LIVRET REFERENTIEL du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif " mention " golf " ...

 
LIVRET REFERENTIEL du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif " mention " golf " ...
LIVRET REFERENTIEL

du diplôme d’Etat de la jeunesse, de l’éducation
             populaire et du sport
    spécialité « perfectionnement sportif »
               mention « golf »

                 - Avril 2013 -
LIVRET REFERENTIEL du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif " mention " golf " ...
-2-
LIVRET REFERENTIEL du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif " mention " golf " ...
Ont participé à l’élaboration de ce livret référentiel, en lien avec le
 bureau des métiers, des diplômes et de la réglementation (DS C1)
  – sous direction de l’emploi et des formations de la direction des
                                sports

Franck ALLAIRE, groupement des entrepreneurs de golf français
Yves BECHU, directeur de la PGA France et président du syndicat
national des professionnels de golf (SNPG)
Rémy DINH–PHUNG, directeur technique national adjoint de la
Fédération française de golf
Mathias LAMARQUE, inspecteur coordinateur du golf, directeur du
CREPS Ile de France
Corinne RIEGEL, directrice du service formation de la Fédération
française de golf
Pierre MASSIE, Secrétaire général de la Fédération française de golf,
président de la commission formation de la Fédération française de
golf, représentant du groupement français des golfs associatifs
Didier MARCY, professeur de sport, CREPS Montpellier
Eric VANNIER, responsable pédagogique au centre de formation de
la Fédération française de golf

                                 -3-
LIVRET REFERENTIEL du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif " mention " golf " ...
-4-
LIVRET REFERENTIEL du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif " mention " golf " ...
SOMMAIRE
I - PRESENTATION DU GOLF ET DE SON SECTEUR PROFESSIONNEL …………………………..…..…page 6
        I.1- PRESENTATION DU SECTEUR PROFESSIONNEL
        I.2 - DESCRIPTION DU METIER
        I.3 – FICHE DESCRIPTIVE D’ACTIVITES POSSIBLES

II – PRINCIPES METHODOLOGIQUES……………………………………………………………………page 14
         II.1 – DE LA FICHE DESCRIPTIVE D’ACTIVITES A L’INTEGRATION DES COMPETENCES
         II.2 – DES DISPOSITIFS DE FORMATION CONSTRUITS A PARTIR DE L’ANALYSE DU CHAMP PROFESSIONNEL
         II.3 – DES DISPOSITIFS DE FORMATION CENTRES SUR L’ACQUISITION DES COMPETENCES
         II.4 - DES DISPOSITIFS DE FORMATION EN ALTERNANCE
         II.5 - DES DISPOSITIFS QUI ORGANISENT LES PARCOURS INDIVIDUALISES DE FORMATION

III – L’ENTREE EN FORMATION…………………………………………………………………………... page 17
          III.1 – GENERALITES. LES DIFFERENTES ETAPES
          III.2 – L’INSCRIPTION A LA FORMATION
          III.3 – EXIGENCES PREALABLES A L’ENTREE EN FORMATION
          III.4 – EXIGENCES PREALABLES A LA MISE EN SITUATION PEDAGOGIQUE
          III.5 – LA SELECTION DES CANDIDATS
          III.6 – LE POSITIONNEMENT DES STAGIAIRES

IV – LA FORMATION…………………………………...…………………………………………………. page 22
        IV.1 – L’ORGANISATION PEDAGOGIQUE
        IV.2 – L’ALTERNANCE
        IV.3 – LE TUTORAT
        IV.4 – FINANCEMENT DE LA FORMATION
        IV.5 – L’ORGANISATION PEDAGOGIQUE DETAILLEE
        IV.6 – DESCRIPTION DES CONTENUS POSSIBLES DE FORMATION

V – LA CERTIFICATION……………………………………………………………………………....…... page 30
       V.1 – PRINCIPES GENERAUX DE CERTIFICATION
       V.2 – METHODOLOGIE
       V.3 – ORGANISATION DE LA CERTIFICATION
       V.4 – LES EPREUVES D’EVALUATION ET DE CERTIFICATION
       V.5 – LA VALIDATION DES ACQUIS DE L’EXPERIENCE

VI – LE DOSSIER DE DEMANDE D’HABILITATION………………………………..…………...………. page 34
        VI.1 – DEFINITIONS ET GENERALITES
        VI.2 – DEMARCHES PREALABLES

VII – Annexes…………………………………………………………………………...………………. page 35
        Annexe I :   Référentiel de certification du DEJEPS
        Annexe V :   Textes réglementaires
        Annexe VI :  Glossaire
        Annexe VII : Sigles

                                              -5-
LIVRET REFERENTIEL du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif " mention " golf " ...
I - PRESENTATION DU GOLF ET DE SON
SECTEUR PROFESSIONNEL
Introduction

La mention golf du diplôme d’Etat de la jeunesse de l’éducation populaire et du sport
(DE JEPS) a été crée par le Ministère chargé des sports par arrêté du 27 avril 2007
modifié le 9 janvier 2013. Elle s’inscrit dans la continuité des travaux de rénovation de la
filière golf initiés en 2002 par la création du Brevet Professionnel de la Jeunesse de
l’Education Populaire et du Sport (BP JEPS) spécialité golf.

Le 18 novembre 2004, la branche professionnelle du golf validait l’opportunité de
création d’une qualification d’entraîneur de club de golf. Dans l’attente de la
promulgation de texte de création de diplômes par le ministère chargé des sports, elle
a confié à la FFGolf la conception et la mise en œuvre d’une formation d’entraîneur
de club. Au cours de cette période, 80 professionnels ont été formés et certifiés pour
cette qualification.

Accompagner le bon développement sportif du golf en quantité et en qualité en
améliorant le niveau de compétences des professionnels amenés à entraîner des
joueurs ou des équipes de club , tel était l’enjeu.

Cette qualification s’inscrit dans une logique de spécialisation sportive traduisant une
réalité d’activité en termes d’emploi.
L’offre de formation professionnelle continue s’avère ici déterminante car les personnes
à former sont pour la plupart des salariés ou des travailleurs indépendants en activité
professionnelle.

I.1 Présentation du secteur professionnel

     Le golf se pratique en France depuis le milieu du XIX° siècle (création en 1856 du
golf de Pau, premier golf du continent européen). D’abord réservé à quelques
étrangers, la plupart anglo-saxons, qui développèrent des structures sur leurs lieux de
villégiature, le golf est aujourd’hui devenu une activité de loisir accessible à tous et un
sport à part entière.

    En 2012, 422 761 licenciés jouent au golf sur 713 équipements golfiques répartis sur
l’ensemble du territoire français. Cette situation doit être replacée dans le contexte
mondial où 64 millions de personnes jouent au golf sur 30 000 terrains dans 120 pays, ce
qui génère une activité commerciale d’environ 44,5 milliards d’euros. La France est
placée au 7ème rang des nations golfiques avec environ 600 000 joueurs.

Les structures golfiques relèvent pour un tiers d’entre elles du secteur associatif et pour
deux tiers du secteur privé marchand.

La représentation par différents groupements ou syndicats des salariés du golf, des
professionnels de l’enseignement ou du sport, des structures commerciales ou
associatives témoigne de la bonne organisation du secteur professionnel.

   En matière d’emploi et de formation, c’est à travers la Commission Paritaire
Nationale Emploi Formation (CPNEF) du golf, créée en 1999 dans le cadre de la
Convention collective nationale du golf, que s’instaure le dialogue social entre les
grandes organisations représentatives des salariés et des employeurs du secteur.
                                          -6-
LIVRET REFERENTIEL du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif " mention " golf " ...
-7-
LIVRET REFERENTIEL du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif " mention " golf " ...
1.1 Les entreprises et les structures du golf

  1.2 Les emplois

  L’encadrement du golf est assuré par environ 1000 personnes titulaires du BEES 1er
degré option « golf » ou du BPJEPS spécialité « golf » dont :
     • 238 titulaires du BEES 2ème degré option golf,
     • 215 titulaires du Diplôme d’Etat « perfectionnement sportif » spécialité golf,
     • 11 titulaires du Diplôme d’Etat Supérieur « performance sportive » spécialité
        golf.

  1.3 Les évolutions du secteur

La pratique du golf est en constante progression, et les orientations nationales en
matière de développement laissent présager de la pérennité de ce phénomène.
Il est possible de ce fait, d’anticiper une poursuite de la démocratisation de ce sport,
grâce à l’accessibilité de la pratique pour de nouveaux publics, une création de
terrains adaptés à l’initiation de nouveaux golfeurs et une réorganisation de la filière
sportive visant à faire de la France une nation golfique de haut niveau.

En 2009, la Fédération française de golf a initié en concertation avec le ministère
chargé des sports un plan de création de 100 nouvelles petites structures, soutenu par
une convention signée avec le Centre National pour le Développement du Sport
(CNDS) sur la période 2010-2013.
La cartographie ci-dessous fait apparaître l’état d'avancement au 8 novembre 2012
de ce « Plan 100 Petites Structures 2009-2018 »
                                           -8-
LIVRET REFERENTIEL du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif " mention " golf " ...
8

                                                                                             3

                                                                     3
                                                                                             11
                                                                 2
                                                                                                                  4
                                      4
                                                                                                          2
                                                                                                                      3

                                                                                                              2

                                                                                 5                            19
                                              4
                                                                                                      3

                                                      2
                                                                             1
                                                                                         2

                                                                                                          9

                                                                                                              6

                                                  4
                                                                         3
                                                                                     5

                                                                                                                          1

                         Bassin de vie de grande agglomération

                2
                1
                0
                1
                08   NN en gris : rappel objectif pour chaque ligue
                5

On estime, à fin 2012, à 60 le nombre d’emplois déjà crées au sein des nouvelles
structures en activité (tous postes confondus).

Sur le plan sportif, en 2016, le golf comptera parmi les disciplines présentes aux jeux
olympiques de Rio de Janeiro.

En 2018, la France accueillera la RYDER CUP au Golf National à Guyancourt,
l’équivalent pour la planète Golf de la coupe du monde de Football. Ce projet, aux
multiples facettes, aura des retombées économiques importantes pour tous les golfs.
L’entraînement sportif notamment des jeunes joueurs devient un enjeu prioritaire pour
le développement des performances sportives.

I.2 Le métier

   2.1 Appellation du métier

Le titulaire du DEJEPS spécialité golf exerce le métier d’entraîneur de club.
(avenant n°44 du 16 septembre 2009 portant modification de la grille de classification
des emplois de la CCNG).

     2.2 Contenu

Le métier d’entraîneur de club de golf consiste, à animer, enseigner encadrer en golf
et à concevoir et mettre en œuvre des programmes de perfectionnement sportif
jusqu’à un niveau d’épreuve nationale.
                                                                         -9-
LIVRET REFERENTIEL du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif " mention " golf " ...
L’activité d’entraînement est positionnée comme une spécialisation, d’un niveau
supérieur à celui du BP JEPS spécialité Golf.

L’entraîneur de club de golf s’adresse à tout type de public (enfants, adultes, des
personnes du troisième âge, en situation de handicap…) pratiquant l’activité et qui
souhaite, à titre individuel ou collectif, améliorer ses performances golfiques dans une
perspective de compétition jusqu’à un niveau national.

Cette relation diversifiée implique une bonne capacité à communiquer, une
connaissance des différents publics quant à leurs caractéristiques, leurs attentes et
motivations.

L’entraîneur de club de golf fait appel à des compétences spécifiques aux facteurs du
perfectionnement en golf, préparation physique, mentale, techniques et
organisationnelles pour préserver l’intégrité physique et morale des pratiquants et leur
permettre d’améliorer leur niveau de performance dans le jeu de golf.

Le métier peut être exercé dans 713 équipements golfiques :

      • golfs privés ou publics (associatifs, commerciaux, municipaux)
      • centres de vacances ou associations (U.C.P.A…)
      • grandes entreprises de loisirs (Club Méditerranée, …)

      2.3 Champ et nature des interventions

L’entraîneur de club de golf réalise des prestations dans les champs sportifs, éducatifs
et de loisirs.

      2.4 Situation fonctionnelle et statut

Le métier d’entraîneur de club de golf au-delà de ses missions d’animation et
d’enseignement comporte quatre grands types de fonctions :
   • La conception des programmes de perfectionnement sportif,
   • La coordination de la mise en œuvre d’un programme de perfectionnement en
      golf,
   • La conduite d’une démarche de perfectionnement sportif,
   • La conduite des actions de formation.

L’entraîneur de club peut exercer son métier en étant :
Salarié : Il est sous l’autorité hiérarchique du responsable de la structure tout en
exerçant ses fonctions d’enseignement et d’entraînement de façon autonome.
Travailleur indépendant : Il exerce ses fonctions dans le domaine de l’enseignement et
de l’entraînement et gère l’ensemble de son activité professionnelle de façon
autonome.
A la fois salarié et travailleur indépendant : En tant qu’indépendant, il organise,
développe et exerce une partie de son activité de façon autonome. Au titre de
salarié, il agit sous la responsabilité de sa structure dans le cadre des activités définies
par son contrat de travail. Dans ce dernier cas, il peut s’agir des activités liées à
l’entraînement des équipes du club et de l’école de golf pour lesquelles la législation
en vigueur l’oblige à être salarié.

Ce métier est exercé dans la majorité des cas à temps plein.

                                          - 10 -
2.5 Autonomie et responsabilité

L’entraîneur de club exerce seul son activité en cohérence avec le projet sportif de sa
structure.
Le niveau d’autonomie et de responsabilité est variable en fonction du niveau de
l’emploi, et de la dimension de la structure, voire du statut de l’intéressé.
Sa responsabilité s’exerce sur les pratiquants et les espaces d’activité (locaux, terrain,
équipements).

  2.6 Evolution dans le poste et hors du poste

L’entraîneur pourrait se voir confier progressivement, en fonction du développement
de ses compétences et de ses qualifications, des missions plus spécifiques dans le
domaine de l’entraînement.
 Dans le domaine sportif, l’entraîneur de club peut développer ses compétences à un
    niveau supérieur dans le secteur de l’entraînement (DES JEPS). Il peut ainsi accéder
    à un poste d’entraîneur d’équipe technique régionale, d’entraîneur national
    chargé d’un pôle ou d’entraîneur de joueurs (en équipe ou individuels) à un niveau
    national ou international,
 Dans le domaine lié à la formation,
 Dans les structures importantes, il peut accéder à des fonctions de direction de
  projets sportifs, de coordination d’équipe d’entraîneurs       et de formation de
  l’encadrement,
 Vers le métier de préparateur physique ou mental.

    2.7   Evolution vers d’autres métiers

Des évolutions de carrière sont possibles vers des secteurs professionnels à la périphérie
du golf notamment :
   - des métiers à connotation commerciale nécessitant des compétences
      techniques (commerciaux auprès d’équipementiers…),
   - des métiers d’organisateur de stages, de voyages ou d’évènements,
   - des métiers de direction d’équipements sportifs,
   - des métiers de conseil en création et réalisation de parcours.

La population d’enseignants salariés est assez jeune : 80 % ont moins de 45 ans et 44 %
moins de 36 ans. Seuls 6 % des enseignants salariés ont plus de 55 ans.

28 % des enseignants salariés ont plus de 10 ans d’ancienneté et 55 % ont moins de 5
ans d’ancienneté (enquête 2009 de l’observatoire des métiers du golf)

La formation du DE JEPS spécialité « golf », organisée selon le principe de l’alternance,
s’adresse majoritairement à des salariés ou travailleurs indépendants en exercice.

                                            - 11 -
I.3 – TABLEAUX DE SYNTHESE DES ACTIVITES
Les activités professionnelles sont classées en quatre grands groupes non hiérarchisés
entre eux :

      A. - Concevoir des programmes de perfectionnement sportif
- il agit dans le cadre des réseaux professionnels et institutionnels locaux ;
- il participe à l’analyse des attentes des prescripteurs ;
- il participe au diagnostic du territoire d’intervention de l’organisation ;
- il prend en compte les réalités sociales, éducatives et culturelles des publics
concernés ;
- il favorise l’implication des bénévoles dans la conception du projet d’action ;
- il formalise les objectifs du projet d’action ;
- il analyse les potentiels et les limites des compétiteurs ;
- il propose un programme de perfectionnement dans le cadre des objectifs de
l’organisation ;
- il programme la saison, les grandes périodes et les séquences d’entraînement
 - il définit les démarches pédagogiques adaptées aux objectifs et aux publics ;
 - il définit les modes d’intervention à caractère technique ;
 - il définit des démarches d’entraînement adaptées aux objectifs et aux compétiteurs
 - il prend en compte l’impact des activités sur l’environnement ;
 - il conçoit des interventions à partir des pratiques de groupes informels ;
 - il conçoit les différentes démarches d’évaluation ;
- il définit les moyens nécessaires au programme de perfectionnement ;
 - il élabore les budgets du programme de perfectionnement ;
- il définit le profil des intervenants nécessaire à la mise en œuvre d’un programme de
perfectionnement.

 B. - Coordonner la mise en œuvre d’un programme de perfectionnement en golf
  - il anime des réunions de travail ;
 - il peut coordonner une équipe bénévole et professionnelle ;
 - il met en œuvre les temps de perfectionnement ;
 - il organise les collaborations entre professionnels et bénévoles ;
 - il facilite les démarches participatives au sein de l’organisation ;
 - il participe aux actions de tutorat dans l’organisation ;
 - il participe aux actions des réseaux partenaires ;
 - il représente l’organisation auprès des partenaires ;
- il communique auprès des différents acteurs ;
 - il planifie l’utilisation des espaces de pratiques ;
 - il anticipe les besoins en termes de logistique ;
 - il organise la maintenance technique ;
 - il veille au respect des procédures de qualité ;
 - il contrôle le budget des actions programmées ;
 - il participe aux actions de promotion du club ;
 - il rend compte de l’utilisation du budget des actions programmées ;
 - il formalise des bilans techniques et sportifs.

C. - Conduire une démarche de perfectionnement sportif
 - il inscrit son action dans le cadre des objectifs sportifs de l’organisation ;
- il effectue un bilan golfique du ou des joueurs(ses) dans les différents domaines de la
performance ;
- Il définit avec le ou les joueur(ses) et/ou équipes des objectifs de performance
adaptés de court, moyen et long terme ;
- il vérifie la conformité du matériel technique nécessaire à la réalisation de l’activité
dans laquelle il est compétent ;
- il conduit des séquences simples d’entraînement des habiletés mentales de base des
                                         - 12 -
joueurs(ses) ;
- il initie le joueur aux habiletés d’organisation (routine et plan de compétition) ;
- il développe les capacités physiques du ou des joueurs(ses) ;
- il conduit des séquences d’échauffement et de récupération ;
- il développe les capacités techniques du ou des joueur(ses) ;
- il choisit des exercices adaptés aux évolutions techniques recherchées ;
- il donne des consignes d’exécution adaptées aux conditions et aux joueur(se) ;
- il développe les capacités stratégiques et tactiques du ou des joueur(ses) ;
- il enseigne l’élaboration du carnet de parcours ;
- il dirige les joueurs(ses) en compétition ;
- il programme la journée de compétition ;
- il évalue le parcours ;
- il conduit l’échauffement (technique, mental, physique) ;
- il recueille les informations sur le parcours de la performance du joueur(se) ;
- il prévient le dopage et les comportements à risque ;
- il gère la dynamique du groupe ;
- il veille au respect de l’éthique sportive ;
- il aide les compétiteurs dans la gestion de la réussite et de l’échec ;
 - il réalise les gestes professionnels nécessaires à la sécurité des pratiquants ;
- il réalise en sécurité des démonstrations techniques dans l’activité pour laquelle il est
compétent ;
- il assure la sécurité des pratiquants et des tiers ;
- Il évalue les joueur(ses) dans une perspective de sélection ;
- Il prépare l’évaluation (objectifs, critères, modalités matérielles) ;
- Il met en œuvre l’évaluation ;
- Il décide dans un but de sélection ;
- Il évalue le processus d’entraînement ;
- il formalise des bilans pédagogiques ;
- il participe aux temps de concertation avec les instances dirigeantes ;
- il anticipe les évolutions possibles.

D. - Conduire des actions de formation :
 - il conçoit des interventions dans le champ de la formation (bénévoles…);
 - il choisit les démarches formatives adaptées aux publics ;
 - il précise les contenus de formation ;
- il crée les supports pédagogiques nécessaires ;
- il conçoit les différentes procédures d’évaluation ;
- il met en œuvre les situations formatives ;
- il précise l’organisation pédagogique aux stagiaires ;
- il privilégie des situations favorisant les échanges entre stagiaires ;
- il accompagne la personne dans la gestion des différentes expériences formatives ;
- il évalue l’impact de ses interventions ;
 - il propose des prolongements possibles.

- Il peut être amené à être tuteur ;
- Il peut être amené à intervenir dans le champ de la formation professionnelle.

                                          - 13 -
II – PRINCIPES METHODOLOGIQUES

Le livret référentiel est conçu pour aider les organismes de formation et les formateurs à
concevoir un dispositif de formation qui réponde aux exigences de l’habilitation et aux
logiques pédagogiques visant l’acquisition de compétences professionnelles
conformes au référentiel de certification (voir article A212.61 du Code du sport).
Ce document constitue également un outil de référence pour l’inspecteur
coordonnateur, les DRJSCS et les DTN dans le cadre de l’habilitation des formations.

     II.1 – DE LA FICHE DESCRIPTIVE D’ACTIVITES A L’INTEGRATION DES COMPETENCES

L’organisme de formation prend en compte l’articulation entre la fiche descriptive
d’activité (FDA) et le référentiel de certification (article A212.37 du Code du sport).
 Le dispositif de formation s’organise autour de quelques orientations essentielles :
 - la prise en compte de l’analyse du champ professionnel, de ses attentes, de ses
 exigences et de ses évolutions constitue un point de départ incontournable dans la
 conception et la conduite des actions de formations ;
 - l’organisation du dispositif de formation autour de l’acquisition des compétences :
         former des futurs professionnels ne consiste pas seulement à transmettre des
        connaissances ;
         la compétence à acquérir se construit par l’articulation entre savoirs
        théoriques et savoir-faire, entre savoir-faire et contexte de travail, entre contexte
        de travail et culture technique, entre culture technique et éthique
        professionnelle ;
         la structuration des diplômes d’Etat en unités capitalisables : celle-ci traduit
        de manière réglementaire et didactique cette orientation. Le diplôme est
        obtenu lorsque le stagiaire a validé les différentes unités capitalisables ;
         la mise en œuvre de l’alternance dans le cadre des formations : les situations
        de travail sont des lieux et des temps privilégiés moyennant le respect de
        certaines conditions qui devront être mises en œuvre dans l’alternance
        (organisation du tutorat, liaison entre le centre de formation et l’entreprise,
        démarche et outils d’évaluation) ;
         la nécessité d’un travail d’équipe de formateurs : le partage d’un langage
        commun permet de formaliser et communiquer les cultures professionnelles en
        fonction du niveau de diplôme préparé. La conception, la conduite et
        l’évaluation des formations envisagées nécessitent, de la part de l’équipe de
        formateurs, la mobilisation des compétences diversifiées et complémentaires
        pour répondre aux exigences du référentiel de certification.

     II.2 – DES
              DISPOSITIFS DE FORMATION CONSTRUITS A PARTIR DE L’ANALYSE DU CHAMP
     PROFESSIONNEL

Le référentiel professionnel présente la réalité du métier auquel se préparent les futurs
candidats. Il sera adapté et modifié afin que le diplôme et la formation qui y
conduisent, correspondent à une réalité d’emploi sur un territoire défini. Les divers
travaux d'observation et d'analyse des réalités professionnelles sur le territoire national
devront permettre cette adéquation permanente.
L’analyse des contextes de travail constitue une étape essentielle pour identifier les
compétences à acquérir et élaborer les dispositifs pertinents de formation
professionnelle.

Les situations professionnelles et les contextes spécifiques de l’intervention sont donc un
cadre de référence :
                                          - 14 -
En amont de la formation : elles permettent d’identifier les ressources
mobilisées par les professionnels dans leur environnement de travail.
      Pendant la formation : elles permettent de concevoir les situations de
formation en adéquation avec les situations professionnelles.
      En fin de formation : c’est l’acquisition et le développement de
compétences qui est visé. L’acquisition des connaissances est au service du
développement de la compétence.
La finalité de la formation ne peut donc être de donner toutes les réponses aux
situations existantes, mais au contraire de préparer les candidats à répondre au mieux
à la diversité des demandes à partir d'un socle dur de compétences avérées.
La représentation des compétences à acquérir est dans cet objectif, essentiel à la
construction du dispositif de certification.

     II.3 – DES DISPOSITIFS DE FORMATION CENTRES SUR L’ACQUISITION DES COMPETENCES

On peut définir la compétence comme la capacité identifiée et reconnue (ce qui
suppose sa reconnaissance d’une part et sa validation d’autre part) à résoudre des
problèmes dans un contexte professionnel donné, de manière efficace, en mobilisant
et en combinant différentes ressources telles que les connaissances, les savoir-faire, les
raisonnements, les expériences, les attitudes et les comportements professionnels.
La compétence est en un sens un système structuré.
La compétence est opératoire, c'est-à-dire liée à l’action et indissociable de l’activité
qui en est la forme observable.
La compétence est par là même finalisée : on est compétent pour une tâche définie
ou un ensemble de tâches organisées en unités significatives.
La compétence résulte d’une expérience professionnelle : elle s’observe
objectivement dans des performances qui en constituent la validation.
Affirmer que la formation doit viser l’acquisition de compétence suppose de connaître
les procédures essentielles par lesquelles les stagiaires peuvent les acquérir.

     II.4 - DES DISPOSITIFS DE FORMATION EN ALTERNANCE

L’alternance est à la fois un dispositif juridique et administratif mais aussi un dispositif
« pédagogique » qui tente de répondre à la professionnalisation des formations en
favorisant l’articulation entre le centre de formation et la future activité professionnelle,
de manière à intégrer les connaissances dans l’intervention pratique du professionnel
en situation.

La mise en situation professionnelle du stagiaire se déroule au sein de structures de
perfectionnement et d’entraînement ou de formation agréées appelées « structure
d’accueil ».
La relation entre le centre de formation et cette situation professionnelle constitue la
clé de la formation dans la mesure où toute pratique professionnelle, si elle repose sur
des représentations théoriques et des modèles d’action, se nourrit en même temps des
expériences quotidiennes de l’acteur en situation.
A ce titre, le tuteur fait partie intégrante de l’équipe pédagogique. Il est associé à
l’évaluation du stagiaire notamment dans le cadre des situations pratiques
d’évaluation, qu’elles soient formatives ou certificatives.
L’alternance est à la fois un dispositif juridique et administratif mais aussi un dispositif
« pédagogique » qui tente de répondre à la professionnalisation des formations en
favorisant l’articulation entre le centre de formation et la future activité professionnelle,
de manière à intégrer les connaissances dans l’intervention pratique du professionnel
en situation.

                                          - 15 -
II.5 - DES DISPOSITIFS QUI ORGANISENT LES PARCOURS INDIVIDUALISES DE FORMATION

Le dispositif prévoit des parcours de formation individualisés prenant en compte les
démarches de positionnement à l’entrée en formation et de validation des acquis de
l’expérience.
     Appliqué au champ de la formation professionnelle pour adulte, le
processus d’individualisation suppose :
      En amont de la formation, une validation du plan individuel de formation
      proposé par l’équipe de formateurs intégrant l’engagement du stagiaire à le
      respecter ;
      Au cours de la formation, la mise en œuvre des pratiques favorisant l’autonomie
      et la responsabilité du formé et, à partir des bilans et validation d’acquis, une
      définition de l’itinéraire de formation le plus adapté à la personne ;
      A la sortie de la formation, l’individualisation suppose des pratiques de
      certification personnalisées dans le respect des textes en vigueur et le maintien
      de l’équité entre les stagiaires.

                                       - 16 -
III – L’ENTREE EN FORMATION

     III.1 – GENERALITES. LES DIFFERENTES ETAPES

Ces différentes étapes composent les démarches d’ingénierie de formation sur
lesquelles reposent les éléments qualitatifs fondamentaux de la formation en
complément de la note d’opportunité relative aux profils et perspectives d’emploi
visés. L'ingénierie de formation peut comprendre l'analyse de la demande des besoins
de formation, le diagnostic, la conception du projet formatif, les moyens mis en œuvre,
la coordination, le contrôle de sa mise en œuvre et l'évaluation de la formation.

Concevoir un projet de formation c’est organiser :
       L’entrée en formation (processus de sélection, de positionnement et
élaboration de parcours individualisés)
       La formation proprement dite (organisation du ruban pédagogique dans
l’alternance, centré sur l’acquisition des compétences)
       La certification des compétences et la délivrance des diplômes.

  Les différentes étapes du projet de formation
L’inscription à la formation     Le dossier de candidature
                                 Les exigences préalables à l’entrée en formation
La sélection des candidats       Le jury
                                 Les épreuves de sélection
Le    positionnement        des  Les épreuves de positionnement
stagiaires                       Les propositions de parcours individualisés, y compris si
                                 besoin est du renforcement, et les allégements de
                                 formation
L’entrée en formation            La délivrance du livret de formation
                                 Le livret pédagogique
                                 Le contrat de formation
Le ruban pédagogique             L’organisation de l’alternance
                                 La fonction tutorale
                                 La planification des unités capitalisables
                                 Les objectifs de formation et leur répartition dans le
                                 temps
                                 Les contenus de formation
                                 Fiches unités capitalisables
                                 Les méthodes de formation
                                 Les outils de suivi de la formation
Le dispositif de certification   Le référentiel de certification
                                 Les épreuves de certification
                                 Le calendrier de certification

      III.2 – L’INSCRIPTION A LA FORMATION

      Le dossier de candidature :
Il est à déposer un mois avant la date de mise en place des tests de vérification des
exigences préalables à l’entrée en formation auprès du directeur régional en charge
de la jeunesse et des sports qui a habilité l’organisme de formation pour cette mention,
conformément à l’Art.212-51 du code du sport.

                                         - 17 -
Le dossier comprend les pièces suivantes :
       - une fiche d’inscription normalisée avec photographie ;
       - les copies de l’attestation de recensement et du certificat individuel de
participation à l’appel de préparation à la défense, pour les Français de moins
de vingt-cinq ans ;
       - l’attestation de formation aux premiers secours ou prévention et secours
civiques de niveau 1 (PSC 1) ;
       - la ou les attestations justifiant de la satisfaction aux exigences
préalables fixées par l’arrêté du 27 avril 2007 modifié le 9 janvier 2013 pour le DE
JEPS mention « golf »
       - un certificat médical de non contre-indication à la pratique du golf,
datant de moins de trois mois.

       III.3 –LES EXIGENCES PREALABLES A L’ENTREE EN FORMATION

L’entrée en formation d’un candidat pour la mention « golf » spécialité
perfectionnement sportif est précédée d’exigences préalables conformément à
l’arrêté du 27 avril 2007 modifié le 9 janvier 2013.

 Mention «Golf » du diplôme d’Etat de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport,
                        spécialité « perfectionnement sportif »

                 Article 3 de l’arrêté du 27 avril 2007 modifié le 9 janvier 2013

Les exigences préalables requises pour accéder à la formation prévues à l’article D.212-
44 du code du sport susvisé sont les suivantes :
- justifier de la conduite de séances d’entraînement jusqu’à un niveau régional en école de golf,
d’une équipe ou d’un joueur, d’une durée de 300 heures sur les 3 dernières années,
- justifier d’un niveau de jeu inférieur ou égal à 5.4 pour les hommes et à 7.4 pour les femmes.

Il est procédé à la vérification de ces exigences préalables au moyen :
- d’un entretien organisé par la Fédération française de golf d’une durée de quarante cinq
minutes s’appuyant sur un dossier préparé par le candidat relatif à ses expériences dans le
domaine de l’entraînement jusqu’à un niveau régional en école de golf d’une équipe ou d’un
joueur, d’une durée de 300 heures sur les 3 dernières années,
- d’une attestation délivrée par le directeur technique national du golf, d’un index inférieur ou
égal à 5.4 pour les hommes et à 7.4 pour les femmes et avoir réalisé au minimum deux cartes
avec un score inférieur ou égal au « Standard Scratch Score » plus 5 pour les hommes et plus
7 pour les femmes, dans des grands prix, ou des épreuves nationales fédérales, ou des
épreuves professionnelles inscrites au calendrier national de la Fédération française de golf, ou
dans les épreuves du circuit PGA France selon un calendrier annuel arrêté conjointement par la
PGA France et la Fédération française de golf. Une seule carte par épreuve est retenue.

L’attestation de réussite à l’ensemble de ces tests est délivrée par le directeur technique
national du golf.

                                            - 18 -
Dispenses pour la mention « golf»

                  Article 4 de l’arrêté du 27 avril 2007 modifié le 9 janvier 2013

Est dispensé de l’entretien mentionné à l’article 3, le candidat titulaire de l’un des
diplômes ou brevet fédéral suivants :
- brevet d’Etat d’éducateur sportif du premier degré, option golf ;
- brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport spécialité “golf”
- “diplôme fédéral d’entraîneur de club” délivré par la Fédération française de golf ;
Est également dispensé de l’entretien mentionné à l’article 3 le ressortissant communautaire
ayant obtenu la reconnaissance de ses qualifications professionnelles dans la discipline “golf”.

Est dispensé du test technique mentionné à l’article 3 le candidat :
- ayant réalisé au minimum deux cartes avec un score inférieur ou égal au Standard Scratch
Score plus 5 pour les hommes et plus 7 pour les femmes dans des grands prix, des épreuves
nationales fédérales, des épreuves professionnelles inscrites au calendrier national de la
Fédération française de golf, ou dans les épreuves du circuit PGA France selon un calendrier
annuel arrêté conjointement par la PGA France et la Fédération française de golf une seule
carte par épreuve est retenue ; ou
 - ayant été titulaire pendant au moins trois ans d’une catégorie sur un circuit professionnel ; ou
- titulaire à la date d’entrée en formation d’une catégorie sur un circuit professionnel ; ou
- justifiant avoir exercé la profession de moniteur de golf pendant au moins dix années.

La possession par le candidat des exigences techniques préalables à l’entrée en formation fait
l’objet d’une attestation délivrée par le directeur technique national du golf.

Est dispensé des exigences préalables mentionnées à l’article 3, le sportif de haut niveau dans
la discipline du golf inscrit ou ayant été inscrit sur la liste ministérielle mentionnée à l’article L.
221-2 du code du sport.

      III.4 – EXIGENCES PREALABLES A LA MISE EN SITUATION PEDAGOGIQUE

La situation d’alternance d’un candidat pour la mention « golf » spécialité
perfectionnement sportif, sont précédées d’exigences préalables à la mise en situation
pédagogique conformément à l’arrêté du 27 avril 2007 modifié.

Les exigences préalables à la mise en situation pédagogique pour la mention « golf »
sont les suivantes :

                  Article 5 de l’arrêté du 27 avril 2007 modifié le 9 janvier 2013

Les exigences préalables à la mise en situation pédagogique sont les suivantes :
- être capable d’évaluer les risques objectifs liés à la pratique de la discipline ;
- être capable d’anticiper les risques potentiels pour le pratiquant ;
- être capable de maîtriser le comportement et les gestes à réaliser en cas d’incident ou
d’accident ;
- être capable de mettre en œuvre une séance d’entraînement en golf en sécurité.

Il est procédé à la vérification de ces exigences préalables lors de la mise en place d’une
séance d’entraînement en sécurité en golf d’une durée de trente minutes suivie d’un entretien
d’une durée de quinze minutes.

                                               - 19 -
Dispenses des exigences préalables à la mise en situation pédagogique
                               pour la mention « golf »

                           Article 6 de l’arrêté du 27 avril 2007 modifié

Est dispensé de la vérification des exigences préalables définies à l’article 5, le candidat titulaire
de l’un des diplômes ou brevet fédéral suivants :
- brevet d’Etat d’éducateur sportif du premier degré option « golf » ;
- brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport spécialité « golf » ;
- « diplôme fédéral d’entraîneur de club » délivré par la Fédération française de golf:

       Rappel réglementaire

      Art. R212-4 du Code du sport          précise que pour exercer contre
rémunération les personnes en cours de formation préparant à un diplôme
doivent être placées sous l’autorité d’un tuteur et avoir satisfait aux exigences
préalables à leur mise en situation pédagogique.

       Art. R212-87 du code du sport précise que toute personne suivant une
formation préparant à un diplôme qui souhaite exercer contre rémunération doit
en faire préalablement la déclaration au préfet du département.

       III.5 – La sélection des candidats

L’organisme de formation annonce le nombre de places disponibles.
Après la vérification des exigences préalables, l’organisme peut proposer d’autres
épreuves de sélection. L’objectif est d’obtenir la meilleure adéquation entre le niveau
de compétence minimum des stagiaires et les ressources et/ou capacités de
l’organisme (nombre de places, conditions d’encadrement, conditions matérielles…).
En amont de la sélection, l’organisme de formation doit communiquer auprès des
candidats sur les modalités des tests (contenu, date, durée, prix, lieu…).
Les objectifs pédagogiques des tests de sélection peuvent consister à :
      - Vérifier la motivation des candidats et leurs implications dans le milieu
professionnel ou associatif (notion de projet personnel et professionnel) ;
      - Vérifier la capacité des candidats à comprendre, à analyser l’activité et
à s’exprimer à l’oral et à l’écrit.

       III.6 - Le positionnement des stagiaires

Le positionnement correspond à l’analyse de la situation d’un stagiaire avant son
entrée en formation en référence d’une part, aux compétences requises par le
référentiel de certification d’un diplôme et d’autre part, à ses acquis. Il conduit à la
construction d’un parcours individualisé de formation (PIF) qui tient compte de ses
capacités d’apprentissage et de ses possibilités de formation (statut, disponibilité,…).
Ce parcours est négocié entre l’organisme de formation et le candidat. Celui-ci se voit
alors proposer la signature de son contrat de formation. Le PIF conditionne la
délivrance du livret de formation par le directeur régional de la jeunesse, des sports et
de la cohésion sociale (DRJSCS).

                                              - 20 -
Il est à noter que ce n’est pas un bilan de compétences tel que l’institue l’article L900-2
du Code du travail ni une procédure de validation des acquis de l’expérience.
Il permet éventuellement au candidat de se présenter à des épreuves d’évaluations
certificatives suite à un allégement de séquences de formation.
Le positionnement doit s’effectuer avant le début de la mise en œuvre de la formation.
Une période minimale suffisante entre le positionnement et le début de formation doit
permettre :
           A l’organisme de formation de :
      Construire les parcours de formation de chaque stagiaire ;
      Les proposer à la validation par le jury ;
      Transmettre le devis du parcours de formation au stagiaire ;
      Transmettre aux organismes financeurs (conseil régional, OPCA…).
         Au stagiaire de :
      Accepter ou refuser les éventuels allégements ;
      Contractualiser avec sa structure ;
      Finaliser la recherche de financements.

                                         - 21 -
IV – LA FORMATION

     IV.1 – L’ORGANISATION PEDAGOGIQUE

Le cursus de formation respecte le principe de l’alternance sous tutorat pédagogique.
Autrement dit la formation se déroule dans plusieurs lieux distincts : l’organisme de
formation et la structure d’accueil.
La mise en œuvre d’une pédagogie de l’alternance réclame une liaison très étroite
entre l’organisme de formation et ses formateurs, la structure d’accueil avec son tuteur
et le stagiaire.
Dans ce contexte, la structure d’accueil est, comme le centre de formation, l'un des
lieux ressource de la construction des compétences du stagiaire.
Il paraît en ce sens essentiel :
        - de mettre en adéquation les contenus de formation entre l’organisme de
formation et la structure ;
        - de coordonner les actions des différents acteurs de la formation (formateurs et
tuteurs) ;
        - de donner des repères aux tuteurs pour qu’ils puissent évaluer les acquis du
stagiaire en rapport avec le référentiel du métier.

Dans certains cas, en fonction des choix pédagogiques retenus, les tuteurs
participeront directement à la formation du ou des apprenants.
       Une formation des tuteurs est donc indispensable. Elle est à la charge de
l’organisme de formation.
       Pour ce faire, il est à noter la possibilité de financement par un OPCA ou un
conseil régional

       IV.1.1 Définition et généralités

A partir des référentiels du métier et de certification, les formateurs définissent en
équipe le plan de formation et les contenus prévisionnels de formation afin que le
stagiaire puisse développer des compétences dans trois grands champs en interaction
dynamique : champ pédagogique, champ technique, et champ relatif à la gestion,
l’organisation et la réglementation.
Le plan de formation est constitué d’un ensemble de séquences de formation
articulées de façon logique et progressive.
Il s’agit d’un processus guidé par des choix pédagogiques.
Une séquence de formation se caractérise par :
         - un objectif opérationnel ;
         - des modalités d’acquisition ;
         - une stratégie d’évaluation formative ;
         - dans un volume horaire défini (variable, estimé, mini, maxi…).
La séquence de formation s’élabore à partir du référentiel professionnel.
Le plan de formation comprend entre autre :
         - les volumes horaires pour chaque séquence de formation ;
         - la répartition des séquences de formation entre l’organisme de formation et la
structure d’accueil ;
         - la planification de l’évaluation certificative avec calendrier prévisionnel et son
regroupement d’unités capitalisables (UC).

                                          - 22 -
IV.2 – L’ALTERNANCE

Texte de référence :

« Loi relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et au dialogue social
du 4 mai 2004»

L’alternance vise clairement à systématiser les liaisons entre les deux pôles de formation
(organisme de formation/structure d’accueil) et à organiser la formation à travers une
planification rigoureuse et étroitement concertée.
Dans ce cadre, la structure d’accueil est un lieu de formation.
La structure d’accueil et plus particulièrement le tuteur ou le maître d’apprentissage
vont donc faire acquérir des compétences. L'organisme de formation quant à lui, doit
donc tenir compte des expériences du candidat et s’appuyer sur ses expériences dans
la structure pour valoriser la complémentarité entre les deux lieux de formation.

Les procédures adoptées

Une pédagogie adaptée à l’alternance nécessite une adéquation entre l’activité
réalisée en structure d’accueil et l’élaboration des contenus de formation. Les phases
d’alternance et de formation sont construites en lien avec le déroulement des activités
tel qu’il a été négocié avec les structures d’accueil. Il nécessite un véritable
investissement des tuteurs dans la formation et une relation suivie entre la structure
d’accueil et l'organisme de formation.

Le tuteur doit avoir une connaissance la plus complète possible des objectifs généraux
de la formation mais aussi de sa fonction et des attentes de l'organisme de formation
quant à son investissement.

Le directeur de la structure est informé de la globalité du dispositif (rythme de
l’alternance, échéances certificatives etc…) par le guide de l’alternance, qu’il signe
régulièrement.

Etablir et entretenir la liaison

Le centre de formation devra mettre en place un dispositif de l’alternance permettant
de véhiculer les informations nécessaires entre les différents acteurs (stagiaire, tuteur,
directeur, formateur, responsable pédagogique de l’organisme de formation).
La structure d’accueil doit pouvoir proposer des situations d’entraînement au stagiaire.
Le stagiaire doit être en situation d’entraînement pendant au moins 100h.

       IV.3 – Le tutorat

Un tuteur dans le DEJEPS doit être davantage défini comme une personne ressource à
disposition du stagiaire et de son projet, plutôt que comme un «superviseur
permanent».
Il est présent pour toute la formation ou, parfois, seulement pour un seul champ de
compétence de celle-ci.
Le(s) tuteur(s) s’engage(nt) à accompagner le stagiaire durant tout ou partie de la
formation dans son (leur) champ(s) de compétence, à lui rendre visite dans sa (leur)
structure(s) ou à l'accueillir sur des actions ou périodes particulières dans sa (leur)
propre(s) structure(s).

                                         - 23 -
Vous pouvez aussi lire