2019-2020 Façade Sud-Atlantique - Environnement marin - DIRM Sud Atlantique

 
2019-2020 Façade Sud-Atlantique - Environnement marin - DIRM Sud Atlantique
RAPPORT
Mission de coordination
des politiques publiques
de la mer et du littoral
                            Stratégie de surveillance
                                       et de contrôle
                           Environnement marin
2019-2020

 Façade
 Sud-Atlantique
 2019-2020
2019-2020 Façade Sud-Atlantique - Environnement marin - DIRM Sud Atlantique
Historique des versions du document
  Version             Date          Commentaire
   V2019            17/05/19        Version soumise à validation de la CAF
 V2019-2020         29/05/19        Modification suite remarque CAF_ version finalisée

Affaire suivie par
Alice DUMONT / Elodie COUPE - DIRM SA / Mission de coordination des politiques publiques de la mer et du littoral
Jérôme PERES – DIRM SA / Division contrôle des activités maritimes
alice.dumont@developpement-durable.gouv.fr - 05.56.00.83.57
elodie.coupe@developpement-durable.gouv.fr - 05 56 83 00 15
jerome.Peres@developpement-durable.gouv.fr - 05 56 00 83 54

Rédacteurs
Alice DUMONT/ Élodie COUPE - MCCPML
Jérôme PERES - SSCM/DCAM

Relecteur
Laurent COURGEON - MCCPML
2019-2020 Façade Sud-Atlantique - Environnement marin - DIRM Sud Atlantique
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

DIRM Sud-Atlantique                                                                                        3/58
2019-2020 Façade Sud-Atlantique - Environnement marin - DIRM Sud Atlantique
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

         SOMMAIRE
            1 - CADRE GENERAL DE LA SURVEILLANCE ET DU CONTROLE DE L’ENVIRONNEMENT..............7
            1.1 - Les textes de référence....................................................................................................................... 7
            1.2 - Les polices de l’environnement marin.................................................................................................. 7
            1.2.1 - Le cadre fixé dans les instructions.................................................................................................................................................7

            1.2.2 - Les thèmes retenus en Sud-Atlantique..........................................................................................................................................9

            1.3 - Les moyens de contrôle et de surveillance........................................................................................ 10
            1.3.1 - Inventaire des moyens.................................................................................................................................................................10

            1.3.2 - Centres opérationnels..................................................................................................................................................................11

            1.4 - Quelques références en matière de police de l’environnement..........................................................12
            1.4.1 - Opérations de surveillance et de contrôle....................................................................................................................................12

            1.4.2 - Procédure administrative et procédure pénale............................................................................................................................13

            1.4.3 - Cas particulier : la contravention de grande voirie.......................................................................................................................14

            1.4.4 - Le protocole Parquet - Préfet.......................................................................................................................................................15

            2 - GOUVERNANCE ET ANIMATION DE LA STRATÉGIE......................................................................16
            2.1.1 - Élaboration....................................................................................................................................................................................16

            2.1.2 - Animation et mise en œuvre........................................................................................................................................................16

                        2.1.2.a - Au niveau de la façade Sud-Atlantique.......................................................................................................................16

                        2.1.2.b - Déclinaison du volet côtier dans les plans de contrôle départementaux...................................................................17

            2.1.3 - Calendrier des instances d’animation..........................................................................................................................................17

            2.1.4 - Suivi et bilan.................................................................................................................................................................................18

            3 - DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENTAL.................................................................................................. 19
            3.1 - Le Plan d’Action pour le Milieu Marin (PAMM)...................................................................................19
            3.1.1 - Le programme de mesure du PAMM...........................................................................................................................................20

            3.1.2 - Les enjeux écologiques du 2nd cycle..........................................................................................................................................20

            3.2 - Les aires marines protégées (AMP) de la façade Sud-Atlantique......................................................21
            3.3 - Les secteurs géographiques à enjeux................................................................................................ 23
            3.3.1 - Mer des pertuis et l’estuaire de la Gironde..................................................................................................................................23

            3.3.2 - Le bassin d’Arcachon...................................................................................................................................................................24

            3.3.3 - La côte basque et le littoral landais..............................................................................................................................................24

            3.3.4 - Le large.........................................................................................................................................................................................24

            4 - VOLET OPERATIONNEL.................................................................................................................... 25
            4.1 - Les priorités en matière de surveillance et contrôle...........................................................................25
            4.1.1 - Les priorités nationales 2019.......................................................................................................................................................25

            4.1.2 - Les priorités de la façade Sud-Atlantique 2019...........................................................................................................................25

            4.2 - Cadre d’emploi des unités.................................................................................................................. 26
            4.3 - Fiches thématiques de contrôle......................................................................................................... 28

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                                                                                                           4/58
2019-2020 Façade Sud-Atlantique - Environnement marin - DIRM Sud Atlantique
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

            4.4 - Tableau opérationnel récapitulatif...................................................................................................... 28
            4.5 - Rapportage........................................................................................................................................ 30
            4.5.1 - Réalisation d’une opération de surveillance et/ou de contrôle terrain.........................................................................................30

            4.5.2 - Contrôle documentaire ou administratif.......................................................................................................................................30

            5 - ANNEXES............................................................................................................................................ 31
            5.1 - Annexe 1 : fiches « enjeux écologiques ».......................................................................................... 31
            5.2 - Annexe 2 : Fiches thématiques d’aide au contrôle.............................................................................36
            5.3 - Annexe 3 : Les espèces marines protégées......................................................................................55

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                                                                                        5/58
2019-2020 Façade Sud-Atlantique - Environnement marin - DIRM Sud Atlantique
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

         Le développement des politiques environnementales en mer, notamment par la création d’aires marines
         protégées (AMP) et la mise en œuvre de la directive cadre stratégie pour le milieu marin (DCSMM), doit
         s’accompagner d’un renforcement de la surveillance et des contrôles des activités maritimes, afin d’atteindre
         les objectifs de conservation et le bon état des milieux.

         Pour ce faire, deux instructions, l’instruction du MTES du 13 mars 2015 et l’instruction interministérielle du SG
         Mer du 4 novembre 2016, fixent le cadre général de la politique de surveillance et de contrôle pour la
         protection de l’environnement marin.
         L’instruction du 13 mars 2015, détermine le cadre relatif à la mise en place d’un dispositif ministériel de
         contrôle des aires marines protégées et de certaines autorisations délivrées dans les eaux métropolitaines au
         titre de la protection de l’environnement marin. L’ensemble des unités rattachées au MTES et ses
         établissements publics sont mobilisés.
         L’instruction du Secrétariat Général de la Mer, datée du 4 novembre 2016, précise les modalités de
         mobilisation de l’ensemble des moyens de l’action de l’État en mer (AEM), au-delà de la sphère du MTES.
         Ces deux instructions précisent le rôle du CACEM (centre d’appui au contrôle de l’environnement marin).

         La première stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin de la façade Sud-Atlantique a
         été validée le 27 janvier 2017 lors de la commission administrative de façade. Par le courrier du 1 er mars
         2017, les préfets coordonnateurs de façade ont indiqué aux préfets de départements que la déclinaison
         opérationnelle de cette stratégie, de manière expérimentale en 2017, devait être réalisée sous la forme d’un
         volet « environnement marin » au sein des plans de contrôle « eau et nature » élaborés par les MISEN.
         Cette première année expérimentale s’est focalisée sur les enjeux côtiers et la mobilisation des moyens du
         MTES.
         En 2018, cette stratégie s’est enrichie d’un volet hauturier, précisant les modalités de mobilisation de
         l’ensemble des moyens de l’action de l’État en mer (AEM) et les besoins de surveillance et de contrôle autant
         côtiers que hauturiers.

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                  6/58
2019-2020 Façade Sud-Atlantique - Environnement marin - DIRM Sud Atlantique
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

         1 - CADRE GENERAL                     DE      LA     SURVEILLANCE               ET     DU         CONTROLE        DE
         L’ENVIRONNEMENT

         1.1 -     Les textes de référence

             •     Décret 2004-112 du 6 février 2004 relatif à l’organisation de l’action de l’État en mer.

             •     Instruction du gouvernement du 13 mars 2015 relative à la mise en place d’un dispositif ministériel de
                   contrôle des aires marines protégées et de certaines autorisations délivrées dans les eaux
                   métropolitaines au titre de la protection de l’environnement marin.

             •     Instruction interministérielle n°180/SGMer du 4 novembre 2016 relative à l'organisation et à la mise en
                   œuvre de la surveillance et du contrôle des activités pour la protection du milieu marin, y compris
                   dans les aires marines protégées, dans le cadre de l'action de l'Etat en mer.

             •     Courrier du 28 mars 2017 du DEB au Secrétariat Général de la Mer sur les orientations générales
                   2017 fixant les priorités de mise en œuvre de l’instruction interministérielles n°180/SGMer du 4
                   novembre 2016.

             •     Courrier du 10 mai 2017 du DEB et du DAM aux préfets coordonnateurs sur la mise en œuvre d’une
                   coordination interministérielle des moyens de l’AEM visant la surveillance et le contrôle des activités
                   pour la protection du milieu marin, y compris dans les aires marines protégées.

             •     Courrier et note organisationnelle du 20 novembre 2018 du DIRM SA aux DDTM sur la déclinaison et
                   l’animation départementale de la stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin
                   Sud-Atlantique.

             •     Courrier du 19 mars 2019 du DEB aux préfets coordonnateurs et aux services déconcentrés sur les
                   orientations nationales 2019 de mise en œuvre de la politique de contrôle et de surveillance des
                   activités pour la protection du milieu marin.

         1.2 -     Les polices de l’environnement marin

         1.2.1 -   Le cadre fixé dans les instructions

         Les deux instructions de 2015 et 2016 fixent le cadre de la politique de surveillance et de contrôle de
         l’environnement marin et notamment l’ensemble des thématiques à inclure dans la stratégie de contrôle et de
         surveillance de l’environnement marin.
         Le courrier du 28 mars 2017 de la direction de l’eau et de la biodiversité (DEB) relative aux orientations pour
         2017 étend désormais le périmètre à l’estran.

         Sont inclus dans ce plan :

              •  Le contrôle des autorisations administratives
         Sont visées essentiellement les polices ne disposant pas d’encadrement intégré et de structure opérationnelle
         (police des mouillages, police des manifestations nautiques, police de la conservation du domaine public
         maritime, police de l’eau (titre IV de la nomenclature loi sur l’eau), police de espèces protégées, police des
         travaux miniers et d’extraction des granulats)

             •   La police au sein des aires marines protégées (AMP)
         Les priorités sont fixées en fonction des finalités propres à chaque AMP. L’instruction précise toutefois, que
         les AMP faisant l’objet d’une protection forte devront être des territoires d’intervention prioritaires, ainsi que les

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                       7/58
2019-2020 Façade Sud-Atlantique - Environnement marin - DIRM Sud Atlantique
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

         zones et thématiques prioritaires définies au sein des Parcs Naturels Marins (PNM) et de certaines aires
         marines protégées. Pour les sites Natura 2000, l’accent sera mis sur le respect des prescriptions issues des
         évaluations d’incidences ainsi qu’au respect des engagements spécifiques définis par la charte Natura 2000
         (cas d’activités dispensées d’évaluation d’incidences Natura 2000).

              •     La surveillance et le contrôle de la protection du milieu marin dans les eaux sous juridiction française

                                        Les différentes catégories d’aires marines protégées (AMP)

          Une AMP est un espace délimité en mer au sein duquel un objectif de protection des habitats et des espèces
          associées a été défini, objectif pour lequel un certain nombre de mesures de gestion sont mises en œuvre :
          suivi scientifique, programme d’actions, chartes de bonne conduite, protection du DPM, réglementations,
          information du public mais aussi surveillance.
          Constituent des AMP au sens de l’article L.334-1 du code de l’environnement :
                 • Les parcs nationaux ayant une partie maritime,
                 • Les réserves naturelles ayant une partie maritime,
                 • Les arrêtés de protection du biotope ayant une partie maritime,
                 • Les parcs naturels marins,
                 • Les sites Natura 2000 ayant une partie maritime,
                 • Les parties maritimes du domaine relevant du Conservatoire de l’espace littoral,
                 • Les zones de conservation halieutique,
                 • Les parties maritimes des parcs naturels régionaux,
                 • Les réserves nationales de chasse et de faune sauvage ayant une partie maritime.
          Cette liste d’AMP est complétée par l’arrêté ministériel du 3 juin 2011, issue principalement des conventions
          internationales : les sites nationaux inscrits de la convention RAMSAR ayant une partie maritime, les sites du
          patrimoine mondial UNESCO et les réserves de biosphère, les sites au titre des conventions de mer régionale,
          OSPAR pour l’Atlantique Nord-Est.

          Les AMP n’ont pas les mêmes finalités, ainsi des AMP dont les statuts sont différents peuvent se superposer
          sur un même territoire.

          F1. Le bon état des espèces et habitats à statut, patrimoniaux ou méritant de l’être (espèces rares, menacées) ;
          F2. Le bon état des espèces et habitats hors statut, cibles de la gestion de l’AMP (espèces halieutiques exploitées, espèces très abondantes localement
          donnant une responsabilité biogéographique au site d’accueil) ;
          F3. Le rendu de fonctions écologiques clefs (frayères, nourriceries, nurseries, productivité, repos, alimentation, migration..) ;
          F4. Le bon état des eaux marines ;
          F5. L’exploitation durable des ressources ;
          F6. Le développement durable des usages ;
          F7. Le maintien du patrimoine maritime culturel ;
          F8. La valeur(s) ajoutée(s) (sociale, économique, scientifique, éducative)

          La réglementation qui s’applique est également spécifique à chaque type d’AMP :
          - Réserve naturelle : Le décret de création d’une réserve prévoit généralement la réglementation des activités.
          Les décisions de classement peuvent mentionner des dispositions interdisant par exemple l’introduction de
          végétaux ou d’animaux, les extractions, les activités industrielles et minières… Les espaces classés en réserve
          naturelle ne peuvent être ni détruits ni modifiés dans leur état ou dans leur aspect, sauf autorisation spéciale du
          préfet.
          - Natura 2000 : au sein d’un site Natura 2000 ou à proximité les projets d’activités font l’objet d’étude d’impact et
          d’évaluations d’incidences Natura 2000 qui concluront sur la compatibilité de l’implantation du projet vis-à-vis des
          habitats et espèces de la zone Natura 2000 concernées.
          - PNM : Un parc naturel marin n'interdit a priori aucun usage, mais vise à promouvoir l'excellence

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                                                            8/58
2019-2020 Façade Sud-Atlantique - Environnement marin - DIRM Sud Atlantique
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

          environnementale et le développement durable des projets, respectant le milieu marin. Les activités pouvant
          avoir un effet notable sur l’environnement marin du parc naturel marin peuvent être soumises à l’avis conforme
          du conseil de gestion.
          - DPM attribué au conservatoire du littoral : la gouvernance et la réglementation mises en place dans les sites du
          DPM ne sont pas définies dans les textes, elles le sont au cas par cas selon les enjeux du site et les
          gestionnaires nommés.
          - Arrêté de protection du biotope : c’est une zone de protection forte. Les mesures d’encadrement des activités
          sont précisées dans l’arrêté.

         L’instruction du SG Mer de 2016, identifie 14 missions de protection du milieu marin incombant à l’État et qui
         participent à la protection des milieux marins de manière directe ou connexe :
              •   lutte contre la pollution accidentelle en mer
              •   lutte contre la pollution par les rejets des navires en mer
              •   lutte contre la pollution due aux opérations d’exploration ou d’exploitation du fond ou du sous-sol de la
                  mer
              •   lutte contre la pollution par les opérations d’immersion et d’incinération
              •   la protection des AMP
              •   la protection des espèces marines
              •   la gestion du domaine public maritime
              •   la gestion des autres espaces sous juridiction (ZEE et plateau continental)
              •   la gestion des ressources vivantes de la mer
              •   police de la chasse en mer
              •   la gestion des exploitations de cultures marines
              •   la gestion des ressources marines énergétiques et minérales
              •   le contrôle et la surveillance des travaux dans les fonds marins

         1.2.2 -   Les thèmes retenus en Sud-Atlantique

         Les thématiques inscrites dans la stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin pour la
         façade Sud-Atlantique sont :
             •   la circulation sur le DPM ;
             •   la défense des espaces protégées, notamment le respect de la réglementation de certaines AMP et la
                 surveillance des espaces à fort enjeux patrimoniaux ;
             •   les manifestations nautiques ;
             •   la police de la chasse maritime ;
             •   la police des espèces protégées ;
             •   la police des mouillages ;
             •   la police de l’eau en milieu marin (dragage, clapage, travaux portuaires) ;
             •   le carénage sauvage sur l’estran ;
             •   les cultures marines ;
             •   l’extraction de granulats ;
             •   les pollutions en mer ;
             •   les rejets d’eaux de ballast ;
             •   la lutte contre la pollution de l’air par les navires.

         Certaines thématiques, qui pourraient relever de la protection de l’environnement marin, ne sont pas inscrites
         dans la stratégie, il s’agit essentiellement :
              •   de la pêche à pied, qui est inscrite dans le plan de contrôle des pêches 1 ;
              •   du braconnage des poissons amphihalins, qui est inscrit dans le plan de contrôle des pêches pour la
                  partie maritime et dans la stratégie régionale eau et nature pour la partie fluviale ;
              •   des rejets des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) en mer, qui fait
                  l’objet d’un plan de contrôle des ICPE suivi par le service environnement industriel de la DREAL ;
         L’articulation de ces différents plans est constante. Notamment, le volet environnement marin est inscrit dans
         la stratégie régionale de contrôle eau et nature et les problématiques environnementales prises en compte
         dans le plan de contrôle des pêches.

         1   La pêche à pied reste dans le ressort du contrôle des pêches ; toutefois, les missions de contrôle pêche à pied peuvent faire l’objet
             d’un rapportage au CACEM.

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                                         9/58
2019-2020 Façade Sud-Atlantique - Environnement marin - DIRM Sud Atlantique
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

         Le dispositif de surveillance et de contrôle de l’environnement va monter progressivement en puissance. Des
         objectifs plus ciblés pourront être définis dans les prochaines années, une connaissance plus approfondie des
         enjeux est attendue2.

         1.3 -     Les moyens de contrôle et de surveillance

         1.3.1 -   Inventaire des moyens

         Le dispositif de contrôle de l’environnement marin repose de manière prioritaire sur les unités du MTES ainsi
         que sur ses opérateurs publics (ONCFS, AFB…).
         L’instruction interministérielle du 4 novembre 2016 permet de mobiliser l’ensemble des moyens de l’AEM.
         Ainsi, les agents du ministère de la défense (gendarmerie maritime et marine nationale), du ministère de
         l’intérieur (gendarmerie nationale) et du ministère des finances (douanes) apportent leurs concours à la
         mission de contrôle de l’environnement marin, en particulier sur les secteurs hauturiers. La participation de
         ces unités à la mission de contrôle de l’environnement marin se fait sous la coordination du préfet maritime
         dans le cadre de l’action de l’État en mer et sans préjudice des autres missions qui leur sont confiées.

          Ministère de
                                                                                                                Mer -
          rattachemen                       Administration- Unités                  Estran      Mer - côtier               Aériens
                                                                                                               hauturier
                t
                         Affaires maritimes
                         1 patrouilleur     PM 40 IRIS (Lorient)                                                  x
                         (47m)
                         1 vedette       PM 30 GABIAN (La Rochelle)                                               x
                         régionale (32m)
                         3 ULAM 17, 33, 6 semi-rigides ou unités légères (PM          x                x
                         40/64          399, 402, 457, 432, 408 et 439)
          Ministère de
          la transition
                        Unités cultures marines et gestionnaires du DPM               x                x
           écologique
           et solidaire Opérateurs du ministère
                         PNM BA                                                       x                x
                         PNM EGMP                                                         d’ici 2020

                         ONCFS services départementaux (17, 33, 40, 64)               x
                         AFB services départementaux (17, 33, 40, 64)                 x
                         Agents réserves naturelles                                   x                x
             Ministère   Gendarmerie Maritime
               de la     3 vedettes de      P 605 VERTONNE (Les Sables
             défense     surveillance       d’Olonne)
                         côtière maritime   P 613 CHARENTE (La Rochelle)
                                                                                                                  x
                         (20m)              P 603 ADOUR (Bayonne)
                         2 brigades de      La Rochelle                               x                x
                         surveillance du    Lège Cap-Ferret
                         littoral
                         Marine Nationale
                         1 remorqueur       TENACE (Brest)                                                        x
                         de haute mer
                         55 m)

                         3 bâtiments    LAPLACE,        BORDA,       LA   PEROUSE                                 x
                         océanographiqu (Brest)

         2    Rédaction des documents de gestion des AMP en cours, animation non engagée pour de nombreuses AMP, création récente des
              PNM (plan de gestion du PNM BA validée en septembre 2017, plan de gestion du PNM EGMP sera validé mi 2018), extension du
              réseau Natura 2000 au large en cours. Nouvelles réglementations environnementales attendues pour les prochaines années :
              analyse des risques de dégradation des habitats naturels et des espèces d’intérêt communautaire par les activités de pêche
              maritime, zones de protection renforcée, zones de conservation halieutique.

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                              10/58
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

                         es
                         1 bâtiment base STYX (Brest)                                                      x
                         de plongeurs
                         démineurs
                         (43m)
                         1 bâtiment        THETIS (Brest)                                                  x
                         d’expérimentati
                         on guerre des
                         mines (59m)
                         8 bâtiments       LION, GUEPARD, JAGUAR, TIGRE,                                   x
                         école (43m)       PANTHERE, LEOPARD, CHACAL,
                                           LYNX (Brest)
                         1 aéronef         Falcon 50 (Lann Bihoué - mission de                                 x
                                           surveillance des approches maritimes et
                                           POLMAR)
                         Hélicoptère       NH90 Caïman (Lanvéoc) et Dauphin (La                                x
                                           Rochelle)
                         Gendarmerie nationale
                         1 vedette         PHEROUSA (Arcachon)                                x
                         RAIDCO
                         (11,60m)
          Ministère de
           l’intérieur 1 vedette (14m) La Tremblade                                           x
                         1 plate           La Tremblade                                       x
                         3 hélicoptères    2 EC145 (La Rochelle, Bordeaux) et 1                                x
                                           écureuil (Bayonne)
                         Douanes
                         1 patrouilleur    DF P2 KERMORVAN (Brest)                                         x
                         garde-côtes
                         (43m)
                         1 vedette         DF 32 SEUDRE (La Rochelle)                                      x
          Ministère de   garde-côtes
          l’économie     (32m)
              et des     1 vedette de      DF 68 ERROBI (Bayonne)                             x
            finances     surveillance      DF65 COURANCE (Saint Nazaire)
                         rapprochée
                         (13m)
                         1 vedette école   DF1 AUNIS II (La Rochelle)                         x
                         3 aéronefs        2 Beechcraft King Air 350 (Lann Bihoué)                             x
                                           F406 POLMAR (Lann Bihoué)

         1.3.2 -   Centres opérationnels

         Le centre d’appui au contrôle de l’environnement marin (CACEM)

         Le CACEM, hébergé au sein du CROSS Atlantique d’Etel, apporte un appui aux services chargés de mettre
         en œuvre la politique de surveillance et de contrôle de l’environnement marin. Il est compétent tant en termes
         d’analyse, de préparation d’opération ou d’intervention en mer que de compte-rendu et de synthèse.
         Il n’est pas un centre de coordination opérationnelle, il est chargé de conseiller les unités opérationnelles
         déployées sous la responsabilité des préfets maritimes.

         Le CACEM appuie 24H/24H le contrôleur opérationnel du moyen déployé et les administrations de l’action de
         l’État en mer en amont, pendant et à l’issue des opérations de contrôle et de surveillance, soit :
              •   lors de la préparation des sorties en mer afin d’avoir des informations de contexte,
              •   avant l’entrée dans une aire marine protégée,
              •   avant le contrôle au titre de la protection de l’environnement marin (échange sur le contrôle,
                  transmission des informations utiles au contrôle, ouverture d’une fiche contrôle par le CACEM),
              •   pour disposer de check-lists de contrôle, d’appui technique et réglementaire,

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                11/58
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

             •     à l’issue du contrôle, pour compte-rendu vers le CACEM, qui se charge d’enregistrer les contrôles et
                   d’informer autant que de besoin les préfets coordonnateurs.

         De plus, il centralise et met à jour, via le site LEGICEM3, l’ensemble des textes applicables.

         Le CACEM diffuse mensuellement des orientations de surveillance et de contrôle à l'ensemble des centres
         opérationnels et unités participant au contrôle et à la surveillance de l'environnement marin. Pour ce faire, les
         services, et notamment les DML, sont amenées à remonter avant le 25 de chaque mois, les éléments de
         renseignement et les besoins de surveillance et de contrôle à l’environnement marin au CACEM 4.

         Enfin, le CACEM centralise l’information en termes d’effort de contrôle (suivi). Une synthèse mensuelle est
         envoyée à la DIRM, qui suit l’atteinte des objectifs de contrôle de l’environnement marin.

         Le centre opérationnel de la marine / Le centre des opérations maritimes (COM)

         Le centre opérationnel de la marine exerce la coordination des moyens de la marine nationale et de la
         gendarmerie maritime sous l’autorité du commandant de zone maritime. Il entretient la situation des moyens à
         la mer. Il agit sous l’autorité du préfet maritime en tant que centre des opérations maritimes au titre de la
         coordination des administrations en mer.

         Le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage en mer de CORSEN (CROSS)

         Le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage du CROSS CORSEN assure la centralisation
         des informations relatives aux pollutions marines et assure la coordination des interventions de recherche et
         de constatation des infractions nécessaires dans le but d’engager des poursuites. Cette mission est réalisée
         sous l’autorité du préfet maritime de l’Atlantique.

         Les centres opérationnels des douanes de Nantes (COD) et de la gendarmerie départementale
         (CORG)

         Ils assurent le contrôle de leurs propres moyens. Ils s’assurent de la transmission des objectifs prioritaires
         fixées par la stratégie de surveillance et de contrôle vers leurs unités et effectuent, le cas échéant, le lien avec
         le CACEM.

         1.4 -     Quelques références en matière de police de l’environnement

         La police de l’environnement recouvre un ensemble de missions de police administrative et de police judiciaire
         destinées à prévenir ou réprimer les atteintes aux milieux. Les polices de l’environnement en mer relèvent en
         priorité du code de l’environnement. Néanmoins, il existe d’autres code de référence : la police du DPM
         (CG3P), la police des rejets des navires (code des transports et code du tourisme)…

         1.4.1 -   Opérations de surveillance et de contrôle

         La recherche des infractions procède généralement d’une surveillance du territoire pour constater en
         flagrance les atteintes aux espèces, habitats et patrimoine naturel et les pollutions. Cette surveillance est
         ciblée sur les territoires et les thématiques à enjeux.

         On entend par surveillance de l’environnement marin, l'observation, par les moyens de l’administration et
         de ses établissements publics déployés sur le littoral et en mer, des activités et des comportements des
         individus.
         On peut distinguer deux types de mission de surveillance :

         3   http://legicem.metier.e2.rie.gouv.fr/spip.php?page=sommaire
         4   Fiche CNSP/CACEM « remontées mensuelles de besoin de surveillance et de contrôle – Police des pêches, polices
             de l’environnement marin ».

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                    12/58
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

                   - les missions de surveillance générale : aucune activité particulière n’est ciblée, il s’agit de surveiller
                   le plan d’eau et/ou le littoral afin de s’assurer qu’aucune activité et/ou comportement illicite ne s'y
                   déroule
                   - les missions de surveillance spécifiques : une activité ou une zone est ciblée, car les conditions sont
                   favorables à l’exercice de cette activité ou l’enjeu de surveillance est important sur cette zone
                   (exemple : mission de surveillance des sites de pêche à pied pendant les grandes marées).
         Une mission de surveillance peut basculer en mission de contrôle en cas de suspicion ou d'observation
         d'infraction à une réglementation.
         Est considéré comme un contrôle toute intervention d’un service réalisée au bureau ou sur le terrain visant à
         vérifier la conformité d’une installation ou activités par rapport à un régime administratif donné ou à rechercher
         et constater des infractions.

         L’activité de contrôle peut être exercé dans un cadre administratif ou judiciaire :
             •     Le contrôle de police administrative a pour objectif de vérifier qu’une opération respecte le régime
                   administratif qui l’encadre : l’opération doit être régulièrement autorisée ou déclarée et/ou respecter
                   les prescriptions édictées par l’autorité administrative ;
             •     Les opérations de recherche et de constatation des infractions en police judiciaire ont pour objectif de
                   relever les comportements strictement interdits par la loi pénale et sanctionnés de peine prévue par
                   celle-ci. On distingue trois catégories d’infractions : la contravention, le délit et le crime.

         1.4.2 -   Procédure administrative et procédure pénale5

         Deux voies peuvent être mobilisées lors d’une activité de police :
            •   la voie administrative : le contrôle de police administrative suivi le cas échéant de suites et sanctions
                administratives
            •   la voie judiciaire : la recherche et constatation des infractions pénales
         Ces deux voies sont utilisées de manière complémentaire, un contrôle de police administrative pourra
         déboucher sur des constats d’infractions pénales et inversement.

         Lorsque le contrôle révèle une situation non-conforme, les services doivent alors respecter les procédures de
         constatation, transmission à l’autorité en charge de la réglementation et suites données pour mettre fin à la
         non-conformité. Les procédures sont différentes en police administrative et en police judiciaire.

         La procédure administrative comprend :
             •   La rédaction d’un rapport de contrôle par l’agent de contrôle, en cas de constat de non-conformité,
                 l’agent de contrôle rédige un rapport de manquement administratif qui est transmis sous-couvert
                 hiérarchique à l’autorité administrative compétente et à l’intéressé6.
             •   Des suites administratives, qui sont des décisions administratives relevant de la compétence du
                 préfet maritime, du préfet de département ou du préfet de région et résultant du rapportage des
                 contrôles non conformes. Il peut s’agir :
                                  - d’une mise en demeure et éventuelles mesures conservatoires
                                  - de mesures de police ou de sanctions administratives

         La procédure pénale comprend :
               •  La rédaction d’un document de constatation d’infraction par l’agent de contrôle, transmis au
                  procureur de la République, et qui peut prendre la forme d’un PV d’avertissement, d’un
                  renseignement judiciaire, d’un timbre amende ou d’un procès verbal de constatation. Le cas
                  échéant, le rapport de contrôle administratif peut valoir PV d’avertissement (ou PV de constatation)
                  s’il est transmis au procureur et est rédigé selon le formalisme attendu.
               •  Les suites judiciaires résultant des documents de constatation d’infraction ci-dessus, relèvent de la
                  compétence du procureur de la République. Il peut s’agir :
                                  - d’une transaction pénale proposée à l’homologation du procureur par
                                      l’administration

         5  Pour plus d’informations, se référer au guide « police de l’environnement » : http://intra.dgaln.i2//police-de-l-eau-et-de-la-nature-
         r3566.html
         6 L’Autorité en charge de la réglementation est mentionnée dans les fiches thématiques d’aide au contrôle (cf volet opérationnel)

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                                       13/58
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

                                   -    d’un classement sans suite sec
                                   -    d’un classement sans suite conditionné (à la mise en conformité, la réparation du
                                        dommage environnemental, l’indemnisation de victime, etc.),
                                   -    d’un rappel à la loi (avertissement judiciaire par un OPJ),
                                   -    d’une médiation pénale,
                                   -    d’une composition pénale (préparée respectivement par les services du parquet
                                        ou de l’administration),
                                   -    de poursuites simplifiées (ordonnance pénale, comparution sur reconnaissance
                                        préalable de culpabilité) ou non (citation à comparaître, le cas échéant après
                                        information judiciaire).

         Nota : Les procédures de poursuites peuvent intégrer des aménagements spécifiques : la sanction réparation,
         l’ajournement de peine et injonction de faire dans un délai déterminé le cas échéant sous astreinte, avant
         seconde audience sur la peine, le référé pénal.

         1.4.3 -   Cas particulier : la contravention de grande voirie

         La protection du domaine public est une obligation constitutionnelle pour l’État et s’exerce notamment à
         travers la procédure de la contravention de grande voirie, prévue aux articles L2132-2 du code général de la
         propriété des personnes publiques et L774-1 et suivants du code de justice administrative.
         Les faits constitutifs d’une contravention de grande voirie, sur le domaine public maritime, sont définis par
         l’article L 2132-3 du code général de la propriété des personnes publiques, qui dispose que « Nul ne peut
         bâtir sur le domaine public maritime ou y réaliser quelque aménagement ou quelque ouvrage que ce soit sous
         peine de leur démolition, de confiscation des matériaux et d’amende. Nul ne peut en outre, sur ce domaine,
         procéder à des dépôts ou à des extractions, ni se livrer à des dégradations. »
         Les infractions sont, en application du décret n° 2003-172 du 25 février 2003, punies de la peine d’amende
         prévue par l’article 131-13 du code pénal pour les contraventions de la 5ème classe et en cas de récidive, par
         les peines d’amende prévues pour la récidive des contraventions de la 5ème classe (articles 132-11 et 132-
         15 du code pénal). L’amende est applicable autant de fois qu’il y a de contrevenants.

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                14/58
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

         La procédure de contravention de grande voirie est donc à la fois une procédure « pénale » qui obéit aux
         grandes règles du droit pénal français, mais aussi une procédure « domaniale », fondée sur les principes
         généraux de la domanialité publique.

         1.4.4 -   Le protocole Parquet - Préfet

         Référence : circulaire du 21 avril 2015 relative aux orientations de politique pénale en matières d’atteintes à
         l’environnement

         En matière de politique pénale, les agents travaillent sous l’autorité des procureurs de la République.
         Le ministère de la justice a défini une politique pénale en matière d’environnement. Notamment, la désignation
         de magistrats référents pour le contentieux de l’environnement dans les parquets généraux et les parquets
         est de nature à faciliter les relations avec l’administration. A ce titre, la participation des procureurs de la
         République aux MISEN stratégiques et l’établissement de protocoles d’accord avec les Préfets et les
         établissements publics concernés permettent d’articuler les réponses pénales et administratives.
         Ce protocole doit s’appuyer sur la doctrine de réponse pénale en matière d’atteintes à l’environnement de la
         circulaire du 21 avril 2015 :
             •    la recherche systématique de la remise en état, quelle que soit l’orientation possible ;
             •    la poursuite systématique en cas de dommage grave ou irréversible, d’obstacle aux fonctions ou de
                  réitération ;
             •    l’alternative aux poursuites pénales dans tous les autres cas ;

         Concernant l’environnement marin, cette réflexion sera menée avec les parquets généraux en lien avec la
         DREAL dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie régionale de contrôle en matière de polices de
         l’environnement et au sein des MISEN à travers le protocole d’accord parquet – préfet.
         Une bonne articulation entre procédures judiciaires et administratives demeure un facteur clé de réussite et
         d’efficacité.

         Tribunaux maritimes
         L’ordonnance du 2 novembre 2012 portant réforme pénale en matière maritime a institué des tribunaux
         maritimes pour juger les infractions pénales commises dans le domaine maritime. Ils sont compétents pour
         les délits maritimes et les contraventions connexes, les délits relatifs à l’exploitation du plateau continental et
         de ses ressources naturelles.
         Six tribunaux maritimes ont ainsi été créés en France dont Bordeaux et Brest :
         Bordeaux : ressort des cours d'appel d'Agen, Bordeaux, Bourges, Limoges, Pau, Poitiers (à l'exception des
         ressorts des tribunaux de grande instance de La Roche-sur-Yon et des Sables-d'Olonne) et Toulouse.
         Brest : ressort des cours d'appel d'Angers, Orléans et Rennes et des tribunaux de grande instance de La
         Roche-sur-Yon et des Sables-d'Olonne.

         Les juridictions du littoral spécialisées (JULIS)
         Créées en 2001, ces juridictions sont compétentes pour les rejets volontaires ou accidentels commis dans
         les eaux territoriales et les rejets volontaires commis en zone économique exclusive, en concurrence avec le
         tribunal de grande instance de Paris en cas de grands complexité. Ces juridictions sont compétentes pour
         les opérations d’enquêtes, de poursuite, d’instruction et de jugement. Pour les cours d’appel de Poitiers,
         Bordeaux et Pau, le tribunal de grande instance de Brest est compétent.

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                   15/58
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

         2-      GOUVERNANCE ET ANIMATION DE LA STRATÉGIE

         2.1.1 -   Élaboration

         En application de l’instruction ministérielle du 13 mars 2015 et de l’instruction interministérielle du 4 novembre
         2016, la stratégie de surveillance et de contrôle environnement marin est élaborée et mise en œuvre par la
         DIRM sous l’autorité du préfet maritime de l’Atlantique et du préfet de région Nouvelle-Aquitaine, en tant que
         préfets coordonnateurs de façade.

         Pour cela, la DIRM définit les thématiques et priorités de contrôle, ainsi que le cadre d’intervention de
         l’ensemble des unités concourant à ces actions de contrôle et de surveillance. Ces orientations doivent
         contribuer à l’atteinte des objectifs de conservation et de bon état des milieux marins.

         La DIRM consulte les services de la Préfecture Maritime de l’Atlantique, la Préfecture de région Nouvelle-
         Aquitaine, la DREAL, les DDTM et l’AFB (antenne atlantique et parcs naturels marins de la façade) sur un
         premier projet, avant de le soumettre pour avis à la commission administrative de façade (CAF),
         conformément aux instructions interministérielles.

         La stratégie est arrêtée conjointement par le préfet maritime de l’Atlantique et la préfète de région Nouvelle-
         Aquitaine, en tant que préfets coordonnateurs de façade, après avis de la commission administrative de
         façade (CAF).

         2.1.2 -   Animation et mise en œuvre

         Le champ d’application du plan comprend l’ensemble des eaux sous souveraineté et juridiction française et
         l’estran. Il comprend deux volets : un volet hauturier et un volet côtier.

         Plus précisément, il est retenu comme limites géographiques pour le volet côtier, la limite du rivage de la mer
         (art L2111-4 du CGPPP) et la limite transversale de la mer pour les fleuves 7 jusqu’à 5 milles nautiques
         (capacité d’action des moyens nautiques légers).

         Le décret 2004-112 du 6 février 2004 relatif à l’organisation de l’action de l’État en mer ainsi que l’instruction
         SG/Mer du 4 novembre 2016 confie au Préfet maritime la mission d’animation et de coordination des
         administrations en mer. Il exerce son autorité dans tous les domaines où s’exerce l’action de l’État en mer,
         notamment en ce qui concerne la défense des droits souverains et des intérêts de la Nation, le maintien de
         l’ordre public, la sauvegarde des personnes et des biens, la protection de l’environnement et la coordination
         de la lutte contre les activités illicites.
         Dans le cadre de sa mission de police générale en mer et de coordination des administrations concourant à
         l’AEM, le préfet maritime est responsable de la mise en œuvre opérationnelle du volet hauturier. Il détermine
         les conditions dans lesquelles il associe les administrations compétentes au suivi du présent plan et organise
         annuellement au moins une réunion de coordination et de planification à l’échelle de la façade Sud-Atlantique.
         La DIRM SA assure la préparation de ces réunions en recensant les besoins de contrôle et de surveillance.

                      2.1.2.a -   Au niveau de la façade Sud-Atlantique

         La DIRM réunit un comité de pilotage (COPIL) de façade « surveillance et contrôle de l’environnement
         marin » 1 à 2 fois par an.
         Ce COPIL a pour principales fonctions :
            •    de préparer un bilan relatif aux priorités de contrôle,
            •    d’approfondir les points d’actualités et les orientations nationales,
            •    de définir un cadrage de façade, notamment sur l’harmonisation des suites à donner aux actions de
                 contrôle,

         7    En application du décret 2004-112, le préfet maritime ne peut exercer sa compétence de coordination au-delà des limites
              transversales de la mer dans les estuaires ou à l’intérieur des limites administratives des ports. Dans ces espaces, le champ
              d’application du plan peut cependant être étendu aux limites géographiques des aires marines protégées côtières pour les unités
              relevant du MTES.

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                                   16/58
Stratégie de surveillance et de contrôle de l’environnement marin, façade Sud-Atlantique – 2019

             •     d’assurer un suivi des infractions et sanctions administratives,
             •     d’offrir un appui technique en recueillant les besoins et en proposant des actions de formation locales.

                      2.1.2.b -   Déclinaison du volet côtier dans les plans de contrôle départementaux

         La déclinaison départementale de la stratégie est assurée par les DDTM. Les cibles de contrôle (thématiques
         et zones prioritaires) sont définies dans le cadre de la MISEN (Mission Inter-Services de l’Eau et la Nature).
         La MISEN veille à l’intégration du volet côtier « environnement marin » dans le plan de contrôle départemental
         « eau et nature », validé par le Préfet de département.
         Chaque année, la MISEN tire également le bilan d’exécution de ce volet côtier, afin d’adapter en conséquence
         l’année suivante les priorités et cibles de contrôle.

         Un CODEP (Comité Opérationnel DÉPartemental) Pêches - Environnement marin est mis en place dans
         chaque département. Ce CODEP gère l’animation opérationnelle, la coordination des services et suit les
         cibles de contrôle. Pour cela, il conduit les actions suivantes :
              - suivi des cibles de contrôle,
              - définition et programmation d’opérations de contrôle conjoint (dit inter-services),
              - coordination des moyens légers des administrations de l’action de l’État en mer,
              - constitution de fiches opérationnelles définissant les échanges d’informations inter-services et la
              préparation des contrôles conjoints,
              - définition de consignes communes de rapportage,
              -suivi des infractions/sanctions administratives et harmonisation des suites données, sur chaque
              thématique prioritaire de contrôle du département.

         Il réunit l’ensemble des services concourant aux actions de surveillance et de contrôle de l’environnement
         marin, à une fréquence adaptée au contexte et aux enjeux « environnement marin » du département.

         Les modalités d’animation du CODEP sont définies par les DDTM ; Une plus grande efficacité est obtenue,
         pour cette animation opérationnelle, par la recherche d’une correspondance et mutualisation avec l’animation
         des réunions de coordination du contrôle des pêches, assurée par le responsable de l’unité police en mer (au
         sein des services maritimes).
         Il est de plus identifié la nécessité que l’animateur MISEN participe à ce CODEP, afin de faire le lien avec le
         plan de contrôle départemental « eau et nature ». De même, il est indispensable que l’animateur du CODEP
         participe à la MISEN stratégique de définition du plan de contrôle départemental.

         Enfin, la désignation d’un référent environnement (formé et assermenté), au sein de chaque unité de contrôle,
         constitue également un élément complémentaire essentiel à la bonne exécution de la stratégie de façade et
         de sa déclinaison départementale.

         2.1.3 -   Calendrier des instances d’animation

DIRM Sud-Atlantique                                                                                                  17/58
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler