Ton mépris au Virgin Megastore - Le jour où j'ai acheté

 
DIAPOSITIVES SUIVANTES
Ton mépris au Virgin Megastore - Le jour où j'ai acheté
Le jour où j’ai acheté
ton             mépris au Virgin Megastore
De Julien Bouffier
D’après nos souvenirs de spectateurs des films de Godard et d’Antonioni et du Misanthrope de Molière
Les chansons sont tirées des textes de Camille Laurens Cet absent-là, récit, Léo Scheer, 2004, et Ni toi ni moi, roman, P.O.L, 2006

Mise en scène Julien Bouffier
Avec Marc Baylet Delperier, Vanessa Liautey, Julien Guill, Alice David, Nicolas Vallet
Scénographie Emmanuelle Debeusscher, Julien Bouffier
Vidéo Laurent Rojol, Julien Bouffier
Musique Dimoné, Éric Guennou, Franck Rabeyrolles, Jean-Christophe Sirven
Lumières et régie générale Christophe Mazet
Costumes Catherine Sardi
Photos Marc Ginot
Ton mépris au Virgin Megastore - Le jour où j'ai acheté
Nos créations ont toujours des origines extrêmement métissées, rarement théâtrales.                                                                                                                                        plan 3D
                                                                                                                                                                                                                 quis et
                                                                                                                                                                                            eus s c   her, cro
Non pas que le répertoire dramatique ne recèle pas des merveilles mais la provenance non-                                                                                     nue   lle Deb
                                                                                                                                                                  d   ’Emma
théâtrale des matériaux permet de toujours réinterroger le théâtre.                                    Le miroir Misanthrope                               Études

Dans le titre se confrontent deux références qui ont été fondatrices dans l’écriture de ce projet :
le film de Godard sur le roman de Moravia, Le Mépris comme emblème d’un certain cinéma                 Réintroduire du théâtre où on ne l’attend plus.
voulant réinventer ses règles de représentation du monde, et la liquidation du Virgin Megastore        Adapter pour la scène un film qui met en scène
qui défraya la chronique en dévoilant des scènes de folie acheteuse de clients revenus au stade        une pièce de théâtre.
primaire de la possession.                                                                             Le Misanthrope est une pièce ambiguë qui
Le mépris prend alors un double sens, ou s’attache à deux situations, celle du désamour du             permet des interprétations de traitement ra-
couple (la situation intime) et le sentiment plus large, quasiment sociétal, qui découle des re-       dicalement différentes véhiculant, chacune,
lations humaines modernes et en particulier                                                            des esthétiques variées. Au cours de l’his-
des relations professionnelles. L’un éclairant                                                         toire, beaucoup ont écrit de manière contra-
l’autre, sujet, moteur, conséquence de l’un vis                                                        dictoire sur Le Misanthrope, entre Rousseau
à vis de l’autre. Le titre joue avec ce double                                                         qui considère Molière « inexcusable car il se
sens, où l’on peut acheter autant un sentiment     Une incarnation                                     moque des hommes vertueux », et Hugo pour
qu’un objet culturel dans un magasin.              contemporaine                                       qui Alceste est le premier et le plus radical des
Et puisque le texte parle de la fabrication du ci-                                                     républicains. Dans Le jour où j’ai acheté ton
néma, le spectateur pensera au film de Jean-       Le jour où j’ai acheté ton mépris au Virgin Me-     mépris au Virgin Megastore, Thomas, l’indus-
Luc Godard et nous devrons provoquer notre         gastore incarne une société en crise à travers      triel, producteur de cinéma, veut faire du Mi-
imagination dans un travail de « refiguration »    l’histoire d’un couple. Faire référence dans le     santhrope un divertissement, Louis rêve d’une
mettant en jeu notre capacité de spectateurs à     titre à cette entreprise de divertissement cultu-   figure plus héroïque. Son Alceste, blessé
se défaire du formatage que l’on voudrait nous     rel qu’est le Virgin Megastore introduit claire-    par les injustices, veut conserver une vision
imposer.                                           ment le climat social dans lequel l’histoire        noble du monde. Il préférera devenir un ter-
Le répertoire dramatique a été aussi une           d’amour de Marthe et de Louis se développe.         roriste, redresseur de tord, plutôt que d’aban-
grande source d’inspiration et de repères.         L’étouffement du couple ne se cherche pas           donner le monde à son sort. Louis restera le
Le nom des personnages est emprunté à              de raisons psychologiques. Il est le fruit d’un     négatif d’Alceste n’osant jamais s’opposer au
L’Échange de Claudel et le rôle de mise en         contexte. Leur scène primitive se passe le jour     contexte dans lequel il évolue. Alceste, à la
abîme du Misanthrope est primordial. Sans          de la liquidation de cette enseigne marchande,      différence de Louis, comprend que sa relation
oublier l’apport de Camille Laurens qui ajoute     temple de la consommation culturelle. L’évé-        amoureuse avec Célimène est révélatrice du
une voix intime à l’œuvre.                         nement de leur rencontre est alors masqué           dysfonctionnement de la société.
                                                   par la situation ; il est marqué au fer rouge de
                                                   cette compulsion obscène de posséder. Ce

                                                                                                                ADN
                                                   n’est pas le début d’une passion banale mais
                                                   celui d’une histoire d’amour naissante un jour
                                                   de folie humaine contemporaine. Le jour où
                                                   j’ai acheté ton mépris au Virgin Megastore
                                                   met l’accent sur le poids du travail dans la vie
                                                   de chacun et comment ce dernier est le mo-          Un
                                                   teur de notre construction et de notre relation
                                                   aux autres.                                         référencé et « multiculturel »
Ton mépris au Virgin Megastore - Le jour où j'ai acheté
Trois personnages comme trois désirs qui se         Les lieux de Le jour où j’ai acheté ton mépris         Dans cette société de l’écran dans laquelle
croisent et se nourrissent les uns les autres.      au Virgin Megastore sont des espaces inha-             nous vivons, l’omniprésence de l’image n’est
Cet appétit insatiable sera aussi leur tombeau.     bitables. Ils n’existent que par leur capacité à       plus à démontrer. C’est cette pollution vi-
Marthe rêve d’habiter dans un endroit qui lui       produire du désir. Entre le supermarché cultu-         suelle, tout à la fois constructrice d’imaginaire                    La Musique
appartiendrait au risque de s’y perdre. C’est la    rel, la demeure de l’industriel au jardin virtuel,     et imposant un formatage des pensées, que                  Pensée intime,
première qui se réveillera de cet univers d’il-     le plateau de tournage et la salle de cinéma,          nous développerons dans l’utilisation de la            formalisme théâtral et
lusions. Peut-être parce que c’est la première      les personnages errent. Ils n’habitent pas hor-        vidéo. La projection d’images se perdra dans         rêverie cinématographique
qui perd son travail et qui se retrouve seule       mis l’appartement qu’ils acquièrent. Leur ap-          l’espace ou sera contenue dans les cadres
                                                    partement, ce logis si souhaité, devait être le        réalistes des moniteurs, téléviseurs. Une           Le texte est construit en cinq mouvements
                                                    repaire (repère) de Marthe et de Louis mais il         image donc presque absente au commen-               qui se terminent chacun par une chanson à
                                                    se referme sur eux comme un piège, comme               cement, une tache qui empiétera petit à petit       la façon des textes classiques grecs mais au
                                                    si l’inscription de leurs aspirations dans le réel                                                         lieu d’être un résumé de ce qui vient de se
             Les personnages                        des autres était impossible. Marthe et Louis                                                               produire, ces chansons sont les gros plans
    Travailler à désirer ou                         se retrouvent toujours à la marge, jamais in-                                                              d’une parole intime. Marthe, qui ne se confiera
      désirer travailler                            tégrés au désir collectif. Ils sont à côté du tu-                                                          jamais aux autres personnages, le fait ici en
                                                    multe dans la première séquence et c’est cette                            La vidéo                         chanson, à travers l’écriture de Camille Lau-
face à elle-même. Louis voudrait s’affranchir       « marge » qui accueillera leur relation. Chez                     L’image fantôme                          rens. Ce sont des textes empruntés à Ni toi ni
de cette société du désir en écrivant mais se       l’industriel, ils ne pénétreront jamais dans sa                                                            moi et à Cet absent-là. Camille Laurens tente
trouve foudroyé par la beauté de Marthe et sa       maison, dans l’édifice de son pouvoir. Leur dé-        sur l’espace du couple. D’abord fantomatique        de percevoir de quoi se nourrit le désamour.
fascination pour le cinéma. L’écriture devient      sir de propriétaire se contentera d’un apparte-        comme un palimpseste sur les murs noirs de          Ni toi ni moi peut être considéré comme une
alors non plus un travail émancipateur mais le      ment à l’entresol. Ils resteront hors-champ de         leur appartement, les projections écraseront        enquête sur le désamour dont le point de
moyen de se noyer dans ses désirs. Thomas,          la vie qu’ils projetaient. Ils la regarderont par la   les acteurs lors du dernier mouvement avec le       vue, celui qui n’est plus aimé, est une femme
depuis longtemps ne se reconnaît plus dans          fenêtre. Le cinéma est la porte d’accès à leur         grand rectangle de l’écran de cinéma.               (l’inverse du Mépris). J’ai confié ces extraits
son rôle d’industriel. Il aspire à être quelqu’un                                                          Il y aura plusieurs statuts d’images : celles       à trois compositeurs de chansons issus de la
d’autre. Il s’autoproclame producteur de ci-                                                               prises en temps réel par plusieurs caméras          pop, de la chanson française et de l’électro-
néma pour être acteur des fantasmes collec-                                                                sur le plateau dont les personnages n’auront        nique (Dimoné, Franck Rabeyrolles et Jean-
tifs de la société. Son changement de statut                                                               pas conscience et celles avec lesquelles ils        Christophe Sirven). Nous avons déjà colla-
le fragilisera, trop pressé de quitter son rôle                         L’espace                           joueront. Marthe et Louis seront toujours sous      boré plusieurs fois avec Dimoné (Le Début
de constructeur d’habitat. Son passage de la                Un désir inhabitable                           surveillance, entre le mégastore culturel, leur     de l’A de Pascal Rambert, Perlino Comment
pierre au virtuel ouvre devant lui un gouffre.                                                             appartement ou la demeure de l’industriel.          de Fabrice Melquiot, Hiroshima mon amour
                                                    désir et ils ne feront qu’assister à sa création.      Les vidéos réalisées au préalable montre-           de Marguerite Duras) et Jean-Christophe Sir-
                                                    Le cadre du cinémascope est alors trop grand           ront le film de Louis sur son adaptation du         ven (Perlino Comment, Forget Marilyn). Ces
                                                    pour eux, si ouvert qu’ils s’y perdent. L’écran        Misanthrope et celles-ci seront diffusées, au       chansons seront ensuite déclinées par un
                                                    de projection final consume la présence, l’hu-         contraire des images prises en temps réel,          partenaire récurrent pour la création musicale
                                                    manité, et Louis seul face à l’écran ressemble         dans le format dans lequel elles ont été tour-      de la compagnie, Éric Guennou, responsable
                                                    au papillon assuré de finir brûlé par l’ampoule        nées.                                               de la matière sonore du spectacle. Il écrira lui-
                                                    du projecteur.                                                                                             même la musique qui soutiendra l’approche
                                                    A l’aide de murs mouvants, la scénographie                                                                 sensible de notre spectacle.
                                                    dévoilera ces différents espaces entre réa-                                                                Élément fondamental de notre identité artis-
                                                    lisme de leur intérieur et graphisme plus abs-                                                             tique, la musique, encore plus pour ce spec-
                                                    trait des « marges » dans lesquelles évoluent                                                              tacle lié au cinéma, tiendra le même rôle
                                                    nos protagonistes. L’écran de cinéma du der-                                                               qu’une bande originale de film.
                                                    nier tableau sera constitué des restes des es-
                                                    paces précédents.
Ton mépris au Virgin Megastore - Le jour où j'ai acheté
Ton mépris au Virgin Megastore - Le jour où j'ai acheté
Ton mépris au Virgin Megastore - Le jour où j'ai acheté
Créer
habiter
La compagnie Adesso e sempre est née dans
la tête de dix lycéens sortis des cours de
théâtre des comédiens d’Antoine Vitez au ly-                                                                                                                     approfondir sa recherche sur la présence sur
cée Molière à Paris, il y a plus de 20 ans. Tout                                                                                                                 scène de l’image et de l’art numérique. Elle
de suite confrontés à un public rural lors d’une                                                                                                                 développe des systèmes de captation vidéo
représentation de leur première création à                                                                  d’éloignement, axes du regard…), soit par la         en temps réel rediffusée en simultané.
Clermont-l’Hérault, ils font le pari de s’installer                                                         perte de ses repères en jouant avec la réalité       En 2009, la compagnie crée le festival
dans l’Hérault pour éprouver plus simplement                                                                et la fiction, soit par une démultiplication des     Hybrides qui l’engage dans de nouvelles
leur rapport au public.                               Faisant d’abord ses armes sur des œuvres mé-          signes pour assouplir, voire détourner la codifi-    réflexions sur la transdisciplinarité et le théâtre
Après six ans de résidence à la Scène natio-          connues d’auteurs du répertoire, Julien Bouffier      cation de la représentation théâtrale.               documentaire, en particulier à l’occasion de
nale de Sète, la compagnie, dirigée par Julien        met en scène pour la compagnie de plus en             En 2003, s’opère un tournant. Alors que la           résidences (Sondes) qu’elle organise avec
Bouffier, est associée au théâtre des Treize          plus de textes contemporains. L’éducation clas-       compagnie présente à Avignon le texte de             le Centre national des écritures scéniques
Vents, Centre dramatique national de Mont-            sique qu’il a reçue l’éloigne d’abord de l’écriture   Pascal Rambert, elle prend part au combat            à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon.
pellier L-R, pendant trois ans puis au théâtre        contemporaine. Il croit au rôle d’auteur tenu par     des intermittents et comprend que ce qu’elle         Le projet Les Témoins naîtra lors de ces
Jean Vilar de Montpellier pendant deux ans et         le metteur en scène. En proposant des lectures        prenait pour acquis ne l’est pas. C’est la place     Sondes et conduira la compagnie à un travail
en compagnonnage avec le théâtre Jean Vilar           singulières qui provoquent le spectateur dans         du théâtre dans la société et son rôle qui sont      de près de quatre ans autour du traitement
de Vitry-sur-Seine depuis 2009. Depuis 2003,          sa manière de regarder une œuvre, il imagine          remis en cause. Il décide alors de ne plus être      théâtral de l’actualité, questionnant encore de
la compagnie est subventionnée par Ministère          agir sur la société et ouvrir les portes du théâtre   seulement sur le champ de la forme mais de           manière plus interactive la place du spectateur
de la Culture / Drac Languedoc-Roussillon au          à des personnes qui s’en sentent exclues.             travailler les questions sociétales sur scène.       physiquement et virtuellement. Le public soit
titre des compagnies conventionnées.                  En 1997, il adapte et met en scène un roman           Ainsi, à partir de 2005, Julien Bouffier a la        est installé dans des serres face à des écrans
                                                      autofictionnel de Claude Lucas sur le monde           volonté de mettre en scène le monde du               ou des acteurs, soit déambule autour des
                                                      carcéral, Suerte, qui obtient le prix de la jeune     travail et les conflits liés à cette thématique      espaces de jeu, un casque sur la tête.
                                                      création au dernier festival d’Alès. Dans ce          (Les Yeux rouges de Dominique Féret sur le           En 2013, Julien Bouffier commence un
                                                      spectacle, il décide de modifier le rapport au        conflit LIP, Les Vivants et les Morts de Gérard      nouveau cycle avec sa version du Mépris
                                                      public en plaçant les spectateurs dans des            Mordillat, grande fresque de 8 heures sur            de Godard, où il prend de la distance avec
                                                      boxes face à une glace sans tain. C’est par ce        une lutte ouvrière plus ou moins fictionnelle)       la question documentaire même si le titre du
                                                      spectacle « peep-show » qu’il sera distingué          en produisant un théâtre engagé capable de           spectacle, Le jour où j’ai acheté ton mépris
                                                      bien au-delà de la région Languedoc-Rous-             toucher le grand public et notamment celui qui       au Virgin Megastore, ramène à une actualité
                                                      sillon. L’État reconnaît son travail et signe         cherche à s’évader d’une réalité quotidienne,        proche. Dans un monde où les seuls repères
                                                      une convention (reconduite à ce jour jusqu’en         à se divertir, à se rassurer pour oublier... Quel    sont financiers, il avait besoin de travailler
                                                      2014) avec la compagnie.                              espace de respiration commune et d’émanci-           une mémoire commune qui rassemble et qui
                                                      En 2002, il crée Le Début de l’A de Pascal            pation peut proposer le théâtre ?                    aide à se projeter dans l’avenir. Après celle du
                                                      Rambert dans un dispositif bi-frontal qui             La poésie de l’artiste n’est-elle pas une sorte      cinéma, avec ses souvenirs de spectateur du
                                                      empêche le public d’assister à tout ce qui            de sas de décompression qui peut nous per-           Mépris, il adaptera le texte d’Anne Philippe,
                                                      est joué. Il questionne encore et toujours le         mettre, avec lui, d’aborder ce que l’on fuit et de   Le Temps d’un soupir, pour interroger la figure
                                                      rapport au spectateur, soit par la place qu’il        construire une réponse ?                             de Gérard Philippe et du Théâtre National
                                                      lui donne dans l’espace (rapport de proximité,        Dans le même temps la compagnie continue à           Populaire de Jean Vilar.
Extrait                                                                                                     Là, ça aurait de la gueule !                                   le livre comme multiplicateur du désir, loin

Premier mouvement
                                                                                                            Louis Dans les deux cas, vous finiriez morte.                  des soldes virtuelles des rencontres sans
                                                                                                            Ce serait dommage. Nous nous connaissons                       lendemain.com, de pilules bleues capables
                                                                                                            à peine.                                                       de développer vos facultés physiques et vous
L’espace commercial et culturel                                                                             La lumière au-dessus d’eux s’éteint. Ils ne sont plus          transformer en monstres pornographiques.
                                                                                                            éclairés que par la lumière du magasin au lointain. Silence.   L’image de ce qu’il filme avec son Smartphone est diffusée
                                                                                                            Marthe J’ai emporté des livres car je voulais                  sur le décor. On voit les livres en gros plan. Jeu de cache-
Une boîte avec une porte qui nous laisse             Louis Elle est magnifique dans Le Mépris.              les protéger.                                                  cache entre elle et lui avec les livres. Apparaît alors Cet
entrevoir un intérieur. Louis, Marthe.               Vous ne vous souvenez pas de la séquence               Louis Vous croyez qu’ils vont les brûler ?                     absent-là de Camille Laurens ? En voix-off, on entend un
                                                     où elle demande s’il les aime ses fesses ? At-         Marthe Ils en seraient capables. Regardez-                     texte de Cet absent-là de Camille Laurens ?
Louis C’est l’apocalypse, ici.                       tendez, on doit trouver cela sur internet. Voilà.      les. On dirait des bêtes. Leur dignité vendue                  Marthe Dit par elle ?
Marthe Ils liquident.                                Ils regardent sur l’écran de son smartphone la scène   pour des prix cassés. Ils se battent comme                     Louis Oui.
Louis Qui ?                                          mythique où Bardot apparaît nue.                       des chiens pour un vulgaire 50%. Comment                       Marthe lit « L’objet aimé - l’objet, c’est à dire
Marthe Le magasin…                                   Cette scène n’est pas dans le scénario                 voulez-vous qu’ils aient envie de lire des                     l’obstacle, ce qui stoppe la course négligente
Louis Je ne pensais pas que les gens avaient         d’origine. Godard l’a rajouté car les produc-          romans ? Je vais les cacher. Tout à l’heure,                   des yeux, ce qui est littéralement jeté par là
encore autant d’intérêt pour la culture.             teurs américains voulaient absolument voir             je suis sortie fumer une clope. Je n’avais                     pour capter le regard - l’objet aimé apparaît
Marthe Ils font plutôt des affaires. Regardez        Bardot nue. Pour se foutre d’eux - attention           même pas allumé ma cigarette que des gens                      comme Dieu dans l’Ancien Testament, nimbé
celui-là avec ses cinq IPad. Ils sont à 50%.         pas d’elle ! - il l’expose comme un morceau            m’ont sauté dessus en me demandant de leur                     d’une lumière glorieuse, inconnue. L’éblouis-
Louis Et vous ?                                      de viande magnifique. Le désir du boucher              mettre des Ipad de côté : « Achetez-en un                      sement est aussi un ébahissement : on n’a
Marthe Je travaille ici. Je ne sais pas trop si je   capitaliste !                                          pour vous, et je vous le rachète ! ». J’ai refusé              jamais vu ça. Puis le regard accommode,
dois utiliser le présent ou le passé.                Elle rie.                                              et je me suis faite insultée. Il y en a un qui m’a             l’apparition prend forme et se fait apparence,
Louis Vous vous occupez du rayon livre ?             Marthe Mon père est boucher.                           balancé : « Vous devriez être contents, on                     l’auréole floue devient découpe folle, on n’a
Marthe Oui, c’est plus calme. On ne peut pas         Louis Je n’ai rien contre les bouchers.                rachète vos indemnités ».                                      plus d’yeux que pour elle. (…) »
brader les livres, c’est interdit.                   Marthe Vous êtes communistes ? Comparer                Silence. Temps.                                                Elle lui donne le livre.
Louis Vous ne savez pas où je pourrais trouver       la boucherie au capitalisme, c’est un peu              Louis Vous pensez que cela va durer long-                      Non par lui.
Le Mépris.                                           caricatural.                                           temps ?                                                        Louis lit « Il y a pour moi une sorte de parenté
Marthe Je ne m’occupe pas des films.                 Louis Caricatural, je ne sais pas. Lyrique,            Marthe Vous vous ennuyez déjà avec moi !                       intime entre la photographie et l’expérience de
Louis Non, c’est le livre de Moravia qui m’inté-     peut-être.                                             Elle rie.                                                      l’amour - en tous cas dans l’art du portrait. Il
resserait. Pas le film de Godard.                    Marthe Mon père était boucher.                         Rassurez-vous, les stocks ne sont pas inépui-                  faut de l’amour pour saisir un visage, l’amour
Marthe C’est dans le rayon des auteurs étran-        Louis Il s’est reconverti ?                            sables.                                                        est ce qui rend visible. Et qu’est-ce qui nous
gers mais comme il se trouve juste à côté des        Marthe Il a été retrouvé pendu à un croc de            Louis Je ne m’ennuie pas mais quitte à être                    intéresse, à part être sous le regard ? Qu’est-
jeux vidéos, je vous conseille d’attendre un         boucher dans son garage après la fermeture             avec une très jolie femme dans un espace                       ce qui nous blesse, sinon la transparence où
peu. C’est la folie là-bas. Les gens ne choisis-     de son magasin.                                        obscure, je préfèrerais être autre part.                       nous sommes laissés ? Rien ne nous manque
sent plus. Ils prennent TOUT ce qui passe à          Louis Je suis confus.                                  Marthe Dans une salle de cinéma ?                              jamais que la foi des visionnaires et le don
hauteur de panier. TOUT : peluches, DVD au           Silence. Temps.                                        Louis Ce n’était pas ce à quoi je pensais.                     du visage : si nous pouvions seulement, ne
hasard, magnets, écouteurs, jeux de société,         Louis Qu’est-ce que vous comptez faire avec            Ils rient.                                                     serait-ce qu’une fois, céder au mystère de
cartouches d’imprimantes. Ils ne choisissent         cette pile de livres ? Vous n’alliez pas faire         Marthe Le Mépris, séquence 38, intérieur nuit,                 l’apparition- si nous pouvions oser ce geste
pas, ils ont trop peur que d’autres leur volent      une bêtise ?                                           une femme nue allongée sur un lit. Ils viennent                mystique et fou : croire nos yeux. »
leur butin. Alors ils prennent, ils prennent, se     Marthe Pardon ?                                        de faire l’amour. Un homme la contemple.                       Ensemble, elle et lui.
gavent sans peur de vomir. Ils prennent pour         Elle rie encore.                                       L’acteur ressemble à Piccoli. La femme pas du                  Marthe et Louis lisent ensemble « Qu’est-ce
empêcher d’autres de prendre.                        Se pendre sur son lieu de travail pour pro-            tout à Bardot.                                                 qu’être aimé, dis-le moi, sinon apparaître- je suis
Silence.                                             tester contre sa dure vie de labeur ? Dénon-           Louis, avec son Smartphone, éclaire le corps de Marthe         là, regarde-moi-, apparaître, oui, être à part. »
Louis Vous l’avez-vu ?                               cer l’injustice d’une pauvre petite employée           comme si c’était une caméra qui faisait un travelling.         Louis a posé son Smartphone sur le livre pour embrasser
Marthe Qui ?                                         passionnée par son métier de libraire, détruite        Marthe est toujours avec sa pile de livres dans les bras.      Marthe. Ils ne sont éclairés que par la boucle vidéo qui
Louis Brigitte Bardot dans Le Mépris.                par la machine capitaliste ? Non, ce n’est pas         Travelling sur le corps de la femme qui se                     doit laisser apparaître leur silhouette. Transformer la
Marthe Brigitte Bardot, vous savez, ce n’est         pour moi. Je serais plus radicale.                     cache derrière une pile de livres.                             boucle en fichier vidéo préenregistré autour de mots écrits.
pas trop ma tasse de thé, entre son amour            Elle lui souffle à l’oreille :                         Marthe, amusée Bravo ! La littérature comme                    Leurs corps enlacés, un vrai moment.
pour les animaux abandonnés et son mari              Je tournerais terroriste. Je me pointerais chez        cache sexe !                                                   Marthe, murmurant dans les bras de Louis Le texte
Front National.                                      les actionnaires avec une ceinture d’explosifs.        Louis, regardant dans sa pile de livres Au contraire,          ensemble, je crois que c’est trop.
Création les 4 et 5 février 2014
           Théâtre de l’Onde, Vélizy-Villacoublay
           Les 7, 8, 9 février 2014
           Théâtre Jean Vilar, Vitry-sur-Seine
           Les 27 et 28 février 2014
           Théâtre Jean Vilar, Montpellier
                                                                                                                                                                                                 Compagnie Adesso e sempre / Julien Bouffier
                                                                                                                                                                                                 Administratrice-production Nathalie Carcenac
                                                                                                                                                                                                 42 rue Adam de Craponne 34000 Montpellier
                                                                                                                                                 Production                                      www.adessoesempre.com
                                                                                                                                                 Adesso e sempre
                                                        La Compagnie est subventionnée par le Ministère de la Culture / Drac Languedoc-          Coproduction                                    Contact diffusion
                                                        Roussillon au titre des compagnies conventionnées, la Région Languedoc-Rous-
                                                        sillon, Montpellier Agglomération, la Ville de Montpellier.                              Théâtre Jean Vilar, Vitry-sur-Seine             Anne-Lise Ourmières
                                                        La Spedidam est une société de perception et de distribution qui gère les droits
                                                        des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation
                                                                                                                                                 Théâtre de l’Onde, Vélizy-Villacoublay          06 74 59 44 49
                                                        des prestations enregistrées.                                                            Théâtre Jean Vilar de la Ville de Montpellier   alo@adessoesempre.com
Conception Christophe Caffier . Photos Marc Ginot, DR . DESSIn Emmanuelle Debeusscher
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler