SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ - INTROSPECTION

 
SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ - INTROSPECTION
2016

                           INTROSPECTION :
                Évaluer le soutien en milieu de travail
                  en matière de gestion de la santé

SONDAGE SANOFI CANADA
 SUR LES SOINS DE SANTÉ
L E PLU S I M P O RTA N T S O N DAGE S U R L ES R ÉGI M ES D E S O I N S D E SA N T É AU CA N A DA
SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ - INTROSPECTION
É D I T I O N 2 016 D U S O N D A G E S A N O F I C A N A D A S U R L E S S O I N S D E S A N T É
    TABLE DES MATIÈRES

    SONDAGE SANOFI CANADA
    SUR LES SOINS DE SANTÉ
                                                  INTROSPECTION :
    L E P L U S I M P O R TA N T S O N DAG E
    SUR LES RÉGIMES DE SOINS DE
                                                  Évaluer le soutien en milieu de travail
    S A N T É AU C A N A DA
                                                  en matière de gestion de la santé
                 THÈME 1                                                                                       d’une stratégie de gestion de la
           3    ÉVALUATION DES
                RÉGIMES DE
                SOINS DE SANTÉ
                                                                          DANNY PEAK
                                                                          Chef principal,
                                                                                                               santé qui intégrerait les régimes de
                                                                                                               soins de santé, les programmes de
                                                                          Stratégie nationale,                 promotion du mieux-être et la culture
                                                                          Secteur privé                        d’entreprise. Les membres de notre
                                                                          SANOFI CANADA                        conseil consultatif abondent dans ce
                THÈME 2                                                                                        sens, soulignant qu’une telle stratégie

       12       BILAN DE SANTÉ
                PERSONNEL
                                                   Lorsqu’il s’agit de soutenir la santé
                                                   et la productivité personnelles, les
                                                                                                               intégrée est autant une priorité
                                                                                                               d’entreprise que la bonne chose à
                                                   participants à un régime accordent-                         faire. Pour contribuer à transposer
                                                   ils à leurs milieux de travail des notes                    cette réflexion en gestes concrets,
                THÈME 3                            de passage? De manière générale, la                         nous sommes heureux de vous faire

       20       SOUHAITS ET                        réponse est oui, mais l’édition 2016 du                     part de la vision du conseil quant à un
                BESOINS EN                         Sondage Sanofi Canada sur les soins de                      plan moderne de gestion de la santé.
                MATIÈRE DE                         santé révèle de nombreuses possibilités                        Le sondage de cette année indique
                MIEUX-ÊTRE                         pour les promoteurs de régime et                            que les employeurs sont prêts à
                                                   leurs fournisseurs d’en faire plus afin                     faire les choses différemment afin
                THÈME 4
                                                   d’accéder au tableau d’honneur.                             de minimiser les demandes de

       26       UNE VISION DE                          Par exemple, les résultats de cette                     règlement futures. Pour compléter ces
                LA GESTION                         année mettent en lumière des liens                          conclusions, le rapport présente des
                DE LA SANTÉ                        entre la santé et la satisfaction à                         promoteurs qui ouvrent de nouvelles
                                                   l’égard de l’emploi. Les implications                       voies en matière de gestion de la santé,
                                                   sont particulièrement fascinantes dans                      dont Sanofi Canada. Chez Sanofi,
       33 LA MÉTHODOLOGIE                          le cas des participants atteints de
                                                   maladies chroniques, qui comptent pour
                                                                                                               nous sommes résolus à passer de la
                                                                                                               parole aux actes à l’interne comme
                                                   plus de la moitié des employés. Ceux                        à l’externe – le moment est venu de
                                                   qui sont insatisfaits de leur emploi sont                   mettre en commun nos connaissances

       34 LECONSULTATIF
             CONSEIL                               non seulement plus susceptibles de                          et d’apprendre les uns des autres afin
                                                   dire que leur maladie chronique a réduit                    d’en faire beaucoup plus pour la santé
                                                   leur productivité, mais ils sont aussi                      et la productivité des employés. n
                                                   beaucoup plus susceptibles de déclarer
                                                   que leur milieu de travail a eu une
       35 LEAUGROUPE
              CANADA
                     SANOFI                        incidence négative sur leur maladie.
                                                       Alors que la prévalence des
                                                   maladies chroniques augmente, les
                                                   promoteurs ont beaucoup à gagner

                              MERCI AUX COMMANDITAIRES DIAMANT DE NOTRE ÉDITION 2016

2      SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ | 2016       L E P LU S I M P O R TA N T S O N DAG E S U R L ES R É G I M ES D E S O I N S D E S A N T É AU C A N A DA
SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ - INTROSPECTION
THÈME
                              ÉVALUATION DES RÉGIMES
1                             DE SOINS DE SANTÉ
                                                                  (en sachant que, selon le sondage de                    d’augmenter la productivité en amé-
 LA DOUBLE                                                        l’an dernier, 77 % des employés ne                      liorant la santé, mais le sondage nous

 NATURE DES
                                                                  quitteraient pas leur emploi pour un                    révèle également que les employeurs
                                                                  poste qui ne comprend pas d’avan-                       sous-estiment considérablement

 RÉGIMES DE                                                       tages sociaux), et de l’autre, une
                                                                  approche à long terme pour maximiser
                                                                                                                          l’incidence des maladies chroniques et
                                                                                                                          que 70 % d’entre eux aimeraient mieux
 SOINS DE SANTÉ                                                   la productivité.
                                                                     Bien que ces objectifs ne soient pas
                                                                                                                          comprendre les maladies chroniques
                                                                                                                          qui touchent les membres de leur
                                                                  nécessairement incompatibles, les                       personnel. S’il existe une corrélation
                                                                  répondants s’expriment peut-être dans                   très étroite entre la compréhension de
      es promoteurs de régime semblent                            une perspective plus théorique que                      l’incidence des maladies chroniques
      partagés quant aux principaux                               pratique. Certains membres du conseil                   et le soutien de la productivité, ces
            objectifs d’affaires qui les                          consultatif font remarquer que, de                      résultats révèlent une lacune impor-
            poussent à offrir un régime                           nos jours, dans de nombreux secteurs                    tante », affirme Lori Casselman, vice-­
 de soins de santé aux employés et                                d’activité, les avantages sociaux visent                présidente adjointe, excellence des
 donnent les réponses suivantes dans                              principalement à faire face à la concur-                pratiques et innovation à la Financière
 des proportions presque équivalentes :                           rence et à fidéliser les employés.                      Sun Life. n
 préserver la productivité en protégeant                             Sur le plan de la productivité au

                                                                                                                         «
 la santé (64 %), préserver la produc-                            travail, l’écart entre la théorie et la
 tivité en veillant à la satisfaction des                         pratique devient plus apparent à la
 employés (60 %) et attirer et fidéliser                          lumière des résultats. En effet, presque
 le personnel (60 %). Le fait qu’il agisse                        tous les répondants (97 %) indiquent                    Peu de promoteurs mettent
 comme assurance en cas de coûts de                               que leur régime de soins de santé
 santé catastrophiques (32 %) est un                              atteint le principal objectif. « En réalité,            par écrit des objectifs pour
 objectif jugé moins important.                                   peu de promoteurs mettent par écrit                     leur régime, et ce qui n’est
    L’importance accordée à la santé et                           des objectifs pour leur régime, et ce                   pas consigné ne peut
 à la productivité (67 %) plutôt qu’à l’at-                       qui n’est pas consigné ne peut être
                                                                                                                          être mesuré. Et si on ne
 traction et à la fidélisation (55 %) semble                      mesuré. Et si on ne peut mesurer les
 croître proportionnellement à la taille de                       résultats, comment savoir alors si un                   peut mesurer les résultats,
 l’entreprise (500 employés ou plus).                             objectif a été atteint? », demande Art                  comment savoir alors si un
    Le conseil consultatif observe que
 les résultats reflètent la double nature
 des régimes de soins de santé. D’une
                                                                  Babcock, vice-président d’Aon Hewitt.
                                                                     Les autres résultats du sondage
                                                                  soulèvent des questions supplémen-
                                                                                                                         »objectif a été atteint?

 part, ils représentent un outil immédiat                         taires. « Les promoteurs affirment
 pour contribuer à la stabilité d’emploi                          que leur régime atteint l’objectif                      Art Babcock, AON HEWITT

 L E P LU S I M P O R TA N T S O N DAG E S U R L ES R É G I M ES D E S O I N S D E S A N T É AU C A N A DA   SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ | 2016   3
SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ - INTROSPECTION
THÈME 1 n ÉVALUATION DES RÉGIMES DE SOINS DE SANTÉ

                                                                                                          Les autres membres du conseil men-
                                                                                                       tionnent que, selon les données rela-
                                                                                                       tives aux demandes de règlement, seul
                                                                                                       un faible pourcentage des participants
                                                                                                       atteint le plafond des avantages limités
                                                                                                       comme les services paramédicaux, ce
                                                                                                       qui porte à croire que l’impression d’un
                                                                                                       dû provient d’une minorité qui se fait
                                                                                                       entendre. En revanche, les promoteurs
                                                                                                       offrant des programmes de rémunéra-
                                                                                                       tion globale pourraient considérer ces
                                                                                                       données comme le résultat d’un effort
                                                                                                       de sensibilisation aux coûts des avan-
                                                                                                       tages sociaux. « Certains employeurs
                                                                                                       ont tenté de transformer les avantages
                                                                                                       sociaux en rémunération de façon à
                                                                                                       ce que les employés reconnaissent la
                                                                                                       valeur des programmes et les dépenses
                                                                                                       engagées par leur employeur », affirme
                                                                                                       Telena Oussoren, directrice, Avantages
                                                                                                       sociaux à Suncor.
                                                                                                          Pour leur part, les promoteurs de
LES AVANTAGES SOCIAUX                                                                                  régime ont plus tendance à croire que
                                                                                                       leurs employés considèrent leur régime
SONT-ILS CONSIDÉRÉS COMME                                                                              comme une ressource à utiliser seule-
                                                                                                       ment quand ils sont malades ou en cas
UNE RÉMUNÉRATION?                                                                                      de besoin (54 %) que comme une rému-
                                                                                                       nération supplémentaire (21 %). « En
Quarante-trois pour cent des partici-        une rémunération supplémentaire et                        fait, les écarts sont notables. Si, en tant
pants ont tendance à considérer leur         seulement 16 % sont neutres.                              que promoteur, vous n’avez pas connais-
régime de soins de santé comme une              Plusieurs membres du conseil                           sance du nombre de personnes qui
ressource à utiliser seulement pour          consultatif du Sondage Sanofi Canada                      considèrent les avantages comme une
traiter ou prévenir une maladie ou une       sur les soins de santé se sont dits éton-                 rémunération et que vous remaniez le
blessure. En revanche, un nombre             nés des résultats. « Je m’attendais à ce                  régime pour mettre davantage l’accent
considérable de répondants (35 %)            que les résultats soient complètement                     sur l’assurance en demandant aux parti-
considèrent leur régime comme une            différents et à ce que la majorité des                    cipants de payer plus pour les dépenses
rémunération supplémentaire à utiliser       répondants considèrent les régimes                        qu’il est possible de budgétiser, par
le plus possible afin d’en « avoir pour      comme une rémunération supplémen-                         exemple, les soins dentaires de base et
leur argent ». Les autres 23 % sont
neutres ou considèrent leurs avantages
à la fois comme une rémunération et
une ressource en soins de santé.
                                             «
                                             Certains employeurs ont tenté de transformer les avantages
   Plus les répondants sont âgés,            sociaux en rémunération de façon à ce que les employés
plus les opinions sont tranchées.
                                             reconnaissent la valeur des programmes et les dépenses
Par exemple, les points de vue des
répondants de 18 à 34 ans sont divisés
assez également : 40 % considèrent
                                             »
                                             engagées par leur employeur.

leur régime comme une ressource en
soins de santé, 30 % le considèrent          Telena Oussoren, SUNCOR
comme une rémunération supplémen-
taire et 30 % sont neutres. En revanche,     taire. À la lumière de mon expérience,                    les soins de la vue, vous pourriez engen-
près de la moitié des employés de            les participants ont fortement tendance                   drer plus de difficultés que prévu »,
55 à 64 ans (49 %) considèrent leur          à considérer leur régime comme un                         explique Lisa Callaghan, vice-présidente
régime comme une ressource en soins          dû », explique Dave Patriarche, courtier                  adjointe, Produits, Assurance collective
de santé, 35 % le considèrent comme          à Mainstay Insurance Brokerage Inc.                       chez Manuvie. n

                       Les objectifs multiples des régimes de soins de santé risquent de devenir
SECTION 1 –            contradictoires. Il est essentiel de clarifier, de documenter et de mesurer les
POINTS CLÉS
                       résultats souhaités.

4   SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ | 2016    L E P LU S I M P O R TA N T S O N DAG E S U R L ES R É G I M ES D E S O I N S D E S A N T É AU C A N A DA
SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ - INTROSPECTION
ENTREPRENDRE
SOIN DE VOS EMPLOYÉS
...............................................................
Vos besoins et ceux de vos employés évoluent. Nos solutions
d’assurance et d’épargne-retraite collectives aussi. Elles permettent
à vos employés de gérer leur santé et leur bien-être financier.
Pour maximiser votre régime, nous misons sur la gestion
optimale de la santé et sur l’engagement de vos employés dans la
planification de leur retraite. Ils profiteront de meilleurs lendemains.
Votre entreprise aussi.

desjardinsassurancevie.com

                                                          Fière partenaire de

Desjardins Assurances désigne Desjardins
Sécurité financière, compagnie d’assurance vie.
SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ - INTROSPECTION
THÈME 1 n ÉVALUATION DES RÉGIMES DE SOINS DE SANTÉ

FEUILLE DE POINTAGE                            PARTICIPANTS

DES PARTICIPANTS :                               ÉVALUATION DES VOLETS DU RÉGIME                                                                Excellent/très bon

LES MEILLEURES                                                 Assurance médicaments sur ordonnance
                                                                    Soins dentaires de base et préventifs                                                          53 %
                                                                                                                                                                          60 %

NOTES VONT                                                        Services de professionnels de la santé
                                                                               autres que des médecins                                                 43 %
AUX RÉGIMES                                                       Soins dentaires majeurs et orthodontie                                            41 %

D’ASSURANCE                                                       Assurance invalidité de courte durée
                                                Programme d’aide aux employés (PAE) ou programme
                                                                                                                                                   39 %

MÉDICAMENTS                                             d’aide aux employés et à leur famille (PAEF)                                               39 %
                                                                 Assurance invalidité de longue durée                                           37 %
                                                                                          Soins de la vue                                      35 %
Lorsqu’on demande aux participants                                                         Assurance vie                                       35 %
d’évaluer leurs avantages actuels, ils                                                       Vaccination                                       35 %
ont le plus tendance à qualifier d’excel-
                                                                        Compte de soins de santé (CSS)                                      33 %
lente ou de très bonne leur couverture
                                                                             Assurance maladies graves                                  29 %
pour les médicaments sur ordonnance
(60 %) et pour les soins dentaires de                                                                    0%         10 %      20 %   30 %      40 %        50 %      60 %
base (53 %). Ces avantages obtiennent           ÉCHANTILLON : Tous les participants (n varie de 935 à 1 476)
également de bonnes notes pour ce qui
est de leur importance pour les partici-       PARTICIPANTS

pants, puisque 94 % d’entre eux disent           IMPORTANCE DES VOLETS DU RÉGIME                                                             Très/assez important
que l’assurance médicaments est « très                            Assurance médicaments sur ordonnance                                                              94 %
importante » ou « assez importante »                                   Soins dentaires de base et préventifs                                                       93 %
et 93 % pensent la même chose de leur                                                       Soins de la vue                                                       91 %
assurance soins dentaires de base.                                  Soins dentaires majeurs et orthodontie                                                       89 %
   Bien que la concordance de ces notes                               Assurance invalidité de longue durée                                                  81 %
soit un signe positif pour les fournisseurs                                                  Physiothérapie                                                79 %
d’avantages sociaux, peut-être que les                                 Assurance invalidité de courte durée                                                79 %
notes d’excellente ou de très bonne                                                          Assurance vie                                                77 %
pourraient être encore meilleures compte                             Services de professionnels de la santé                                               76 %
                                                                                  autres que des médecins
tenu de l’importance que revêtent ces                                           Assurance maladies graves                                                 76 %
deux avantages pour les participants,           Psychothérapie/services de consultation en santé mentale                                            69 %
remarque le conseil consultatif.                                                             Massothérapie                                         65 %
   Le plus grand écart entre les notes et                                                Chiropratique                                          62 %
l’importance concerne les soins de la vue.        Programme d’aide aux employés (PAE) ou programme                                             60 %
Les participants classent les soins de la                 d’aide aux employés et à leur famille (PAEF)

vue au troisième rang des avantages les         ÉCHANTILLON : Tous les participants (n = 1 500)                0%      20 %      40 %       60 %       80 %        100 %
plus importants (91 %), mais seulement
35 % d’entre eux qualifient leur couverture   « sans opinion » (24 % dans le cas de                                 qui estiment qu’il s’agit d’un avantage très
actuelle d’excellente ou de très bonne et     l’assurance maladies graves et des CSS,                               important (23 %), et 22 % affirment qu’il
21 % indiquent qu’elle est mauvaise ou        et 20 % dans le cas de la vaccination), ce                            n’est ni important ni sans importance.
très mauvaise, soit le taux d’« échec » le    qui reflète un taux d’utilisation inférieur                              « Avec un taux d’utilisation moyen
plus élevé parmi tous les avantages.          ou une connaissance moindre.                                          de seulement 11 %, la neutralité des
   Les participants aimeraient également         « En général, les gens ne comprennent                              résultats est plutôt prévisible », observe
bénéficier d’une meilleure couverture         pas très bien ce que sont les comptes de                              Paula Allen, vice-présidente, groupe
pour les soins dentaires majeurs. À l’heure   soins de santé, affirme Art Babcock. Étant                            Recherche et Solutions intégratives chez
actuelle, 17 % des répondants qualifient      donné que c’est aux régimes d’assurance                               Morneau Shepell. Cependant, ces résul-
leur couverture de mauvaise ou de très        médicaments et de soins dentaires que                                 tats reflètent également une occasion
mauvaise, et 41 % la qualifient d’excel-      les employés accordent le plus d’impor-                               manquée. « Les utilisateurs des PAE
lente ou de très bonne. Sur le plan de        tance, ils devraient tenir tout autant à leur                         expriment des points de vue beaucoup
l’importance, la couverture pour les soins    CSS puisqu’ils peuvent l’utiliser pour ce                             plus positifs, car ils en comprennent la
dentaires majeurs arrive au quatrième         type de dépense. »                                                    valeur. Une meilleure communication
rang (89 %), derrière les soins de la vue.       Il faudrait porter une attention par-                              pourrait jusqu’à doubler l’utilisation de
   Les participants accordent le moins        ticulière aux programmes d’aide aux                                   ces programmes, et un taux de 20 % est
de votes positifs à l’assurance maladies      employés (PAE). Les évaluations actuelles                             considéré comme avantageux sur le plan
graves (29 %), aux comptes de soins           sont plutôt neutres : 39 % des participants                           du rendement du capital investi, explique-
de santé (CSS, 33 %) et à la vaccina-         qualifient cet avantage d’excellent ou de                             t-elle. Ces programmes représentent
tion contre des maladies autres que           très bon, 16 % n’ont aucune opinion et                                tout de même moins de 2 % des coûts
la grippe (35 %). Toutefois, il importe       seulement 8 % le qualifient de mauvais ou                             du régime et on peut déjà observer une
de noter que ces trois avantages ont          de très mauvais. Le PAE recueille le pour-                            baisse des demandes de règlement liées
également recueilli le plus de réponses       centage le moins élevé de répondants                                  à d’autres avantages ». n

6   SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ | 2016           L E P LU S I M P O R TA N T S O N DAG E S U R L ES R É G I M ES D E S O I N S D E S A N T É AU C A N A DA
SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ - INTROSPECTION
que le milieu de travail exerce une
                                                                                                                         incidence négative sur leur capacité à
                                                                                                                         gérer le stress (page 12). « Les partici-
                                                                                                                         pants nous disent donc qu’ils utilisent
                                                                                                                         leur régime pour mieux se détendre.
                                                                                                                         N’est-ce pas une bonne chose? La mas-
                                                                                                                         sothérapie peut être considérée comme
                                                                                                                         un moyen de favoriser la productivité
                                                                                                                         des employés. La grande question
                                                                                                                         est la suivante : est-ce que nous leur
                                                                                                                         offrons assez de choix pour soulager
                                                                                                                         le stress occasionné par le travail? »,
                                                                                                                         demande Anne Nicoll, vice-présidente,
                                                                                                                         développement des affaires à Croix
   LES ENJEUX SOUS-JACENTS                                                                                               Bleue Medavie.

   DE LA MASSOTHÉRAPIE
                                                                                                                            Si la simple massothérapie peut
                                                                                                                         aider à éviter les journées de maladie
                                                                                                                         ou l’utilisation de médicaments pour
Pour un avantage dont l’objectif                                    comme principale raison de recourir                  traiter des problèmes comme l’anxiété
consiste à apaiser le corps et l’esprit des                         à la massothérapie.                                  ou les douleurs au dos, alors « il s’agit
employés, la massothérapie suscite une                              Certains membres du conseil consul-                  d’un avantage important pour de
attention inattendue. Voici les résultats                        tatif font remarquer qu’il existe bien peu              grandes catégories de population, en
du sondage concernant l’utilisation de                           de données appuyant le recours à la mas-                particulier les adultes plus âgés ayant
la massothérapie par les participants,                           sothérapie pour se détendre ou soulager                 reçu certains diagnostics, affirme Chris
pour eux-mêmes ou des membres de                                 les tensions. « D’autres interventions                  Bonnett, Président, H3 Consulting. La
leur famille :                                                   appuyées par des preuves médicales                      tâche des assureurs consiste peut-être
•	Quarante-trois pour cent des parti-                           beaucoup plus solides ne sont pourtant                  à aider les employeurs à comprendre
   cipants ont présenté au moins une                             pas couvertes par les régimes, le meilleur              l’utilité de la massothérapie et dans
   demande de règlement au cours de la                           exemple étant l’exercice », observe Peter               quelles situations elle pourrait faire une
   dernière année, la moyenne totale étant                       Gove, responsable de l’innovation en ges-               grande différence sur le plan du mieux-
   de 5,1 demandes pendant l’année.                              tion de la santé à Green Shield Canada.                 être ou du rendement au travail. »
•	Les femmes (46 %) ont un peu plus                                Mais est-ce qu’un manque de preuves                     « On en revient encore à la nécessité
   tendance que les hommes (40 %)                                médicales signifie nécessairement un                    d’avoir une philosophie établie assor-
   à présenter des demandes de                                   manque de valeur? « De nombreuses                       tie d’objectifs mesurables, insiste Art
   règlement et le font plus souvent                             cultures d’entreprise, par exemple celles               Babcock. Autrement, la chasse aux
   (5,4 demandes par rapport à 4,7).                             des sociétés de haute technologie,                      avantages qui ne correspondent pas à
•	Les employés de 18 à 34 ans                                   privilégient grandement ce type d’avan-                 la définition traditionnelle d’un service
   (47 %) ont plus tendance que ceux de                          tages. Dans la mesure où aucun signe                    médicalement nécessaire est ouverte.
   55 à 64 ans (40 %) à présenter des                            d’exagération ou de fraude n’est décelé,                Certains promoteurs estiment qu’il est
   demandes de règlement, mais ils le

                                                                «
   font moins souvent (4,2 demandes
   par rapport à 5,5).
•	Le traitement d’une maladie ou d’une
   blessure est la raison la plus cou-                          Les participants nous disent qu’ils utilisent leur régime pour se
   rante de recourir à la massothérapie                          détendre. N’est-ce pas une bonne chose? La massothérapie
   (50 %), un résultat qui chute à 33 %                          peut être considérée comme un moyen de favoriser la
   quand les maladies ou les blessures                           productivité des employés. La grande question est la
   autodiagnostiquées sont exclues.                              suivante : est-ce que nous leur offrons assez de choix pour
•	Trente-huit pour cent des répondants
   utilisent principalement la massothé-
   rapie pour se détendre ou soulager
                                                                 »
                                                                 soulager le stress occasionné par le travail?

   les tensions.
                                                                 Anne Nicoll, CROIX BLEUE MEDAVIE
•	L’âge représente ici un facteur : les
   participants de 18 à 34 ans ont plus
   tendance à recourir à la massothéra-                          la massothérapie peut être considérée                   difficile de poser des limites claires
   pie pour se détendre (47 %) que pour                          comme un soin de santé préventif »,                     entre la massothérapie et un milieu
   traiter des maladies ou des blessures                         affirme John McGrath, premier vice-­                    de travail amélioré, alors pourquoi leur
   (33 %), tandis que les participants de                        président et chef de la pratique capital                régime devrait-il couvrir tout le monde?
   55 à 64 ans ont plus tendance à men-                          humain chez Willis Towers Watson.                       Il pourrait s’agit d’un choix pour lequel
   tionner des maladies ou des bles-                                Dans le sondage de cette année,                      les employés paieraient à l’aide d’un
   sures (58 %) que la détente (31 %)                            les participants affirment également                    compte de soins de santé. » n

L E P LU S I M P O R TA N T S O N DAG E S U R L ES R É G I M ES D E S O I N S D E S A N T É AU C A N A DA   SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ | 2016   7
SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ - INTROSPECTION
THÈME 1 n ÉVALUATION DES RÉGIMES DE SOINS DE SANTÉ

                                                                                                              incidence sur les perceptions : seule-
QUAND LA QUALITÉ ET LES BESOINS                                                                               ment 39 % des participants insatisfaits

NE VONT PAS TOUJOURS DE PAIR
                                                                                                              affirment que la qualité de leur régime
                                                                                                              de soins de santé est excellente ou très
                                                                                                              bonne, comparativement à 60 % des
Si les participants restent positifs quant     satisfaction des besoins repose surtout                        participants satisfaits, et seulement 34 %
à la qualité générale de leur régime           sur l’expérience et les attentes des parti-                    des employés insatisfaits affirment que
de soins de santé, ils semblent plus           cipants, qui semblent évoluer », observe                       leur régime répond extrêmement bien ou
incertains lorsqu’on leur demande si le        Lisa Callaghan.                                                très bien à leurs besoins, comparative-
régime satisfait leurs besoins.                   Les participants qui travaillent pour des                   ment à 57 % des employés satisfaits.
   Dans l’ensemble, 55 % des partici-          organisations offrant des programmes de                           Les perceptions sur l’état de santé ont
pants décrivent la qualité de leur             promotion du mieux-être ont une percep-                        également une incidence sur les résultats.
régime comme étant excellente ou très          tion plus positive de la qualité (66 %) et                     Soixante-neuf pour cent des répondants
bonne, des résultats qui se comparent          de la satisfaction de leurs besoins (64 %),                    qui qualifient leur état de santé d’excel-
à ceux des dernières années ainsi              comparativement à 46 % et à 41 %,                              lent ou de très bon ont la même opinion
qu’à ceux de 2006 (59 %), année où la          respectivement, parmi ceux qui travaillent                     à propos de la qualité de leur régime de
question a été posée pour la première          pour des organisations n’offrant pas                           soins de santé, et 65 % indiquent que
fois. Les répondants sont presque              ce type de programme. La satisfaction                          leurs besoins sont extrêmement bien ou
aussi nombreux (52 %) à affirmer que           par rapport à l’emploi a également une                         très bien satisfaits. n
leurs besoins sont extrêmement bien
                                                PARTICIPANTS
ou très bien satisfaits, une baisse par
rapport à 63 % en 2006 et une chute
                                                 LE RÉGIME RÉPOND AUX BESOINS DES PARTICIPANTS
considérable par rapport à 73 % en
                                                 n Extrêmement/très bien
1999, année où la question a été posée
pour la première fois. Parmi les 49 %                      73 %
de répondants restants, 40 % affirment
                                                  70 %
que leurs besoins sont assez bien satis-                                      66 %      65 %
faits et 9 %, qu’ils ne sont pas satisfaits.                         68 %                                                   63 %
   Les points de vue divergents concer-                                                            61 %
nant la qualité et les besoins ont retenu         60 %
                                                                                                                                                56 %
l’attention des membres du conseil                                                                        58 %                        57 %               52 %
consultatif du Sondage Sanofi Canada                                                                               56 %
sur les soins de santé. « Les percep-             50 %
tions de la qualité s’appuient surtout                    1999      2000      2001      2002       2003   2004     2005      2006     2012     2015      2016

sur les modèles des régimes, qui n’ont           ÉCHANTILLON : Tous les participants (n = 1 500)
pas énormément changé, alors que la

                         Les régimes de soins de santé sont au plus bas en ce qui concerne la
SECTION 1 –              satisfaction des besoins, ce qui laisse supposer une évolution des attentes
POINTS CLÉS
                         des participants.

8    SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ | 2016          L E P LU S I M P O R TA N T S O N DAG E S U R L ES R É G I M ES D E S O I N S D E S A N T É AU C A N A DA
SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ - INTROSPECTION
Moins de la moitié des promoteurs comprennent les mesures actuelles
de gestion des coûts. Une meilleure compréhension est essentielle pour                                                                             SECTION 1 –
                                                                                                                                                   POINTS CLÉS
investir dans la santé.

GESTION DES                                                      médicaments génériques (39 %), mais le
                                                                 degré de compréhension chute ensuite :
                                                                                                                         remédier aux lacunes dans les connais-
                                                                                                                         sances pourrait améliorer la prise de
COÛTS ET                                                         •	10 % en ce qui concerne l’assurance                  décisions et atténuer l’anxiété. « Les

RÉPERCUSSIONS
                                                                    en excédent de pertes;                               promoteurs, qui ont une connaissance
                                                                 •	13 % à l’égard de la gestion de cas                  supérieure de ce qui peut être fait et
                                                                    pour les médicaments de spécialité                   des répercussions de ce qu’ils font déjà,
Les promoteurs sont préoccupés par                                  plus coûteux;                                        sont mieux placés pour prendre des
les coûts grandissants des régimes                               •	17 % en ce qui concerne les listes de                décisions qui comprennent des inves-
d’assurance médicaments, mais moins de                              médicaments gérées ou restreintes.                   tissements dans la santé plutôt que de
la moitié d’entre eux comprennent claire-                           « Certaines de ces mesures sont en                   simples réductions de coûts », observe
ment les mesures les plus courantes qu’ils                       vigueur depuis de nombreuses années                     Loretta Kulchycki, vice-­présidente du
peuvent utiliser pour gérer ces coûts.                           et, pourtant, les degrés de compré-                     marketing collectif à la Great-West,
   Deux répondants sur trois (66 %)                              hension sont étonnamment faibles. De                    compagnie d’assurance-vie.
affirment que le coût total des avan-                            toute évidence, l’éducation des conseil-
tages sociaux a augmenté au cours                                lers et des promoteurs de régime et                     LE LIEN AVEC LES
des trois dernières années. En ce qui                            les communications des fournisseurs                     MALADIES CHRONIQUES
concerne l’avenir, 80 % des répondants                           doivent être améliorées », déclare                      Si l’on revient à la question des coûts,
sont préoccupés à l’idée que les coûts                           Nathalie Laporte, vice-présidente,                      il importe de noter que les promoteurs
grandissants dépasseront le taux                                 développement, commercialisation et                     de régime ont plus tendance à
d’inflation au cours des trois à cinq                            stratégie chez Desjardins Assurances.                   désigner comme des facteurs de coût
prochaines années, et 28 % d’entre                                  Les degrés de compréhension ont                      les médicaments traditionnels que
eux se disent très préoccupés.                                   une incidence directe sur la connais-                   les médicaments de spécialité plus
                                                                                                                         coûteux. Voilà qui appuie la nécessité

«
Les promoteurs, qui ont une connaissance supérieure
                                                                                                                         de la sensibilisation sur le fardeau
                                                                                                                         financier des maladies chroniques en
                                                                                                                         vue de mieux comprendre la valeur
                                                                                                                         des avantages de soins de santé qui
de ce qui peut être fait pour contrôler les coûts et des                                                                 favorisent la réussite du traitement.
répercussions de ce qu’ils font déjà, sont mieux placés pour                                                                 « Un pourcentage énorme des coûts
prendre des décisions qui comprennent des investissements
»
                                                                                                                         associés aux maladies chroniques
dans la santé plutôt que de simples réductions de coûts.                                                                 est attribuable à une mauvaise prise
                                                                                                                         en charge personnelle. Par exemple,
                                                                                                                         environ la moitié des personnes traitées
                                                                                                                         pour l’hypertension artérielle ou l’hyper­
Loretta Kulchycki, LA GREAT-WEST COMPAGNIE D’ASSURANCE-VIE
                                                                                                                         cholestérolémie cessent de prendre
                                                                                                                         leurs médicaments après un an », dit
   Lorsqu’on leur demande de nommer                              sance qu’ont les promoteurs de leurs                    Steve Semelman, chef de la direction
les principales raisons qui expliquent                           propres régimes. Par exemple, 51 % des                  de Gemini Pharma Consultants. En
l’augmentation des coûts, la plupart des                         promoteurs ayant une excellente com-                    revanche, « la prise adéquate des médi-
promoteurs de régime mentionnent le                              préhension de l’assurance en excédent                   caments peut contribuer à ralentir ou
coût global des médicaments (54 %) et                            de pertes indiquent avoir cette mesure,                 à prévenir l’évolution de la maladie, et
le nombre de demandes de rembourse-                              un pourcentage qui chute à seulement                    ainsi éviter l’utilisation de médicaments
ment de médicaments (40 %). Dix-huit                             9 % pour l’ensemble des répondants. Le                  supplémentaires, voire les hospitalisa-
pour cent mentionnent les demandes                               conseil consultatif insiste sur le fait que             tions d’urgence », ajoute-t-il. n
de remboursement de médicaments
biologiques ou d’autres médicaments
à prix plus élevé.
   Quand on leur présente une liste de
12 mesures actuellement utilisées pour
gérer les coûts des régimes d’assu-
rance médicaments, moins de la moitié
des promoteurs affirment en avoir une
compréhension excellente ou solide. Ils
connaissent plutôt bien les franchises
annuelles ou les coassurances acquit-
tées par les participants (40 %) ainsi
que la substitution obligatoire par des

L E P LU S I M P O R TA N T S O N DAG E S U R L ES R É G I M ES D E S O I N S D E S A N T É AU C A N A DA   SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ | 2016   9
SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ - INTROSPECTION
«
THÈME 1 n ÉVALUATION DES RÉGIMES DE SOINS DE SANTÉ

 LA PERCEPTION                                    « Quand les promoteurs affirment
                                               que les avantages offrent une valeur
                                                                                                         Quand les promoteurs
                                                                                                         affirment que les avantages
 DE LA VALEUR                                  inadéquate, les fournisseurs d’avan-
                                               tages sociaux doivent réagir. Cela                        offrent une valeur inadéquate,
 À l’instar des participants (page 6),         signifie que nous ne répondons pas aux                    les fournisseurs d’avantages
 les promoteurs de régime ont le plus          besoins et que nous devons redoubler                      sociaux doivent réagir.
 tendance à indiquer que leur organisation     d’efforts pour déterminer comment                         Cela signifie que nous ne
 est très ou assez satisfaite des avantages    offrir de la valeur », affirme Marilee
 offerts en ce qui concerne les médica-        Mark, vice-­présidente, développement
                                                                                                         répondons pas aux besoins et
 ments sur ordonnance (81 %), les soins        du marché à la Financière Sun Life.                       que nous devons redoubler
                                                                                                         d’efforts pour déterminer
                                                                                                         »
 dentaires de base (78 %) et les services         Les promoteurs sont relativement
 paramédicaux (74 %). Toujours à l’instar      moins satisfaits de l’assurance                           comment offrir de la valeur.
 des participants, ce sont les soins de la     maladies graves (65 %), de la
 vue (15 %) et les soins dentaires majeurs     vaccination (63 %) et des comptes
 (15 %) qui suscitent le plus d’insatisfac-    de soins de santé (CSS, 61 %), des                        Marilee Mark, FINANCIÈRE SUN LIFE
 tion chez les promoteurs.                     avantages par rapport auxquels le
    Lorsqu’on leur demande pourquoi            plus grand nombre de répondants
 ils sont insatisfaits, les promoteurs         ne sont ni satisfaits ni insatisfaits                        « Ces promoteurs sont indécis, ce
 de régime répondent le plus souvent           (28 % dans le cas des CSS, 27 %                           qui soulève la question de savoir s’il
 que les avantages offrent une valeur          dans le cas de la vaccination et 26 %                     existe des lacunes de communication
 inadéquate (47 %), qu’ils représentent        dans le cas de l’assurance maladies                       entre les fournisseurs et les clients.
 des coûts élevés pour les participants        graves). Parallèlement, les promoteurs                    Les promoteurs paient pour ces
 (34 %), qu’ils représentent des coûts         expriment un point de vue neutre                          avantages sans avoir d’opinion quant
 élevés pour l’organisation (34 %) et qu’ils   quand il est question des programmes                      à leur valeur. Voilà une situation à
 suscitent des commentaires négatifs de        d’aide aux employés (PAE, 25 %) et                        laquelle nous devons remédier »,
 la part des participants (32 %).              de l’assurance vie (22 %).                                déclare Anne Nicoll. n

  PROFIL DE PROMOTEUR DE RÉGIME • KELLOGG CANADA

UNE RECETTE POUR UNE SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE
 La variété représente un ingrédient           de fabrication et des représentants qui                   sations essentielles au travail », ajoute
 essentiel au mieux-être chez                  travaillent de la maison.                                 Sandra Scollay.
 Kellogg Canada.                                  En 2015, Kellogg a élargi de nouveau                      La priorité, qui consistait à surmonter
    Pour favoriser l’utilisation de son        sa portée aux travailleurs éloignés                       la stigmatisation, a mené à une for-
 centre d’entraînement physique sur            dans l’ensemble du Canada en offrant                      mation de la direction et à des dîners-­
 place (le KClub) par ses 230 employés,        le soutien téléphonique individuel de                     causeries. Les employés cherchaient
 le fabricant de céréales prêtes à             son conseiller en mieux-être, qui éla-                    également des moyens concrets de
 consommer a embauché un coordon-              bore un plan personnel de santé et de                     gérer le stress, ce qui a mené à des cam-
 nateur du mieux-être et de la forme           mise en forme et effectue des appels                      pagnes d’un mois portant notamment
 physique. À la fin de l’année 2014,           de suivi. « Grâce à ces programmes,                       sur la méditation consciente et l’inci-
 66 % des employés étaient membres             nous avons suscité l’intérêt pour le                      dence de l’alimentation sur l’humeur.
 du centre et 65 % d’entre eux en utili-       mieux-être et la forme physique et                           Bien qu’il soit trop tôt pour connaître
 saient les installations au moins une         avons reçu des commentaires formi-                        les effets de ces changements sur les
 fois par semaine.                             dables. Les employés éloignés ont été                     demandes de règlement, le personnel
    Outre le centre, un dépistage annuel       ravis de pouvoir accéder facilement à                     et la direction entretiennent désor-
 des risques pour la santé réalisé par         un conseiller en mieux-être », affirme                    mais des conversations plus saines.
 une infirmière contribue à favoriser les      Sandra Scollay, directrice associée,                      « J’entends même des employés parler
 démarches personnelles. Le conseil-           Rémunération globale et Services                          de santé mentale à la cafétéria sans la
 ler en mieux-être fait des « rondes de        partagés de RH.                                           moindre trace de stigmatisation. C’est
 mieux-être » qui permettent de rensei-           L’an dernier, un vaste programme de                    encourageant, déclare Sandra Scollay.
 gner directement les employés, et les         sensibilisation à la santé mentale a éga-                 Les gestionnaires apprécient également
 démonstrations de fabrication de jus à        lement été lancé en collaboration avec                    d’avoir un point de vue différent quand il
 la cafétéria ont connu un succès reten-       le Centre de toxicomanie et de santé                      est question d’absentéisme. »
 tissant. Les défis par courriel et sur le     mentale. « Conscients que nous avions                        Kellogg a aussi déployé des politiques
 Web, par exemple pour améliorer ses           un rôle à jouer en matière de santé                       axées sur la santé et la sécurité psycho-
 habitudes de sommeil, encouragent la          mentale, nous souhaitons devenir un                       logiques, notamment sur les heures de
 participation des employés de l’usine         chef de file pour entamer des conver-                     travail et les horaires variables. n

10    SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ | 2016    L E P LU S I M P O R TA N T S O N DAG E S U R L ES R É G I M ES D E S O I N S D E S A N T É AU C A N A DA
La connaissance est
                                        le fondement de tout
                                     programme de santé et de
                                     mieux-être d’une entreprise

Solutions en matière de santé et de mieux-être de la Great West
Notre outil Évaluation personnelle des risques pour la santé améliorée permet aux participants de
régime de concevoir un plan par étapes personnalisé visant à améliorer leur santé et leur mieux-
être. Cet outil complet est une source d’information et de ressources susceptibles de les aider à :
 • Créer leur propre profil médical en déterminant leurs risques et leur réceptivité au
   changement
 • Élaborer un plan d’action personnalisé adapté à leurs besoins en matière de santé et de
   mieux-être
 • Faire le suivi de leurs progrès

Outil intéressant pour les participants de régime et utile pour vous
Les résultats des évaluations vous fourniront un portrait précis de l’état de santé actuel dans votre
organisation en mettant à votre disposition une sélection de rapports qui vous aideront à jauger
le mieux-être général de votre main-d’œuvre. Les renseignements que vous obtiendrez vous
aideront à mettre en place des programmes d’intervention et de sensibilisation ciblés pour votre
personnel.
Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur nos outils et services novateurs,
communiquez avec votre représentant de la Collective de la Great-West.
THÈME
                    BILAN DE SANTÉ
2                   PERSONNEL

 POUR LES PARTICIPANTS, L’EXERCICE                                                                        PARTICIPANTS

 ET LA GESTION DU STRESS POSENT LES                                                                        INFLUENCE DU MILIEU
                                                                                                           DE TRAVAIL SUR…
 PLUS GRANDS DÉFIS

 T
                                                                                                           n Influence positive (nette)
                                                                                                           n Aucune influence
                                                                                                           n Influence négative (nette)

        rente-cinq pour cent des partici-     bonne, tout comme les participants                            Exercice
        pants qualifient leur santé et        qui disent que leur régime de soins                                30 %                  48 %           22 %
        leur forme physique de très           de santé ne répond pas à leurs                                Consommation de repas et de collations santé
        bonnes ou d’excellentes, un           besoins (23 %).                                                    27 %                  54 %            19 %
 résultat semblable à ceux des deux              Dans le sondage de cette année, on
 dernières années. La moitié des répon-       a demandé aux participants d’évaluer                          Sommeil suffisant
 dants (51 %) affirment que leur santé        leur capacité à maintenir quatre com-                             23 %              49 %               28 %
 est bonne et seulement 14 %, qu’elle         portements liés à un mode de vie sain                         Gestion du stress
 est mauvaise ou très mauvaise.               qui contribuent directement à la santé                            22 %            38 %              40 %
   Les participants atteints de mala-         et à la forme physique : manger saine-
 dies chroniques (29 %) et ceux qui           ment, faire de l’exercice, dormir suffi-                     0%       20 %        40 %     60 %    80 %        100 %
 sont insatisfaits de leur emploi (23 %)      samment et gérer leur stress. L’exercice
 ont beaucoup moins tendance à dire           semble poser le plus grand défi, car                         ÉCHANTILLON : Tous les participants (n = 1 500)
 que leur santé est excellente ou très        près de trois répondants sur quatre

12   SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ | 2016   L E P LU S I M P O R TA N T S O N DAG E S U R L ES R É G I M ES D E S O I N S D E S A N T É AU C A N A DA
«
L’exercice, le régime
alimentaire et le sommeil
ont une influence sur la                                              LA SANTÉ EN CHIFFRES
santé et les maladies                                                                                                 Près des deux tiers des
chroniques, ce qui se                                                                                                 participants (63 %) affirment
traduit en productivité.                                                                                              avoir mesuré leur tension arté-
                                                                                                                      rielle au cours de la dernière
C’est une occasion pour                                                                                               année. Comme on pouvait s’y
les promoteurs de régime                                                                                              attendre, les employés plus
et leurs fournisseurs de                                                                                              âgés (de 55 à 64 ans) ont beau-
transformer l’attitude                                                                                                coup plus tendance à connaître
neutre des employés                                                                                                   leur tension artérielle (82 %),
                                                                                                                      quoique les employés plus
quant à l’incidence du
                                                                                                                      jeunes (de 18 à 34 ans) sont
milieu de travail en une
»
                                                                                                                      assez nombreux à la connaître
attitude positive.                                                                                                    (42 %). « L’accessibilité accrue
                                                                       à des tensiomètres fiables en dehors des cabinets de médecin explique
                                                                       probablement ce résultat positif », fait remarquer le Dr Sotto.
Lisa Callaghan, MANUVIE                                                  Près de la moitié des répondants ont fait mesurer leur taux de cholestérol
                                                                       (47 %) et leur glycémie (44 %) au cours de la dernière année, un résultat
                                                                       qui varie énormément entre les employés plus âgés et plus jeunes (68 %
indiquent qu’ils pourraient faire un peu                               par rapport à 18 % et 61 % par rapport à 21 %, respectivement). Parallèle-
(45 %) ou beaucoup (27 %) mieux.                                       ment, seulement 27 % des répondants ont pris connaissance de leur risque
   Les résultats pour les trois autres                                 personnel de diabète, 21 %, de leur risque de maladie cardiaque et 23 %, de
comportements sont répartis plus                                       leur indice de masse corporelle.
uniformément, mais il convient de noter                                  « Peu importe l’âge, il est très important que tous connaissent les
que, dans tous les cas, moins de la moi-                               chiffres associés à leur état de santé afin de réagir rapidement en cas de
tié des répondants affirment y arriver                                 changement. Chaque minute et chaque dollar consacrés à la prévention et
(45 % arrivent à gérer leur stress, 41 %,                              au dépistage précoce permettent de récupérer énormément de temps et
à dormir suffisamment et 40 %, à man-                                  d’argent sur le plan de la productivité et des dépenses en santé, sans comp-
ger sainement). « Un important pour-                                   ter la réduction de la mortalité et de la morbidité », explique le Dr Sotto.
centage de répondants estime ne pas                                      Le conseil consultatif suggère que les employeurs favorisent l’accès à des
dormir suffisamment. Voilà un résultat                                 appareils d’examens médicaux non accessibles aux consommateurs lors
dont les employeurs prudents tiendront                                 des dépistages sur place avec des professionnels de la santé. Les sondages
compte dans le cadre de leur stratégie                                 menés dans le passé montrent systématiquement la volonté élevée des
globale de gestion de la santé », affirme                              employés de se soumettre à de tels dépistages. n
Telena Oussoren, directrice, Avantages
sociaux à Suncor.
   « Comme professionnels de la
santé, nous observons une épidémie                               exerce une incidence négative sur leur                  le milieu de travail n’a pas d’incidence
d’apnée du sommeil non diagnostiquée                             capacité à gérer leur stress, un pour-                  – des résultats qui mériteraient d’être
qui augmente directement le risque                               centage qui grimpe à 68 % chez ceux                     examinés de plus près. « L’exercice,
d’obésité, d’hypertension artérielle,                            qui sont insatisfaits de leur emploi.                   le régime alimentaire et le sommeil
d’hypercholestérolémie, de diabète et                               « Quarante pour cent des employés                    ont une influence sur la santé et les
de dépression », ajoute le Dr Alain Sotto,                       n’arrivent pas à gérer leur stress aussi                maladies chroniques, ce qui se traduit
directeur de la Medcan Wellness Clinic                           bien qu’ils le pourraient en raison de                  en productivité. C’est une occasion
et conseiller en médecine du travail à la                        leur milieu de travail. C’est un chiffre                pour les promoteurs de régime et
Toronto Transit Commission.                                      énorme », déclare Pierre Marion,                        leurs fournisseurs de transformer
   Qu’en est-il des répercussions du                             directeur de marché à Croix Bleue                       l’attitude neutre des employés quant
milieu de travail sur ces quatre com-                            Medavie (pour en savoir plus sur la                     à l’incidence du milieu de travail en
portements liés au mode de vie? C’est                            santé psychologique, voir la page 18).                  une attitude positive », mentionne
la gestion du stress qui est la plus                                En ce qui concerne les autres com-                   Lisa Callaghan, vice-présidente
compromise : 40 % des répondants                                 portements liés au mode de vie, environ                 adjointe, Produits, Assurance collective
indiquent que leur milieu de travail                             la moitié des répondants déclarent que                  chez Manuvie. n

Le milieu de travail a une incidence sur les comportements sains,                                                                                  SECTION 2 –
en particulier sur le plan de la gestion du stress.                                                                                                POINTS CLÉS

L E P LU S I M P O R TA N T S O N DAG E S U R L ES R É G I M ES D E S O I N S D E S A N T É AU C A N A DA   SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ | 2016   13
THÈME 2 n BILAN DE SANTÉ PERSONNEL

                                    Les maladies chroniques peuvent réduire la productivité et le milieu de travail
 SECTION 2 –                        peut compromettre la capacité d’un employé à gérer sa maladie, un résultat
 POINTS CLÉS
                                    toutefois moins probable chez les personnes satisfaites de leur emploi.

 LES MALADIES CHRONIQUES SONT
                                                                                                                                        Ces résultats doivent être mieux
                                                                                                                                     quantifiés. « Les employeurs peuvent

 BIEN PRÉSENTES AU TRAVAIL                                                                                                           demander l’aide des assureurs et
                                                                                                                                     des consultants pour déterminer les
                                                                                                                                     répercussions financières des absences
 Cinquante-neuf pour cent des                                          38 % chez les employeurs qui comptent                         du travail ou du travail rendu plus
 employés sont atteints d’au moins une                                 500 employés ou plus. Selon le conseil                        difficile pour les employés en raison
 maladie chronique comme l’hyperten-                                   consultatif, un tel écart entre les esti-                     d’une maladie chronique. Tout d’abord,
 sion artérielle, le diabète ou la dépres-                             mations et la réalité signifie probable-                      en traduisant les résultats en chiffres,
 sion. Si l’on tient compte de l’âge, 79 %                             ment que les promoteurs sous-­estiment                        nous pourrons utiliser les données pour
 des employés de 55 à 64 ans sont                                      également les répercussions des                               préserver les programmes de prise
 atteints d’au moins une maladie, com-                                 maladies chroniques au travail.                               en charge des maladies chroniques »,
 parativement à 40 % des employés de                                      De fait, 70 % des promoteurs aime-                         affirme Telena Oussoren.
 18 à 34 ans.                                                          raient mieux comprendre le fardeau                               Qu’en est-il de l’effet du milieu de
    Les trois maladies les plus fréquentes                             des maladies chroniques chez leurs                            travail? Trente-trois pour cent des
 sont l’hypertension (21 %), l’hyper-                                  employés, un pourcentage qui augmente                         participants affirment que leur milieu
 cholestérolémie (19 %) et la maladie                                  à 83 % chez ceux offrant un régime avec                       de travail a un effet négatif sur leur
 mentale (19 %). Les employés plus âgés                                services administratifs seulement. Selon                      capacité à prendre en charge leur
 sont généralement plus susceptibles                                   le sondage de l’an dernier, un peu moins                      maladie chronique, un résultat qui
 d’être atteints d’au moins une de ces                                 de la moitié (48 %) des promoteurs affir-                     grimpe à 63 % chez les participants
 maladies, à deux exceptions près : la                                 ment connaître les problèmes de santé                         insatisfaits de leur emploi. Le conseil
 maladie mentale, dont la prévalence est                               qui touchent le plus leurs employés.                          consultatif observe que le milieu
 de 23 % chez les employés plus jeunes                                                                                               de travail ne devrait pas avoir un
 et de 17 % chez les employés plus âgés,                               EFFET DOUBLE                                                  effet aussi négatif sur les employés
 et les maladies respiratoires comme                                   Plus d’un tiers des participants (38 %)                       atteints de maladies chroniques. Les
 l’asthme, dont la prévalence est à peu                                atteints d’une maladie chronique sont                         employeurs devraient également
 près la même dans les deux groupes                                    d’accord pour dire que leur maladie les                       garder à l’esprit que la prévalence des
 d’âge (12 % et 14 %, respectivement).                                 a forcés à s’absenter du travail (25 %)                       maladies mentales est parmi les plus
    Pour leur part, les promoteurs de                                  ou a rendu leur travail plus difficile                        élevées, ce qui renvoie à l’incidence
 régime sous-estiment la prévalence                                    (19 %). Le résultat grimpe à 62 % chez                        du milieu de travail sur la gestion du
 des maladies chroniques au travail :                                  les employés atteints de dépression.                          stress (page 12). n
 ils laissent entendre que 32 % de leurs                               Les employés plus jeunes (53 %) et les
 employés en sont atteints, un résultat                                employés insatisfaits de leur emploi                             PARTICIPANTS

 qui varie de 29 % chez les employeurs                                 (52 %) ont également beaucoup plus
 qui comptent moins de 50 employés à                                   tendance à être du même avis.                                     VOTRE ÉTAT DE SANTÉ
                                                                                                                                         VOUS A-T-IL FORCÉ À
  PARTICIPANTS                                                                                                                           VOUS ABSENTER DU
                                                                                                                                         TRAVAIL OU A-T-IL RENDU
     INCIDENCE DES MALADIES CHRONIQUES                                                                                                   VOTRE TRAVAIL PLUS
                                                                                                                                         DIFFICILE?
                                 N’importe laquelle (net)                                                             59 %
                                                                                                                                         n Oui       n Non
                                   Hypertension artérielle                        21 %
                                   Hypercholestérolémie                         19 %
                            Dépression, anxiété ou autre
                             problème de santé mentale                          19 %
                                                 Arthrite                      17 %
                                                                                                                                                                                      38 %
                                                Diabète                 11 %
     Asthme ou maladie pulmonaire chronique, comme
      la bronchite chronique, l’emphysème ou la BPCO                    11 %
                                Autre maladie chronique                 10 %
                                                                                                                                              62 %
                                                  Cancer          5%
       Maladie du cœur, y compris une crise cardiaque             4%
                                                  Aucune                                            41 %

                                                             0%    10 %        20 %    30 %    40 %      50 %      60 %                 ÉCHANTILLON : Participants ayant une maladie chronique
     ÉCHANTILLON : Tous les participants (n = 1 500)                                                                                    (n = 882)

14      SONDAGE SANOFI CANADA SUR LES SOINS DE SANTÉ | 2016                              L E P LU S I M P O R TA N T S O N DAG E S U R L ES R É G I M ES D E S O I N S D E S A N T É AU C A N A DA
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler