Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

Xi’an Trésors de la Chine Impériale Xi’an Trésors de la Chine Impériale Dossier pédagogique

Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

2 Avant propos Xi’an Trésors de la Chine Impériale A quelques kilomètres de Xi’An, au cœur de la Chine, plus de 6 000 statues de soldats en terre cuite, grandeur nature, sont sorties d’un sommeil de plus de 2 000 ans… Elles sont les gardiennes éternelles du mausolée du Premier Empereur de Chine, Qin Shi Huangdi, qui unifia les Royaumes Combattants et laissa pour héritage un Empire qui perdurera jusqu’au début du XXème siècle. L’exposition Xi’An, Trésors de la Chine impériale, empruntée à Caen Expo-Congrès et présentée au musée archéologique du Val d’Oise du 14 octobre 2017 au 16 septembre 2018, vous plonge dans cette incroyable découverte faite par deux paysans en 1974 et vous livre les secrets de ce site archéologique unique au monde.

Initiez-vous aux mystères de l’Empire du Milieu à travers une chronologie illustrée par 7 objets originaux issus des collectionsduMuséeCernuschiàParis,en regard aux découvertes archéologiques valdoisiennes contemporaines. Un espace ludique et de découverte est dédié au jeune public. Testez-y vos connaissances avec une sélection de monuments emblématiques de l’Histoire mondiale, fabriquez vos propres soldats et découvrez leurs rôles dans l’armée impériale. Enfin, un théâtre d’ombres chinoises ainsi qu’un espace lecture, musique et jeux vous ouvrent une fenêtre sur la culture chinoise d’hier et d’aujourd’hui.

Une sélection de vidéos est également en accès libre sur un écran tactile.

En partance pour Xi’An, le musée archéologique vous souhaite un excellent voyage !

Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

1. Contenus et implantations de l’exposition p.4 2. Espace ludique et découverte p.6 3. Espace introductif p.11 4. Parcours de l’exposition p.14 5. Préparer votre visite au musée p.24 6. Ressources documentaires p.24 7. Pendant la visite p.27 8. Pistes pédagogiques p.28 9. Infos pratiques p.30 SOMMAIRE 3

Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

1. CONTENUS ET IMPLANTATIONS DE L’EXPOSITION a) Espace ludique Dès l’entrée de l’exposition temporaire, un espace ludique dédié au jeune public permet de faire cap sur la route de la soie et les trésors de la Chine impériale.

Trois dispositifs ont été créés spécifiquement pour la durée de l’exposition : - Top chrono : révise ta Géo ! Une carte géographique et chronologique sur laquelle il faut repositionner 10 monuments, des pyramides d’Egypte à la Tour Eiffel en France, en passant par les soldats en terre cuite à Xian. - Fabrique ton soldat ! Assembler un corps, des mains, des jambes et une tête pour créer un soldat.

- Le petit théâtre chinois : un théâtre d’ombres pour raconter avec les mains ou avec des marionnettes de courts contes chinois traditionnels. 4

Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

b) Espace découverte L’espace découverte ouvre une fenêtre sur la Chine d’hier et d’aujourd’hui : contes et ouvrages sur la culture chinoise ou l’archéologie, films documentaires, jeux tradition- nels et musique sont en accès libre. c) Espace introductif Pour l’occasion, le couloir d’accès à l’exposition s’habille d’une grande frise chrono- logique et de sept vitrines, dans lesquelles sont mis en confrontation des objets origi- naux issus des collections du musée Cernuschi - Musée des Arts de l’Asie de la ville de Paris - et du mobilier contemporain du Val d’Oise.

5 d) Espace d’exposition Dans la salle d’exposition, vous découvrirez avec votre classe une reproduction du puits qui a permis cette fabuleuse découverte, un atelier de fabrica- tion de soldats en terre cuite, une dizaine de soldats reproduits à l’identique grandeur nature (copie offi- cielle de Xian), une statue du premier Empereur de Chine, ainsi qu’un ensemble de 4 chevaux. Une sta- tue polychromée permet d’imaginer les soldats tels qu’ils devaient être il y a 2200 ans, c’est-à-dire haut en couleur ! Une autre statue, remontée après avoir été brisée, présente le travail des archéologues et des restaurateurs dans la reconstitution de ce gigan- tesque puzzle.

Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

a) Top chrono : révise ta Géo ! C’est une carte géographique et chronologique. Sur la chronologie est proposée une sélection de 10 monuments miniatures 3D de l’Histoire mondiale : la pyramide de Khéops à Gizeh (Egypte, 2 560 av. notre ère), le Parthénon à Athènes (Grèce, 445 av. notre ère), l’armée de terre cuite à Xi’an (Chine, 210 av. notre ère), le Colysée à Rome (Italie, 70), les pyramides Mayas à Chichen Itzá (Mexique, vers 900), les temples d’Angkor Vat (Cambodge, vers 1 100), la forteresse du Kremlin à Moscou (Russie, 1331), le Machu Picchu dans les Andes centrales (Pérou, vers 1 400), le Taj Mahal à Agra (Inde, 1 631) et la Tour Eiffel à Paris (France, 1 900).

Ces 10 monuments sont à déplacer sur la carte. Il faut retrouver leur position géo- graphique. Un signal lumineux indique s’il s’agit d’une bonne (vert) ou d’une mau- vaise (rouge) réponse. Sur la carte, accompagnée d’une légende, sont représentées les limites géogra- phiques de l’Empire du milieu sous les dynasties Qin et Han, l’emprise de la grande muraille de Chine et les routes terrestres et maritimes de la soie. Deux focus ac- compagnent ce propos : l’un sur la Chine impériale, l’autre sur les « Routes de la Soie ».

6 2. ESPACE LUDIQUE ET DECOUVERTE Un espace ludique et de découverte est dédié à différents outils de manipulations pour permettre aux plus jeunes de découvrir l’histoire et la culture chinoise tout en s’amusant ! La Chine impériale La civilisation chinoise est la plus ancienne du monde ! En 221 av.

J.-C., le roi Zheng de l’Etat Qin et ses troupes armées ont conquis et unifié les Royaumes combattants, fondant ainsi l’Empire de Chine. Le roi Zheng prend alors le titre de Premier Empereur et se fait nommer Qin Shi Huangdi, prononcé Ch’in, d’où vient le nom de la Chine ! Convaincu d’être immortel et afin de prolonger son autorité dans l’au-delà, le Premier Empe- reur mobilise 720 000 hommes pour lui construire un tombeau gigantesque. Ce mausolée est gardé par plus de 7 000 soldats en terre équipés d’armes réelles en bronze, 600 chevaux en terre cuite et 130 chars en bois. Pour la construction de la Grande Muraille de Chine, il met au travail forcé plusieurs milliers de ses sujets et fait exécuter tous ceux qui s’opposent à lui.

Néan- moins, il crée une administration centralisée, uniformise l’écriture, la mon- naie, les poids, les mesures et les lois, œuvre colossale dont bénéficient les dynasties suivantes jusqu’en 1912 !

Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

7 La « Route de la Soie » Selon la légende, une princesse chinoise buvait son thé sous un mû- rier lorsque le cocon d’une chenille tomba dans sa tasse. En le pre- nant entre ses doigts, elle se rendit compte qu’elle pouvait en dérou- ler un fil d’une grande finesse. Elle venait d’inventer la soie. Mais sa fabrication est un secret bien gardé et celui qui le dévoile est passible de la peine de mort ! Très vite, la soie est le produit chinois le plus recherché, surtout par les Romains qui en sont de grands consomma- teurs. Elle donne son nom aux fameuses « routes de la soie », réseau de routes commerciales entre l’Asie et l’Europe, du IIe siècle av.

J‑C au XVe siècle ap. J.-C. Caravaniers et marchands d’Asie centrale, In- diens et Perses échangent contre cette précieuse étoffe, des objets en verre, du vin de raisin, des tapis, des cotons imprimés, des pierres précieuses, de la porcelaine, des étoffes de lin, des épices ou encore des armes. Cette route a aussi été la voie de diffusion des grandes dé- couvertes chinoises comme la boussole, la poudre à canon, le papier- monnaie ou l’imprimerie !

Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

b) Fabrique ton soldat … Comme les potiers chinois, il y a plus de 2 200 ans de cela, l’objectif de cet atelier est d’appréhender les techniques de fabrication des soldats de l’armée de Xi’an. Sur le principe du jeu « Monsieur Patate », les enfants devront composer leur soldat en assemblant 4 éléments : des jambes et des pieds (1), un corps (1), une tête (1), des bras et des mains (1). Au final, ils devront avoir face à eux 4 soldats : un Général, un Officier, un Soldat Général et un Fantassin.

Dans l’armée du Premier Empereur, le Général commande une unité militaire. Il organise ses troupes et décide des stratégies à adopter pour vaincre l’ennemi.

Pour faire de chaque bataille une victoire, le général utilise des bottes secrètes pour trom- per l’ennemi. Ce dernier ne doit ni connaître le lieu du combat, ni deviner quand et comment il sera attaqué. S’il ignore tout, l’ennemi fera de grands préparatifs, tâche- ra de se rendre fort de tous les côtés, ce qui divisera ses forces et fera sa perte. Le général porte une armure en écaille renforcée par de fines cottes de maille. Elle est longue par devant et courte par l’arrière car il ne tourne jamais le dos à son ennemi. Sa coiffe à rouleaux et les nombreux nœuds qu’il revêt affirment son rôle dans l’ar- mée.

Il est armé d’une épée.

L’Officier aide le général dans sa prise de décision pour pouvoir transmettre à ses troupes l’ordre de bataille. Il peut commander un petit groupe de cavaliers, d’archers, d’arbalétriers … Il se sert de gongs, de tambours, de bannières et de drapeaux pour capter l’attention des guerriers et faire manœuvrer tous ses soldats comme un seul homme. Mais attention, ceux qui n’avancent pas quand ils en reçoivent l’ordre sont décapités. L’officier porte sous son armure une tunique longue sur un pantalon. Il se distingue par sa coiffure à pente et ses nœuds. Il peut être armé d’une épée, d’un arc et de flèches ou bien d’une arbalète.

Il mène ses troupes à cheval. Le Soldat Général aide l’officier dans le commandement des troupes. Il est soit le chef des archers qui bandent leurs arcs pour que leurs flèches atteignent le camp adverse ; soit celui des arbalétriers, prêts à se lever et à déclencher leurs carreaux au moment opportun ; ou encore celui des cavaliers qui, sur leurs chevaux, avancent à grande vitesse… Le soldat général porte une tunique longue et un pantalon. Son buste est protégé par une armure courte qui lui permet de se déplacer rapidement et de passer d’une station à genoux à une station debout très rapidement.

Ses cheveux longs sont nattés en petites tresses et noués en chignon de côté sur la tête. Il peut être armé d’une épée, d’un arc et de flèches ou bien d’une arbalète. S’il est le chef des cavaliers, il peut avoir un cheval pour monture.

8

Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

andent leurs arcs pour que leurs flèches atteignent le camp adverse ; soit celui des arbalétriers, prêts à e lever et à déclencher leurs carreaux au moment opportun ; ou encore celui des cavaliers qui, sur leurs hevaux, avancent à grande vitesse… Le soldat général porte une tunique longue et un pantalon. Son buste st protégé par une armure courte qui lui permet de se déplacer rapidement et de passer d’une station à enoux à une station debout très rapidement. Ses cheveux longs sont nattés en petites tresses et noués en hignon de côté sur la tête. Il peut être armé d’une épée, d’un arc et de flèches ou bien d’une arbalète.

S’il st le chef des cavaliers, il peut avoir un cheval pour monture.

Le petit théâtre chinois : paroles d’ombres et de lumière n théâtre d’ombres pour raconter avec les mains ou avec des marionnettes de courts contes chinois trad onnels (« Tigre derrière, renard devant « La vérité sur les fantômes »). n focus donne également quelques informations sur les origines du théâtre d’ombre. d) Le petit éâtre chinois : paroles d’ombres et de lumière n théâtre d’ombres pour raconter avec les mains ou avec des marionnettes de courts contes chinois trad onnels (« Tigre derrière, renard devant « La vérité sur les fantômes »). n focus donne également quelques informations sur les origines du théâtre d’ombre.d) Le petit éâtre chinois : paroles d’ombres et de lumière n théâtre d’ombres pour raconter avec les mains ou avec des marionnettes de courts contes chinois trad onnels (« Tigre derrière, renard devant « La vérité sur les fantômes »).

n focus donne également quelques informations sur les origines du théâtre d’ombre. 9 Des soldats en technicolor ! Les soldats de terre cuite de l’armée de Xi’an sont tous différents ! Pas un seul ne se ressemble, n’a le même costume, la même coiffure, la même barbe ou la même moustache, le même nez, les mêmes yeux ou les mêmes oreilles… Ces guerriers de l’éternité ont été fabriqués à l’aide de 7 moules (piédestal, pieds, jambes, torse, tête, bras et mains). Chaque personnage a un torse et une tête personnalisés, leur donnant une identité propre et un rôle dans l’armée ! Des traces de peinture ont été retrouvées sur les soldats.

On peut ainsi restituer les couleurs vives dont ils étaient revêtus ! Aujourd’hui, les archéologues continuent à découvrir ces témoignages qui demandent des techniques de conservation spécifiques, car dès la première minute d’exposition à l’air libre, la laque se dégrade et détruit à jamais la peinture.

Le Fantassin a pour mission d’harceler et de fatiguer l’ennemi tant que la mêlée n’est pas engagée. Puis il se met à l’abri pour laisser place aux archers, arbalé- triers ... Le fantassin porte des vêtements légers de coton. Pour ceux qui sont équipés d’une armure, elle est d’aspect plus grossier. Le soldat de troupe n’a qu’un simple chignon ou un bonnet en guise de coiffure. Ces guerriers viennent de tout l’empire et leur origine ethnique est reconnaissable à la forme de leur visage, symbolisant ainsi l’unification perpétuelle de la Chine qui rassemble une multitude de peuples. Ils sont armés soit d’une épée, soit d’une lance flexible en bambou.

c) … En Technicolor !

Sur le même outil pédagogique, un espace tactile est dédié aux matériaux utilisés pour la mise en couleur des soldats de terre cuite. Même si aujourd’hui nous connais- sons les soldats uniquement dans leur version « terre cuite », il faut imaginer qu’à l’origine ils étaient tous peints et extrêmement colorés. 6 matériaux et pigments associés seront à observer (cinabre, azurite, malachite, oxyde de fer, charbon et os brûlé). Devant chacun, un cylindre à faire tourner permet- tra de découvrir le nom du matériau.

Comme pour l’outil « Top chrono : révise ta Géo , l’outil est accompagné d’un focus sur les « soldats en technicolor ! ».

Xi'an Dossier pédagogique - Valdoise.fr

10 Le p’tit théâtre chinois : paroles d’ombres et de lumière Le théâtre d’ombres consiste à projeter sur un écran des ombres produites par des silhouettes que l’on interpose dans un faisceau lumineux éclairant cet écran. Ces silhouettes, personnages de l’histoire, sont manipulées à l’aide de fines tiges d’animation. C’est un art qui associe la musique et le chant, les contes et la poésie, la manipulation…De tout temps, les femmes et les hommes ont dessiné des ombres avec leurs corps en se jouant de la lumière. Mais l’origine géographique de cette tradition est tout aussi obscure que la couleur de ces ombres projetées ! La tradition fait de la Chine son lieu de naissance, il y a un peu plus de 2 000 ans.

La légende raconte qu’un magicien appelé le Petit Vieillard consola l’Empereur Wudi (dynastie Han, 140 à 87 avant notre ère) de la mort de sa concubine Ly. Il fit apparaître derrière un rideau éclairé par la pleine lune, la silhouette de sa bien-aimée découpée dans du papier.

e) L’espace découverte Cet espace met à votre disposition une sélection d’ouvrages. Vous y trouverez des contes traditionnels ou modernes, ainsi que des ouvrages plus généralistes sur les civilisations, d’hier et d’aujourd’hui, en terre de Chine. Un casque sur les oreilles, laissez-vous également bercer par les douces mélodies de l’Empire du milieu. Enfin, testez-vous aux jeux traditionnels comme le « jeu de go », le « mahjong », les fameux « casse-tête », etc.

d) Le petit théâtre chinois : paroles d’ombres et de lumière Un théâtre d’ombres pour raconter avec les mains ou avec des marionnettes de courts contes chinois traditionnels (« Tigre derrière, renard devant « La vérité sur les fantômes »).

Un focus donne également quelques informations sur les origines du théâtre d’ombre.

› Le néolithique en Chine (environ 8000 – 1500 av. notre ère) Notre connaissance du néolithique chinois, caractérisé par l’apparition d’habitats pérennes, la production de céramiques et le développement d’une agriculture long- temps complétée par des activités de pêche, de chasse et de cueillette, évolue au rythme rapide des nouvelles découvertes archéologiques. Dans l’état actuel de notre savoir, il commence à prendre forme autour du VIIIe millénaire avant notre ère. Le mésolithique (10 000-6 000 av. notre ère), le néolithique (6 000-2 200 av. notre ère) et l’âge du Bronze (2 200-800 av. notre ère) en Val d’Oise.

Le mésolithique est caractérisé en France par les traces des derniers chasseurs- cueilleurs, dans un climat plus tempéré qu’au paléolithique. Au néolithique, les signes d’occupation du Val d’Oise sont nombreux en raison de la sédentarisation, du développement de l’agriculture et de l’élevage. Les vestiges sont alors plus diversi- fiés : outils en silex, céramiques, restes animaux, sépultures… Puis apparaissent les premiers outils en bronze : c’est le début de la protohistoire.

› Dynasties Shang (XVIe s. - milieu du XIe s. av. notre ère) / Zhou (XVIe s. - 221 av. notre ère) Avec les dynasties Shang et Zhou, la Chine entre dans l’Âge du bronze et quitte la préhistoire.

Cette époque se caractérise en effet par l’utilisation d’une écriture dont dérivent les caractères chinois actuels, mais aussi par le haut niveau technologique atteint par la production d’objets en bronze, qu’il s’agisse d’armes ou d’ustensiles utilisés lors des cérémonies religieuses et des enterrements. L’âge du Fer (800-52 av. notre ère) en Val d’Oise De nombreux sites de l’âge du fer ont été découverts dans le Val d’Oise, notamment des nécropoles qui ont livré des tombes exceptionnelles, comme à Epiais-Rhus, à Bouqueval ou encore au Plessis-Gassot. Les sépultures de guerriers sont les plus ri- chement parées : ils sont souvent inhumés avec l’ensemble de leur armement (épée, bouclier, couteau, lance…) et parfois même avec leur char.

11 3. ESPACE INTRODUCTIF Chronologie comparative : Chine versus Val d’Oise

› Dynasties des Qin (221-206 av. notre ère) et Han (206 av. notre ère - 220 de notre ère) L’Âge du bronze s’achève par une période de guerres endémiques à laquelle met fin l’Etat de Qin qui réunifie la Chine à son profit et met en place des structures admi- nistratives et politiques reprises à leur compte par les Han. Ceux-ci parviennent dans un premier temps à étendre l’Empire chinois et à l’ouvrir vers l’Asie centrale. C’est également le moment d’une première stabilisation du canon confucéen, d’un début de formalisation du taoïsme et de l’arrivée du bouddhisme.

La période gallo-romaine (52 av. notre ère - 500 de notre ère) en Val d’Oise Si en Chine, l’Empereur Qin unifie l’ensemble du Royaume du milieu, ce sont les Romains qui, quasiment à la même période, réunissent les territoires de différents peuples de l’Europe par des conquêtes successives, modifiant sensiblement leurs modes de vie. Le Val d’Oise est alors doté de grands axes routiers et commerciaux, certains sites sont aménagés en véritables centres culturels et religieux, comme les Vaux de la Celle à Genainville et de grands domaines agricoles se développent. › Les Trois Royaumes et les six dynasties (220-589) Cette période de division de la Chine entre de multiples royaumes, pour certains sous domination de populations étrangères, se caractérise par une effervescence intellectuelle et religieuse.

Elle voit notamment l’essor du bouddhisme, dont les textes principaux rapportés d’Inde, sont dès lors traduits. La compréhension ap- profondie de cette doctrine permet l’apparition d’écoles bouddhiques proprement chinoises.

Le premier moyen âge (500-1 100) en Val d’Oise 1/2 Après la chute de l’Empire romain, l’occupation du territoire évolue. Les habitations rurales se regroupent en villages et des villes se développent autour des églises et des châteaux. Le christianisme est alors en plein essor. Ainsi, dans les nécropoles mérovingiennes du Vexin, les signes religieux (croix, rosace et colombe) sont par- tout présents, sur les sarcophages en pierre ou en plâtre ou encore, sur les stèles funéraires.

12

13 › Dynasties des Sui (589-618) et des Tang (618-907) Si la dynastie des Sui, qui opère la réunification de la Chine, est rapidement balayée par des insurrections, sa politique de grands travaux et de consolidation du pouvoir est poursuivie par les Tang.

Ceux-ci ouvrent largement leur empire sur l’Asie cen- trale, tandis que le prestige du bouddhisme et de la culture de la cour, caractérisée par un profond cosmopolitisme, influence fortement le Japon et la Corée. Le premier moyen âge (500-1 100) en Val d’Oise 2/2 Le premier moyen âge est aussi une période d’échanges culturels et commer- ciaux importants, dépassant le continent européen. Ainsi, l’influence de peuples du Moyen Orient dans les productions de parures est particulièrement perceptible. Des matériaux très recherchés traverseront plusieurs milliers de kilomètres pour être insérés dans les bijoux et fibules (épingles vestimentaires) tel que le grenat (pierre rouge semi-précieuse) importé d’abord d’Inde puis des Balkans.

› Cinq Dynasties (907-960) et dynastie des Song (907-1279) La faiblesse de plus en plus grande du pouvoir central à partir du milieu du VIIIe siècle provoque au début du Xe siècle l’éclatement de l’empire, réunifié ensuite par la dynastie des Song. Celle-ci souffre de sa faiblesse militaire face aux peuples nomades qui font pression sur ses frontières nord. En revanche, cette période voit l’essor d’une culture de cour raffinée et lettrée. Le second moyen âge (1 100-1 500) en Val d’Oise Au second moyen âge, les châteaux et édifices religieux se multiplient. Le Val d’Oise se voit ainsi doté d’un des plus importants châteaux de la Vallée de l’Oise, celui de Beaumont-sur-Oise, occupé et agrandi plusieurs fois entre le Xe et le XIIIe siècle.

Il voit aussi l’installation d’une abbaye royale cistercienne, celle de Maubuisson, fondée en 1236 par Blanche de Castille sur la commune de Saint-Ouen-l’Aumône.

› Dynasties des Yuan (1279-1368), des Ming (1368-1644) et des Qing (1644-1911) Les trois dernières dynasties de l’empire chinois voient une multiplication des contacts avec l’Occident. Les Yuan appartiennent à un empire mongol qui, au faîte de sa puissance, parvient à s’étendre jusqu’au Levant. Les Ming lancent quant à eux plusieurs expéditions maritimes d’envergure inégalée. Les contacts à partir du XVIe siècle avec les pères jésuites ainsi que l’essor concomitant des exportations à destination de l’Europe prennent de l’ampleur sous les Qing. Les temps modernes et l’époque contemporaine (1 500 à aujourd’hui) en Val d’Oise Les époques modernes et contemporaines sont marquées dans le Val d’Oise par des guerres successives impactant le territoire.

En 1870 puis en 1914, les sys- tèmes de défense du Camp retranché de Paris sont déployés sur le nord-est de l’Ile-de-France, avec l’aménagement de différents forts et l’installation de nom- breuses tranchées et batteries de canon, certaines encore visibles en forêt de Montmorency. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, ce sont d’importantes car- rières souterraines qui sont utilisées par les Allemands comme usines secrètes d’assemblage de bombes volantes (les V1 et V2) notamment à Nucourt et Bes- sancourt.

14

e fut un vrai cadeau, comme un miracle. Un bras puis un autre. Une jambe, puis deux… En cette année de écheresse, les deux paysans chinois qui travaillent au champ à creuser un puits n’en reviennent pas ! Ils nt soudain, sous les yeux, ce qui va bientôt devenir l’une des plus grandes découvertes de tous les temps u fond du puits, à quelques mètres sous terre, les fragments d’une poterie de terre cuite : ces bras, ces mbes et puis au fur et à mesure qu’on rapporte les déblais à la surface du sol, de plus en plus d’élément ui, rassemblés les uns aux autres, forment un incroyable puzzle : les soldats enterrés du 1er Empereur d hine viennent, par le plus grand des hasards, d’être soudain réveillés.

Ils dormaient sous terre depuis plu e 2000 ans.

ous sommes le 29 mars 1974 dans l’arrondissement de Lintong, à quelques dizaines de kilomètres de ’An, l’ancienne capitale de la Chine Impériale. La nouvelle de la découverte des deux paysans chinois se pand comme une traînée de poudre. Dès juillet 1974, trois mois après la première trouvaille au fond du uits, une première mission archéologique est organisée sur le terrain. Tout va aller très vite, plusieurs hantiers sont ouverts et plusieurs fosses explorées. Cette découverte est un cadeau du ciel : autour de ancien Mausolée de l’Empereur Qin, plus de 6000 soldats de terre sont alignés en ordre de marche.

15 4. PARCOURS DE L’EXPOSITION 1. L’histoire d’une fabuleuse découverte : Le cadeau du ciel Ce fut un vrai cadeau, comme un miracle. Un bras puis un autre. Une jambe, puis deux… En cette année de sécheresse, les deux paysans chinois qui travaillent au champ à creuser un puits n’en reviennent pas ! Ils ont soudain, sous les yeux, ce qui va bientôt devenir l’une des plus grandes découvertes de tous les temps. Au fond du puits, à quelques mètres sous terre, les fragments d’une poterie de terre cuite : ces bras, ces jambes et puis au fur et à mesure qu’on rapporte les déblais à la surface du sol, de plus en plus d’éléments qui, rassemblés les uns aux autres, forment un incroyable puzzle : les soldats enterrés du 1er Empereur de Chine viennent, par le plus grand des hasards, d’être soudain réveillés.

Ils dor- maient sous terre depuis plus de 2000 ans.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordon a la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 kilomètres, nça la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre d’importants avaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pas à la règle. u même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers.

Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! 16 Nous sommes le 29 mars 1974 dans l’arrondissement de Lintong, à quelques di- zaines de kilomètres de Xi’An, l’ancienne capitale de la Chine Impériale. La nou- velle de la découverte des deux paysans chinois se répand comme une traînée de poudre. Dès juillet 1974, trois mois après la première trouvaille au fond du puits, une première mission archéologique est organisée sur le terrain. Tout va aller très vite, plusieurs chantiers sont ouverts et plusieurs fosses explorées.

Cette décou- verte est un cadeau du ciel : autour de l’ancien Mausolée de l’Empereur Qin, plus de 6000 soldats de terre sont alignés en ordre de marche.

Cinq ans seulement après la découverte, le Musée des Guerriers et Chevaux de terre cuite ouvre ses portes au public. Il est aujourd'hui l'un des sites les plus visi- tés en Chine avec la Grande Muraille et la Cité Interdite. Depuis son ouverture officielle, le 1er octobre 1979, le Musée de l’armée de terre cuite a reçu la visite de plus de 50 millions de touristes ! En 1978, premier dirigeant étranger à découvrir in situ la fameuse arméee enterrée, Jacques Chirac a qualifié ce site exceptionnel de "huitième Merveille du monde" ! Le mausolée de l'Empereur et son armée de terre cuite sont inscrits depuis sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

17 3. L’histoire d’une fabuleuse découverte : Le ciel et la terre Le pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut prépondérante. L'Empereur Qin est un personnage à part dans l'histoire de la civilisation chinoise. Il ordonna la construction de la pre- mière vraie grande muraille d'Est en Ouest sur plus de 6000 kilomètres, lança la construction d'un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre d'importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l'histoire de son mausolée ne faillit pas à la règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine !

Obsédé par l'idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l'im- mortalité préconisée par les sorciers. Il s'est rendu au mont Taishan pour pro- céder au culte du ciel et de la terre et est parti à la recherche du remède d'im- mortalité jusqu'au bord de la mer orientale. C'est aussi parce qu'il était obsédé par l'idée du trépas que l'Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles soldats au moment de passer de la vie à la mort.

L'empereur s'est éteint à l'âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantas- sins, cavaliers, sous-officiers, généraux… veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! 2.

L’histoire d’une fabuleuse découverte : Le fond de la terre… Le mausolée de l'Empereur Qin, entouré de son Armée éter- nelle, se trouve au pied du Mont Lishan à 35 kilomètres à l'est de Xi'An. Le site n'a pas été choisi par hasard : à l'époque, un tombeau devait être entouré d'un côté par une montagne et de l'autre par une rivière. Le tumulus devait être construit sur un endroit élevé et le caveau creusé profondément. La construction de ce mausolée, le premier du genre, tant pour son agencement que pour son envergure – on n'a jamais vu un tumulus aussi grand que celui de Qin – a duré 39 ans, de 247 à 208 avant JC.

Plus de 720.000 ouvriers y ont travaillé. Ce fut un chantier colossal, souvent périlleux.

Un jour, le premier ministre de l'Empereur alerte Qin : "je dirige plus de 720.000 hommes pour construire votre mauso- lée. Le caveau est déjà si profond que l'on ne peut même plus allumer une torche. Quand on creuse, on n'entend que le son du vide comme si l'on atteignait le fond de la terre". L'Empereur lui répond : "Agrandissez encore le caveau vers les côtés à plus de 1000 mètres !".

18 4. L’histoire d’une fabuleuse découverte : Les rivières de mercure Pour beaucoup, la découverte du mausolée, entouré de son armée de terre, reste une énigme. Et pour cause, il n'a jamais été visité ! On craint en effet l'empoi- sonnement si l'on devait s'y introduire.

Le tombeau du 1er Empereur de Chine est, dit-on, empli de pièges de toutes sortes afin d'empêcher toute intrusion. Les scientifiques ont révélé une présence très forte de mercure tout autour – on parle même de rivières de mercure – et nul ne peut estimer la gravité des risques liés à d'éventuelles émanations. L'énigme est encore plus forte et terrifiante quand tout nous laisse à supposer que les ouvriers chargés de construire le tombeau au cœur du mausolée y ont été enterrés vivants pour ne dévoiler, ainsi, aucun secret. Deux écoles aujourd'hui s'affrontent à Xi'An : celle qui souhaite lancer tout de suite des fouilles sur le tombeau et à proximité immédiate, l'autre qui s'y refuse prétextant que de tels travaux pourraient mettre en péril l'équilibre du mausolée.

Le seul témoignage qui permette d'en savoir plus sur la réalité de la découverte est celui de l'historien Sima Qian qui fut contemporain de l'Empereur : "lors du creusement du caveau, on a rencontré trois couches d'eau souterraines. Du bronze a été coulé jusqu'au sarcophage pour assurer l'étanchéité. D'innom- brables objets précieux et rares y sont conservés. On a installé aussi des armes à déclenchement automatique pour prévenir des profanateurs. Au plafond, toutes les constellations du ciel ont été représentées avec des perles étincelantes et, sur le sol, les grands fleuves de Chine ont été aménagés avec du mercure.

Les machines automatiques se transmettent du mercure les unes aux autres".

19 5. Une fabrication vieille de 2200 ans ! Unique au monde Des milliers de potiers venus de toute la Chine et de nombreux ateliers impé- riaux ont travaillé à cette œuvre gigantesque, démesurée : constituer en pierre d’argile cette fabuleuse armée, en ordre de marche. La technique de fabrication montre à quel point, à cette époque (220 avant J.‑C.) la Chine est en avance sur le monde. Sur l’histoire de l’art sculptural de la Chine antique, l’Armée de Terre a créé incontestablement une nouvelle ère; «Elle a formé un art sculptural artistique et marqué la maturité de l’art chinois» rap- pellent les spécialistes qui ne manquent pas de souligner la finesse des traits sculptés pour chacun des personnages : «l’armée de terre peut se résumer en ces termes : grandeur, quantité, finesse et beauté».

C’est un modèle unique au monde : les trois fosses mises à jour à Xi’An occupent plus de 20.000m2. Jamais un groupe de sculptures n’a été aussi imposant. La splendeur et la majesté de cette œuvre sont manifestes : avec une hauteur de sculpture de 1,72 à 2m pour chaque guerrier et 1,70m de haut à 2m de long pour chaque cheval, l’Armée Eternelle n’a pas d’équivalent ; des statues en céramique de cette taille sont uniques au monde !

La sculpture est si fine, si précise qu’on a l’impression soudaine, en les obser- vant, que les soldats de Xi’An sont encore vivants ! Chaque soldat est unique, chaque personnage de terre dégage son propre trait de caractère.

Une œuvre d’art impressionnante ! Finesse des traits C’est ce qui frappe dès qu’on observe un des guerriers de Xi’An : la qualité de la sculpture, la finesse des traits pour cha- cun des soldats. Que ce soit pour la forme des corps ou pour les détails, barbiches, sourcils, la sculpture est minutieuse. Toutes les statues ont une proportion parfaite et un modelage vivant. Les guer- riers selon leur grade ont leur propre tenue, arme, coiffure et expression. Tous les procédés de sculpture sont utilisés pour montrer les traits des guerriers, leur tempérament, leur psychologie, leur âge... Les chevaux sont modelés de manière succincte et schématique.

Les oreilles pointées vers l’avant et les yeux brillants, ces chevaux se caractérisent par les muscles bien développés.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers.

Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! 20 6. Une fabrication vieille de 2200 ans ! A plus de 1000° La fabrication des statues débute… par les pieds. C’est la technique qui a été utili- sée pour chacun des personnages de terre cuite. Chaque modèle a été sculpté et façonné de la même façon : les pieds sont d’abord réalisés sur un socle carré, puis les jambes. Ensuite vient le corps creux et enfin la tête et les bras qui sont ajoutés en dernier lieu.

Toutes les têtes et les bras ont été moulés en série puis individualisés par un tra- vail minutieux de sculpture.

Pour le cheval, la fabrication est semblable : la tête, le cou, le corps, les pattes et la queue sont façonnés séparément puis assemblés et sculptés. Après un séchage à l’ombre, les statues sont posées dans des fours où la température peut atteindre 950° à 1050°. Les couleurs sont appliquées après la cuisson. Certaines des statues sont gravées ; les potiers qui les ont réalisées y ont inscrit leurs noms.

7. De la fabrication à la conservation des pigments. De toutes les couleurs A l’origine, chaque personnage était peint. Les couleurs ont disparu depuis l’ouver- ture des fosses au grand jour. D’après les restes des couleurs sur certaines statues, on est aujourd’hui capable de reconstituer les «patines» de chacun des soldats. Dans les couleurs des vestes, ce sont le vert, le rouge et le violet qui prédominent. Viennent ensuite le bleu ciel, le blanc et le brun. Pour les pantalons, on retrouve le vert en couleur dominante puis le rouge, le bleu ciel et le mauve. A l’époque, on mariait aisément les couleurs, quitte à contraster les tons des vêtements.

Une veste verte était ainsi souvent assortie d’un pantalon bleu, rouge et violet ! L’Armée nous l’enseigne : les gens du peuple à cette époque aimaient par-dessus tout les vêtements de couleur vive. Déjà à la mode ! Sous les Qin, la couleur noire était la plus respectée. Pour les grandes cérémonies, l’Empereur devait porter une tenue de couleur noire.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers.

Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre marche. L’ensemble forme un «territoire» de près de 20.000m2. Selon les archéologues, si toutes les uilles étaient menées à bien, on découvrirait sous terre près de 8000 guerriers et chevaux en terre cuite.

armée a été enterrée dans des galeries souterraines spécialement conçues à l’époque pour les accueillir haque fosse est profonde d’environ cinq mètres avec des murs porteurs le long desquels ont été installé s contreforts pour soutenir des poutres. Au-dessus, ont été posées des traverses de bois couvertes de rre de remblai. Une fois les guerriers mis en place à l’intérieur, les galeries ont été fermées. 21 8. Une fabrication vieille de 2200 ans ! Aux armes ! Des dizaines de milliers d’armes des Qin ont été exhumées dans les différentes fosses autour du tombeau. Elles se regroupent en quatre familles : les armes lourdes comme la massue ou la hallebarde, les armes longues comme la grande hache, les armes courtes comme l’épée et enfin les armes à longue portée comme l’arc et l’arbalète.

Ces armes moulées sont essentiellement composées de cuivre et d’étain. Beaucoup d’entre elles ont été enduites d’une couche d’oxyde de sel chromique pour prévenir la rouille. En dépit d’un sommeil prolongé de 2200 ans elles sont encore tranchantes !

Les premières armes déterrées ont été des lances longues, d’une trentaine de centimètres, en bronze. Dans l’Antiquité chinoise, les épées étaient réservées aux gens haut placés. Jusqu’à présent, on a découvert à Xi’An 19 épées d’une longueur avoisinant pour chacune 95 centimètres. Selon les examens, ces épées comportent plusieurs métaux rares. Elles ont été enduites d’une couche d’oxyde de sel chro- mique de 10-15 microns. Il faudra attendre le XXème siècle, dans les années 30 pour qu’en Occident le brevet de cette technique soit déposé. Cet enduit de sel chromique utilisé à l’époque Qin est exceptionnel dans l’histoire de la métallurgie ! La mise au jour de ces armes prouve qu’il y a 2200 ans, les techniques de fabrica- tion de la métallurgie ont atteint en Chine un niveau très élevé.

Des techniques incroyables Au-delà des informations que livrent ces couleurs, la technique de fabrication des pigments est particulièrement intéressante. L’un d’eux, le pourpre dit « de Han », intrigue notamment les archéologues. En effet, contrairement aux colorants issus des plantes, des animaux ou des minéraux, celui-ci est d’origine synthétique et réalisé à base de silicate de cuivre et de baryum. Malheureusement, la couche de laque sur laquelle était appliquée la peinture se rétracte par une réaction chimique en quelques minutes lorsque les statues sont mises au jour. La peinture se fen- dille et disparaît alors.

Pour éviter ce phénomène et permettre de préserver ces pigments, les archéologues et restaurateurs chinois ont développé une technique de conservation spécifiquement adaptée qui a reçu le 2ème prix des progrès de la science et de la technologie établi par le Conseil des Affaires de l’Etat chinois.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la const L’ensemble forme un «territoire» de près de 20.000m2. Selon les archéologues, outes les fouilles étaient menées à bien, on découvrirait sous terre près de 8000 guerriers et che aux en terre cuite.

armée a été enterrée dans des galeries souterraines spécialement conçues à l’époque pour s accueillir : chaque fosse est profonde d’environ cinq mètres avec des murs porteurs le long esquels ont été installés des contreforts pour soutenir des poutres.

Au-dessus, ont été posées des averses de bois couvertes de terre de remblai. Une fois les guerriers mis en place à l’intérieur, les aleries ont été fermées.

première fosse découverte, à partir de la trouvaille des deux paysans chinois en 1974, est occu ée par l’infanterie et les chars ; la seconde enferme les fantassins, des chars, des cavaliers et des balétriers, la dernière abrite le Quartier Général. Toutes les trois symbolisent la garde impériale e l’au-delà. . L’armée de l’ombre au grand jour ! En ordre de bataille première fosse rectangulaire de Xi’An dite fosse n°1 occupe une surface de 14.260 m2, c’est quivalent de deux terrains de foot ! C’est la plus imposante, celle que les touristes découvrent n premier lors de leur visite sur le site archéologique.

La fosse est aujourd’hui surmontée d’un im- ense dôme. Le public est invité à découvrir les soldats à partir d’une «passerelle» qui surplombe fosse. Aucun visiteur n’est invité à y descendre. Ce privilège est réservé aux chefs d’Etats. ette immense fosse archéologique mesure 230 mètres de long pour 62 mètres de large. Les ldats sont en ordre de bataille. Les soldats sont munis de lances, de hallebardes et d’arcs. Les chers en robe sont au premier rang, au milieu les fantassins et les chars. Des deux côtés de la sse, on a retrouvé deux rangs de fantassins tournés vers l’extérieur. Ils constituaient les deux ncs gardes de l’armée.

A l’arrière, une rangée de fantassins tournés vers l’extérieur représentait arrière-garde. Chaque personnage, après restauration minutieuse par les archéologues chinois, été replacé à l’endroit même où il avait été installé il y a plus de 2200 ans ! Les responsables du usée de Xi’An estiment aujourd’hui que cette fosse contiendrait jusqu’à 6000 soldats ainsi que hevaux et 45 chars.

ction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 kilomètres, lança la onstruction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre d’importants travaux drauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pas à la règle. Au même oment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers. Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale.

C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! 22 9. Chacun son grade ! Cet ensemble de soldats et de fantassins reproduit est inspiré de leur disposition dans la fosse numéro 1 du mausolée de l’Empereur. Chaque statue est différente. Le grade des soldats est notamment reconnaissable à leur position, leur tenue, leur coiffe, leurs armes ou encore leur taille. En effet, les généraux sont par exemple plus grands que les autres soldats.

10. Des ateliers de reproduction Ces soldats en terre cuite sont des reproductions officielles du Musée des guer- riers et chevaux en terre cuite du mausolée de Qin, à Xi’an en Chine.

Les ateliers de fabrication qui produisent ces statues emploient les mêmes procédés techniques qu’à l’époque de leur création. Ils permettent d’expérimenter les méthodes de fa- brication et d’assemblage d’après les données archéologiques. 11. Le remontage : Un puzzle grandeur nature !

Les fosses dans lesquelles se trouvaient les statues étaient surmontées de pièces de bois, formant une charpente recouverte de roseaux. Suite à un incendie de la sépulture survenu peu après la mort de l’Empereur, cette couverture s’est effon- drée sur les soldats alignés, les brisants en de nombreux fragments. Pour ras- sembler l’ensemble des morceaux et reconstituer chacun des soldats, les archéo- logues réalisent un travail de fourmis. Lors de leur excavation, les fragments sont maintenus en connexion grâce à des résines appliquées sur place. Une fois sortis de terre, les morceaux sont fixés entre eux et maintenus sanglés dans une aire du site dédiée au remontage des statues.

Au départ, des sculpteurs recollaient les éléments des statues et comblaient les manques avec un certain réalisme, donnant l’impression qu’elles étaient intactes. Mais depuis, les archéologues et restaurateurs tentent de laisser plus d’authenti- cité à ces soldats : les fragments sont rassemblés en laissant les joints apparents et sans compléter les lacunes.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques.

Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers. Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

23 12. L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. Le site de Xi’An s’articule, à ce jour, autour de trois fosses, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du 1er Empereur.

Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de marche. L’ensemble forme un «territoire» de près de 20.000m². Selon les archéologues, si toutes les fouilles étaient menées à bien, on découvrirait sous terre près de 8000 guerriers et chevaux en terre cuite.

L’armée a été enterrée dans des galeries souterraines spécialement conçues à l’époque pour les accueillir : chaque fosse est profonde d’environ cinq mètres avec des murs porteurs le long desquels ont été installés des contreforts pour soutenir des poutres. Au-dessus, ont été posées des traverses de bois couvertes de terre de remblai. Une fois les guerriers mis en place à l’intérieur, les galeries ont été fermées.

La première fosse découverte, à partir de la trouvaille des deux paysans chinois en 1974, est occupée par l’infanterie et les chars ; la seconde enferme les fantassins, des chars, des cavaliers et des arbalétriers, la dernière abrite le Quartier Général.

Toutes les trois symbolisent la garde impériale de l’au-delà. 13. L’armée de l’ombre au grand jour ! En ordre de bataille La première fosse rectangulaire de Xi’An dite fosse n°1 occupe une surface de 14.260 m², ce qui représente l’équivalent de deux terrains de football ! C’est la plus imposante, celle que les touristes découvrent en premier lors de leur visite sur le site archéologique. La fosse est aujourd’hui surmontée d’un immense dôme. Le public est invité à découvrir les soldats à partir d’une «passerelle» qui surplombe la fosse. Aucun visiteur, sauf cas exceptionnel, n’est invité à y descendre.

Ce privilège est réservé aux chefs d’Etats.

Cette immense fosse archéologique mesure 230 mètres de long pour 62 mètres de large. Les soldats sont en ordre de bataille. Ils sont munis de lances, de halle- bardes et d’arcs. Les archers en robe sont au premier rang, au milieu les fantassins et les chars. Des deux côtés de la fosse, on a retrouvé deux rangs de fantassins tournés vers l’extérieur. Ils consti- tuaient les deux flancs des gardes de l’armée. A l’arrière, une rangée de fantassins tournés vers l’extérieur représentait l’arrière-garde. Chaque personnage, après restauration minutieuse par les archéologues chinois, a été replacé à l’endroit même où il avait été installé il y a plus de 2200 ans ! Les responsables du musée de Xi’An estiment au- jourd’hui que cette fosse contiendrait jusqu’à 6000 soldats ainsi que chevaux et 45 chars.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers.

Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

24 14. L’armée de l’ombre au grand jour ! Un sacré dispositif militaire Mise au grand jour en 1976, soit deux ans après la découverte des deux paysans chinois, la fosse n°2 se trouve au Nord Est de la première.

Elle occupe une surface de 6000 m2, en forme de L. On estime qu’ici sont enterrés 1300 guerriers et chevaux et 89 chars en bois. Ce site comprend quatre ordres de bataille différents : L’ordre des archers et des arbalétriers, situé au Nord Est de la fosse. Les 160 arbalétriers à genoux au milieu sont entourés de 172 archers debout. L’ordre du Sud comprend 64 chars en colonne par 8. Le conducteur de chaque char est flanqué de deux soldats, il n’y a pas de fantassins autour du char. Au milieu, c’est un ordre mixte de 19 chars, 8 cavaliers et environ 300 fantassins qui ont été retrouvés. L’ordre de la cavalerie est placé au Nord de cette fosse n°2.

On y compte 108 cavaliers en colonne par douze. La fosse n°2 par son ordonnancement est considérée comme une véritable œuvre d’art par tous les spécialistes – archéologues et scientifiques – qui y ont travaillé. «En se rassemblant, ces quatre ordres de bataille en forment un grand et en se détachant, ils deviennent une unité de bataille indépendante. Ces ordres de bataille sont vraiment fantastiques». On considère à juste titre qu’il s’agit d’une disposition militaire exceptionnelle.

15. L’armée de l’ombre au grand jour ! Le QG de l’Armée Funéraire La fosse n°3 a été découverte à Xi’An en mai 1976. Elle est riche d’enseignements puisque les spécialistes de l’archéologie considèrent qu’ils ont mis la main sur le Quartier Général de l’Armée. La fosse, plus petite que les deux autres (650 m2), a livré 68 guerriers et 4 chevaux ainsi que les traces d’un char en bois. Selon toute vraisemblance, ce char était orné d’une couche de peinture multicolore et pourvu d’un beau parasol. Les statues derrière le char portent toutes des casques d’offi- ciers. On a déterré dans cette même zone une trentaine de massues en bronze qui étaient utilisées à cette époque comme des armes de parade.

Ces guerriers ainsi placés et munis d’armes de parade forment un cortège de gardiens. On y a aussi exhumé un bois de cerf et des ossements d’animaux. Les archéologues pensent que l’endroit où ils ont été trouvés servait de salle de divination et de prière.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers.

Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

25 Fantassins… fantastiques Les fantassins sont les personnages les plus nombreux dans toute l’Armée enter- rée de Xi’An. Les uns portent une cuirasse, les autres non.

A l’origine, les couleurs de leurs vêtements s’avèrent aussi très variées, leurs vestes longues sont vertes, rouges ou bleu ciel. Une évidence, à part les armures, les soldats de Qin n’avaient pas d’uniforme. Leurs «costumes» étaient bien souvent de couleurs différentes, les soldats préparant eux-mêmes leurs tenues. Les coiffures et les armures différen- ciaient les grades. Le général avait un casque à deux bouts relevés et une armure multicolore en écailles, l’officier moyen portait un casque doublé en pente et une armure ornée de bordures. Les soldats n’avaient pas de casque, les plaques de leurs armures sans ornement étaient grossières.

16. L’armée de l’ombre au grand jour ! Les chars de l’Empereur A Xi'An, le chantier de fouilles est quasi permanent. Il a démarré quelques mois seulement après la découverte par les deux paysans chinois des quelques frag- ments de sculptures au fond de leur puits. Quelques mois plus tard, à l'automne 1974, les archéologues se mettent au travail et vont de surprise en surprise : outre les trois principales fosses contenant les soldats de l'Armée enterrée, plusieurs autres recèlent de nombreux objets et de magnifiques trésors. Toutes ces fosses sont situées dans le périmètre du mausolée du 1er Empereur de Chine, l'Empereur Qin.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers.

Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

26 Ainsi, entre autres découvertes splendides, les archéologues ont mise au jour en décembre 1980 la fosse dite des quadriges colorés en bronze.

Cette fosse se situe à vingt mètres à l'ouest du tumulus qui protège le tombeau impérial. En fait, il s'agit d'une découverte fantastique de deux chars en bronze d'une finesse exquise et dont la restauration minutieuse a représenté huit années de travail. Le premier quadrige découvert, ou char à haut parasol, mesure 2,25 mètres de long pour 1,52 mètre de haut. Il pèse 1061 kilos. Le conducteur du char est coiffé d'un casque de général, orné d'un pendentif de jade et muni d'une épée.

Le second dénommé aussi chariot de confort, était réservé aux femmes nobles ou aux grands personnages. Il mesure 3,17 mètres de long pour une hauteur de 1,06 mètre et pèse 1241 kilos. Chacun de ces chars est attelé par quatre chevaux. Ces deux pièces uniques au monde ont été retrouvées en mille morceaux au fond des fosses. La reconstitution fut longue et passionnante. Aujourd'hui, ces deux pièces sont exposées dans l'une des salles du musée de Xi'An. Elles font l'admiration de tous les visiteurs.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante.

L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers. Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale.

C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

27 17. L’armée de l’ombre au grand jour ! Le musée sous la terre Preuve que le site impérial de Xi'An recèle d'incroyables trésors : il y a une dizaine d'années, la même histoire que celle de la découverte des soldats de Qin s’est pro- duite.

Cette fois, c'est en construisant la route qui mène à l'aéroport qu'a été mis au jour un nouveau tombeau, une nouvelle ville sous terre ! Il s'agit en réalité des tombes impériales et du mausolée de Jingdi, le 4ème Empereur de la dynastie Han (157-141 av. JC). Cette trouvaille est à bien des égards fantastique. Douze fosses ont été ouvertes autour du mausolée de l'Empereur. Le musée, sous la terre, a été ouvert en 2006 et présente l'ensemble des sculptures dont la finesse est saisis- sante. C’est un formidable témoignage de la vie de l’époque. La plupart des sta- tuettes représentent l’ensemble des corporations entourant l’Empereur de son vivant : fonctionnaires, cavaliers, artistes, paysans… On découvre aussi bon nombre d’animaux de la ferme - chevaux, moutons, chèvres, loups, cochons… - mais aussi de très nombreuses poteries d’ustensiles les plus divers.

A la différence du site de l'Armée Eternelle où chaque statue de terre est à l'échelle humaine, ici les statues sont pour beaucoup d'entre elles des… statuettes. On s'ac- corde aussi à dire que leur finition est tout à fait exceptionnelle.

e pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa la règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers.

Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parc u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. e site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

28 18. Le premier Empereur de Chine : Qin Shi Huangdi De son vrai nom Zheng Ying (259 à 210 av. J.C.), le roi de l’Etat Qin, a livré bataille avec ses troupes armées aux Royaumes combattants.

Victorieux, il unifie l’ensemble du territoire en 221 av. JC. et crée ainsi « l’Empire du Milieu ». Il change alors de nom et se fait appeler Qin Shi Huangdi (Shi signifiant « Premier » et Huangdi « Empe- reur »), prononcé « Ch’in », qui donnera ainsi son nom à la Chine. Qin Shi Huangdi ne laisse rien ni personne en travers de son chemin pour l’empê- cher de mener à bien l’unification de la Chine. Quiconque s’oppose à lui se voit supprimer la vie ! Il mène une vaste entreprise de standardisation à tout l’Empire en normalisant notamment les poids, les mesures, la monnaie et l’écriture. Il est également à l’origine de chantiers gigantesques comme celui de la Grande Muraille de Chine.

Il raccorde les quelques tronçons de cette muraille qui existaient aupara- vant et les prolonge, créant un ouvrage monumental de plus de 6700 km. Aussi, il fait également construire de nombreux palais et crée de grandes voies de commu- nication et réseaux routiers à travers tout le territoire. Echappant à de multiples tentatives d’assassinat, le premier Empereur est très préoccupé par la mort. C’est pourquoi il mobilise plus de 720 000 hommes pour lui construire un mausolée aux dimensions colossales, dont le site s’étend sur environ 56 km². En son centre, un tumulus de 115 mètres de haut recouvre son tombeau.

A environ 1,5 km du tumulus, il fait creuser des fosses immenses et ordonne la fabrication de 8000 statues de soldats en terre cuite plus grandes que nature. Posi- tionnée en ordre de bataille, son armée peut ainsi l’accompagner dans l’au-delà.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers.

Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

29 5. PREPARER VOTRE VISITE AU MUSEE • Même si ce dossier vous donne le parcours et l’ensemble des contenus de l’exposition, afin de préparer au mieux vos élèves à la visite, nous vous conseillons de venir au musée préalablement pour découvrir « Xi’an : Trésors de la Chine impériale ».

• L’accès est libre et gratuit aux jours et horaires d’ouverture du musée (cf. : informations pratiques).

• Vous pourrez ainsi tester nos outils de médiation, visionner les films documentaires sur écran tactile et consulter les ouvrages mis à votre disposition au sein de l’espace ludique et découverte. L’ensemble des outils à manipuler, les jeux de société et les ouvrages ne sont pas empruntables. La consultation se fait uniquement sur place. • Cependant, vous trouverez à la boutique de notre établissement, de nombreux articles et la brochure de l’exposition (2€).

• Si vous souhaitez être tenu informé de nos prochains évènements, en lien avec l’exposi- tion, inscrivez-vous à notre newsletter, suivez-nous sur les réseaux sociaux et demandez le programme (disponible à l’accueil-boutique du musée).

Pour tous renseignements sur notre exposition et les offres de médiation, vous pouvez d’ores et déjà contacter le pôle médiation (cf. : informations pratiques). Nos médiateurs sont à votre écoute pour l’organisation de votre visite.

RESSOURCES DOCUMENTAIRES BIBLIOGRAPHIE • La route de la soie, BOULINOIS L., Genève, 1992. • L’armée éternelle : Les soldats du premier empereur de Chine, CIARLA R. et LANCIOTTI L., éd. Nat. Geographic, 2005. • Marco Polo et la Route de la Soie, DREGE J.-P., éd. Gallimard, 1989. • La Chine, des Song (960) à la fin de l’Empire (1912), ELISSEEFF D., éd. RMN - Ecole du Louvre, 2010. • La Chine, du Néolithique à la fin des Cinq Dynasties (960 de notre ère), ELISSEEFF D., éd. RMN - Ecole du Louvre, 2008.

• L’armée de Terre Cuite, GARY G., éd. Le Noroit, 2009. • Les Dynasties QIN et HAN, Histoire générale de la Chine (221 av.

J.-C. – 220 ap. J.-C.), PIRAZZOLI-T’ SERSTEVENS M. et BUJARD M., éd. Les Belles Lettres, 2017. • L’armée de terre cuite : Les guerriers de la Chine Ancienne, ROSSI R., éd. Eyrolles, 2010. • Les Soldats de l’Eternité. L’armée de Xi’an, VON FALKENHAUSEN L. et THOTE A., éd. Pinacothèque, 2008 Liste des ouvrages en consultation libre au musée le temps de l’exposition. CONTES CHINOIS • Et le chien devint l’ennemi du chat, BARBARA D. et TRUONG M, éd. Actes Sud Junior, 2000.

• L’empereur et le poète, BOISSY P. (de), éd. du Jasmin, 2000. 6. RESSOURCES DOCUMENTAIRES

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle.

Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers. Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

30 • Tsao, le petit Chinois, BOURGOING P. (de) et CHION C., éd. GALLIMARD, coll. Calligram, 2001. • Les contes du cavalier chinois, COUPRY F., éd.

Robert LAFFONT, 1994. • Contes de Chine, Si le monde m’était conté, DUFRESNE D. et RIEMANN M., éd. Vilo jeu- nesse, 2007. • Contes d’une grand-mère chinoise, FERAY Y., éd. Philippe PICQUIER, coll. Contes et lé- gendes d’Asie, 2001. • Contes chinois, FUCIKOVA R., éd. Gründ, 2007. • Dans la gueule du tigre, HOIZEY D., éd. L’arbre, 1985 • Le chat-tigre, conte de chine, LE CRAVER J.-L., éd. Syros Jeunesse, 2004. • Les sept frères chinois, MAHY M., TSENG J. et TSENG M., éd. Françoise Deflandre, 1993. • Le daim mangeur de tigre, OLIVE G., éd. l’Ecole des loisirs, coll. Mouche, 2002. • Liu Chan et la carpe sacrée, PIQUEMAL M.

et CASTELBAJAC Q. (de), éd. du Ricochet, 2010. • Le pays de Jade, PLACE F., éd. Casterman / Gallimard, coll. les albums duculot, 2002. • 13 contes de Chine, ROBERTS M., éd. CASTOR POCHE, 2003.

• L’enfant du bananier, un conte chinois, SAUER I. et GAMBINI C., éd. Didier jeunesse, coll. Contes du monde, 2011. • La jeune fille du lumignon, SHUFEN L., et SHAOHUI L., éd. contes populaires chinois, 1984 • Les cinq frères chinois, contes chinois, SOFFER V. et OSTAD R., éd. du Jasmin, 2008. • Le tonneau enchanté, TANAKA B., éd. Messidor, coll. La Farandole, 1985 • La grande montagne des contes chinois, THIERY F., GENDRIN C. et HIE V., éd. Rue du monde, 2008.

• Conte de fée, TRUONG M., éd. Rue du monde, 2007. • Shi Han et l’escargot d’eau, ZHENLI J., éd. contes populaires chinois, 1986 HISTOIRE ET CIVILISATION CHINOISE • Treasures of the mausoleum of the first Qin emperor, Museum of Qin Terracotta Warriors and Horses, éd.

Shaanxi Publishing media group – Shaanxi travel and tourism press, 2013. • la Chine des empereurs, COTTERELL A., éd. GALLIMARD, coll. Les yeux de la découverte, 1996.

• La Chine, DAUBER M. et NOBLET M., éd. CASTERMAN, coll. Les carnets de route de Tintin, 1992. • La Chine et les Chinois, DUTRAIT L. et DUTRAIT N., éd. MILAN Jeunesse, coll. Les Encyclopes, 2005. • Je cuisine chinois, FOULKES M. et NICOLAS M., éd. Picquier Jeunesse, 2011. • De la Route de la soie à la Route du thé, GIRY A. (de) et MERLIN, LES GRANDES ROUTES, éd. Seuil, 2011. • La Chine impériale, JOURDAIN S., éd. FLEURUS, coll. Voir l’Histoire, 2008. • Chine, Terre de civilisations, MUROWCHICK R. E., éd. BORDAS, 1994.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante.

L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers. Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale.

C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

31 SITES INTERNET : • http://whc.unesco.org/fr/list/441/ Site de l’UNESCO, page consacrée au mausolée du premier empereur Qin et à sa valeur universelle exceptionnelle (cartes, galerie photos, vidéos, etc.).

•http://www.nationalgeographic.fr/histoire/2013/09/des-archeologues-redonne nt-ses- couleurs-larmee-dargile-de-chine Archéologues et artistes recourent aux techniques les plus modernes pour raviver les co- loris de cette armée du passé.

VIDEOS : en version française • https://www.youtube.com/watch?v=_DtmRtYpVKk Documentaire sur le tombeau du premier empereur de Chine. Un film produit par NGC Network International, LLC et NGC Network US, LLC, 2016 • https://www.youtube.com/watch?v=VmTFEmdoS48 Documentaire sur les derniers secrets de l’armée de terre cuite. Un film produit par ARTE, 2014. • https://www.youtube.com/watch?v=5fBc-ou_GT0 Documentaire sur les routes de la soie et les Romains qui s’établissent au cœur de la Chine. Un film de NHK - France 5, Vol. 4 de la série Eurasia. 2004 • https://www.youtube.com/watch?v=l43nazfBhrQ La vraie histoire de la route de la soie.

• https://www.youtube.com/watch?v=e-mVZ6k7Q68 Documentaire « Vers une nouvelle route de la soie ». Un film ARTE, Le dessous des cartes, 2015.

en version anglaise : • https://www.youtube.com/watch?v=mP5p4QbvPtc Film d’animation en VOSTFR sur l’incroyable histoire des soldats chinois en terre cuite. Un film de TED-Ed. • https://www.youtube.com/watch?v=23oHqNEqRyo Film d’animation en VOSTFR sur la Grande Muraille. Un film de TED-Ed. • https://www.youtube.com/watch?v=wFt_VGG0kJU Film d’animation en VOSTFR sur Confucius et le confucianisme. Un film de TED-Ed. • https://www.youtube.com/watch?v=j-1IcaeuGnw Film en VOSTEN sur l’armée fantôme de Chine. Un film de National Geographic. • https://www.youtube.com/watch?v=Yb1CcvqJ0gc Docufiction sur le premier empereur de Chine, Qin Shi Huangdi, de son ascension à la construction de son tombeau.

Un film de ALL3 MEDIA Company and Phoenix Satellite Tele- vision.

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers.

Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

32 La visite de l’exposition est libre (sous la conduite de l’enseignant) ou accompagnée d’un médiateur du musée. Un carnet de visite a été spécialement conçu pour le temps de l’exposition.

Ce support vous sera remis à l’accueil le jour de votre visite au musée, à raison d’un exemplaire par élève. Il est tout aussi bien adapté au programme du cycle 2 (CE) qu’à celui du cycle 3 (CM et 6e). Pour les collégiens, le parcours est émaillé de « questions expert » et d’une page questions sur les « routes de la soie ».

LE CARNET D’INVESTIGATION : « Xi’an : Trésors de la Chine impériale. Mène l’enquête avec Shaozu le dragon ! » La première et deuxième page du carnet d’investigation conte l’histoire de la décou- verte des soldats de terre cuite faite en 1974 à Xi’an, en Chine, par deux jeunes pay- sans : Yang et Wang. En remontant du fond du puits les premiers vestiges archéolo- giques, ils font la rencontre d’un dragon, Shaozu, fidèle serviteur du grand maître Qin Shi Huangdi, premier empereur de Chine, pour qui le mausolée de Xi’an et cette armée éternelle ont été construits. Le personnage de Shaozu intervient ponctuellement dans le parcours-jeu pour apporter des informations complémentaires.

Les pages 3 à 5 permettent de mieux comprendre l’histoire de cette fabuleuse décou- verte et de faire connaissance avec Qin Shi Huangdi. Les pages 6 à 7 questionnent les techniques de fabrication et d’assemblage utilisées par les potiers chinois il y a plus de 2 200 ans de cela et, la page 8, l’armement réel des soldats. Quant aux pages 9 et 10, elles s’intéressent à l’organisation et au fonctionnement de cette immense garde impériale pour l’au-delà.

La page 11 est uniquement destinée, du fait de son niveau de difficulté et de par le sujet, aux classes du collège. Elle aborde notamment des questions de géographie et de commerce liées aux routes de la soie.

Toutes les réponses sont en page 12. 7. PENDANT LA VISITE

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers.

Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche. PROGRAMMES SCOLAIRES APPORTS DE LA VISITE CLE 2 Questionner le monde ’est-ce que la matière ? exposition propose une approche visuelle et technique de la terre cuite à travers les reproductions offi- elles des soldats et l’atelier de fabrication.

Les objets techniques : ’est-ce que c’est ? quels besoins répondent-ils ? mment fonctionnent-ils ? Comprendre la fonction d’objets fabriqués. estionnement sur les techniques de fabrication et d’assemblage des soldats (matériaux et outils). A els besoins répondent ces techniques de production. Comprendre qu’un espace est organisé Organisation des fosses et du mausolée de l’empereur n. Se situer dans l’espace Situer la Chine et Xi’an sur une carte. Se repérer dans le temps Repérer et situer quelques événements. Objectifs complémentaires : raconter, décrire, expliquer, prendre part à des interactions, question- r, répondre à une interpellation, copier, transcrire, rédiger, apprendre à travailler en autonomie / groupe Nous vous conseillons : La visite de l’exposition peut être complétée par une visite des collections llo-romaines et franques.

La découverte de ces salles se fait avec un parcours-enquête intitulé « Ques- nner le monde : Des Gallo-romains aux Francs, l’évolution des sociétés à travers les modes de vie et les chniques. ». Cela permet de faire une transition entre l’empire chinois et romain, de comprendre que ces ux mondes échangeaient des produits artisanaux, de consommations et/ou d’inventions, et ce, jusqu’à la du XVe siècle. Dans nos collections Franques, nous avons des fibules qui témoignent de ces échanges. s pierres de grenats en provenance d’Inde sont serties dans le bijou.

CLE 3 Se situer dans l’espace et dans le temps. argir les horizons en questionnant les relations des individus et des sociétés. Situer la Chine et Xi’an su e carte. mprendre que la Chine impériale est tout aussi puissante que l’empire romain qui domine le pourtour éditerranéen. Des routes sur lesquelles transitent des produits artisanaux de consommation et/ou d’in- ntions se développent entre les deux empires. 33 8. PISTES PEDAGOGIQUES

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques.

Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers. Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

34 Nous vous conseillons d’organiser votre classe en plusieurs groupes, en fonction du nombre d’accompagnants. Chaque adulte a en charge un groupe d’enfants et parcourt l’exposition avec le carnet d’investigation.

Afin d’éviter que l’ensemble de votre classe ne soit entièrement regroupée dans un seul et même espace de l’exposition, vous n’êtes pas obligé de respecter l’ordre des exercices. Une partie de votre classe peut également découvrir l’espace « introductif, ludique et découverte » pendant que l’autre se consacre au carnet d’investigation. Au milieu du temps dont vous disposez, inversez vos équipes !

pays lui doit beaucoup et les historiens considèrent que son influence sur la Chine antique fut épondérante. L’Empereur Qin est un personnage à part dans l’histoire de la civilisation chinoise ordonna la construction de la première vraie grande muraille d’Est en Ouest sur plus de 6000 omètres, lança la construction d’un énorme réseau routier à travers la Chine et mit en œuvre importants travaux hydrauliques. Il voyait tout en grand et l’histoire de son mausolée ne faillit pa a règle. Au même moment, il faisait édifier plus de 700 palais de villégiature à travers la Chine ! bsédé par l’idée de la mort, très superstitieux, il croyait en la théorie de l’immortalité préconisée ar les sorciers.

Il s’est rendu au mont Taishan pour procéder au culte du ciel et de la terre, est arti à la recherche du remède d’immortalité jusqu’au bord de la mer orientale. C’est aussi parce u’il était obsédé par l’idée du trépas que l’Empereur Qin a voulu être entouré de ses fidèles sol- ats au moment de passer de la vie à la mort.

empereur s’est éteint à l’âge de 49 ans. Autour de son mausolée, les fantassins, cavaliers, sous- ficiers, généraux….. veillent sur sa dépouille depuis plus de 2200 ans ! . L’armée de l’ombre au grand jour ! La garde impériale de l’au-delà. site de Xi’An s’articule autour de trois fosses, à ce jour, découvertes à l’ombre du fameux mausolée du r Empereur. Le tombeau impérial se situe à quelques kilomètres à vol d’oiseau des soldats en ordre de arche.

35 9. INFOS PRATIQUES Horaires de visite avec des scolaires Les groupes scolaires sont accueillis au musée du mardi au vendredi, de 9h à 16h.

Matériel à apporter Pensez à apporter des crayons et des gommes. Des écritoires sont disponibles à l’accueil. Pause méridienne Une salle est mise à votre disposition pour le repas du midi (sous réserve de dis- ponibilité). Possibilité de pique-niquer au Bois de Morval (espace aménagé à 20 minutes de marche du musée archéologique).

Tarifs L’accès aux Musées, sites du Conseil départemental du Val d’Oise est gratuit. L’accompagnement des groupes scolaires ½ journée = 20€ (1 module) | 1 journée = 30€ (2 modules). Réservation Pour vous garantir un bon accueil dans nos musées, les visites avec ou sans mé- diateur (accompagnées ou libres) se font sur réservation. Envoi de documentation sur demande : dossiers pédagogiques et parcours-enquêtes. Contacts Pour de plus amples informations ou pour définir l’organisation de votre visite, vous pouvez contacter l’équipe Médiation.

Responsable de la médiation : Bénédicte LE GODIVES Médiatrices : Iris BOURDAREAU, Claire DEBRAS Réservations : Denise BEAUVISAGE Téléphone : 01.34.33.86.00 Courriel : contact.musees@valdoise.fr Accès au musée archéologique du Val d’Oise Place du Château, 95 450 Guiry-en-Vexin Jours et horaires d’ouverture Du mardi au vendredi : 9h – 17h30 Week-end et jours fériés : 13h – 18h Fermé les lundis, 25 décembre et 1er janvier

Musée archéologique du Val d’Oise Place du Château, 95450 Guiry-en-Vexin 01 34 33 86 00 contact.musees@valdoise.fr www.valdoise.fr/musee-archéologique © Textes : I. Bourdareau, médiatrice - Maquette : M. Legrand, chargée de communication - Musée archéologique du Val d’Oise

Vous pouvez aussi lire