Opinions et pratiques des médecins généralistes en matière de prévention - Drees

 
CONTINUER À LIRE
Opinions et pratiques des médecins
  juillet

2021

            généralistes en matière de prévention
numéro

1197

                                                                       L
Début 2020, un médecin généraliste sur cinq déclare avoir                   es missions de prévention font
contribué à l’organisation d’actions de prévention collective               partie intégrante de la pratique
                                                                            des médecins généralistes, notam-
au cours des deux dernières années et près d’un praticien sur
                                                                       ment à travers l’implication de ces der-
trois a déjà participé ou a l’intention de participer au dispositif    niers dans les actes dits de prévention
Mois sans tabac. Les médecins exerçant en maison de santé              médicalisée (vaccination, dépistage…)
pluriprofessionnelle (MSP) participent plus souvent à ces              [Bourdillon, et al., 2008]. Depuis une
dispositifs.                                                           dizaine d’années, ces missions sont
                                                                       davantage reconnues et valorisées,
Des messages et outils de prévention sont proposés dans la             que ce soit dans le cadre individuel
                                                                       de la consultation par la création de
grande majorité des cabinets. Il s’agit essentiellement de flyers
                                                                       nouveaux dispositifs de rémunération
et de brochures, les auto-questionnaires pour faciliter                (rémunération sur objectifs de santé
les échanges avec les patients étant moins répandus                    publique [ROSP], cotations spécifiques
et les messages vidéo encore rares.                                    de consultations complexes en pré-
                                                                       vention), ou dans un cadre collectif,
Trois médecins généralistes sur quatre connaissent au moins            avec le développement de nouvelles
une des deux principales cotations de consultations complexes          campagnes de santé publique pouvant
dédiées à la prévention. Les praticiens les plus jeunes et ceux        appuyer les démarches individuelles
                                                                       (par exemple, le dispositif Mois sans
impliqués dans des actions de prévention collective sont plus
                                                                       tabac). De nouvelles organisations en
enclins à les utiliser.                                                soins primaires contribuent également
                                                                       à favoriser les pratiques préventives
Près de la moitié des médecins généralistes considèrent                des médecins généralistes, notamment
que la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP)             avec le développement de l’exercice
a eu un effet positif sur leurs pratiques préventives, dans au moins   groupé en maisons de santé pluriprofes-
un des trois domaines étudiés (vaccination antigrippale, dépistage     sionnelles (MSP) ou, plus récemment, la
des cancers gynécologiques et démarches d’intervention brève           création des communautés profession-
                                                                       nelles territoriales de santé (CPTS) et des
en addictologie).
                                                                       équipes de soins primaires (ESP).
                                                                       L’enquête du Panel d’observation des
Marie-Astrid Metten, Jean-François Buyck, Sandrine David (ORS
                                                                       pratiques et des conditions d’exercice
Pays de la Loire), en collaboration avec Marie Rocheteau,
Thomas Hérault, Jean-Gérald Bertet (URML Pays de la Loire),            en médecine générale, qui s’est dérou-
Maxime Bergeat, Hélène Chaput, Martin Monziols (DREES),                lée de décembre 2019 à mars 2020,
Pierre Verger (ORS Provence-Alpes-Côte d’Azur),                        apporte, dans ce contexte évolutif, des
Florence Zemour (URPS-ML Provence-Alpes-Côte d’Azur)                   éléments de connaissance actualisés sur

                  Retrouvez toutes nos données sur www.data.drees.sante.gouv.fr
juillet

               2021
               numéro
                           Opinions et pratiques des médecins généralistes en matière de prévention
               1197

les attitudes et les pratiques préventives             différente selon l’âge, le sexe ou encore                d’exercice des généralistes, les acteurs
en médecine générale (encadré 1).                      le volume d’activité des praticiens. En                  les plus fréquemment cités sont d’autres       1. L’exercice en groupe
                                                       revanche, les médecins exerçant en                       médecins et professionnels de santé            permet au minimum
                                                                                                                                                               aux professionnels
Un médecin généraliste sur cinq                        groupe au sein d’une MSP déclarent plus                  (graphique 1). Ce constat est particuliè-      de santé de partager
a participé à l’organisation                           fréquemment avoir contribué à une telle                  rement marqué pour ceux exerçant en            leur cabinet et peut
d’actions de prévention                                action (55 %) que ceux exerçant seuls                    MSP. En revanche, ces derniers citent          aller jusqu'au partage
                                                                                                                                                               des dossiers de
collective au cours                                    (20 %) ou sous une autre forme d’exer-                   moins souvent que les autres praticiens
                                                                                                                                                               leurs patients, voire
des deux dernières années                              cice regroupé (14 %)1. Une part de cette                 l’intervention d’autres types d’acteurs,       un partage de leurs
Un médecin généraliste sur cinq (21 %)                 différence pourrait être liée aux carac-                 comme les associations locales ou les          honoraires. Les
déclare avoir « contribué, au cours des                téristiques organisationnelles et aux                    partenaires institutionnels.                   médecins exerçant
                                                                                                                                                               en groupe (58 % des
deux dernières années, à l’organisation                missions des MSP2. L’analyse multivariée                                                                médecins généralistes)
d’actions de prévention collective auprès              confirme l’effet propre de l’exercice en                 Une participation modeste                      peuvent exercer
de groupes de populations cibles (per-                 MSP par rapport à l’exercice seul, à autres              à la campagne annuelle                         au sein d’une MSP
                                                                                                                                                               (11 %) ou sous une
sonnes âgées, habitants de territoires fra-            caractéristiques égales3.                                Mois sans tabac                                autre forme d’exercice
giles, scolaires, etc.) ». Cette contribution          Interrogés à propos de la dernière action                La participation des médecins généra-          regroupé (47 %).
s’est inscrite, pour environ trois quarts              de prévention collective menée dans le                   listes au dispositif Mois sans tabac per-      2. Les MSP regroupent
d’entre eux, dans le cadre de leur activité            cadre de leur activité libérale, 18 % des                met d’étudier leur mobilisation dans le        médecins et autres
libérale, et pour un quart dans le cadre               médecins généralistes déclarent l’avoir                  cadre d’une action de prévention col-          professionnels de san-
                                                                                                                                                               té sur un lieu unique
d’une activité salariée associée à leur                réalisée seul ou à leur initiative person-               lective d’ampleur nationale. Instaurée en      d’exercice, dans une
activité libérale. La proportion de méde-              nelle, alors que 82 % l’ont réalisée dans                France en 2016, Mois sans tabac est une        approche coordonnée
cins généralistes déclarant avoir participé            une dynamique collective, que ce soit                    campagne d’information et d’accompa-           formalisée dans
                                                                                                                                                               un projet de santé.
à l’organisation d’actions de prévention               avec l’appui, en lien ou à la demande                    gnement au sevrage tabagique pilotée           L’article L. 6323-3
collective n’est pas significativement                 d’autres acteurs. Quel que soit le mode                  par Santé publique France (SpF) avec           du Code de la santé
                                                                                                                                                               publique précise que
                                                                                                                                                               les médecins exerçant
                                                                                                                                                               en MSP peuvent parti-
         ENCADRÉ 1                                                                                                                                             ciper, dans le cadre de
          Source et méthodologie                                                                                                                               leur projet de santé,
                                                                                                                                                               à des actions de santé
   Le quatrième Panel d’observation des pratiques et des conditions                 La première partie vise à décrire de façon globale les pratiques           publique, de préven-
   d’exercice en médecine générale est une enquête menée en France                  ­préventives, notamment collectives, des médecins généralistes,            tion, d’éducation
   entière, hors Mayotte, par la Direction de la recherche des études,               les facteurs individuels susceptibles de les influencer, ainsi que leur   pour la santé et à
   de l’évaluation et des statistiques (DREES), les Observatoires régio-             connaissance, usage et avis concernant différents dispositifs mis         des actions sociales.
   naux de la santé (ORS) et Unions régionales des professions de                    en place susceptibles de favoriser ces pratiques. Les résultats de        3. Un suréchantillon-
   santé-médecins libéraux (URPS-ML) des régions Provence-Alpes-                     cette première partie sont présentés dans le présent document. La         nage des médecins
   Côte d’Azur (PACA) et Pays de la Loire, auprès de 3 300 médecins                  seconde partie du questionnaire, qui concerne spécifiquement les          exerçant en MSP a été
   généralistes libéraux, installés au 1er janvier 2018, ayant au moins              pratiques préventives des médecins généralistes dans le domaine           réalisé, ce qui a permis
   200 patients dont ils sont le médecin traitant et sans mode d’exer-               des conduites addictives, fait l’objet d’une autre publication (David,    d’étudier l’effet de
   cice particulier exclusif (comme homéopathe ou acupuncteur).                      Buyck, Metten, 2021).                                                     ce mode d’exercice.
   Les médecins exerçant en Pays de la Loire et en PACA sont surre-                 Les données d’enquête sont pondérées afin de tenir compte de la            Les analyses multiva-
                                                                                    non-réponse et calées. Ainsi, l’échantillon des répondants est repré-      riées réalisées toutes
   présentés dans l’échantillon, permettant de donner des résultats
                                                                                    sentatif de l’ensemble du champ de l’enquête selon le sexe, l’âge,         choses égales
   représentatifs pour ces deux régions.
                                                                                    le volume d’activité, l’exercice ou non dans une région partenaire         par ailleurs tiennent
   La troisième vague d’enquête s’est déroulée entre décembre 2019                                                                                             compte simultané-
                                                                                    et l’exercice ou non dans une zone à faible densité médicale. Les
   et mars 2020, par internet et par téléphone, la diffusion des résul-                                                                                        ment de l’âge,
                                                                                    analyses présentées ici sont systématiquement pondérées.
   tats est retardée du fait de l’analyse des enquêtes menées durant la                                                                                        du sexe, du volume
   crise sanitaire consacrées à la gestion de la Covid-19 par les méde-             En complément des résultats descriptifs, des modèles multivariés           d’activité habituel,
   cins généralistes. Le terrain de l’enquête a été stoppé prématuré-               de régression logistique ont été réalisés afin d’identifier les facteurs   du mode d’exercice
   ment en raison de l’épidémie de Covid-19. Au total, 2 412 médecins               associés aux opinions et pratiques préventives des médecins géné-          (seul, exercice
                                                                                    ralistes toutes choses égales par ailleurs. L’effet propre des variables   regroupé hors MSP,
   y ont participé, ce qui représente un taux de réponse de 73 % par
                                                                                    suivantes a été étudié :                                                   exercice regroupé
   rapport à la vague d’inclusion. 62 % des médecins répondants à
   cette vague ont répondu par internet.                                            • caractéristiques sociodémographiques des médecins généra-                en MSP), de la région
                                                                                      listes : âge au 1er janvier 2018 et sexe ;                               d’exercice (Pays de la
   Le questionnaire de cette enquête a été élaboré par un groupe de                                                                                            Loire, Provence-Alpes-
   travail associant la DREES, les ORS et les URPS-ML des Pays de la                • mode d’exercice (individuel, en groupe hors maison de santé plu-
                                                                                                                                                               Côte d’Azur ou autre
   Loire et de PACA, l’Aix-Marseille School of Economics, l’UMR 912                   riprofessionnelle [MSP], en groupe en MSP) ;
                                                                                                                                                               région), de l’environ-
   Sesstim, la Direction générale de la santé, l’Institut national de               • caractéristiques du lieu d’exercice : région d’exercice (Pays de la      nement social et de
   la statistique et des études économiques, l’Institut national de                   Loire, PACA, autres régions), offre de médecine générale (mesu-          l’offre de médecine
   recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement,                   rée à partir de l’accessibilité potentielle localisée [APL]1 du terri-   générale dans le lieu
   ainsi que plusieurs instances de la région Pays de la Loire (échelon               toire-vie santé 2017 auquel la commune d’exercice des médecins           d’exercice (encadré 1).
   régional du service médical de l’Assurance maladie, cellule régio-                 est rattachée), environnement social (à partir de l’indice commu-
   nale de coordination de la gestion du risque, Agence régionale                     nal de défavorisation sociale FDep 20152 en quartiles) ;
   de santé, structure régionale d’appui et d’expertise Addictologie,               • charge de travail (volume d’activité, mesuré à partir du nombre
   Institut régional d’éducation et de promotion de la santé). La                     de consultations et visites réalisées au cours de l’année 2017 en
   coordination de ce travail de recueil a été assurée par l’ORS et                   tranches : inférieur au premier quartile, entre le premier et troi-
   l’URPS-ML Pays de la Loire. Le questionnaire comporte deux ­parties.               sième quartile et au-dessus du troisième quartile).

   1. L’APL est un indicateur tenant compte de l’offre et de la demande de soins locales (Vergier, et al., 2017).
   2. Indicateur contextuel calculé, au niveau de la commune d’exercice des médecins, à partir du revenu fiscal médian par unité de consommation,
   de la part des diplômés de niveau baccalauréat (minimum) dans la population de 15 ans ou plus non scolarisée, de la part des ouvriers et de la part
   des chômeurs dans la population active de 15 à 64 ans, 2015 (Ghosn, 2018).

                                                                                             2
juillet

             2021
             numéro
                         Opinions et pratiques des médecins généralistes en matière de prévention
             1197

l’appui, en région, de divers partenaires
(agences régionales de santé, Association                 GRAPHIQUE 1                                                                                                  4. Médecins ayant
addictions France, etc.). Elle est organisée                                                                                                                           déclaré avoir contri-
                                                          Types d’acteurs avec lesquels les médecins généralistes                                                      bué à l’organisa-
en deux temps : au mois d’octobre ont
                                                          ont mené leur dernière action de prévention collective                                                       tion d’actions de
lieu des opérations de communication                                                                                                                                   prévention collective
                                                          dans le cadre de leur activité libérale, selon le mode                                                       au cours des deux
et de sensibilisation auprès de la popu-
lation et, au mois de novembre, diverses
                                                          d’exercice                                                                                                   dernières années
                                                                                                                                                                       ou avoir participé
actions de soutien sont menées auprès                          Exercice seul           Exercice en groupe hors MSP                Exercice en groupe en MSP            (ou avoir l’intention
des participants désireux d’arrêter de                                                                                                                                 de participer) au
fumer. En amont de l’opération, SpF                  Autres médecins et professionnels                              51                                                 dispositif Mois sans
                                                         de santé (dans le cadre ou non                           48                                                   tabac.
incite les professionnels de santé, notam-         d’une forme d’exercice coordonnée)                                             91                                   5. Les médecins
ment les médecins généralistes, à parler                                                                                                                               qui exercent dans
                                                                            Municipalités,                 29
de la campagne à leurs patients et à leur                        collectivités territoriales         18                                                                les régions Provence-
remettre des dépliants ainsi qu’un kit                   (dans le cadre ou non d’un CLS)             16                                                                Alpes-Côte d’Azur et
                                                                                                                                                                       en Pays de la Loire sont
d’aide à ­l’arrêt. Près d’un tiers (30 %) des                   URPS médecins libéraux     17
                                                                                                                                                                       surreprésentés dans
                                                                ou autres représentants     22
médecins interrogés déclarent avoir déjà            des professionnels de santé libéraux 4                                                                             l’échantillon, ce qui
participé ou vouloir participer au disposi-                                                                                                                            permet de donner des
                                                                                                          26                                                           résultats représentatifs
tif Mois sans tabac. Cette proportion est                       Partenaires institutionnels
                                                                                                            31
                                                               (ARS, Assurance maladie…)                                                                               pour ces deux régions.
nettement plus élevée parmi les méde-                                                                    20                                                            Il n’est pas possible de
cins exerçant en groupe au sein d’une                                                                           45                                                     donner des résultats
MSP (56 %) que parmi ceux exerçant seuls                               Associations locales                   37                                                       significatifs au niveau
                                                                                                     19                                                                régional pour les autres
(29 %) ou sous une autre forme d’exercice                                                                                                                              régions françaises.
regroupé (24 %). Plusieurs facteurs pour-                                                                22
                                                                Autre(s) type(s) d’acteur(s)             25
raient expliquer cet écart, notamment                                                               11
l’environnement pluriprofessionnel des                                                         0                 20          40          60           80         100
MSP, propice à l’investissement dans des                                                                                                                       En %
actions de santé publique et/ou l’exis-            MSP : maison de santé pluriprofessionnelle ; CLS : contract local de santé ; ARS : agence régionale de santé.
tence au sein de ces structures de pro-            Lecture • 91 % des médecins généralistes exerçant en groupe en MSP et ayant mené, dans le cadre
jets de santé intégrant potentiellement            de leur activité libérale, une action de prévention collective au cours des deux dernières années
                                                   avec d’autres acteurs déclarent l’avoir menée avec d’autres médecins et professionnels de santé.
un volet prévention. Il est également              Champ • Médecins généralistes libéraux installés au 1er janvier 2018 sans mode d’exercice particulier
possible que les échanges directs entre            exclusif ayant mené une action de prévention collective dans le cadre de leur activité libérale au cours
                                                   des deux dernières années, France entière, hors Mayotte.
les organisateurs du dispositif et les pro-
                                                   Sources • DREES, observatoires régionaux de la santé (ORS) et unions régionales des professions
fessionnels de santé soient facilités dans         de santé (URPS) de Provence-Alpes-Côte d’Azur et des Pays de la Loire, quatrième Panel d’observation
le cadre de structures d’exercice coor-            des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale de ville, décembre 2019 à mars 2020.

donné telles que les MSP. Aucune autre
différence selon les caractéristiques des                 GRAPHIQUE 2
médecins ou de leur lieu d’exercice n’est
                                                          Mise à disposition de messages et d’outils à visée
mise en évidence.
                                                          de prévention au cabinet
Des messages et outils                                 Oui        Non, mais vous envisageriez                              Non, et vous n’envisageriez pas
                                                                  d’en disposer si l’on vous en proposait                  d’en disposer si l’on vous en proposait
de prévention proposés
dans la majorité des cabinets                                                Disposez-vous dans votre cabinet des messages
                                                                              et outils à visée de prévention sous la forme...
de médecins généralistes
Une grande majorité des médecins
                                                                  de flyers
généralistes déclarent disposer dans                   ou brochures papier
                                                                                                                      83                                   9   8
leur cabinet de messages et d’outils de
prévention, sous la forme de flyers ou de
                                                     d’auto-questionnaires
brochures papier (83 %) [graphique 2].              pour pouvoir échanger                      41                                 34                   25
Cette proportion est plus élevée chez                    avec vos patients
ceux exerçant en groupe, que ce soit
au sein d’une MSP (89 %) ou hors MSP
                                                        de messages vidéo          7          24                                        69
(86 %), par rapport aux médecins exer-
çant seuls (79 %). Elle est également
plus élevée chez les médecins femmes                                           0               20                     40           60            80              100
                                                                                                                                                               En %
(89 %, contre 79 % des hommes), ainsi
que chez ceux déclarant être impliqués             Lecture • 83 % des médecins généralistes déclarent disposer dans leur cabinet de messages et d’outils
                                                   de prévention sous la forme de flyers ou de brochures papier.
dans des actions de prévention collec-
                                                   Champ • Médecins généralistes libéraux installés au 1er janvier 2018 sans mode d’exercice particulier
tive4 (88 %, contre 80 %). Elle est moins          exclusif, France entière, hors Mayotte.
importante chez les médecins exer-                 Sources • DREES, observatoires régionaux de la santé (ORS) et unions régionales des professions
                                                   de santé (URPS) de Provence-Alpes-Côte d’Azur et des Pays de la Loire, quatrième Panel d’observation
çant en région Provence-Alpes-Côte                 des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale de ville, décembre 2019
d’Azur (PACA) [77 %] par rapport à ceux            à mars 2020.
­exerçant en Pays de la Loire5 (86 %) et

                                                                                         3
juillet

                 2021
                 numéro
                            Opinions et pratiques des médecins généralistes en matière de prévention
                 1197

dans d’autres régions (84 %). Ces écarts                  f­ réquence plus importante d’utilisation                 connaissent au moins une de ces deux
sont confirmés par les résultats de l’ana-                 de messages vidéo est également consta-                  cotations (78 %).                                    6. Ces deux cotations
lyse multivariée.                                          tée chez les médecins ayant un volume                    S’agissant de la cotation CCP, 30 % des              permettent une factu-
                                                                                                                                                                         ration de la consulta-
Les auto-questionnaires à visée préven-                    d’activité élevé (au-dessus du troisième                 médecins déclarent l’avoir utilisée au               tion à 46 euros.
tive destinés à faciliter les échanges avec                quartile : 9 % contre 8 % entre le premier               cours des six derniers mois, 39 % ne l’ont           La cotation CSO
les patients sont moins souvent mis à                      et le troisième quartile et 5 % en dessous               pas utilisée mais la connaissent, et 31 %            ne peut être utilisée
                                                                                                                                                                         au maximum
disposition. Moins de la moitié (41 %) des                 du premier quartile). L’analyse « toutes                 ne la connaissent pas (graphique 3). Parmi
                                                                                                                                                                         que deux fois par an
médecins déclarent en proposer dans                        choses égales par ailleurs » confirme les                ceux connaissant la cotation (69 %), près            et par enfant.
leur cabinet. Il semble toutefois y avoir                  effets de l’exercice en MSP et du volume                 de la moitié (44 %) déclarent l’avoir uti-
des attentes de la part des praticiens                     annuel d’activité élevé.                                 lisée au cours des six derniers mois.
dans ce domaine, puisqu’un tiers n’en                                                                               Cette dernière proportion est plus éle-
disposent pas dans leur cabinet mais                      Trois médecins sur quatre                                 vée chez les médecins les plus jeunes
« envisageraient de le faire si on leur en                connaissent au moins                                      (53 % des moins de 45 ans ; 43 % des
proposait ». Ces proportions ne dif-                      une des deux principales                                  45-59 ans ; 34 % des 60 ans ou plus), chez
fèrent pas selon les caractéristiques des                 cotations de consultations                                les femmes (51 % contre 38 %), chez ceux
médecins et de leur lieu d’exercice. En                   complexes dédiées à la prévention                         exerçant en MSP (56 % contre 45 % chez
revanche, ceux qui sont impliqués dans                    Depuis le 1er novembre 2017, certaines                    ceux ayant une autre forme d’exercice
des actions de prévention collective dis-                 consultations complexes entrant dans                      regroupé et 39 % chez ceux exerçant
posent d’auto-questionnaires significati-                 le champ de la prévention font l’objet                    seuls), chez ceux exerçant en Pays de la
vement plus fréquemment que les autres                    de cotations spécifiques, permettant                      Loire (52 % contre 33 % en PACA et 44 %
(51 % contre 35 %).                                       une facturation majorée de ces consul-                    dans les autres régions) et enfin chez
Seuls 7 % des praticiens déclarent dispo-                 tations. C’est le cas des consultations                   ceux impliqués dans des actions de pré-
ser dans leur cabinet de messages vidéo                   de contraception et de prévention des                     vention collective (51 % contre 39 %).
de prévention, et 24 % n’en proposent                     maladies sexuellement transmissibles                      En ce qui concerne la cotation CSO, 17 %
pas mais envisageraient de le faire si on                 pour les jeunes filles de 15 à 18 ans                     des médecins déclarent l’avoir utilisée au
leur en proposait. Les médecins exer-                     (cotation CCP) et des consultations                       cours des six derniers mois, 47 % ne l’ont
çant en MSP disposent davantage de                        de suivi et de coordination de la prise                   pas utilisée mais la connaissent, et 36 %
­messages vidéo (17 %) que ceux ayant                     en charge des enfants de 3 à 12 ans en                    ne la connaissent pas (graphique 3). Parmi
 une autre forme d’exercice regroupé                      risque avéré d’obésité (cotation CSO)6.                   ceux connaissant la cotation (64 %), un
 (6 %) et ceux exerçant seuls (6 %). Une                  Trois médecins généralistes sur quatre                    peu plus d’un quart (26 %) déclare l’avoir

           GRAPHIQUE 3
           Cotations par les médecins généralistes de consultations complexes dans le domaine
           de la prévention, selon leur implication ou non dans des actions de prévention collective
                            Oui     Non, mais vous connaissez cette cotation              Non, vous n’aviez pas connaissance de cette cotation
                                                   Au cours des six derniers mois, avez-vous au moins une fois coté...
                                        ...un acte CCP                                                              ...un acte CSO
          En %
   100
                       29                     33                        31                       32
                                                                                                                           40                       36
    80

    60
                       35
                                              41                        39
                                                                                                 47
    40                                                                                                                                              47
                                                                                                                           47

    20                 36
                                              26                        30
                                                                                                 21                                                  17
                                                                                                                           13
      0
                Médecins                  Médecins                    Total                  Médecins                  Médecins                     Total
                impliqués               non impliqués                                        impliqués               non impliqués
             dans des actions          dans des actions                                   dans des actions          dans des actions
              de prévention             de prévention                                      de prévention             de prévention
                collective1               collective                                         collective1               collective

   1. Médecins ayant déclaré avoir contribué à l’organisation d’actions de prévention collective au cours des deux dernières années ou avoir participé
   (ou avoir l’intention de participer) au dispositif Mois sans tabac (effet statistiquement significatif dans les analyses multivariées).
   CCP : consultation de contraception de prévention des maladies sexuellement transmissibles pour les jeunes filles de 15 à 18 ans ; CSO : consultation pour le suivi
   et la coordination des enfants de 3 à 12 ans en risque avéré d’obésité.
   Lecture • 30 % des médecins généralistes déclarent avoir au moins une fois coté un acte CCP au cours des six derniers mois. Chez les médecins impliqués
   dans des actions de prévention collective, cette proportion s’élève à 36 %. Chez les médecins non impliqués dans des actions de prévention collective,
   elle s’élève à 26 %.
   Champ • Médecins généralistes libéraux installés au 1er janvier 2018 sans mode d’exercice particulier exclusif, France entière, hors Mayotte.
   Sources • DREES, observatoires régionaux de la santé (ORS) et unions régionales des professions de santé (URPS) de Provence-Alpes-Côte d’Azur
   et des Pays de la Loire, quatrième Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale de ville, décembre 2019
   à mars 2020.

                                                                                                4
juillet

                  2021
                  numéro
                                 Opinions et pratiques des médecins généralistes en matière de prévention
                  1197

utilisée au cours des six derniers mois.                  d’y consacrer plus de temps », tandis                   actions de prévention collective (55 %
À l’instar de la cotation CCP, cette der-                 que 42 % ne partagent pas cet avis et                   contre 39 %). Ces écarts sont confirmés       7. Définies selon le
nière proportion est plus élevée chez les                 12 % ne se prononcent pas. Cette opi-                   par les résultats de l’analyse multivariée.   1er quartile de distribu-
                                                                                                                                                                tion de l’indice
médecins les plus jeunes (30 % des moins                  nion diffère selon les pratiques d’utili-                                                             de défavorisation
de 45 ans ; 24 % des 45-59 ans ; 24 % des                 sation des cotations CCP ou CSO. En                     Près de la moitié des médecins                sociale FDep 2015 de
60 ans ou plus) et chez ceux impliqués                    effet, les praticiens ayant eu recours                  considèrent que la ROSP                       la commune d’exer-
                                                                                                                                                                cice des praticiens
dans des actions de prévention collec-                    à au moins une de ces deux cotations                    a un effet positif sur leurs                  ayant participé à
tive (31 % contre 22 %).                                  trouvent majoritairement un intérêt aux                 pratiques de prévention                       l’enquête (encadré 1).
Les analyses multivariées réalisées pour                  consultations dédiées pour consacrer                    La ROSP est une rémunération forfai-
les deux cotations montrent que les                       plus de temps à la prévention (61 %), tan-              taire annuelle créée en 2011 ayant pour
effets de l’âge, du sexe des médecins                     dis que 38 % de ceux n’utilisant pas ces                objectif de faire évoluer les pratiques
(uniquement pour la cotation CCP) et de                   cotations sont de cet avis. Les percep-                 médicales dans un certain nombre
l’implication dans des actions de préven-                 tions autour des consultations dédiées à                de domaines à forts enjeux de santé
tion collective persistent lorsque l’on rai-              la prévention diffèrent également selon                 publique chez l’adulte et l’enfant. Elle
sonne à autres caractéristiques données                   certaines caractéristiques des médecins                 repose sur plusieurs indicateurs de pra-
identiques.                                               et de leur environnement d’exercice. Les                tique clinique, portant notamment sur
                                                          médecins femmes y trouvent davantage                    le domaine de la prévention. La ROSP a
Des avis partagés                                         un intérêt (52 % contre 43 % pour leurs                 été modifiée lors de la Convention natio-
sur l’intérêt de la création                              confrères hommes) ainsi que les pra-                    nale de 2016, avec l’introduction de nou-
de consultations spécifiques                              ticiens les plus jeunes (54 % des moins                 veaux indicateurs en matière de préven-
dédiées à la prévention                                   de 45 ans ; 45 % des 45-59 ans ; 42 %                   tion, renforçant ainsi son poids au sein
Près de la moitié des médecins généra-                    des 60 ans ou plus), ceux exerçant dans                 du dispositif. Parmi eux figurent la part
listes (46 %) pensent que la création des                 des communes considérées comme les                      des patients de 65 ans ou plus vaccinés
consultations spécifiques dédiées à la                    plus favorisées sur le plan social7 (52 %               contre la grippe saisonnière, la part des
prévention leur « permet ou ­permettrait                  contre 44 %) et ceux impliqués dans des                 patientes concernées par le dépistage

           GRAPHIQUE 4
           Avis des médecins généralistes sur l’impact de la ROSP sur certaines de leurs pratiques
           préventives, selon le sexe
                                Oui      Non       Ne sait pas que des indicateurs de la ROSP concernent ce(s) domaine(s) de prévention

                                                  Pensez-vous que la ROSP vous a conduit, dans vos pratiques, à...
          En %
    100                                              3           3            3                                                  2            1           2
                 5                5           4                                           7            5            7

    80
                                                                                                                                49                        51
                                                                                                                                             56
                                                     58
                                                                             62           55
                 63                        67                    68                                    63          58
    60                            72

    40

                                                                                                                                49                        47
    20                                                                                                                                       43
                                                     39                                   38
                 32                                                          35                        32          35
                                           29                    29
                                  23

      0
            Homme               Femme     Total   Homme       Femme         Total      Homme        Femme         Total      Homme        Femme         Total
                     plus souvent rappeler            plus souvent rappeler                 plus souvent proposer                 modifier vos pratiques
                         à vos patients                   à vos patientes                 à vos patients tabagiques                   dans au moins
                     âgés de 65 ans ou plus          concernées de participer            ou consommateurs à risque               un de ces trois domaines
                      de se faire vacciner            au dépistage (organisé               d’alcool une démarche
                        contre la grippe1            ou individuel) du cancer                d’intervention brève
                                                        du sein ou de faire               sur leur consommation
                                                     un frottis cervico-utérin1

   1. Effet sexe statistiquement significatif dans les analyses multivariées.
   Lecture • 29 % des médecins généralistes pensent que la ROSP les conduit, dans leurs pratiques, à plus souvent rappeler à leurs patients âgés de 65 ans
   ou plus de se faire vacciner contre la grippe. Cette proportion s’élève à 32 % chez les hommes et 23 % chez les femmes.
   Champ • Médecins généralistes libéraux installés au 1er janvier 2018 sans mode d’exercice particulier exclusif, France entière, hors Mayotte.
   Sources • DREES, observatoires régionaux de la santé (ORS) et unions régionales des professions de santé (URPS) de Provence-Alpes-Côte d’Azur et des Pays
   de la Loire, quatrième Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale de ville, décembre 2019 à mars 2020.

                                                                                               5
juillet

                         2021
                         numéro
                                     Opinions et pratiques des médecins généralistes en matière de prévention
                         1197

     des cancers gynécologiques ayant béné-                               les médecins hommes estiment plus                                     pratiques préventives (40 % contre 31 %
     ficié d’une mammographie ou d’un frot-                               ­fréquemment que la ROSP les a conduits                               pour les autres médecins). Les analyses                              8. Séance de forma-
     tis cervico-utérin, et la part de patients                            à intensifier leurs pratiques de préven-                             multivariées confirment les écarts obser-                            tion médicale conti-
                                                                                                                                                                                                                     nue dans le domaine
     tabagiques ou consommateurs excessifs                                 tion (32 % indiquent que la ROSP les a                               vés selon le sexe du praticien, sa région                            au cours des cinq
     d’alcool ayant bénéficié d’une démarche                               conduits à rappeler plus souvent à leurs                             d’exercice et son implication dans des                               dernières années, ou
     d’intervention brève. L’enquête du Panel                              patients âgés de 65 ans ou plus de se                                actions de prévention collective, à autres                           DU/DIU en addictolo-
                                                                                                                                                                                                                     gie ou tabacologie.
     a permis d’étudier spécifiquement l’im-                               faire vacciner contre la grippe, contre                              caractéristiques égales.
     pact de la ROSP sur les pratiques préven-                             23 % pour leurs consœurs). Par ailleurs,                             Pour les démarches d’intervention
     tives des médecins généralistes dans ces                              39 % des médecins hommes (contre                                     brève sur la consommation de tabac ou
     trois domaines.                                                       29 % des femmes) indiquent plus souvent                              d’alcool, les médecins ayant suivi plus
     Près de la moitié des médecins (47 %)                                 rappeler à leurs patientes concernées de                             spécifiquement une formation complé-
     estiment que la ROSP les a « plus sou-                                participer au dépistage du cancer du                                 mentaire dans le domaine des conduites
     vent » conduits à une pratique de pré-                                sein ou de faire un frottis cervico-utérin.                          addictives 8 sont plus nombreux que
     vention dans au moins un des trois                                    Les médecins de la région PACA sont                                  les autres à penser que la ROSP les a
     domaines étudiés (graphique 4). Plus pré-                             plus nombreux à penser que la ROSP                                   conduits à intensifier leurs pratiques
     cisément, respectivement 29 %, 35 % et                                leur a fait modifier leurs pratiques de                              dans ce domaine (39 % contre 32 %). 
     35 % des médecins interrogés pensent                                  prévention dans ces deux domaines, par
     que la ROSP leur a « plus souvent » per-                              rapport aux médecins des autres régions.                                     Les auteurs remercient l’ensemble
     mis de : rappeler à leurs patients âgés de                            Il y a ainsi une intensification des pra-                                   des médecins généralistes libéraux
     65 ans ou plus de se faire vacciner contre                            tiques de prévention pour la vaccination                             qui ont accepté de répondre à l’enquête,
     la grippe ; rappeler à leurs patientes                                contre la grippe pour 35 % des méde-                                           ainsi que l’ensemble de l’équipe
     concernées de participer au dépistage                                 cins en PACA, 31 % en Pays de la Loire,                                          ayant participé à l’élaboration
     (organisé ou individuel) du cancer du                                 28 % dans les autres régions et pour 41 %                                                      du questionnaire
     sein ou de faire un frottis cervico-utérin ;                          en PACA, 36 % en Pays de la Loire, 34 %                              (Marie-France d'Acremont, François Beck,
     proposer à leurs patients tabagiques ou                               dans les autres régions concernant le                                     Sophie Biacabe, Roseline Bontemps,
     consommateurs excessifs d’alcool une                                  dépistage de cancers gynécologiques.                                          Thomas Bouvier, Patrizia Carrieri,
     démarche d’intervention brève sur leur                                Enfin, en ce qui concerne le dépistage                                Pascale Chauvin-Grelier, Sylvie Chazalon,
     consommation.                                                         des cancers gynécologiques, les méde-                                      Jean-Yves Guillet, Laurence Herviou,
     En ce qui concerne la vaccination anti-                               cins impliqués dans des actions de pré-                                   Nathalie Joannard, Antoine Nebout,
     grippale des 65 ans et plus et le dépis-                              vention collective pensent davantage                                      Solen Pelé, Perrine Roux, Marie Seval,
     tage des cancers gynécologiques,                                      que la ROSP a eu un effet positif sur leurs                          Bruno Ventelou, Marie-Odile Williamson).

            POUR EN SAVOIR PLUS
    • L’ensemble de la documentation relative au Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale est disponible
       sur le site de la DREES, rubrique Sources, outils et enquêtes, sous-rubrique Santé et système de soins.
    • Le questionnaire de l’enquête est disponible sur le site internet de la DREES.
    • Bourdillon, F., Mosnier, A., Godard, J. (2008). Des missions de santé publique pour les médecins généralistes. Santé Publique, 20(5), 489.
    • David, S., Buyck, J.-F., Metten, M.-A. (2021, juillet). Les médecins généralistes face aux conduites addictives de leurs patients. DREES, Les Dossiers
       de la DREES, 80.
    • Ghosn, W. (2018). Indicateurs écologiques synthétiques du niveau socio-économique pour la recherche en Santé. CépiDc-Inserm.
    • Vergier, N., Chaput, H., Lefebvre-Hoang, I. (2017, mai). Déserts médicaux : Comment les définir ? Comment les mesurer ? DREES, Les Dossiers
       de la DREES, 17

                                                                              Directeur de la publication :                          Composition et mise en pages :
  LA DREES SUR INTERNET                                                       Fabrice Lenglart                                       Stéphane Jeandet
  Retrouvez toutes nos publications sur notre site                            Responsable d’édition :                                Conception graphique :
  drees.solidarites-sante.gouv.fr                                             Valérie Bauer-Eubriet                                  Julie Hiet et Philippe Brulin
  Retrouvez toutes nos données sur                                            Rédactrice en chef technique :                         Pour toute information :
  data.drees.solidarites-sante.gouv.fr
                                                                              Sabine Boulanger                                       drees-infos@sante.gouv.fr
  Pour recevoir nos avis de parution
  drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-                                  Secrétaire de rédaction :                              Reproduction autorisée sous réserve
  statistiques/publications/avis-de-parution                                  Élisabeth Castaing                                     de la mention des sources • ISSN                                                     La DREES fait partie
                                                                                                                                                                                                                          du Service statistique
                                                                                                                                     électronique 1146-9129 • AIP 0001384                                                 public piloté par l’Insee.

Les destinataires de cette publication sont informés de l’existence à la DREES d’un traitement de données à caractère personnel les concernant. Ce traitement, sous la responsabilité du directeur de la publication, a pour objet la diffusion
de la publication de la DREES. Les données utilisées sont l’identité, la profession, l’adresse postale personnelle ou professionnelle. Conformément aux dispositions de la loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux
libertés, les destinataires disposent d’un droit d’accès et de rectification aux données les concernant ainsi qu’un droit d’opposition à figurer dans ce traitement. Ils peuvent exercer ces droits en écrivant à : DREES - Bureau des Publications
et de la Communication - 14 avenue Duquesne - 75 350 Paris 07 SP ou en envoyant un courriel à : drees-infos@sante.gouv.fr

                                                                                                                        6
Vous pouvez aussi lire