OPCVM DE DROIT FRANÇAIS - DORVAL CONVICTIONS PEA - Dorval AM

 
OPCVM DE DROIT FRANÇAIS - DORVAL CONVICTIONS PEA - Dorval AM
OPCVM DE DROIT FRANÇAIS

               DORVAL CONVICTIONS PEA

                 RAPPORT SEMI ANNUEL

                           Au 28 juin 2019

                   Société de Gestion : Dorval ASSET MANAGEMENT
                            Dépositaire : Caceis Bank France
                           Commissaire aux comptes : KPMG

DORVAL ASSET MANAGEMENT 1 rue de Gramont – 75002 Paris - Tél. : +33 (0)1 44 69 90 44
    Société anonyme au capital de 303 025 euros – RCS Paris B 391 392 768 – APE 6630 Z
                                  www.dorval-am.com
OPCVM DE DROIT FRANÇAIS - DORVAL CONVICTIONS PEA - Dorval AM
SOMMAIRE

1-   Rapport de gestion
2-   Attestation du commissaire au compte
Dorval Convictions PEA

                        Rapport de gestion - Premier semestre 2019

Catégorie : Fonds mixte (catégorie BCE)

Objectif de gestion : L'objectif de gestion est, par une gestion active et discrétionnaire de
l'allocation entre actions de la zone euro et produits de taux, de surperformer l'indicateur de
référence constitué de 50% de l'indice EONIA Capitalization Index 7 D et 50% de l'indice Euro
Stoxx 50NR (EUR) calculé dividendes nets réinvestis sur une durée minimale de placement de
5 ans.

Indicateur de référence : 50% de l’indice EONIA Capitalization Index 7d (Code Bloomberg :
OISEONIA) et 50% de l’indice Euro Stoxx 50 NR (EUR) (code Bloomberg : SX5T) calculé
dividendes nets réinvestis (à partir du 1er janvier 2013).

Profil de risque : Votre argent sera principalement investi dans des instruments financiers
sélectionnés par la société de gestion. Ces instruments connaîtront les évolutions et aléas des
marchés d’actions. Le profil de risque du FCP est adapté à un horizon d'investissement
supérieur à 5 ans.

Actif net du fonds au 28/06/2019 : 207,343,864.33 €

        28/06/2019                 Part R                 Part I               Part N             Part Q

             VL                   231.79               1,035.59               86.02             103.83

      Nombre de parts         475,569.096             87,897.118           70,192.407             411.

          Actif net          110,236,899.56         91,025,835.73         6,038,452.38         42,676.66

Valorisation : quotidienne

Rappel : Le fonds Dorval Convictions PEA est l’ancien fonds Dorval Patrimoine, transformé au 31 décembre 2008
1/ Contexte économique et financier
Depuis l’automne 2017, Dorval AM considère que le contexte économique et de marché est
celui de la maturité du cycle. Ce contexte se caractérise par une poursuite de la croissance
mondiale, mais avec une hausse progressive des probabilités de renversement du cycle, voire
de récession dans certains pays.

Les risques d’une fin du cycle d’expansion aux Etats-Unis
L’absence de crise financière et la faiblesse remarquable de l’inflation favorisent a priori un
scénario d’atterrissage en douceur de l’économie mondiale en 2019. Ce scénario subit
cependant un « stress test » d’ampleur significative. A l’affadissement du stimulus budgétaire
américain s’ajoutent une crise de transition dans les secteurs-clefs de l’automobile et des semi-
conducteurs, et surtout une quasi-récession du commerce mondial. Celle-ci est en grande
partie causée par la politique déstabilisante de l’administration américaine. En Allemagne, la
baisse des exportations et la crise dans l’automobile ont déjà fortement amputé la croissance
du PIB. Aux Etats-Unis, selon certaines études, les hausses de droits de douane décidées par
Donald Trump auraient déjà fait perdre au ménage américain moyen une part importante des
bénéfices de la baisse des impôts décidée en 2017. Enfin, la courbe des taux d’intérêt s’est
légèrement inversée, ce qui pourrait signaler l’imminence d’une récession. La question de la fin
du cycle d’expansion américain le plus long de l’histoire est donc posée.

Des contre-feux puissants aux forces récessives
Ce scénario de bascule est possible, surtout si Donald Trump décide d’étendre encore le champ
des droits de douane, mais il est loin d’être certain. En effet :
    • Comme il l’a fait face au Mexique, Donald Trump peut toujours décider de suspendre la
       menace d’une taxation des importations chinoises non encore concernées par les droits
       de douane (environ 300 milliards de dollars, dont beaucoup de produits de
       consommation).
    • Dans les pays développés, la quasi-récession industrielle et commerciale n’a pas, ou pas
       encore, contaminé le reste de l’économie. Les gains de pouvoir d’achat associés à des
       salaires en hausse et à un prix du pétrole 15% inférieur à sa moyenne de 2018
       soutiennent la consommation. En Europe, on assiste de plus à un assouplissement
       budgétaire modéré, notamment en France. Par ailleurs, les secteurs les plus
       domestiques, comme la construction et les services liés à l’immobilier, restent soutenus
       par des conditions financières très favorables – dont, en Europe, le très puissant TLTRO
       de la banque centrale européenne. Combinés à la forte baisse des taux à long-terme et
       au changement d’orientation des politiques monétaires, ces éléments créent un contre-
       feu puissant aux forces récessives. Ainsi, même en Italie, qui inquiète toujours les
       commentateurs, la reflation domestique se poursuit malgré tout, comme l’atteste le
       climat très positif dans le secteur de la construction. Le cadrage plus souple et mieux
adapté des politiques économique accroit donc la résilience des économies
      développées.
   • En Chine, enfin, et dans d’autres pays émergents, des politiques de stabilisation de la
      croissance sont à l’œuvre. Avec une politique progressive de soutien monétaire et
      budgétaire, les autorités chinoises visent à maintenir une croissance d’au moins 6%
      cette année, et devraient pouvoir y parvenir. De plus, le retournement du cycle des taux
      courts américains permet à certains pays comme l’Inde, la Russie et l’Indonésie de
      rebaisser les taux d’intérêt qu’ils avaient dû monter en 2018.
Des marchés actions stabilisés, et des opportunités si la croissance mondiale tient bon

Sur les marchés des actions, la maturité du cycle a produit, depuis la fin de l’année 2017, une
détérioration significative du rapport rendement/risque. Les grands indices boursiers sont au
même niveau qu’il y a dix-huit mois, mais les épisodes de corrections ont été fréquents et
parfois violents.

La situation actuelle est donc fort différente du début de l’année 2018. Le soutien des banques
centrales, la hausse des primes de risque et l’écroulement des taux à long-terme ont d’ailleurs
fini par stabiliser le marché.

Performance des grands indices boursiers mondiaux au premier semestre 2019

                                                                             (source Bloomberg)
2/ Politique d’investissement
Créé le 31 décembre 2008, Dorval Convictions PEA propose une gestion dynamique et flexible
dans le cadre du PEA, cherchant à réduire les risques inhérents aux marchés actions. L'objectif
de gestion est, par une gestion active et discrétionnaire de l'allocation entre actions de la zone
euro et produits de taux, de surperformer l'indicateur de référence constitué de 50% de l'indice
EONIA Capitalization Index 7 D et 50% de l'indice Euro Stoxx 50 NR (EUR) calculé dividendes
nets réinvestis sur une durée minimale de placement de 5 ans.

 En fonction des anticipations de marché, l’équipe de gestion de Dorval Convictions PEA peut
faire varier l’exposition actions du fonds de 0 à 100 % ; l'exposition obligataire ou monétaire
peut varier de 0 à 25%. Dans le cadre de sa poche actions, le FCP investit sur les marchés actions
de la zone euro, gérées en direct. En complément, le fonds peut être totalement couvert contre
le risque « action », au travers d'instruments financiers à terme négociés sur des marchés
réglementés ou organisés.
///////

Après un début d’année prometteur, marqué par l’espoir d’un accord commercial sino-
américain et le soutien des banques centrales, les marchés financiers sont rentrés depuis mai
dans une nouvelle phase d’incertitude due principalement à l’escalade des tensions
géopolitiques (Chine, Mexique, Iran) et à une dégradation des indicateurs économiques.

Une fois de plus, les banques centrales sont venues renforcer les anticipations de baisses de
taux de la part de la BCE et de la Fed. Mario Draghi a indiqué, qu’en l’absence d’amélioration,
la zone euro nécessiterait davantage de soutien monétaire. Jerome Powell, de son côté, a
abandonné sa position « patience » pour adopter un biais à l’assouplissement.

Les risques d’une fin du cycle d’expansion aux Etats-Unis

L’absence de crise financière et la faiblesse remarquable de l’inflation favorisent a priori un
scénario d’atterrissage en douceur de l’économie mondiale en 2019. Ce scénario subit
cependant un « stress test » d’ampleur significative. A l’affadissement du stimulus budgétaire
américain s’ajoutent une crise de transition dans les secteurs-clefs de l’automobile et des semi-
conducteurs, et surtout une quasi-récession du commerce mondial. Celle-ci est en grande
partie causée par la politique déstabilisante de l’administration américaine. En Allemagne, la
baisse des exportations et la crise dans l’automobile ont déjà fortement amputé la croissance
du PIB. Aux Etats-Unis, selon certaines études, les hausses de droits de douane décidées par
Donald Trump auraient déjà fait perdre au ménage américain moyen une part importante des
bénéfices de la baisse des impôts décidée en 2017. Enfin, la courbe des taux d’intérêt s’est
légèrement inversée, ce qui pourrait signaler l’imminence d’une récession. La question de la fin
du cycle d’expansion américain le plus long de l’histoire est donc posée.

Des marchés actions stabilisés, et des opportunités si la croissance mondiale tient bon

Sur les marchés des actions, la maturité du cycle a produit, depuis la fin de l’année 2017, une
détérioration significative du rapport rendement/risque. Les grands indices boursiers sont au
même niveau qu’il y a dix-huit mois, mais les épisodes de corrections ont été fréquents et
parfois violents. Cela a conduit beaucoup d’investisseurs à s’ancrer dans un pessimisme qui
pourrait s’avérer excessif (ou prématuré) si l’économie mondiale tient bon. La situation actuelle
est donc fort différente du début de l’année 2018, qui se caractérisait par une euphorie
dangereuse. Le soutien des banques centrales, la hausse des primes de risque et l’écroulement
des taux à long-terme ont d’ailleurs fini par stabiliser le marché.

Evolution du taux d’exposition depuis le début de l’année 2019 :

Le taux d’exposition moyen actions depuis le début de l’année est de 37%.

   -   Au cours du 1er trimestre le taux d’exposition est resté prudent (40% en moyenne).
   -   En mai, compte-tenu de l’escalade de la guerre commerciale sino-américaine
       l’exposition a été réduite tactiquement passant de 45% en début de mois à 12% fin mai.
   -   A partir de mi-juin, après le message de soutien des Banques Centrales, l’exposition a
       été progressivement relevée. Au 30 juin l’exposition actions était de 47%.

                                                           Moyenne 37%

Thématiques en portefeuille :

   •   Deux thématiques de mutation : L’industrie 4.0 & transition énergétique d’un côté, et la
       poursuite de la forte croissance des services digitaux de l’autre.
   •   Une thématique plus conjoncturelle, l’amélioration du pouvoir d’achat en Europe.
   •   Une sélection de valeurs hors thématiques, avec de nombreux couples valorisation /
       croissance redevenus attractifs à la suite de la forte baisse des cours en 2018.
Sélection de valeurs au cours du semestre :

Achats / renforcements1 :

En avril, nous avons profité de la baisse du titre ACCOR pour renforcer la position.

À la suite de l’OPA de Cap Gemini nous avons renforcé notre position sur ALTRAN.

Ventes / allègements :

Au cours du second trimestre, nous avons allégé ou réduit les secteurs les plus cycliques :

    -   L’industrie : ARCELORMITAL et APERAM,
    -   L’automobile : PEUGEOT et RENAULT,
    -   La banque et assurance : BNP PARIBAS, NATIXIS et AEGON.
Nous avons également profité de la hausse de certains titres pour réaliser des prises de
bénéfices : NESTE, RWE, LEONARDO et TELEPERFORMANCE.

Au 28 juin 2019 Dorval Convictions PEA (part I) réalise une performance depuis le début de
l’année de +3.5% et de +3.1% (part R) contre une hausse de +8.8% pour son indicateur de
référence, 50% EuroStoxx50 NR et 50% EONIA Capitalisé.

Cette sous-performance s’explique par :

1/ un taux d’exposition prudent (en moyenne à 37%) compte-tenu du contexte politique.

2/ un biais sur les moyennes capitalisations.

3/ la contre-performance de quelques valeurs. Les principales contributions négatives sont
Europcar (-20% YTD) et Solutions 30 (-8% YTD). Europcar souffre de la multiplication d’offres
concurrentielles qui perturbent la perception du dossier par un certain nombre d’investisseurs.
Le titre se traite à ses plus bas niveaux depuis son introduction. Solutions 30 a souffert de la
position vendeuse d’un fonds activiste. Au sein du portefeuille très concentré autour d’un
nombre limité de valeurs, nous pensons que nos titres en portefeuille (Solutions 30, Wirecard
ou Fnac…) devraient rattraper sensiblement leur retard au cours des prochains mois à la faveur
des prochaines publications de résultats

1
 Les exemples cités reposent sur la base d’analyses propres à Dorval AM en date du 28/06/2019. Ils ne
constituent pas un engagement ou une garantie. Cette dernière se réserve la possibilité de faire évoluer ses
analyses.
3/ Performance et statistiques du fonds au 28 juin 2019

                                 1 mois 3 mois          6 mois YTD       1 an 3 ans 5 ans

Performance DCPEA part N              0,9%        0,2% 3,2% 3,2% -9,9% /                  /

Performance DCPEA part Q              1,0%        0,5% 3,8% 3,8% /               /        /

Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances
futures. *Indicateur : 50% EONIA capitalisé, 50% EUROSTOXX 50 DNR Source : Dorval Asset Management
Dispositions particulières

Classification :                Fonds mixte (catégorie BCE)

OPC d’OPC :                     Le fonds pourra employer jusqu’à 10% de son actif net en parts
                                ou actions d’OPCVM ou FIA européens ouverts à une clientèle
                                non professionnelle.

Objectif de gestion :       L'objectif de gestion est, par une gestion active et discrétionnaire de
                            l'allocation entre actions de la zone euro et produits de taux, de
                            surperformer l'indicateur de référence constitué de 50% de l'indice
                            EONIA Capitalization Index 7 D et 50% de l'indice Euro Stoxx 50NR
                            (EUR) calculé dividendes nets réinvestis sur une durée minimale de
                            placement de 5 ans.

Indicateur de référence :       50% de l’indice EONIA Capitalization Index 7 D (Code Bloomberg
                                : OISEONIA) et 50% de l’indice Euro Stoxx 50 NR (EUR) (Code
                                Bloomberg : SX5T) calculé dividendes nets réinvestis (à partir du
                                1er janvier 2013).

                                Rappel concernant ces références :

                            •   EONIA (Euro Overnight Index Average) Capitalization Index 7 D
                                (Code Bloomberg : OISEONIA), taux calculé quotidiennement par
                                la BCE résultant de la moyenne pondérée des transactions au jour
                                le jour réalisées entre les banques les plus actives de la zone Euro.
                                Il représente le taux sans risque de la zone Euro.
                            •   Euro Stoxx 50 NR (EUR): indice reprenant les 50 valeurs les plus
                                représentatives de la cote de la zone Euro, parmi les plus
                                importantes capitalisations boursières. Il est calculé dividendes
                                nets réinvestis. (Code Bloomberg : SX5T).

L'attention du souscripteur est attirée sur le fait que la composition du portefeuille pourra
s’éloigner sensiblement de celle de son indice de référence.
Les administrateurs des indices sont la Banque Centrale Européenne et Stoxx ltd. Les indices
sont consultables
respectivement sur les sites :
http://fr.euribor-rates.eu/eonia.asp
https://www.stoxx.com/

Stratégie d’investissement : Le gérant du fonds Dorval Convictions PEA met en œuvre une
                             gestion active et discrétionnaire de l’allocation entre actions
                             européennes et produits de taux. Le FCP sera exposé entre 0 et
                             100% au marché des actions de l’Union européenne. Il pourra
                             être couvert totalement contre le risque action via l’utilisation de
                             produits dérivés.

PROCESSUS DE GESTION :

Le processus d’investissement est bâti autour de deux processus, à savoir :

1/ analyse de l’environnement macroéconomique mondiale (intégrant une dimension
géopolitique, démographique et sociologique), de l’évolution des marchés et anticipation de
l’évolution des marchés, permettant la détermination de l’allocation d’actifs (choix de
l’exposition au actions).

2/ sélection d’actions répondant aux critères définis par Dorval Asset Management.

Les gestionnaires cherchent à identifier de façon systématique des actions sous-évaluées. Cette
situation s’analyse au regard de la valeur intrinsèque de leurs actifs, de leur capacité à générer
du cash-flow libre, de leur rentabilité des capitaux investis et de leur potentiel de croissance
organique. Elle peut être constatée sur l’un ou plusieurs de ces quatre niveaux. La sélection des
titres est en outre effectuée de façon systématique avec une approche patrimoniale. Cette
analyse globale combine ainsi une approche patrimoniale des entreprises, associée à
l’identification de thèmes porteurs ou opportunistes, pour les sociétés étudiées, de
perspectives de croissance visibles et tangibles dans un horizon de temps rapproché. Une
valorisation objective est ainsi calculée par les gestionnaires qui élisent dans leur portefeuille
les titres présentant le meilleur potentiel d’appréciation après s’être assurés du caractère
raisonnable du prix payé pour chacune de ces valeurs. Un équilibre sectoriel et géographique
des investissements du fonds est également recherché mais il n’est contrôlé qu’à posteriori.
Toutefois, l'investissement s’effectue en priorité sur les thématiques d’investissement jugées
porteuses ou opportunistes.

Il est à noter que des critères extra-financiers environnementaux, sociaux et de gouvernance
(ESG) sont également intégrés à cette sélection. L’évaluation de Dorval AM sur les différents
critères ESG ne constituent pas nécessairement un indicateur d’éligibilité ou d’exclusion du titre
dans le portefeuille dans la mesure où les gérants et analystes du fonds estiment qu’il existe un
axe potentiel de progrès et de revalorisation du titre.

Enfin, la sélection, dans la limite de 10% du portefeuille, d’OPC monétaires éligibles au PEA,
suivant des critères quantitatifs et qualitatifs propres à Dorval Asset Management au sein de la
gamme de Dorval Asset Management ou de sociétés de gestion extérieures, conduisant à la
construction finale du portefeuille.

Le FCP est un fonds éligible au PEA et 75% de son actif doivent être investis sur des titres de
sociétés éligibles au PEA.

COMPOSITION DES ACTIFS :

Le taux d’exposition en actions peut varier de 0 à 100%, en comprenant des produits dérivés.
Les produits de taux n’excèderont pas 25%.

Actions :                     Dans une fourchette d’exposition de 0% à 100% en actions de
                              sociétés de la zone euro, sans limite de capitalisation boursière,
                              sélectionnées après analyse de la société sur leur potentielle
                              sous-évaluation.

                              En cas de potentielle couverture de l'exposition au risque actions,
                              le fonds sera exposé aux marchés obligataires à hauteur de 25%
                              maximum et en instruments financiers à terme négociés sur des
                              marchés réglementés pour couvrir ou exposer le portefeuille aux
                              marchés d’actions européennes entre 0 et 100% de l'actif.

                              Le fonds limitera son exposition au risque de change à 10% sur
des monnaies européennes hors zone euro.

Titres de créances et instruments du marché monétaire :

                                Dans une fourchette d’exposition de 0 à 25% en obligations et
                                titres de créances (certificats de dépôt, billets de trésorerie) du
                                secteur public ou du secteur privé ou en OPC en fonction des
                                opportunités de marché, et dans la limite d’une notation de la
                                dette long terme des émetteurs minimum de BBB par Standard
                                and Poor’s et A2/P2 sur le court terme ou son équivalent auprès
                                d’autres agences. Les titres n’appartenant pas à la catégorie «
                                Investment grade » ou « spéculatives » pourront néanmoins
                                représenter jusqu’à 10% de l’actif.

                                La société de gestion ne recourt pas systématiquement, pour
                                fonder ses décisions d’investissement, à des notations émises par
                                les agences de notations et pourra précéder à sa propre analyse.
                                La société de gestion s’appuie, pour l’évaluation du risque de
                                crédit, sur ses équipes et sa propre méthodologie.

OPC :

                                Le FCP peut détenir jusqu’à 10% de son actif en parts ou actions
                                d’autres OPCVM ou FIA européens ouverts à une clientèle non
                                professionnelle. Plus précisément, les investissements en OPC
                                actions seront réalisés sur des OPC d’actions des pays de l’Union
                                européenne éligibles au PEA,

                                sur certains FCP « trackers » qui suivent les indices européens,
                                sur des OPC monétaires éligibles au PEA, dont l’objectif est de
                                restituer la performance du marché monétaire et des OPC de
                                classification BCE « fonds mixtes ».

                                L’investissement dans les OPC gérés par Dorval Asset
                                Management est autorisé.

Instruments financiers dérivés :
En fonction des anticipations des gérants sur l’évolution des
                                marchés actions, dans le but de dynamisation ou de protection
                                de la performance, le FCP pourra avoir recours à des contrats de
                                futurs ou options, négociés sur des marchés organisés ou
                                réglementés.

                                Nature des marchés d’intervention :

                                - marchés réglementés, organisés.
                                Types de risques traités :

                                -   risque action
                                -   risque de taux
                                -   risque de change

                                Nature des interventions :

                                -   couverture et exposition

                                Nature des instruments :

                                -   Futures
                                -   Options

                               Stratégie d’utilisation des dérivés pour atteindre l’objectif de
                        gestion :

                                -   exposition ou couverture (action, taux)
                                -   de couverture d’un compartiment : zone géographique, type
                                    de capitalisation
                                -   Les instruments dérivés seront utilisés dans la limite
                                    d’engagement de 100% du portefeuille.

                                Le FCP n’aura pas recours à des contrats d’échange sur
                                rendement global (« Total Return Swap »).

                                Le fonds n’a pas vocation à se surexposer.

Titres intégrant des dérivés et stratégie d'utilisation (certificats, bons de souscription …) :

                                Uniquement et à titre temporaire si les valeurs détenues sont
                                amenées à émettre ce type d’instruments.
Types de risques traités :

                       - risque action

                       Nature des interventions :

                       - exposition ou couverture pour remplir l’objectif de gestion

                       Nature des instruments :

                       - Warrants ou bons de souscriptions négociés sur des marchés
                       réglementés

                     - Obligations       convertibles    négociées      sur   des   marchés
               réglementés

                       Stratégie d’utilisation des dérivés intégrés :

                       - couverture d’un compartiment ou d’une valeur : zone
                       géographique, secteur d’activité, valeur spécifique …

Dépôts :
                       Le FCP pourra utiliser les dépôts dans la limite de 100% de son
                       actif auprès d'un même établissement émetteur de crédit pour
                       garantir une liquidité aux porteurs de parts du FCP et pour
                       pouvoir profiter des opportunités de marché.

Emprunts d’espèces :
                       Les emprunts en espèces ne peuvent représenter plus de 10%
                       de l'actif et servent, de façon ponctuelle, à assurer une liquidité
                       aux porteurs désirant racheter leurs parts sans pénaliser la
                       gestion globale des actifs.

Acquisition et cession temporaire de titres : Néant
PROFIL DE RISQUE
                                Votre argent sera principalement investi dans des instruments
                                financiers sélectionnés par la société de gestion. Ces instruments
                                connaîtront les évolutions et aléas des marchés d’actions. Le
                                profil de risque du FCP est adapté à un horizon d'investissement
                                supérieur à 5 ans. Les risques auxquels s'expose le porteur au
                                travers du FCP sont principalement les suivants :

Risque actions et de marché :

                                L’OPCVM pouvant être investi jusqu’à 100% de son actif net en
                                actions et/ou en OPC de produits actions, l’évolution de sa valeur
                                liquidative est liée aux évolutions de l’univers d’investissement
                                Actions. En cas de baisse des marchés actions, la valeur
                                liquidative pourrait baisser.

Risque actions petites valeurs :

                                Du fait de son orientation de gestion, le fonds est partiellement
                                exposé aux petites et moyennes capitalisations qui, en raison de
                                leurs caractéristiques spécifiques, peuvent présenter des risques
                                pour les investisseurs et peuvent présenter un risque de liquidité
                                du fait de l’étroitesse éventuelle de leur marché. Les
                                mouvements à la hausse comme à la baisse sont plus rapides et
                                plus marqués. La valeur liquidative peut avoir le même
                                comportement.

Risque de perte en capital :

                                La perte en capital se produit lors de la vente d’une part à un prix
                                inférieur à celui payé à l’achat. Le fonds ne bénéficie d’aucune
                                protection ou de garantie du capital, le capital initialement investi
                                peut ne pas être intégralement restitué.

Risque de change :

                                Le portefeuille peut être exposé jusqu'à 10% maximum de son
                                actif au risque de change. Il s'agit du risque de baisse des titres
détenus par rapport à la devise de référence du portefeuille :
                                Euro.

Risque de taux :

                                Une partie du portefeuille peut être investie en produit de taux
                                d'intérêt. En cas de hausse des taux d'intérêt, la valeur liquidative
                                du fonds peut baisser.

Risque de crédit :

                                Une partie du portefeuille peut être investie en OPC comprenant
                                des obligations privées. En cas de dégradation de la qualité des
                                émetteurs privés, par exemple de leur notation par les agences
                                de notation financière, la valeur liquidative du fonds peut baisser.

Risque lié à l'investissement en titres spéculatifs à haut rendement :

                                Une partie du portefeuille peut être investie en OPC comprenant
                                des obligations de haut rendement. Il existe un risque lié à
                                l’utilisation de titres spéculatifs, dit de haut rendement, dont la
                                notation est basse ou inexistante. Ainsi, l’utilisation de titres
                                « haut rendement / High Yield » pourra entraîner un risque de
                                baisse de la valeur liquidative plus important.

Risque lié à l’utilisation des instruments dérivés :

                                L’utilisation des instruments dérivés peut entraîner sur de
                                courtes périodes des variations plus fortes de la valeur
                                liquidative, à la hausse comme à la baisse en cas d’exposition
                                dans un sens contraire à l’évolution des marchés.

Garantie ou protection :        néant
Informations Juridiques :

Les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs.

Commission de mouvements et frais d’intermédiation :

Le compte-rendu relatif aux frais d’intermédiation prévu à l’article 314-82 du Règlement
Général de l’Autorité des Marchés Financiers est consultable à l’adresse internet suivante :
www.dorval-am.com

Politique du gestionnaire en matière de droit de vote :

Conformément aux articles 319-21 à 321-132 du Règlement Général de l’Autorité des Marchés
Financiers, les informations concernant la politique de vote et le compte-rendu de celle-ci sont
disponibles sur le site Internet de la société de gestion et/ou au siège social.

Procédure de sélection et d’évaluation des intermédiaires et contreparties :

Les principaux critères retenus pour la sélection et l’évaluation des intermédiaires et des
contreparties sont :

   -   Le coût de l’intermédiation
   -   La qualité de l’exécution (capacité de best exécution conformément à la règlementation
       en vigueur)
   - La qualité du traitement administratif (envoi des confirmations, qualité du back office…)
   - La qualité du suivi commercial : qualité du suivi par la personne chargée du compte chez
       l’intermédiaire et pertinence de ses interventions.
D’autres critères pourront être ajoutés en vue d’améliorer l’évaluation réalisée.

Il est à noter que le critère analyse financière est à prendre en compte de façon autonome
conformément à l’article 314-75-1 du Règlement Général de l’AMF.

Dorval Asset Management établit chaque année une notation des intermédiaires et
contreparties en fonction des critères définis ci-dessus.

Informations relatives aux modalités de calcul du risque global :

Le risque global sur contrats financiers est calculé selon la méthode du calcul de l’engagement.
Information sur critères sociaux, environnementaux, qualité de gouvernance (art. L. 533-22-1 et
D. 533-16-1 CMF) :

La politique d’investissement n’intègre pas de façon systématique et simultanée les critères liés
à l’Environnement, au Social et à la qualité de Gouvernance (E.S.G). Néanmoins, en sus des
critères financiers traditionnels, nous nous efforçons d’analyser les valeurs dans lesquelles nous
investissons en tenant compte de certains critères de Gouvernance, Environnementaux ou
Sociaux.

Règlement SFTR : Non applicable

Rémunération :

La politique de rémunération est conçue en accord avec les dispositions relatives à la
rémunération figurant dans les directives 2001/61/UE du Parlement Européen et du Conseil du
8 juin 2011 (ci-après la « Directive AIFM ») et 2014/91/UE du parlement Européen et du Conseil
du 23 juillet 2014 (ci-après la « Directive UCITS V »), applicables au secteur des gestionnaires
de fonds.

Conformément à la réglementation applicable, la Société de Gestion Dorval Asset
Management dispose d’une politique de rémunération établie sur un support durable.

Dorval Asset Management a mis en place un système de rémunération variable différée, sur
trois ans, applicable au « Personnel régulé » en conformité avec la règlementation en vigueur.

Le RCCI et la direction définissent et formalisent annuellement la liste du personnel « régulé »,
à savoir les collaborateurs considérés comme « preneurs de risque », conformément aux
indications de l’AMF.

Principes de rémunération en vigueur au sein de Dorval Asset Management

 La rémunération globale des salariés de Dorval Asset Management est composée des éléments
suivants :

   -   Le salaire fixe
   -   La rémunération variable individuelle
   -   La rémunération variable collective (intéressement et participation)
Dorval Asset Management compare régulièrement les rémunérations de ses collaborateurs au marché
dans toutes leurs composantes afin de s’assurer de leur compétitivité et de l’équilibre de leur
structure. L’entreprise vérifie notamment que la composante fixe de la rémunération représente une
part suffisamment élevée de la rémunération globale.

Chaque collaborateur bénéficie de tout ou partie de ces différentes composantes, en fonction de ses
responsabilités, de ses compétences et de sa performance.

Il est précisé que les éventuelles rémunérations variables ne constituent pas un droit acquis.

Les modalités de rémunération sont établies en conformité avec les dispositions de la règlementation
applicable et s’inscrivent dans les principes généraux suivis par le groupe Natixis Global Asset
Management en matière de politique de rémunération.

Dispositif applicable à la part variable de rémunération des membres du « Personnel régulé »

Pour les membres du « Personnel régulé » et sous réserve de l’atteinte du seuil d’attribution, le
dispositif applicable à leur part variable de rémunération est le suivant :

    -   La moitié de la part variable de rémunération est versée de manière différée ;
    -   Le report du versement de la part variable de rémunération est fixé au minimum à trois ans ;
    -   La partie différée de la part variable de rémunération n’est définitivement acquise au
        collaborateur qu’à la date de son versement effectif et ne peut être perçue par le collaborateur
        avant ledit versement.

Les collaborateurs pour lesquels la rémunération variable est supérieure ou égale au seuil déterminé
préalablement se verront octroyer l’autre moitié de cette rémunération en instruments financiers liés
à la performance des fonds.
L’enveloppe des rémunérations variables est proposée chaque année par la direction de Dorval Asset
Management, puis elle est soumise au comité de rémunération et au conseil d’Administration de
Dorval Asset Management.

Dorval Asset Management revoit annuellement les principes généraux de cette politique et effectue
une évaluation du respect de cette politique. Ce contrôle et cette révision sont documentés.
Rémunération versée au titre du dernier exercice

Le montant total des rémunérations pour l’exercice, ventilé en rémunérations fixes et
rémunérations variables, versées par la société de gestion à son personnel, et le nombre de
bénéficiaires :

   ▪    Rémunérations fixes 2018* : 2 416 000€
   ▪    Rémunérations variables attribuées au titre de 2018 : 2 643 000€
   ▪    Effectifs concernés : 28 collaborateurs

*Rémunérations fixes calculées au prorata temporis 2018

Le montant agrégé des rémunérations, ventilé entre les cadres supérieurs et les membres du
personnel de la société de gestion dont les activités ont une incidence significative sur le profil
de risque de la société de gestion et/ou des portefeuilles :

Rémunération totale attribuée au titre de 2018 : 5 059 000 € dont :

    ▪   Cadres supérieurs : 2 905 000 €
    ▪   Membres du personnel : 2 153 400 €

Evènements en cours de période :

Intégration des critères ESG dans le processus d’investissement.
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler