÉ Amiens se fait label Portrait
  • LITTÉRATURE Radicalement poète Sport
  • COURSES HIPPIQUES L’heure des trotteurs
  • HOCKEY SUR GLACE Les Gothiques au pied de la montagne Culture
  • FESTIVAL Jazz à tout vent
  • PATRIMOINE Les cloches sonnent l’histoire
  • POÉSIE Floraison de mots Agenda Cinéma 04 05 06 07 14 13 08 08 09 10 15 16 16 17 18 19 BP 2720 - 80027 Amiens Cedex 03 22 97 40 40
  • ISSN 2552-318X
  • Direction de la publication : Jean-Marc Albert et Fabrice Hinschberger
  • Direction de la rédaction : Flore Jubert
  • Rédaction en chef : Alexis Durand a.durand@amiens-metropole.com
  • Secrétariat de rédaction : Coline Bergeon et Laurence Dubarle
  • Rédaction : Coline Bergeon c.bergeon@amiens-metropole.com Antoine Caux a.caux@amiens-metropole.com Jean-Christophe Fouquet jc.fouquet@amiens-metropole.com Ingrid Lemaire i.lemaire@amiens-metropole.com Lysiane Voisin l.voisin@amiens-metropole.com
  • Maquette : Thibaut Cécile
  • Photos : Sébastien Coquille et Laurent Rousselin
  • Iconographie : Sébastien Coquille
  • Ont collaboré à ce numéro : Stéphanie Bescond, Candice Cazé, Kaltoume Dourouri, Noémie Laval (photo) et Ludo Leleux (photo)
  • Conception graphique : Guillaume Bergeret et Thibaut Cécile
  • Impression : Léonce Deprez, Ruitz
  • Distribution : MEDIAPOST
  • Le JDA est une publication hebdomadaire de la Ville d’Amiens et de la Communauté d’agglomération Amiens Métropole
  • Si vous ne recevez pas le JDA, appelez le 03 22 97 42 98
Nimrod - Site officiel d'Amiens Métropole

4 | ACTUALITÉ | 1er - 7 mars 2017 | jda #829 Piscine Nautilus 03 22 44 44 66 Jeudi 2 7h30-8h45 12h-13h30 Vendredi 3 8h-8h45 17h-19h15 Samedi 4 10h-12h15 14h30-17h15 Dimanche 5 9h-12h15 14h-17h15 Lundi 6 Fermée Mardi 7 7h30-8h45 12h-13h30 17h-19h15 Mercredi 8 7h30-8h45 14h30-19h15 Piscine Vallerey 03 22 22 24 60 Jeudi 2 8h-9h15 Vendredi 3 8h-9h15 17h-19h45 Samedi 4 10h-11h45 14h-17h45 Dimanche 5 9h-12h45 Lundi 6 10h-11h45 17h-19h45 Mardi 7 8h-9h15 17h-19h45 Mercredi 8 8h-9h15 11h45-19h45 Patinoire Coliseum 03 22 71 12 12 Jeudi 2 20h30-23h Vendredi 3 14h-15h45 20h30-23h Samedi 4 14h-17h Dimanche 5 10h-12h30 14h-17h Lundi 6 14h-15h45 Mardi 7 14h-15h45 Mercredi 8 14h-17h Piscine Coliseum 03 22 71 12 12 Jeudi 2 8h-20h Vendredi 3 8h-21h Samedi 4 8h-18h Dimanche 5 10h-13h 14h-17h Lundi 6 12h-20h Mardi 7 8h-21h Mercredi 8 8h-20h PISCINES & HORAIRES PATINOIRE La culture tibétaine en exil LE 9 MARS, LE DRAPEAU AUX LIONS DES NEIGES FLOTTERA SUR LE BEFFROI LORS DU TEMPS TIBET.

EN PRÉSENCE DE LA VINGTAINE DE TIBÉTAINS RÉFUGIÉS POLITIQUES À AMIENS. T amding a mis une semaine pour traverser le Népal et arriver en Inde, terre d’accueil du dalaï-lama et des Tibétains en exil depuis le soulèvement du peuple à Lhassa le 10 mars 1959. Ce réfugié politique, qui a gagné le pays des droits de l’homme en avion, attend que ses trois enfants restés en Inde le rejoignent. Il fait partie de la vingtaine de Tibétains qui ont fui leur pays et atteint Amiens au printemps 2016. Comme Rinzin, mère de neuf enfants abrités en Inde et dont elle espère l’arrivée prochaine, ou encore la jeune Sonam, maman d’un bébé né ici en octobre.

Quitter le Tibet n’est pas difficile, on pense d’abord à sauver sa vie », souligne Sonam-Yangchen qui a vendu ses biens pour venir en France. Occupé par la Chine depuis 1949, le Tibet subit une oppression grandissante. En témoigne la nouvelle loi chinoise qui limite l’utilisation d’Internet ou encore les plans de développement qui contraignent les Tibétains à s’installer ailleurs. En France, ils sont aujourd’hui 4 000. Contre une centaine il y a sept ans. « À Amiens, nous nous sentons en sécurité. Et Amala nous soutient », indique Dawa-Tsering. Amala ? Maman en tibétain. Ce rôle de deuxième mère est endossé par l’Amiénoise Yolande Caumont, cofondatrice de l’association Aide et Espoir pour le monde tibétain (lire JDA #791).

Grâce au soutien de la Ville et d’associations, ils sont logés, se félicitet-elle. Ils apprennent le français et peuvent vivre leur culture librement. Certains ont même trouvé un emploi dans la restauration. » De l’avis général, tous resteront Amiénois. / /Ingrid Lemaire 16e Temps Tibet, le 9 mars 12h30 : cérémonie du drapeau tibétain devant le beffroi 15h : rassemblement au Jardin des vertueux (472, chaussée Jules-Ferry) 18h : film et débat avec des invités tibétains au pôle cathédrale de l’UPJV aemt.asso.fr La Ville d’Amiens et les associations soutiennent les Tibétains Solidarité Laurent Rousselin Yolande Caumont au milieu des réfugiés tibétains.

C’estlenombredevéhiculesquemetàdisposition(contre2¤parjour) leconseilrégionaldesHauts-de-Franceauprofitdepersonnesayantretrouvé untravail,letempsdeleurpérioded’essai.Le27février,sonprésidentXavier BertrandétaitàAmienspourremettrelesclefsd’unevoitureàl’undes bénéficiairesdudispositif.Infosau0800026080etsurprochemploi.fr. DE LA SEMAINE LE CHIFFRE 40

Nimrod - Site officiel d'Amiens Métropole
  • jda #829 | 1er - 7 mars 2017 | ACTUALITÉ | 5 ÉTAT CIVIL NAISSANCES Amiens Almask Ryham
  • Binici Ilknur-Helin
  • Bon Héline
  • Bouguila Mayssa
  • Buengo Enaya
  • Challuri Himaani
  • Da Silva Roxin Amélia
  • Dambreville Nathan
  • Egwuatu Sophie-Osynachi
  • Graux Valentin
  • Guimbi-Ngot Vandewalle Mickaël-Junior
  • Haddouchi Ibrahim
  • Joly Tyliano
  • Langlet Daphné
  • Leclerc Flora
  • Roder Sacha Dreuil-lès-Amiens Soulier Brunot Mya Longueau Vincent Sarah DÉCÈS AmiensBarbier Janine, épouse Farey, 90 ans
  • Benghennou Abdela, 48 ans
  • Bonnel Michel, 80 ans
  • Bourgois Claudie, 79 ans
  • Bourguignon Michel, 83 ans
  • Debout Nicolas, 71 ans
  • Detaille Émilienne, veuve Bouillon, 94 ans
  • Duchaussoy Bernard, 79 ans
  • Fauché Michel, 79 ans
  • Forestier Marcel, 93 ans
  • Guilbert Danielle, 70 ans
  • Habert Jean, 90 ans
  • Lefebvre Cécile, veuve Moine, 93 ans
  • Leggeri Bruno, 90 ans
  • Leroux Roland, 75 ans
  • Malanda Ngongo Élisiane, 23 ans
  • Merchez Éliane, veuve Vassallo, 90 ans
  • Oliger Marie, 74 ans
  • Roussel Didier, 62 ans
  • Roussel Jean-Claude, 77 ans
  • Savoy Christelle, 36 ans
  • Testu Christophe, 40 ans
  • Violette Guy, 80 ans
  • Waroquet Stéphanie, 36 ans Boves Hercelin Patrice, 68 ans Dreuil-lès-Amiens Isambart Michel, 75 ans Pont-de-Metz Poilly Mauricette, veuve Ducanchez, 89 ans SaleuxGambier Jacques, 78 ans SalouëlDizengremel Gérard, 74 ans Bâtir une société plus juste MALGRÉ DES PROGRÈS, LES DISPARITÉS ENTRE HOMMES ET FEMMES SUBSISTENT ET LES STÉRÉOTYPES PERSISTENT. LE 8 MARS, À L’OCCASION DE LA JOURNÉE DE LA FEMME, DES ACTIONS VALORISENT LA CRÉATIVITÉ, FAVORISENT L’ACCÈS À LA SANTÉ, CONTRIBUENT À L’ÉDUCATION ET LUTTENT CONTRE LES DISCRIMINATIONS. L’héritage d’une technique ancestrale Le 8 mars, Brigitte Fouré rassemble les présidentes desstructuresassociativeslorsdel’inaugurationd’une exposition d’art indien au Carré de la République. L’occasion de remercier ces bénévoles pour leur dévouement, dans un cadre qui honore la culture et le travail des femmes. L’exposition de l’atelier Au fils d’Indra présente près de 200 toiles brodées par des mères de famille à Pondichéry. La technique est ancestrale : les dessins sont décalqués puis brodés par applique. Les différentes couches de pièces positionnées et rebrodées sur un tissu coloré donnent du relief à la toile. Fleurs, animaux, scènes de l’Inde ancienne... On découvre aussi les kolams, ces formes géométriques que les Indiennes dessinent chaque matin avec de la poudre de riz devant leur maison. « Ces femmes ont un talent de créativité et de finesse, observe Bénédicte Simonin, membre de l’association. Nicole Durieux a fondé l’association en 1969. Mariée au consul général de France à Pondichéry, elle a reçu de nombreuses femmes dans le besoin. Désormais, elles vivent de leur travail. » En intégrant l’atelier qui organise les expositions en France, les brodeuses bénéficient de droits sociaux : suivi médical gratuit, crèche,congéspayésetmaladie,retraite.Laventedes œuvres finance leurs salaires. //L. V.

Exposition d’art indien du 9 au 13 mars, tous les jours de 10h à 19h, sauf le 13, jusqu’à 18h, au Carré de la République (17, rue de la République) Festiv’elles aux petits soins « Par manque de connaissance, certaines femmes ne se soignent pas assez, remarque Josette Devisme, présidente du Centre d’information sur les droits des femmesetdesfamillesdelaSomme.L’aspectfinancier, l’isolement et la recherche d’emploi expliquent cette négligence.»Festiv’ellesproposele8marsunejournée d’information dans le hall du Gaumont. 17 stands présenteront les dispositifs et accès aux soins. « À cetteoccasion,nouslanceronsuneapplipourlesjeunes friandsd’infosimmédiates»,précise Josette Devisme.

Entreautresanimations :sophrologieavecl’association Les Petits Poids et dégustation autour du food truck de la Maison prévention santé d’Amiens stationné devant le cinéma. //I. L.

Festiv’elles, le 8 mars, de 10h à 17h30, au Gaumont (3, bd de Belfort) 03 22 22 01 94 – cidff-somme.fr HéGo contre les préjugés HéGo, c’est le nom du projet lancé par le pôle action éducative du secteur Ouest et ses partenaires institutionnelsetassociatifs.Sonbut ?Pointerquel’égalité hommes-femmesn’estpasacquise.L’opérationSportau fémininle25janvierad’ailleursrappeléquelesfédérations ne comptabilisent que 37 % de femmes parmi leurs licenciés. Depuis juin, des jeunes phosphorent sur les stéréotypesetlespréjugés.Lefruitdeleurstravauxsera dévoilé au cloître Dewailly le 8 mars. Au programme : séancesdethéâtre-forum,expositionFemmesamiénoises d’exception, présentation des œuvres lauréates des concours (photo, fresque, affiches et slogan, poésiechanson-slametclipsvidéo),jeuxetquiz.

I. L. À la découverte de l’égalité filles-garçons, le 8 mars, à l’espace Dewailly, de 14h à 16h30 03 22 69 65 36 – amiens.fr L’art en mâle de parité Depuis 2010, alors que l’on compte 60 % de femmes parmi les étudiants inscrits dans des fillières culturelles, aucune n’a décroché un grand prix cinématographique. Seulement 23 % ont été primées lors des Victoires de la musique et 46 %* ont reçu un prix littéraire en 2014. À l’Espace culturel Picasso, membre du mouvement HF Nord-Pas-de-Calais-Picardie, la parité est un principe. Et dénoncer les inégalités un acte militant. Le 8 mars, la programmation fait la part belle aux femmes avec le cabaret L’Artiste au féminin et la carte blanche à l’Amiénoise Pinkmoloko, graphiste, photographe et Dj.

À savourer, Matrimoine et Femmes de théâtre par la Compagnie de la Yole et les concerts de Louiz’ et de Chloé Lacand. //I. L. L’Artiste au féminin, à l’Espace culturel Picasso, à Longueau (rue Anatole-France), dès 19h – 03 22 50 34 34 – amiens.fr/picasso (*) Source : ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes (2016). Atelier au fils d'Indra D.

R. Droits des femmes Chloé Lacand, en concert à Picasso.

Nimrod - Site officiel d'Amiens Métropole
  • 6 | ACTUALITÉ | 1er - 7 mars 2017 | jda #829 Bonjour madame le Maire à Pierre-Rollin C’est dans le quartier Sud-Est, et plus précisément à Pierre-Rollin, que reprend après la pause hivernale l’opération “Bonjour Mme le Maire”. L’occasion pour les riverains de discuter avec Brigitte Fouré, entourée du comité de quartier, d’élus (dont Nathalie Lavallard, adjointe chargée de la démocratie locale, et Martin Domise, adjoint au secteur Sud). Le principe reste inchangé : pouvoir échanger tout un après-midi sur des sujets qui touchent votre quotidien. Qu’il s’agisse par exemple de propreté, de sécurité – deux domaines qui ont bénéficié d’améliorations, tant aux abords du centre commercial que sur le chemin de Banlieue –, ou encore de transport en commun. Les travaux qui permettront la refonte totale du réseau de bus approchent en effet, et avec eux le réaménagement qualitatif en profondeur des espaces publics. //A. D. “Bonjour Mme le Maire”, le 11 mars, de 9h à 12h (sans rendez-vous), allée Le Chevalier, en face de La Poste et du Centre culturel Jacques-Tati Sébastien Coquille
  • Portes ouvertes au Conservatoire... Le Conservatoire (3, rue Desprez) ouvre ses portes le 8 mars, de 14h à 19h. L’occasion de se renseigner sur les classes à horaires aménagés musique et danse (dossiers d’inscriptions jusqu’au 1er avril) et poser ses questions concernant l’année scolaire 2017-2018. 03 22 80 52 50 – crr@amiens-metropole.com
  • ... et au BTP CFA Le CFA du bâtiment et des travaux publics de la Somme (17, rue Pierre-Rollin) ouvre ses portes le 11 mars, de 9h à 13h, le 14 avril, de 13h à 16h, et le 13 mai, de 9h à 13h. Outre des renseignements sur les formations (du CAP au BTS), des visites des locaux sont également proposées, ainsi que des stages pour découvrir les métiers. 03 22 46 87 74 – btpcfa-somme.fr
  • QuiseramissAmiens2017 ? Le 8 avril est organisé aux Galeries Lafayette le casting pour participer à miss Amiens dont l’élection aura lieu deux semaines plus tard. Pour espérer succéder à Camille Deroussen, il faut remplir quelques critères (1,70 m minimum, avoir entre 18 et 24 ans...). Pour plus d’infos : 06 86 21 93 43 – organisationmisspicardie@live.fr
  • Gala des chefs à Mégacité Dans le cadre du Salon chocolat & gourmandises (du 17 au 19 mars), Mégacité accueille le gala des chefs le 17 mars, à 20h. Un cocktail dînatoire tout chocolat confectionné par les meilleures enseignes amiénoises au bénéfice des Fées sourires, qui améliorent la qualité de vie des enfants hospitalisés. Réservation jusqu’au 13 mars sur amiens.chocolat-gourmandisesexpo.com. 03 22 66 33 33 En bref 7 mars AV PA I X AV PA GROUPE SCOLAIRE EMILE LESOT LE SAFRAN CITÉ CARTER RUE DE L’ABBÉ HÉNOCQUE RUE GEORGES GUYNEMER RUE GEORGES GUYNEMER RUE RENÉ FONK RUE ROLAND GARROS RUE HENRI FARMAN RUE HENRI FARMAN CHEMIN DE LA FOLIE IS S E RUE FRANKL RÉSIDENCE TOUR D’AUVERGNE RUE DU 11 NOVEMBRE 1918 RUE LOUIS BLÉ mars Collecte au Point information téléphones portables hors d’usage, ampoules (basse consommation) et piles usagées. Ramassage des encombrants Chaque jour sur la zone définie avant 7h Nouveau Point information propreté Retrouvez tous les renseignements sur la propreté, la distribution des sacs jaunes, le guide propreté, le tri sélectif... Lundi 6 mars | 8h-12h Mardi 7 mars | 8h-12h 0 805 804 368 Allô propreté proprete@amiens-metropole.com Opération propreté Guynemer
Nimrod - Site officiel d'Amiens Métropole

SéjouràPenvenanenCôtes-d’Armor du8au15juillet.Inscriptionauprèsdela MaisonpourtousdeRivery.0322700685 Gare-la-Vallée/LesHortillonnages : deuxassembléesgénéralesducomité dequartierle3mars,18h30,gymnase del’écoleLa-Vallée,70,rueLegrandd’Aussy(uneAGextraordinaire pourmodificationd’appellationet d’adresseetuneAGordinaire). RepasdansantlatinoàRumigny,le 4mars,19h30,salledesfêtes.0645655693 FêtedesGrands-MèresàÉtouvie le4mars,13h30,salledesProvincesFrançaises,aveclecomitédequartier.Loto etdégustationdegâteaux.0615971950 Conférence-formationsurle compagnonnagechienetchatle4mars, 10h-17h,àl’espaceDewailly(3,place Louis-Dewailly).OrganiséparOneVoice, laSPPAd’AmiensetlerefugeOisemont ProtectionAnimale.0682906791– perrotmathilde@gmail.com Hébécourt :concertàlasalle communalele5mars,16h30.

LeschoralesHarmonyCaetVoixde Noyechantentauprofitdelarecherche médicaleenophtalmologie.Entréelibre. DonsauprofitdeRetinaFrance. Longpré :réunionpubliqueavec lecomitédequartierle6mars,18h,salle Jean-Paul-Dollé,àproposdelafibre optiqueetduplanlocald’urbanisme. Rivery :expositionFemmescitoyennes d’Amiens,du7au10mars,pôle culturelJean-Cayeux.Visiteavec unguide-conférencierle8mars,18h. 0322700738 PermanencedelaFNACITA àAmiensnordle8mars,15h30-16h30, Atrium(avenuedelaPaix).Prise derendez-vousau0322462868. Atelierjardinsonoreetsensorielpour lespetitsle9mars,10h,avecLaBoîte àoutilsdelafamille(419,ruedeVerdun).

0651306284 Sainte-Anne/Faubourg-de-Noyon : assembléegénéraleducomitédequartier le10mars,18h30,préaudel’écoleNoyon (rueRigollot).Ouverturedesportesà 17h30pourlesadhésions.0777692575– cq.steanne@gmail.com Camon :spectacleLaChansond’ungâs qu’amaltournéle10mars,20h30, salleLouis-Aragon.AvecLaCie Issue desecours.0322496701 Recherchedebénévolespourlacollecte nationaledesRestosducœurles10et 11mars.0322720203 SoiréepicardisanteàBovesle11mars, 20h30,salledesfêtes.Lectures théâtraliséesavecChésDgiseuxd'Boves. Rés. :0667191339-chmarield@yahoo.fr.

jda #829 | 1er - 7 mars 2017 | ACTUALITÉ | 7 APRÈS PLUSIEURS RÉUNIONS DE CONCERTATION, LE STATIONNEMENT RÉSIDENTIEL VERRA LE JOUR À SAINT-PIERRE. DE NOMBREUX HABITANTS L’ATTENDENT. L a concertation est achevée. Le 12 décembre, la réunion du groupe de travail constitué d’élus, de membres d’associations, de commerçants et de représentants des professions libérales a permis de trancher : il y aura bien du stationnement résidentiel à Saint-Pierre. Pour beaucoup de riverains du bas du quartier, il fallait agir : « Tout sauf le statu quo, témoigne l’un d’eux. On ne peut pas rester comme ça. Le stationnement devient problématique, et avec l’arrivée prochaine de 4 000 étudiants à la citadelle, cela aurait été encore pire.

Alors le stationnement résidentiel : je prends ! ». ANTICIPER LA CITADELLE On retrouve le même discours plus haut, auprès d’un commerçant : « J’aurais préféré que cela reste totalement gratuit. Mais il faut être réaliste.

C’est déjà difficile aujourd’hui de se garer en semaine, à cause des voitures tampons ». Les détails restent à peaufiner, mais une première partie de stationnement résidentiel devrait donc être mise en place pour septembre 2017. Le plan élargi va du quartier de la citadelle au boulevard Beauvillé. Il intègre la rue Éloi-Morel mais exclut les parkings du parc Saint-Pierre. « Soit, en tout, Le stationnement résidentiel, c’est quoi ? Le stationnement résidentiel permet aux riverains titulaires d’un macaron de se garer dans leur quartier gratuitement, sans alimenter les horodateurs (60 devraient être installés à Saint-Pierre).

Ce macaron ne coûte qu’un euro par an pour le premier véhicule d’un foyer, 50 ¤ pour le deuxième et 100 ¤ pour le troisième. 1 500 places, annonce Pascal Rifflart, conseiller municipal délégué au stationnement. Le double de ce qui était initialement prévu. » Une preuve que le dispositif, accompagné d’une zone bleue pour faire vivre les commerces, est attendu.

Jean-Christophe Fouquet PRÈS DE CHEZ VOUS Saint-Pierre dit oui au résidentiel Sébastien Coquille Stationnement

Nimrod - Site officiel d'Amiens Métropole

8 | ACTUALITÉ | 1er - 7 mars 2017 | jda #829 L’union fait la force de l’ordre SALEUX, SALOUËL ET PONT-DE-METZ. LES POLICIERS MUNICIPAUX DE CES TROIS COMMUNES TRAVAILLENT DE CONCERT DEPUIS DEUX ANS. ET LES RÉSULTATS SONT LÀ. I ls sont deux à Salouël, deux à Saleux, un à Pont-de-Metz. Depuis 2014 (lire encadré), ces policiers municipaux travaillent ensemble. « Nous sommes toujours au moins deux sur le terrain, explique David Dransart, brigadier principal de Saleux.

Nous patrouillons régulièrement, par exemple aux fermetures des commerces.

Le roulement double notre temps de présence pour les administrés, du lundi au vendredi, de 8h à 23h. » ASSURER LA TRANQUILLITÉ Dotés de trois voitures, d’une moto et de nouveaux radars lasers et éthylotests électroniques, ils peuvent aussi, « mais c’est rare », se retrouver tous sur le terrain, comme le 15 février au matin suite à un face-à-face entre Dury et Saleux : « Un dépassement sur une ligne blanche », expliquent-ils en régulant la circulation pendant la désincarcération du blessé et l’évacuation des véhicules. L’intervention dure deux heures. Ensuite, ils se retrouvent pour un rapide café au poste de Saleux.

Nous voyons parfois des choses dures, racontent-ils. Cela fait du bien d’en discuter. » En 2016, ces cinq policiers ont réalisé 182 interventions, relevé 291 infractions, procédé à 14 interpellations et assuré 164 opérations tranquillité vacances. Et fait de ce secteur l’un des plus sûrs de l’agglomération. / /Jean-Christophe Fouquet Ma commune La coordination en convention Le 16 février, le préfet Philippe de Mester était à Saleux pour signer une convention de coordination entre la police nationale et les polices municipales des trois communes. Une nouvelle étape, selon Ernest Candela, maire de Saleux, après celle signée en 2014 avec Jean-René Hémart, le maire de Salouël, et Loïc Bulant, maire de Pont-de-Metz, « qui a donné entière satisfaction ».

Le partenariat se trouve doté d’un cadre précis. Entre autres nouveautés : la possibilité pour les policiers de porter bâtons de défense et aérosols incapacitants. Les policiers municipaux des trois communes venus en renfort de la police nationale suite à un accident le 15 février. Laurent Rousselin En attendant les bons légumes O dile, 67 ans, n’a pas oublié les conseils de jardinage de sa grand-mère. Aujourd’hui, c’est elle qui transmet son savoir aux jeunes qui aménagent un terrain en friche près de la Maison du théâtre. Les ateliers, programmés du 20 au 24 février, ont réuni une centaine de volontaires.

Différents partenaires – Jardin des vertueux, Ville d’Amiens, Les Incroyables Comestibles – se sont mobilisés aux côtés de l’association Les Jardins de Saint-Leu pour aider les habitants à fabriquer des objets en osier. Dans le groupe : des retraités, des adolescents d’un chantier jeunes, un réfugié syrien, une personne souffrant du syndrome d’Asperger. « Nous avons besoin d’espaces verts. Cela me fait plaisir de protéger l’environnement », témoigne Maha, 16 ans. « Ce jardin de 230 m2 est ouvert à tous, insiste Christelle Waquet, présidente du comité de quartier et bénévole de l’association Les Jardins de Saint-Leu.

On apprend à travailler la terre et à manger local et sain. » DES GRAINES BIOLOGIQUES Le 9 avril, une grande fête est organisée pour semer les premières graines de salades, carottes et potirons. Ces graines biologiques seront issues de l’association Kokopelli et des cultures des particuliers. Chacun pourra ensuite récolter les fruits et légumes en se rendant aux permanences de l’association. C’est gratuit et les visiteurs peuvent aussi participer à l’entretien du jardin. Les premières récoltes sont prévues en juin avec une dégustation de radis savoureux.

Lysiane Voisin Permanences de l’association le vendredi, de 14h à 15h30, au 10 bis, rue des Majots les-jardins-de-saint-leu@ hotmail.com À SAINT-LEU, LES HABITANTS SE RELAIENT POUR DONNER VIE À UN JARDIN POTAGER. ILS PROFITERONT BIENTÔT DES PREMIÈRES RÉCOLTES. Mon quartier Sébastien Coquille

Nimrod - Site officiel d'Amiens Métropole

jda #829 | 1er - 7 mars 2017 | ÉCONOMIE | 9 Atelier #26 Salon de coiffure et barbier 26, rue Saint-Fuscien Ouvert depuis le 14 décembre La Fabrique photographique Studio photo 219, route d’Abbeville Ouvert depuis le 1er janvier Theraform Plastithérapie 4, rue Roger-Onfray Ouvert depuis le 4 janvier So Green Conseil maquillage naturel et bio 2, rue Duméril Ouvert depuis le 4 janvier Rapid pare-brise Réparation et remplacement tout vitrage auto 22, rue Jules-Barni Ouvert depuis le 10 janvier From’s Bistrot à fromages 16, rue de Noyon Ouvert depuis le 15 janvier Nomalia Création de robes 15, rue des Otages Ouvert depuis le 16 janvier Ookad Meubles et décoration vintage 58, rue Roland-Douay Ouvert depuis le 20 janvier CrossFit Samarobriva Conditionnement physique ZALeCapron,routedeTaisnil,Saleux Ouvert depuis le 3 février Free Center Opérateurdetéléphonieetd’Internet 4, rue des Trois-Cailloux Ouvert depuis le 7 février Pour annoncer à votre tour la récente ouverture de votre commerce dans Amiens Métropole, adressez un mail à c.refigio@amiens-metropole.com en précisant le nom du commerce, son adresse, sa date d’ouverture et son activité.

KENNY, LE SPÉCIALISTE AMIÉNOIS DE L’ÉQUIPEMENT DE MOTO-CROSS ET DE BMX, EST DEVENU UNE RÉFÉRENCE INTERNATIONALE. Expo pour des champions Connaissez-vous Adeline Moniez et ses bijoux Marbella qui se collent à même la peau ? Maxime David et ses chaussures à scratchs colorés interchangeables Bardan’s ? Ou Arnaud Jibaut et son E-monsite.com grâce à qui deux millions d’internautes ont créé le leur ? Ces Amiénois figurent avec Pierre Guillemin de Kenny Équipement (lire ci-dessus) dans l’exposition de la chambre de commerce et d’industrie valorisant les réussites locales. Au total : neuf entrepreneurs picards pour cette exposition appelée Pop-up, comme les fenêtres qui surgissent spontanément sur les écrans d’ordinateur pour attirer l’attention.

Ce que ces entrepreneurs ont parfaitement réussi à faire. Fin avril, ces pop-up s’ouvriront sur neuf autres réussites. Pop-up, du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h30, à la CCI Amiens-Picardie (6, bd de Belfort) – Entrée libre E space industriel nord. Premierétagedusiègede Kenny. Dans le showroom de cet équipementierdemoto-cross,PierreGuillemin, sondirecteur,nousmontrel’unedes bottes qui figurera au catalogue 2018 : « Deux ans de développement, de tests, d’homologation et des dizaines de milliers d’euros d’investissements»,chiffre-t-il.Crééeen1981du côté d’Albert par Bernard Sarrat, aprèsquesonépouseaitelle-même confectionné la combinaison de moto-cross de leur enfant, la marque Kenny s’est imposée comme une référence dans l’équipement (casques, textiles, protections...), et a multiplié son chiffre d’affaires par dix en vingt ans.

On exporte dans toute l’Europe, décrit Pierre Guillemin, 44 ans et passionné de moto, rentré chez Kenny en 1995. On travaille aussi pour le continent américain, l’Asie. » Le prochain marché à conquérir ? « L’Australie et la Nouvelle-Zélande. » L’UN DES DERNIERS ATELIERS TEXTILES Outre les produits siglés Kenny, la marque conçoit ceux d’autres firmes comme le matériel estampillé du géant japonais Yamaha. Et, plus surprenant, des chasubles pour des moto-écoles ou des entreprises, des maillots de sport pour des clubs de foot ou de pétanque... Et tout ça depuis son siège à Amiens dans lequel Kenny s’est installé en 2005.

35 personnes y travaillent : des graphistes, des commerciaux, des techniciens de l’impression mais aussi des couturières. Car Kenny Équipement est l’un des derniers ateliers textiles de la Somme. « Pour les petites séries, cet atelier est l’incarnation de notre savoir-faire, met en avant Pierre Guillemin. Pour les très grandes séries, nous devons travailler avec le Maroc.» Et si la moto-cross a connu un grand boom dans les années 80, puis récemment le quad, le vélo a aujourd’hui la cote. « On s’est lancé dans le vélo et il représente déjà 20 % denotrechiffred’affaires.»Kenny sait mettre les gaz mais aussi le grand braquet.

Antoine Caux Success story L’équipementier toujours plein gaz Antoine Caux

Nimrod - Site officiel d'Amiens Métropole

10 | DOSSIER | 1er - 7 mars 2017 | jda #829 DANS DES DOMAINES AUSSI VARIÉS QUE LA POÉSIE, LES ARBRES, LES RISQUES MAJEURS OU LE TRI DES DÉCHETS, LA VILLE ET LA MÉTROPOLE EMPILENT RÉCOMPENSES ET RECONNAISSANCES. DES TROPHÉES ANECDOTIQUES ? PAS DANS LA COMPÉTITION QUE SE LIVRENT LES TERRITOIRES. C es derniers mois, la collection de labels et prix décernés à la Ville d’Amiens et Amiens Métropole s’est enrichie. Certains s’en sont amusés, d’autres ont même semblé le regretter, arguant qu’il ne s’agirait au final que de gadgets à agiter pour se faire plus beau qu’on ne l’est.

Alors, les labels, simples outils de communication au seul service de la communication ? Ce serait méconnaître que, dans la compétition que se livrent les territoires pour attirer les entreprises, ces labels permettent de comparer les villes entre elles. Prenons un exemple : le label des Villes et Villages fleuris. Les 4 Fleurs qui distinguent Amiens depuis 2013 (avec un renouvellement en 2016) lui permettent de faire partie d’un club ne comptant que dix villes de plus de 100 000 habitants en France.

SOURCE DE FINANCEMENT Communiquer sur ce label permet donc à la ville de mettre en avant les agents chargés des espaces verts et du fleurissement, de donner de la fierté à ses habitants, et de se valoriser hors de ses frontières, tant auprès de potentiels touristes que des investisseurs à la recherche d’un cadre de vie agréable. Mais les labels ne sont pas toujours là que pour mettre un tampon “validé” sur les actions menées. Dans le contexte financier difficile que connaissent les collectivités, ils offrent aussi de nouvelles sources de financement. Là encore, la compétition fait rage entre territoires.

Là encore, Amiens se distingue. Le ministère de l’Écologie l’a par exemple labellisée Territoire à énergie positive pour la croissance verte. Derrière ce nom, l’assurance de subventions : jusqu’à 2 millions d’euros, par exemple pour financer les bornes de recharge des bus électriques du futur réseau BHNS. Un argument non négligeable. Loin, très loin, du simple gadget... / /Alexis Durand Attractivité Amiens se fait label Laurent Rousselin

jda #829 | 1er - 7 mars 2017 | DOSSIER | 11 Une ville amie des enfants Depuis 2013, Amiens est labellisé par l’Unicef Ville amie des enfants. Ce label valide la qualité des actions et des initiatives d’une collectivité en direction des 0-18 ans : accueil, promotion de l’éducation, accès à la culture et aux loisirs... autant d’engagements qui répondent aux attentes de l’Unicef, qui le confirmera le 7 mars, à l’occasion d’une nouvelle signature de convention entre l’association et la mairie. //A. D.

Une ville en fleurs En 2016, Amiens s’est vu attribuer pour la deuxième fois consécutive la 4e Fleur du label national des Villes et Villages fleuris.

Une note maximale qui, au-delà de la qualité du fleurissement, récompense aussi les efforts d’accueil, le respect de l’environnement et la préservation du lien social. Des fleurs, on arrive facilement aux abeilles. Amiens a reçu le label Apicité pour son implication dans leur préservation. L’Union nationale de l’apiculture française a salué sa gestion dite différenciée, qui consiste à ne pas tondre ou tailler systématiquement les espaces verts, mais à laisser s’épanouir la végétation et créer des refuges pour la faune et la flore. La Ville se dispense aussi de produits phytosanitaires et plante des espèces mellifères, comme le troène ou le tilleul, au nectar apprécié des pollinisateurs.

Trois ruches ont été installées au Jardin des plantes. D’autres sont prévues dans la ville. //A. C. Une ville poète Le 11 mars à 14h, à la bibliothèque Louis-Aragon, aura lieu la remise du label Ville en poésie par Jean-Pierre Siméon, directeur artistique du Printemps des poètes. Une valorisation des initiatives de médiation et de diffusion de la poésie menées par divers acteurs – associations, bibliothèques, CR2L, Maison du théâtre, Maison nomade de la poésie (square Darlington), écrivains... – qui permettra de développer un projet poésie tout au long de l’année dans les communes. Amiens Métropole répond déjà à cinq critères de 1re catégorie : participer au Printemps des poètes (lire JDA #828 et p.

17), créer une Maison de la poésie, donner des noms de poètes à des rues et bâtiments, favoriser les projets poétiques dans les écoles, initier une résidence de poète... //C. B. Une ville socialement responsable Le centre d’information au public d’Amiens Métropole (photo), le service téléphonique de la collectivité, a obtenu le label Responsabilité sociale, témoin du bien-être des salariés, d’engagement sociétal et du respect de l’environnement. Il s’agit du seul centre de fonction publique à l’avoir décroché. Amiens Métropole, en partenariat avec l’EPSOMS Georges-Couthon, a également reçu le prix de l’exemplarité dans la catégorie “partenariat employeur public et établissement du milieu protégé” remis par le FIPHFP en 2016.

Leur projet a favorisé l’insertion professionnelle de douze personnes en situation de handicap au sein du restaurant municipal afin de les préparer avant l’ouverture du restaurant interentreprises à la vallée des Vignes inauguré en janvier dernier (lire JDA #825). //A. D. Une ville sportive Amiens : Ville active et sportive. C’est le ministère de la Jeunesse et des Sports qui le dit avec ce label décerné en janvier à l’agglomération qui « démontre la richesse du sport à Amiens, la mobilisation de la vie associative et le travail des dirigeants et des bénévoles des clubs », félicite Guillaume Duflot, le viceprésident de la collectivité où l’on recense 35 000 licenciés sportifs répartis dans 300 clubs.

Plus globalement, le label Ville active et sportive récompense l’état et l’entretien des installations sportives, l’organisation d’événements (200 en moyenne par an), les initiatives pour développer l’activité physique telles que Sportez-vous bien, chaque été au Grand-Marais, ou Faites du sport, journée d’initiations gratuites qui rassemblera le 24 juin tous les clubs à l’hippodrome d’Amiens. //A. C. Laurent Rousselin Laurent Rousselin Le Jardin des plantes, labellisé Jardin remarquable depuis 2013, tant pour son intérêt historique que botanique.

12 | DOSSIER | 1er - 7 mars 2017 | jda #829 Un territoire propre et écolo P remière étoile pour Amiens, mise à l’honneur par l’association des villes pour la propreté urbaine (AVPU) qui récompense « les actions menées à moyen et long terme pour améliorer durablement la propreté des espaces publics ». Elle a distingué Amiens pour « la qualité créative » de sa campagne de communication invitant au civisme (celle qui reprend des images des années 50). Et pour ses opérations propreté menées successivement dans chaque quartier. Celles réalisées dans les 33 communes de la Métropole ont permis d’obtenir le label Territoire zéro déchet zéro gaspillage par le ministère de l’Écologie.

L’extension du tri à tous les plastiques, la collecte du papier (même dans les administrations), la densification du réseau de bennes pour le verre, la collecte séLes opérations propreté : une mobilisation sur le terrain, quartier après quartier, pour une ville belle et respectueuse de l’environnement. Une Métropole quatre @ Le 1er février 2017, pour sa première participation à la Journée nationale des territoires, villes et villages Internet, Amiens Métropole était labellisée Territoire et Ville Internet à hauteur de quatre arobases – sur cinq possibles – par l’association Villes Internet, qui promeut l’Internet citoyen.

Une douzaine de ses actions ont été saluées, dont le don de matériel informatique à l’association Synapse Picardie (qui le reconditionne et le distribue), le Wifi gratuit en centre-ville ou les applications Amienscope et Ametis. Sans oublier, bien sûr, les démarches administratives en ligne... //J.-C. F. Une Métropole d’art et d’histoire Des arbres et un jardin remarquables 220 ifs au cimetière de La Madeleine. 52 platanes à La Hotoie. 48 robiniers allée des Acacias. Deux platanes et un savonnier au château de Montières. Ces quatre groupes d’arbres viennent d’être labellisés Ensemble arboré remarquable par la commission de l’association Arbres.

Quant au marronnier de 150 ans du square Saint-Denis, il est désormais considéré comme un “arbre remarquable de France”. Ces labellisations renforcent la protection dont ils bénéficient. Tout comme le Prix national de l’arbre, obtenu en 2012, qui récompense la gestion innovante du patrimoine arboré. Le Jardin des plantes n’est pas en reste : il est labellisé Jardin remarquable. Ce label du ministère de la Culture récompense la composition de ses espaces, avec ses plans du XVIIIe siècle conservés, ses éléments historiques (le pavillon d’accueil de 1751, la serre modèle Napoléon III, le bassin) et sa richesse botanique (1 800 espèces).

J.-C. F. parée des déchets verts sont autant de points forts salués, tout comme le projet de refonte des déchetteries prenant en compte le réemploi et la gestion des déchets professionnels. C’est toujours le ministère de l’Écologie qui a fait d’Amiens Métropole un lauréat de l’appel à projets Territoire à énergie positive pour la croissance verte.

Ce qui lui permet de prétendre, pour trois ans, à des aides pour financer ses réseaux de chaleur, la modernisation de l’usine de méthanisation ou encore les trois lignes électriques du futur BHNS. Parallèlement, l’agglomération est entrée dans la démarche Cit’ergie en 2013 : elle vise le label européen Énergie-climat des communes et intercommunalités. Un pas de plus vers la croissance verte. //A. C. Laurent Rousselin Laurent Rousselin Amiens était Ville d’art et d’histoire depuis 2002. En 2013, cette certification saluant les actions de promotion du patrimoine architectural s’est étendue à l’ensemble de l’agglomération, sous le nom d’Amiens, Métropole d’art et d’histoire.

La collectivité propose un riche programme de visites et conférences soutenues techniquement et financièrement par l’État grâce à ce label, gage de compétence des guides-conférenciers et des animateurs qui font vivre la cathédrale, l’hôtel de Ville, le beffroi, le Jardin archéologique, le cimetière de la Madeleine, le Cirque, l’hôtel Bouctot-Vagniez ou le moulin Passe-Avant. Mais aussi les places, les quartiers (lire p. 16) et les villages. //J.-C. F.

jda #829 | 1er - 7 mars 2017 | PORTRAIT | 13 Radicalement poète O n l’écouterait inlassablement. Le poète, romancier et essayiste tchadien Nimrod s’est établi à Amiens il y a une quinzaine d’années avec sa femme originaire d’Albert. C’est à Méaulte où il s’est installé depuis peu, à l’abri des ondes – « je suis électrosensible » – qu’il travaille désormais. « Mais que le jour », sourit-il. En ce moment, l’élégant écrivain a une actualité brûlante : cinq ouvrages paraissent cette année. « Toute sortie est une aventure. Il y a les interviews, les conférences... » En février, aux éditions Bruno Doucey, Nimrod a publié L’Enfant n’est pas mort – roman où il fait revivre Mandela et l’écrivaine sud-africaine Ingrid Jonker – mais aussi 120 Nuances d’Afrique, une anthologie coétablie avec Bruno Doucey et Christian Poslaniec pour le 19e Printemps des poètes (lire p.

17).

FUIR LA GUERRE CIVILE Le 9 mars, il entrera dans la prestigieuse collection Poésie/Gallimard avec J’aurais un royaume en bois flottés, anthologie personnelle 1989-2016. Une reconnaissance ? « Oui, même si mes éditeurs m’ont toujours défendu. Sur les berges du Chari, paruen2016,s’estbien vendu. Ce qui est difficile en poésie. » Cet ouvrage où Nimrod convoque son pays, qu’il a quitté dans les années 80 à 25 ans pour fuir la guerre civile et poursuivre ses études à Abidjan puis à Paris, lui a valu le prix Pierrette-Micheloud. Un énième laurier pour l’écrivain déjà maintes fois récompensé. «J’aieulachance d’être reconnu dès mes débuts.

Son premier recueil, Pierre, poussière, paru en 1989, a en effet obtenu le prix de la Vocation. « Ça a failli me tuer, plaisante-t-il. Je ne comprenais pas... J’enseignais en Côte d’Ivoire. Mon manuscrit avait été accepté par les éditions Obsidiane. Ce fut puissant, fondamental. » Tout comme son enfance au Tchad où il retourne tous les ans, « mais pas plus de dix jours... Ce pays est décapant ». S’il s’est mis à écrire « tardivement », à 16 ans, Nimrod a néanmoins « baigné naturellement » dans la poésie. Sa mère était une « excellente conteuse ». Auprès de son père, pasteur luthérien, à qui il doit son prénom, référence au fondateur de la tour de Babel, il fut nourri à la multiplicité et la beauté des langues (le kim sa langue maternelle, le haoussa, le peul, le français...), aux textes poétiques de la Bible et ceux des cantiques.

Quand je marche avec ma femme, des rimes me reviennent ». Puis il y eut Péguy, Saint-John Perse, Proust, Aragon... L’HÉRITAGE DE SENGHOR « Le blues, le jazz, la philosophie sont venues après. Sans le poète je ne serais pas devenu romancier et essayiste. La poésie est violente et verticale, comme un coup de foudre. Je mets des années à faire un recueil d’une centaine de pages. » Le 4 mars, à la bibliothèque Louis-Aragon, à l’invitation d’Amiens Métropole pour le Printemps des poètes, vous goûterez à la saveur de ses écrits lors d’une lecture d’extraits de son anthologie. Vous pourrez aussi apprécier sa conférence sur la négritude et les avant-gardes occidentales.

Sans doute parlera-t-il de Senghor, grâce à qui il obtint une bourse pour sa thèse de philosophie soutenue en 1998 à l’université de Picardie Jules-Verne et à qui il rendit hommage dans deux ouvrages, mais aussi outreAtlantique. « À l’occasion du centenaire de sa naissance, en 2006, j’ai été invité à donner des cours à l’université du Michigan... J’y suis retourné depuis. Leur amour pour la culture française est bluffant. Ils étudient des auteurs et artistes dont nous avons oublié les noms. Ces campus sont un monde à part... » À part, tout comme lui.

Coline Bergeon « La poésie est violente et verticale, comme un coup de foudre » RENCONTRE AVEC NIMROD, ÉCRIVAIN TCHADIEN. PLUSIEURS FOIS RÉCOMPENSÉ POUR SES ŒUVRES, L’AUTEUR FAIT SON ENTRÉE CHEZ GALLIMARD. Littérature Marc Melki

Vous pouvez aussi lire
Partie suivante ... Annuler