RECONNAITRE SON PRENOM EN CAPITALES D'IMPRIMERIE CONNAITRE LE NOM DES LETTRES DE L'ALPHABET

 
RECONNAITRE SON PRENOM EN CAPITALES D'IMPRIMERIE CONNAITRE LE NOM DES LETTRES DE L'ALPHABET
RECONNAITRE SON PRENOM EN CAPITALES D’IMPRIMERIE

CONNAITRE LE NOM DES LETTRES DE L’ALPHABET
Ces séquences ont été proposées dans le cadre des programmes 2007/2008 modifiant ceux de 2002.

. Au regard des programmes 2008 en moyenne section (cf. Le tableau des repères pour organiser la progressivité
des apprentissages), les objectifs de ces séquences s s’intègrent au chapitre :

       Se familiariser avec l’écrit
                         …………………………….Identification de formes écrites

            « reconnaître son prénom écrit en écriture cursive »
            « repérer des similitudes entre mots à l’écrit (lettres, syllabes) parmi les plus familiers (jours de la
               semaine, prénoms par exemple»

            « reconnaître des lettres de l’alphabet »

      Ces trois compétences se construisent en interaction étroite.

Tout au long de l’année, on poursuivra le travail amorcé en PS :
    autour des prénoms travaillés d’abord en capitales d’imprimerie
         Classement des prénoms par lettre initiale
         Classement des prénoms par ordre alphabétique
    autour d’autres mots
         Lecture et production d’imagiers et d’abécédaires
         Constitution de répertoires de mots étudiés : qui peuvent prendre la forme de listes d’albums connus,
         listes de mots regroupés de manière thématique, dictionnaires…..
         Repérage de mots dans des contextes différents
         Valoriser et susciter les remarques des enfants concernant les analogies graphie/phonie dans les mots
         rencontrés.
    autour de l’alphabet
         Poursuivre l’apprentissage des lettres (nom, valeur sonore, et tracé)
         L’évocation du bruit des lettres se fait en même temps que le travail sur leur nom. Le but n’est pas
         que les élèves connaissent l’ensemble des bruits des lettres de l’alphabet mais qu’à travers cette
         relation constante que fait l’enseignant, il comprenne que l’écrit code l’oral et que « toutes les lettres
         font du bruit » cf. dans les programmes 2008, « A la fin de l’école maternelle l’enfant est capable de :
         mettre en relation des sons et des lettres »

On étendra la connaissance des lettres et l’identification des mots à la graphie cursive.
On pourra : construire un alphabet complet (on l’a amorcé de manière partielle en PS)
                 : faire utiliser la comptine alphabétique pour trouver le nom d’une lettre inconnue
                 : épeler un mot dans une situation de classe signifiante

On proposera des activités de copie :
   Copier un mot en verbalisant chaque lettre, d’abord en capitales d’imprimerie, puis en cursives au fur
       et à mesure des acquisitions graphiques
   Copier un mot au clavier d’ordinateur ou avec des lettres magnétiques .
RECONNAITRE SON PRENOM EN CAPITALES D'IMPRIMERIE CONNAITRE LE NOM DES LETTRES DE L'ALPHABET
Une séquence d’apprentissage proposée par des collègues de Camiers et Widehem
V. Bonnet et S. Cugnet

Compétence travaillée : reconnaître son prénom écrit en capitales d’imprimerie

Repères proposés pour une séquence d’apprentissage, et une mise en œuvre en petits groupes :

La suite des séances ci-dessous propose la capacité ou connaissance à construire, la tâche pour les
élèves. Chaque enseignant aménagera de manière personnelle en liaison avec les caractéristiques
de sa classe. Néanmoins une constante doit être respectée dans tous les cas : la lettre est toujours
travaillée sous ses trois aspects : bruit en liaison avec un mot, nom et forme.

Le matériel pour l’ensemble des séances :
- Étiquettes (de présence, de casier...)
- Lettres mobiles
- Ordinateur
-Jeux

Séance 1 : Repérer l'initiale de son prénom
         : Classement d'étiquettes par initiale

Séance 2 : Reconnaître son prénom en dénombrant les lettres
         : Classement par nombre de lettres

Séance 3 : Repérer les lettres caractéristiques de son prénom
     Au cas par cas et en comparaison avec les autres prénoms.

Séance 4 : Reconnaître son prénom parmi des mots de graphies proches
       Reprise de notions déjà abordées : Nombre de lettres, repérage des lettres initiales,
       des lettres finales.

Séance 5 : Recomposer son prénom et prendre conscience de l'ordre des lettres
  * sur l’ordinateur
  * avec des lettres mobiles

Séance 6 : Épeler son prénom
    Différentes situations de jeu peuvent être proposées : jeu de loto, de prénoms à trous,
du pendu.
RECONNAITRE SON PRENOM EN CAPITALES D'IMPRIMERIE CONNAITRE LE NOM DES LETTRES DE L'ALPHABET
Une séquence d’apprentissage proposée par des collègues de Samer et Hesdin l’Abbé
J. Bailly et L. Gobert
      Travail sur le prénom

Compétence travaillée : connaître les lettres de son prénom et leur place dans le mot

Séance 1 : le prénom mystère
Matériel : étiquettes des prénoms des élèves, puis pour compléter d’autres mots présentant des
analogies en début de mot
         : caches en forme d’étui dans lequel on glisse l’étiquette du prénom à reconnaître

Déroulement : insérer le mot dans l’étui et dévoiler la première lettre du prénom.
Quand un enfant pense qu’il s’agit de son prénom, il lève le doigt.
Il doit le justifier en donnant le nom et le bruit de la lettre.
Pour commencer on propose des prénoms qui n’ont pas la même initiale puis, on complète avec
 des prénoms ou d’autres mots qui commencent par la même lettre.
On poursuivra la recherche en dévoilant une lettre à la fois.
Au fur et à mesure l’élève concerné, les autres élèves ou l’enseignant donnent le nom de la lettre et
son bruit (dans les cas les plus signifiants)

Séance 2 :
Matériel : étiquettes des prénoms des élèves
         : cache en forme d’étui et lettres mobiles installées à distance.

Déroulement : Travailler en binôme.
Un élève1 tient le cache dans lequel se trouve son prénom et demande à un camarade (élève 2)
 d’aller chercher la 1ère lettre, puis la 2 ème etc. lettre afin que ce dernier reconstitue le prénom.
L’élève 1 valide la bonne lettre au fur et à mesure que l’élève 2 va chercher les lettres.

La même situation peut être proposée avec un mot travaillé par toute la classe pour un apprentissage ciblé de
quelques lettres.

Séance 3 :
Matériel : les étiquettes des prénoms, un cache carton, des lettres mobiles ou aimantées

Déroulement :
Travail en binôme. Un des 2 élèves pioche une étiquette dans une boîte qui ne contient ni son
 prénom ni celui de son camarade. (le nombre total d’étiquettes proposées est une variable)
Même situation de dictée qu’en séance 2. A la fin, les 2 élèves vérifient qu’il n’y a pas d’erreur.
Ils doivent alors lire le prénom écrit et poser à côté la photo correspondante.
On recommence en inversant les rôles.
RECONNAITRE SON PRENOM EN CAPITALES D'IMPRIMERIE CONNAITRE LE NOM DES LETTRES DE L'ALPHABET
Prolongements : en autonomie, exercices d’entrainement
Exercice 1 :
B R - A N                                                                 B R Y - N

B - Y A N

- R Y A N                                                                 B R Y A-

Découpe les lettres et replace-les au bon endroit dans ton prénom.

 B               R         Y            A             N

Exercice 2

B    R   Y   A       N

                                                                                  R

         B

                                                  Y

                                                                      A
                                                                                      N

Relie les lettres de ton prénom par un trait en respectant l’ordre.

Compétences travaillées : décomposer un mot en syllabes
                            : mémoriser les syllabes de son prénom
Séance 4 :
Matériel : les prénoms des élèves du groupe sur bandes de papier
           Ciseaux, colle et grande feuille
           Une pioche constituée des différentes syllabes des prénoms des élèves présents à l’atelier
RECONNAITRE SON PRENOM EN CAPITALES D'IMPRIMERIE CONNAITRE LE NOM DES LETTRES DE L'ALPHABET
Déroulement :
Chaque élève frappe et dénombre les syllabes de son prénom
La maîtresse découpe et distribue à chaque élève les syllabes de son prénom.
Demander aux enfants de reconstituer leur prénom à l’aide des syllabes (avec modèle puis sans)
Sur la grande feuille, on colle les syllabes pour constituer une liste des prénoms découpés

Jeu : chaque élève pioche une syllabe, et le premier qui a reconstitué son prénom a gagné.
Regrouper les élèves en fonction du nombre de syllabes dans leur prénom.
Remarque : cette séance n’est pas directement liée à l’apprentissage du nom des lettres, mais est une
progression possible après le travail sur la reconnaissance du prénom pour aborder plus tard l’écriture
alphabétique.

Prolongement possible : toujours à partir des prénoms, travailler la capacité à identifier une syllabe identique à
l’oral, à situer cette syllabe dans le mot puis à l’identifier à l’écrit
Lors d’une séance 5, on constituera un référent des prénoms classés en fonction de la syllabe
 commune contenue.

Séance 6 : Jeu de loto
Matériel : une planche par joueur reprenant des photos d’élèves (les prénoms ainsi représentés
doivent totaliser le même nombre de syllabe pour assurer les mêmes chances de réussite à chacun.
           : une pioche comportant toutes les syllabes des prénoms repris sur les planches
Déroulement : le maître pioche une carte, lit la syllabe et la donne à l’élève qui à juste titre en fait le premier la
demande (travail d’identification auditive)
Pour reconstituer les prénoms de sa planche l’élève pourra utiliser le référent des prénoms
décomposés
.réussir le premier à écrire les prénoms de la planche

En complexification : on pourra laisser les élèves lire la syllabe en utilisant le référent des prénoms
de la classe.
Dans le cadre d’un autre projet, visant la capacité à combiner des syllabes, on peut proposer aux
élèves de trouver et d’écrire des prénoms imaginaires.
En évaluation finale de la capacité à reconnaître son prénom, on peut proposer de reconnaître son prénom parmi
des « pseudo-mots » qui font varier le prénom à une lettre près.
Une séquence d’apprentissage proposée par des collègues de Quesques et d’Alincthun
I. Noël et S. Rouquette

Compétences travaillées : connaître le nom des lettres de l’alphabet
                         : prendre conscience que les lettres font « des bruits »

Séance 1 : évaluation diagnostique : individuelle
Matériel :
 Tableau 1 : - 26 lettres en capitales d’imprimerie désordonnées
 Tableau 2 : - 5 voyelles et 5 consonnes S R M P J

Consigne du 1er tableau : donne-moi le nom des lettres
Consigne du 2ème tableau : donne-moi le bruit des lettres

Analyse et organisation de groupes de besoin

Séance 2 : apprentissage de comptines sur l’alphabet
CF. document : ABC chanté sur un air ….

Séance 3 : apprentissage du nom des lettres correspondant à un titre d’album
Exemple : ABECEDAIRE DE NOEL (créé par les enfants lors d’un projet)
Matériel : 4 modèles plastifiés du titre + lettres individuelles plastifiées du titre sans intrus
          : une carte de stockage des lettres pour permettre aux élèves de conserver les lettres nécessaires à l’écriture
du titre en attendant de pouvoir les poser car ils doivent poser les lettres
en respectant l’ordre de la 1ère à la dernière.
Organisation collective par groupe de 4 : Chaque enfant dispose d’un modèle. Les lettres sont
retournées, face cachée sur la table en pioche.

Déroulement :
Consigne : « chacun votre tour, vous prenez une lettre, si vous connaissez le nom de la lettre, vous la mettez
sur votre modèle sinon vous passez votre tour ». La maîtresse questionne également sur le
 bruit de la lettre et le donne si l’élève ne le connaît pas. (Les copains qui connaissent les réponses peuvent
l’aider). Le premier qui a rempli son titre a gagné.
Séance à répéter plusieurs fois.

Séance 4 : apprentissage du nom des lettres de l’alphabet
          : rappel du bruit des lettres (en s’appuyant sur le titre travaillé)
Matériel : 4 planches plastifiées de l’alphabet + lettres individuelles plastifiées

Déroulement :
Organisation collective par groupe de 4 : Chaque enfant dispose d’un modèle. Les lettres sont
retournées face cachée sur la table en pioche. (jouer en 2 parties : partie de A à M ou partie de N à Z)
Consigne : « chacun votre tour, vous prenez une lettre, si vous connaissez le nom de la lettre, vous la mettez sur
votre planche ; sinon vous passez votre tour. »(L’enfant peut au début chanter la comptine de l’alphabet
pour trouver le nom de la lettre). Le premier qui a rempli la moitié de l’alphabet a gagné.

Séance à répéter plusieurs fois jusqu’à ce que l’enfant connaisse le nom des lettres sans chanter la comptine de
l’alphabet.

Séance 5 : évaluation sommative
Matériel : tableau 1 de la première séance (26 lettres en capitales d’imprimerie désordonnées)

Déroulement :
Consigne : « donne-moi le nom des lettres et leur bruit. »

Séance 6 : réinvestissement en classe (mots ou titres d’albums, personnages…)
Une séquence d’apprentissage proposée par une collègue de Neufchatel-Hardelot.
D. Delannoy

Compétence travaillée : nommer des lettres de l’alphabet, connaître leur bruit

Un travail à partir d’un album Le monstre du tableau édité chez Milan
Cf. photos de la couverture du livre
 Et du monstre géant (fabriqué par une PE2 lors d’un stage en responsabilité : support en bois avec
une fente pour la bouche et une boîte de récupération des lettres à l’arrière.)
 Projet possible pour les élèves : alimenter le monstre qui mange des lettres. On commence par lui
donner celles que l’on connait (suite à la séance d’évaluation diagnostique), mais comme il est
exigeant, il faut aussi lui donner des « lettres nouvelles » .Et donc Il faut en apprendre.
On peut instaurer une situation rituelle: venir lui chanter la chanson de l’alphabet avant de le
nourrir.
Séance 1 : évaluation diagnostique
En situation individuelle.

Séance 2 : apprentissage à partir d’un jeu Le monstre du tableau

Matériel :    4 planches de jeu (en capitales)
              4 séries de lettres découpées (en capitales)
              sélectionner 6 lettres en fonction des besoins identifiés en séance 1
Déroulement :
Chaque enfant a une planche de jeu devant lui. Toutes les lettres sont retournées au milieu de la
 table. Tour à tour, les enfants piochent une lettre et la montrent. Pour pouvoir la poser il faut la
 nommer. Si la lettre n’est pas nommée on la remet dans la pioche (je demande alors aux autres
enfants de la nommer).Alors la maîtresse donne le bruit de la lettre en le référant à un mot du
lexique de la classe. Avant de poser sa lettre, l’élève répète le nom et le bruit de la lettre.
Le premier qui en a posé six a gagné (si l’enfant tire une lettre qu’il a déjà posée, il la remet dans la
 pioche.)

Séance 3:
Matériel : augmenter le nombre de lettres
Déroulement :
Même déroulement mais avec une pioche différente :
On ne retourne que les lettres choisies (elles pourront être choisies par la maîtresse ou par un
enfant.)
Le premier qui a posé ses 12 lettres a gagné.

Séance 4 :
Matériel : avec toutes les lettres
Déroulement :
On pioche 2 lettres à la fois, on les montre, on les nomme avant de les poser.
A la fin du jeu, celui qui a posé le plus de lettres a gagné (si la durée du jeu est limitée) ou bien celui
qui a rempli sa grille a gagné.
Remarque :
Chaque séance numérotée 2,3, 4, doit être suivie d’entrainement et donc de reprise du jeu pour
permettre la mémorisation. Ce travail doit s’étendre sur une période assez longue, alimenté par
d’autres projets.

Variantes :
    - Changer la police d’écriture (la cursive par exemple)
    - Jouer avec un dé pour le nombre de lettres à piocher (1, 2, 3, -1, -2, -3.)
    - Trouver un mot qui commence par cette lettre.

L évaluation
Pour mesurer les progrès des élèves, soutenir leur intérêt et valoriser leurs efforts, l’évaluation
peut être de « type formatrice »

Au moment de l’évaluation individuelle, chaque élève signale ses connaissances en coloriant les
lettres qu’il sait nommer.
Les cases qui restent blanches correspondent aux lettres qu’il doit apprendre.
Au fur et à mesure de ses nouvelles acquisitions, l’élève coloriera les cases dans une autre couleur.
On pourra ainsi faire avec lui un point régulier sur ses progrès et définir les étapes ultérieures à
 franchir (sorte de contrat)
Une séquence d’apprentissage proposée par des collègues d’Etaples
D. Leroy et C. Cadet

      Compétence travaillée : connaître le nom des lettres de l’alphabet

      En évaluation diagnostique on aura évalué la connaissance des lettres
      : A-M-     E avec accent            -L-I-E-R-G-N-S-C-O-T-V-D
      _________________________________________________________________________________

      Compétences travaillées :-reconnaître et nommer les lettres du mot AMELIE
                          -connaître le bruit des lettres

      Séance 1 : situation de jeu
      l’album aura été lu et étudié en compréhension la semaine précédente.

      Matériel :- l’album : Une lettre pour Amélie (NATHAN)
                - 6 planches plastifiées : les lettres sont volontairement dispersées pour permettre de
      dérouler le jeu plus facilement en laissant prendre les lettres au hasard du tirage sans
      faire observer leur ordre.

                              A
                                              E
                                  M
                                          L
                                                   I
                                      E

                             

                  - 48 cartes images-animaux (8 exemplaires des 6 animaux : araignée-mouche-
          éléphant-limace-iguane-escargot) avec le mot écrit en -dessous
      Déroulement :
      - Chaque élève reçoit une planche. La maîtresse fait remarquer qu’elle contient les lettres du mot
      AMELIE. Avec un crayon Velléda on tracera le chemin qui relie les lettres pour écrire AMELIE.
      - présentation des cartes- animaux que l’on retourne au milieu de la table.
      - Chacun leur tour, les enfants piochent une carte, nomment l’animal sur la carte. Ils donnent le
       nom de lettre initiale et son bruit. Puis ils placent la carte sur la lettre du mot AMELIE
       qui lui correspond.
      - exemple : l’élève pioche la mouche, il nomme l’animal, donne le nom de la lettre initiale « M »
      dit son bruit, et place la carte sur le M de AMELIE.
      - celui qui finit le premier a gagné.
      Il prend alors chaque lettre dans l’ordre et écrit AMELIE dans l’espace du bas à côté de la flèche.

      Séance 2 : reprise de la situation précédente avec la contrainte de piocher les lettres dans l’ordre
      pour écrire AMELIE
      Matériel :- une planche par élève

                                                                     A    M    E    L   I    E
-un jeu de cartes-animaux par élève pour constituer une pioche individuelle
Déroulement :
Chacun leur tour, les enfants piochent une carte, nomment l’animal sur la carte. Ils donnent le
 nom de lettre initiale et son bruit. Puis ils placent la carte sur leur planche en dessous de la lettre
correspondante du mot AMELIE à la condition de bien tirer les lettres dans l’ordre de l’écriture.

Séance 3 :
 Matériel : -feuilles et crayons
            -6 planches mot : AMELIE (1 par enfant)
Déroulement :
1 er temps : Apprentissage de l’écriture des lettres d’AMELIE en capitales d’imprimerie

2 ème temps : chaque enfant écrit son prénom en capitales, découpe les lettres et regarde si certaines
lettres sont identiques à celles d’AMELIE ; si tel est le cas il les place en dessous de sa planche mot
              : comparaison des prénoms pour savoir celui qui a le plus de lettres communes avec le
prénom AMELIE

Séance 4 :
Matériel : - 1 planche par élève sur laquelle figurent les 6 animaux avec le mot écrit en dessous
            -48 lettres de l’alphabet (8 fois les lettres d’AMELIE)

Déroulement :
1 er temps : Chaque enfant dispose d’une planche avec les 6 animaux. Les lettres sont retournées sur
la table.
Chacun leur tour, les enfants piochent une lettre, la nomme (et son bruit) et la pose sur l’animal
ayant la même lettre comme initiale (jeu inversé par rapport à la séance 2)
2 ème temps :
construction du référent AMELIE avec un code couleur rouge ici

Compétences travaillées : -reconnaître et nommer les lettres R-G-N
                     -connaître le bruit des lettres

Séance 5 :
Matériel : - un abécédaire : ici Nathan
           - 6 planches mot ARAIGNEE (1 par enfant)
           - 64 cartes images-animaux (8 exemplaires des 8 animaux : araignée-raisin- mouche-
             araignée- iguane-gâteau- nid-éléphant-escargot) avec le mot écrit en-dessous
           - 1 planche par élève sur laquelle figurent les 8 animaux avec le mot écrit en dessous
           - 64 lettres de l’alphabet (8 fois les lettres d’ARAIGNEE)

Déroulement :
Chaque enfant dispose de la planche mot ARAIGNEE
« Quelles lettres reconnaît-on par rapport aux lettres du mot AMELIE ? »
On les nomme et les met en rouge.
« il y a trois autres lettres » (R-G-N) « comment s’appellent-elles ? »
pour les trouver on récite l’alphabet en pointant les lettres et on y associe le mot de l’abécédaire de
 la classe : R de raisin, G de gâteau et N de nid
La suite de la situation reprend le même déroulement qu’aux séances 2 et 4.
On termine la séance avec la construction du référent (et on utilise un code jaune pour les lettres
R-G-N)

Compétences travaillées :- reconnaître et nommer les lettres S, C, O, T
                     - associer des lettres identiques
                     - complexification pour les bons élèves : connaître le bruit des lettres
Séance 6 :
Matériel : le même qu’à la séance 5, adapté au mot ESCARGOT

Déroulement :
le même qu’à la séance 5, avec le mot escargot
S de soleil, C de carotte, O de orange et T de tigre
construction du référent avec un code vert pour les lettres S-C-O-T

Compétences travaillées :- reconnaître et nommer les lettres V, D
                     - associer des lettres identiques
                     - complexification pour les bons élèves : connaître le bruit des lettres
Séance 7 :
Matériel : le même qu’à la séance 6, adapté au mot VENDREDI

Déroulement de la séance :
le même qu’à la séance 6, avec le mot vendredi
V de vélo, D de drapeau
construction du référent avec un code bleu pour les lettres V-D

Evaluation finale
Une séquence d’apprentissage proposée par des collègues de Frencq et Longvilliers
F. Beaugendre et A. Letendart

Compétences travaillées :
   - être capable de montrer une lettre de son prénom
   - être capable de nommer l’initiale de son prénom

Séance 1 : Familiarisation
Travail sur l’initiale des prénoms des élèves. Repérer la première lettre de son prénom puis l’isoler.
 La nommer. La décrire (forme, objet auquel elle ressemble). Donner son bruit.

Compétences travaillées :
   - être capable de nommer l’initiale de son prénom
   - être capable d’associer les initiales identiques

Séance 2 : créer des maisons des initiales
Classer en fonction de la lettre initiale pour constituer des maisons des initiales.
Exemple : Marie – Martin

                                        M

                                     MARIE
                                     MARTIN

Nommer les lettres sur les maisons des initiales et donner leur bruit dans les différents mots
rencontrés. On constatera parfois des différences !!!

Compétences travaillées :
   - être capable de nommer quelques lettres de l’alphabet
   - être capable de décrire les lettres de son prénom

Séance 3 :
Après une première approche de la lettre par l’initiale des prénoms  travail sur toutes les lettres
de son prénom.
Description des lettres de son prénom en faisant référence à des objets, ou en utilisant des gestes.
Puis le maître donne le nom de la lettre correspondante. Pour ce qui concerne le bruit, en dehors de l’initiale
déjà abordée, on pourra proposer le bruit de « certaines lettres significatives » (des lettres déjà vues dans des
mots
ou présentes dans des mots que l’on fréquentera souvent, des lettres dont la valeur sonore est unique comme
certaines consonnes).
Aide à la mémorisation de la forme des lettres et de leur nom :
Exemple :
                     TOM

    T avec le corps : les jambes tendues serrées, les bras écartés et la tête le long d’un des bras
    O en imitant la forme avec le doigt ou la bouche
    M avec la main (les 3 doigts)
Compétences travaillées :
   - être capable de nommer toutes les lettres de son prénom
   - être capable de nommer les lettres des jours de la semaine

Séance 4 : Les lettres des jours de la semaine
Reprendre la même démarche que la séance précédente en associant à chaque fois le nom de la
lettre à sa forme /objet et/ou à l’initiale du prénom d’un élève de la classe, sans oublier sa valeur
 sonore dans le mot.

Compétence travaillée :
   - être capable de nommer les lettres de l’alphabet
Séance 5 :     Jeu, le loto des lettres

Dans un premier temps, le maître est le meneur. Puis, c’est un élève qui devient le meneur. Les
élèves disposent de grilles avec les lettres en capitales d’imprimerie.

Variables didactiques à utiliser pour concevoir le jeu :

    -   taille de la grille (+ / - de lettres)
    -   graphies +/- proches sur la grille (exemple : le M et le W)
    -   présence d’un dessin (exemple : photo de Julien sous la lettre J  le J de Julien)

Compétences travaillées :
   - être capable de nommer les lettres de l’alphabet
   - être capable de composer un mot à partir de lettres

Séance 6 : Jeu de l’imprimerie
Le corpus des mots connus est présent sur la table. Le maître choisit un mot qu’il ne dévoile pas.
Il l’épelle pour que chaque élève compose le mot épelé sous sa dictée.
Les élèves doivent alors identifier le mot épelé en utilisant les référents du tableau.
On valide chaque proposition.

Reprendre le jeu cette fois avec un élève meneur de jeu et un« imprimeur »
Le meneur de jeu prend dans le corpus de mots l’étiquette du mot qu’il choisit de dicter et le cache derrière
un carton.
Il donne successivement le nom des lettres que l’imprimeur doit isoler de sa pioche et poser sur une bande
pour écrire le mot. A la fin on vérifie en ôtant le cache.

Aide : distribuer un alphabet aux imprimeurs et leur montrer comment retrouver une lettre en récitant
l’alphabet (il pointe chaque lettre jusqu’à s’entendre la dire)

Séance 7 : Jeu du pendu
Le corpus des mots connus est présent au tableau. Dans un premier temps, le maître choisit
un mot et le note au tableau en remplaçant les lettres par des tirets. Chaque élève propose une
 lettre. Le maître la note alors à l’endroit où elle se situe dans le mot. Retrouver alors le mot
 épelé en s’aidant des référents du tableau.

Compétence travaillée : être capable de nommer des lettres de l’alphabet

Séance 8 : Evaluation finale
Reprise de la fiche d’évaluation du début de GS. Les élèves travaillent en autonomie et colorient les lettres
 qu’ils connaissent. Le maître vérifie individuellement avec chaque élève.

Remarque : Parallèlement, on apprendra des comptines alphabétiques aux élèves. (elles sont
utilisées comme les frises numériques pour retrouver une lettre.)
PROPOSER UNE ECRITURE ALPHABETIQUE POUR UN MOT SIMPLE EN
EMPRUNTANT DES FRAGMENTS DE MOTS AFFICHES DANS LA CLASSE
Ces séquences ont été proposées dans le cadre des programmes 2007/2008 modifiant ceux de 2002.

Au regard des programmes 2008-les objectifs de ces séquences trouvent leur place au Chapitre :
      DECOUVRIR L’ECRIT
             …………… Se préparer à apprendre à lire et à écrire
                              …………………………. Aborder le principe alphabétique

  Page 6 :
« Ils découvrent que les mots qu’ils prononcent ou qu’ils entendent sont composés de syllabes ;
ils mettent en relation les lettres et les sons. »

Les situations permettant de construire cette compétence doivent être proposées dans le cadre d’activités
signifiantes, si possible de projets.
Un travail important doit avoir été fait au préalable au niveau phonologique.
 Les tâches d’encodage pourront être proposées aux élèves qui réussissent les discriminations nécessaires à
l’oral, à savoir le repérage d’une syllabe commune à plusieurs mots.
Pour faciliter cet apprentissage capital mais difficile, on peut attendre le 3ème trimestre (chacun doit adapter à la
maturité de ses élèves), sinon en grande section. On le construira plutôt avec des mots monosyllabiques ou
bi syllabiques.
Les mots doivent être parfaitement connus.
On peut aménager un lieu d’écriture permanent où l’espace est organisé de manière à mettre en évidence les
outils et les supports qui serviront de modèles et de références.
Une séquence d’apprentissage proposée par une collègue de Hesdin L’Abbé.
I. Liauté

Compétence travaillée : découper les mots en syllabes

Séance 1 :
Matériel : un corpus de mots affichés dans la classe (prénoms des élèves, ingrédients,
 nom de héros d’histoires)
Pour cette séance les mots utilisés étaient FILO / PAULO / MADO / MANOM / SUMO / SUCRERIE
Déroulement :
En groupe, on dit les mots, frappe et dénombre les syllabes.
On classe les mots en trois listes en fonction du nombre de syllabes.
On relit la liste des mots bi syllabiques .Pour chaque mot on énonce la première, puis la deuxième
syllabe.
La maîtresse écrit les mots ainsi décomposés au tableau avec deux couleurs différentes.

Séance 2 : jeu
Matériel : les mots bi syllabiques de la séance 1 (étiquettes avec image et le mot écrit dans les deux
Couleurs) /une pioche constituée avec les étiquettes-syllabes des ces mots
une planche par élève avec l’image du mot à reconstituer

Déroulement :
Chacun son tour pioche une syllabe. Le premier qui a reconstitué son mot a gagné.

Compétence travaillée : identifier une syllabe commune à deux mots à l’oral et repérer cette même
 syllabe à l’écrit

Séance 3 :
Déroulement :
En groupe, construction d’un référent : classement par syllabe commune
Trouver les mots où l’on entend la même syllabe …..
On marque la place de la syllabe. On déduit les analogies graphiques.

Compétence travaillée : fusionner deux syllabes pour écrire un mot nouveau

Séance 4 :
Déroulement :
Suivant le projet en cours, on cherche à écrire un mot que l’on ne connait pas encore.
Une séance d’apprentissage proposée par une collègue de Longfossé
S. Sgard

Compétences travaillées : les mêmes que dans la séance précédente

Matériel :
Le même type de matériel avec trois mots d’animaux : TORTUE / COCHON / MOUTON

Déroulement : même dispositif
La situation problème consiste à écrire le mot TORCHON
Une séance d’apprentissage proposée par une collègue de Colembert
V. Tonnoir

Compétences travaillées : découper les mots en syllabes
                         : identifier une syllabe commune à deux mots à l’oral et repérer cette
                            même syllabe à l’écrit
                         : fusionner deux syllabes pour écrire un mot nouveau

Matériel :
Trois mots connus sortis du corpus de mots de la classe : fiche avec illustration et mot écrit en dessous
 en capitales d’imprimerie…….> BALAI / CHÂTEAU / COURONNE
les trois mêmes mots écrits sur des bandes de papier
une ardoise par élève

Déroulement :
Phase 1 : mise en place
      Nommer les mots
      Dénombrer les syllabes
      Sur ardoise chaque élève code le nombre de syllabes
      ………………………………………………la place de la syllabe énoncée par la maîtresse
      La maîtresse découpe les syllabes et les mots sont recomposés
Phase 2 : proposition de la situation problème
« je voudrais que vous écriviez le mot BATEAU en vous aidant des 3 mots qui sont au tableau »
Guidage de la maîtresse : aide à la décomposition du mot à écrire. Elle fait isoler chacune des syllabes
 à encoder et trouver le mot qui peut servir d’appui.
C’est un travail de groupe qui utilise la manipulation des étiquettes.
Il peut être nécessaire avec certains élèves de revenir à un jeu de rôle du type : « vous allez former le mot BALAI.
Louis est la syllabe BA et Anne la syllabe LAI. (Les deux élèves personnifient le mot devant leurs camara des.)
Si j’enlève la syllabe BA, quelle est la syllabe qui reste ? »
A la fin de la recherche il est important que chacun copie le mot ainsi encodé sur son ardoise.

Phase 3 : Evaluation formative
« en utilisant les mots CHÂTEAU et COURONNE, je voudrais que vous écriviez sur votre
ardoise le mot COUTEAU.
Une séquence d’apprentissage proposée par des collègues d’Etaples
L. Grujon et A. Winckel

Compétences travaillées : en phonologie  scander les syllabes d’un mot (frapper/découper)
                                         isoler une syllabe (après suppression)

Séance 1 et 2 : familiarisation avec le matériel
Matériel : séance 1 : images d’animaux du « syllabozoo » sans écrit
           séance 2 : images d’animaux du « syllabozoo » avec les noms écrits en capitale d’imprimerie

Déroulement :
Découvrir les animaux, les nommer
Frapper les syllabes des noms de tous les animaux sans la présence de l’écrit
Chaque élève pioche un animal
 Consigne : je nomme l’animal et je frappe les syllabes du mot.
A la 2 ème séance, on dénombre les syllabes, ce qui nous amène à remarquer qu’il n’y a que des noms
 à 2 syllabes.

Séance 3:
Matériel : images avec écrit, ciseaux et Blue-tack
Déroulement :
La maîtresse découpe chaque image en deux parties au niveau de la syllabe de manière à
               ère                                             ème
proposer la 1 syllabe comme étant la tête de l’animal et la 2 la queue. Elle fixe l’image découpée
au tableau en disant les syllabes.
A l’oral on propose de supprimer une partie de l’animal (tête ou queue),
l’élève doit dire « ce qui reste »= la syllabe manquante.

Séance 4 :
Matériel : un double jeu des images découpées en séance 3 constituant une pioche
           : l’original des animaux coupés étant accroché et pouvant servir de référent
Déroulement :
Chacun leur tour les élèves piochent une image (tête ou queue) et doivent nommer l’animal coupé
 et dire le nom du morceau tiré au sort. (soit énoncer la 1ère ou la 2ème syllabe

Compétence travaillée : en phonologie combiner 2 syllabes

Séance 5:
Matériel : un double jeu des images découpées en séance 3 constituant deux pioches (une avec toutes les têtes,
l’autre avec toutes les queues) : l’original des animaux coupés étant accroché pour servir de référent
Déroulement :
Chacun leur tour les élèves piochent deux images (une tête et une queue) et doivent nommer le
nouvel animal.

Compétence travaillée : proposer une écriture alphabétique pour un mot bi syllabique simple à partir
                          de mots connus
Séance 6 :
Matériel : l’original des animaux coupés étant accroché pour servir de référent
Déroulement :
Rappel des séances 4 et 5.
La maîtresse extrait quelques animaux et demande de :
     - trouver l’animal dans lequel on entend « TA » comme dans « TATA »
     -dire si c’est la 1ère ou la 2ème syllabe du mot (ex : TA de TATOU, 1 ère syllabe)
 Consigne : Je veux que vous écriviez « TATA »
« Combien de fois entend-on « TA » dans « TATA » ? » 2 fois
« Combien de fois doit-on écrire « TA » pour écrire « TATA » ? » 2 fois
« Ecrivez TATA sur votre ardoise. »
On proposera ensuite d’écrire TONTON, PIPI, CACA, BOUBOU, TOUTOU en suivant la même
démarche

Séance 7 :
Matériel : l’original des animaux coupés étant accroché pour servir de référent
Déroulement :
La maîtresse extrait deux animaux (ex : TORTUE et COCHON)
 Consigne : écrire le mot TORCHON
Une séquence d’apprentissage proposée par une collègue de Neufchatel-Hardelot.
S. Grioche
Description du projet :
    Inventer des animaux extraordinaires pour notre livre : UN DRÔLE DE ZOO
Le livre SYLLABOZOO peut servir de support de lancement.

Compétences travaillées :
                -prendre conscience de la structure syllabique de mots
                -repérer la syllabe initiale et la syllabe finale d’un mot
                -fusionner des syllabes

Séance 1 : elle permet de consolider les connaissances en découverte des réalités sonores du
langage
matériel : cartes animaux sans écrit (cf. photocopie)
déroulement :
     nommer les animaux, frapper les syllabes orales
    (sous la carte matérialiser les syllabes avec des pavés)
     Isoler la première syllabe : la doubler, l’allonger…..
     idem avec la dernière syllabe
     couper les étiquettes pour matérialiser la syllabe
     voici « CO », voici « CHON »….
     faire nommer aux enfants les syllabes ainsi obtenues puis leur demander de montrer
        une syllabe énoncée « montre-moi CHA »
     associer deux moitiés et nommer l’animal réalisé.

Cette séance peut être réalisée avec 4 puis 8 cartes.

Compétences travaillées :
                     -classer des mots ayant la même syllabe initiale
                      -analyser la composition de mots simples et familiers
                     - établir des correspondances entre l’écrit/oral

Séance 2 :
matériel : les cartes-animaux avec l’écrit
          : des images d’objets ou des photos d’élèves dont le nom commence comme les animaux
ex : tatou /tablier…. cochon/collier/Coline….

Déroulement :
 Etape 1 : avec les animaux …>taper les syllabes puis couper devant eux les étiquettes en faisant nommer chaque
syllabe découpée
Leur faire observer les lettres qui la composent, le nombre de lettres…
Etape 2 : afficher les autres images, les nommer et demander aux enfants de les classer en fonction de ce que l’on
entend au début du mot
ex : « cherche-moi une image qui commence comme tatou »
 Etape 3 : une fois le classement fait, écrire le mot sous chaque image pour faire émerger une
similitude d’écrit : dans « tatou» et « tablier » on entend « ta » et on voit « TA »

Compétences travaillées :
                    -écrire des mots de deux syllabes
                    -isoler une syllabe et l’écrire
Séance 3 :

Matériel : 2 pioches composées, l’une des moitiés d’animaux sous forme image, partie tête, l’autre
des moitiés d’animaux sous forme image, partie corps
          : le référent est affiché devant les enfants

Déroulement :
chaque enfant pioche une carte tête, la nomme
                         une carte corps, la nomme
l’enfant va ensuite chercher les syllabes écrites correspondantes et forme le nom de l’étrange
 animal (en utilisant le référent)
Complexification possible: demander la syllabe au meneur en énonçant les lettres qui la composent

A ce stade, les élèves ont réalisés leur syllabo personnel, ce qui leur a permis de manipuler les
syllabes régulièrement et de travailler la connaissance des lettres de l’alphabet.

Séance 4 :

idem que S3 mais on introduit les ardoises Velléda pour écr ire les syllabes puis les mots
On utilise le syllabo pour vérifier

En situation d’entrainement, on peut faire écrire sur l’ardoise syllabe ex :« écris-moi LA »….
L’élève doit rechercher sur le référent. Plus tard certains peuvent même mémoriser certaines
syllabes

On peut proposer des recherches collectives : trouver plein d’animaux différents qui commencent
par CHA

Compétences travaillées : écrire des mots de deux syllabes

Séance 5 :
 Matériel : des images de moitiés
          : Des feuilles, des crayons…..

Déroulement :
Chaque enfant crée son animal extraordinaire en collant deux moitiés puis recherche son nom et
l’écrit en dessous
L’ensemble des productions individuelles formera le livre de la classe.

Evaluation finale

Séance 6 :

Raconter une histoire et demander aux enfants de dessiner les personnages et d’écrire leurs
 prénoms en utilisant les référents
Ex : COLA et PANTOU
POUVOIR DIRE OU SONT LES MOTS SUCCESSIFS D’UNE PHRASE ECRITE APRES
LECTURE PAR L’ADULTE
Ces séquences ont été proposées dans le cadre des programmes 2007/2008 modifiant ceux de 2002.

Au regard des programmes 2008-les objectifs de ces séquences trouvent leur place au
Chapitre :
      DECOUVRIR L’ECRIT
             …………… Se préparer à apprendre à lire et à écrire
                              …………………………. Aborder le principe alphabétique

 Page 6 :
« Les enfants se familiarisent avec le principe de la correspondance entre l’oral et l’écrit…….
 ………..Grâce à l’observation d’expressions connues (la date, le titre d’une histoire ou d’une
comptine) ou de très courtes phrases, les enfants comprennent que l’écrit est fait d’une succession
de mots où chaque mot écrit correspond à un mot oral. »

Quelques points de repères pour travailler cette compétence :
    Elle sous-entend que l’élève sait qu’il travaille sur la correspondance entre la chaîne orale et la chaîne
        écrite.
    L’enseignant doit faire travailler cette compétence dans les deux types de situation : en réception (lecture)
        et en production (écriture) :
             1. On doit donc proposer d’autres tâches que celles qui consistent à faire reconstituer une phrase
                écrite au tableau avec des étiquettes. (situation limitée à la perception visuelle et à l’orientation
                spatiale gauche/droite)
             2. En réception, il faudrait rechercher des situations où l’élève doit trouver la phrase lue par
                l’enseignant parmi trois ou quatre phrases différentes, en s’appuyant sur la seule place d’un
                mot dans cette phrase, mot présent dans chaque phrase et parfaitement identifié par l’élève,
                comme ici le mot Papa ; il faudrait peut-être éviter dans un premier temps que les autres mots
                soient connus .
                  Exemple : PAPA REPARE LA VOITURE DANS LE GARAGE
                            JE JOUE AVEC PAPA ET MES DEUX PETITS COUSINS
                            MA GRANDE SŒUR A CASSE LE VELO DE PAPA
            3. En production, on recherchera à faire écrire de courtes phrases avec des mots parfaitement
                identifiés. C’est la lecture par l’enseignant des phrases incohérentes produites qui aidera à la
                prise de conscience de la nécessaire recherche de correspondance entre la chaîne orale et la
                chaîne écrite.
   Il faut prendre en compte l’incapacité des élèves à segmenter la chaîne orale en mots et donc aider à la
       construction des notions de phrase, de mot. Par exemple :
            1. Dénombrer les mots de la phrase écrite/ on peut les numéroter pour ordonner la place d’un
                mot ou de tous les mots dans la phrase
2. Dénombrer les mots de la phrase orale sur les doigts et toujours vérifier que ce nombre
             correspond à celui des mots de la phrase écrite.
Quand on souhaite travailler sur une phrase en vue d’opérer des permutations de mots, il faut réfléchir :
        1 Au nombre de mots
        2 Au choix des mots : mots connus/ mots inconnus, présence de mots comportant des éléments
            contractés comme « l’école »
        3 L’utilisation des signes de ponctuation : isoler sur une étiquette le point final et ne pas l’accrocher
            à un mot, la présence de la majuscule en dehors des noms propres gênera la permutation à un
            autre endroit dans la phrase si l’on travaille en écriture cursive.
L’écriture cursive fait mieux apparaître la notion de mots grâce aux « blancs »qui sont bien visibles. En
   revanche, en capitales d’imprimerie on marquera suffisamment le « blanc » pour le distinguer de
   l’espace entre les lettres.
   On peut écrire les mots sur des étiquettes de couleur que l’on dispose sur un support d’une couleur
   différente :

                 Une souris verte

                   UNE                     SOURIS                    VERTE
Une séance d’apprentissage proposée par des collègues de Desvres et Crémarest
F. Lahaye et S. Cornet

Une séance qui s’inscrit dans un travail sur « Boucle d’Or et les trois ours ».
Cette séance cible trois compétences différentes du principe alphabétique :
                -prendre conscience de la notion de phrase.
                -Prendre conscience de la correspondance entre la chaîne orale et la chaîne écrite
                -repérer des similitudes entre mots à l’écrit
                         (CF. Identifications de formes écrites.)

Le thème a déjà été abordé, l’histoire racontée les jours précédents pour donner aux enfants des repères
narratifs qui favorisent l’accès au texte.
 Un certain nombre de mots (noms des personnages, mots à forte fréquence) ont été repris sur une affiche
murale.

Activité proposée en petit groupe de 6 élèves
Matériel : - Etiquettes de mots en carton

Déroulement :

               La phrase suivante est écrite sur le tableau :
               Les trois ours habitaient une maison dans la forêt.

Premier temps : Découverte de la phrase, construction du sens
 Montrer la phrase sans la lire. Les enfants essaient de la décrypter.
La phrase fait l’objet d’une exploration collective dirigée par la maîtresse :
    * faire émettre des hypothèses qui seront vérifiées, sinon rectifiées.
    * faire identifier les mots connus.
    * faire identifier les mots non connus :
        par analogie avec d’autres, connus (ça commence comme…, c’est pareil que…)
      aider les enfants à tirer parti des prénoms de la classe, ainsi que des mots du dictionnaire de classe.
        ou par la mise en relation des mots entre eux.

Deuxième temps : analyse formelle, sensibilisation au vocabulaire « spécifique »
                     : connaître les termes de phrase/ mot/ point/ majuscule
 Lire la phrase en pointant chaque mot.
Faire remarquer les espaces entre les mots et les signes de ponctuation.
 Quelques questions à poser aux élèves pour affiner l’observation :
 * Où commence la phrase ?
 * Où finit-elle ? (pour mettre en évidence la majuscule et le point).
 * Quel est le premier mot ? Quel est le dernier mot ?  cette activité permet de faire une relation
importante entre l’oral et l’écrit : l’écrit est organisé de gauche à droite, ce qui est dit après est écrit à droite.
  * Combien y-a-t-il de mots ?

Troisième temps : prendre conscience que chaque mot écrit correspond à un élément de la chaîne
                   orale
                                                                                                                         1
: identifier des mots
     1. « Montrez-moi par exemple le mot ours, le mot forêt ou le mot maison. »
Faire une vérification systématique de la place du mot dans la chaîne orale (en comptant sur ses
doigts : ours est le troisième mot quand je dis la phrase) et de sa place dans la chaîne écrite (il est
le troisième aussi dans la phrase en commençant à gauche).

      2. Présenter les étiquettes mobiles portant les mots, en désordre, et face visible sur le tapis.
Faire reconstituer la phrase avec les étiquettes, en les plaçant de gauche à droite en suivant la dictée
mot à mot de la maîtresse.
Si le travail de mémorisation des mots est fait, il faut cacher le modèle.
Valider les productions par la lecture des phrases écrites à l’aide des étiquettes.
   - Profiter des erreurs pour montrer que, dans une phrase, lorsque l’on change l’ordre des mots,
 on peut écrire une suite de mots qui ne veut rien dire.
On pourra s’amuser avec des phrases folles (cf. séquence précédente)

                                                                                                           2
Une séance d’apprentissage proposée par des collègues d’Etaples
C. Leturgie et M.A. Chiffe

Compétence travaillée : prendre conscience de la correspondance entre la chaîne orale et la chaîne
                        écrite

Séance 1 : identifier des mots en s’appuyant sur leur place dans une phrase mémorisée oralement
           (Travail en réception)
Phrase choisie :

                   les filles et les garçons mangent la galette.

1°) La phrase est écrite au tableau, l’enseignant lit celle-ci en pointant chaque mot avec la règle
(segmentation de la chaîne orale).
2°) Faire répéter la phrase plusieurs fois à l’oral sans segmentation excessive pour en assurer la mémorisation
(le flux normal de la parole qui transmet le sens)
3°) Faire lire chaque élève. En pointant les mots écrits, la maîtresse l’engage à marquer un petit temps entre
chaque mot dit à l’oral et à se familiariser au découpage de la chaîne orale.
4°) Dénombrer les mots dans la chaîne écrite. Puis la maîtresse compte sur ses doigts les mots en énonçant
 la phrase. Les élèves sont invités à refaire la même chose et on vérifie qu’on a le même
 nombre quand on le dit et quand on l’écrit.
 5°) Distribuer un mot à chaque élève. Lui faire lire et justifier. On aura caché le référent lexique pour éviter
l’identification par rapprochement visuel.
(on pense que l’élève ne lit pas le mot par voie directe. On l’engage à retrouver le mot dans la phrase écrite au
tableau et à pointer à nouveau la succession des mots pour pouvoir le lire).
 6°) Cacher la phrase du tableau en construisant son« squelette »:
  Au fur et à mesure qu’un mot est dit, la maîtresse pose une étiquette vide sur le mot écrit.

 1            2               3                4               5      6             7            8

Quand la phrase est ainsi cachée, la maîtresse explique : « on va dire tous ensemble la phrase.
Je vais montrer à chaque fois l’étiquette qui cache le mot que l’on dit. Et vous, vous essayez
de voir le mot écrit dans votre tête »
Distribuer un mot à chaque élève. Lui lire le mot sauf s’il l’a mémorisé et lui demander de venir
montrer l’étiquette derrière laquelle il se cache. Faire justifier la réponse en relisant la phrase
squelette (dire la phrase en pointant chaque mot).Vérifier en soulevant l’étiquette.

Séance 2 : écrire une phrase en respectant l’ordre des mots (travail en production)

Après un travail de mémorisation des mots et les rappels nécessaires, on propose d’écrire la phrase suivante :

                         les garçons mangent la galette
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler