PLAN STRATÉGIQUE MARITIME DU GOUVERNEMENT DU CANADA POUR LUTTER CONTRE LE CORONAVIRUS (COVID-19)

 
PLAN STRATÉGIQUE
           MARITIME DU
    GOUVERNEMENT DU
  CANADA POUR LUTTER
CONTRE LE CORONAVIRUS
            (COVID-19)
Table des matières
Table des matières ........................................................................................................................................ 1
Plan stratégique maritime du gouvernement du Canada pour lutter contre le coronavirus (COVID-19).... 3
Approbation et révisions............................................................................................................................... 3
   INTRODUCTION ......................................................................................................................................... 4
     Objet ..................................................................................................................................................... 4

       Renseignements généraux .................................................................................................................... 4

       Portée.................................................................................................................................................... 4

       Concept des opérations pour le Plan stratégique maritime ................................................................. 5

   Objectifs stratégiques ............................................................................................................................... 5
     Hypothèses ........................................................................................................................................... 5

       Pouvoirs législatifs ................................................................................................................................ 6

   RÔLES ET RESPONSABILITÉS...................................................................................................................... 7
     Portefeuille fédéral de la Santé (PS) ..................................................................................................... 7

       Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) ............................................................................... 7

       Sécurité publique Canada (SP) .............................................................................................................. 8

       Garde côtière canadienne (Garde côtière) ........................................................................................... 8

       Forces armées canadiennes (FAC) ........................................................................................................ 8

       Gendarmerie royale du Canada (GRC) .................................................................................................. 9

       Transports Canada (TC) ......................................................................................................................... 9

   MENACES, RISQUES ET VULNÉRABILITÉS................................................................................................ 10
    Risques législatifs ................................................................................................................................ 10

       Considérations sur les risques associés au type de navire ................................................................. 11

   ACTIVATION DU PLAN – CRITÈRES ET PROCÉDURES .............................................................................. 12
     Généralités .......................................................................................................................................... 12

   SÉQUENCE DES ÉVÉNEMENTS ................................................................................................................ 13
     Phase de prévention : mesures préventives ....................................................................................... 13

       Phase d’atténuation – contrôle et surveillance des navires ............................................................... 14

       Phase de préparation – avis préalable à l’arrivée ............................................................................... 15

       Phase de réponse : événement de menace ........................................................................................ 17

       Phase d’intervention A – Évaluation de la santé ................................................................................ 17

       Phase d’intervention B – Orientation et intervention ........................................................................ 19

SGDDI #16289645 – version 18                                                                                                                            Page 1
Phase d’intervention C – Navires autorisés à reprendre les activités normales ................................ 21

      Phase de rétablissement – réduction des opérations ........................................................................ 22

  ÉCHANGE DE RENSEIGNEMENTS ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS..................................................... 23
  COMMUNICATIONS PUBLIQUES ............................................................................................................. 24
ANNEXE A – AVERTISSEMENTS ET INDICATEURS ....................................................................................... 24
  Phases de prévention et d’atténuation – Mesures préventives, contrôle et surveillance des navires .. 24
    Phase de préparation – avis préalable à l’arrivée (en dehors des eaux canadiennes) ....................... 24

   Intervention A – Évaluation de la santé .................................................................................................. 25
   Intervention B – Orientation et intervention.......................................................................................... 25
   Intervention C – Le navire est autorisé à reprendre ses activités normales .......................................... 26
      Phase de rétablissement : réduction des opérations ......................................................................... 26

ANNEXE B – NAVIRES DE CHARGE ET PORTE-CONTENEURS ...................................................................... 27
ANNEXE C – NAVIRES À PASSAGERS ........................................................................................................... 29
ANNEXE D – ACRONYMES ........................................................................................................................... 31
ANNEXE E – CONSIDÉRATIONS INTERNATIONALES .................................................................................... 32
ANNEXE G – MESURES PRÉVENTIVES POTENTIELLES ................................................................................. 33

SGDDI #16289645 – version 18                                                                                                             Page 2
Plan stratégique maritime du gouvernement du Canada pour lutter
contre le coronavirus (COVID-19)

Approbation et révisions
La version actuellement approuvée de ce plan est la V.18 telle qu’approuvée par le Comité des SMD sur
la COVID-19 en mars 2020.

        Version et date de révision                          Principaux changements
 V.18   17 MARS 2020                                COVID-19 ajouté à l’annexe de la Loi sur la mise
                                                    en quarantaine

SGDDI #16289645 – version 18                                                                     Page 3
INTRODUCTION
Objet
Ce plan stratégique interministériel guidera les ministères fédéraux dans l’application régionale afin
d’établir des plans opérationnels subordonnés pour la mise en œuvre d’une réponse synchronisée
pangouvernementale à la menace de la COVID-19. Plus précisément, ce plan répond au risque que la
COVID-19 entre au Canada à partir d’un navire signalant le transport de personnes présentant des signes
et des symptômes du nouveau coronavirus (COVID-19).

Renseignements généraux
Le 31 décembre 2019, le bureau national de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a été
informé de l’existence cas de pneumonie de cause inconnue détectés dans la ville de Wuhan, dans la
province chinoise du Hubei. Ces cas ont depuis été identifiés comme un coronavirus, nommé la
COVID-19. Les renseignements cliniques actuels concernant les cas confirmés de COVID-19 suggèrent
que pour la plupart des cas, la maladie provoque une affection légère.

Le Canada est signataire de conventions internationales portant sur la circulation des navires, des
marchandises et des personnes. Les normes établies par ces conventions, sous réserve de la
circonstance extraordinaire de la COVID-19, restent un facteur dans l’élaboration et l’exécution de ce
plan.

En vertu de la Loi sur la mise en quarantaine (2005), tous les navires sont tenus de signaler toute
personne à bord qui pourrait présenter un risque de propagation d’une maladie transmissible figurant
dans l’annexe. Par ailleurs, les navires, y compris les passagers et les membres d’équipage, sont
entièrement dédouanés par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) à leur premier port
d’arrivée (PPA), et peuvent par la suite naviguer librement au Canada et transiter par les eaux
étrangères et internationales entre les ports d’escale au Canada sans avoir à se présenter à l’ASFC, à
moins qu’un agent de l’ASFC ne l’exige. À ce titre, la gestion efficace des cas potentiels de COVID-19 à
bord d’un navire entrant au premier port d’arrivée est essentielle à un confinement efficace pour
protéger la santé des Canadiens, prévenir l’introduction et la propagation de maladies transmissibles,
ainsi que la protection et la préservation du système de transport maritime.

Portée
Le Plan stratégique maritime du gouvernement du Canada pour lutter contre le coronavirus vise à
complémenter (et non à remplacer) les plans, autorités et mandats existants. Ce plan soutient une
approche fédérale globale et coordonnée visant à cibler et à atténuer toute menace de COVID-19
arrivant par un navire lors d’un voyage international, que le navire transporte des passagers ou des
marchandises. Ce plan met l’accent sur les aspects logistiques et administratifs de la gestion d’un navire
arrivant et des installations maritimes où il sera ou sera situé. Cette mesure vise à appuyer le rôle de
l’agence de la santé publique du Canada dans l’administration et l’application de la Loi sur la mise en
quarantaine en ce qui concerne les voyageurs et les navires, ainsi que la fonction de soutien d’urgence
de l’ASPC en vertu du plan fédéral d’intervention d’urgence (PFIU). Par conséquent, la portée de ce plan
comprend l’examen des membres d’équipage et des passagers dans une installation à terre
(probablement à proximité de l’installation maritime ou directement dans l’installation), sans toutefois
inclure les installations de quarantaine à terre.

SGDDI #16289645 – version 18                                                                        Page 4
REMARQUE : Il est important de se rappeler que les pouvoirs en vertu de la Loi sur la mise en
        quarantaine (2005) s’appliquent à tous les navires entrant ou revenant au Canada (y compris les
        navires battant pavillon canadien), qui sont tenus de se présenter à un agent de quarantaine
        avant leur arrivée au Canada. Toute maladie à bord qui est identifiée après l’arrivée au Canada
        ne relève pas des pouvoirs de la Loi sur la mise en quarantaine (2005) et sera du ressort des
        autorités sanitaires provinciales ou territoriales.

Concept des opérations pour le Plan stratégique maritime
Ce plan est divisé en cinq (5) phases, comme suit :

Phase de prévention : mesures préventives

Phase d’atténuation : contrôle et surveillance des navires

Phase de préparation : avis préalable à l’arrivée (en dehors des eaux canadiennes)

Phase d’intervention : événement de menace

        A : Évaluation de la santé

        B : Orientation et intervention

        C : Le navire est autorisé à reprendre ses activités normales

Phase de rétablissement : réduction des opérations

Objectifs stratégiques
       Prévenir l’introduction et la propagation de la maladie transmissible COVID-19.

       Réduire au minimum les cas de maladies graves et le nombre global de décès et réduire au
        minimum les perturbations sociétales parmi les Canadiens.

       Maintenir l’ordre public et la sécurité nationale.

       Maintenir la confiance du public.

       Réduire les pertes économiques et sociales.

Hypothèses
       La flambée de maladie de COVID-19 nécessite des mesures sanitaires aux frontières pour
        répondre aux risques de santé publique posés par la maladie.

       Des directives fédérales sur l’emplacement des installations de quarantaine seront fournies.

       Une déclaration maritime de santé sera mise en œuvre 96 heures avant l’arrivée et un suivi sera
        effectué 24 heures avant l’arrivée.

       Les exploitants de navires continueront à se conformer volontairement à l’avis préalable aux
        partenaires fédéraux des problèmes de santé potentiels ou identifiés avant leur arrivée.

       L’intérêt des médias et du public sera élevé lors de cette intervention.

SGDDI #16289645 – version 18                                                                      Page 5
   La sécurité, la sûreté et la santé ne seront pas compromises tout au long de cette opération.

       La planification et l’intervention seront effectuées en tenant compte des particularités
        culturelles, ainsi que de la dignité et de la vie privée des voyageurs.

Pouvoirs législatifs
       Tous les navires opérant dans les eaux canadiennes doivent se conformer à la législation et à la
        réglementation canadienne, notamment aux dispositions suivantes :

            o   En vertu de l’autorité de la ministre de la Santé

                          Loi sur la mise en quarantaine (2005) et règlements connexes;

                          Loi sur le ministère de la Santé (1996) et règlements connexes;

                          Loi sur les aliments et drogues (1985);

                          Règlement sur l’eau potable à bord des trains, bâtiments, aéronefs et autocars
                           (2016).

            o   En vertu du ministre de la Sécurité publique

                          Loi sur les douanes (1985) et règlements connexes;

                          Loi sur la gestion des urgences (2007);

                          Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (2001) et règlements
                           connexes.

            o   En vertu du ministre des Transports

                          Loi sur la marine marchande du Canada (2001) et règlements connexes;

                          Loi sur la sûreté du transport maritime (1994) et règlements connexes;

                          Loi sur le pilotage (1985) et règlements connexes;

                          Loi maritime du Canada (1998) et règlements connexes.

            o   En vertu de la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

                          Loi sur les océans (1996, c. 31) et règlements connexes;

                          Loi sur la marine marchande du Canada (2001, c. 26) et règlements connexes;

                          Loi sur la sûreté du transport maritime (1994, c. 40) et les règlements connexes;

                          Aides radio à la navigation maritime (2019).

SGDDI #16289645 – version 18                                                                          Page 6
RÔLES ET RESPONSABILITÉS
Portefeuille fédéral de la Santé (PS)
Le portefeuille fédéral de la Santé (PS) est composé de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC),
de Santé Canada (SC), des Instituts de recherche en santé du Canada, du Conseil d’examen du prix des
médicaments brevetés et de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Dans le contexte de la
COVID-19, le PS se réfère principalement à SC et à l’ASPC. Leurs rôles sont énumérés ci-dessous :

       préparation et intervention d’urgence en cas de pandémie et de maladie transmissible;

       les services de Santé des voyageurs et santé transfrontalière (notamment les services de
        quarantaine et le Programme du public voyageur) sont responsable de l’administration et de
        l’application de la Loi sur la mise en quarantaine afin de prévenir l’introduction et la propagation
        de maladies transmissibles;

       coordination fédérale-provinciale en matière de santé;

       conseils, orientation et services médicaux en matière de santé et de sécurité au travail (SST);

       programme d’aide aux employés/équipes d’intervention d’urgence psychosociale;

       soutien aux opérations nationales à l’aide d’une demande d’aide ou d’une prestation de service
        (PdS).

Agence des services frontaliers du Canada (ASFC)
L’ASFC est responsable de fournir des services frontaliers intégrés qui soutiennent la sécurité nationale,
la sécurité publique, le commerce et le tourisme, tout en facilitant la libre circulation des personnes et
des biens légitimes. L’ASFC traite la circulation des personnes, des marchandises et des moyens de
transport, ce qui comprend les éléments suivants :

       contribuer à la sensibilisation au domaine maritime grâce à l’intégration de l’ASFC au COSM;

       contrôle des voyageurs, des moyens de transport et du fret pour détecter les maladies
        transmissibles (traitement en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine);

       déterminer l’admissibilité à l’immigration (traitement des personnes en vertu de la Loi sur
        l’immigration et la protection des réfugiés);

       examen des effets personnels et des moyens de transport pour des marchandises contrôlées,
        restreintes ou prohibées (examen en vertu de la Loi sur les douanes et de nombreuses autres
        lois du Parlement).

Dans le contexte du rôle de l’ASFC en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine, les agents des services
frontaliers identifient les voyageurs qui peuvent être malades ou infectés par des vecteurs d’une
maladie transmissible, isolent les voyageurs qui peuvent présenter un risque pour la santé publique et
les dirigent vers les agents de quarantaine de l’Agence de la santé publique du Canada pour une
évaluation de santé publique.

SGDDI #16289645 – version 18                                                                          Page 7
Sécurité publique Canada (SP)
Au nom du gouvernement du Canada, le Centre des opérations du gouvernement dirige et soutient la
coordination des interventions lors d’événements touchant l’intérêt national.

Le COG prévoit également ce qui suit :

       surveillance et rapports continus;

       connaissance de la situation à l’échelle nationale;

       produits d’avertissement et évaluations intégrées du risque;

       planification à l’échelle nationale;

       coordination d’une gestion pangouvernementale des interventions;

       soutien aux hauts fonctionnaires.

Garde côtière canadienne (Garde côtière)
La Garde côtière soutient directement les priorités du gouvernement et la prospérité économique, et
contribue à la sécurité, à l’accessibilité et à la sûreté des eaux canadiennes. En tant que propriétaire et
exploitant de la flotte civile de navires du gouvernement fédéral, la Garde côtière effectue une grande
variété de missions maritimes dans ses quatre régions au Canada. En ce qui concerne l’urgence sanitaire
actuelle associée à la COVID-19, la Garde côtière :

       effectuera la collecte et l’évaluation de toutes les sources de renseignements;

       apportera une contribution importante à l’élaboration, à l’entretien et à la production de
        rapports sur la situation maritime reconnue pour les approches maritimes du Canada dans les
        trois océans.

De plus, la Garde côtière a le mandat de fournir, conformément à la Loi sur les océans :

       le personnel opérationnel et les installations nécessaires à la conduite des opérations de
        recherche et de sauvetage en mer (SAR) et les services de communication maritime et de
        gestion du trafic maritime (SCTM);

       sous réserve d’une demande d’assistance officielle, d’autres services maritimes comme du
        personnel opérationnel, des navires, des hélicoptères et de l’équipement pour soutenir d’autres
        ministères et organismes.

Forces armées canadiennes (FAC)
Les FAC peuvent apporter leur soutien lors d’un cas suspect ou confirmé de COVID-19 à bord d’un navire
en exerçant les fonctions suivantes dans le cadre d’une demande d’aide officielle :

       rapports et suivi pour les navires avec le COSM;

       Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage – évacuation médicale (MEDEVAC)
        pour R-S maritimes.

SGDDI #16289645 – version 18                                                                         Page 8
Gendarmerie royale du Canada (GRC)
La GRC occupe un rôle de soutien dans la situation actuelle de la COVID-19 pour l’environnement
maritime. Elle dispose de plusieurs moyens pour aider les partenaires des autres ministères, notamment
en fournissant une expertise en matière d’application de la loi, en soutenant le confinement et en
fournissant une assistance aux voyageurs qui ne se conforment pas aux directives, le cas échéant. Si
l’événement se produit à terre, l’aide des services de police compétents (SPC) sera nécessaire.

Transports Canada (TC)
Transports Canada est responsable d’assurer la sécurité et la sûreté du système de transport maritime
canadien. Dans le cadre de la COVID-19, TC utilise ses pouvoirs réglementaires pour cibler les navires
soupçonnés de transporter le virus. TC est en mesure de jouer un rôle de coordination et de soutien afin
de s’assurer que les priorités du portefeuille de la Santé sont respectées dans le secteur maritime. Les
rôles particuliers que le Ministère pourrait être appelé à jouer sont les suivants :

       recueillir des renseignements sur les navires qui arrivent au moyen de systèmes
        d’embarquement ministériels dans les COSM côtiers, notamment l’identification des navires à
        risque;

       fournir un mécanisme de mobilisation des intervenants de l’industrie maritime, notamment les
        administrations portuaires, les administrations de pilotage, les installations maritimes, les
        capitaines de navires, les agents de navigation et les associations de l’industrie;

       faciliter la coordination des efforts au niveau national au moyen de protocoles existants tels que
        le PIEM;

       évaluer les répercussions sur le système de transport maritime.

TC est en mesure d’effectuer une surveillance et d’identifier les dangers étant donné son rôle de
contrôle des navires entrants aux deux COSM côtiers de Halifax (N.-É.) et d’Esquimalt (C.-B.). Le COSM
de TC a pour mandat réglementaire de recueillir les rapports préalables à l’arrivée des navires entrant
dans les eaux canadiennes.

Partenaires non-fédéraux
Les rôles et responsabilités des intervenants du secteur maritime sont les suivants :
 l’administration de pilotage régionale fournira des services de pilotage conformément à la Loi sur le
    pilotage et aux règlements pris en vertu de cette Loi. Ces services comprennent le pilotage de
    navires depuis une station de pilotage désignée jusqu’au mouillage ou au terminal maritime
    approprié;
 un opérateur de remorqueur commercial fournira une assistance pour l’escorte et les manœuvres
    du navire, y compris les opérations d’accostage au terminal maritime approprié;
 l’autorité portuaire fonctionne de manière indépendante du gouvernement fédéral. L’autorité
    portuaire a plusieurs responsabilités et pouvoirs, notamment la définition de l’orientation
    commerciale et la prise de décisions commerciales pour le port, et elle agit en tant que propriétaire
    pour les opérateurs privés.
 l’agent maritime (agent du navire) est un représentant permanent qui veille aux intérêts du
    propriétaire, au nom et aux frais de ce dernier. L’agent maritime est donc pour ainsi dire le
    représentant privilégié de l’armateur dans un port. L’agent maritime est autorisé à agir au nom de

SGDDI #16289645 – version 18                                                                       Page 9
l’armateur en ce qui concerne les droits et les devoirs de ce dernier envers les tiers. Si un passager a
    besoin de débarquer d’urgence du navire avant le PPA pour être transporté dans un hôpital
    canadien, l’agent maritime, l’agent du navire ou l’opérateur du paquebot de croisière doit
    immédiatement en informer le bureau de l’ASFC le plus proche et les représentants de l’ASFC au
    PPA prévu;
   l’exploitant de l’installation maritime maintient et mène des activités commerciales liées à
    l’installation (p. ex. le terminal des paquebots de croisière);
   la Cruise Lines International Association (CLIA) est la principale association professionnelle de
    l’industrie des croisières. Elle représente plus de 95 p. 100 de la capacité mondiale de croisières, ce
    qui en fait un partenaire clé pour les activités de planification préalable des activités des paquebots
    de croisière dans les eaux canadiennes et leurs environs;
   la Fédération maritime du Canada est l’association qui représente et promeut les intérêts des
    propriétaires, des exploitants et des agents de navires participant au commerce mondial du Canada.
    Ses membres sont issus de tous les secteurs fonctionnels de l’industrie maritime. La fédération offre
    un soutien opérationnel, diffuse des renseignements aux chargeurs (et aux autres membres), aux
    gouvernements et au public.
   l’Association of Arctic Expedition Cruise Operators (AECO) est la principale organisation
    représentant les préoccupations et les points de vue de l’industrie du tourisme de croisière
    d’expédition opérant dans l’Arctique. Elle sert de point de contact et d’organisme consultatif auprès
    des gouvernements fédéral et territoriaux.

Les rôles des partenaires non maritimes sont les suivants :

   Les services de police compétents (SPC) occupent un rôle de soutien dans les interventions liées à la
    COVID-19. Lorsqu’un événement se produit sur terre, les services de police compétents sont tenus
    d’intervenir. Les SPC fournissent le même type d’aide que celle indiquée pour la GRC. Dans les cas
    où les SPC ne sont pas la GRC, mais qu’elle a déjà commencé à intervenir, la GRC peut être en
    mesure de faciliter cette transition.

MENACES, RISQUES ET VULNÉRABILITÉS
Bien qu’elle ait été identifiée pour la première fois dans la ville de Wuhan en Chine, la COVID-19 s’est
répandue dans toutes les provinces chinoises en 30 jours. Depuis lors, la COVID-19 a été identifiée dans
plus de 40 pays dans le monde.

Risques législatifs
       La Loi sur la mise en quarantaine exige, au paragraphe 34 (2), que tous les exploitants de
        véhicules informent un agent de quarantaine ou fassent en sorte qu’un agent de quarantaine
        soit informé d’une maladie transmissible figurant à l’annexe le plus tôt possible avant l’arrivée
        d’un véhicule à sa destination au Canada. Il n’y a pas de délai minimum d’avis requis par la Loi.
        Malgré le fait que l’avis soit requis avant l’arrivée, il existe un risque que les exploitants
        n’avisent pas de l’existence d’une maladie potentielle avec un délai suffisant pour permettre
        une opération d’intervention efficace.

            o   Le COVID-19 figure sur l’annexe.

            o   En général, l’ASPC demande aux paquebots de croisière et aux cargos un délai minimum
                de 24 à 48 heures pour signaler l’existence d’une maladie transmissible.

SGDDI #16289645 – version 18                                                                        Page 10
   Aucun ministère ou organisme ne dispose d’un ensemble complet de pouvoirs lui permettant de
        gérer les cas de COVID-19 entrant au Canada par des navires. Une coordination
        pangouvernementale continue sera nécessaire pour surveiller les risques et les menaces et y
        réagir.

Considérations sur les risques associés au type de navire
Différents types et classifications de navires peuvent présenter des risques et des dangers uniques. Bien
que ce plan s’applique à la fois aux navires à passagers (p. ex. les paquebots de croisière) et aux navires
de charge (p. ex. les vraquiers et les porte-conteneurs), les risques et les considérations de haut niveau
par type de navire sont décrits ci-dessous :

       Navires de charge : le transport maritime représente actuellement environ 20 p. 100 des
        exportations et des importations du Canada. Les conséquences économiques de la perturbation
        des expéditions maritimes à destination et en provenance du Canada peuvent être graves étant
        donné que l’industrie au Canada est un employeur direct et indirect d’environ 100 000 emplois,
        soit 1,8 p. 100 de l’économie canadienne. Les risques particuliers associés au transport maritime
        au Canada sont les suivants :

            o   les navires de charge ont tendance à être plus en mouvement et à visiter plus de pays
                que les navires de passagers au cours d’un voyage donné;

            o   les navires de charge peuvent occasionnellement transporter un nombre limité de
                passagers;

            o   bien qu’ils doivent répondre aux critères définis par l’OMI et aux contrôles de l’État du
                port, les navires de charge sont exploités par des équipages plus petits, ce qui peut
                réduire leur capacité à poursuivre leurs activités si les membres d’équipage sont mis en
                quarantaine;

            o   les navires de charge peuvent procéder à des changements d’équipage dans n’importe
                quel port d’escale, ce qui pose un défi pour la capacité du Canada à identifier et à lutter
                contre les transporteurs potentiels de la COVID-19;

            o   le centre américain de contrôle des maladies indique qu’il est possible qu’une personne
                puisse contracter le COVID-19 en touchant une surface ou un objet sur lequel se trouve
                le virus, puis en se touchant la bouche, le nez ou éventuellement les yeux, mais on ne
                pense pas que ce soit le principal mode de propagation du virus;
            o   les navires de charge n’ont pas nécessairement de médecins désignés à bord, ce qui
                limite la capacité de l’équipage d’un navire à identifier les cas potentiels de COVID-19;

            o   les retards dans les opérations de fret peuvent avoir des répercussions économiques
                plus larges.

       Navires à passagers (paquebot de croisière) : la saison des croisières au Canada se situe
        généralement entre avril et novembre. Les itinéraires des paquebots de croisière ne sont
        généralement pas disponibles avant le début du mois de mars. Pendant la saison hivernale, il n’y
        a pas d’activité de croisières au Canada. Toutefois, les principaux risques et considérations liés à
        l’industrie des croisières sont énumérés ci-dessous :

SGDDI #16289645 – version 18                                                                        Page 11
o   le principal risque associé aux paquebots de croisière est le nombre de personnes
                (passagers et équipage) à bord, et le petit environnement mi-clos qu’ils occupent, ce qui
                augmente le risque de transmission;

            o   par rapport aux navires de charge, le confinement et la gestion d’un ou plusieurs cas de
                COVID-19 à bord d’un paquebot de croisière suivraient un processus semblable, mais
                nécessiteraient des mesures supplémentaires pour empêcher toute nouvelle
                transmission au Canada;

            o   étant donné le nombre important de personnes à bord d’un paquebot de croisière,
                l’identification d’un cas de COVID-19 attirerait probablement l’attention des médias et
                des communications efficaces seraient nécessaires pour assurer une communication
                effective des risques au public et gérer les risques associés à la confiance du public;

            o   il est plus probable que des demandes d’aide aux organismes d’application de la loi et
                aux FAC seront nécessaires pour gérer les cas de COVID-19 à bord d’un paquebot de
                croisière;

            o   les processus de dépistage et de quarantaine nécessiteront probablement beaucoup de
                ressources et prendront beaucoup de temps (par rapport aux navires de charge) en
                fonction du nombre de cas et du manifeste du navire.

       Toutefois, il existe des facteurs atténuants qui peuvent réduire les risques associés aux
        paquebots de croisière.

            o   Les passagers étrangers qui embarquent sur un paquebot de croisière en provenance du
                Canada se rendent généralement dans un aéroport canadien où ils sont contrôlés à leur
                arrivée. Cela peut permettre d’identifier les passagers symptomatiques et d’empêcher
                leur embarquement sur un paquebot de croisière. On peut demander aux voyageurs
                asymptomatiques de simplement s’auto-isoler et de surveiller leurs symptômes, sans
                nécessairement empêcher leur embarquement sur un paquebot de croisière;

            o   l’équipage des paquebots de croisière comprend un médecin et du personnel médical,
                ce qui facilitera la détection précoce, l’isolement et l’atténuation;

            o   La CLIA a publié des directives et mis en œuvre des mesures pour ses membres afin
                d’améliorer le dépistage et les mesures préventives en vue de réduire les risques de
                COVID-19 à bord.

ACTIVATION DU PLAN – CRITÈRES ET PROCÉDURES
Généralités
La surveillance et le contrôle des navires sont permanents dans les approches maritimes du Canada et
ne nécessitent aucun déclencheur (au-delà des connaissances actuelles sur les risques liés à la
COVID-19). L’activation du plan est donc une question de passage d’une posture de contrôle et de
surveillance (comme indiqué ci-dessous dans la phase 1) à une réponse active pour un cas particulier.
Indépendamment de l’activation de ce plan, la surveillance et le contrôle se poursuivront. Il est possible
que le plan soit appliqué pour des cas multiples et simultanés.

SGDDI #16289645 – version 18                                                                        Page 12
Procédures d’activation

La première phase de ce plan est activée dès la découverte d’un foyer potentiel de COVID-19 et reste
active jusqu’à ce que les partenaires conviennent qu’elle n’est plus nécessaire.

Une activation supplémentaire aura lieu lors de l’identification d’un navire susceptible de transporter un
cas de COVID-19 à bord qui est soit en transit dans les eaux canadiennes (bien qu’il n’ait pas à se
déclarer en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine), soit à destination d’un port canadien. Tout
ministère ou organisme participant qui reçoit des renseignements pertinents clés concernant un navire
susceptible de constituer une menace en lien avec la COVID-19 pour le Canada doit, par les moyens les
plus rapides, en informer le COG. Le COG diffusera alors les renseignements essentiels et coordonnera
les autres ministères et organismes pour faire progresser l’application du plan au-delà de la phase 1
(contrôle et surveillance).

L’activation ou l’escalade vers une phase quelconque peut être initiée par n’importe quel ministère et
est coordonnée par le COG.

SÉQUENCE DES ÉVÉNEMENTS
Phase de prévention : mesures préventives
Résultat souhaité

Des mesures préventives sont mises en œuvre pour réduire la probabilité de transmission de la
COVID-19 par un navire entrant susceptible de transporter le virus. Les mesures peuvent être
obligatoires ou volontaires et peuvent être prescrites en vertu d’un ou plusieurs textes législatifs ou
réglementaires.

Des mesures seront mises en œuvre et contrôlées afin de garantir leur efficacité pour réduire les
possibilités ou les répercussions du virus ou de la maladie entrant au Canada à partir d’un navire
effectuant un voyage international. Les mesures peuvent être modifiées, remplacées ou annulées en
fonction de l’évolution des risques ou des menaces et peuvent nécessiter l’intervention d’un ministère,
d’un ministre ou du gouverneur en conseil, selon leur gravité.

Ministères principaux

Agence de la santé publique du Canada

Agence des services frontaliers du Canada

Transports Canada

Ministères de soutien

Garde côtière

Gendarmerie royale du Canada

SGDDI #16289645 – version 18                                                                        Page 13
Mesures :

 Ministère      Mesures en place
 TC             Émission et mise à jour des Notifications de sûreté maritime spéciales aux capitaines
 (volontaire)   de navires battant pavillon étranger afin que les navires transportant des membres
                d’équipage ou des passagers présentant les symptômes de la COVID-19 en informent le
                gouvernement du Canada. (TC SNM 2020-003)

 CLIA –            Refus d’embarquement à toute personne ayant séjourné à Hong Kong, en Chine et
 Association        à Macao 14 jours avant l’embarquement (y compris les transferts dans des
 de                 aéroports).
 l’industrie    Refus d’embarquement à toute personne ayant été proche d’une personne
 (volontaire)       suspectée d’avoir le COVID-19 ou ayant reçu un diagnostic de la maladie.
                Renforcement du contrôle de pré-embarquement effectué par les compagnies de
                    croisière.
 ASPC          Dès que possible avant leur arrivée (à quai ou au mouillage), tous les navires doivent
 (obligatoire) signaler à l’ASPC l’existence possible de toute maladie figurant dans l’annexe de la Loi
               sur la mise en quarantaine ou toute personne décédée à bord.

 TC            Les navires doivent signaler les 10 derniers ports d’escale sur le système sonar PAIR
 (obligatoire) soumis 96 heures avant l’arrivée dans les eaux canadiennes.

 ASFC           Les navires soumettent un avis préalable à l’arrivée 96 heures avant l’arrivée.
 (volontaire)

 GCC           Les navires doivent signaler l’heure d’arrivée prévue aux services du trafic maritime
 (obligatoire) (GCC) 24 heures avant leur arrivée.

Phase d’atténuation – contrôle et surveillance des navires
Résultat souhaité

La connaissance du domaine maritime (CDM) est maintenue et les navires qui peuvent contenir un
risque d’infection sont identifiés de manière proactive grâce à des activités continues de surveillance et
de production de rapports. L’identification d’un navire pouvant transporter des passagers ou des
membres d’équipage susceptibles d’être infectés par le COVID-19 déclenchera l’activation de la phase 2.

La surveillance se fera par l’entremise du COSM sur la côte respective d’un navire donné en approche.
Tous les navires sont tenus de soumettre des rapports d’information 96 heures avant d’arriver dans les
eaux canadiennes. Une Notification de sûreté maritime spéciale de TC a été émise en janvier 2020,
demandant que tout membre d’équipage ou passager malade soit identifié comme un addendum au
rapport de 96 heures.

SGDDI #16289645 – version 18                                                                      Page 14
Ministères principaux

Garde côtière

Transports Canada

Agence des services frontaliers du Canada

Gendarmerie royale du Canada

Forces armées canadiennes

Ministères de soutien

Agence de la santé publique du Canada

Mesures :

 Ministère                                  Mesures et résultats souhaités
 TC, ASFC,   Les COSM des ministères et agences maintiennent la CDM (notamment la population de
 GCC,        la situation maritime reconnue) pour cibler les navires qui ont interagi avec des pays et
 GRC, FAC    dans des eaux adjacentes désignés par l’ASPC au cours de la période d’incubation établie.
             (Autorité : Politique de sécurité nationale [PSN] 2004)

 TC, ASFC,   Les COSM des ministères et agences intègrent la diffusion d’informations par les canaux
 GCC,        établis du gouvernement et des ministères (Autorité : PSN)
 GRC, FAC

 TC, ASFC,   Effectuer la collecte et l’évaluation de toutes les sources de renseignements afin de
 GCC,        permettre une prise de décision rapide concernant les menaces de COVID-19. (Autorité :
 GRC, FAC    PSN)

 ASPC        Recevoir (selon les disponibilités) les avis des pays étrangers (avec le Règlement sanitaire
             international) des navires entrants transportant un cas potentiel de COVID-19.

 GCC         Le personnel des SCTM fournit des services de gestion des communications et du trafic
             maritime afin d’assurer la transmission en temps voulu des renseignements relatifs aux
             événements vers les principaux ministères et organismes. (Autorité : Loi sur les océans)

 GCC         Le personnel du Centre de commandement national assure la liaison avec le COG et les
             installations opérationnelles des autres ministères et organismes participant aux
             interventions en cette situation de flambée de COVID-19 afin de garantir un échange
             efficace des renseignements et une connaissance commune de la situation. (Autorité :
             Garde côtière – Politique de sécurité nationale)

Phase de préparation – avis préalable à l’arrivée
Résultat souhaité

SGDDI #16289645 – version 18                                                                       Page 15
Une CDM efficace permet au gouvernement du Canada d’identifier et de signaler un cas potentiel ou
confirmé de COVID-19 à bord d’un navire avec un préavis suffisant pour faciliter une intervention
pangouvernementale coordonnée.

Le Système de notification central (SNC) de l’ASPC est informé dès que possible des maladies qui font
l’objet d’une mise en quarantaine afin de faciliter une intervention fédérale rapide et coordonnée.

L’intervention fédérale est initiée en temps utile et de manière coordonnée, en veillant à ce que les
partenaires et les intervenants soient prêts à l’arrivée des navires.

Activation

Cette phase est en cours et fait partie des activités quotidiennes visant à repérer des navires qui
pourraient présenter un risque pour le Canada (c.-à-d. les navires entrants qui peuvent transporter un
cas potentiel de COVID-19, ou d’une autre maladie transmissible à bord ou qui peuvent autrement
constituer un moyen de transport représentant un risque de transmission).

Ministères principaux

Transports Canada

Garde côtière

Agence de la santé publique du Canada

Ministères de soutien

Agence des services frontaliers du Canada

Gendarmerie royale du Canada

Forces armées canadiennes

Mesures :

   Ministère                                 Mesures et résultats souhaités
 TC              Mobiliser les intervenants dans la région et fournir des conseils de SSM au niveau
                 régional afin que l’intervention soit coordonnée.

 GCC             Traiter les rapports des navires dans les 24 heures suivant leur arrivée au Canada pour
                 s’assurer que l’ASPC reçoit les renseignements les plus récents (Autorité : Loi sur les
                 océans et Aides radio à la navigation maritime)

 ASPC            Recevoir et examiner les avis de maladie potentielle d’autres partenaires du
                 gouvernement fédéral, soit TC, la GCC, l’ASFC, ou directement du navire ou de ses
                 représentants (agent de navire ou représentant de la compagnie).

 Tous            Lancer un appel sur le Protocole d’intervention en cas d’événement maritime (PIEM)
                 selon les besoins afin de garantir la coordination de l’intervention nationale et
                 l’échange de renseignements dans toute la mesure du possible.

SGDDI #16289645 – version 18                                                                      Page 16
TC              Traiter les rapports d’information préalables à l’arrivée soumis 96 heures avant
                 l’entrée dans les eaux canadiennes pour informer l’ASPC (Autorité : Règlement sur la
                 sûreté du transport maritime)

 ASFC            Traitement des avis préalables à l’arrivée soumis 96 heures avant l’arrivée au port
                 canadien/à l’installation maritime (Loi sur les douanes [1985]).

 ASFC, TC,       Informer le Système de notification central de l’ASPC de toute maladie à bord ou de
 GCC             toute exposition potentielle à la COVID-19 pour un suivi; et rappeler aux exploitants
                 de navires d’aviser directement à l’ASPC de toute maladie à bord dès réception de
                 l’avis ou du rapport d’information avant l’arrivée. (Autorité de TC : Règlement sur la
                 sûreté du transport maritime et Procédure volontaire provisoire au COSM côtier;
                 Autorité de la GCC : Loi sur les océans et Aides radio à la navigation maritime) Loi sur
                 les douanes)

 GCC, TC,       Poursuivre toutes les mesures indiquées à la phase 1.
 ASFC

Phase de réponse : événement de menaceLorsqu’un navire arrivant avec une menace d’introduire la
COVID-19 est identifié, le gouvernement du Canada doit intervenir. Cette phase est ensuite divisée en
trois sous-phases afin de définir l’approche nationale coordonnée de l’intervention :

        Phase d’intervention A : Évaluation de la santé

        Phase d’intervention B : Orientation et intervention

        Phase d’intervention C : Navire et installations maritimes autorisés à reprendre les activités
        normales.

La mise en œuvre de cette phase dans les efforts de planification régionale sera plus importante que
l’intervention nationale. En raison des complexités inhérentes à la mise en quarantaine sur un navire ou
dans une installation à terre, il est nécessaire d’avoir un plan régional très détaillé en place pour
soutenir les résultats ci-dessous.

Phase d’intervention A – Évaluation de la santé
Résultat souhaité

Une évaluation rapide et opportune de la ou des maladies signalées afin de déterminer la nécessité de
prendre des mesures en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine (2005).

Activation

Dès l’avis d’un cas potentiel à bord d’un navire entrant, tous les détails disponibles sont soumis au
Système de notification central de l’ASPC afin qu’une évaluation de mise en quarantaine puisse être
effectuée. L’activation peut avoir lieu si une enquête plus approfondie indique que le navire présente
tout autre risque associé à la transmission de la COVID-19.

Ministères principaux

SGDDI #16289645 – version 18                                                                       Page 17
Agence de la santé publique du Canada/Santé Canada

Ministères de soutien

Agence des services frontaliers du Canada

Transports Canada

Garde côtière

Sécurité publique

Forces armées canadiennes

Mesures :

                                             Mesures et résultats souhaités

 Ministère
 ASPC           Un agent de quarantaine entreprendra une évaluation des risques associés à la maladie
                déclarée et déterminera si la situation exige des mesures en vertu de la Loi sur la mise en
                quarantaine (2005).

 ASPC           Une fois l’évaluation du voyageur terminée, l’ASPC informera les partenaires principaux
                par l’intermédiaire du COG (ainsi que du COSM) des résultats (p. ex. il n’y a pas de
                problème exigeant une mise en quarantaine OU des ordres de mise en quarantaine ont
                été donnés pour une maladie transmissible en lien avec la COVID-19. [Non COVID-19, ou
                Phase d’intervention B]).

 ASPC           Afin de faciliter l’évaluation, on peut ordonner au navire de s’immobiliser à un endroit
                précis au port ou le dérouter vers un autre endroit (à déterminer en coopération avec les
                partenaires énumérés dans la phase 4) (Autorité : Loi sur la mise en quarantaine [2005])

 ASFC           À la suite d’un avis de l’ASPC, l’ASFC entreprendra des préparatifs au niveau régional
                pour aider l’ASPC à effectuer les contrôles et à compléter le traitement de l’ASFC pour la
                phase 4, si nécessaire.

 TC             Publication de directives à l’intention des intervenants nationaux du secteur maritime et
                des intervenants locaux, selon les besoins, afin de les tenir informés et de soutenir les
                activités du portefeuille de la Santé.

 GCC            Poursuivre toutes les mesures indiquées aux phases 1 et 2.

 GCC            Sous réserve d’une demande d’aide officielle au niveau national, être prêt à fournir des
                services maritimes à d’autres ministères et organismes fédéraux. Les activités pourraient
                comprendre, sans s’y limiter :

                       interception de navires;

SGDDI #16289645 – version 18                                                                        Page 18
   appel au navire;

                       arraisonnement des navires;

                       transport utilitaire (par bateau ou hélicoptère) de fonctionnaires. (Autorité : Loi
                        sur les océans.)

Phase d’intervention B – Orientation et intervention
Résultat souhaité

Lorsqu’on détermine qu’un membre d’équipage ou un passager peut être porteur de la COVID-19, des
mesures de santé publique seront mises en œuvre pour gérer les cas et les contacts potentiels,
notamment compris la référence de ces personnes vers un examen médical. Par ailleurs, des mesures de
santé publique seront prises pour prévenir le risque supplémentaire de transmission de la maladie au
Canada.

Le traitement par l’ASFC aura lieu soit à bord du navire, soit au quai (éventuellement dans une
installation de dédouanement temporaire), selon la décision de l’ASPC.

Mesures potentielles

En fonction des résultats de l’évaluation des passagers et de l’équipage, et conformément à une version
adaptée au niveau régional de ce plan, les mesures de santé publique peuvent inclure les mesures
suivantes selon la situation :

1. Aucune préoccupation sanitaire

       Le navire et les passagers sont autorisés à entrer au port pour le dédouanement par l’ASFC.

2. Préoccupations sanitaires confirmées

       Les voyageurs doivent se soumettre à des examens de dépistage, des évaluations de santé ou
        des examens médicaux supplémentaires (à bord ou à l’extérieur du navire).

       Les personnes qui ont été en contact avec des voyageurs malades doivent être mises en
        quarantaine à leur arrivée :

            o   à bord du navire; ou

            o   installation de mise en quarantaine (à terre).

       Les personnes qui ont été en contact, mais qui présentent un faible risque sont autorisées à
        débarquer et on leur demande de suivre des mesures de santé publique, comme l’auto-
        isolement à leur destination.

En fonction de la décision prise lors de la phase d’intervention A, le navire peut être soumis à des
mesures en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine (2005), notamment :

       entrées et sorties restreintes sur le navire;

SGDDI #16289645 – version 18                                                                          Page 19
Vous pouvez aussi lire