STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE

 
STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
STRATÉGIE
   DE PARIS
  POUR UNE
ALIMENTATION
   DURABLE

  LE CHOIX DES ALIMENTS QUE NOUS PRODUISONS ET CONSOMMONS,
    LE LIEU D’OÙ ILS PROVIENNENT, LES PRATIQUES DE PRODUCTION,
 DE TRANSFORMATION ET DE DISTRIBUTION INFLUENT CONSIDÉRABLEMENT
SUR L’ÉTAT DE LA PLANÈTE, DE NOTRE ENVIRONNEMENT, DE NOTRE SANTÉ
             ET SUR LES LIENS SOCIAUX QUI NOUS UNISSENT.
STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
2   STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
SOMMAIRE
“   ÉDITOS		                                                                                                       4

1   PRÉAMBULE                                                                                                      7
    1.1 L’ALIMENTATION DURABLE : DU GLOBAL AU LOCAL                                                                7
    Une action municipale de long terme                                                                            8
    1.2 QUEL ÉTAT DES LIEUX DE L’ALIMENTATION À PARIS ?                                                           12
    La consommation alimentaire à Paris : caractéristiques et disparités                                          12
    L’offre alimentaire : un tissu commercial dense et diversifié,
    une insuffisante structuration des filières locales                                                           14
    La dépendance alimentaire de Paris                                                                            15
    1.3 L’ALIMENTATION À PARIS : QUELS GRANDS ENJEUX ?                                                            16
    Des enjeux et actions identifiés avec les acteurs du système alimentaire territorial parisien                 16
    Répondre aux grands enjeux du système alimentaire territorial métropolitain :
    les objectifs de la Stratégie de Paris pour une alimentation durable                                          18

2   PARIS S’ENGAGE – VERS UN SYSTÈME ALIMENTAIRE
    PLUS DURABLE, PLUS INCLUSIF, PLUS RÉSILIENT                                                                  21
    AXE 1 ACCÈS DE TOU·TE·S À UNE ALIMENTATION DURABLE                                                            22
    Développer la vente de proximité de produits locaux et durables                                               25
    Démocratiser l’accès à des produits frais et durables                                                         28
    Diversifier et optimiser l’aide alimentaire                                                                   31
    AXE 2 AUGMENTATION DE L’AUTONOMIE ET DE LA RÉSILIENCE ALIMENTAIRES                                           34
    Consolider les débouchés des producteurs locaux et durables                                                  37
    Améliorer l’autonomie alimentaire en agissant sur le foncier agricole rural
    et (péri)urbain et sur les outils de transformation                                                          38
    Mobiliser les acteurs publics et privés pour améliorer la résilience
    du système alimentaire parisien                                                                               43
    AXE 3 PRÉVENTION DU GASPILLAGE ALIMENTAIRE ET DES DÉCHETS                                                    46
    Lutter contre le gaspillage alimentaire                                                                      49
    Valoriser les déchets alimentaires                                                                           50
    Réduire les emballages alimentaires jetables                                                                 51
    AXE 4 MISE EN RÉSEAU ET PARTENARIATS                                                                         54
    Développer des opérations de sensibilisation adaptées aux populations cibles                                 57
    Valoriser et soutenir les initiatives locales                                                                59
    Mettre en place une gouvernance de la Stratégie de Paris pour une alimentation durable                       60

3   CONCLUSION                                                                                                   63

4   ANNEXES                                                                                                      65
    1. REMERCIEMENTS                                                                                             66
    2. TABLEAU DES ACTIONS (ÉCHÉANCES ET PILOTAGES)                                                              68

                                                                     STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE   3
STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
ÉDITO

                                                          Anne Hidalgo
                                                                Maire de Paris

    L’alimentation des populations urbaines constitue l’un des enjeux majeurs du 21ème siècle
                    et les grandes villes du monde ont un rôle décisif à jouer.

    À l’aune du nouveau Plan Climat qui vise la                           Cette stratégie alimentaire doit permettre de
    neutralité carbone, la Stratégie alimentaire de                       garantir l’évolution vers une consommation durable
    Paris porte une ambition forte pour répondre                          et développer entre territoires les ressources
    de fa ç o n c o n c rè t e a u x dé f i s é c o l o g i q u e s ,     positives d’un avenir commun.
    économiques et alimentaires d’aujourd’hui : celle
    de développer un système alimentaire durable,                         C’est, en tant que Maire et Présidente du C40,
    inclusif, résilient, sûr et diversifié, et de favoriser               l’engagement que je prends. En n’oubliant pas que
    l’accès de tous à des aliments sains, locaux et                       Paris s’inscrit dans un bassin dont la diversité fait la
    abordables. Pour y parvenir, la mobilisation de                       richesse, je m’engage à créer de nouveaux partenariats
    tous les acteurs du territoire est indispensable.                     avec les territoires ruraux pour encourager les circuits
                                                                          courts alimentaires et protéger les terres agricoles
    En cohérence avec le Plan alimentation durable,                       de leur artificialisation. Il s’agit d’une formidable
    le programme des « Parisculteurs », l’innovation                      opportunité de renforcer les solidarités et les
    gastronomique, les plans de lutte contre le                           réciprocités entre habitants des villes et des champs.
    gaspillage alimentaire, la valorisation des
    déchets ou encore le soutien aux commerces et                         Paris se donne ainsi les moyens de contribuer de
    marchés alimentaires mis en œuvre par Paris, la                       façon significative à la transition écologique du
    Stratégie alimentaire dote la Ville d’une politique                   territoire et d’améliorer la vie de ses habitants.
    alimentaire transversale ambitieuse à l’échelle                       En garantissant mieux leur santé et leur bien-être,
    du territoire.                                                        Paris leur offre de nouvelles perspectives.

4   STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
ÉDITO

                                   Célia Blauel
 Ajointe à la Maire de Paris en charge de l’environnement, du développement durable,
        de l’eau, de la politique des canaux et du plan climat énergie territorial

Peuplée de plus de deux millions d'habitants, située au cœur de la région
 Ile-de-France, l'une des plus fertiles de la métropole, Paris se devait
     de réaliser une stratégie alimentaire territoriale ambitieuse.

Parce que 6,3% des Parisien·ne·s souffrent   tous les acteurs du système alimentaire du
encore de précarité alimentaire alors        territoire parisien et de son aire régionale
que Paris est la première ville française    (chercheurs, experts, associations, produc-
en densité de commerces, parce que les       teurs, distributeurs, transformateurs…).
aliments que nous consommons tous les        Leur grande implication tout au long de
jours parcourent en moyenne 650 km           l’élaboration de la Stratégie est dans le
et représentent 18% de l'empreinte           même temps une condition majeure pour
carbone de Paris, parce que le gaspillage    réussir à atteindre nos objectifs et une
alimentaire est encore trop important, il    grande satisfaction pour la collectivité
y a en effet urgence à agir.                 parisienne. La Stratégie de Paris pour une
                                             alimentation durable constitue ainsi une
Permettre à toutes et tous d'avoir           nouvelle façon de conduire des politiques
accès à une alimentation durable, saine,     alimentaires.
locale, abordable et respectueuse de
l'environnement est l’enjeu majeur de        Avec ces objectifs partagés par l’ensemble
cette stratégie.                             des acteurs du système alimentaire, nous
                                             traçons le chemin pour améliorer la qualité
Aussi j'ai fait le choix, très en amont de   de notre alimentation au quotidien et
la réalisation de ce document, d'associer    atteindre la neutralité carbone en 2050.

                                                STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE    5
STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
6   STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE   © Sophie Robichon
STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
1
                                      PRÉAMBULE
1.1
L’ALIMENTATION DURABLE : DU GLOBAL AU LOCAL
L’alimentation des populations urbaines est un            Aussi, une demande sociale s’exprime clairement
enjeu majeur du XXIe siècle. La part des êtres            pour un retour à une alimentation plus durable, à
humains vivant dans les villes représentera, en           une plus grande transparence dans les processus
2050, près des deux-tiers de la population mondiale       d’élaboration des produits alimentaires, à une
qui totalisera plus de 9 milliards de personnes.          alimentation plus « identifiée » à un terroir et
Le choix des aliments que nous produisons et              un producteur. Y répondre implique de retisser
consommons, le lieu d’où ils proviennent, les             les liens entre rural et urbain, de lutter contre le
pratiques de production, de transformation et de          mitage et l’érosion des terres agricoles soumises à
distribution influent considérablement sur l’état de      la pression foncière, de travailler à l’amélioration
la planète, de notre environnement, de notre santé        des conditions de production tant pour les
et sur les liens sociaux qui nous unissent.               producteurs que pour les consommateurs et de
                                                          renouveler les relations ville-campagne au travers
L’alimentation contribue ainsi de façon significative     de nouvelles politiques publiques alimentaires
aux émissions de gaz à effet de serre, représen-          territoriales.
tant 29% du total des émissions mondiales. Plus
d’un tiers des aliments produits sont perdus ou           Aux côtés de 160 autres métropoles internatio-
gaspillés soit 1,3 milliard de tonnes par an dans le      nales, la Ville de Paris a pris la mesure du rôle
monde, alors même que 815 millions de personnes           qu’elle a à jouer, en signant le 15 octobre 2015, le
souffrent encore de faim chronique et qu’au niveau        Pacte de Milan (Milan Urban Food Policy Pact). Par
national encore 12% des Français·e·s sont en situa-       cet acte, elle s’est engagée à « travailler au dévelop-
tion d’insécurité alimentaire.                            pement de systèmes alimentaires durables, inclu-
                                                          sifs, résilients, sûrs et diversifiés, qui fournissent des
Les impacts environnementaux des modes intensifs          aliments sains et abordables à tous dans le respect
de production n’apparaissent plus tenables. À titre       des droits fondamentaux, réduisent au maximum le
d’exemple, les pollutions de l’eau par les intrants       gaspillage, préservent l’environnement et la biodiver-
chimiques et pesticides coûtent 1,1 milliard d’euros      sité et atténuent les effets du changement climatique
par an aux consommateurs et contribuent à une             tout en s’y adaptant ».
perte de biodiversité des sols et des espaces naturels.

Signataires du Pacte de Milan – © Pacte de Milan.

                                                             STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE          7
STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
Afin d’engager une dynamique européenne en fé-           formation de produits locaux biologiques. En outre,
    dérant les villes pionnières de l’alimentation du-       Eau de Paris, régie municipale de production et
    rable, Paris crée et met en œuvre avec, notamment        distribution d’eau potable a défini une stratégie de
    Vienne, Nuremberg et Milan un réseau de villes eu-       protection de la ressource en eau, comprenant des
    ropéennes « Organic Cities Network Europe », lancé       objectifs ambitieux à l’horizon 2020. Dans ce cadre,
    à l’Hôtel de Ville de Paris, le 8 janvier 2018.          elle accompagne, sur les aires d’alimentation de ses
                                                             captages, les agriculteurs vers des systèmes agri-
    Pour relever le défi d’un système alimentaire plus       coles favorables à l’environnement, acquiert des
    responsable, l’ensemble des acteurs du territoire        terrains avec la mise en place de baux ruraux envi-
    doit se mobiliser et travailler conjointement à la       ronnementaux et aide à la structuration des filières
    mise en œuvre d’une Stratégie de Paris pour une          d’agriculture biologique via des aides financières et
    alimentation durable.                                    techniques.

                                                                 Pour relever le défi d’un
    UNE ACTION MUNICIPALE
    DE LONG TERME                                                système alimentaire plus
                                                                 responsable, l’ensemble
    DONNER À TOU·TE·S L’ACCÈS À UNE                              des acteurs du territoire
    ALIMENTATION DE QUALITÉ
                                                                 doit se mobiliser
    Dès 2010, grâce à son Plan alimentation durable,
    la Ville s’est fixé des objectifs ambitieux d’amélio-    Dans ses grands plans d’actions, la Ville agit pour
    ration de la qualité alimentaire et de préservation      l’accès de tou·te·s à une alimentation durable res-
    de l’environnement dans ses restaurants collec-          pectueuse de l’environnement.
    tifs (crèches, cantines scolaires, collèges, centres
    d’hébergement, établissements de protection de           • Dès 2007, Paris s’est fixé, dans son Plan climat,
    l’enfance, EHPAD, restaurants ou livraisons de           des objectifs de réduction de l’impact carbone du
    repas pour personnes âgées, et restaurants du            secteur de l’alimentation qui représente près de 18%
    personnel). L’objectif est ainsi d’introduire 50%        du bilan des émissions globales de gaz à effet de
    d’alimentation durable (bio, Label Rouge, pêche          serre de la capitale. En 2017, le volet alimentation
    durable) d’ici 2020 dans les 30 millions de repas        du nouveau Plan Climat Air Énergie vise à soutenir
    servis chaque année. En 2017, la part d’alimentation     une alimentation durable et de qualité et à diminuer
    durable dans les 1 300 restaurants collectifs muni-      de 40% le bilan de gaz à effet de serre de l’alimenta-
    cipaux a atteint 42,5% (66,9% dans les crèches,          tion parisienne. Il fixe aussi au territoire des objectifs
    45,2% dans les écoles) faisant de la Ville de Paris,     sectoriels en matière d’impact carbone de l’alimen-
    le premier acheteur public de bio en France. Au-         tation repris dans la présente Stratégie.
    jourd’hui, 70% des fruits et légumes servis dans
    les cantines municipales respectent la saison
    locale de production (Île-de-France ou moins
    de 250 kilomètres). Paris s’engage également à
    s’approvisionner à 100% en œufs de poules de
    plein air, à ne pas servir de poisson d’espèces
    d’eaux profondes, d’huile de palme ou d’OGM,             • Dès 2010, par le déploiement du premier Plan
    et à proposer un menu végétarien par semaine.            alimentation durable, la Ville de Paris a affirmé sa
    Pour satisfaire ces engagements, le Plan alimen-         volonté de démocratiser l’accès à une alimenta-
    tation durable agit, en particulier, sur le renforce-    tion de qualité respectueuse de l’environnement, en
    ment de la stratégie d’achat de la collectivité et       généralisant l’alimentation durable dans ses 1 300
    sur la structuration d’une filière bio de proximité.     restaurants collectifs.

    Ainsi, la Ville de Paris soutient notamment la So-       • Le programme Paris Santé Nutrition adopté
    ciété Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) « Coop      en 2009 propose des actions d’éducation nutri-
    bio Île-de-France » qui déploie des ateliers de trans-   tionnelle, des accompagnements collectifs et
                                                             individualisés avec une approche innovante de
                                                             mobilisation du grand public parisien et des profes-
                                                             sionnels autour du « mieux manger et bouger plus ».

8   STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
Marché découvert place Monge, Paris 5e - © Sophie Robichon

Son objectif principal est de prévenir le surpoids et        • Le 25 septembre 2017, le Conseil de Paris adopte
l’obésité, notamment des jeunes et des populations           la Stratégie de résilience de Paris qui comprend
vulnérables. Le programme s’appuie sur trois axes :          un volet sur le déploiement de l’alimentation
connaître, prévenir et prendre en charge. Après les          durable sur le territoire. Cette Stratégie réaffirme
expérimentations menées dans trois arrondisse-               notamment la volonté de Paris de s’engager dans
ments pilotes (13e, 15e et 19e), le programme s’est          une Stratégie pour une alimentation durable
déployé, en 2013, dans les 10e, 18e et 20e arrondis-         destinée à renforcer l’autonomie, l’indépendance
sements. En 2018, dans le cadre de la territorialisa-        et la résilience du système alimentaire parisien.
tion des actions de santé, le dispositif sera étendu à
l’ensemble des arrondissements parisiens.                    RÉDUIRE L’EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DU
                                                             PREMIER PÔLE DE COMMERCES ALIMENTAIRES
• Le Plan Paris Santé Environnement, voté                    DE FRANCE
en novembre 2016, propose d’agir en amont
sur l’alimentation pour réduire l’exposition des             Paris dispose aussi d’un tissu commercial alimentaire
Parisien · ne · s aux substances nocives et aux              dense et diversifié. La Ville y soutient l’innovation,
perturbateurs endocriniens et réduire les inégalités         l’émergence de nouveaux modes de consommation
de santé constatées, en particulier en favorisant            et le développement d’une logistique durable.
l’accès de tou · te · s à des produits d’agriculture
biologique. Il a notamment pour principe de                  Depuis 2001, les programmes Vital’Quartier ont
renforcer les collaborations entre chercheurs                permis l’affectation aux commerces alimentaires
et collectivité pour mieux comprendre les enjeux             de 371 locaux sur 11 secteurs d’intervention.
de santé environnementale et de renforcer                    Dans ces secteurs, la présence de commerces
l’exemplarité de la Ville en termes de commande              de bouche est passée à 13,8%, soit trois fois plus
publique. En 2018, l’engagement de la Ville de               que la moyenne parisienne. Lancé en 2017, le
Paris dans la charte, « villes et territoires sans           dispositif Paris’Commerces permet d’amplifier
perturbateurs endocriniens » servira de levier pour          cette dynamique d’une part par le Groupement
renforcer l’action en faveur d’une alimentation              d’intérêt économique (GIE) inter-bailleurs sociaux
durable et favorable à la santé.                             qui réunit l’activité de commercialisation des pieds
                                                             d’immeubles des bailleurs sociaux et par le Contrat de
                                                             Revitalisation Artisanale et Commerciale, d’autre part.

                                                                STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE       9
STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
Ce dernier est porté par la SEMAEST pour agir sur                      illustre cet engagement. Cette halle accueillera un
     le parc privé et dans 12 périmètres particulièrement                   important opérateur de logistique agroalimentaire
     touchés par la mono-activité et la vacance                             et sera dédiée principalement à l’approvisionnement
     commerciale. L’offre alimentaire parisienne s’appuie                   des commerces indépendants. Les denrées seront
     aussi fortement sur 71 marchés alimentaires                            acheminées par mode ferroviaire avec des livraisons
     découverts et 11 marchés alimentaires couverts                         finales en véhicules électriques et gaz. Sur la toiture,
     auxquels producteurs locaux et bio accèdent                            une exploitation de 7 061 m² d’agriculture urbaine a
     prioritairement.                                                       fait l’objet d’un appel à projets dont le lauréat désigné
                                                                            en février 2018 est la start-up Cultivate.
     La chaîne logistique est également un enjeu
     majeur pour maintenir le commerce alimentaire                          La Ville de Paris est également engagée pour le
     de proximité et développer les circuits courts.                        développement des circuits courts et la protection
     Depuis 2006, la Ville de Paris anime un espace                         du foncier agricole via la participation au projet
     de concertation avec les acteurs économiques                           OLICO Seine porté par l’Institut Français des
     (transporteurs, chargeurs, chambres consulaires,                       Sciences et Technologies des Transports, de
     grandes enseignes) à travers une Charte pour                           l’Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR), destiné
     une logistique urbaine durable qui rassemble                           à améliorer la logistique des petits producteurs
     une centaine de partenaires. La Ville s’emploie                        de proximité, et le soutien au réseau AMAP-IDF
     également à préserver et réintroduire des sites de                     et à l’association Terre de liens. En outre, dans les
     distribution intramuros en ouvrant son patrimoine                      marchés alimentaires découverts parisiens, elle
     (appels à projets sur la logistique urbaine,                           a favorisé la création d’un nouveau service de
     Réinventer Paris et Réinventer la Seine…) et teste                     livraison « propre » (par vélo, véhicules électriques,
     des solutions innovantes reproductibles (appel à                       etc.) et elle expérimente, dans le secteur des
     expérimentations).                                                     Halles et de Montorgueil, des véhicules électriques
                                                                            en partage pour les commerçants.
     La construction par SOGARIS d’une halle logistique
     à Chapelle International, dans le 18e arrondissement,

     La Louve, supermarché coopératif et participatif - © Sophie Robichon

10   STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
Enfin, la Ville de Paris soutient le développement
d’une nouvelle économie coopérative et
innovante de l’alimentation et accompagne des
acteurs tels que « La Ruche qui dit oui », CIP20,
Farinez-vous, « Kelbongoo » ou le supermarché
coopératif « La Louve ». Elle a lancé, en janvier
2016, avec Paris&Co, l’incubateur « Smart
Food Paris » dédié à l’accueil de start-up de
l’innovation alimentaire qui accueillera, en 2018,
sa troisième promotion.

PARIS, INCUBATEUR DE L’AGRICULTURE                      Projet Aéromate Lachambeaudie, Paris 12e – © Christophe Noel
URBAINE ET CRÉATEUR DE NOUVEAUX
ÉCHANGES URBAINS-RURAUX                                 Depuis avril 2016, les principaux marchés
                                                        alimentaires parisiens (plus des 2/3) pratiquent déjà
La Ville s’est donné pour objectif d’atteindre 100      la collecte séparée de leurs déchets alimentaires.
hectares de murs et toitures végétalisés en 2020,       Ce sont ainsi plus de 30 tonnes par semaine
dont une trentaine d’hectares d’agriculture urbaine.    qui sont détournées de l’incinération pour être
Les appels à projets Parisculteurs et Houblon visent    valorisées en compost et biogaz. La collecte des
à développer les projets de production agricole en      déchets alimentaires chez l’habitant a été initiée,
cœur de ville et contribuent à tisser des liens entre   dans les 2e et 12e arrondissements en 2017, en vue
agriculteurs urbains et agriculteurs de petite et       de sa généralisation à tout Paris.
grande couronne. La première saison, à travers la
culture de 5,5 hectares, permettra de produire 500      En outre, un Plan stratégique de lutte contre
tonnes de denrées et de créer 120 emplois dont 50       le gaspillage alimentaire a été adopté le 16
en insertion. Un nouvel appel à projets Parisculteurs   décembre 2015 mobilisant les acteurs de la
- saison 2, lancé fin septembre 2017, s’est donné       ville et Paris adhère au Plan National de lutte
comme objectif supplémentaire de réaliser des           contre le gaspillage alimentaire. Des actions de
projets sur 43 nouveaux lieux y compris dans des        sensibilisation récurrentes sont menées auprès de
copropriétés et dans les communes riveraines            tous les types de public : scolaires, gestionnaires
(Saint-Denis, Pantin).                                  de restauration collective, marchés alimentaires…
                                                        Afin de permettre la couverture du territoire
                                                        en dispositifs de récupération-transformation-
                                                        redistribution, la Ville a aussi lancé, en 2016 et 2017,
                                                        dans le cadre du Budget Participatif, deux appels à
                                                        projets pour les associations souhaitant s’équiper
                                                        de réfrigérateurs et cuisinières pour cuisiner des
                                                        invendus et les offrir aux plus démunis, et, plus
                                                        généralement, pour l’équipement des structures
L’action de la Ville de Paris en faveur d’un meilleur   agissant contre le gaspillage alimentaire.
tissage du lien entre urbains et monde rural passe
également par une plus grande ouverture des Pa-         Promotion du commerce de proximité et des
risien·ne·s aux questions agricoles via la mise en      structures de l’économie sociale et solidaire, lutte
œuvre d’actions éducatives : développement de           contre la mono-activité, lutte contre la grande
fermes mobiles et de 3 fermes urbaines pédago-          exclusion, accueil de l’innovation alimentaire,
giques, enrichissement du catalogue de formations       soutien à l’offre d’alimentation durable, lutte
de l’École Du Breuil par des modules dédiés à l’agri-   contre le gaspillage, la Ville de Paris œuvre d’ores
culture urbaine, coopération avec AgroParisTech…        et déjà sur de nombreux pans de son système
                                                        alimentaire territorial.
Enfin, la stratégie parisienne « zéro déchet » permet
de valoriser ce qui peut constituer une ressource.
Le plan compost 2016-2020 prévoit l’amplification
du compostage collectif en pied d’immeubles, le
maillage du territoire en composteurs de quartier
et le soutien au lombri-compostage individuel.

                                                           STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE            11
1.2
     QUEL ÉTAT DES LIEUX DE L’ALIMENTATION À PARIS ?
     LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE
     A PARIS : CARACTÉRISTIQUES ET                                                                                        RÉGIME «TYPE
     DISPARITÉS

     Le « régime parisien » est proche du régime français                        QUE MANGE
     classique, marqué par l’importance d’un héritage
                                                                                 LE PARISIEN                      produits
     gastronomique reconnu internationalement.                                                                    composés
     Cependant, en lien avec le niveau socio-éducatif
                                                                                 AU COURS DE
                                                                                                                  8%      autres
     moyen et le taux de population active, il présente                          SA JOURNÉE ?
                                                                                                                                       fruits
     moins de protéines d’origine animale, plus de fruits,
                                                                                                                                       8%
     moins de sodas et plus de plats composés que le
     régime français moyen.                                                                                                               légumes
                                                                                                                                          9%
     Les Parisien·ne·s consacrent une plus grosse part
                                                                                boissons
     de leur budget à l’alimentation (23% contre 20%                                                                                      œufs 1%
                                                                                49%
     en France). D’une part, les produits alimentaires                                                                                   viandes
     sont plus chers de 6,5% qu’en province. D’autre                                                                                     5%
     part, les Parisien · ne · s dépensent plus pour se                                                                          céréales                   D
     nourrir à l’extérieur de leur domicile (30% de leur                                                                         10%                       A
     budget alimentaire). Ainsi, seulement 1% des actifs
     rentrent chez eux pour déjeuner le midi.                                                                  produits
                                                                                                               laitiers poissons
                                                                                                               1%       1%
     Les habitants de la capitale consomment également
     plus de produits bio (26% en consomment réguliè-
     rement, 35% de temps en temps) et leurs attentes
     pour des produits locaux sont grandissantes. Ces
     spécificités sont notamment liées à une population                                                             RETRAITÉS
     relativement jeune et diplômée.                                                                                18,3%

          26% des Parisien·ne·s                                                                                                     ÉTUDIANTS
                                                                                   CSP+
          consomment régulièrement                                                                                                  +CHÔMEURS

          des produits bio                                                    45,2%                                                 17,5%

     Associé au haut revenu moyen observé, le taux                                                                             CSP-
     de prévalence de l’obésité est plus faible à Paris                                                                        18,7%                    CSP+
     que dans le reste de la France laissant à penser                            Source : État des lieux de l'alimentation à Paris, Mairie de Paris.

     que, notamment, les « habitudes alimentaires
     parisiennes » sont meilleures en termes de qualité                                                                                                 32%
                                                                                                  % du budget alimentaire
     nutritionnelle. Toutefois, de fortes disparités sont                        les habitants des quartiers   prioritaires
                                                                                                        pris hors  domicile consomment
     observées : 6,3% des ménages sont en situation                              moins de produits de qualité, bio et Label Rouge. Les
     d’insécurité alimentaire 1 , 2,5% en situation                              principaux facteurs des disparités constatées sont
     d’insécurité alimentaire sévère, l’obésité est plus                         le niveau de %
                                                                                              vie,fréquentant
                                                                                                    la catégorie au   moins
                                                                                                                  socio-professionnelle
     grande chez les enfants des quartiers prioritaires,                         et la une fois par
                                                                                       structure      semaine
                                                                                                 du foyer        le marché
                                                                                                            de résidence.

                                                                                                                                                        57%
     1 L’insécurité alimentaire est un indicateur subjectif qui correspond à une situation dans    %laquelle
                                                                                                      fréquentant        au moins
                                                                                                               des personnes  n’ont pas accès à une
                                                                                  une fois
     alimentation sûre et nutritive en quantité suffisante, qui satisfasse leurs besoins       par semaine
                                                                                          nutritionnels            une supérette
                                                                                                         et leurs préférences alimentaires pour leur
     permettre de mener une vie active et saine. Elle peut résulter de l’absence physique de denrées, d’un pouvoir d’achat insuffisant ou d’autres
     facteurs. Elle peut être collective ou individuelle, chronique, saisonnière ou transitoire. La notion d’insécurité alimentaire englobe ainsi des
     situations très différentes allant de la survie immédiate aux difficultés économiques chroniques.                                                  45%
                                                                                    % fréquentant au moins une fois
                                                                                  par semaine un magasin spécialisé

                                                                                                                    VIVANT SEUL
12   STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
composés
   AU  COURS DE?
                                       RÉGIME «TYPE» D’UN PARISIEN
                            produitsautres
                            8%                                                                               pour l’alimentation     consomateur consomateur
   LE PARISIEN
   SA  JOURNÉE                      autres     légumes
                                       RÉGIME «TYPE» D’UN PARISIEN
   QUEJOURNÉE
         MANGE              8%                              hors domicile                                                            consomateur français
                                                                                                                                     parisien      consomateur
   SA
   AU COURS DE?             composés         fruits
                                               9%                                                                                    parisien      français
   LE  PARISIEN             produitsautres   fruits                                                                                  30,4%
                                                                                                                                     consomateur 11,6%
                            8%               8%                                                                                                    consomateur
   QUEJOURNÉE
   SA    MANGE ?
  boissons                  composés         8% œufs 1%                                                       en hypermarché         30%
                                                                                                                                     parisien
                                                                                                                                                 24%
   AU  COURS DE                                                                                               pour l’alimentation    30%           français
                                                                                                                                                 24%
   LE PARISIEN
  49%                       produits
                            8%      autres fruits                                                                                    consomateur consomateur
   SA                                        8%légumes
   AU JOURNÉE
        MANGEDE?
                                                                                                              pour domicile
                                                                                                              hors  l’alimentation
  QUE  COURS                composés             viandes
                                               légumes                                                                               35,6%
                                                                                                                                     30%
                                                                                                                                     parisien     27,1%
                                                                                                                                                 24%
                                                                                                                                                   français
                            8%      autres     9%
                                             fruits
                                                 5%                                 PART                      hors domicile          30,4%
                                                                                                                                     consomateur 11,6%
   QUE
  LE
   SA    MANGE ?
      PARISIEN
       JOURNÉE             produits            9%                                                             pour
                                                                                                              en    l’alimentation
                                                                                                                 supermarché                       consomateur
  boissons                  produits céréales
                                             8%légumes                           DU BUDGET                    en hypermarché
                                                                                                              hors  domicile         30,4%
                                                                                                                                     parisien
                                                                                                                                     30%         11,6%
                                                                                                                                                   français
                                                                                                                                                 24%
   LE COURS
  AU   PARISIEN
  boissons    DE           composés          fruitsœufs 1%                                                    en hypermarché
  49%                      8%          10% 8%9%œufs 1%
                                   autres
                            composés                                            ALIMENTAIRE                   pour  l’alimentation consomateur
                                                                                                                                      23,1%
                                                                                                                                      30,4%     13,8%
                                                                                                                                                   11,6%
                                                                                                                                                    consomateur
   AUJOURNÉE
  SA
  49%  COURS DE ?                                viandes
                                               légumes                                                        hors
                                                                                                              en    domicile
                                                                                                                 magasin
                                                                                                                                      30%
                                                                                                                                      35,6%
                                                                                                                           spécialiséparisien
                                                                                                                                                  24%
                                                                                                                                                    27,1%
  boissons
   SA JOURNÉE ?             8%
                         produits
                                    autres
                                               9%
                                           fruitsviandes
                                                 5%œufs 1%                          PART                         hypermarché
                                                                                                              pour
                                                                                                              en    l’alimentation
                                                                                                                 supermarché
                                                                                                                                      consomateur français
                                                                                                                                      35,6%          consomateur
                                                                                                                                                    27,1%
                                                                                 DU PART
  49%                                                                                                                                 30,4%
                                                                                                                                      parisien     11,6%
                                                                                                                                                     français
                                               légumes
                                                 5%                                 BUDGET                    hors  domicile
  boissons               laitiers poissons 8%fruits
                                       céréales  viandes                                                      en supermarché
                                                                                                              en hypermarché         30%
                                                                                                                                      35,6%12,5% 24%27,1%
                                                                                                                                      7,7%
                         1%            10% 8%9%
                                   1% céréales     œufs 1%                       DU PART
                                                                                    BUDGET
                                                                                ALIMENTAIRE                 pour  l’alimentation      30,4%
                                                                                                                                      23,1%        11,6%
                                                                                                                                                13,8%
  49%                                            5%                                                           en hard-discount
                                                                                                                 supermarché          30%         24%
  boissons                             10% légumes
                                       céréales  viandes                        ALIMENTAIRE
                                                                                 DU BUDGET                    en
                                                                                                            hors magasin
                                                                                                              pourdomicile spécialisé 23,1%
                                                                                                                 hypermarché
                                                                                                                    l’alimentation    35,6%     13,8%
                                                                                                                                                    27,1%
                         produits                  œufs 1%
                                               légumes                              PART
                                              9% 5%                                                           en magasin   spécialisé
                                                                  POPULATION PARIS
  49%                                  10%                                      ALIMENTAIRE                   hors
                                                                                                              en    domicile
                                                                                                                 supermarché         30,4%
                                                                                                                                      23,1%      11,6%
                                                                                                                                                13,8%
                         produits poissons
                         laitiers              9%viandes                         DU PART
                                                                                    BUDGET                                            35,6%         27,1%
 boissons                laitiers
                                       céréales
                                   poissons 5%
                                   1%                                                                            magasin spécialisé 7,7%
                                                                                                            enenhypermarché           30,4%12,5% 11,6%
                         1% RETRAITÉS
                         produits                œufs 1%                        ALIMENTAIRE                      supermarché
                                                                                                              en hypermarché
                                                                                                                 hard-discount        7,7%
                                                                                                                                      23,1%12,5%13,8%
  boissons
 49%                     1%        1% 10%          œufs 1%                       DU BUDGET                    en
                              18,3%
                         laitiers  poissons
                                       céréalesviandes                                                        en hard-discount
                                                                                           POPULATION PARIS
  49%                                                                                                         en magasin   spécialisé35,6%
                                                                                                                                      7,7% 12,5% 27,1%
                         produits
                         1%        1% 10% 5%     viandes                           PART
                                                                                ALIMENTAIRE                 enensupermarché           23,1%
                                                                                                                                      35,6%     13,8%
                                                                                                                                                    27,1%
                                                                                                                 hard-discount
                         laitiers poissons
                                      céréales 5%                                   PART
                                                                                DU BUDGET                     en magasin   spécialisé
                                                                                                              en supermarché          7,7% 12,5%
                         produits  1%
                         1% RETRAITÉS                                            DU BUDGET
                                       céréales
                                      10%
                                   poissons
                                          ÉTUDIANTS                            ALIMENTAIRE                    en hard-discount       23,1%     13,8%
                              18,3%
                              RETRAITÉS
                         laitiers
                                                                                         POPULATION
                                                                                         POPULATION PARIS
                                                                                ALIMENTAIRE
    CSP+                                                                                                                              7,7% 12,5%13,8%
                         1%   18,3%10%
                                   1%     +CHÔMEURS                                                         en magasin spécialisé 23,1%

                                                                                                         PARIS
                       produits
                              RETRAITÉS                                                                       en magasin
                                                                                                              en hard-discount
                                                                                                                           spécialisé
45,2%                             poissons
                              18,3%
                         produits
                       laitiers           17,5%
                                                                                         POPULATION PARIS
                                                                                                                                     7,7% 12,5%
                       1%          poissons
                                  1%
                              RETRAITÉS
                         laitiers         ÉTUDIANTS                                                         en hard-discount          7,7% 12,5%
    CSP+                 1% 18,3%  1%     ÉTUDIANTS
                                      CSP-+CHÔMEURS
                                                                                         POPULATION      PARIS
                                                                                                              en hard-discount
    CSP+                      RETRAITÉS   +CHÔMEURS
45,2%                         18,3%18,7%  17,5%
                                          ÉTUDIANTS                       CSP+            CSP- Étudiants  Chômeurs                                   Retraités
45,2%
  CSP+                                    17,5%
                                          +CHÔMEURS
                             RETRAITÉS ÉTUDIANTS                                         POPULATION PARIS
45,2%
  CSP+                       18,3%    CSP-17,5%
                              RETRAITÉS
                              18,3%
                                          +CHÔMEURS
                                      CSP-ÉTUDIANTS
                                      18,7%                                32%           POPULATION
                                                                                          23%    49%     PARIS
                                                                                                            19%                                        14%
45,2%
  CSP+          % du budget alimentaire   17,5%
                                      18,7%
                                      CSP-+CHÔMEURS
                      pris hors domicile
                                                                          CSP+
                                                                          CSP+           POPULATION
                                                                                          CSP-
                                                                                          CSP- Étudiants PARIS
                                                                                               Étudiants  Chômeurs
                                                                                                          Chômeurs
                                                                                                                                                     Retraités
                                                                                                                                                     Retraités
45,2%                               17,5%
                                18,7%
                                   ÉTUDIANTS
                                                                          CSP+               CSP-          Étudiants               Chômeurs          Retraités
   CSP+                         CSP-
                                  +CHÔMEURS
                                    ÉTUDIANTS
            %                                                              32%      36%      23%             54%
                                                                                                             49%                     32%
                                                                                                                                     19%                54%
                                                                                                                                                        14%
    CSP+
45,2%       % fréquentant  au moins
              du budget alimentaire
                                18,7%
                                  17,5%
                                    +CHÔMEURS                              32%
                                                                          CSP+               23%
                                                                                             CSP-          Étudiants
                                                                                                             49%                     19%               14%
    une fois%par
              du semaine
                  budget  alimentaire
                                CSP-
                           ledomicile
                   pris hors  marché                                                                                               Chômeurs          Retraités
 45,2%                              17,5%
                                18,7%
                   pris hors domicile                                      32%        23%                    49%                     19%               14%
            % du budget alimentaire                                       CSP+        CSP-                 Étudiants               Chômeurs          Retraités
                                      CSP-
                       pris horsaudomicile                                 57%   36% 32%                      54%                  32%                  54%
                % fréquentant        moins                                 32%        23%
                                                                                 36% CSP-                     49%
                                                                                                              54%                  19%
                                                                                                                                   32%                  14%
                                                                                                                                                       54%
  une une       %semaine
             par%
       fois fois  du semaine
                      budget
                  fréquentant
                 par             au   18,7%
                            unealimentaire
                                       CSP-
                                     moins
                                  supérette
                                 le marché                                CSP+                             Étudiants           Chômeurs             Retraités
       une fois%par  semaine           18,7%
                       pris horsledomicile
                                    marché
                  du budget alimentaire
                % fréquentant    au moins
                                                                            32% 36% CSP-
                                                                           CSP+       23%                   Étudiants
                                                                                                              49%
                                                                                                              54%                  19%
                                                                                                                                Chômeurs
                                                                                                                                   32%                 14%
                                                                                                                                                     Retraités
                                                                                                                                                       54%
       une  fois par   pris horsledomicile
                     semaine        marché                                  45%
                                                                            57%       31%
                                                                                      32%                     21%                  26%                  53%
     % fréquentant    au moinsau
                % fréquentant      une fois
                                     moins                                  57% 36% 23%
                                                                           32%        32%                     54%
                                                                                                             49%                   32%
                                                                                                                                  19%                   54%
                                                                                                                                                       14%
  par semaine
  une  fois par%% fréquentant
                %semaine
                  fréquentant
                 du
                  un budget
                     magasin     au
                                 au  moins
                                     moins
                              alimentaire
                            une  spécialisé
                                  supérette
       une  fois par semaine     le marché                                  32%       23%                     49%                  19%                  14%
  une fois par% %semaine
                  du pris   unealimentaire
                           hors
                      budget
                  fréquentant     supérette
                                  domicile
                                 au  moins                                  57% 36% 32%                       54%                  32%                  54%
  une%une
       fois fois
             par       pris une
                 par semaine
                 semaine    horsle domicile
                                    marché
                                  supérette                                 45%       31%                     21%                    26%                53%
        fréquentant au moins       uneSEUL
                              VIVANT   fois                                 57%
                                                                            45% 36%   32%
                                                                                      31%                     21%
                                                                                                             54%                     26%
                                                                                                                                    32%                 53%
                                                                                                                                                       54%
  par%semaine %%fréquentant
                  fréquentant
        fréquentant
                  un  au moins
                     magasin   auau  moins
                                   une fois
                                    moins
                                 spécialisé
  une  foisfois
  parune     par%
       semaine   semaine
                  un
                par
                %    magasin
                    semaine une
                  fréquentant
                  fréquentant  le supérette
                                 spécialisé
                                 au
                                 aumarché
                                     moins
                                     moins                                  45% 36% 31%
                                                                            57%       32%                     54%
                                                                                                              21%                    32%
                                                                                                                                     26%                54%
                                                                                                                                                        53%
     % fréquentant    au moinsleune    fois
  par une
  une  fois fois
       semaine   par semaine
             par semaine
                  un magasin        marché
                            une spécialisé
                                  supérette
                                                                           45%               31%               21%                   26%                53%
     % fréquentant    au moins                                            57%               32%
                               auune   fois
                              VIVANT  SEUL
              % fréquentant   VIVANTmoins
                                      SEUL
  parfois
 une   semaine
           par %  un  FOYER SANS
                     magasin
                semaine
                                    ENFANT
                                 spécialisé
                          une supérette                                    57%
                                                                           45%               32%
                                                                                             31%               21%                   26%                53%
     % fréquentantfréquentant
                      au moins   au  moins
                                   une fois
  une  fois par semaine
  par semaine     un magasinune   supérette
                              VIVANT  SEUL
                                 spécialisé
                                                                          45%               31%              21%                    26%                53%
   % fréquentant au     moins
                      FOYER  SANSune
                              VIVANT  fois
                                      SEUL
                                    ENFANT                                 45%               31%              21%                    26%                53%
 par %semaine    un FOYER
        fréquentant magasin
                      au moins
                      FOYER    spécialisé
                             SANS  une fois
                                    ENFANT
                          MONOPARENTAL
  par semaine un magasin      VIVANT  SEUL
                                 spécialisé
                        FOYER SANS ENFANT
                             VIVANT SEUL
                       FOYER SANS ENFANT
                              VIVANT SEUL
                     FOYER MONOPARENTAL
                     FOYER MONOPARENTAL
                         FOYER
                       FOYER   BIPARENTAL
                             SANS  ENFANT
                     FOYER MONOPARENTAL
                      FOYER SANS ENFANT
                     FOYER MONOPARENTAL
                       FOYER SANS  ENFANT
                         FOYER BIPARENTAL
                         FOYER
                     FOYER     BIPARENTAL
                           MONOPARENTAL
              UN RÉGIME   FOYERALIMENTAIRE
                                  BIPARENTAL            PRUDENT            INDICE DE RÉGIME PRUDENT              INDICE DE CONSOMMATION DE PRODUITS
              est un   régime
                     FOYER     riche en fruit, légume, poissons
                            MONOPARENTAL                                                                         ISSUS DE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE
              et légumes  FOYER
                      FOYER secs. BIPARENTAL
                                   À l’inverse un régime
                             MONOPARENTAL                                  régime non prudent >                  pas de consommation >
              alimentaire   non  prudent     se caractérise par
              UN RÉGIME   FOYERALIMENTAIRE
                                  BIPARENTAL            PRUDENT            INDICEassez
                                                                           régime DE RÉGIME    PRUDENT
                                                                                       prudent >                 INDICE  DE CONSOMMATION    DE PRODUITS
              une
              UN un faible consommation
                    RÉGIME      ALIMENTAIRE   de ces PRUDENT
                                                        produits           INDICE DE RÉGIME PRUDENT
                                                                                                                 occasionnellement >
              est      régime riche   en fruit, légume,       poissons                                           INDICE DE
                                                                                                                 ISSUS   DE L’AGRICULTURE
                                                                                                                             CONSOMMATION   DE PRODUITS
                                                                                                                                          BIOLOGIQUE
              et  une  consommation
              estlégumes
                    un régime  riche  en  riche
                                           fruit, de  plats
                                                   légume,   tout prêts
                                                              poissons     régime très prudent >
              et
              UNdeRÉGIME    secs.  À  l’inverse
                         FOYER ALIMENTAIRE
                                BIPARENTAL          un régime
                                                        PRUDENT            INDICEnonDEprudent
                                                                                        RÉGIME                   ISSUS DE L’AGRICULTURE
                                                                                                                 fréquemment  >           BIOLOGIQUE
              et      snacks-pizzas-sandwich.                              régime              > PRUDENT         INDICE  DE  CONSOMMATION
                                                                                                                 pas de consommation >      DE PRODUITS
              et  légumes
              alimentaire   secs.  À
                            nonriche
                          FOYER       l’inverse
                                 prudent
                                  BIPARENTAL        un régime
                                             se caractérise     par        régime non prudent >
              est un régime           en fruit,    légume, poissons                                              ISSUS
                                                                                                                 pas    DE L’AGRICULTURE
                                                                                                                     de consommation >    BIOLOGIQUE
              alimentaire
              UNlégumes
              une   RÉGIME  nonALIMENTAIRE
                                 prudent sedecaractérise
                    faible consommation                 PRUDENT
                                                    cesrégime
                                                        produitspar        régime
                                                                           INDICE DE RÉGIME >PRUDENT
                                                                                  assez  prudent                 occasionnellement >
                                                                                                                 INDICE DE CONSOMMATION     DE PRODUITS
              et            secs.  À l’inverse un                                 non prudent
                                                                           régime assez        >>
                                                                                         prudent
              une
              et
              est   faible
                  une
                    un     consommation
                       consommation
                       régime  riche  en      dede
                                          riche
                                           fruit,   ces produits
                                                      plats
                                                   légume,   tout prêts
                                                              poissons                                           pas de consommation
                                                                                                                 occasionnellement
                                                                                                                 ISSUS             > >
                                                                                                                        DE L’AGRICULTURE  BIOLOGIQUE
              alimentaire
              UNde  RÉGIME  nonALIMENTAIRE
                                 prudent se caractérise PRUDENT par        régime très prudent >                 fréquemment  >
              et
              et  une  consommation       riche de
                      snacks-pizzas-sandwich.
                  légumes   secs.  À l’inverse      unplats
                                                       régimetout prêts    INDICE
                                                                           régime
                                                                                    DE prudent
                                                                                  assez
                                                                                  très
                                                                                        RÉGIME
                                                                                         prudent
                                                                                               >>
                                                                                                 PRUDENT         INDICE DE CONSOMMATION DE PRODUITS
              une
              est   faible consommation
                    unsnacks-pizzas-sandwich.
                       régime                 de    ces produits           régime non prudent >                  occasionnellement
                                                                                                                 fréquemment
                                                                                                                 pas          >    > >
                                                                                                                     de consommation
              et
              et
                  de
              alimentaire   nonriche  en fruit,
                                 prudent
                  une consommation
                                                   légume, poissons
                                             se caractérise
                                          riche   de plats      par
                                                             tout prêts
                                                                                                                 ISSUS  DE L’AGRICULTURE  BIOLOGIQUE
              et                                                           régime très prudent >>
              unelégumes
             UN
              et   RÉGIME
                  defaible  secs.  À l’inverse
                              ALIMENTAIRE
                           consommation
                      snacks-pizzas-sandwich. de un    régime
                                                    cesPRUDENT
                                                        produits           régime
                                                                          INDICE  assez
                                                                           régime DE     prudent
                                                                                  non RÉGIME
                                                                                       prudent >PRUDENT          fréquemment
                                                                                                                INDICE
                                                                                                                 pas de DE
                                                                                                                              >
                                                                                                                            CONSOMMATION
                                                                                                                 occasionnellement > >
                                                                                                                        consommation       DE PRODUITS
              alimentaire
              UN
             est  unRÉGIME
              et une  régimenon  prudent
                                ALIMENTAIRE
                             riche
                       consommation          se
                                     en fruit,   caractérise
                                          richelégume,  PRUDENT
                                                  de plats      par
                                                            poissons
                                                             tout prêts    INDICE   DE  RÉGIME   PRUDENT         INDICEDEDEL’AGRICULTURE
                                                                                                                ISSUS        CONSOMMATION   DE PRODUITS
                                                                                                                                         BIOLOGIQUE
                                                                           régime très prudent >
                                                                           régime assez prudent >                fréquemment  >
             etune
              est   faible
                    un
              etlégumes
                  de       consommation
                       régime  riche
                           secs.              deun
                                      en fruit,
                                  À l’inverse
                      snacks-pizzas-sandwich.       ces produits
                                                   légume,
                                                      régime  poissons    régime non prudent >
                                                                                                                 occasionnellement >
                                                                                                                 ISSUS DE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE
              et légumes
                  une consommation        riche   de                                                            pas de consommation >
              et
             alimentaire    secs.
                           non     À l’inverse
                                prudent             unplats
                                                       régime
                                            se caractérise   tout
                                                               parprêts    régime
                                                                           régime très prudent >
                                                                                   non prudent >                  fréquemment  >
              et de   snacks-pizzas-sandwich.                             régime assez prudent >                  pas de consommation >
              alimentaire
             une   faible   non prudent se
                          consommation       de caractérise
                                                  ces produitspar                                               occasionnellement >
             etune
                 unefaible consommation
                      consommation      richede deces   produits
                                                     plats tout prêts      régime assez prudent >                 occasionnellement >
                                                                          régime très prudent >                 fréquemment >
             etetde
                  une  consommation riche de plats tout prêts
                     snacks-pizzas-sandwich.                               régime très prudent >                  fréquemment >
              et de snacks-pizzas-sandwich.

              Source : Etat des lieux de l'alimentation à Paris, Mairie de Paris.

                                                                                                    STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE               13
Cagettes de prunes et de tomates

     L’OFFRE ALIMENTAIRE :                                                        « à proximité », le plus souvent dans leur quartier
     UN TISSU COMMERCIAL DENSE ET                                                 de résidence, principalement dans des supermar-
     DIVERSIFIÉ, UNE INSUFFISANTE                                                 chés et des magasins spécialisés2 : ces deux circuits
     STRUCTURATION DES FILIÈRES                                                   totalisent 60% des dépenses alimentaires de Paris
     LOCALES                                                                      contre 40% en France. L’implantation du plus impor-
                                                                                  tant marché de gros mondial à Rungis (1,7 million
     Paris bénéficie d’un maillage commercial unique                              de tonnes d’arrivages annuels) est un atout pour
     (plus de 3 commerces alimentaires pour 1 000 ha-                             le territoire qui bénéficie d’un approvisionnement
     bitants contre moins de 1 à Londres) d’une grande                            fréquent en produits frais, variés et de qualité,
     variété (301 supermarchés, 484 supérettes, 6 200                             même si elle peut contribuer à l’internationalisation
     commerces indépendants dont plus de 5 000                                    de l’empreinte alimentaire parisienne.
     commerces de bouche traditionnels, 57 magasins
     populaires, 80 marchés, 132 magasins de surgelés,                            L’essor de nouveaux concepts commerciaux est
     227 commerces de produits biologiques). Ce mail-                             palpable (vrac, street food, e-commerce). En
     lage est relativement homogène même si certaines                             revanche, malgré la présence de producteurs
     zones déficitaires notamment dans les 16e, 19e et                            locaux à hauteur de 10% sur les marchés parisiens,
     20 e arrondissements, entre les boulevards des                               le développement par les enseignes de grandes et
     maréchaux et le boulevard périphérique et dans                               moyennes surfaces de marques locales (« Made in
     certains quartiers de mono-activité plus centraux                            pas très loin », « le Meilleur d’ici ») et la présence
     sont identifiées.                                                            d’un Carreau des producteurs d’Île-de-France au
                                                                                  MIN de Rungis, la vente en circuit court de produits
          Plus de 5 000                                                           locaux reste à développer à Paris.

          commerces de bouche                                                     Les initiatives citoyennes sont nombreuses et dy-
          traditionnels à Paris                                                   namiques mais éparses et sans grand impact sur
                                                                                  les flux globaux du système alimentaire. Elles se
     Malgré une présence non négligeable des enseignes                            heurtent, en outre, aux caractéristiques des filières
     en réseau notamment de la grande distribution (en-                           de proximité de l’hinterland3 de Paris : celles-ci
     viron 800), les commerces de bouche traditionnels                            sont insuffisamment structurées, majoritairement
     (boulangeries, poissonneries, fromageries…) restent                          conventionnelles et sont limitées par le manque
     des lieux d’achat privilégiés par les Parisien·ne·s et                       de productions agricoles diversifiées et d’entre-
     ces commerces se maintiennent globalement bien.                              prises de première transformation dans la région
     Les Parisien·ne·s effectuent en majorité des achats                          Île-de-France.

     2 Les magasins spécialisés renvoient à la fois aux commerces de détail traditionnels (boulangerie, boucherie...) ainsi qu’aux magasins spécialisés
     dans un type de produit (bio, surgelé...).
     3 Territoire rural qui se structure autour de la fonction de production alimentaire et qui alimente un ou plusieurs territoires urbains.

14   STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
LA DÉPENDANCE ALIMENTAIRE
DE PARIS

Paris est intrinsèquement dépendant d’autres ter-
ritoires pour nourrir ses 2,2 millions d’habitants,
son million de travailleurs et les 280 000 visiteurs
(de loisirs et d’affaires) qui se rendent quotidienne-
ment dans la capitale. Le système alimentaire pa-
risien ne peut se définir sans considérer son « hin-
terland » (Île-de-France, national, international)
qui, de manière historique, l’approvisionne. Ainsi, il
faut souligner que les profondes mutations qui ont
eu lieu après 1945 (développement des infrastruc-
tures de transport, prise en main de l’approvision-
nement alimentaire par la sphère privée…) et les
logiques commerciales spécifiques aux différents
acteurs de l’offre alimentaire opérant sur le ter-
ritoire parisien ont eu pour effet de distendre les
liens entre la ville dense et son hinterland régional
et d’augmenter la dépendance alimentaire pari-
sienne aux territoires plus lointains. La distance
moyenne entre un aliment consommé à Paris et
son lieu de production est de 650 kilomètres.

Environ 70% des volumes de denrées alimentaires
consommées à Paris viennent de France, en par-
ticulier des régions du Bassin Parisien4 (Hauts de                       Source : État des lieux de l'alimentation à Paris, Mairie de Paris.
France, Normandie…) dont provient une grande par-
tie des denrées à base de céréales et viandes. En
revanche, Paris dépend encore de territoires éloi-
gnés, en particulier pour ses approvisionnements
en fruits et légumes : 26% des fruits et légumes
consommés à Paris sont importés.

     70% des aliments
     consommés à Paris viennent
     de France, en particulier du
     Bassin Parisien
La relocalisation de l’approvisionnement alimen-
taire à l’échelle du Bassin Parisien doit être une
priorité. La complémentarité des régions agri-
coles du point de vue agronomique et des filières
en place permettrait de couvrir entièrement les
besoins pour les céréales et les produits laitiers,
et d’en couvrir une bonne partie pour les légumes
et les produits carnés. Elle suppose toutefois un
travail de mutation du système agricole et de
structuration des filières, en particulier durables,
considérable.

4 Île-de-France et ses régions limitrophes : Bourgogne, Picardie, Basse et Haute-Normandie, Pays-de-la-Loire, Centre et Champagne-Ardenne

                                                                             STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE                  15
1.3
     L’ALIMENTATION À PARIS : QUELS GRANDS ENJEUX ?
     DES ENJEUX ET ACTIONS IDENTIFIÉS AVEC LES ACTEURS DU SYSTÈME
     ALIMENTAIRE TERRITORIAL PARISIEN

     La consultation d’acteurs représentatifs et d’expert ·e·s du système alimentaire a permis d’identifier
     10 enjeux principaux associés au système alimentaire parisien :
     •   L’identité commerciale alimentaire parisienne
     •   L’approvisionnement local de la restauration parisienne hors foyer
     •   Les productions alimentaires de proximité (Île-de-France et régions limitrophes)
     •   La logistique durable du dernier kilomètre
     •   La culture et l’éducation alimentaires
     •   La satisfaction des besoins alimentaires de tou·te·s
     •   Le rayonnement des démarches citoyennes
     •   La lutte contre le gaspillage et les pertes alimentaires par et pour tous les acteurs
     •   La résilience du territoire et son adaptabilité aux crises
     •   La gouvernance du système alimentaire parisien

         Une concertation de
         plus de 600 participant·e·s
         de 177 entités différentes
     La Ville de Paris a élaboré sa stratégie alimentaire
     territoriale en large concertation avec les acteurs
     du territoire parisien agissant au sein du système
     alimentaire, de la production agricole à la valorisa-
     tion des déchets.

     Ainsi, ont été associé·e·s plus de 600 participant·e·s
     de 177 entités différentes (voir annexe) entre mai et
     octobre 2017, soit :
     •	des représentants des agriculteurs et filières
        (Chambres d’agriculture, groupements d’agricul-
        teurs bio, associations de producteurs, Associa-
        tions pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne,
        associations interprofessionnelles de filières,
        Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture
        et le Milieu rural, coopératives agricoles),
     •	des transformateurs (association régionale des
        industries agro-alimentaires, association des
        industriels au service de la restauration, PME
        transformatrices, start-up),
     •	des distributeurs (syndicat des marchés de Paris
        et délégataires, fédérations et représentants des
        artisans-commerçants, enseignes de grandes et
        moyennes surfaces, syndicats et associations de           Atelier de concertation en mairie d’arrondissement
        restaurateurs, unions d’hôteliers-restaurateurs,          © Lise Dano

16   STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE
Atelier de concertation à Créteil, Val-de-Marne - © Lise Dano

   entreprises de restauration collective, distribu-            Ces acteurs du système alimentaire parisien et
   teurs bio, coopératives alimentaires et structures           métropolitain ont travaillé collectivement lors de
   de l’économie sociale et solidaire),                         2 réunions plénières et 19 ateliers interrogeant les
•	des logisticiens (organisations de transporteurs             enjeux identifiés de l’alimentation à Paris.
   routiers, Semmaris, Rungis&Co),
•	des ONG et des consommateurs (porteurs                       Du 3 mai au 12 juillet 2017, la plateforme participative
   de projets, associations environnementales,                  Madame la Maire j’ai une idée a complété le disposi-
   associations de sensibilisation à l’éducation                tif de concertation en ouvrant en ligne une rubrique
   nutritionnelle et à la lutte contre le gaspillage            « Une alimentation plus durable à Paris » afin d’as-
   alimentaire, structures d’aide alimentaire,                  socier les Parisien·ne·s à la rédaction de la Stratégie.
   commerce équitable, structures d’insertion…),                Chaque contributeur a pu s’exprimer par écrit et
•	des représentants des collectivités (services                prendre la parole dans un esprit constructif.
   de la Ville de Paris, départements limitrophes,              40 propositions ont été recueillies sur cette plateforme.
   région, État) et institutionnels (agences de
   l’État, instituts, gestionnaires de restauration             Au total, ce sont 129 actions qui ont été proposées
   collective, hôpitaux, organismes de recherche…).             et décrites par les participant.e.s à la concertation.
                                                                Riches et diverses, elles couvrent l’ensemble du
Issus d’horizons très divers du système alimentaire             spectre du système alimentaire territorial. Après
parisien, les contributeurs sont représentatifs de la           regroupement et synthèse, la présente Stratégie
variété d’acteurs œuvrant au sein de ce système.                comporte 40 actions.
Ils représentent à la fois les structures privées
et publiques.
30% relèvent du secteur associatif dont 3/4 ont
un champ d’action dépassant le seul territoire
parisien.

                                                                   STRATÉGIE DE PARIS POUR UNE ALIMENTATION DURABLE         17
Vous pouvez aussi lire