PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE - 2016-2019 Centre Audrey Bartier de Wimereux - Rétrospective ...

 
PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE - 2016-2019 Centre Audrey Bartier de Wimereux - Rétrospective ...
PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE
                   2016-2019

       Centre Audrey Bartier de Wimereux
               42, rue du Baston 62 930 Wimereux
                       Tél : 03 21 33 29 53
                      www.cscwimereux.org
                www.facebook.com/cscwimereux

   1
PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE - 2016-2019 Centre Audrey Bartier de Wimereux - Rétrospective ...
SOMMAIRE
Introduction

1 Le projet d’animation globale 2016-2019
1.1 Orientations générales et spécifiques du projet

2 Démarche et conception du projet d’animation collective familles
2.1 Engagement
2.2 Elaboration de la prestation animation collective familles
     Echéancier
     Démarche participative et concertée
     Une démarche scientifique
     La référente familles

3 Présentation et évaluation du projet ACF 2012-2015
Les moyens engagés
3.1 Valoriser les temps de discussion et la fonction parentale
3.2 L’accompagnement des familles dans leur rôle au quotidien
3.3 Le renforcement des liens avec les acteurs de la parentalité
3.4 Le soutien aux relations intra, inter familiales et intergénérationnelles
3.5 L’investissement des familles dans les projets

4 Diagnostic du territoire: familles de Wimereux et familles accompagnées par le centre – données chiffrées
4.1 La population de Wimereux
      Les structures familiales
     Composition familiale
     Scolarisation des enfants
4.2 Diversité des situations socio-économiques des ménages
     Emploi
     Conditions d’emploi
     Habitat
     Attractivité du territoire
     Contrat de Ville

5 Le projet d’Animation Collective Familles 2016-2019
5.1 Diagnostic partagé
     Recueil des éléments déclarés par les familles et les partenaires
5.2 Objectifs généraux du projet
5.3 Des moyens matériels et humains pour accueillir les familles
     Accessibilité, accueil et ouverture aux familles
     Information-Communication en direction des familles

6 Programme des actions de soutien aux familles
6.1 Soutenir le rôle éducatif de chaque parent et favoriser la construction des liens intergénérationnels
6.2 Renforcer le travail avec les partenaires issus du domaine de la parentalité
6.3 Développer l’expression d’initiatives locales et collectives en matière de parentalité

7 Budget prévisionnel relatif au projet d’Animation Collective Familles

Annexes

       2
PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE - 2016-2019 Centre Audrey Bartier de Wimereux - Rétrospective ...
Introduction
Le Centre Socioculturel Audrey Bartier est, depuis sa création en 1998, un lieu permettant à tous
les habitants de Wimereux d’accéder aux différents services et activités de proximité. Il mène
tous les quatre ans son projet d’animation globale participatif permettant d’articuler différentes
actions entre elles dans le cadre d’objectifs cohérents.
Pour cela, il est animé des principes au fondement même du centre socioculturel :
   -   Susciter, promouvoir et développer les activités de temps libre (récréatives, éducatives,
       culturelles, sportives…) et les activités concernant la vie locale
   -   Renforcer le lien et la solidarité entre les habitants
Comme tout centre socioculturel, le centre Audrey Bartier de Wimereux est tout d’abord un
équipement à vocation sociale globale puisqu’il est ouvert à l’ensemble de la population habitant
à proximité et offre alors accueil, animation, activités et services à finalité sociale. Il est ensuite
un équipement à vocation familiale et pluri-générationnelle car il est un lieu d’échanges et de
rencontres entre les générations et favorise le développement des liens sociaux et familiaux. Il
est enfin un lieu d’animation de la vie sociale puisqu’ il prend en compte l’expression des
demandes et initiatives des usagers et des habitants et favorise le développement de la vie
associative.
Il est précisément comme le définit la Charte de la Fédération des Centres Sociaux et
socioculturels de France « un foyer d’initiatives portées par les habitants associés et appuyés par
des professionnels, capables de définir et de mettre en œuvre un projet de développement
social pour l’ensemble de la population d’un territoire ».
Le projet d’animation collective familles est partie intégrante du projet d’animation globale du
centre Audrey Bartier de Wimereux. Par des actions spécifiques, il permet de renforcer les axes
d’intervention transversaux et de compléter une offre de réponses en rapport aux éléments de
diagnostic qui construisent le projet d’animation globale du centre socioculturel.
Mettre en place des actions envers les familles reste donc une des priorités inscrite dans notre
projet d’animation globale.

       3
PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE - 2016-2019 Centre Audrey Bartier de Wimereux - Rétrospective ...
1 Le projet d’animation globale 2016-2019

1.1 Orientations générales et spécifiques du projet
    Contribuer à améliorer le vivre ensemble à l’échelle de la ville
       Permettre aux habitants de se rencontrer
       Créer du lien interculturel, intergénérationnel et intrafamilial
       Lutter contre l’isolement

    Lier les temps et les espaces
       Favoriser l’harmonisation sur le territoire
       Permettre aux habitants de mieux appréhender les différents rythmes de vie
       Permettre aux habitants de s’approprier l’espace public

    Favoriser l’insertion dans la cité
       Accompagner les habitants dans leurs projets de vie
       Développer les actions de prévention (santé, délinquance, etc.)
       Renforcer le pouvoir d’agir des habitants

    S’organiser et développer les compétences
       Parfaire notre fonctionnement en favorisant l’innovation
       Valoriser les compétences

2 Démarche et conception du projet d’animation collective familles
2.1 Engagement

Le projet d’animation globale de l’association prévoit expressément la participation des
habitants, notamment par la valeur de référence suivante :

                « Répondre, avec les familles, à leurs préoccupations »

Les familles sont donc appréhendées par l’association comme une constituante clé de la
population de son territoire. L’association positionne son intervention comme partenaire des
familles, en soutien des familles, au service des familles et enfin comme « outil » des familles.
Pour définir la notion de famille et la lier au contexte actuel, l’association reconnait les mutations
sociales profondes qui s’opèrent depuis une quarantaine d’années. La famille ne peut plus être
définie de façon restrictive par « le modèle nucléaire » admis depuis des siècles en Occident. Ses
configurations sont devenues progressivement multiples à mesure de l’augmentation des

       4
PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE - 2016-2019 Centre Audrey Bartier de Wimereux - Rétrospective ...
divorces, du nombre de situations dites « monoparentales » ou « recomposées », de la hausse
des naissances hors mariage et de l’évolution règlementaire en matière d’union.
Le centre socioculturel Audrey Bartier de Wimereux intervient comme un acteur éducatif, en
complémentarité et en concertation avec les autres acteurs éducatifs : les parents, les acteurs
sociaux, médico-sociaux, éducatifs, socioculturels et scolaires.

L’association s’engage au côté des parents et précise que les orientations du projet
d’animation collective familles 2016-2019 émanent principalement de l’axe 1 « Créer du lien
familial en contribuant à améliorer le vivre ensemble » mais se veulent également liées aux
axes 2, 3 et 4 du contrat de projet global « Lier les temps et les espaces », « Favoriser
l’insertion dans la cité » et « S’organiser et développer les compétences ». En effet, il est
primordial également de mettre en œuvre les actions qui conduiraient les familles à davantage
maîtriser le parcours journalier de leur enfant et les rythmes que cela impose, d’impulser leur
participation à la construction de projets favorisant pour chacun des membres leur insertion
sociale et de leur donner les pistes leur permettant d’appréhender au mieux la vie quotidienne.

Notre projet d’animation collective familles se doit de proposer des actions adaptées qui
répondront de manière juste à chaque besoin identifié par les familles et partenaires.
Notre projet d’animation collective familles aura pour objectifs généraux de soutenir le rôle
éducatif de chaque parent et de favoriser la construction des liens intergénérationnels, de
renforcer le travail avec les partenaires issus du domaine de la parentalité et de proposer un
accompagnement adapté pour développer l’expression d’initiatives locales et collectives.

2.2 Elaboration de la prestation animation collective familles
Le choix des orientations relatives au projet familles est issu d’un travail collectif en termes de
démarche participative et de construction commune entre les habitants-usagers, les partenaires
institutionnels, sociaux et éducatifs, les bénévoles, les administrateurs et les salariés du centre.

      Echéancier
- Evaluation des actions relatives à la prestation animation collective familles 2012-2015 (de mai
à novembre 2015)
- Rencontres et échanges avec les familles, les partenaires institutionnels, éducatifs et associatifs
locaux et relevé des éléments de diagnostic (d’avril à novembre 2015)

       5
PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE - 2016-2019 Centre Audrey Bartier de Wimereux - Rétrospective ...
- Relevé des récentes données de l’INSEE et de l’OSTB pour étude de l’évolution des données
sociologiques de la ville (juillet 2015)
Parallèlement la rencontre avec les familles du territoire - au travers de l’accueil des enfants, des
actions Familles ou encore des temps d’accompagnement scolaire favorisant le recueil
d’éléments sensibles au diagnostic.
- Réactualisation de la dimension famille du diagnostic de territoire réalisé en 2010
- Analyse du questionnaire à destination des habitants
- Rencontres et échanges autour des orientations à mener et des actions à mettre en place pour
le projet 2016 – 2019 (de juin à novembre 2015)
- Dépôt du projet Animation Collective Familles (15 décembre 2015)
- Présentation à la CAF (mi-mars 2016)

       Démarche participative et concertée
Mettons ici en exergue l’importance de la concertation entre tous afin d’élaborer un projet juste
et cohérent à destination de l’ensemble des familles de la commune.
Relevé détaillé des rencontres :
       Concertation avec les habitants de la ville de Wimereux
1 rencontre a eu lieu avec les habitants le 22 avril 2015
Des échanges ont eu lieu régulièrement au moment de l’accueil des familles pendant les
animations et le temps des accueils de loisirs
Une enquête a été mise en ligne, via le site du centre socioculturel
Un questionnaire à destination des enfants et des jeunes sur leurs attentes vis-à-vis du centre
socioculturel en octobre 2015

       Concertation avec les membres du Bureau et du Conseil d’Administration
Lors des Conseil d’Administration, dès janvier 2015
Le 14 octobre 2015, un Conseil d’Administration afin de valider le diagnostic partagé et de définir
les axes stratégiques du projet d’animation globale 2016-2019

       Concertation avec les partenaires institutionnels
CAF / VILLE
Rencontres CAF Responsable territorial/ chargés d’accompagnement territorial/ Coordonnatrice
parentalité du boulonnais/ Travailleurs sociaux (référents RSA)
Suivi de l’évaluation du projet familles 2012-2015 et perspectives 2016-2019, Chargés
d’accompagnement territorial
        6
PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE - 2016-2019 Centre Audrey Bartier de Wimereux - Rétrospective ...
Rencontre Ville
Echanges directs et rencontres formelles
Politique associative et institutionnelle
Moyens/dispositifs
Diagnostic

        Concertation avec les partenaires éducatifs locaux
Etablissements scolaires / parents d’élèves / multi accueil
Diffusion d’un questionnaire afin de mesurer l’état de nos relations avec les partenaires
Information réciproque lors de la rencontre formelle et lors des rencontres informelles
Problématiques éducatives locales
Diagnostic

       Concertation avec les partenaires sociaux
2 rencontres avec assistantes sociales du Conseil Départemental
1 rencontre avec Référents RSA du CCAS Wimereux
2 rencontres avec concierge Habitat 62/59 Picardie
1 rencontre avec puéricultrice et animatrice PMI
Information réciproque lors des rencontres formelles et lors des rencontres informelles
Problématiques sociales locales
Diagnostic

       Concertation avec les partenaires professionnels de santé
1 rencontre le 7 octobre 2015 à 19h30 : rencontre avec les professionnels de santé
Problématiques de santé locale
Diagnostic

       Concertation avec les partenaires opérationnels
Etablissement scolaire /associations hébergées/ associations extérieures
Rencontres avec équipe éducative et les professionnels de santé du Collège
Echanges indirects avec associations hébergées lors des permanences (Mission Locale, Tous
Parrains, UFC Que choisir)
Echanges directs avec associations extérieures (Nouvel Elan Social, Wimereux Partage, Restos du
Cœur) les 6 et 30 novembre 2015
Echanges indirects lors des rencontres extérieures (réunions santé CLAD du boulonnais, Forum
Jobs saisonniers, comité REAAP, etc.)

       7
PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE - 2016-2019 Centre Audrey Bartier de Wimereux - Rétrospective ...
Diagnostic

       Concertation avec les salariés et bénévoles
6 rencontres avec salariés (22 avril, 12 mai, 3 novembre, 10 octobre, 17 octobre, 24 octobre)
3 rencontres avec bénévoles
Relevé des observations et capitalisation des données
Diagnostic
Propositions de fiches actions

        Une démarche scientifique
Tout comme le projet d’animation globale, le projet familles est construit à partir de données
scientifiques mais également à partir des perceptions de chacun des partenaires sociaux,
institutionnels, opérationnels (CAF, Conseil Départemental, CCAS, Ville, bailleur social, multi
accueil, le Relais d’assistantes maternelles, établissements scolaires, etc.), des associations
locales (Wimereux Partage, Nouvel Elan Social, Restos du Cœur, etc.) des services compétents
(Police Municipale et Nationale, Service Santé du Département, Equipes éducatives) et des
déclarations faites par les familles.
L’ensemble de la démarche a permis de conforter largement les données issues du travail
d’enquête.

        La référente famille
Rappel
Elle fait partie intégrante de l’équipe professionnelle du centre socioculturel Audrey Bartier.
Elle participe à ce titre à la mise en œuvre du Projet d’Animation Globale de l’association.
Ses fonctions reviennent à créer, animer et développer sur les quartiers un projet d’animation en
direction des familles et en lien avec l’ensemble des activités de l’association.
Elle travaille en lien direct avec la Directrice et le Comité de Direction pour la définition de ses
missions et l’organisation opérationnelle du travail.
Ses Missions
La référente famille coordonne et anime le Projet d’Animation Collective Famille défini avec le
Conseil d’Administration.

       8
PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE - 2016-2019 Centre Audrey Bartier de Wimereux - Rétrospective ...
Ce projet s’oriente essentiellement sur le soutien à la fonction parentale et le renforcement des
liens intra et interfamiliaux.
Elle effectue également un travail de terrain : identification de la structure par le public et les
partenaires, identification des attentes du public
Elle met en œuvre un programme d’actions découlant des objectifs à atteindre dans le projet
d’animation collective famille.
Elle a également fonction d’animatrice et se doit d’évaluer chaque action mise en œuvre afin de
définir les éventuelles remédiations à apporter.

Historique du poste de référent famille au centre Audrey Bartier de Wimereux
Laetitia Dumoulin a été la référente famille du centre Audrey Bartier à partir de 1998, date de la
création de l’association. Celle-ci a quitté le centre fin janvier 2015 afin de s’orienter vers le poste
de coordinatrice parentalité du Calaisis. Le départ de Mlle Dumoulin a eu lieu aux prémices de
l’évaluation du projet d’animation globale 2012-2015. De ce fait et dans la perspective de l’écriture
du nouveau contrat de projet, il a été choisi de recruter une animatrice famille, Céline Devillard, et
de confier la mission de référente à la coordinatrice des activités et services du centre, Gabrielle
Van Marcke de Lummen, cette dernière étant sensible aux questions liées à la parentalité. Afin
d’assurer entièrement la mission d’accueil des familles, l’animatrice famille et la référente se sont
associées pour co animer les projets.
Enfin, au regard de la mobilisation, de l’implication, des compétences professionnelles de
l’animatrice famille et de l’évolution des projets à venir, la Direction ainsi que l’ensemble des
membres du Comité de Direction ont choisi de proposer à l’animatrice le poste de référente famille
et ce, à partir de septembre 2015.
Depuis, Céline Devillard a pris toutes les fonctions de la référente famille et continue de travailler en
lien avec la Direction représentée par Me Valérie Duquesnoy et les membres du Comité de
Direction, Isabelle Lengagne, Gabrielle Van Marcke de Lummen, Ali Mabrouck et Nathalie
Coulombel.
Formation de la référente famille en poste depuis septembre 2015
Master Education et Formation, Institut de formation professionnelle d’Arras
Licence Professionnelle Intervention sociale Option Territoires, Emploi et Conduite de projets,
CUEPP de Dunkerque

       9
PROJET ANIMATION COLLECTIVE FAMILLE - 2016-2019 Centre Audrey Bartier de Wimereux - Rétrospective ...
Expériences professionnelles
Chargée de mission, Promotion de la Santé, Association Le Panier de la Mer 62, Boulogne sur
Mer
Conseillère en insertion socioprofessionnelle, Vecteur Formation et Emploi, Boulogne, Calais,
Etaples, Montreuil sur Mer
Animatrice, Programme de Réussite Educative, Boulogne sur Mer
Animatrice, Centre social Eclaté de Saint Martin les Boulogne

Missions internes à la fonction d’animatrice référente familles
La gestion de projet
La référente famille suscite, met en œuvre, développe, anime et évalue des actions individuelles
et/ou collectives correspondant aux objectifs généraux et opérationnels du projet ACF
(organisation matérielle des activités, mobilisation et encadrement du public, relation avec les
partenaires.
La gestion du financement
Dans le cadre de ses fonctions, elle s’engage à rechercher les types de financements susceptibles
d'aider à la réalisation de projets. Pour cela, elle est donc amenée à répondre à des appels à
projets spécifiques en lien avec les besoins évalués des familles (REAAP, CD). Au quotidien, elle
élabore et gère en lien avec la directrice, l’équipe de direction et le service comptabilité, le
budget alloué au secteur Familles.
Le réseau
Elle s’efforce de travailler en partenariat afin de développer le réseau nécessaire à la réalisation
d'actions ou de projets particuliers.
Sa mission réside également dans le relationnel*, l'échange et l'intérêt pour l'autre.
*Le relationnel suit des règles de positionnement: le non jugement afin d'instaurer une confiance partagée, la
valorisation des compétences, la confidentialité, le respect, l'orientation vers les services adéquats lorsque
nécessaire et enfin la disponibilité.

3 Présentation et évaluation du projet ACF 2012-2015

        Les moyens engagés

Pour répondre aux besoins des familles, le centre a mis en œuvre un programme de soutien à la
parentalité concentré autour de cinq axes :

        10
Valoriser les temps de discussion et la fonction parentale
        L’accompagnement des familles dans leur rôle au quotidien
        Le renforcement des liens avec les acteurs de la parentalité
        Le soutien aux relations intra, inter familiales et intergénérationnelles
        L’investissement des familles dans les projets

3.1 Valoriser les temps de discussion et la fonction parentale
Toujours dans un souci de répondre de manière juste et adaptée aux besoins identifiés par les
familles et par les partenaires, la référente famille, accompagnée des professionnels de
l’association, s’est efforcée tout d’abord de garantir l’accueil des familles, ensuite de les orienter
vers un projet qui réponde à leurs demandes ou à leurs difficultés et conduire des actions
mettant en valeur leur rôle de parent.
L’accueil des familles
L’association se veut garante du respect de la diversité des familles. En effet, elle s’est efforcée
durant ces quatre années d’accueillir respectueusement chaque famille quel que soit son origine
sociale et culturelle.
Le personnel d’accueil ainsi que les animateurs, l’éducateur spécialisé et la référente familles ont
accueilli, écouté et orienté les familles selon leurs besoins (accueil de loisirs, TAP, projets jeunes,
information familles –prestations, etc., animations familiales, accompagnement de projets, etc.)
L’accompagnement des familles
L’accueil, le Point Info Famille et les actions sont les outils privilégiés pour recueillir et évaluer les
besoins des familles (informations pratiques famille, adhésion au centre, accompagnements et
réalisation de projets, présentation des dispositifs existants en matière de parentalité et
orientation vers partenaires si nécessaire, etc.). D’ailleurs, il est à noter que des familles
présentent des difficultés pour effectuer certaines démarches (ex : prestations familles,
actualisation de leur situation familiale, professionnelle, traitement de certains courriers
administratifs).
Durant ces quatre dernières années, l’association a su également répondre de manière concrète
au besoin exprimé par les familles à savoir pouvoir rencontrer d’autres familles et échanger sur
des questions liées à la parentalité.
Les compétences en termes de savoirs, savoir-faire et savoir-être de la référente famille, Laetitia
Dumoulin ainsi que celles des professionnels dont elle s’est entourée (accueil de loisirs, TAP) ont

      11
permis de fournir aux familles un accompagnement de qualité pour exprimer leurs idées et pour
obtenir des réponses simples et concrètes à leurs questions.
Ces échanges issus de familles toutes différentes les unes des autres ont également permis de
mettre en exergue le pluralisme des situations de vie familiale. En effet, de nombreuses familles
ont compris qu’il n’existait pas une seule façon d’être parent et que chacun pouvait, avec ses
compétences personnelles, assurer son rôle de premier éducateur et garantir le bien-être de son
enfant.
Même si de nombreuses familles se disent satisfaites des réponses apportées par l’association et
ses partenaires, il reste néanmoins des familles qui disent se sentir démunies face à leurs
problématiques familiales déclarées parfois trop oppressantes.
Exemples de problématiques liées à la petite enfance
Difficulté de la séparation (passage de la maison à la structure d’accueil petite enfance et de la
maison à l’école), méconnaissance des besoins de l’enfant (étapes de développement)
Exemples de problématiques liées à l’enfance
Des enfants qui n’ont pas de limites, refus de toute autorité, violence entre enfants, refus de
l’autorité de la mère quand parents en situation de séparation
Exemples de problématiques liées à l’adolescence
Manque de communication avec leurs adolescents, consommation de produits illicites chez leurs
ados et absentéisme, manque de respect de l’adolescent envers ses parents, enfermement des
adolescents dans les nouvelles technologies
Toujours dans le souhait de pouvoir proposer des réponses adaptées aux problématiques de
familles, nous souhaitons au travers du projet familles 2016-2019 poursuivre l’accompagnement
des familles au sens large.
Enfin, de nombreuses familles accueillies lors de l’accueil PMI ou encore lors des rendez-vous
Point Info Familles exposent leurs difficultés liées à leur fonction parentale mais n’intègrent pas
les actions de soutien pour diverses raisons (peur du jugement, difficulté à exprimer leurs
difficultés ou encore angoissées à l’idée de rencontrer d’autres familles même si elles en
expriment l’envie – certaines mamans se disent s’être enfermées avec leurs petits et ont perdu
l’habitude de rencontrer d’autres mamans).

     12
3.2 L’accompagnement des familles dans leur rôle au quotidien
Au-delà de l’accueil des familles et des temps de rencontre proposés dans le cadre des questions
liées à la parentalité, l’association a proposé également un accompagnement des familles dans
leur rôle au quotidien et ce, au travers d’actions accueillant les parents et leur(s) enfant(s).
Ces temps de rencontre ont été les outils privilégiés pour mettre en valeur les compétences
individuelles de chaque parent et pour apporter un soutien aux familles les plus en difficulté avec
leur(s) enfant(s).
Les animations familiales, l’accueil PMI, les rencontres parents/enfants en ludothèque, les sorties
familiales, etc. ont permis notamment de proposer soit un accompagnement individualisé soit un
accompagnement collectif aux familles.
L’accompagnement réalisé par la référente familles a consisté à mettre en valeur l’importance de
développer les échanges entre parents et enfants (échanges en termes de communication
verbale ou non) afin de favoriser les liens familiaux. En effet, des familles ont pris conscience qu’il
était nécessaire d’accorder du temps à son enfant et ce, afin d’améliorer leur relation (enfant
davantage à l’écoute de son parent quand ce dernier l’écoute également et respecte ses besoins).
Nous relevons également qu’il est toujours nécessaire d’apporter des réponses quant à la place
de chacun au sein de la famille. En effet, des parents déclarent être soutenus matériellement et
physiquement par leurs ainés en ce qui concerne leur(s) enfant(s) mais ont parfois des difficultés
à prendre conscience de l’importance de leur place en tant que grand – parent et acteur dans
l’éducation de l’enfant.
Les actions sont bel et bien des supports pour mettre en exergue l’importance du rôle
d’éducateur du parent mais la référente familles déclare qu’il est difficile pour certaines familles
de s’engager entièrement dans ce rôle. En effet, les actions proposées sont parfois le lieu où l’on
observe des parents déléguant leur fonction aux animateurs présents ou à la référente famille. Il
s’agit alors d’inviter de manière détournée le parent à prendre conscience de l’importance de sa
présence aux côtés de son enfant.
Afin d’accompagner les familles et pour continuer de répondre à leurs besoins, l’association
souhaite proposer la continuité de ses actions dans son projet familles 2016-2019.

      13
3.3 Le renforcement des liens avec les acteurs de la parentalité
En ce qui concerne cette orientation, la référente famille s’est efforcée de mettre en œuvre des
actions incluant le partenariat comme support à l’élaboration du projet d’animation collective
famille.
Des actions de soutien à la parentalité telles que les Pause café des Parents, l’accueil PMI, les
mini séjours en famille ou encore les animations de quartiers, animations familiales, ont été
élaborées avec le soutien d’acteurs tels que la Coordinatrice Parentalité du Boulonnais, la
direction des écoles maternelles Fabre d’Eglantine et Pauline Kergomard de Wimereux, celle du
Collège Pilatre de Rozier de Wimille, la puéricultrice et l’animatrice famille rattachées à la Maison
du Département Solidarité du Boulonnais, les assistantes maternelles du Relais d’Assistantes
Maternelles de Wimereux, les Chargés d’Accompagnement Territorial de la Caisse d’Allocations
Familiales de Boulogne sur Mer, les professionnels du domaine de l’éducation (pédiatres,
éducateur jeunes enfants, médiateur familial, etc.).
Aussi, les temps d’échanges durant les rencontres organisées par le Comité local du Boulonnais
animé par Marie Labruyère, Coordinatrice Parentalité du Boulonnais accompagnée de Sophie
Fumery, Animatrice Départemental pour la Fédération des Centres Sociaux du Pas-de-Calais, ont
été également des outils importants pour favoriser la rencontre entre des parents, des
représentants d’association et des institutions.
Ces quatre dernières années ont été fructueuses en termes de concertation avec les partenaires
mais il est à noter aujourd’hui qu’il est nécessaire de travailler encore davantage avec des
acteurs tels que les autres centres sociaux du Boulonnais afin de favoriser les rencontres entre
les familles et leur mobilité sur le territoire de la Communauté d’Agglomération du Boulonnais
en tendant vers une dynamique de projet collectif. Les projets en lien avec ces acteurs se
révèlent être des leviers importants pour mobiliser les familles. Des actions telles que les dîners
des centres sociaux du Boulonnais organisés par la CAB, le Village de la Famille organisé par le
centre social Eclaté de Saint Martin ont été des outils intéressants pour favoriser d’une part la
rencontre entre les professionnels de la parentalité et d’autre part pour favoriser les rencontres
entre familles.
Durant ces quatre dernières années, le centre a accueilli des familles de tout horizon (origine
sociale et culturelle). Nos liens avec des partenaires tels que la CAF, la Mission locale, le Conseil
Départemental de Boulogne sur Mer, le CCAS de Wimereux nous permettent d’échanger
régulièrement sur la situation des familles accompagnées et sur leurs difficultés notamment en

      14
termes de parentalité. Ces partenaires ont joué un rôle primordial dans l’orientation des familles
vers des dispositifs comme le nôtre. Néanmoins, ces partenaires soulignent leur difficulté réelle à
mobiliser certaines familles. Peur du jugement et isolement familial sont très souvent les causes
relevées.

3.4 Le soutien aux relations intra, inter familiales et intergénérationnelles
Les actions entreprises lors de ces quatre dernières années ont permis d’une part de favoriser les
liens entre les personnes composant chaque foyer familial mais également les rencontres entre
familles.
Les animations, soirées et sorties familiales ont été les outils privilégiés pour « provoquer » les
rencontres. Cependant, le centre socioculturel, attaché à favoriser la mixité sociale, souligne qu’il
est encore difficile pour certaines familles d’aller à la rencontre d’autres familles issues de
milieux sociaux différents. Même si la référente famille ainsi que l’équipe d’animateurs
s’efforcent de mettre en place des animations permettant la rencontre physique durant les
soirées familiales par exemple, les familles ont tendance à vouloir rester chacune de leur côté.
Ajoutons que le centre socioculturel mène également des actions pour favoriser la rencontre
entre familles issues des différents quartiers de la commune. En effet, il reste important de
« casser » cette fracture réelle entre le centre-ville et les quartiers du Baston et celle entre ces
derniers.
Chaque année, la référente famille, accompagnée des animateurs du centre, mène des actions
dans chaque quartier durant la période estivale. Ces actions rassemblent beaucoup de familles
dans chaque quartier, cependant, il est encore quelque peu difficile de réunir des familles issues
de quartiers voisins.
Au-delà de ces rencontres entre familles, il est à noter la difficulté pour certaines familles
d’inclure les grands-parents dans leur participation aux animations. Les familles ont tendance à
répliquer qu’ils n’ont pas besoin nécessairement de convier un grand-parent.

3.5 L’investissement des familles dans les projets
Le centre socioculturel est attaché fortement au fait d’impliquer les familles dans la construction
du projet « familles ». Pour cela, la référente famille s’est efforcée durant ces quatre années de
placer la famille au centre des projets. En effet, il primordial que la famille soit actrice du projet
dans sa globalité afin qu’elle appréhende au mieux le projet et pour en percevoir les finalités.

      15
Il est cependant encore difficile d’impliquer un maximum de familles dans la construction des
  actions (animations, sorties et soirées familiales). Pour certaines d’entre elles, il a été nécessaire
  de bien présenter pourquoi elles doivent s’impliquer activement et quelles bénéfices elles
  peuvent en tirer. Certaines familles ont encore des difficultés à exprimer leurs besoins et ceux de
  leur(s) enfant(s).
  Par contre, nous notons une forte implication des familles en ce qui concerne l’élaboration et
  l’évaluation des projets départ en vacances. En effet, les familles sont impliquées du fait qu’elles
  ont conscience de l’importance de maîtriser leur projet afin d’assurer la sécurité de leur famille
  durant le séjour. Ceux sont des projets qui sont travaillés bien en amont du départ et qui laissent
  le temps aux familles de les construire ensemble (recherche de devis, faisabilité du projet,
  autofinancements, etc.)

  4 Diagnostic du territoire: familles de Wimereux et familles accompagnées par le
  centre – données chiffrées

  4.1 La population de Wimereux
  La commune compte 7161 habitants dont 25 % de moins de 20 ans et 26,8 % de la population sont
  des seniors âgés de 60 ans et plus.
  Elle est caractérisée par trois quartiers : le centre- ville caractérisé par la station balnéaire, le
  quartier du Bon Air, le quartier du Baston.
                                                     Nombre     de Population                  des
                                                     ménages       ménages
                                                     2007 2012     2007               2012
Ensemble                                             2969 2972     7333               7027
Ménages d'une personne                               822    887    822                887
 hommes seuls                                        289    302    289                302
 femmes seules                                       534    585    534                585
Autres ménages sans famille                          48     65     120                147
Ménages avec familles dont la famille principale
est :                                            2098         2019        6390        5993
 un couple sans enfant                           806          813         1645        1651
 un couple avec enfant(s)                        1007         928         3979        3622
 une famille monoparentale                       285          278         766         719

        16
Composition des ménages et des familles
En 2012, le pourcentage des couples sans enfants (40,2%) est inférieur à celui des couples avec
enfants (45,9%). On note une forte diminution du pourcentage de couples avec enfants entre
2007 et 2012. En effet, on passe de 47,5% à 45,9%. Le pourcentage des couples sans enfant est
quant à lui en augmentation.

Le pourcentage de familles monoparentales est en légère baisse (14,5% en 2007 pour 13,9% en
2012). Elles sont très majoritairement composées de femmes seules avec enfants (à plus de
85%). Le poids des familles monoparentales (14%) est inférieur à celui de la CAB (18,4%).

Parmi les familles avec enfants, en 2012, celles avec 1 enfant sont majoritaires (22% sur
l’ensemble des familles, suivi de 20,2% pour les familles avec 2 enfants).

On constate une augmentation significative de la part des ménages constitués d’une seule
personne. On passe de 27,7% en 2007 à 29,8% en 2012. On constate une légère augmentation
du nombre de femmes seules sans enfant (18,0% en 2007 contre 19,7% en 2012), ce qui
représente près du double du pourcentage d’hommes seuls (10,2% en 2012).

Il s’agit majoritairement de personnes âgées de plus de 55 ans (environ 70% des personnes
vivant seules). Ces données soulèvent la question du vieillissement de la population d’autant plus
que la part des jeunes seuls âgés de 20 à 24 ans a eu tendance a diminuer entre 2007 et 2012 (de
9% à 7%).

En 2012, le pourcentage des couples sans enfants (40,2%) est inférieur à celui des couples avec
enfants (45,9%). On note une forte diminution du pourcentage de couples avec enfants entre
2007 et 2012. En effet, on passe de 47,5% à 45,9%. Le pourcentage des couples sans enfant est quant à
lui en augmentation.

                                    Composition des familles

                                                     2007        %      2012     %
             Ensemble                                2126      100,00   2023   100,00
             Couples avec enfant(s)                  1011       47,50   928     45,90
             Familles monoparentales                 309        14,50   282     13,90
              hommes seuls avec enfants               40         1,90    41      2,00
              femmes seules avec enfant(s)           269        12,60   241     11,90
             Couples sans enfants                    806        37,90   813     40,20

     17
Le pourcentage de familles monoparentales est en légère baisse (14,5% en 2007 pour 13,9% en
2012). Elles sont très majoritairement composées de femmes seules avec enfants (à plus de
85%). Le poids des familles monoparentales (14%) est inférieur à celui de la CAB (18,4%).

Parmi les familles avec enfants, en 2012, celles avec 1 enfant sont majoritaires (22% sur
l’ensemble des familles, suivi de 20,2% pour les familles avec 2 enfants).

Les familles adhérentes du centre socioculturel Audrey Bartier

1280 personnes sont adhérentes de l’association sur la période de septembre 2014 à décembre
2015.
Le centre socioculturel accueille à ce jour 906 familles. Parmi ces familles, la référente
accompagne et soutient régulièrement 55 familles.

Sur 55 familles, 9 sont des familles monoparentales

       Scolarisation des enfants

Le taux de scolarisation des enfants de 2 à 5 ans est de 84% contre 99,2% pour les 6-14 ans.

On constate une légère diminution du taux de scolarisation entre 2007 et 2012, chez les 15-17
ans (1,2 points de moins), diminution un plus importante pour la tranche 18-24 ans (moins 1,8
point).

Le taux de scolarisation des 25-29 ans augmente légèrement entre 2007 et 2012. Il est plus faible
chez les hommes que chez les femmes (3,1% contre 10,7%).

                             Scolarisation selon l'âge et le sexe en 2012

                             Ensemble       Population        Part de la population scolarisée en %
                                            scolarisée         Ensemble      Hommes Femmes
            2 à 5 ans           299            251               84,00         86,30        82,30
            6 à 10 ans          443            439               99,30         99,10        99,50
            11 à 14 ans         449            445               99,10         99,10        99,00
            15 à 17 ans         321            306               95,20         95,10        95,40
            18 à 24 ans         457            210               45,90         47,20        43,90
            25 à 29 ans         267             18                6,90         3,10         10,70
            30 ans ou plus     4793             31                0,60         0,30         0,90

                                Source Insee, RP 2012 exploitation principale

       18
4.2 Diversité des situations socio-économiques des ménages
       Emploi
En 2012, la part des chômeurs est de 10,7% ; elle connait une augmentation par rapport à 2007
(7,8%). Cette augmentation se répercute sur la part des actifs qui passe de 68,9% en 2007 à
70,2% en 2012 et cela en dépit d’une baisse de la part des actifs ayant un emploi. Le taux de
chômage à Wimereux est inférieur à celui de la CAB (13%). On note également une stabilité en ce
qui concerne l’évolution de la part des inactifs

                                Population de 15 à 64 ans par type d'activité

                                                                                         2007   2012
                 Ensemble                                                                4790   4473
                 Actifs en %                                                             68,9   70,2
                   actifs ayant un emploi en %                                           61,1   59,5
                   chômeurs en %                                                          7,8   10,7
                 Inactifs en %                                                           31,1   29,8
                   élèves, étudiants et stagiaires non rémunérés en %                    10,2   10,2
                   retraités ou préretraités en %                                        10,1   10,2
                   autres inactifs en %                                                  10,8    9,5

                           Sources : Insee, RP2007 et RP2012 exploitations complémentaires

La tranche d’âge des plus actifs est celle des 25-54 ans avec un taux d’emploi de 77,9% en 2012.
Le taux d’emploi des 15-24 ans est le plus faible (23,4%).

Le taux d’emploi des femmes est plus faible que celui des hommes (56,4% contre 62,7%) et cela
quel que soit la tranche d’âge.

Au sens du recensement, le taux de chômage est de 15,3% en 2012 contre 11,3% en 2007, soit
une augmentation de 4 points. Proportionnellement, le taux de chômage des hommes a plus
augmenté entre 2007 et 2012 que celui des femmes (de 10,6% à 15,1 % contre 12,1% à 15,5%).

Le taux de chômage est le plus fort chez les 15-24 ans et plus particulièrement chez les femmes.

       19
Activité et emploi de la population de 15 à 64 ans par sexe et par âge en 2012

                 Population      Actifs    Taux d'Activité en %        Actifs ayant un emploi    Taux d'emploi en %
Ensemble           4473          3139              70,2                         2660                    59,5
 15 à 24 ans        778           296              38,1                          182                    23,4
 25 à 54 ans       2651          2385               90                          2065                    77,9
 55 à 64 ans       1044           458              43,8                          413                    39,5
Hommes             2196          1621              73,8                         1377                    62,7
 15 à 24 ans        438           179              40,8                          112                    25,6
 25 à 54 ans       1262          1204              95,4                         1046                    82,9
 55 à 64 ans        496           238               48                           218                    43,9
Femmes             2277          1519              66,7                         1284                    56,4
 15 à 24 ans        339           118              34,6                          69                     20,5
 25 à 54 ans       1389          1181              85,1                         1019                    73,4
 55 à 64 ans        549           220               40                           195                    35,6

                                Source Insee, RP 2007 et RP 2012 exploitations complémentaires

        Conditions d’emploi
La part des salariés est élevée et représente 85,95%, dont près de 20% sont à temps partiel.
On constate que 74,35% des salariés sont en CDI ou titulaires de la fonction publique.
La part des emplois aidés est relativement faible (1,0% chez les hommes contre 1,5% chez les
femmes).
Les femmes sont quasiment deux fois plus nombreuses à être en CDD que les hommes (9,4%
contre 5,6%).

                 Statut et conditions d'emploi des 15 ans ou plus selon le sexe en 2012

                                                             Hommes           %         Femmes     %
     Ensemble                                                 1396          100,00        1302   100,00
     Salariés                                                 1160          83,10         1156   88,80
     Titulaires de la fonction publique et contrats
     à durée indéterminée                                      1011          72,40         993   76,30
     Contrats à durée déterminée                                78            5,60         123    9,40
     Intérim                                                    28            2,00          6     0,50
     Emplois aidés                                              13            1,00         19     1,50
     Apprentissage - stage                                      31            2,20         14     1,10
     Non-salariés                                               236          16,90         146   11,20
     Indépendants                                               94            6,70         93     7,10
     Employeurs                                                 142          10,20         50     3,80
     Aides familiaux                                             0            0,00          3     0,20

     Source Insee, RP 2012 exploitation principale

        20
Sur 55 familles accompagnées, 25 familles sont en situation de recherche d’emploi.
Sur 1280 personnes adhérentes du centre socioculturel, 226 ont un quotient inférieur à 617 soit
environ 17 % et aussi 13.36 % qui ont un quotient familial entre 618 et 800.

       Habitat

Entre 2007 et 2012, on dénombre 34 logements sociaux occupés en plus sur la commune. Ils
représentent 19,6% des résidences principales. Le taux d’occupation du logement social en 2012
est nettement inférieur à celui de la CAB dont 26,1% des locataires résident en HLM. Sur
Wimereux, le principal bailleur social est Habitat 62/59.

                           Résidences principales selon le statut d'occupation

                                                                     2007          2012
                                                                Nombre     %   Nombre    %
            Ensemble                                             2969   100,00  2978    100
             Propriétaires                                       1821    61,40  1834 61,60
             Locataires                                          1105    37,20  1093 36,70
             dont d'un logement HLM loué vide                    550     18,50  584    19,60
             Logé gratuitement                                    42      1,40   50     1,70

                             Source Insee, RP 2007 et RP 2012 exploitations principales

       Attractivité du territoire
        Les structures et services relatifs à la Petite Enfance

- La Protection Maternelle et Infantile du Conseil Général (permanence au Centre Socioculturel
Audrey Bartier)

- Le Relais d'Assistantes Maternelles

- Le multi-accueil Nougatine

        Fonction éducative et scolaire
Deux écoles maternelles publiques (l'école maternelle publique Pauline Kergomard et l’école
maternelle publique Fabre)

Deux écoles élémentaires publiques (l'école élémentaire Alain Fournier et l'école élémentaire
publique Louis Pasteur)

Une école Maternelle et Elémentaire privée Jeanne d’Arc

       21
Il n’y a pas de collège sur la commune de Wimereux. Le plus proche se situe à Wimille. Pour
l’enseignement secondaire et universitaire, les lycéens et les étudiants doivent se rendre à
Boulogne sur Mer ou dans d’autres communes.

        Fonction sportive, de loisirs et de culture
75 associations actives sur le territoire de Wimereux, un important équipement de culture (12
associations), un important équipement sportif (21 associations), des loisirs (10 associations), de
la solidarité (6 associations)

Contrat de Ville
Rappelons que la ville de Wimereux s’inscrit dans le dispositif du Contrat de ville piloté par la
Communauté d'Agglomération du Boulonnais. Celui-ci s’inscrit dans le projet de territoire
« Ensemble agir pour nos quartiers », adopté par la Communauté d’Agglomération du
Boulonnais le 17 octobre 2014 et inscrit le Baston à Wimereux en quartier de veille.
Même si le quartier du Baston n’est plus situé en zone dite prioritaire du fait de la construction
de maisons individuelles en accession à la propriété et de l’arrivée de familles ayant un niveau de
revenus plus élevé, le Baston reste néanmoins un territoire où de nombreuses familles
connaissent de véritables difficultés économiques et sociales.
Les agents du CCAS de Wimereux, ceux de la CAF et du Conseil Départemental ainsi que les
associations locales telles Les Restos du Cœur, Wimereux Partage, Nouvel Elan Social confirment
qu’il existe bel et bien des familles en grandes difficultés économiques et sociales. En témoignent
également le nombre d’aides facultatives octroyées par la Banque alimentaire (85 familles en ont
bénéficiées en 2014) et les déclarations rapportées par les familles « Je ne m’en sors pas et mes
enfants en souffrent ».
Il est à noter ici que le centre Audrey Bartier est un lieu d’accueil pour tous mais que cependant,
il a vocation également à avoir une attention toute particulière pour les familles les plus en
difficultés et c’est notamment au travers du projet d’animation collective famille que
l’association propose un programme de soutien et d’accompagnement de toutes les familles du
territoire (accueil, accompagnement, soutien, mobilisation autour de projets et orientations).

      22
5 Le projet d’Animation Collective Familles 2016-2019
5.1 Diagnostic partagé
Le diagnostic est né des diverses concertations et rencontres réalisées avec les partenaires cités
plus haut et pose les constats suivants.
        Petite enfance
Tous s’accordent à dire qu’il est nécessaire de travailler avec les familles sur la séparation avant
l’école. En effet, il est observé que de nombreuses mamans ont des difficultés à s’imaginer
trouver un mode de garde pour leur enfant. Qu’elles soient en situation de recherche d’emploi
ou pas, beaucoup de mamans disent avoir peur de « laisser » leur enfant en crèche ou chez une
assistante maternelle, etc.
Il est à noter que lors des consultations PMI au centre socioculturel, des mamans déclarent que
ces situations les font bien souvent s’isoler et qu’elles ont des difficultés à se projeter ailleurs
qu’à leur domicile. De plus, de nombreuses mamans disent ne pas avoir de moyen de locomotion
et déclarent sortir principalement pour les courses, les rendez-vous importants, la consultation
pédiatre ou encore pour aller chercher les frères et sœurs à l’école.
La référente famille précise que beaucoup de mamans dites « isolées » souhaiteraient pouvoir
« se changer les idées avec d’autres mamans» et « souffler » en s’accordant du temps pour elles
et leurs projets.
Beaucoup de mamans sont en situation de recherche d’emploi ou ont un emploi, le plus souvent,
précaire (contrat aidé ou intérim). Ces situations les amènent bien souvent à déclarer qu’elles
sont inquiètes financièrement et que cela a des conséquences sur le climat à la maison (manque
de patience et de communication avec les enfants et tension familial, sentiment de dépassement
et repli sur soi)
Des différentes rencontres avec les professionnels de la parentalité (puéricultrice et animatrice
famille PMI), les parents et notamment les mamans, est soulevée également la difficulté de
comprendre les étages majeures de l’enfance donc les besoins pas seulement physiologiques
mais psychologiques de l’enfant (besoin de sécurité par la présence des parents, besoin de jouer
avec les parents, besoin d’autonomie tout en se sentant en sécurité sous le regard bienveillant
de son parent).
La question de la place du grand parent reste également souvent évoquée lors des rencontres
avec les parents au centre socioculturel. Pour un certain nombre, il est parfois difficile de
reconnaître le soutien éducatif des grands parents. Très souvent, les familles disent vouloir « se

        23
débrouiller seuls » et que si elles ont besoin, ils peuvent appeler leurs parents. S’agit-il alors
d’une demande de soutien matériel et organisationnel que d’un soutien éducatif ?

Petite Enfance
Autres problématiques relevées, celles des familles monoparentales et de la garde alternée. Des
diverses rencontres entre partenaires, familles et référente famille, est ressortie la question de la
place du parent. En effet, des mamans et papas déclarent avoir des difficultés à se faire respecter
par leur(s) enfant(s) qui n’a parfois plus de limites et notamment pas les mêmes repères
éducatifs.
Des parents peu confiants en leur capacité d’éduquer (« je m’énerve facilement, je ne sais pas
me faire respecter sans hurler »)
Des parents démissionnaires et qui laissent leur fonction de côté durant certaines animations
(j’arrête de lui dire quoi que ce soit, çà sert à rien, il me fait tout voir » ; enfant qui arrive seul
durant les animations de quartier)
Des parents impatients (« je n’ai pas le temps de jouer avec mon gamin »)
Les animateurs du centre et la référente famille constatent également que la violence est un fait
et qu’elle s’invite dans les rapports entre les enfants, ces derniers précisant « qu’ils se frappent
pour s’amuser ». Des parents qui ne savent plus quoi faire pour que leur enfant arrête de se
comporter de la sorte avec sa fratrie également.
Des animateurs du centre ainsi que la référente famille déclarent que des familles d’accueil ont
parfois des difficultés à communiquer avec l’enfant accueilli (comportement difficile de l’enfant).
Elles ajoutent qu’elles souhaiteraient pouvoir rencontrer d’autres familles afin de se sentir moins
isolées.

       Adolescence

La question de l’adolescence est également un sujet sensible abordée durant les rencontres et
concertations dernières.
Le centre socioculturel accompagne quotidiennement des adolescents scolarisés notamment au
Collège Pilatre de Rozier et souligne que beaucoup d’adolescents sont consommateurs de
produits illicites (cannabis) ou d’alcool. Il a d’ailleurs été remarqué par l’ensemble des
partenaires santé (médecins de Wimereux, infirmière du Collège, référente santé et référente
famille du centre socioculturel) que ces consommations arrivent de plus en plus tôt dans l’âge…

       24
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler