CAMEROUN INVESTIR AU - Investir au Cameroun

 
CAMEROUN INVESTIR AU - Investir au Cameroun
INVESTIR AU
                                            GRANDS CHANTIERS
                                                 AGRICULTURE

                         CAMEROUN
                                                     ENERGIE
                                                       MINES
 Novembre 2015 - N° 43

                                                   INDUSTRIE
                                                    SERVICES
                                                     FINANCE

                                COP 21
                                Les engagements
                                du Cameroun
                                pour préserver
                                la planète

  Un câble à fibre              L’industriel Nana Djomou
    optique de                   investira 17,5 milliards
 5900 km reliera le              FCFA pour produire des
Cameroun au Brésil                     jus de fruits
CAMEROUN INVESTIR AU - Investir au Cameroun
INVESTIR
AU
                                   Retrouvez
                                   chaque jour
                                   l’actualité

CAMEROUN
                                   économique
                                   du Cameroun

.COM
 L’APPLICATION SUR IPHONE, IPAD ET ANDROID
CAMEROUN INVESTIR AU - Investir au Cameroun
Yasmine Bahri-Domon,
directrice de la publication

              Enjeux climatiques sur l’avenir
              de l’humanité
              Le réchauffement climatique est devenu un          climatique. Bien que ne contribuant qu’à 2%
              véritable enjeu pour la sauvegarde de l’hu-        des émissions de gaz à effet de serre, le conti-
              manité, c’est ainsi que Paris accueille du 30      nent paie énormément l’impact du change-
              novembre au 11 décembre la Convention              ment climatique. Ainsi, selon les chiffres de
              cadre des Nations Unies sur les changements        l’OCDE, 76% des financements sont dédiés
              climatiques (COP 21). Le réchauffement cli-        à la réduction des émissions de gaz à effet
              matique sonne comme une menace contre              de serre, et seulement 17% pour financer
              l’humanité toute entière, mais aussi contre les    l’adaptation des pays aux changements cli-
              économies africaines. Les décisions des négo-      matiques. Le Cameroun n’a tout de même
              ciations de la Conférence de Paris devraient       pas attendu pour mettre en application des
              aboutir avec une réelle volonté politique à la     mesures et actions concrètes en faveur de la
              mise sur pied d’un accord juridique, finan-        protection du climat. A la lecture de son plan
              cier et technologique sur le climat.               d’action pour l’accord de Paris 2015, le Ca-
              Il va sans dire que la Chine et les Etats-Unis     meroun déroule un ambitieux programme
              représentent à eux seuls environ 40% des           clairement spécifié qui consiste à intégrer les
              émissions de gaz à effet de serre responsables     changements climatiques dans la planifica-
              du dérèglement climatique. Dans cette partie       tion nationale et les politiques sectorielles, et
              des négociations, et tenant compte des en-         entre autres à renforcer la gestion des forêts,
              jeux, il est à se poser la question de savoir si   la conservation de la biodiversité, le verdisse-
              la voix des pays du Sud sera prise en compte       ment (intensification, sédentarisation) de la
              lors des débats. La position du Cameroun           politique agricole, l’augmentation de l’offre
              dans ce concert des nations pour la sauve-         énergétique et l’amélioration de l’efficacité
              garde de l’humanité est sans équivoque. Le         énergétique, avec 25% d’énergie renouve-
              Cameroun est un faible émetteur de gaz à           lable dans le bouquet électrique à l’horizon
              effet de serre et entend réduire de 32%, à         2035. Le tout s’appuyant sur les pays déve-
              l’horizon 2035, l’empreinte carbone de son         loppés de par le financement, les actions de
              développement par rapport à 2010. A cela           renforcement des capacités et le transfert de
              se pose la nécessité des financements et des       technologies. Cet ensemble de mesures fortes
              appuis technologiques à la mise en place de        a pour effet de contenir l’augmentation de
              cet engagement.                                    la température tout en soutenant l’accéléra-
              L’Afrique moins polluante se trouve désa-          tion de la croissance. Le Cameroun s’inscrit
              vantagée dans la répartition des 100 milliards     ainsi dans le cadre logique des conférences de
              de dollars de financement d’aide annuels des       Kyoto, Bali, Copenhague, Cancùn, Durban,
              pays riches aux pays pauvres promis pour           Doha, Varsovie et Lima pour un aboutisse-
              2020 afin de lutter contre le changement           ment consensuel de la COP 21 à Paris.

Novembre 2015 / N° 43                                                                                                -3-
CAMEROUN INVESTIR AU - Investir au Cameroun
AU SOMMAIRE
 DOSSIER                                                     AMBASSADEUR DU MOIS

08 • C OP 21 : le Cameroun joue sa partition pour                erzak Bedjaoui : « Notre ambition : retenir le
                                                            12 • M
      la mise au vert de la planète                               Cameroun comme pays pivot en zone Cemac »
09 • O
      bjectif : réduire les émissions des gaz à effet
      de serre de 32% à l’horizon 2035
09 • P romesse d’une symbiose parfaite entre
      développement agricole et protection                             INVESTIR AU CAMEROUN
      de l’environnement
                                                                                         Editeur
10 • L a bouffée d’oxygène des énergies renouvelables                               Stratline Limited

10 • S iffler la fin des pertes et du gaspillage de                         Directrice de la publication
                                                                                Yasmine BAHRI-DOMON
      l’électricité pour asseoir l’efficacité énergétique
                                                                                     Rédaction
11 • L a parade des transports collectifs et des               Beaugas-Orain DJOYUM, Ayissi LE BEAU, Mamadou CISSÉ,
                                                                           Muriel EDJO, Brice R. MBODIAM.
      véhicules bas-carbone
                                                                                       Opérateur
11 • L ’épineuse question des financements                                          Médiamania Sàrl
                                                                                   www.mediamania.pro
                                                              Maquette : Jérémie FLAUX, Réalisation web : Christian ZANARDI,
 LEADER DU MOIS                                                                 Corrections : Xavier MICHEL

                                                                                    Régie publicitaire
                                                                             regiepub@investiraucameroun.com
                                                                                       Au Cameroun
                                                                           Albert MASSIMB, almassimb@yahoo.fr
                                                                      Tel : 00 237 94 66 94 59 ou 00 237 77 75 13 98

                                                                                     Impression
                                                                               Rotimpres, Aiguaviva, Espagne

                                                                                Distribution Cameroun
                                                                           Albert MASSIMB, almassimb@yahoo.fr
                                                                      Tel : 00 237 94 66 94 59 ou 00 237 77 75 13 98
34 • Issofa Ncharé : gendarme en chef du secteur des                          Gratuit – Ne peut être vendu
      assurances en Afrique centrale et de l’Ouest             info@investiraucameroun.com - www.investiraucameroun.com

-4-                                                                                                      N° 43 / Novembre 2015
CAMEROUN INVESTIR AU - Investir au Cameroun
GESTION PUBLIQUE P 1617 AGRO                P 1820

 FINANCE                P 2122 TELECOMS      P 2325

 ENERGIE                P 2628   TRANSPORT   P 29

 INDUSTRIE              P 3031 MINES         P 3233

Novembre 2015 / N° 43                            -5-
CAMEROUN INVESTIR AU - Investir au Cameroun
CASTING
           MARIO DE ZAMAROCZY

                               Selon Mario De Zamaroczy, le chef
                               de la mission d’évaluation que le
                               Fonds monétaire international (FMI)
                               vient d’achever au Cameroun, le taux
                               de croissance du PIB du pays devrait
                               culminer à 6% en 2015, contre des pré-
                               visions précédentes de 5%. En clair, en
          dépit de la menace Boko Haram, qui a induit une riposte
          onéreuse des pouvoirs publics camerounais, et de la baisse
          des cours mondiaux du pétrole brut, la croissance écono-
          mique au Cameroun se situera cette année pratiquement au
          même niveau que celui de l’année dernière : 5,9% toujours
          selon le FMI.
          L’institution de Bretton Wood se montre également
          optimiste sur la maîtrise du taux d’inflation cette année,
          puisque cet indicateur est projeté en dessous de la norme de
          3% admise dans la zone Cemac, communauté de six Etats à
          laquelle appartient le Cameroun.

           LAURENT SERGE
           ETOUNDI NGOA
                               Au Cameroun, les PME occupent offi-
                               ciellement 95% du tissu économique,
                               affirme Laurent Serge Etoundi Ngoa,
                               le ministre des PME, de l’Economie
                               sociale et de l’Artisanat. Cependant,
                               malgré cette prégnance des PME
                               sur l’activité économique, souligne ce
          membre du gouvernement, ces entreprises, pourtant una-
          nimement présentées par les experts comme étant le prin-
          cipal moteur de la croissance, ne participent qu’à 36% à
          la formation du PIB du Cameroun. « Imaginez-vous que
          les PME contribuent pour 50% : nous serions déjà un pays
          émergent. Donc les PME doivent faire un effort pour que les
          14% qui restent puissent être comblés. Le gouvernement attend
          que les PME s’améliorent avec tout ce qu’il leur donne comme
          structures d’encadrement, afin que nous soyons émergents bien
          avant 2035 », déclare le ministre Etoundi Ngoa.

-6-                                             N° 43 / Novembre 2015
CAMEROUN INVESTIR AU - Investir au Cameroun
FRÉDÉRIC DIDIER                                                         ALAMINE OUSMANE
 MVONDO                                                                  MEY
                        Le fonds norvégien Norfund, qui vient                               A fin juin 2015, le Cameroun a en-
                        de reprendre avec CDC Group les actifs                              grangé 221,6 milliards FCFA de
                        de Globeleq Africa dans les centrales                               recettes pétrolières, contre 279,7 mil-
                        de Dibamba et de Kribi, au Cameroun,                                liards FCFA à fin juin 2014, annonce
                        investira environ 5 milliards de dollars                            le ministre des Finances, Alamine
                        (environ 250 milliards FCFA) dans                                   Ousmane Mey, dans son bilan d’exé-
                        le secteur de l’électricité en Afrique                              cution du budget 2015 à mi-parcours.
au cours des dix prochaines années, révèle Fréderic Didier              Comme prévu du fait de la crise pétrolière, ces recettes sont
Mvondo, DG de Globeleq Cameroun, l’entité qui contrôlait                en baisse de plus de 58 milliards FCFA, de même qu’elles
KPDC et DPDC, les deux sociétés qui géraient les centrales              sont de plus de 123 milliards FCFA inférieures aux prévi-
susmentionnées. « Nous pensons qu’il y a une compétition qui            sions de cette année (344,8 milliards FCFA sur la période
est ouverte entre le Cameroun et le reste des entités du groupe, et     considérée).
je suis convaincu que nous la gagnerons en capturant, pourquoi          Cependant, au regard de cette statistique, l’on semble s’ache-
pas, la moitié de ces 5 milliards de dollars pour des projets locaux.   miner vers une réduction considérable du niveau de baisse
Je pense qu’on pourra tirer notre épingle du jeu, c’est un bon espoir   globale des recettes pétrolières dans le pays. En effet, les
pour le Cameroun », a confié M. Mvondo.                                 prévisions gouvernementales les situent à environ 300 mil-
                                                                        liards FCFA en 2015. Rendues à 58 milliards FCFA seu-
                                                                        lement à mi-parcours, il est de plus en plus probable que
                                                                        la baisse globale envisagée par les autorités publiques soit
                                                                        bien plus maigre.

 EMMANUEL NGANOU                                                         KADIMA KALONDJI
 DJOUMESSI
                       Alors ministre camerounais de l’Eco-                                 Le Fonds monétaire international
                       nomie, Emmanuel Nganou Djoumessi                                     (FMI) vient de procéder à la nomi-
                       (il a été muté aux Travaux publics le 2                              nation d’un nouveau représentant-ré-
                       octobre 2015), ainsi que Guillaume                                   sident au Cameroun en la personne
                       Habarugira Nganije, le directeur pour                                de Kadima Kalondji, qui remplace à
                       l’Afrique subsaharienne de la Raffei-                                ce poste Boriana Yontcheva, arrivée en
                       sien Bank International, une institution                             fin de séjour. Le tout nouveau promu a
bancaire autrichienne, ont signé le 28 septembre 2015 une               inauguré son magister par la dernière mission d’évaluation
convention de prêt d’un montant de 3 milliards FCFA. Ce                 du FMI dans le pays, à laquelle il a participé aux côtés de
prêt remboursable sur une période de 25 ans permettra de                Mario De Zamaroczy, le chef de la délégation des évalua-
réhabiliter les ateliers et les salles de classe du Centre de for-      teurs.
mation professionnelle de Nkongsamba, situé dans la région              Avant sa nomination au Cameroun, Kadima Kalondji
du Littoral du Cameroun. Une fois réhabilité, ce centre de              était, depuis mai 2013, Senior Economist au siège du FMI
formation professionnelle permettra de former des jeunes                à Washington DC. Le nouveau représentant-résident est
Camerounais dans des domaines techniques tels que la sou-               arrivé au sein de cette institution financière internationale
dure industrielle, la construction mécanique, la mécanique              en 1998 comme spécialiste des questions liées à la dette.
automobile, le machinisme agricole ou encore la transfor-               Kadima Kalondji est diplômé de l’Université George
mation du bois.                                                         Washington, aux Etats-Unis, où il a notamment étudié
                                                                        l’économie, le commerce international et la finance sur la
                                                                        période 2002-2004.

Novembre 2015 / N° 43                                                                                                             -7-
CAMEROUN INVESTIR AU - Investir au Cameroun
DOSSIER

COP 21 : le Cameroun
joue sa partition pour
la mise au vert de
la planète
C’est à un véritable jeu d’équili-            gements climatiques, conséquences      nécessité de sauver la planète d’un
briste que devra s’adonner le Ca-             fâcheuses des émissions de plus en     chaos environnemental.
meroun dans le cadre de sa contri-            plus importantes des gaz à effet       Pour ce faire, le gouvernement ca-
bution à l’atténuation des effets des         de serre (GES) dans le monde en        merounais envisage de mettre en
changements climatiques auxquels              général, mais davantage dans les       place une batterie de mesures à la
le monde est exposé. En effet, cet            pays dits industrialisés. Aussi, le    fois courageuses et innovantes dans
appel à contribution en direction             Cameroun s’est-il engagé à jouer       plusieurs secteurs d’activité. Mais il
de tous les Etats de la planète inter-        sa partition lors du concert des na-   s’agira davantage d’actionner des le-
vient dans un contexte marqué par             tions autour de ce phénomène, qui      viers bien précis dans des domaines
l’ambition légitime du Cameroun               s’ouvrira en ce mois de novembre à     stratégiques tels que l’agriculture,
de devenir un pays émergent à l’ho-           Paris, en France.                      l’exploitation forestière, la gestion
rizon 2035.
Pour ce faire, le pays s’est doté, de-
puis 2009, d’un Document de stra-        Le Cameroun proclamera lors de la COP 21 des
tégie pour la croissance et l’em-
ploi (DSCE), une feuille de route        engagements ambitieux qui allient parfaitement
détaillée de projets et d’objectifs
sectoriels à atteindre par tranche       l’ambition d’émergence du pays à l’horizon 2035
de cinq ans, afin de tourner défini-
tivement le dos au sous-développe-       et l’impérieuse nécessité de sauver la planète
ment. Evidemment, dans pareille
entreprise, l’industrialisation, mal-    d’un chaos environnemental.
gré sa panoplie de conséquences et
d’effets néfastes sur l’environne-            En effet, dans le cadre de sa com-     des déchets, la production de l’élec-
ment, occupe une place de choix.              munication lors de la 21ème Confé-     tricité, le bâtiment, les transports et
En témoignent les prévisions gou-             rence des parties de la Convention-    le développement industriel.
vernementales sur ce secteur, dont            cadre des Nations Unies sur les        Tour d’horizon des engagements
la contribution à la formation du             changements climatiques, prévue        d’un petit pollueur situé dans l’un
PIB devrait passer de 19% à 38%               du 30 novembre au 11 décembre          des deux massifs forestiers qui pro-
d’ici à 2035.                                 2015 dans la capitale française, le    tègent encore la planète, mais qui
Cependant, malgré ses ambitions               Cameroun proclamera des engage-        est très soucieux de préserver la
de développement irréversibles, le            ments ambitieux. Lesquels engage-      terre des émissions de gaz à effet de
Cameroun n’entend pas rester en               ments vis-à-vis de la communauté       serre auxquelles il ne contribue que
marge de la communauté inter-                 internationale allient parfaitement    très marginalement.
nationale dans sa croisade pour               l’ambition d’émergence du pays
l’atténuation des effets des chan-            à l’horizon 2035 et l’impérieuse                             Brice R. Mbodiam

-8-                                                                                                N° 43 / Novembre 2015
CAMEROUN INVESTIR AU - Investir au Cameroun
DOSSIER

Objectif : réduire les émissions des gaz à effet
de serre de 32% à l’horizon 2035
C’est un secret de polichinelle.         équivalents (MtCO2equ) en 2035,           perts locaux, est « du même ordre
Dans la galaxie des pollueurs de la      soit une hausse de 166% par rap-          ou supérieure » à celle des « pays
planète, le Cameroun fait office de      port à 2010. Dans le scénario de la       de niveau comparable (en Afrique,
nain. Mais, afin de participer à la      contribution prévue déterminée au         ndlr) ou de la sous-région Afrique
croisade mondiale contre les effets      plan national, l’augmentation des         centrale ». Mais l’on remarquera
des changements climatiques, les         émissions de GES est contenue à 71        surtout que les engagements du
autorités publiques camerounaises        MtCO2equ en 2035, soit une hausse         Cameroun sont largement supé-
dérouleront, lors de la COP 21 à         de 82% par rapport à 2010 (39 Mt-         rieurs à ceux pris par l’ensemble
Paris, en France, la stratégie du pays   CO2equ). En d’autres termes, l’aug-       des pays de l’Union européenne
visant à réduire « à hauteur de 32%      mentation des émissions par rapport       (réduction des émissions de CO2
ses émissions de gaz à effet de serre    à l’année de base est réduite de moitié   de 40% d’ici à 2030). De même
(GES) » à l’horizon 2035, date à la-     (32 contre 65 MtCO2equ) », révèle le      que ceux annoncés par les Etats-
quelle le Cameroun aspire à devenir      document.                                 Unis (réduction des émissions de
un pays émergent. En effet, dans la      Cet engagement du Cameroun est            26 à 28% d’ici à 2025), 2ème pol-
mouture de la communication qui          d’ailleurs qualifié d’« effort signifi-   lueur mondial derrière la Chine.
sera présentée au cours de la confé-     catif pour un pays dont les émissions     Pour l’heure, le leader mondial de
rence de Paris sur les changements       sont insignifiantes à l’échelon inter-    la pollution s’est simplement pro-
climatiques, les experts camerou-        national et dont le PIB par habitant      noncé sur un seuil d’émission à
nais font remarquer que « dans le        se situe au 148ème rang mondial ».        l’horizon 2030 au plus tard, date
scénario de référence, les émissions     De même, l’ambition que le Came-          butoir à laquelle la réduction de
de GES atteindront 104 millions          roun nourrit pour la préservation         ses émissions pourra alors débuter.
de tonnes de dioxyde de carbone ou       de la planète, soulignent les ex-

Promesse d’une symbiose parfaite entre
développement agricole et protection
de l’environnement
                                                                                   valorisation des forêts et de la bio-
                                                                                   diversité, notamment grâce au suivi
                                                                                   spatial des terres ; le reboisement des
                                                                                   savanes anthropiques et la réhabili-
                                                                                   tation des terres dégradées ; le renfor-
                                                                                   cement des puits de carbone dans les
                                                                                   forêts dégradées ».
                                                                                   Dans le même temps, le Cameroun
                                                                                   se propose de « découpler la produc-
                                                                                   tion agricole de la déforestation ».
                                                                                   Pour ce faire, une place prépon-
Au Cameroun, le secteur agro-syl-        changements climatiques, le pays          dérante sera désormais accordée
vo-pastoral emploie près de 90% de       annonce l’intégration d’un volet          à l’utilisation des semences et des
la population active et est considéré    « Limitation de l’effet carbone »         plants à très haut rendement, de
comme le levier principal à action-      dans son programme agricole de            manière à augmenter la production
ner pour l’émergence économique          2ème génération. Concrètement,            agricole sans nécessairement avoir
du pays, dont l’un des corollaires       cette stratégie se déclinera, ap-         besoin de détruire des forêts pour
est la réduction de la pauvreté. Ce-     prend-on, sous la forme d’un « ren-       avoir plus d’espaces cultivables.
pendant, eu égard à la menace des        forcement de la gestion durable et la

Novembre 2015 / N° 43                                                                                                  -9-
CAMEROUN INVESTIR AU - Investir au Cameroun
DOSSIER

La bouffée d’oxygène des énergies
renouvelables
A côté de l’agriculture, la pro-
duction énergétique, notamment
celle de l’électricité, fait partie des
piliers de la stratégie camerounaise
de réduction des émissions des
GES d’ici à 2035. Selon les prévi-
sions formulées dans le cadre de
sa communication à la COP 21, le
Cameroun compte réduire de 26%
ses émissions de GES issues du sec-
teur énergétique, en privilégiant
notamment la rationalisation des
consommations de l’électricité et la
valorisation des énergies renouve-
lables. Pour ce faire, les initiatives à
mettre en place viseront à augmen-
ter les parts de la biomasse (7%), de
la micro-hydro (11%), du solaire
(6%) et de l’éolien (1%) dans le           l’Union européenne a déjà permis          au programme de développement
mix énergétique du pays. De nos            d’identifier sur le territoire natio-     des énergies renouvelables la com-
jours, ces différentes composantes         nal 262 sites pouvant accueillir des      posante récupération et traitement
représentent cumulativement 1%             projets de micro-hydro, ainsi que 25      des déchets agricoles, forestiers et
du mix énergétique camerounais,            sites de biomasse-énergie. Le tout        pastoraux. La piste du biogaz s’offre
contre 25% pour le thermique et            pour une capacité de production           également au pays grâce au traite-
74% pour la grande hydroélectri-           cumulée de 284 MW, soit plus de           ment des ordures ménagères. En
cité. En 2035, la part de ces énergies     20% de la capacité globale actuelle       effet, à l’horizon 2035, suggèrent les
atteindra 25% du mix énergétique,          du pays (un peu plus de 1200 MW).         experts, toutes les grandes villes ca-
soit une progression de 24%.               A en croire les autorités camerou-        merounaises pourraient être dotées
De ce point de vue, les experts came-      naises, le potentiel de la biomasse       de « décharges aménagées avec au
rounais rappellent qu’une récente          pourrait même être décuplé si, en         moins 70% de captage de méthane ».
étude conduite en partenariat avec         plus des sites identifiés, l’on intègre

Siffler la fin des pertes et du gaspillage de
l’électricité pour asseoir l’efficacité énergétique
Les études du régulateur du sec-           zon 2035 consiste non seulement à         dans les entreprises industrielles
teur de l’électricité sont sans équi-      limiter ces pertes (un gestionnaire       et les PME, le développement des
voques. Au Cameroun, environ               public du réseau de transport de          incitations économiques visant à
6,5% de l’électricité produite dans        l’électricité vient d’ailleurs de voir    promouvoir l’efficacité énergétique,
le pays se perdent dans le processus       le jour), mais aussi à éviter le gas-     la promotion de l’intégration et
de transport. Jusqu’à 29% s’évapore        pillage en matière de consomma-           la participation du Cameroun au
dans les circuits de distribution. En      tion de l’électricité dans le pays.       marché sous-régional de l’éner-
gros, environ 400 MW d’énergie             De ce point de vue, l’ambition pro-       gie. Il est même envisagé une révi-
électrique sont perdus au Came-            clamée est de pouvoir économiser          sion du Code du bâtiment à l’effet
roun chaque année.                         l’équivalent de 450 MW de capacité        d’améliorer la performance énergé-
La stratégie gouvernementale dans          installée d’ici à 2035. L’atteinte de     tique par des normes thermiques et
le cadre de ses engagements à limi-        cet objectif passe par exemple par        un processus de certification.
ter les émissions de GES à l’hori-         l’institution d’audits énergétiques

-10-                                                                                              N° 43 / Novembre 2015
DOSSIER

La parade des transports collectifs et
des véhicules bas-carbone
Dans le secteur des transports,            le lancement des systèmes de trans-     Rapid Transit) dans les deux princi-
le Cameroun entend également               port de masse dans le pays. Il s’agit   pales villes du Cameroun que sont
mettre en œuvre des initiatives vi-        principalement de la société belge      Douala et Yaoundé. Pareilles initia-
sant à réduire considérablement les        Préfarail, dont on se souvient que      tives aideraient, selon les experts,
émissions des GES. Ici, la panacée         le DG, Joseph Rode, a signé avec le     à réduire le nombre de véhicules
pourrait se trouver dans le dévelop-       gouvernement camerounais le 25          dans les rues, ainsi que la pollution
pement « des offres de transport bas-      avril 2014 un mémorandum d’en-          automobile du même coup. Mais,
carbones », au moyen, par exemple,         tente pour la construction, sous le     plus subtilement, afin d’atténuer les
de l’accompagnement des « collecti-        modèle BOT, de la toute première        effets carbone dans le secteur des
vités locales décentralisées dans l’éla-   ligne de tramway du pays dans la        transports, le gouvernement came-
boration de plans de développement         ville de Yaoundé, la capitale.          rounais n’exclut pas l’hypothèse
de transport collectif intra et interur-   Il en est de même pour le consor-       d’adopter des mesures incitatives
bain (tramway à Yaoundé et Doua-           tium brésilien constitué des entre-     visant à encourager les importa-
la) ». Cet autre engagement qui sera       prises Marcopolo, Queiroz-Galvao        tions sur son territoire de véhicules
pris lors de la COP 21 pourrait per-       et Logit, qui a annoncé le 28 août      à faibles émissions de gaz nocifs à
mettre d’accélérer les discussions en      2014 son intérêt pour le lancement      l’environnement.
cours entre autorités camerounaises        d’un système de transport urbain
et opérateurs belge et brésilien pour      de masse par bus baptisé BRT (Bus

L’épineuse question des financements
                                                                                   32% à l’horizon 2035. En effet, dans
                                                                                   le projet de communication du Ca-
                                                                                   meroun lors de la rencontre de Pa-
                                                                                   ris, il est clairement précisé que cet
                                                                                   engagement est « conditionné par
                                                                                   le soutien de la communauté inter-
                                                                                   nationale ». Lequel soutien devrait
                                                                                   se décliner « sous forme de finance-
                                                                                   ment, d’actions de renforcement des
                                                                                   capacités et de transfert des techno-
                                                                                   logies ». A titre d’exemple, le Plan
                                                                                   national d’investissement agricole
                                                                                   (PNIA), qui devra servir de cadre
                                                                                   à l’implémentation (sur la période
                                                                                   2014-2020) des actions à conduire
                                                                                   pour réduire les émissions des GES
                                                                                   dans le secteur agricole, nécessite
                                                                                   des investissements de 3350 mil-
                                                                                   liards FCFA, dont plus de 1500 mil-
                                                                                   liards (42% de l’enveloppe) à mobi-
                                                                                   liser auprès de bailleurs de fonds.
                                                                                   La stratégie 2020 du secteur forêt-
                                                                                   faune, quant à elle, coûtera plus de
                                                                                   213,4 milliards FCFA. Sans compter
Malgré les bonnes intentions qui se-       mobiliser les fonds nécessaires au      le Plan de développement du sec-
ront énoncées par la délégation ca-        financement des actions prévues         teur de l’électricité (PDSE 2030),
merounaises au cours de la COP 21,         dans les différents secteurs d’acti-    dont les financements à mobiliser
une inquiétude subsiste. Il s’agit         vité, afin de tenir l’engagement de     sont encore plus importants.
de la capacité du gouvernement à           réduire les émissions des GES de

Novembre 2015 / N° 43                                                                                              -11-
L’AMBASSADEUR DU MOIS

Merzak Bedjaoui :
« Notre ambition : retenir
le Cameroun comme pays
pivot en zone Cemac »
Pour l’ambassadeur de l’Algérie               été impressionné par cela. En Algé-       pagne est aujourd’hui ! Quand il n’y
au Cameroun, nombreuses sont                  rie, nous avons une seule langue, le      a pas de paix, il n’y a pas de sécurité,
les entreprises algériennes qui               berbère. J’ai donc vu qu’il y avait un    il ne peut y avoir de développement
souhaitent investir dans la trans-            cadre juridique un peu obsolète, il       économique. Le développement, la
formation du textile, du cacao ou             ne faut pas s’en cacher. Nous avons       paix et la sécurité sont intimement
encore du poivre blanc sur place              un accord commercial qui date des         liés. C’est pour cela que depuis l’an
au Cameroun avant de les expor-               années 1982. On avait une commis-         2000 l’Algérie s’est engagée dans
ter.                                          sion mixte qui ne s’est pas réunie        un vaste programme de développe-
                                              depuis 1984, si mes souvenirs sont        ment de son économie. Les résul-
Investir au Cameroun : Monsieur               bons. Il faut donc un peu dépous-         tats sont là. Nous avons réorganisé
l’Ambassadeur, en quelques mots,              siérer tout cela, avoir un autre cadre    la maison Algérie et acquis de l’ex-
comment dressez-vous l’état de
la coopération économique entre
l’Algérie et le Cameroun ?
Merzak Bedjaoui : Vous savez, au
                                        « Il faut travailler avec ses voisins. Quand votre
sujet de la coopération économique
entre l’Algérie et le Cameroun, nous
                                        voisin est fort, vous êtes fort. Le commerce doit se
avons un constat qui n’est pas à la     faire avec ses voisins. »
hauteur des relations que l’Algérie
et le Cameroun doivent avoir. Au
niveau des relations politiques, nous         juridique pour pouvoir repartir sur       périence dans un certain nombre
avons des relations très étroites.            de nouvelles bases. Car le monde          de domaines qui intéressent le
Nos deux chefs d’Etat (Paul Biya et           a évolué, l’Algérie et le Cameroun        Cameroun. Et depuis mon arrivée
Abdelaziz Bouteflika, ndlr) parlent           aussi.                                    au Cameroun, je me suis rendu
beaucoup. Nous souhaitons bien                                                          compte que nous avons exactement
entendu que ces relations soient à            IC : Quelle était la cause de cette lé-   la même feuille de route sur le plan
la hauteur des ambitions des deux             thargie dans l’organisation de cette      économique.
pays ainsi qu’à la hauteur des rela-          commission mixte entre le Came-
tions qui existent entre eux. C’est           roun et l’Algérie ?                       IC : A quand donc la relance de la
pour cela que depuis mon arrivée              MB : Dans les années 1990, l’Algérie      grande commission mixte entre
au Cameroun, je me suis focalisé              est passée par des moments diffi-         l’Algérie et le Cameroun ?
sur la relance de ces relations dans          ciles. Tout cela est derrière nous, car   MB : Avant d’arriver au Cameroun,
tous les domaines. Y compris dans             nous sommes arrivés à combattre et        j’étais ambassadeur dans les pays
le domaine culturel. Il y a tout un           à battre le terrorisme. La lutte contre   scandinaves (Suède, Norvège, Fin-
programme qui m’a été remis. Dans             le terrorisme nous a fait perdre au       lande, Islande). Par la suite, j’ai été
un proche avenir, nous allons signer          moins une quinzaine d’années.             directeur pour l’Europe occiden-
un accord culturel. Vous avez au              Dans les années 1970, nous étions         tale et j’ai beaucoup eu à travailler
Cameroun une richesse culturelle              au même stade de développement            sur la mise en place de ce genre de
extraordinaire avec 250 langues. J’ai         que l’Espagne. Regardez où l’Es-          commissions mixtes. Aujourd’hui,

-12-                                                                                                  N° 43 / Novembre 2015
L’AMBASSADEUR DU MOIS

quand on parle de commission
mixte, les gens sont un peu effa-
rouchés. Parce que c’était un méca-
nisme de coopération qui était très
lourd et très bureaucratique. Mais,
comme je l’ai dit, aujourd’hui, le
monde a évolué, le monde a chan-
gé et le temps, c’est de l’argent.
L’Algérie a mis en place un certain
nombre de commissions mixtes
avec des pays développés comme
l’Allemagne, la France, le Portugal,
l’Italie, la Grande Bretagne, etc.
C’est ce genre de modèle que j’ai re-
tenu pour le Cameroun. Quand est-
ce que cela sera mis en place ? J’avais
envisagé en venant au Cameroun
de mettre cela en place au début de
l’année 2016. Entre mars et avril. La
période n’a pas encore été fixée. J’ai
rencontré de nombreux ministres
avec qui j’en ai parlé, y compris le
Premier ministre (Philemon Yang,
ndlr). J’ai eu l’aval du Premier mi-      « Depuis        nombre de filières ont été exami-       doit se dire qu’on peut faire beau-
nistre et nous sommes en train de         mon             nées avec la partie algérienne. Tout    coup mieux. Nous sommes en train
                                          arrivée au
travailler. Ce sera un mécanisme          Cameroun,       ce qui est transformation du cacao,     d’y travailler. Les prémisses sont as-
très souple. Les ministres en charge      je me suis      du textile, du poivre blanc, du cuir    sez positives. J’en veux pour preuve
de l’Economie que j’ai rencontrés         focalisé sur    intéresse l’Algérie, et beaucoup de     les différents courriers que je reçois
                                          la relance
ont listé les besoins de la partie        des relations   choses peuvent être faites. En Algé-    quotidiennement des Camerounais
camerounaise. Il y aura les journées      entre le        rie, nous avons perdu toute notre in-   et des Algériens qui cherchent à
                                          Cameroun
de partenariat économique qui             et l’Algérie
                                                          dustrie textile car concurrencée par    développer des relations commer-
vont accompagner cette commis-            dans            les produits asiatiques, et chinois     ciales.
sion mixte. Nous sommes en train          tous les        notamment. Mais aujourd’hui, l’in-
                                          domaines. »
de travailler à l’établissement de la                     dustrie textile en Algérie renaît. Un   IC : Quels sont les produits came-
liste des opérateurs économiques                          investissement colossal de 7 mil-       rounais qui intéressent ces entre-
camerounais. Cette liste sera trans-                      liards de dollars est en train d’être   prises algériennes qui vous écrivent
mise à la partie algérienne. J’ai pris                    fait dans le domaine du textile. Il     tous les jours ?
attache avec le patronat algérien, et                     faudrait apporter une plus-value, et    MB : Les entreprises algériennes qui
bien entendu avec les Ministères                          il ne s’agira pas d’exporter le pro-    m’écrivent s’intéressent par exemple
de l’industrie, de l’agriculture et                       duit à l’état brut. La transformation   au textile. Je sais que vous exportez
du commerce. J’espère que d’ici le                        pourra se faire au Cameroun. C’est      cela principalement au Nigeria. Il y
mois d’avril 2016 nous aurons fina-                       cette formule qui a été retenue, car    a le poivre blanc. Au lieu d’aller le
lisé tout cela et organisé les journées                   la coopération Sud-Sud, il faut lui     chercher en Asie, il y a la porte d’à
de partenariat économique et une                          donner un contenu.                      côté, ici au Cameroun. Vous avez
bonne commission mixte.                                                                           également la banane et le cacao
                                                          IC : Quels sont aujourd’hui les         qu’on peut transformer sur place
IC : Quelles sont les filières iden-                      chiffres qui illustrent cette coopé-    avant d’exporter. L’industrie choco-
tifiées qui intéressent les autorités                     ration économique Algérie/Came-         latière en Algérie est extrêmement
camerounaises que vous avez ren-                          roun ?                                  développée. Dans le domaine de
contrées ?                                                MB : Il faut être franc. C’est pour     l’énergie, à l’issue de ma rencontre
MB : Le ministre camerounais du                           cela qu’il faut être ambitieux, le      avec votre ministre de l’Energie, je
Commerce a effectué à deux re-                            volume des échanges entre les deux      me suis rendu compte que le Came-
prises en 2013 et en 2014 des visites                     pays ne dépasse pas les trois mil-      roun est un pays demandeur de gaz
en Algérie. En 2013, le Cameroun                          lions d’euros. C’est vraiment déri-     butane. Il y a eu avant deux accords
était invité d’honneur de la Foire                        soire quand on voit les potentialités   pour l’exportation du gaz butane, et
internationale d’Alger. Un certain                        du Cameroun et de l’Algérie. On         malheureusement cela ne s’est pas

Novembre 2015 / N° 43                                                                                                             -13-
L’AMBASSADEUR DU MOIS

fait pour des raisons extrêmement              un comptoir commercial. Tout             ment en faire profiter nos amis
valables. Sécuritaires notamment,              cela est en train de se mettre en        camerounais. Nous avons ce qu’on
car l’Algérie exportait déjà du gaz            place. D’ailleurs, à la fin de ce mois   appelle une carte Chifa, la carte
au Niger et au Mali. L’exportation             d’octobre 2015, il y aura une foire      guérison, munie d’une puce qui in-
s’est arrêtée à cause de la situation          d’exposition des produits algériens      dique la pathologie que vous avez.
sécuritaire dans ces deux pays-là.             au Palais des sports de Yaoundé.         Quand vous souffrez, vous allez
                                               L’exposition commencera à partir         voir votre médecin, vous lui présen-
IC : A votre arrivée au Cameroun               du 26. Je vous ai dit que le Came-       ter votre carte, puis vous allez chez
en mars dernier, vous avez entre-              roun a été retenu comme pays pivot       votre pharmacien pour obtenir les
pris une visite dans certains médias           dans la région. Beaucoup de pays de      médicaments gratuitement.
et vous avez annoncé à certains                la région sont enclavés et dépendent
qu’Air Algérie ouvrira bientôt une             du port de Douala. Notre ambition        IC : Gratuitement ?
ligne au Cameroun. Quelle sera la              est donc de retenir le Cameroun          MB : Le médicament est gratuit et
date de l’ouverture de cette ligne             comme pays pivot pour aller dans         la médecine est gratuite en Algé-
et où en est-on aujourd’hui avec ce            toute la zone Cemac. Nous l’avons        rie depuis l’indépendance. C’était
projet ?                                       fait au Sénégal et en Côte d’Ivoire.     l’une des revendications du peuple
MB : En Algérie, il y a deux com-
pagnies nationales. L’une pour les
vols internationaux et l’autre pour      « Tout ce qui est transformation du cacao, du textile,
                                         du poivre blanc, du cuir intéresse l’Algérie, et
les vols domestiques. Une ligne
d’Air Algérie sur le Cameroun, ce
sera bien entendu une réalité. Air
Algérie est en train de renforcer sa     beaucoup de choses peuvent être faites. »
flotte. Nous avons aujourd’hui la
deuxième flotte en Afrique. Nous               L’année prochaine, ce sera le tour       algérien pendant sa guerre de libéra-
venons d’acquérir 16 avions sup-               du Cameroun. Vous savez, nous            tion. Vous êtes souffrant, vous allez
plémentaires qui nous permettent               avons une vision très large de la        à l’hôpital, vous êtes totalement pris
d’ouvrir de nouvelles lignes. Et le            coopération avec le Cameroun.            en charge, le médecin vous donne
Cameroun a été choisi par l’Algérie            Je vous ai parlé de ce que l’Algé-       une ordonnance, vous allez à la
comme un pays pivot en Afrique                 rie peut apporter. Et il y a d’autres    pharmacie et vous avez vos médica-
centrale. La ligne sera ouverte à              domaines comme l’industrie phar-         ments gratuitement. Il y a également
Douala et Yaoundé à partir de l’an-            maceutique. Depuis mon arrivée           l’éducation. Les études sont gratuites
née 2016. Je ne peux vous donner la            au Cameroun, j’ai constaté que           du primaire jusqu’à l’université. A
date exacte. Il y aura également une           le médicament est excessivement          l’université, quand vous êtes étu-
liaison maritime, car nous sommes              cher ! Pratiquement le quadruple         diant, vous avez une bourse jusqu’au
en train de développer notre pavil-            des prix affichés en Algérie. Beau-      cycle doctoral. Pour l’habitat, un
lon national. Il y aura un nouveau             coup de médicaments peuvent être         effort considérable est en train d’être
port à Kribi.                                  exportés au Cameroun. J’en ai parlé      fait. Les cinq dernières années, l’Etat
                                               avec votre ministre de la Santé, qui     a construit 2 100 000 logements.
IC : Peut-on dire que le Cameroun              est intéressé par cela. Nous avons       Dans les cinq prochaines années,
ouvrira à l’Algérie les portes de la           96 laboratoires qui produisent des       1 500 000 logements sont prévus. A
zone Cemac ?                                   médicaments pharmaceutiques en           l’horizon 2019, nous allons complè-
MB : Nous sommes très ambitieux                Algérie. Nous sommes en train de         tement régler la crise du logement.
avec le Cameroun, car nous comp-               terminer la construction d’une des       D’ailleurs, le gouvernement came-
tons ouvrir entre Douala et Kribi              plus grandes industries pharmaceu-       rounais est intéressé par le logement
                                               tiques de l’Afrique qui est appelée à    promotionnel. Vous payez un loyer,

 BIO EXPRESS
                                               produire 100 millions d’unités par       et au bout d’un nombre d’années,
                                               an. Ce qui est énorme.                   on défalque le loyer payé pendant
 Noms et prénoms : Merzak Bedjaoui                                                      toutes ces années, puis vous ajoutez
 Age : 62 ans                                  IC : Qu’en est-il de la sécurité so-     une petite contribution pour deve-
 Domaines de compétence : diplomatie,          ciale ?                                  nir propriétaire.
 journalisme, enseignant de Droit de la mer    MB : La manière dont la santé est
 et de conflits internationaux                 gérée en Algérie peut également          IC : Quelle est votre perception du
 Arrivée au Cameroun : 07 mars 2015            intéresser les Camerounais. L’expé-      climat des affaires au Cameroun ?
 Présentation des copies figurées de           rience de la gestion de la sécurité      MB : Je crois que la législation en la
 la lettre de créance : 10 mars 2015           sociale en Algérie, on peut égale-       matière est très permissive. Beau-

-14-                                                                                                  N° 43 / Novembre 2015
L’AMBASSADEUR DU MOIS

coup d’avantages sont accordés aux           roun qui est suivi par certaines         une période d’essai et sont recrutés
investisseurs étrangers. Le système          entreprises algériennes. Par ailleurs,   soit dans les entreprises algériennes,
bancaire est performant, ce qui              il y a également beaucoup d’entre-       soit dans des entreprises internatio-
est très important, je l’ai constaté.        prises camerounaises qui achètent        nales basées en Algérie. Hier, c’était
Ce qui est difficile ici, ce n’est pas       les produits algériens de la quincail-   un chef cuisinier qui recevait son
le climat des affaires, mais c’est de        lerie, de la cosmétique et de la para-   visa pour aller travailler dans un
trouver le vis-à-vis, les opérateurs         pharmacie.                               grand hôtel en Algérie. Ils y vont
économiques qui peuvent vous ac-                                                      aussi pour des activités du domaine
compagner. Je suis en train d’y tra-         IC : Combien de ressortissants           du tourisme. Nous avons des plages
vailler. A l’ambassade, notre travail,       algériens vivent au Cameroun et          sur 1600 km de côte. Nous sommes
c’est de faire rencontrer les opéra-         quels sont leurs domaines d’acti-        en train de développer le tourisme
teurs économiques des deux pays,             vité ?                                   et il y a 450 hôtels en construction.
et quand la rencontre est faite, notre       MB : Il y a environ 50 Algériens         Nous recevons chaque année au-
travail est terminé. Le président            qui vivent au Cameroun. C’est une        tour de trois millions de touristes.
du Conseil d’affaires algérien, par          communauté tranquille, qui res-
exemple, qui détient une entreprise          pecte les lois du pays, qui n’est pas    IC : D’après vous, si le Cameroun
qui fabrique de la colle, est venu           très nombreuses mais qui est appe-       n’est pas libre, l’Algérie ne le sera
au Cameroun en 2011 avec une                 lée à se développer. J’ai rencontré      pas, et si l’Algérie n’est pas libre, le
délégation d’hommes d’affaires.              une dame qui est conseillère d’un        Cameroun ne le sera pas. Pouvez-
Ils pensaient trouver facilement les         ministre au Cameroun. Certains           vous préciser le fond de votre pen-
vis-à-vis camerounais. Mais ils ont          ont des entreprises qui fabriquent       sée ?
eu du mal à le faire. C’est pourquoi         des logiciels bancaires. J’ai même       MB : Nous avons une histoire com-
je m’attèle à dresser une liste des          reçu un pêcheur algérien qui est         mune. Vous avez été colonisés, et
entreprises camerounaises qui ont
des reins suffisamment solides pour
attaquer le marché international,
ou qui ont des projets solides qui
                                         « Une ligne d’Air Algérie sera ouverte à Douala et
peuvent être réalisés en partenariat     Yaoundé à partir de l’année 2016. »
avec des Algériens.

IC : A quelle fréquence recevez-             venu de Douala. Avec l’ouverture         nous aussi. A la différence du Ca-
vous les sollicitations des entre-           des lignes aériennes et maritimes,       meroun, en Algérie c’était une colo-
prises algériennes qui souhaitent            ces échanges seront densifiés.           nisation de peuplement. L’Algérie
investir au Cameroun ?                                                                était un département français. Vous
MB : Les entreprises algériennes             IC : Combien de demandes de visa         savez, le colonialisme vous le chas-
des secteurs de la cosmétique, de la         de Camerounais sont enregistrées         sez d’un côté, le néocolonialisme,
parapharmacie et de la quincaille-           chaque jour dans votre ambassade         il entre de l’autre côté. Il faut que
rie qui s’intéressent au Cameroun            et combien de visas sont attribués       l’Algérie et le Cameroun travaillent
sont légion. Pas plus tard qu’il y a         par jour ?                               main dans la main pour développer
deux jours, j’ai reçu toute une liste        MB : Depuis mon arrivée, j’ai            nos économies. Quand on parle de
d’entreprises algériennes qui s’inté-        constaté que la cadence s’accélère.      transfert de technologies, la techno-
ressent vivement au Cameroun.                On donnait à peu près une dizaine        logie ne se donne pas, elle s’arrache.
Tous les jours je reçois des appels,         de visas par semaine, et aujourd’hui     Elle s’arrache d’abord avec l’éduca-
des e-mails, etc. Y compris les entre-       il y a des jours où nous dépassons       tion. Avec un peuple éduqué, vous
prises du secteur de l’agroalimen-           dix visas attribués. Beaucoup d’évé-     pouvez aller plus loin. On peut faire
taire. Tout ce qui se vend ici dans          nements sont organisés en Algérie.       cela avec les pays de la région. Un
les rayons des supermarchés peut             Beaucoup d’entreprises algériennes       pays comme l’Algérie, qui a 56% de
se remplacer par des produits algé-          recrutent des compétences came-          son commerce avec l’Europe, peut,
riens. Et cela défie toute concur-           rounaises qui vont travailler en         pour des raisons stratégiques, être
rence. Donc, elles veulent venir             Algérie. Il y a des compétences avé-     fragilisé. Il faut donc travailler avec
au Cameroun. Il y a également les            rées au Cameroun dans beaucoup           ses voisins. Quand votre voisin est
entreprises algériennes qui s’inté-          de domaines. Personnellement, j’ai       fort, vous êtes fort. Le commerce
ressent au secteur des BTP. Il y a un        été agréablement surpris. Ces per-       doit se faire avec ses voisins.
avis d’appel d’offres qui a été lancé        sonnes viennent demander des visas
récemment pour la construction               ici. Nous leur donnons des visas de                         Propos recueillis par
d’une route de 110 km au Came-               trois mois. Ils y arrivent, effectuent                    Beaugas-Orain Djoyum

Novembre 2015 / N° 43                                                                                                   -15-
GESTION PUBLIQUE
Le Cameroun déploiera                                              Des entreprises
2450 hommes pour la                                                tchadiennes
Force multinationale                                               construiront des digues
mixte contre Boko                                                  dans l’Extrême-Nord
Haram                                                              pour 62 milliards FCFA

                                                                   Dans le cadre du Projet d’urgence de lutte contre les inonda-
Le contingent camerounais dans la Force multinationale             tions (PULCI) dans la partie septentrionale du Cameroun, le
mixte des pays du Bassin du lac Tchad pour la lutte contre la      gouvernement vient d’attribuer les contrats pour la réhabilita-
secte islamiste nigériane Boko Haram sera constitué de 2450        tion des périmètres irrigués et des digues de Maga & Logone et
hommes (sur 8700 hommes au total), dont des militaires, des        du Mayo Vrick à deux groupements d’entreprises tchadiennes.
gendarmes, des policiers et des personnels civils, a-t-on appris   Selon le communiqué officiel rendu public à cet effet, ces
de sources officielles. La fonction d’adjoint au commandant        contrats ont été arrachés par les groupements Geyser SA-Sot-
de cette force multinationale, mise sous le commandement du        cocog SA et SRGM-ETRA, respectivement pour des montants
général nigérian Illya Abbah, est assurée par le général de bri-   de 33,3 milliards et 28,8 milliards FCFA. Ce qui correspond à
gade camerounais Valère Nka, qui a été promu à son nouveau         une enveloppe globale de 62,1 milliards FCFA.
grade il y a quelques semaines seulement par le chef de l’Etat     Les travaux confiés aux entreprises susmentionnées devraient
Paul Biya. Le général de brigade Bouba Dobekreo, lui aussi         permettre de protéger des inondations plus de 10 000 hectares
nouvellement promu par le président Biya, dirige le premier        de rizières dans lesquels s’activent environ 78 000 riziculteurs
secteur de cette force, basé à Mora, dans l’Extrême-Nord du        encadrés par la Société d’Expansion et de Modernisation de la
Cameroun.                                                          Riziculture de Yagoua (Semry).

Mise en place d’un dispositif de contrôle des
marchandises importées à l’embarquement
Programme d’évaluation de la confor-         dés à des structures spécialisées instal-   marchandises au port, le temps géné-
mité avant embarquement des mar-             lées dans les pays exportateurs. Il leur    ralement pris pour le contrôle des mar-
chandises importées en République du         incombera la responsabilité d’effectuer,    chandises débarquées étant éliminé. Par
Cameroun (PECAE). C’est ainsi que            au frais des exportateurs, des contrôles    ailleurs, en plus de préserver le marché
s’appelle le dispositif que le gouverne-     préalables de conformité avant l’embar-     camerounais de produits impropres,
ment camerounais s’apprête à mettre          quement des marchandises pour le ter-       la nouvelle mesure devrait préserver la
en œuvre afin de réduire l’arrivée sur       ritoire camerounais, encore dépourvu        trésorerie des importateurs locaux de
son territoire de produits importés ne       de laboratoires de pointe en la matière.    certains frais généralement déboursés
répondant pas aux normes en vigueur          Ce procédé, analyse un expert, aura         lors du contrôle des marchandises dans
dans le pays. Selon nos sources, grâce à     l’avantage de contribuer au raccour-        l’enceinte portuaire, avant le débarque-
ce dispositif des agréments seront accor-    cissement des délais de passage des         ment.

-16-                                                                                                       N° 43 / Novembre 2015
Vous pouvez aussi lire