Réflexions autour de la réhabilitation de la halle de Bourgtheroulde

 
Réflexions autour de la réhabilitation de la halle de Bourgtheroulde
Réflexions autour de la
réhabilitation de la halle de
Bourgtheroulde
Dans le cadre d’un stage sur le développement des
filières courtes dans le Pays du Roumois

Proposition d’utilisation de la halle de Bourgtheroulde basée sur
l’analyse socio-économique du territoire et la rencontre avec les
acteurs. Proposition d’actions à court.

Lucie Scheiwiller
Juin 2013
Réflexions autour de la réhabilitation de la halle de Bourgtheroulde
Contenu

 I.         Etat des lieux ........................................................................................................................................................2
       Diagnostic commercial ...........................................................................................................................................2
       Typologie des habitants .........................................................................................................................................3
       Evolution des comportements d’achats ..........................................................................................................3
       Evolution des contraintes agricoles sur le territoire .................................................................................4
       Rappel sur les circuits courts ..............................................................................................................................4
 II.        Développement des circuits courts de proximité .................................................................................5
       Actions territoriales menées par le SYDAR ...................................................................................................5
       Etude de création d’un point de vente collectif dans la halle de Bourgtheroulde .........................7
       Résultat de l’enquête...............................................................................................................................................8
 III.       La halle, vitrine de Pays ................................................................................................................................ 15
       Fonctionnement d’un lieu multi-usages ...................................................................................................... 15
       Forme juridique ..................................................................................................................................................... 18
       Aménagement et logistique............................................................................................................................... 18
       Hygiène et sécurité ............................................................................................................................................... 19
       Financement ............................................................................................................................................................ 19
 IV.        Pistes d’actions pour la fin du stage......................................................................................................... 20
 V.         Conclusion .......................................................................................................................................................... 21
 VI.        Table des annexes ........................................................................................................................................... 22

                                                                                                                                                                                 1
I.     Etat des lieux

   Le pays du Roumois regroupe 61 communes, réparties sur 3 communautés de communes et
comprend 43 000 habitants. C’est un espace à dominante agricole, 71% de son territoire est
exploité en agriculture, où la densité de population est faible (maximum 576 habitants / km²).
De plus, il ne constitue pas un pôle d’emploi, un actif sur sept travaillant à l’extérieur, ce qui
induit une forte dépendance vis-à-vis de la CREA (qui emploie 51% des actifs). (SYDAR, mai 2008)

Diagnostic commercial
   Dans le département de l’Eure, la dépense commercialisable est estimée à 3 093 millions
d’euros pour l’année 2012. Les dépenses alimentaires représentent 49% du potentiel de
consommation, soit 1 515 millions d’euros. Selon les formes de vente, ce potentiel de
consommation diffère, ainsi, les grandes surfaces captent 81 % du potentiel, les commerces de
moins de 300 mètres carrés, 15%.(Annexe 1)

    Si l’on regarde maintenant à l’échelle du Roumois, la dépense alimentaire totale des habitants
représente 115,4 millions d’euros. De plus, malgré un important flux domicile-travail qui génère
des consommations à l’extérieur du territoire, la rétention est bonne en ce qui concerne
l’alimentation ; 61% des achats se font dans le pays du Roumois (Annexe 2) et celle-ci
représente 30 % de l’offre commerciale du territoire. L’évasion commerciale représente tout de
même 45 millions de chiffre d’affaire, à 66% vers la CREA, 11% vers Le Neubourg, 7% vers Pont
Audemer. De plus, la vente à distance représente 7% de l’évasion commerciale.
    En ce qui concerne la densité commerciale du pays, elle est plus faible que celle du
département ; 3,7 commerces pour 1000 habitants sur le Roumois contre 4,8 commerces pour
1000 habitants dans l’Eure. (Annexe 4)

   La zone de chalandise pour les achats alimentaires correspond au territoire du Pays du
Roumois, avec 96% du chiffre d’affaire de l’offre commerciale du Roumois réalisée dans cette
zone. Les taux d’emprise1 des communautés de communes du Roumois Nord et Bourgtheroulde-
Infreville sont assez forts en ce qui concerne l’alimentation. Il est plus faible pour la
communauté de commune d’Amfreville-la-campagne du fait de sa proximité avec Elbeuf.

   En ce qui concerne l’offre alimentaire en circuit court, d’après l’enquête menée auprès des
producteurs fin 2011, 24% des répondants ont déclaré faire de la vente directe, soit une

1   Taux d’emprise : part des consommations du secteur concerné effectué sur le Roumois

                                                                                                2
trentaine d’exploitations. Les données ont été actualisées cette année, 5 producteurs ont arrêté
       la vente directe, suite à une départ en retraire ou à un manque de rentabilité. Ainsi, ils ne sont
       plus de vingt-six producteurs à circuit court.
           Les deux tiers commercialisent leur production directement à la ferme ou pratiquent la
       cueillette, 17% vendent sur les marchés. Les 17% restant livrent les AMAP, ou les épiceries.
          La viande bovine et les produits arboricoles transformés sont les productions majoritaires
       représentant chacune environ 20% des productions

                                                                                                   Viande bovine
             Lieu de vente directe                        Productions en vente directe
                                                                                                   Produits arboricoles
                                                                                                   (boissons)
 3%                                                                         5%
                                                                                                   Pommes de terre
        7%                       A la ferme                            5%
                                                                                       22%         Légumes
                                                                  5%
 10%                             Au marché                                                         Produit avicoles
                                                              6%
                                                                                                   Fruits
                                                             8%
17%                              AMAP
                   63%                                                                       19%   Viande porcine
                                                               8%
                                 Cueillette                                                        Miel
                                                                       11%       11%               Confitures
                                 Autre (épicerie,
                                 point de vente..)                                                 Produits laitiers

          Quelques magasins individuels sont structurés, cependant, on notera l’absence, sur le
       département, de magasin collectif de produits fermiers ou autres formes d’organisation
       collective. Deux magasins de ce type existent en Basse-Normandie, et bientôt deux vont se créer
       en Seine Maritime. La vente en ligne est également absente sur le territoire du Roumois.
       (Plusieurs en Seine Maritime).

       Typologie des habitants
          Sur le Pays du Roumois, 45,4% de la population se situe dans la tranche d’âge des 30-59 ans.
       Le niveau de revenu y est relativement élevé en comparaison de la moyenne nationale (26 006€
       net) (Annexe 3).
          La consommation quotidienne, qui englobe la boucherie-charcuterie, boulangerie,
       alimentation générale, se fait souvent à courte distance, à l’échelle d’une commune et des
       communes limitrophes.

       Evolution des comportements d’achats
       Le dernier rapport de l’observatoire AID, met en avant l’évolution des comportements de
       consommation. En voici quelques exemples qui vont dans le sens des circuits courts :
          - Un retour vers une proximité et une simplicité des achats, qui pourrait se traduire sur
             le territoire par un retour de l’artisanat, du commerce traditionnel ou encore de la
             rénovation de marché de plein air, halles..
          - Une envie de gagner du temps et de consommer au meilleur prix, que l’on observe par
             le boom du e-commerce. En moyenne 2,85% des dépenses de consommation courantes
             en 2011, pour le moment seulement 0,5% des dépenses alimentaires.
          - Une évolution vers une consommation durable et éthique, qui se traduit par le
             développement de la vente directe. (AID, 2013)

                                                                                                            3
Evolution des contraintes agricoles sur le territoire
    La loi Grenelle 2, adoptée en 2010, fait acte de l’engagement du gouvernement en faveur de
l’environnement. L’un des objectifs de cette loi est de préserver la biodiversité et les ressources,
en s’appuyant sur plusieurs actions :
    - Elaborer une Trame verte et bleue
    - Rendre l’agriculture durable en maîtrisant les produits phytopharmaceutiques et en
        développant le bio
    - Protéger les zones humides et les captages d’eau potable

   Sur le Pays du Roumois, le SERPN travaille sur l’amélioration des pratiques agricoles sur les
bassins d’alimentation des captages d’eau potable. Notamment ceux des Varras-Moulineaux qui
se trouvent sur le Roumois.
   Les phases de délimitation des BAC et de diagnostic des exploitations agricoles sont
aujourd’hui finies, un programme d’action va maintenant être rédigé pour la période 2014-2020.
Les actions sur les BAC vont permettre d’engager une discussion avec les agriculteurs et une
réflexion autour de l’amélioration des pratiques. Le SYDAR souhaiterait renouveler le
partenariat avec le SERPN, notamment autour de la marque de Pays, afin d’agir simultanément
sur la préservation de la ressource en eau et le développement des filières courtes. De plus, les
éleveurs sont confrontés à une vraie problématique de rentabilité économique, et le
développement des filières courtes sur le Roumois, doit, sur le long terme, pouvoir répondre aux
attentes des producteurs.

Rappel sur les circuits courts
  Les circuits courts sont un mode de commercialisation des produits agricoles s’exerçant soit :
  - par la vente directe du producteur au consommateur
  - par la vente indirecte mais avec un intermédiaire maximum

Cependant, il faut distinguer circuit court et circuit de proximité. En effet, un produit vendu en
ligne peut avoir un seul intermédiaire mais venir de très loin. Les circuits courts de proximité
doivent donc utiliser les produits locaux et avoir un impact positif sur l’économie du territoire.
Parmi ces circuits courts de proximité on trouve, la vente directe à la ferme, au marché, la vente
en AMAP2, ou encore dans les commerces de proximité (artisans bouchers…)

    Pour conclure, le Pays est face à un double enjeu, économique tout d’abord, en maintenant
l’agriculture et l’économie de proximité, ainsi, qu’environnemental, en préservant la ressource
en eau. Le développement des filières courtes pourraient ainsi répondre à ces deux enjeux.

2   AMAP : Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne

                                                                                                  4
II. Développement des circuits courts de proximité

Actions territoriales menées par le SYDAR
    Afin de fédérer un groupe de producteur mais aussi un réseau d’acteurs territoriaux, l’idée
serait de créer une association, regroupant, aussi bien les producteurs, artisans, restaurateurs,
consommateurs, élus et professionnels du tourisme. Elle aurait pour objet de faire la promotion
de la marque « Pays du Roumois », de renforcer l’identité du territoire et de promouvoir les
produits locaux en circuit court. L’adhésion serait soumise à certains critères, liés à la qualité et à
la protection de l’environnement pour les producteurs, à l’utilisation de produits locaux pour les
artisans et restaurateurs.

   En partenariat avec le SERPN, l’association pourrait ainsi contrôler les adhésions des
différents acteurs mais également favoriser les échanges. Une association étant à but non
lucratif, cela permet de s’affranchir de tout problème de concurrence.
La création de cette association et de la marque de Pays aurait trois objectifs :
   - Permettre une meilleure visibilité des produits locaux auprès des consommateurs
   - Permettre la création ou le renforcement des débouchés en circuits courts
   - Permettre, sur le long terme, l’amélioration des pratiques agricoles en faveur de
       l’environnement, via un partenariat avec le SERPN.

   Sur le schéma ci-dessous, on retrouve, en haut, les agriculteurs que l’on souhaiterait voir
adhérer à la marque, qui se déclinent en trois catégories. Ceux étant déjà en vente directe, ceux
souhaitant se convertir et les porteurs de projets de vente directe cherchant à s’installer.
L’engagement de ces producteurs, dans le cahier des charges de la marque, leur permettraient
de profiter de moyens de communication, ainsi que de débouchés en filières courtes.
   Deux types de débouchés ont été mis en évidence, les débouchés existants qu’il faudrait
renforcer et les nouveaux débouchés possibles. Dans la première catégorie, on trouve les
commerces de proximité, les restaurateurs, la restauration collective et les marchés qui sont
faiblement approvisionnés en produits locaux. Dans la seconde, qui correspond aux nouveaux
débouchés à créer, on peut envisager un marché de producteur, un magasin collectif, de l’achat-
revente chez les hébergeurs, de la vente en ligne…
   Par la suite, je ne développerais que les actions menées sur les nouveaux débouchés, et plus
spécifiquement sur l’utilisation possible de la halle de Bourgtheroulde.

   Les partenaires potentiels sont présentés sous forme de bulles pour chaque action envisagée.
Des leviers financiers seraient possibles dans le cadre de ces actions via l’Agence de l’eau et les
fonds européens du programme LEADER en partenariat avec le Parc Naturel Régional des
Boucles de la Seine Normande.

                                                                                                     5
Figure 1: Schéma des actions territoriales liées à                                                                                                                                                                                  Légende
                                                                                                                                                                              Terre de Liens
                                                                                                                                                                                                 GRAB,
la marque Pays du Roumois
                                                                               Agriculteurs                                                                                     Défis ruraux    Interbio               Partenaire
                                                                                                               Agriculteurs déjà en                       Agriculteurs                                                 technique
                                                                                                                                                                                                                                         Collectivité
                                                                               cherchant la
                                       Association de la                                                           circuit court                      cherchant à s’installer
                                                                              diversification                                                                                                                          Partenaire
                                       Marque de Pays                                                                                                                                                                                     Objectifs
                                                                                                                                                                                                                       financier

                                                                                                           Charte générale de l’association                                                                             Débouchés mais
                                                                                                                                                                                                                         pas utilisation
                                                                                                                  (Cahier des charges)                                                                                  marque Roumois
                                                                                                SERPN
       Amélioration des                                Suivi /
      pratiques agricoles                             contrôle                                                                            AESN        Cabinet audit
                                Permettra                                           Adhésion des
                                                                                                                     Diagnostic
                                                     (comité de                     producteurs                                         Terr’avenir
                                                       suivi)
                                                                     AESN
                                             SERPN     Terr’avenir                                                                                                    Permettra                             Meilleure visibilité auprès des
                                                                                                               Support de communication,                                                                           consommateurs
                                                                                                               animations, mise en réseau

                                                                                                                                                                     Créer de nouveaux
                                  Renforcer/ conforter les
                                                                                                                                                                  débouchés, accès réservé
                                  débouchés existants en                                                                                                               aux adhérents
                                   valorisant la Marque
                                                                                                                                                          Com Com     LEADER      CREA    Initiative Eure

                                                                     Débouchés
           Débouchés                                                                                                                                                      Débouchés
                                                                      réguliers
          occasionnels                                                                                                                                                     réguliers

                                                                       Dépôt-vente ?

                                                       Stand                              Restauration
    Foire                       Portes
                                                     individuel                            collective                    Magasin produits                                Point relais /                        Achat /                     Stand
   annuelle                    ouvertes                                                                                                                                                                     Revente chez
                                                       sur les                                     Défis
                                                                                                                            fermiers                                     vente en ligne                                                 collectif au
                               dans les                                                                              Mairie                                                                                  hébergeurs
                                                      marchés                                     ruraux                                                                                                                                  marché
                                fermes                                      Restaurant                               Bgde            Boutique
                                                                                                Région+CG 27                          écomusée
                                                                                  FRPAT                                                   ?
                            Chambre agri
          Manifestation                                       Commerce
         occasionnelle /                                      (Boucherie,
                                                               Epicerie)                                                                                              AMAP
           marché de                                                                                                                                                                                         Drive
          producteurs                                   Chambre                                                                                                                                             Fermier
                                                                                                                            Revendeur
                                                          M&A                                                                                                                      Ruche Qui                ou BalF
                                                                                                                                                     Magasin
                                                                                                   Point de vente                                 Bienvenue à la
                                                                                                                                                                                    dit Oui                                         6
                                                                                                                                                                                                                 Chambre agri
                                                                                                      collectif                                   Ferme (BalF)                                           Défis
                                                                                                             Défis                                                                                      ruraux
                                                                                                            ruraux                                             Chambre agri
Etude de création d’un point de vente collectif dans la halle de Bourgtheroulde
   La première hypothèse d’utilisation de la halle de Bourgtheroulde était d’en faire un lieu
vente collective de produits locaux. Il convient de déterminer quelle serait la forme de vente la
plus appropriée en fonction de l’environnement et du contexte socio-économique.

La ville de Bourgtheroulde dispose déjà d’une offre alimentaire conséquente avec :
   - Deux boucheries-charcuteries
   - Un charcutier traiteur
   - trois boulangeries
   - Des fruits/légumes, produits laitiers, épicerie fine (vin, cidre) : Le cours des halles
   - Un caviste
   - Une épicerie de proximité : Cocci Market
   - Une moyenne surface : Carrefour Contact
   - Un magasin spécialisé dans les produits Bio : Domi-Bio
   - Une AMAP
   - Un marché, le samedi matin

Ainsi, l’implantation d’un nouveau commerce alimentaire semble assez compliquée. Cependant,
afin de mieux comprendre le fonctionnement de la vente collective de produits locaux, j’ai
rencontré différents distributeurs en Normandie, ayant chacun une organisation différente.
   - Un revendeur de produits locaux, « Graine des Champs » à Vascoeuil
   - L’association « Saveur et Savoir », qui fonctionne comme un drive, avec des animations à
        Romilly sur Andelle
   - « La Boutique des fermiers », deux producteurs associés Bienvenue à la Ferme, à Saint-
        Gatien
   - « La Ruche qui dit Oui », fonctionne comme un drive, gérée par Mme Longo à Bosc Roger.
        Information sur le site internet www.laruchequiditoui.fr, extrait en annexe 7
Le tableau en annexe 5 reprend les informations essentielles.

   Ces rencontres m’ont permis d’envisager deux formes de vente possibles dans la halle, qu’elle
soit gérée par les producteurs, ou par un revendeur. La comparaison de leurs avantages et
inconvénients, au vu de la situation de Bourgtheroulde, est présentée dans le tableau en annexe
6.

On pourrait donc envisager :
   1. Un magasin
   2. Un point de retrait de vente en ligne (type « drive-fermier »)

    Quelque soit la forme de vente, cela peut être géré soit par un revendeur, soit par un groupe
de producteur.
    S’adresser à un revendeur ne semble pas vraiment en accord avec la démarche du Pays de
renforcer l’identité et la dynamique du territoire. En effet, cela ne permet pas de fédérer un
groupe de producteurs locaux, et n’agit pas sur le lien entre producteurs et consommateurs. De
plus, il faudrait être sur que le commerce puissent être rentable.
    La vente collective gérée par les producteurs se développe avec la marque « Bienvenue à la
ferme » et l’appui de la chambre d’agriculture. Cependant, si la chambre peut être un partenaire
intéressant, il faudra tout de même être vigilent pour que la marque Pays du Roumois reste

                                                                                               7
prioritaire. Cette forme de gestion, implique de trouver un groupe de producteurs motivés et
prêt à s’engager dans ce type de démarche.

    Concernant le format de vente, les deux inconvénients d’un magasin de produits locaux sont
la concurrence avec les commerçants du bourg, ainsi que le risque d’un manque de rentabilité.
    En qui concerne la vente en ligne, l’inconvénient est plutôt, la faible valorisation du local,
mais cela permet de s’affranchir des problèmes de concurrence, car la clientèle visée sera
différente de celle consommant dans les commerces de proximité.

    Compte tenu de ces constats, et pour prendre une décision en accord avec les attentes des
producteurs, nous avons menés une courte enquête. Celle menée en 2011, auprès de tous les
producteurs du Roumois, avait fait ressortir une envie d’obtenir de nouveaux débouchés et de
valoriser les produits du Pays, qui était plutôt encourageante. Depuis, peu d’actions concrètes
ont été faites et il était nécessaire de relancer une dynamique.
    Nous avons choisi d’interroger uniquement les producteurs en circuit court, soit trente et un,
car ces derniers sont déjà engagés dans des actions de communication auprès des
consommateurs et commercialisent des produits transformés. Les questions portaient sur leurs
motivations pour la vente directe, leur envie de participer à un marché de producteurs régulier,
à de la vente en ligne ou de s’investir dans une association de Pays ou encore leurs attentes vis à
vis de la collectivité. L’enquête a été orientée sur un engagement mesuré, associatif, et de la
vente hebdomadaire, voir bimensuelle.
   Cependant, elle permet de mieux comprendre les freins des agriculteurs pour certains
débouchés.

  L’objectif de l’enquête était d’extraire un groupe de producteurs motivés et moteurs pour
mener des actions en circuit court ou des actions d’animations, mais également de choisir un
mode de vente approprié à leurs besoins.

   Sur les 31 producteurs en circuit court, 28 ont été interrogés, soit 90%. Trois producteurs ont
arrêté la vente directe, soit suite à un départ en retraite, soit par manque de rentabilité. Deux
autres ne produisent plus sur le territoire.

Résultat de l’enquête

Expérience en vente directe et motivation
   Le graphique suivant présente la répartition des producteurs en fonction du nombre
d’années passées en vente directe.

Graphique 1: Années d'expérience en vente directe
               10
                                                                       < 5 ans
 producteurs

                                                                       5 - 20 ans
    Nb de

                5
                                                                       > 20 ans
                                                                       sans réponse
                0
Question : Depuis combien de temps pratiquez-vous la vente directe ?

                                                                                                 8
On peut voir qu’ils sont assez nombreux à s’être lancés dans la vente directe depuis moins de
cinq ans. Si l’on regarde cette répartition en fonction des productions, on constate que ce sont
surtout les éleveurs bovins, commercialisant de la viande bovine en caissette ou des pommes de
terre. Cette diversification est en partie due aux très faibles rémunérations par les circuits de
vente classique.

Graphique 2: Année d'expérience en fonction des productions
                           6
  Nombre de producteurs

                           5
                                                                                                                          < 5 ans
                           4
                           3                                                                                              5 - 20 ans
                           2
                                                                                                                          > 20 ans
                           1
                           0                                                                                              Sans
                                                                                                                          réponse

    Leur motivation pour la vente en circuit court est avant tout économique, mais la qualité et
l’authenticité du produit, ainsi que le lien avec le consommateur sont également important pour
les producteurs. Ces trois points sont liés et démontre un besoin de valorisation des produits et
de leur métier.

Graphique 3 : Motivations pour la vente en circuit court
                           12
   Nombre de producteurs

                           10
                               8
                               6
                               4
                               2
                               0
                                     Pérennité de Diversification Lien avec le Authenticité et demande des    autres   pas de réponse
                                   l'exploitation / économique consommateur       qualité     consommateurs
                                      Rentabilité

           Question : Pour quelles raisons vous êtes vous tourné vers la vente directe ? (Plusieurs choix possibles)

Marché de producteurs
   Dans un second temps, les producteurs ont été interrogés sur leur souhait de participer à un
regroupement de producteurs sur le temps du marché. Avec la mise en place d’outils de
communication sur un stand, afin de les démarquer.

Seuls cinq producteurs sont intéressés et disponibles pour cette action durant l’été. Cinq autres
sont hésitants, ou ne peuvent pas dans l’immédiat faute de stock.

                                                                                                                                        9
Graphique 4: Intérêt pour participer à un marché de producteur régulier

                                                                 Intéressé
                                  22%
                                         22%
                                                                 Non
                                                                 intéressé
                                       56%
                                                                 Peut être

Question : Si un stand des producteurs du Roumois est mis en place sur les marchés locaux, souhaiteriez-vous
y participer ?

Les productions sur le marché pourraient être les suivantes :
                                 Nom             Prénom              Ville                              Productions

                                CATEL              Eric             Hauville                               Miel
Intéressé

                               LHOMME          Marie Hélène     Le Thuit-Anger         Confitures à base de fleurs, fruits et légumes

                               MENAGER           Murielle         Bouquetot               Confitures, sorbets, jus, pâtes de fruit

                               MENAGER            Nicole            Routot                  calvados A.C.C Pays Risle Estuaire

                                STALIN           Edouard          Bouquetot                             Légumes bio

                           DELAVOIPIERE         Bertrand       Boissey le Chatel                     Pommes de terre

                                                                                      Cidre, calvados, pommeau, jus pomme et poire,
                               LELIEUR           Charles            Vraiville
                                                                                                     vinaigre de cidre
Peut être

                                                                                       Fruit et légumes bio. Revente de miel, cidre,
                                LESAGE           François      St-Ouen du Tilleul
                                                                                       œufs, fromage de chèvre et produits locaux

                               MARECHAL          Fredéric     Saint ouen du tilleul                  Pommes de terre

                                POSTEL           Philippe        Bourg-Achard          Viande bovine en caissette, pommes de terre

Graphique 5: Préférence des producteurs pour le marché
                           5
   nombre de producteurs

                           4
                                                                                               Bourgtheroulde-Infreville

                           3                                                                   Bourg Achard
                                                                                               Routot
                           2                                                                   Thuit-signol
                                                                                               Boissey le Chatel
                           1

                           0

Question : Sur quels marchés pourriez-vous venir ? (Plusieurs choix possibles)

                                                                                                                               10
Sur les cinq producteurs intéressés, quatre sont disponibles sur le temps du marché de
Bourgtheroulde-Infreville. Le lancement d’un stand de producteurs sur le marché de
Bourgtheroulde peut donc être envisagé.

Vente en ligne
   Aujourd’hui, aucun producteur ne dispose de logiciel de vente en ligne. Cela se passe
principalement par téléphone
L’idée d’un « drive-fermier » semble plaire aux producteurs, quinze ont répondu favorablement.
Contrairement au marché, la vente en ligne est un débouché qui prend peu de temps, et où il n’y
a pas de perte car tout se fait par commande. Cela explique pourquoi les producteurs sont plus
intéressés.
 Graphique 7: Intérêt pour le Drive Fermier          Graphique 6: Productions possibles
                                                                                          Produits arboricoles
                                                                                          (boissons)
                                                                                          Pommes de terre
                                                               5%
       35%                                                                                Viande bovine
                                                        5%           5%
                                                                                          Produit avicoles
                                                                            26%
                     65%                                                                  Confiture
                                                         11%
                                                                                          Produits laitiers
                                                          11%                             Viande porcine
   Interéssé    Non interéssé                                               21%
                                                                                          Légumes
                                                                    16%
Question : Si un drive fermier était créé, seriez-
                                                                                          Fruit
vous intéressé pour y participer ?
                                                                                          Miel

Association des producteurs de Pays
    65% des répondants (soit 15 producteurs) sont prêts à s’engager dans une association pour
la promotion du Roumois. Parmi ces quinze producteurs, neuf sont favorables à ce que
l’association incluse également les artisans ou restaurateurs travaillant avec les produits locaux,
et pourquoi pas les consommateurs. Ils pensent que cela pourrait faciliter les dialogues entre les
acteurs de la filière et leur ouvrir de nouveaux débouchés.

   L’écart de motivation entre le marché et cette association peut s’expliquer par le fait que
beaucoup d’agriculteurs ne souhaitent pas être mis à l’écart des démarches. Si le marché
fonctionne bien, ils se déplaceront.

                                                                                                       11
Graphique 8: Engagement dans une association                Graphique 9: Type d'adhérents dans l'association

                                                                                           producteurs
                                     Sans
                                     réponse                            7% 13%
           9% 9%
                                                                                           producteurs,
                                     Oui                          20%
     17%                                                                                   artisans,
                                                                                           consommateurs..
                                     Non                                                   Ne sait pas
                  65%                                                      60%
                                     Ne sait pas                                           Autre

Question : Si une association de producteurs                Question : Selon vous, devrait-elle
du Roumois était crée, souhaiteriez-vous en                 regrouper uniquement les producteurs,
faire partie ?                                              également les artisans, restaurateurs        ou
                                                            consommateurs ?

Labellisation
   Plus de la moitié des producteurs ont un label. Trois labels sont bien représentés :
   - La marque Bienvenue à la Ferme
   - Le label de l’Agriculture Biologique (AB)
   - Le label Appellation d’Origine Contrôlée (AOC)
Les autres labels sont propres à la filière viande et contrôle la race des vaches (Qualité Race
Normande). Ils sont utiles pour la commercialisation en grande distribution.

La répartition des labels est la suivante :

Graphique 10 : Répartition des labels sur le territoire

                                           Bienvenue à la ferme

                        21%                AB
         46%
                            8%             Appelation controlée

                        17%                Autre

                  8%                       Sans label

   Les producteurs ont été interrogés sur l’intérêt de leur label et on constate qu’il leur permet
avant tout de communiquer sur les produits.

                                                                                                         12
Graphique 11: Intérêt des labels

                                                                             Interêt des labels
                                                5                                                     Communication auprès
                                                                                                      des consommateurs
                        Nombre de producteurs

                                                4                                                     Autre

                                                3                                                     Valorise qualité/prix du
                                                                                                      produit
                                                2                                                     Obtenir des débouchés

                                                1                                                     Respect de
                                                                                                      l'environnement
                                                0
Question : Quel intérêt trouvez-vous à ce label ?

Label Pays du Roumois
   Onze producteurs sont favorables à la création d’un label Pays du Roumois, et celui-ci doit
permettre de communiquer auprès des consommateurs, valoriser les produits du terroir et
également doit impliquer un respect de l’environnement.

Graphique 12 : Avis sur le label Pays du Roumois

                                                4% 5%                       Favorable

                                                                            Défavorable

                                                                 50%
                                                                            Ne sait pas
                                           41%

                                                                            Sans
                                                                            réponse

Question : Etes-vous favorable à la création d’un label Pays du Roumois ?

Graphique 13: Critères importants pour le label

                                         7
Nombre de producteurs

                                         6
                                         5
                                         4
                                         3
                                         2
                                         1
                                         0
                                                     Met en avant les         respect de    communication     Valorise le rapport
                                                    produits du terroir   l'environnement     auprès des       qualité prix des
                                                                                            consommateurs          produits

                                                                                                                                    13
Néanmoins, dix producteurs sont défavorables au label, notamment car ils pensent que cela
sera trop confus pour le consommateur ou parce qu’ils ont déjà un label. Parmi les producteurs
défavorables, certains labellisés AOC (producteurs de cidre, calvados) et Bienvenue à la Ferme.

Graphique 14: Raisons contre le label
5
4
3
2
1
0
         Déjà un label        Difficulté de fédérer   Trop confus pour les           Sans réponse
                                les producteurs         consommateurs

Attentes vis à vis de la collectivité
   La dernière question portait sur leurs attentes vis à vis de la collectivité. Leur plus gros
besoin porte sur la communication, que ce soit au niveau de la valorisation des produits, ou de
leur métier. Ils ont également été nombreux à répondre qu’ils n’attendaient rien.

Graphique 15 : Attentes de l'ensemble des producteurs vis à vis de la collectivité
 12

 10                                                                        aucune

    8                                                                      communication

    6                                                                      Aide à la mise en place de
                                                                           nouveaux débouchés
    4                                                                      Accompagnement à la
                                                                           commercialisation
    2                                                                      pas de réponse
    0

Sur les neuf producteurs en attente de communication, six on répondu favorablement à la
marque de Pays. On sent bien que la mise en place de cette marque pourrait être un moyen de
mettre en avant les produits du Roumois auprès des consommateurs.

                                                                                                        14
Graphique 18 : Attentes des producteurs, favorables à la marque, vis à vis de la collectivité

 7

 6                                                                         aucune
 5
                                                                           communication
 4

 3                                                                         Aide à la mise en place de
                                                                           nouveaux débouchés
 2                                                                         Accompagnement à la
 1                                                                         commercialisation
                                                                           pas de réponse
 0

Conclusion de l’enquête
   Le principal frein des agriculteurs pour les projets collectif de type marchés ou magasin est
un manque de temps. Certains sont prêts à proposer des produits sur les marchés mais ne sont
pas disponibles pour assurer une permanence.
   Cependant, ils sont très favorables à la vente en ligne dans la mesure où ils n’ont qu’à livrer.
C’est donc peut être vers ce type de vente qu’il faudrait se tourner. La plupart des producteurs
sont également prêt à se réunir sous la forme d’une association (type Agr’Eau) qui permettrait la
promotion du Roumois et le rapprochement entre les acteurs.

   Il ressort également de l’enquête un réel besoin de communication et de valorisation de leurs
produits. Le SYDAR va donc éditer une plaquette pour présenter les exploitations en vente
directe. Vingt et un producteurs souhaitent y figurer.

   Concernant la halle, en faire un simple lieu de vente ne semble pas approprié, les producteurs
n’étant pas prêt à s’engager dans ce type de projet. La seconde hypothèse est donc d’en faire un
lieu multi-usages permettant d’associer de la vente, de la communication valorisant le Pays et
des animations.

III. La halle, vitrine de Pays

Fonctionnement d’un lieu multi-usages
Les différents usages de la halle seraient donc les suivants :
    1. Un lieu de vente
    2. Un lieu valorisant l’identité du Pays
    3. Un lieu d’échange

 1. Tout d’abord, un lieu de vente :
    - Une mise à disposition de la halle pour les producteurs disponibles soit sur le temps du
       marché, soit un soir en semaine. Cela ne doit pas forcément être hebdomadaire mais il
       serait dommage de ne pas accompagner les quelques producteurs qui sont disponibles et
       prêts à vendre sur les marchés.
Ci-dessous, un exemple de marché de producteurs en Seine Maritime

                                                                                                        15
Exemple du marché de producteurs à Fécamp :
   Le marché de producteurs existe depuis deux ans et comprend huit producteurs locaux qui se
réunissent de mars à décembre, le mercredi de 17 à 19h, dans la rue principale de Fécamp. Ces
producteurs ont été audités par les Défis Ruraux, afin de déterminer le niveau de durabilité de
leur exploitation (diagnostic IDEA).
   On trouve des légumes, des produits laitiers (fromage et yaourt), du pain, de la viande de
porc, de la volaille, et des escargots.
   Ce marché a été créé à l’initiative de la ville de Fécamp, la municipalité s’occupe de monter et
démonter les stands, les producteurs ne font que ramener leurs produits.

    Le marché a aujourd’hui une bonne dynamique et les producteurs ont appris à se connaître et
à travailler ensemble. Ainsi cinq producteurs parmi les huit ont un projet de point de vente dans
les environs de Fécamp.

     La chambre d’agriculture via la marque « Marchés de producteurs de pays » peut également
être partenaire du marché, si plusieurs producteurs Bienvenue à la ferme souhaitent participer.
Ils disposent d’outils de communication très intéressants (panneaux, dépliants, signalétique, site
internet www.marches-producteurs.com) mais qui ne seront disponibles que pour les
producteurs adhérant au réseau. Il faut réfléchir à la manière d’associer les outils de
communication de la Chambre d’agriculture avec ceux du Roumois.

   -    Organisation d’un « drive fermier », avec le SYDAR qui aura un rôle important dans
        l’accompagnement, l’animation et la communication autour de cette action.
Ci-dessous, deux exemples de « Drive-fermier », le premier dans l’Eure et le second en Gironde
sous la marque Bienvenue à la Ferme

Exemple     de    l’association     « Saveur    et    Savoir »    à    Romilly     sur    Andelle
http://www.saveursetsavoirs.fr

    L’association, créée en 2003, réunie aujourd’hui 200 familles adhérentes et une quinzaine de
producteurs. L’association met en contact les producteurs et les consommateurs, et essaye de
modifier les pratiques alimentaires de ses derniers.
   Plusieurs actions sont mises en place :
    - la vente de panier fermier
    - l’organisation de cours de cuisine ou de jardinage
    - l’édition d’un bulletin d’information sur les pratiques agricoles (OGM, pesticides ….)
    - le prêt de livres de recette, jardinage, développement durable …

    Le conseil d’administration comprend 15 membres et une salariée est employée sur 3 jours
par mois pour l’organisation des paniers et des livraisons.

   Les fermes sélectionnées se trouvent dans un rayon maximum de 40 kilomètres, et doivent
adhérer à une charte dont les principaux critères sont une alimentation sans OGM et des
animaux élevés en plein air.

                                                                                                16
La vente des paniers s’organise sous forme de drive :
    - mise en ligne des produits par les producteurs
    - commande en ligne par les consommateurs
    - dépôt de leur glacière au local de l’association
    - un vendredi par mois entre 15h et 16h30, les producteurs viennent livrer les produits
    - remplissage des glacières des adhérents par les bénévoles
    - récupération des commandes entre 17h et 19h
    - le paiement se fait soit par chèque, soit par carte bancaire directement sur le site.
       L’association ne gère pas d’encaissement, les consommateurs payent directement les
       producteurs.

Le producteur reverse 5% de ses ventes à l’association et les adhérents payent 6 € de frais de
gestion, sauf s’ils aident à la logistique

   Exemple du « Drive Fermier Gironde » http://www.drive-fermier.fr/33/
21 producteurs, 3 groupements de producteurs (coop), sous forme associative
Commande en ligne jusqu’au mercredi soir pour une livraison dans l’un des 2 points relais le
vendredi de la même semaine.

Les « Drive-fermier », Bienvenue à la Ferme, sont gérés par les Chambres d’agriculture
départementales, pour l’instant celui de Gironde est le seul existant en France. Une association
avec la Chambre sur ce projet pourrait permettre de mettre en place d’importants outils de
communication et de faire de Bourgtheroulde un lieu incontournable.

2. Ensuite, une valorisation de l’identité du Pays du Roumois. En proposant un affichage
    permanent d’informations sur la marque, les producteurs adhérents, et le partenariat avec
    le SERPN pour la protection de la ressource en eau. Mais également en mettant avant les
    artisans, restaurateurs ou hébergeurs utilisant des produits locaux, ainsi que les
    informations touristiques et sur le patrimoine du Pays.
Une permanence pourrait être mise en place quelques heures par semaine dans la halle afin que
les habitants aient accès à ces informations.

3. Enfin, la halle pourrait être un lieu d’échange, au travers d’animations régulières et
   ponctuelles.

   Les animations régulières pourraient être des ateliers cuisines en partenariat avec des
associations telles que « Slow Food » ou « Faites le vous même ». Ces ateliers pourraient avoir
lieu au Centre Gilbert Martin. On peut également envisager des ateliers pédagogiques et de
sensibilisation sur le thème du développement durable à destination des scolaires ou des
familles. Le but étant de faire de la halle, un lieu vivant en soirée pour animer le bourg.

   Les associations « Slow food », ou « Faites le vous même » sont spécialisées dans les ateliers
cuisines éco-responsables. L’association « la ferme du TAC », qui est basée dans le Roumois,
pourrait aussi être un partenaire intéressant, notamment car elle contribue à promouvoir les
circuits courts et la connaissance du monde du vivant, et pourrait animer des ateliers autour du
développement durable.

                                                                                              17
Slow food est une association éco-gastronomique à but non-lucratif. Fondée en 1989 pour
contrer les fast-foods et la « fast life », elle se bat pour restaurer l’intérêt de tous pour la
nourriture, ses origines, ses saveurs et enrayer la disparition des patrimoines alimentaires
locaux. L’éco-gastronomie, que défend Slow Food, est la reconnaissance des liens qui unissent
l’assiette, le territoire, la planète.

Slow Food a trois missions:
       - Défendre la biodiversité alimentaire
       - Éduquer au goût
       - Relier les producteurs et les coproducteurs

Les animations ponctuelles seraient par exemple, des dégustations de produits animés par les
producteurs, des actions de communication lors de portes ouvertes dans les fermes, du comice
agricole.

Points de vigilance :
Si une telle organisation est choisie, il faudra être vigilant à :
    - Créer des animations régulières afin que la halle ne soit pas perçue comme un « lieu
       musée »
    - Faire un règlement intérieur stipulant l’engagement des producteurs sur le créneau de
       vente, afin de ne pas avoir trop de turn-over et un essoufflement.
    - Faire une enquête pour faire ressortir les attentes des producteurs sur une association de
       ce type.

Forme juridique
   Suite aux réponses positives des agriculteurs, la forme associative serait la plus simple pour
débuter car elle permet de s’affranchir des problèmes de concurrence et de rentabilité.
L’association     serait     composée  de    différents    collèges,    producteurs,     artisans,
restaurateurs, consommateurs, professionnels du tourisme, issus de tout le territoire. La halle de
Bourgtheroulde servirait de tremplin pour lancer cette association puis des antennes pourraient
se créer sur tout le territoire.

Aménagement et logistique
   Pour l’aménagement de la halle, dans le cas d’un drive, il faudra surement un espace de
stockage, afin de garantir la chaine du froid.
   Ce lieu doit cependant rester facilement modulable.

    La mairie pourrait gérer la halle de la même manière que les différents locaux associatifs
municipaux. Ainsi, le planning d’occupation du local, le règlement intérieur, la gestion des clés et
l’entretien serait à la charge de la mairie. De plus, un temps de présence dans la halle serait à
prévoir pour animer le point d’accueil touristique et d’information. La mairie pourrait également
être en charge des animations régulières dans la halle.

    Le rôle du SYDAR sera indispensable pour l’accompagnement du groupe de producteur,
l’animation de l’association, ainsi que pour faire le lien avec le SERPN dans le contrôle des

                                                                                                 18
adhésions et le suivi des exploitations. Le SYDAR se chargera aussi des animations ponctuelles et
de la mise en route de la plateforme de vente en ligne.

   Les producteurs devront gérer leur matériel de vente et devront respecter le cahier des
charges, ainsi que le règlement intérieur. Dans le cas d’un « drive-fermier » , ils se chargeront de
la mise en ligne de leurs produits ainsi que de la livraison.

Hygiène et sécurité
    La réglementation en matière sanitaire dépend du produit commercialisé (brut ou
transformé), du mode de vente et de la quantité vendue.
    En cas de remise directe du produit au consommateur, le producteur doit déclarer son
activité auprès de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) du
département, qui vérifiera que l’exploitation est aux normes et respecte les bonnes pratiques
d’hygiène liées à l’activité. Le producteur doit également mettre en place un Plan de maîtrise
sanitaire, présenté en annexe 8. De plus, les denrées alimentaires doivent respecter comme tous
les autres produits commercialisés les obligations relatives à l'information du consommateur, à
la conformité et à la sécurité des produits (étiquetage, affichage).

   La réglementation applicable à ce type de vente est la suivante :
   - Le Paquet hygiène, notamment le règlement (CE) n°178/2002 établissant les principes
       généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire, instituant l'Autorité
       européenne de sécurité des aliments et fixant des procédures relatives à la sécurité des
       denrées alimentaires et le règlement (CE) n°852/2004 relatif à l'hygiène des denrées
       alimentaires,
   - Les arrêtés « Denrées animales et d’origine animale (DAOA) » 18/12/2009 et l'arrêté du
       21/12/2009
   - Les dispositions du code de la consommation en ce qui concerne notamment l’étiquetage,
       l'affichage des prix et de l'origine, la publicité sur le lieu de vente etc…

   En ce qui concerne la vente dans une halle couverte, dont l’usage n’est pas réservé
uniquement au marché, les règlements concernant l’hygiène et la sécurité, ainsi que les
températures de conservation des denrées alimentaires, sont présentés en annexe 9 et 10.

Financement
   Les revenus de l’association seront principalement, les cotisations des adhérents, les
animations et les subventions ou dons.

Les partenaires financiers pourraient être multiples :
   - Le SYDAR dans le cadre du contrat de Pays
   - la CREA qui apporte son aide aux porteurs de projet, individuels ou collectifs, dans le
      développement des filières courtes, sur le territoire CREA et BAC. Sur les BAC, les projets
      doivent être liés à une démarche de protection de la ressource en eau. Bourgtheroulde se
      trouvant sur le BAC des Varras-Moulineaux, il est tout à fait possible d’être éligible à ces
      subventions.
   - la Caisse d’Allocation Familiale (CAF) apporte son aide pour des projets liés à l’enfance
      jeunesse ou le renforcement du lien social. Des financements seraient donc possible pour

                                                                                                 19
les ateliers cuisines ou d’éducation au développement durable, si les publics visés sont les
       scolaires ou les familles.
   -   L’agence de l’eau Seine-Normandie, dans le cadre du 10ème programme, qui finance les
       actions de protection des captages d’eau potable, notamment liées au changement des
       pratiques agricoles, ainsi que les actions de protection et de restauration des milieux
       aquatiques.
   -   Un partenariat avec le Parc Régional des Boucles de la Seine Normande est prévu dans le
       cadre du programme européen LEADER 2014-2020. Cela permettrait d’avoir accès aux
       fonds FEADER, et de financer de nombreux projets, notamment en filières courtes.
   -   La DRAAF, via les aides FEADER jusqu’en 2013, accompagne les agriculteurs dans leur
       projet de diversification, ainsi que les collectivités dans les projets de promotion des
       activités touristiques.

IV. Pistes d’actions pour la fin du stage

   L’enquête a fait ressortir un véritable besoin de communication autour du métier
d’agriculture, du savoir faire, mais également de la qualité des produits locaux. Nous allons donc
éditer une plaquette à destination des consommateurs afin de communiquer sur les producteurs
locaux qui vende en circuit court. Vingt deux producteurs ont souhaité apparaître sur cette
plaquette, soit six de plus que dans le guide touristique du Roumois.

   Cinq producteurs sont également motivés pour être présent sur un stand de producteurs sur
le marché, cela pourrait donc être intéressant de leur proposer un créneau, soit sur le temps du
marché, soit le soir en semaine, pour faire des actions de communication. Si la demande des
consommateurs est forte, d’autres producteurs se joindront surement à la démarche. Ce marché
peut avoir lieu une fois par mois, pour ne pas être trop contraignant pour les producteurs. Aucun
des producteurs labélisés Bienvenue à la Ferme ne sont intéressés par les marchés, une
association avec la chambre d’agriculture semble donc difficile.

Exemple du marché à la ferme en Seine Maritime
   Quatre producteurs ont décidé de se regrouper pour faire un marché, une fois par mois, dans
les différentes exploitations. Les clients sont nombreux et depuis, une dizaine d’autres
producteurs viennent également vendre leurs produits.

                                                                                                20
V. Conclusion

    Ainsi, la halle présente du potentiel pour la vente de produits locaux, notamment grâce à sa
proximité avec l’autoroute A13 et Rouen, sa population plutôt aisée et son dynamisme. De plus,
l’enquête confirme que les producteurs sont motivés pour diversifier leurs débouchés avec, par
exemple, la création d’un « drive fermier ». Le véritable enjeu, maintenant, est de ne pas perdre
ce dynamisme, et de lancer rapidement des actions.
    La création d’un « drive fermier » et d’un lieu d’information sur les producteurs locaux sera
innovante pour département de l’Eure et permettra à la ville de Bourgtheroulde d’être pionnière
dans ce domaine. Cela attirera les « locavores » du territoire, et apportera un dynamisme
supplémentaire dans le centre bourg.

   De plus, l’enquête a mis en avant le peu d’attentes des agriculteurs envers la collectivité, ainsi
que pour beaucoup, le sentiment de donner de leur temps avec peu de résultats concrets. Ainsi,
cette première action, qui s’inscrit dans la démarche du Pays de développement des filières
courtes, permettra également de recréer le lien de confiance entre les agriculteurs et la
collectivité.

                                                                                                  21
VI. Table des annexes

Annexe 1 : Répartition du potentiel de consommation par formes de vente ....................................................... 23
Annexe 2: Destination des dépenses par famille de produits ............................................................................... 23
Annexe 3 : Revenus net déclarés moyens ............................................................................................................. 23
Annexe 4 : Répartition et densité des commerces sur le Roumois, 2009 ............................................................. 24
Annexe 5 : Présentation des différents revendeurs de produits locaux ................................................................ 25
Annexe 6 : Avantages et inconvénients des différents types de vente ................................................................. 26
Annexe 7 : Dossier presse "La ruche qui dit Oui" (extrait) .................................................................................... 27
Annexe 8 : Exigences sanitaires concernant les produits agricoles et alimentaires commercialisés en circuits
courts (DRAAF Rhône Alpes) ................................................................................................................................. 29
Annexe 9 : Réglementation sanitaire des marchés de plein vent ......................................................................... 31
Annexe 10 : Température de conservation de certaines denrées alimentaires .................................................... 36

                                                                                                                                                          22
Annexe 1 : Répartition du potentiel de consommation par formes de vente

                                                         Produits alimentaires
          Formes de vente
                                                             (Moyenne nationale)
                                                                        15%
Commerces - 300m²
                                                                       (14%)
                                                                        81%
Grandes surfaces
                                                                       (77%)
                                                                         2%
Commerces non sédentaires
                                                                        (6%)
                                                                         1%
Vente à distance
                                                                        (1%)
                                                                         1%
Autre
                                                                        (2%)
Total                                                                  100%

Annexe 2: Destination des dépenses par famille de produits

 100%

  80%         39%
                                                                    66%
  60%                                                  75%
                             95%          87%                                   Hors Pays
                                                                                Roumois
  40%
              61%
  20%                                                               34%
                                                       25%                      Pays
                              5%          13%
   0%                                                                           Roumois
            Alimentaire    Equipement Equipement Culture loisirs Santé Beauté
                          de la personne de la maison

  source: SDAC 2012

Annexe 3 : Revenus net déclarés moyens
EPCI                  Revenu moyen

Pays                  26 006€

Région                22 010€

France                23 230€
(AID, 2013)

                                                                                            23
Vous pouvez aussi lire