Bilan 2018 - Forum des Marais Atlantiques

 
Bilan 2018 - Forum des Marais Atlantiques
Bilan 2018
             Actions réalisées dans le cadre de l’appel Initiatives en
             faveur de la biodiversité 2017

             Réseau expérimental de suivis piscicoles en
             marais endigués du bassin Artois-Picardie

Bilan 2018                      Page 1/29                      Mars 2019

                                      Mars 2019
Bilan 2018 - Forum des Marais Atlantiques
Table des matières
1.      Contexte ......................................................................................................................... 3
2.      Révisons du projet pour l’année 2018 ............................................................................ 3
3.      Actions réalisées ............................................................................................................ 4
     3.1 Réunions de travail ...................................................................................................... 4
     3.2 Inventaire et analyse des suivis piscicoles en marais sur le bassin .............................. 4
     3.4 Tester la puissance des engins de pêche passifs ........................................................ 5
     3.5 Groupe d’experts n°2 ................................................................................................... 6
     3.6 Mise à jour de la page Internet ..................................................................................... 6
4.      Difficultés rencontrées .................................................................................................... 7
5.      Synthèse des actions réalisées ...................................................................................... 7
6.      Un projet similaire sur Seine-Normandie ........................................................................ 8
7.      Annexes ......................................................................................................................... 8

 Bilan 2018                                                     Page 2/29                                                   Mars 2019
Bilan 2018 - Forum des Marais Atlantiques
1. Contexte
Dans le cadre de l'appel « Initiatives en faveur de la biodiversité » lancé par l'Agence de l'eau Artois-
Picardie, le Forum des Marais Atlantiques a déposé, en janvier 2017, un projet de coordination et de
mise en œuvre d'un « Réseau expérimental de suivis piscicoles en marais endigués », qui a obtenu une
réponse favorable. L’objectif de ce projet est d’élaborer un protocole harmonisé en marais ayant fait
l’objet de travaux d’entretien ou de restauration, et de le tester sur 10 sites pilotes (doux et salés).
Ce dossier est porté par :
    - Audrey Duriez, au siège, à Rochefort, en charge de la coordination globale ;
    - Caroline Couffignal, à Saint-Martin-lez-Tatinghem, animatrice de l’antenne-relais.

Le projet IFB a officiellement été lancé en juillet 2017 (délibération de la commission permanente des
interventions n°17-I053 du 29/09/2017).

Les actions prévues en 2018 étaient les suivantes :
                                                                                                    2018
                                                                                     Trim 1   Trim 2    Trim 3   Trim 4
Choix de sites sur les bassins et des opérateurs de terrain partenaires potentiels
Production de plans d’échantillonnage
Définir une typologie de marais
Réaliser une synthèse bibliographique
Tester des engins de pêche
Rédaction des protocoles standardisés de recueil de données
Mise à jour de la page internet dédié au projet
Test des protocoles de terrain et validation de leur opérationnalité
Élaboration d’une base de données
NB : en rouge, les nouvelles actions de l’année (annexe 1).

    2. Révisons du projet pour l’année 2018
Depuis le lancement du projet en juillet 2017, les discussions ont fait ressortir, en partie, le besoin de
réaliser un état des connaissances sur les suivis piscicoles en marais sur le bassin Artois-Picardie, au
préalable de l’élaboration d’un protocole harmonisé de suivis piscicoles en marais.
Une note (annexe 1) a été rédigée en novembre 2017 dans ce sens afin d’énumérer les nouveaux
éléments à intégrer au projet pour les années 2018-2019-2020. La réunion du 12 septembre a permis
de lister et valider les besoins complémentaires, avec l’accord de l’Agence de l’eau Artois-Picardie, du
Forum des Marais Atlantiques et de certains partenaires (Fédérations de pêche, AFB).

Modifications apportées sur la procédure technique :
  - Définir une typologie de marais sur le bassin Artois-Picardie : pour les besoins d’élaborer un
       protocole harmonisé, il est nécessaire de définir une typologie de marais sur le bassin. Elle
       permet de recenser, en fonction des caractéristiques (profondeur et largeur des canaux,
       salinité, etc.), un ensemble de marais ;
  - Identifier 10 sites test : avant d’élaborer le protocole, il est important de connaitre les
       caractéristiques des sites disponibles pour réaliser la phase test de celui-ci. 10 sites devront
       être identifiés début 2018. Ils serviront de base de travail au groupe d’experts pour définir la
       méthode et les moyens nécessaires ;
  - Réaliser un inventaire et une analyse des suivis piscicoles en marais : cette mission fera l’objet
       d’un stage de 6 mois. Elle reprendra les travaux réalisés par M. Siron en 2015 et M. Ferdoile
       en 2016. Cet inventaire et l’analyse des suivis piscicoles du bassin Artois-Picardie serviront de

 Bilan 2018                                              Page 3/29                                           Mars 2019
Bilan 2018 - Forum des Marais Atlantiques
base de travail pour le groupe d’experts. Ils permettront d’identifier les éléments pertinents
        qui seront conservés pour l’élaboration du protocole harmonisé ;
    -   Tester la puissance des engins de pêche : en 2018, les Fédérations de pêche du bassin se
        chargeront de tester plusieurs engins (verveux, nasses, filets, pêche électrique, ADN
        environnemental, etc.) ou méthodes, sur un même site, afin de comparer et identifier le plus
        efficace pour le recensement piscicole (action révisée courant 2018, cf. point 3.4 ci-dessous).

    3. Actions réalisées

3.1 Réunions de travail

Afin de faire avancer les réflexions et les actions du projet, le FMA s’est entretenu avec plusieurs
experts par téléphone et en réunion de travail, voici un résumé des entretiens :

    -   Réunions téléphoniques avec Alexandre CARPENTIER le 24 janvier (compte-rendu en annexe
        2), puis Christine DUPUY le 31 janvier (compte-rendu en annexe 3) :
Leurs recommandations se rejoignent : ils suggèrent au préalable de se poser les bonnes questions
(que veut-on mesurer ?), afin de définir le choix des engins, la technique de pêche et la période
d’échantillonnage. La typologie de marais du bassin et une liste de travaux permettra également
d’affiner le protocole. Enfin, ils distingues deux objectifs qui paraissent ambitieux à développer pour
la durée impartie du projet : (1) élaborer un protocole harmoniser et (2) évaluer les travaux.

    - Réunion de travail avec les FDAAPPMA, le 2 mars :
Cette réunion avait pour but d’établir une organisation entre nos structures sur le test de la puissance
de pêche des engins passifs en marais. Ce test a pour objectif d’apporter des réponses sur l’effort
d’échantillonnage afin optimiser la représentativité d’un peuplement piscicole sur un site.
Seulement au vu du plan de charge déjà bien fourni des FDAAPPMA, elles ont suggéré au FMA de
réaliser une recherche bibliographique à la place. Cette option a été retenue par le FMA et l’AEAP. Elles
préconisent aussi de revoir l’objectif du projet, c’est-à-dire de développer un protocole harmonisé
pour évaluer l’état du peuplement piscicole en marais, afin de simplifier la réflexion pour le groupe
d’experts. Le compte-rendu est en annexe 4.

3.2 Inventaire et analyse des suivis piscicoles en marais sur le bassin

Marie Froliger, en Master 2 Biologie Ecologie Evolution, est venue intégrer l’antenne Manche et Mer
du Nord pour un stage d’une durée de six mois (rapport annexé à ce bilan et documents
téléchargeables          à         cette         adresse           :         http://www.forum-marais-
atl.com:8083/documentation/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=5536&fonds=&cid=2049). A
partir d’une enquête auprès des acteurs de terrain qu’elle a réalisée, Marie a recueilli des informations
précieuses sur les marais du bassin. Les données ont ainsi été analysées afin de répondre à trois actions
du projet, les voici :

    a) Définition d’une typologie de marais
Cette typologie (Annexe 5) est basée sur le critère salinité, qui fait émerger les trois grandes «
catégories » de marais sur le territoire :
                                        Marais doux à saumâtres
     Marais arrière-littoraux          situés en zone de polder et     Marais doux alluviaux
                                           autres marais côtiers
 sur le modèle des sites Natura regroupe les marais que la regroupe des marais très
 2000 des marais arrière- situation                  géographique diversifiés en termes de

 Bilan 2018                                    Page 4/29                                     Mars 2019
Bilan 2018 - Forum des Marais Atlantiques
littoraux picards, les sites (littorale ou en zone de                composantes et de localisation,
 regroupés ici sont situés en polder) et la salinité (doux à          mais qui se distinguent par
 arrière du littoral, et sont saumâtre) rendent singuliers            l’absence des caractéristiques
 principalement composés de                                           précédentes et leur proximité au
 nombreuses mares en réseau                                           cours d’eau et à la zone alluviale

    b) Choix de sites sur les bassins et des opérateurs de terrain partenaires potentiels
10 sites potentiels ont été identifiés selon plusieurs critères :
    - L’inventaire piscicole représente une opportunité pour le site et le gestionnaire ;
    - L’accès et la règlementation du site sont peu contraignants ;
    - Des travaux sont prévus ou envisagés sur le site dans les trois prochaines années ;
    - Les sites appartiennent à des départements et à une catégorie typologique différente.
Et sont les suivants :
                                  Marais doux à saumâtres situés en
  Marais arrière-littoraux                                                 Marais doux alluviaux
                               zone de polder et autres marais côtiers
                                                                              marais de Guînes
                                                                          marais du Val de Vergne
    marais de Tardinghen              La basse vallée de la Somme       RNR du marais de Condette
      marais de la Maye                      le Hâble d’Ault                   marais de Tigny
                                                                             marais de Maroeuil
                                                                             Vivier de Rodignies

    c) Pistes pour l’élaboration d’un protocole piscicole en marais
Les nombreuses informations récoltées lors du stage ont permis d’éclaircir certains points :
    - De l’inventaire au suivi : un inventaire est un relevé ponctuel réalisé sur une période de temps
       limitée et permettant d’avoir une image du peuplement piscicole présent à un instant t. Un
       suivi est un relevé répété, qui donne accès à l’évolution du peuplement dans le temps et
       permet d’obtenir une tendance fiable. Réaliser un suivi implique d’effectuer plusieurs
       inventaires. Le suivi cible des objectifs précis, ainsi il permettra de visualiser les changements
       s’opérant sur le peuplement ;
    - Plan d’échantillonnage : rattacher un intervalle de densité de fossés (en pourcentage) par type
       de marais de la typologie. Aussi, réaliser le protocole dans le (ou les) fossé(s) le(s) plus
       connecté(s) aux différents compartiments aquatiques et au réseau, afin d’optimiser les
       probabilités d’y rencontrer le plus d’espèces présentes sur le site ;
    - Méthode passive : la pose d’engins passifs semble la plus appropriée pour l’harmonisation du
       protocole. Le coût et la facilité d’utilisation en font une méthode plus facile à mettre en place
       par les gestionnaires.

3.4 Tester la puissance des engins de pêche passifs

La réunion du 2 mars avec les FDAAPPMA avait pour but d’organiser et de mener cette action avec leur
aide. Mais au vu de leur plan de charge de l’année, le FMA s’est orienté sur de la recherche
bibliographique qu’il réalisera.
Suite au comité d’orientation scientifique et technique (COST) du FMA, le 31 mai, après discussion avec
des experts, le FMA a décidé de réaliser lui-même ce test, à partir des compétences en interne et des
moyens techniques des partenaires. Ainsi, le 3 août un dossier de demande d’autorisation
exceptionnelle pour réaliser ces pêches a été déposé auprès de la DDTM Pas-de–Calais et a obtenu
une réponse positive (Annexe 6).
La campagne de pêche s’est organisée autour de trois marais du Pas-de-Calais, gérés par le syndicat
mixte Eden 62 : Tardinghen, Guînes et Condette. Le matériel de pêche a été emprunté à deux
structures basées en Charente-Maritime, le CREAA et la LPO, sous la forme de convention.

 Bilan 2018                                    Page 5/29                                     Mars 2019
Bilan 2018 - Forum des Marais Atlantiques
Deux périodes étaient indiquées dans la demande. Il se trouve que les conditions météorologiques
exceptionnelles de l’année n’ont pas été favorables à la réalisation :
    - En octobre : annulée pour cause de niveau d’eau faible ;
    - En novembre : annulée pour cause de niveau d’eau faible et température de l’eau trop basse.
Le FMA souhaiterait renouveler sa demande pour une campagne de pêche au printemps 2019.

3.5 Groupe d’experts n°2

Le 22 novembre après-midi, le FMA a réuni pour la deuxième fois les membres du groupe d’experts
afin de restituer le stage de Marie FROLIGER, faire le bilan de l’année 2018 et évoquer les suites du
projet. Le compte-rendu de la réunion est en annexe 7.
Parmi les discussions, le groupe s’accorde à dire que l’enjeu « oiseaux » est souvent prioritaire face
aux poissons et que les dates d’inventaires piscicoles (printemps/été) correspondent aux périodes
stratégiques pour les oiseaux (nidification…). Pour ces sites, il est proposé de les supprimer de la liste
de sites tests de protocole ou de relocaliser les potentiels points d’échantillonnage (à distance des
zones sensibles et/ou installer des écrans de type paravent couleur camouflage).

3.6 Mise à jour de la page Internet

Une page, sur le site Internet du FMA, dédiée au projet est créée depuis 2017. Celle-ci permet de
mettre à disposition les comptes rendus et documents de séance. Elle est régulièrement mise à jour.

                             Figure 1 : extrait de la page sur le site internet du FMA.

Lien : http://www.forum-zones-humides.org/reseau-experimental-suivis-piscicoles-marais.aspx

 Bilan 2018                                        Page 6/29                                  Mars 2019
Bilan 2018 - Forum des Marais Atlantiques
4. Difficultés rencontrées
Le FMA rencontre des difficultés pour mener à bien le projet et dans les temps impartis, elles sont les
suivantes :
    - Révision de la liste des 10 sites : la période de nidification des oiseaux et de pêches sont les
        mêmes. Il est suggéré de changer les sites à enjeu oiseaux ou de relocaliser les points
        d’échantillonnage ;
    - Partenariat difficile à établir avec les fédérations de pêche : ce partenariat est précieux pour
        le groupe d’experts car elles ont la connaissance piscicole et du territoire ; pour épauler le FMA
        lors du test de la puissance des engins de pêche passifs ; pour le test du protocole et la
        formation ;
    - Manque d’experts dans le groupe de travail : les discussions stagnent sur l’élaboration du
        protocole ;
    - Manque d’appropriation du projet par les acteurs locaux ;
    - Besoin de réaliser le test de la puissance des engins de pêche passifs : le FMA a des incertitudes
        sur la disponibilité des engins de pêche au printemps, l’appui des fédérations de pêche, l’accès
        aux sites en période de nidification des oiseaux et aux conditions météo favorables ;
    - Difficultés à tenir les objectifs dans les temps impartis.
Face à ces difficultés, le FMA a réalisé fin 2018 une demande de prorogation d’un an auprès de l’AEAP.
Cela permettrait sur cette année supplémentaire de récolter plus informations afin d’élaborer le
protocole, au travers de :
    - la recherche d’experts afin d’intégrer de nouveaux membres au groupe de travail ;
    - la réalisation du test de la puissance des engins de pêche passifs ;
    - la recherche bibliographique à compléter ;
    - la liste des 10 sites test à revoir.

    5. Synthèse des actions réalisées
           Actions 2018                  Indicateurs de résultats         Indicateurs de réalisation
 Choix de sites sur les bassins et                                         Réalisé mais à revoir en
 des opérateurs de terrain           10 sites identifiés                     fonction des enjeux
 partenaires potentiels                                                          écologiques
 Production de plans                 Cartographie des sites
                                                                              Reportée en 2019
 d’échantillonnage                   d’échantillonnage
 Définition d’une typologie de       Rapport de stage de Marie           Réalisé, à faire valider par le
 marais                              Froliger                                 Groupe d’experts
 Inventaire et analyse des suivis    Rapport de stage de Marie
                                                                             Réalisé, à compléter
 piscicoles en marais                Froliger
 Test de la puissance de pêche                                                  Dossier réalisé,
                                     Nombre d’engins à tester
 des engins                                                                    Reporté en 2019
 Rédaction des protocoles
 standardisés de recueil de          Notice                                    Reporté en 2019
 données
 Mise à jour de la page internet                                                   Réalisé,
                                     Page Internet à jour
 dédié au projet                                                              Poursuite en 2019
 Test des protocoles de terrain
                                     Nombre de protocoles testés
 et validation de leur                                                         Reporté en 2019
                                     et validés
 opérationnalité
 Élaboration d’une base de
                                     Fichier Excel                             Reporté en 2019
 données

 Bilan 2018                                     Page 7/29                                     Mars 2019
Bilan 2018 - Forum des Marais Atlantiques
6. Un projet similaire sur Seine-Normandie
Le FMA coordonne depuis avril 2018 un projet qui a pour objectif d’élaborer un protocole harmonisé
de suivis piscicoles en marais endigués, jusqu’en 2020. Ce projet est financé par l'Agence de l'eau
Seine-Normandie et suivi par la Direction Territoriale et Maritime des bocages Normands.
Ce projet est similaire à celui sur Artois-Picardie, à la différence qu’il n’intègre pas de phase test du
protocole. Il sera déployé sur un réseau de sites, sur la base d’un volontariat, une fois le projet terminé.
Il permettra également de faire le lien entre les discussions afin d’avancer sur l’élaboration du
protocole harmonisé.

    7. Annexes

Annexe 1 : Note de synthèse - Révision du projet « Réseau expérimental de suivis piscicoles en marais
endigués »                                                                                     9
Annexe 2 : Compte-rendu de la réunion téléphonique avec Alexandre Carpentier                   13
Annexe 3 : Compte-rendu de la réunion téléphonique avec Christine DUPUY                        15
Annexe 4 : Compte-rendu de la réunion de travail avec les fédérations de pêche                 17
Annexe 5 : Typologie de marais sur le bassin Artois-Picardie                                   19
Annexe 6 : Dossier de demande d’autorisation exceptionnelle pour réaliser des pêches           23
Annexe 7 : Compte-rendu du groupe d’experts                                                    44

 Bilan 2018                                     Page 8/29                                       Mars 2019
Bilan 2018 - Forum des Marais Atlantiques
Annexe 1

                                             Note de synthèse
     Révision du projet « Réseau expérimental de suivis piscicoles en marais
                                   endigués »
Depuis le lancement du projet en juillet 2017, les discussions ont fait ressortir, en partie, le besoin de réaliser un
état des connaissances sur les suivis piscicoles en marais sur le bassin Artois-Picardie, au préalable de
l’élaboration d’un protocole harmonisé de suivis piscicoles en marais. Cette note énumère les nouveaux
éléments à intégrer au projet pour les années 2018-2019-2020. La réunion du 12 septembre a permis de lister et
valider les besoins complémentaires, avec l’accord de l’Agence de l’eau Artois-Picardie, du Forum des Marais
Atlantiques et de certains partenaires (Fédérations de pêche, AFB).

1. Procédure technique

1.1. Modifications apportées

Les éléments complémentaires sont :

     A. Définir une typologie de marais sur le bassin Artois-Picardie
Pour les besoins d’élaborer un protocole harmonisé, il est nécessaire de définir une typologie de marais sur le
bassin. Elle permet de recenser, en fonction des caractéristiques (profondeur et largeur des canaux, salinité,
etc.), un ensemble de marais. A partir de cette typologie, il est possible de répondre aux questions suivantes :
quels sont les protocoles disponibles ? Ont-ils déjà été testés ? Quels sont les protocoles à venir ? Quels sont les
apports ?, etc.
Le livrable attendu est une notice présentant la typologie de marais et leur définition.
Ce point pourra faire l’objet d’un stage en début d’année 2018 et permettra d’identifier les sites test.

     B. Identifier 10 sites test
Avant d’élaborer le protocole, il est important de connaitre les caractéristiques des sites disponibles pour réaliser
la phase test de celui-ci. 10 sites devront être identifiés début 2018. Ils serviront de base de travail au groupe
d’experts pour définir la méthode et les moyens nécessaires. De plus, cela permettra au Forum des Marais
Atlantiques :
     -    d’envoyer au plus tôt les demandes d’autorisation d’accès de ces sites (et constituer les dossiers de
          dérogation espèces/habitats auprès de la DREAL) pour réaliser des pêches sur les sites protégés ;
     -    d’accéder à des données historiques sur les précédentes campagnes de pêche (protocoles, espèces,
          travaux, usages du marais, etc.), à la typologie de milieux, aux objectifs de gestion, aux contraintes et
          enjeux.
Le livrable attendu est une notice présentant les 10 sites et une fiche de présentation de ces derniers.
Ce point pourra faire l’objet d’un stage en début d’année 2018 et permettra de commencer à dresser un état des
connaissances sur les suivis piscicoles en marais du bassin. Il permettra aussi, selon les résultats, de revoir
l’objectif de suivi. Initialement le protocole doit évaluer l’efficacité des travaux de restauration et d’entretien en
marais que finance l’Agence de l’eau. Seulement la difficulté de trouver des sites avec l’entrée travaux peut
entrainer la révision de l’objectif de suivi du protocole.

     C. Réaliser un inventaire et une analyse des suivis piscicoles en marais
Cette phase reprendra les travaux réalisés par M. Siron en 2015 et M. Ferdoile en 2016. Cet inventaire et analyse
des suivis piscicoles du bassin Artois-Picardie servira de base de travail pour le groupe d’experts. Il permettra
d’identifier les éléments pertinents qui seront conservés pour l’élaboration du protocole harmonisé.

 Bilan 2018                                          Page 9/29                                           Mars 2019
Bilan 2018 - Forum des Marais Atlantiques
Ce point fera l’objet d’un stage de 6 mois en début d’année 2018. Selon le temps qu’il restera au stagiaire, il
pourra travailler sur les points A et B développés ci-dessus. L’objectif ici est de mettre rapidement à disposition
les résultats au groupe d’experts.
Le stagiaire contactera les Fédérations de pêche, l’AFB, les gestionnaires de sites et autres professionnels de la
pêche afin de mener une enquête sur les suivis passés, en cours et futurs. Il recensera les protocoles et les
caractéristiques des marais.
Le livrable attendu est un rapport de stage sur l’inventaire et analyse des suivis piscicoles en marais du bassin
Artois-Picardie.

     D. Tester des engins de pêche
En 2018, les Fédérations de pêche du bassin se chargeront de tester plusieurs engins (verveux, nasses, filets,
pêche électrique, ADN environnemental, etc.) ou méthodes, sur un même site, afin de comparer et identifier le
plus efficace pour le recensement piscicole.
Cette phase sera réalisée au premier semestre 2018, dans le cadre de la convention entre l’Agence de l’eau et
les Fédérations de pêche.
Le livrable attendu est un rapport d’étude et/ou une fiche synthétique (atouts/contraintes – points forts/points
faibles).

Synthèse des livrables :
    -   Notice présentant la typologie de marais et leur définition ;
    -   Notice présentant les 10 sites et une fiche de présentation de ces derniers ;
    -   Rapport de stage sur l’inventaire et analyse des suivis piscicoles en marais du bassin Artois-Picardie ;
    -   Rapport d’étude du test des engins de pêche et/ou une fiche synthétique (atouts/contraintes – points
        forts/points faibles).

1.2. Bilan de la procédure technique

Les éléments complémentaires sont rajoutés en rouge dans le tableau récapitulatif des actions :

                                       Actions                                                   Livrables

                                                                                        Nombre de sites et
                     A1 - Choix de sites sur les bassins et des opérateurs de terrain
                                                                                        d'opérateurs
                     partenaires potentiels
                                                                                        Notice
                                                                                        Cartographie des sites
                     A2 - Production de plans d’échantillonnage
     Stratégie                                                                          d’échantillonnage
   d’expérience      A3 - Définir une typologie de marais sur le bassin Artois-Picardie Notice
                     A4 - Inventaire et analyse des suivis piscicoles en marais sur le
                                                                                        Rapport de stage
                     bassin Artois-Picardie
                                                                                        Rapport d’étude et/ou
                     A5 - Tester des engins de pêche
                                                                                        notice
                     B1 - Rédaction des protocoles standardisés de recueil de
                                                                                        Notice
   Rédaction et      données
  publication des    B2 - Rédaction d’une fiche d’aide au diagnostic du peuplement Notice
   référentiels      B3 - Mise à jour de la page internet dédié au projet           Page internet à jour
    techniques                                                                      Nombre de formations et
                     B4 - Formation aux protocoles pour les nouveaux opérateurs
                                                                                    nombre de stagiaires
  Évaluation de      C1 - Tester les protocoles de terrain et valider leur Nombre de protocoles
  terrain, suivis,   opérationnalité                                                testés et validés
  acquisition de     C2 - Analyse des séries temporelles et diagnostic de fiabilité Recueil des données
     données         C3 - Élaborer une base de données                                  Fichier Excel

En complément, le planning prévisionnel est le suivant :

 Bilan 2018                                        Page 10/29                                           Mars 2019
2017                            2018                                           2019                                2020
        Trim 3    Trim 4     Trim 1     Trim 2    Trim 3        Trim 4     Trim 1      Trim 2    Trim 3      Trim 4        Trim 1    Trim 2
 A1
 A2
 A3
 A4
 A5
 B1
 B2
 B3
 B4
 C1
 C2
 C3
                                                 Figure 2 : Planning prévisionnel des actions

 2. Modifications administratives

2.1. Redistribution des temps par agents

Le volume financier global du projet en 2018 reste inchangé, il s’élève à 30 976.59 € (cf. figure 3). En revanche,
les nouveaux éléments amènent à décaler dans le temps certaines actions et notamment l’élaboration d’une
base de données réalisée par les SIGistes-développeurs du FMA. Cette dernière sera réalisée en 2018 plutôt
qu’en 2017.
Les deux animatrices du projet restent les mêmes : Caroline Couffignal de l’antenne-relais Manche Mer du Nord,
basée à Saint-Martin-lez-Tatinghem et Audrey Duriez, basée au siège à Rochefort.

Tableau 1 : Ancienne répartition des temps par agents

                                                                Loïc        Fabien       Gilbert    Audrey        Julien
2018                                                                                                                              TOTAL
                                                               Anras       Blanchet      Miossec    Duriez        Hubert
B3 - Mise à jour de la page internet dédié au projet                                                  1.0                           1.0
C1 - Tester les protocoles de terrain et valider leur
                                                                                                      15.0                         15.0
opérationnalité
C2 - Analyse des séries temporelles et diagnostic de
                                                                1.0           5.0          1.0        20.0            5.0          32.0
fiabilité
C3 - Élaborer une base de données                                            10.0          1.0        5.0             10.0         26.0
TOTAL                                                           1.0          15.0          2.0        41.0            15.0         74.0

Tableau 2 : Actualisation des temps par agents

                                                              Loïc        Fabien       Gilbert     Audrey        Julien
 2018                                                                                                                            TOTAL
                                                             Anras       Blanchet      Miossec     Duriez        Hubert
 A1 - Choix de sites sur les bassins                            1                                     2                             3
 A3 - Définir une typologie de marais sur le bassin
                                                                                                      2                             2
 Artois-Picardie
 A4 – Inventaire et analyse des suivis piscicoles en
                                                                1                          1          12                           14
 marais sur le BAP
 A5 - Tester des engins de pêche                                                                      9                             9
 B3 - Mise à jour de la page internet dédié au
                                                                                                      2                             2
 projet
 C1 - Tester les protocoles de terrain et valider
                                                                                                      9                             9
 leur opérationnalité
 C3 - Élaborer une base de données                             1            12                        1               16           30
 Administration du projet                                                                  2          5                             7
 TOTAL                                                          3           12             3          42              16           76

 Bilan 2018                                                    Page 11/29                                                       Mars 2019
En rouge, les ajouts apportés à la répartition des temps par agents.

2.2. Lancement du marché en 2019

Initialement, l’année 2018 était consacrée au lancement du marché pour le test du protocole harmonisé.
L’intégration de nouveaux éléments en 2018 repoussent le marché en 2019, selon les avancées. En 2018, le FMA
se consacrera plutôt à la rédaction du marché public.

Le planning prévisionnel modifié de l’action « Tester les protocoles de terrain et valider leur opérationnalité »
est le suivant :
            2017                               2018                                          2019                                2020
      Trim 3    Trim 4      Trim 1       Trim 2    Trim 3       Trim 4      Trim 1     Trim 2    Trim 3        Trim 4      Trim 1    Trim 2
C1
             Figure 3 : Planning prévisionnel de l’action C1 « tester les protocoles de terrain et valider leur opérationnalité »

2.3. Avenant technique

Un avenant sera rédigé par l’Agence de l’eau en début d’année 2018, à la période des premiers paiements,
stipulant une modification du contenu du dossier par rapport au dossier initial. Pour finaliser cet avenant,
l’Agence de l’eau aura besoin que le FMA lui fournisse les pièces suivantes :
     -   la liste des sites test ;
     -   le planning des missions des agents du FMA ;
     -   les livrables attendus ;
     -   une délibération pour modification du projet ainsi que son courrier d’accompagnement.

2.4. Bilan financier du projet

Après révision, le bilan prévisionnel financier du projet est le suivant :
                                       Plan prévisionnel détaillé des phases 1&2 (36 mois)
                                                                                                       Phase 2
                                                            Phase 1
                                                                                             Poursuite du projet dans le
                                              Dans le cadre de l'appel à initiative
                                                                                             cadre du 11ème programme
                                              2017             2018             2019            2019           2020                   Total
                     FMA Animation         36 075.71 €       30 976.59 €                       33 331.79 €      33 268.34 €         133 652 €
 Fonctionnement
                     Comité d'experts          798.60 €         798.60 €                          798.60 €         399.30 €          2 795 €
       FMA
                     Terrain/réunion         1 152.50 €       1 152.50 €                        1 152.50 €       1 152.50 €          4 610 €
   Prestations           Test (C1)                   - €              - €   122 500.00 €                       122 500.00 €         245 000 €
  externes par          Analyse (C2)                 - €              - €     15 000.00 €                       15 000.00 €         30 000 €
  marché public      Formations (B4)                 - €              - €              - €                       1 800.00 €          1 800 €
                Total                       38 027 €         32 928 €         137 500 €         35 283 €        174 120 €           417 858 €
                                            30 421 €         26 342 €         110 000 €             ?                ?
 Montant sollicité à l’Agence de l’eau
                                               80%              80%              80%               ?%               ?%
                                             7 605 €          6 586 €         27 500 €              ?                ?
          Autofinancement
                                               20%              20%              20%               ?%               ?%
                                                                                               Cette phase sera négociée
                                           Sollicitation de financement dans le cadre
                                                                                                dans le cadre du 11ème
                                               de l'appel à initiative biodiversité
                                                                                                      programme

Le projet est scindé en deux phases pour des raisons de programme, la phase 1 correspond à l'appel à initiative biodiversité et la
                               phase 2 sera fonction des taux accordés dans le 11ème programme
                                            Figure 4 : Plan prévisionnel détaillé du projet

 Bilan 2018                                                    Page 12/29                                                       Mars 2019
Annexe 2
                     Compte-rendu de la réunion téléphonique avec Alexandre Carpentier

Date et lieu :
    -    Le 24 janvier 2018, à 15h

Présents :
        -     Alexandre Carpentier, Université de Rennes 1, maître de conférences
        -     Caroline Couffignal, FMA
        -     Audrey Duriez, FMA

Ordre du jour :
        -   Présentation du projet IFB, du contexte et des limites rencontrées ;
        -   Discussion et réflexions sur le projet et nos interrogations.

Points abordés :

La question (point de départ de la réflexion) :
A. Carpentier estime que notre projet est ambitieux. Il faut prioriser nos actions et déterminer :
    • la question à se poser : que souhaitons-nous mesurer ? comparer ? évaluer ? par exemple :
             o un état des populations
             o les flux entrants et sortants (inventaire au niveau des vannes + à l’intérieur du marais)
             o une fonction (alimentation, frayère, nourricerie, etc., par exemple à partir de la taille - larves,
                  juvéniles, adultes - il est possible d’établir une fonction)
             o une abondance relative et la diversité
             o une connexion (évaluer l’efficacité du curage)
Cette question nous permettra ensuite de définir le choix des engins, la technique de pêche et la période
d’échantillonnage.
    • une typologie de marais, pour affiner le choix du protocole
    • l’objectif poursuivi, qui est soit :
             o Harmoniser un protocole (en fonction de la typologie du site), qui ne permet pas de se
                  concentrer sur tous les types de travaux ;
             o Travailler sur l’évaluation des travaux (en fonction du type de travaux : curage pour les
                  connexions, frayères pour les habitats…), qui ne permet pas de se concentrer sur
                                                                     l’harmonisation des protocoles (exemple : un
                                                                     protocole pour évaluer une frayère sera
                                                                     différent de celui pour le curage) – à partir des
                                                                     éléments bibliographiques, déterminer les
                                                                     protocoles à mettre en place suivant les sites
                                                                     afin d’évaluer les actions d’entretien ou de
                                                                     restauration (ex : méthode EPA).

                                                                    Figure 5 : extrait diaporama - méthode EPA (©FMA, 2017)

Typologie de marais :
Il est primordial de travailler sur la typologie de sites, qui déterminera les engins à utiliser et les protocoles à
mettre en œuvre. Pour cela, il faut identifier la taille du site, les connexions (BV ou mer), les flux entrées-sorties,

 Bilan 2018                                          Page 13/29                                              Mars 2019
l’envasement, les usages, la salinité (bien faire la distinction doux-saumâtre, espèces retrouvées différentes), la
taille, etc.

Pour les fiches, il n’est pas pertinent de mettre trop d’informations (surtout si elles ne sont pas exploitées par la
suite). Quelques variables suffisent : largeur du canal, profondeur du canal, turbidité, couverture végétale,
position (I, II, III), date du curage, température…

En fonction des sites volontaires pour l’expérimentation, réaliser une typologie de marais. A partir de celle-ci,
soit :
        -    elle est dense car les sites sont très différents, dans ce cas il faut multiplier les répliquas par
             typologie,
        -    elle est épurée car les sites sont quasiment similaires, dans ce cas la comparaison du test du
             protocole sera plus facile entre groupe de sites.

Durée et période des tests :
Le projet nous permet de tester le(s) protocole(s) sur deux années, en 2019 et 2020. Il faudra prévoir plusieurs
pêches par année et cibler les périodes printemps (période de repos et présence d’anguille) et automne (civelles).
Il faudra également éviter les périodes de reproduction.
Il est important d’avoir une réflexion à l’échelle d’un écosystème et non en fonction des oiseaux.
Statistiquement, l’idéal est d’intervenir à ces deux périodes et de réaliser plus de 20 sorties/an mais cela n’est
pas réalisable financièrement.

État initial et suivi :
Si l’état initial ne se fait que sur 1 année, ce n’est pas très gênant, tout dépend de la question posée.
Il est également possible de choisir un site autre, sans travaux sur le bassin versant, avec les mêmes
caractéristiques qu’un site à tester, pour servir de référentiel.

Le test des techniques :
La Fédération de pêche 62 propose de réaliser des pêches test sur le site du marais de Palluel. Se pose néanmoins
la question de la pertinence de ce test. Les protocoles et les engins sont connus, tout comme leurs avantages et
limites.
Si elles se font, elles doivent être réalisées aux périodes adéquates : printemps et/ou automne.

Les techniques doivent surtout être adaptées au site, par exemple la pêche électrique est plutôt pratiquée sur
des milieux aquatiques peu profonds, alors que l’utilisation de filets permet d’inventorier sur des canaux
profonds.
Les verveux DCE apportent une image peu exhaustive.
Le protocole DCE étang/plan d’eau utilise des filets maillants mais peut provoquer une forte mortalité sur
d’autres milieux.
La pêche électrique avec la méthode EPA est standardisée et est la plus connue, elle peut être utilisée en marais
doux/saumâtre, attention toutefois à tester la salinité des sites avant l’utilisation du matériel.
Pour comparer une méthode, il est important d’avoir des conditions similaires entre les sites.

Perspectives :
        -    Récupérer les éléments bibliographiques :
                  o thèse Aurore BAISEZ sur le marais breton et les fiches terrain
                  o l’étude sur la RN de Lilleau des Niges
                  o le rapport d’étude de RNF sur l’évaluation du rôle de nourricerie des prés-salés
        -    31 janvier : point téléphonique avec Christine Dupuy
        -    Du 05 février au 30 juillet : stage de Marie Froliger : bien définir les objectifs et les priorités
        -    Du 27 au 29 mars : GRISAM : rencontrer Anthony ACOU et Éric FEUNTEUN

 Bilan 2018                                          Page 14/29                                            Mars 2019
Annexe 3
                       Compte-rendu de la réunion téléphonique avec Christine DUPUY

Date et lieu :
    -    Le 31 janvier 2018, à 10h

Présents :
        -     Christine DUPUY, Université de La Rochelle, chercheur
        -     Caroline Couffignal, FMA
        -     Audrey Duriez, FMA

Ordre du jour :
        -   Discussion et réflexions sur le projet et nos interrogations.

Points abordés :

La question (point de départ de la réflexion) :
    • Définir une typologie de marais pour affiner le choix du protocole
    • Définir une liste de travaux pour orienter le protocole
    • l’objectif poursuivi, qui est soit :
               o Harmoniser un protocole (en fonction de la typologie du site), qui ne permet pas de se
                   concentrer sur tous les types de travaux ;
               o Travailler sur l’évaluation des travaux (en fonction du type de travaux : curage pour les
                   connexions, frayères pour les habitats…), qui ne permet pas de se concentrer sur
                   l’harmonisation des protocoles (exemple : un protocole pour évaluer une frayère sera différent
                   de celui pour le curage) – à partir des éléments bibliographiques, déterminer les protocoles à
                   mettre en place suivant les sites afin d’évaluer les actions d’entretien ou de restauration.
Objectif 1 : optimiser un protocole suivant la typologie de site bibliographie
Objectif 2 : appliquer des protocoles et évaluer l’effet des travaux tests

Typologie de marais :
Attention les espèces ne seront pas les mêmes entre un marais salé et un marais doux.

Durée et période des tests :
Favoriser les pêches au printemps et à l’automne. Et respecter cette même période (dates) en cas de
renouvellement de pêche sur le même site.

État initial et suivi :
Dans un premier temps, il est important d’optimiser le protocole pour l’harmoniser, puis ensuite le tester sur les
différents travaux à évaluer.
Répétabilité et standardisation : la première année, il faut multiplier le nombre de sites avec tous types de
travaux pour faire parler le protocole sur différentes configurations de marais. Sauf si les sites avec des travaux
représentent un grand ensemble de marais.
De gros travaux de restauration (curage) impactent le compartiment aquatique donc le paramètre poisson sera
sensible aux changements. En revanche, des travaux ayant un faible impact sur l’eau (façonnage des berges)
seront peu parlants sur des populations de poissons.
Choisir des types de travaux récurrents à évaluer. Ne pas s’étendre à tester le protocole sur différents habitats
et différents travaux, éviter les nombreux échantillonnages.
Continuer à tester un protocole plusieurs années après les travaux car selon la variabilité météorologiques et
autres, les données peuvent fortement varier d’une année à l’autre.
Même si l’année n-1 (avant travaux), il n’y a qu’une année de suivi, cela peut convenir.

Paramètres complémentaires à suivre :
Il suffit de relever les paramètres qui seront certains d’être interpréter, comme l’oxygène (attention, variation
au cours du temps), le pH, la salinité et la température (à partir d’une sonde multiparamètres par exemple). Le

 Bilan 2018                                        Page 15/29                                         Mars 2019
phytoplancton (sels nutritifs) – zooplancton - peut être prélevé en complément, dans ce cas bien caler le
protocole avec C. Dupuy.
Concernant les résultats des poissons, ils peuvent être étudiés à partir de la biomasse totale par effort de pêche,
une reconnaissance taxonomique et un comptage par espèce.

Perspectives :
        -    Contacter Olivier Philippine et François-Xavier Robin de l’UNIMA pour :
                  o Avoir un avis sur notre projet
                  o Les dates de pêche mises en place dans le marais de Rochefort
                  o Les données prélevées sur les poissons
                  o Les paramètres physico-chimiques
        -    Faire travailler la stagiaire sur :
                  o La typologie de site
                  o La typologie de travaux
                  o Les espèces du bassin Artois-Picardie et leur cycle de vie
                  o Les engins à utiliser suivant la configuration des sites
                  o Le test à mettre en place par les Fédérations de pêche

 Bilan 2018                                        Page 16/29                                         Mars 2019
Annexe 4
                  Compte-rendu de la réunion de travail avec les fédérations de pêche

Date et lieu :
    -    Le 02 mars 2018
    -    A la maison du Parc (maison du marais), à Saint-Martin-lez-Tatinghem

Présents :
        -     Grégory Crowyn, FDAAPPMA 62
        -     Benoît Rigault, FDAAPPMA 62
        -     Ywen Namokel, FDAAPPMA 62
        -     Marie Froliger, FMA
        -     Camille Vandevyvere, FMA
        -     Caroline Couffignal, FMA
        -     Audrey Duriez, FMA

Absents :
        -     Aryendra Pawar, FDAAPPMA 80
        -     Cindy Le Rohic, AFB   mauvaise réception en visio et par téléphone sur haut-parleur
        -     Stéphane Parmentier, AEAP

Ordre du jour :
        -   Rappel des objectifs du projet ;
        -   Point sur l’état d’avancement ;
        -   Présentation du stage ;
        -   Organisation du test des engins de pêche.

Points abordés :
CC rappelle l’objectif principal du projet qui est d’élaborer un (ou des) protocole(s) de suivis piscicoles
harmonisé(s) en marais endigués sur le bassin Artois-Picardie, afin d’évaluer les effets des travaux d’entretien
et/ou de restauration - à tester sur 10 sites. Cet objectif se scinde en deux avec une priorité à donner, au vu de
l’ampleur du projet et des délais impartis, pour (1) élaborer un protocole harmonisé, puis (2) d’évaluer l’efficacité
des travaux.

GC et BR confirment qu’il serait plus judicieux de donner une priorité et précisent que la recherche de sites avec
des travaux en cours rendra la sélection fastidieuse. De plus, ils informent que la plupart des travaux mis en
œuvre sur le bassin et notamment pour les sites classés en réserves naturelles sont de l’entretien plutôt que de
la restauration sur le compartiment aquatique.

AD précise que l’Agence de l’eau étant consciente que le filtre « travaux » rendra difficile la sélection des 10 sites
test, elle suggérerait de retenir également des sites sans travaux pendant la durée de la phase test du protocole.

GC et BR confirment que le filtre « travaux » rajoute une contrainte et qu’il serait nécessaire de donner une
priorité. De plus, GC précise que les instructions peuvent prendre 5 à 10 ans. Il faut partir sur un objectif simple
comme par exemple réaliser un état du peuplement pour améliorer les connaissances sur le bassin.

BR complète sur l’intérêt du projet FBMA (2018-2019) et explique qu’il a été monté dans le but de s’intéresser
en partie aux méthodes innovantes d’inventaires piscicoles. Aujourd’hui, les méthodes « standard » (pêches
électriques, verveux, nasses, etc.) sont connues et la fédération avait un besoin de s’intéresser à de nouvelles
méthodes comme l’ADN environnemental, l’utilisation de flottang pour le piégeage des anguilles, etc.

CC poursuit en présentant le contenu des échanges téléphoniques avec Alexandre Carpentier et Christine Dupuy,
qui ont permis de préciser certaines orientations et de se poser les bonnes questions.

 Bilan 2018                                         Page 17/29                                           Mars 2019
AD complète en proposant de faire valider auprès de l’Agence de l’eau l’objectif de développer un protocole
harmonisé pour évaluer un état du peuplement, afin de simplifier la réflexion pour le groupe d’experts.

CC et BR précisent que si cet état du peuplement piscicole sur un site donné doit être mis en relation avec des
travaux, il serait primordial de cibler des travaux impactant le compartiment aquatique (curage, travaux sur
ouvrages, etc.) pour une réponse rapide du peuplement piscicole et éviter les travaux sur le terrestre (plantation,
implantation de clôtures, etc.).

BR et GC suggèrent de réaliser les campagnes d’inventaire en fin d’été/automne ou septembre. Cela permet
d’éviter toutes les périodes (printemps/été) de non accessibilité des sites à enjeux (nidification, ouverture de la
chasse) et de pouvoir déterminer l’ensemble des individus car les alevins se sont développés durant l’été et il est
plus facile de les identifier.

CC poursuit en présentant le stage de MF qui aboutira à la définition d’une typologie de marais et au choix des
10 sites test, à partir d’une enquête qu’elle réalisera auprès du réseau d’acteurs. Ses résultats permettront
d’alimenter les réflexions pour le groupe d’experts. MF a donc établi une liste des sites potentiels du bassin pour
le test des protocoles et qui sera affinée au fur et à mesure de son enquête.

BR et GC précisent que la plupart des sites n’ont jamais fait l’objet d’inventaire piscicole. Ils complètent en
informant que deux outils développés par la fédération de pêche 62 seront à disposition en fin d’année :
          -   IPAP qui est un observatoire piscicole du grand public. Cet outil sera mis à disposition afin de
              consulter des données scientifiques des fédérations de pêche de la région Hauts-de-France et de
              l’AFB (densité, taille, effectif de chaque espèces, etc.). Les données seront enrichies chaque année
              et intégrées à la base RAIN.
          -   PDPG pour obtenir des informations sur les masses d’eau du département 62.
Ils ont passé en revue les sites identifiés dans le 62 afin d’affiner la liste.

AD poursuit sur la mise en place, selon les disponibilités des fédérations de pêche, du test des engins de pêche
sur un territoire afin d’alimenter les réflexions du groupe d’experts. Pour cette action, le FMA ne dispose pas de
financement, c’est pour cela que l’Agence de l’eau avait suggéré que cela rentre dans la convention qu’elle a
établi avec les fédérations de pêches.

BR explique que ces techniques sont aujourd’hui bien documentées (intérêt des engins, effort de pêche, etc.) et
que le FMA peut se référer sur les pêches mises en place depuis quelques années sur le Marais poitevin. Ainsi, il
suggère au FMA, au vu du plan de charge déjà bien fourni des fédérations de pêche, de plutôt réaliser une
recherche bibliographique complémentaire sur les engins de pêche.

GC complète en suggérant que l’ADN environnemental peut être mis en place pour établir une liste d’espèces et
ainsi aider à définir les stations d’échantillonnage et le protocole. Il précise que le référent de la fédération de
pêche 62 pour le projet du FMA sera BR.

AD conclut que la solution de réaliser une recherche bibliographique complémentaire est retenue à la place du
test des engins de pêche pour cette année. Elle leur donne rendez-vous au prochain groupe d’experts pour la
restitution du stage de MF.

Perspectives :
        -    Réaliser une recherche bibliographique complémentaire sur l’utilisation des engins de pêche

 Bilan 2018                                        Page 18/29                                          Mars 2019
Annexe 5

Bilan 2018   Page 19/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 20/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 21/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 22/29   Mars 2019
Annexe 6

Bilan 2018   Page 23/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 24/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 25/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 26/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 27/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 28/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 29/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 30/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 31/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 32/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 33/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 34/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 35/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 36/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 37/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 38/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 39/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 40/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 41/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 42/29   Mars 2019
Bilan 2018   Page 43/29   Mars 2019
Annexe 7
                                      Compte-rendu du groupe d’experts n°2

                                            22/11/2018 de 14h30-16h30

Présents :
    -   Caroline Couffignal, FMA
    -   Audrey Duriez, FMA
    -   Loïc Anras, FMA
    -   Hubert Brabant, Eden 62
    -   Virginie Callipel, Département du Nord
    -   Laurence Castillon, SMAGEAA
    -   William Cheyrezy, PNR Scarpe-Escaut
    -   Sylvain Duhamel, Cellule de Suivi du Littoral Normand
    -   Laurent Lejeune, DREAL Hauts-de-France
    -   Gaëtan Rivière, CEN Picardie
    -   Julie Robert, Syndicat Mixte Baie de Somme
    -   Magali Roche, MEL

Ordre du jour :
    -   Rappel des objectifs du projet IFB et révisions
    -   Restitution du stage de Marie Froliger
    -   Phase test de la puissance des engins
    -   Pistes pour l’élaboration de protocole(s)
    -   Perspectives
    -   Projet sur Seine-Normandie

Échanges :
AD rappelle les objectifs du projet IFB (lancement en juillet 2017 pour 3 ans) et les modifications qui ont été
apportées au cours du temps.
CC présente les résultats du stage effectué par Marie Froliger.

Le groupe s’accorde à dire que l’enjeu « oiseaux » est souvent prioritaire face aux poissons. Une hiérarchisation
implicite est souvent faite. De plus, les dates d’inventaires piscicoles (printemps/été) correspondent souvent à
des périodes stratégiques pour les oiseaux (nidification…).
Pour ces sites, il est proposé de les supprimer de la liste de sites tests de protocole ou de relocaliser les potentiels
points d’échantillonnage (à distance des zones sensibles et/ou installer des écrans de type paravent couleur
camouflage).

LA préconise de bien connaitre les caractéristiques physiques des stations d’échantillonnage (profondeur et
largeur du fossé, hauteur de vase, hauteur d’eau, etc.) en amont des pêches, afin d’évaluer la compatibilité entre
la taille de l’engin de pêche et le fossé.

SD demande si nous prenons en compte dans le protocole les problématiques face aux changements climatiques,
comme les ruptures de digues, les connexions entre habitats (eau salée/eau douce).

Au vu de son expérience sur son territoire, SD préconise l’emploi d’engins passifs. La pêche électrique ne serait
pas toujours bien adaptée sur certains fossés.

Il est également indiqué qu’il existe un manque de connaissances et d’accessibilité face à ce groupe (espèces peu
visibles, mobiles, groupe peu attrayant et difficile à identifier, matériels non disponibles…).

HB propose au FMA de mener d’abord une démarche de sensibilisation (supports et animations) auprès des
techniciens et gestionnaires afin qu’ils apprennent à mieux connaitre les marais, les poissons, leur biologie, leur
comportement et les moyens de les étudier.

 Bilan 2018                                          Page 44/29                                            Mars 2019
Il évoquera au comité de gestion de la RN de Condette (6/12) la phase test de l’effort d’échantillonnage des
engins sur le site, qui sera potentiellement reportée en 2019.
Il sera nécessaire de contacter les gestionnaires de Tardinghen et Guînes (sites prévus initialement) afin de
vérifier s’ils sont d’accord pour reporter cette expérimentation, notamment à des périodes plus propices aux
poissons (qui peuvent correspondre à des périodes sensibles pour les oiseaux).

MR demande ce qui est prévu que nous fassions si des poissons invasifs sont dans les filets. Le FMA précise que
les espèces seront détruites sur place.

Pour les pistes concernant le protocole :
    -    Objectif : acquérir de la connaissance piscicole en marais
    -    L’échantillonnage sera normalement stratifié ;
    -    La pêche électrique semble bien compléter les pêches avec engins passifs, cependant, au-delà d’un
         mètre d’eau les prospections deviennent difficiles. Les difficultés liées à l’accessibilité sont également
         exposés :
              o à pied, risques de chute si les berges ont une pente raide ;
              o pas toujours de possibilité de naviguer en bateau, et si cela l’est, les nuisances peuvent éloigner
                   le poisson.
    -    des questions subsistent quant à la relève des engins (toutes les 6h ? 12h ? 24h ? 48h ?) afin d’avoir un
         inventaire le plus complet possible sans porter préjudice au poisson (blessures ou mortalité). Dans un
         premier temps, lors des tests de puissance, des relevés à heures proches seront effectués.
    -    SD précise que sur la RN de l’Estuaire de la Seine les engins utilisés sont des verveux jumeaux 4 mm,
         type DCE, pendant 3 jours (notamment pour les Anguilles).

Remarque : La DDTM du Nord précise que d’un point de vue règlementaire, les captures à des fins scientifiques
(inventaires) sont soumises à autorisation, en application des articles L.436-9 t R.432-6 à 11 du code de
l'environnement. Pour ce faire, il faudra se rapprocher de la DDTM et rédiger un dossier de demande
d’autorisation.

Perspectives :
    -   Relancer les Fédérations de pêche afin de les impliquer dans le projet
    -   Envoyer à l’ensemble du groupe
             o la typologie pour remarques et validation (en lien avec les profils de peuplements piscicoles
                 qui induisent des peuplements de références différents)
             o la liste de sites pour la compléter
             o une demande pour récupérer toutes informations relatives aux suivis, inventaires,
                 connaissances sur les espèces
    -   Envoyer le rapport de stage de Marie Froliger sur demande ;
    -   Renouveler l’organisation du test de l’effort d’échantillonnage des engins de pêche en 2019 pour
        obtenir des réponses.

Relevé de décisions :

 Organisation                                               Options scientifiques
     -   Écarter les sites à enjeux oiseaux prioritaires,       -   Échantillonnage stratifié
         ou négocier si possible (avec mise en œuvre            -   Fréquence de relevés à tester 6h/12h/24h
         de précautions anti-dérangement)                       -   Durée de trois jours de pêche à tester
     -   Relancer la mise en œuvre du partenariat               -   Engins passifs retenus : doubles verveux de
         FDAPPMA                                                    mailles 4 mm
     -   Demander la validation de la typologie des
         marais
     -   Demander la liste des sites intéressants au
         groupe de pilotage

 Bilan 2018                                         Page 45/29                                        Mars 2019
Réseau expérimental de suivis piscicoles en
marais endigués du bassin Artois-Picardie

                                                 Forum des Marais
                                                    Atlantiques

                                                     BP 40214

                                                  Quai aux vivres
     Bilan 2018         Page 46/29            Mars 2019
                                              17304 Rochefort Cedex

                                                33 (0)5 46 87 08 00
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler