CODEBREAKERS CASSEURS DE CODES - COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES - les 2 bureaux

 
CODEBREAKERS CASSEURS DE CODES - COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES - les 2 bureaux
CODEBREAKERS
CASSEURS DE CODES

             COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT
 CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES
CODEBREAKERS CASSEURS DE CODES - COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES - les 2 bureaux
Codebreakers est un projet pour tous les publics.
Par les sujets qu’il aborde et la manière dont ils seront traités scéniquement, il s’adresse avant tout
aux grands ados, à savoir les jeunes à partir de 14 ans.

         Afin de les impliquer , plusieurs propositions artistiques et pédagogiques seront dévelop-
pées :

- un spectacle tous publics, Codebreakers, croisant les destins de Giordano Bruno, Camille Clau-
del, Alan Turing et Chelsea Manning dont la création est prévue pour Octobre 2019 au Théâtre
National Wallonie-Bruxelles

- une petite forme spécialement destinée aux salles de classes de collèges et lycées : Professeur
Alan Turing qui a pour but de sensibiliser les élèves à la grande forme à travers une proposition
artistique dont la création est prévue pour mars 2019 à la Charteuse de Villeneuve-lez-Avignon

- de nombreux ateliers de pratique théâtrale, d’écriture et d’initiation aux arts numériques

- une petite forme immersive pour une jauge réduite, Codebreaker : Alan Turing, qui reconstitue
les 15 dernières minutes de la vie d’Alan Turing, créée en mars 2017 lors du festival XS au Théâtre
National Wallonie-Bruxelles

                                          SOMMAIRE :
* CODEBREAKERS p.3
      - Distribution : p.3
      - Note d’intention et de mise en scène: p.4-5
      - équipe artistique : p.6 à 8
      - Calendrier de CRÉATION : p.9

* PROFESSEUR ALAN TURING p.10-11

* ATELIERS DE TRANSMISSION et actions pédagogiques : p.12

* CODEBREAKER : ALAN TURING : p.13-14

* BIOGRAPHIES SUCCINCTES DES QUATRE PERSONNAGES : p 15-18

* CONTACTS : p.19

                                                   2
CODEBREAKERS CASSEURS DE CODES - COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES - les 2 bureaux
CODEBREAKERS
                                 Création 2019-20
Mise en scène et écriture : Vladimir Steyaert
Scénographie : Rudy Sabounghi
Lumières : Yann Loric
Création vidéo : Giacinto Caponio
Création sonore : Jean-Christophe Murat et Anthony Gonçalves (Collectif 6am)
Univers informatique : Camille Sanchez
Recherches dramaturgiques : Charles-Eric Petit

Avec :
- Maïanne Barthès : Camille Claudel
- Christophe Brault : Giordano Bruno
- Vincent Hennebicq : Alan Turing
- François Sauveur : Bradley/Chelsea Manning

Production : Compagnie Vladimir Steyaert / Création Studio Théâtre National Wallo-
nie-Bruxelles
Coproduction : Centre Culturel de la Région du Centre- La Louvière (en cours)
Avec le soutien de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon

IL EST PLUS FACILE DE CASSER UN ATOME QU’UN PRÉJUGÉ DISAIT EINSTEIN.
MOI JE DIS, IL EST PLUS FACILE DE CASSER UN CODE QUE DE CASSER UN PRÉJUGÉ.
       Alan Turing dans «LES RÊVEURS LUNAIRES» de CÉDRIC VILLANI ET BAUDOIN
CODEBREAKERS CASSEURS DE CODES - COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES - les 2 bureaux
Ma vie : Un roman, même une épopée. il faudrait bien Homère pour la raconter.
Je vis dans un monde si curieux, si étrange... Du rêve que fut ma vie, ceci est le cauchemar.
                          Camille claudel , 24 mai 1934, asile de montfavet

                                             Bombe de Turing ayant servi à casser le code Enigma

        Mon envie de créer ce spectacle remonte à ma découverte de la vie d’Alan Turing, scientifique
britannique injustement méconnu du grand public.

        J’ai retrouvé dans son destin tragique une question qui me taraude depuis longtemps : pour-
quoi la société ne célèbre-t-elle pas ses meilleurs éléments de leur vivant et attend-elle bien souvent
plusieurs années après leur mort pour les reconnaître ?

       Après avoir travaillé lors de ma création précédente sur un mythe littéraire, Don Quichotte, je
souhaite maintenant m’attaquer à des mythes « réels ».

        De la découverte de la vie romanesque d’Alan Turing (cf pages 16-17) est née la nécessité de
réfléchir à la notion de « casseur de codes », ces codes étant chez Turing aussi bien cryptologiques,
scientifiques que moraux. La vie et la personnalité d’Alan Turing auraient pu à elles seules suffire à
créer un spectacle.
Mais comme je ne souhaite pas créer un biopic théâtral, j’ai donc décidé de croiser sa vie avec celle
d’autres personnes qui, à leur époque et dans leurs domaines respectifs, ont brisé des règles, en l’oc-
currence Giordano Bruno, Camille Claudel et Chelsea Manning (cf pages 15 à 18), afin de créer un
archétype du casseur de codes. Pour ce faire, je souhaite m’inspirer de La Ronde d’Arthur Schnitzler
pour créer du liant entre les différentes histoires (la fin d’une scène d’Alan Turing par exemple serait
le début d’une scène de Camille Claudel) mais aussi des premiers films de Alejandro Iñarritu tel Babel
où la narration entrecroise magistralement des histoires apparemment bien distinctes.
                                                   4
CODEBREAKERS CASSEURS DE CODES - COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES - les 2 bureaux
Quand j’ai choisi de divulguer des informations classifiées,
      je l’ai fait par amour pour mon pays et par sens du devoir envers les autres.
                 Si vous refusez ma demande de grâce, je purgerai ma peine
en sAchant que parfois vous devez payer un lourd tribut pour vivre dans une société
                                             libre.
                          Chelsea manning à barack obama, le 21 août 2013

       Codebreakers sera une pièce sur l’héritage collectif, la reconnaissance, la sexualité entravée
ou encore l’enfermement tout en essayant de répondre à cette question :
comment la société considère-t-elle ses visionnaires et en quoi ces destins racontent-ils quelque
chose de l’époque dans laquelle nous vivons ?

       L’écriture de la pièce mélangera fiction et documents réels. Pour écrire le spectacle, je
m’inspire des écrits de Giordano Bruno et des compte-rendus de son procès, de la correspondance
de Camille Claudel et de son oeuvre sculpturale, des textes scientifiques d’Alan Turing. Concernant
Chelsea Manning, je ne vais utiliser que des documents verbatim (chats, statuts Facebook, compte
Twitter) qu’elle a rédigés.

        Chaque personnage possèdera son mode d’expression propre : oratoire pour Bruno, plas-
tique pour Claudel, décalé et scientifique pour Turing. Enfin, Manning ne s’exprimera qu’à travers
le prisme du numérique et des ordinateurs. Ce n’est qu’à la fin de la pièce, avec sa libération et son
changement de sexe, qu’on entendra enfin le son de sa voix.

        En Décembre 2018, à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, je travaillerai à la table avec
les acteurs pour créer un imaginaire commun puis nous testerons le texte au plateau. Ce travail sera
mouvant avec de nombreux allers-retours entre leurs propositions et des réécritures du texte.

        Les autres éléments scéniques (scénographie, costumes, musique, lumières et vidéo) arrive-
ront lors de la dernière session de répétitions en août 2019. J’envisage cette étape avec mes colla-
borateurs comme une écriture collective où chacun travaille dans la même direction.

         Il m’est encore trop tôt, à un an etdemi de la création, pour décrire les éléments scéniques.
Néanmoins, je souhaite travailler sur la notion d’espaces multiples et mettre en avant une sensation
d’enfermement et d’oppression avec l’utilisation de vitres et de miroirs qui pourront servir de sur-
face de projection vidéo.
         J’aime quand la vidéo possède un grain spécifique et nous allons donc chercher des surfaces
de projection allant dans ce sens (et donc bannissant l’écran blanc!).
         La création sonore renforcera la sensation d’oppression avec la présence continue de nappes.
Elle possédera également une fonction narrative avec des thèmes propres à chacun des personnages.
         Tous ces éléments viseront à créer une atmosphère anxiogène chez le spectateur comme s’il
était lui aussi acteur de la descente aux enfers des personnages.

                  La foule des aveugles ne vaut pas un seul voyant,
                non plus que la foule des sots ne peut égaler un sage.
                           Giordano Bruno, Le banquet des cendres, 1584

                                                  5
CODEBREAKERS CASSEURS DE CODES - COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES - les 2 bureaux
VLADIMIR STEYAERT                                         RUDY SABOUNGHI
Auteur et metteur en scène                                Scénographe
Après des études de philosophie, de sciences po-          Après une enfance monégasque, Rudy Saboun-
litiques et d’histoire de l’art, Vladimir Steyaert se     ghi obtient à Nice, en 1981, son Diplôme Na-
forme à la mise en scène à la Comédie de Saint-           tional d’Expression Plastique. Un an plus tard,
Etienne en devenant assistant de Jean- Claude             il participe en qualité d’assistant à une mise en
Berutti et en travaillant dans des théâtres allemands.    scène de La Clémence de Titus réalisée par Karl
Sa première création est Débris de Dennis Kelly en        Ernst Hermann à la Monnaie à Bruxelles. Dès
2010 à la Comédie de Saint-Etienne.                       lors, Rudy Sabounghi signe ses propres décors
Lors de la saison 2010-2011, il met en scène Huis         et costumes pour le théâtre, l’opéra et la danse,
Clos de Jean-Paul Sartre avec des acteurs croate, al-     en France et dans toute l’Europe. Un second
lemand, roumain et togolais.                              assistanat contribue cependant, en 1984, à par-
En novembre 2011, il crée La ligne de partage des         faire sa formation sur un versant plus particu-
eaux de l’auteur belge Alex Lorette.                      lièrement théâtral : il se met alors au service de
En mai 2014, il crée à l’Opéra-Théâtre de Saint-          Giorgio Strehler, qui monte L’Illusion comique
Etienne Le «Mystère» Scriabine, spectacle repris          de Corneille à l’Odéon-Théâtre de l’Europe.
ensuiteà Paris au Grand Palais lors de l’exposition       Depuis vingt ans, Rudy Sabounghi a travaillé
Monumenta consacrée à Ilya et Emilia Kabakov.             avec des artistes aussi divers que Jean-Claude
En octobre 2016, il met en scène Looking for Qui-         Berutti, Luc Bondy, Pierre Constant, Klaus-Mi-
chotte de Charles-Eric Petit.                             chaël Grüber, Jacques Lassalle, Thierry de Pe-
Parallèlement à ses propres créations, il collabore       retti ou Luca Ronconi. Il a également collaboré
également avec Fabrice Murgia et la Cie Artara en         avec les chorégraphes Anne-Teresa de Keers-
tant qu’assistant à la mise en scène sur les spectacles   maeker (depuis 1992) et Lucinda Childs (de-
Notre Peur de n’être en 2014 et Black Clouds en           puis 2002).
2016.                                                     Rudy Sabounghi poursuit enfin une mission de
En 2017, il s’installe à Bruxelles afin d’y dévelop-      formateur, en intervenant régulièrement dans
per ses activités et d’y créer une compagnie.             de grandes écoles de théâtre européennes :
A l’invitation de Bruxelles-Laïque et de la Cie Arta-     au Studio Herman Teirliinck (Anvers), à la
ra, il écrit et met en scène Impatiences- Fête Laïque     Hoogschule (Eindhoven), à l’Ensatt, à l’Ecole
de la Jeunesse 2017 au Théâtre National Wallo-            du T. N. S., à l’Ecole nationale des arts décora-
nie-Bruxelles, spectacle réunissant autour de 150         tifs (Nice), ainsi qu’au CNSMD de Paris.
enfants, 7 comédiens, 20 musiciens et 6 danseurs. Il
renouvelle cette collaboration lors de l’année 2018.
                                                          YANN LORIC
A travers ses spectacles, il souhaite parler des jeunes
                                                          Éclairagiste
générations en questionnant leur place dans la so-
ciété, leur solitude et leur désarroi face à un ascen-    Assistant éclairagiste auprès de divers concep-
seur social grippé. Comment peut-on construire sa         teurs, sa rencontre avec Éric Soyer est capitale
propre identité dans un monde régi par des lois éco-      dans son évolution. Il devient son assistant
nomiques, sociétales et familiales qui déterminent        et intègre par son intermédiaire la Cie Louis
nos pensées et comportements? En quoi l’enfance           Brouillard de Joël Pommerat. En 2007, une
et l’héritage familial conditionnent-ils notre vie        autre rencontre sera déterminante, celle avec
d’adulte? Comment la profusion d’images dont              Charles-Éric Petit et la Cie l’Individu.
nous sommes inondés au quotidien influence-t-elle         En parallèle, il a été régisseur lumière sur la
notre imaginaire et notre perception du monde?            tournée internationale de La Trilogie de Wajdi
Il privilégie les textes possédant une dramaturgie        Mouawad et régisseur général pour la Cie Di-
complexe rompant avec la linéarité de la narration,       phtong - Hubert Colas.
où chronologie et lieux se mélangent et s’entre-          Récemment, il a créé les lumières des spectacles
choquent, ne racontant pas une mais des histoires et      de Catherine Gandois, Karine Fourcy, Michel
cassant ainsi le cadre traditionnel de la représenta-     André, Vladimir Steyaert, Florence Lloret, Syl-
tion théâtrale.                                           vain Maurice, Laurent Guttman, Maïanne Bar-
Son univers scénique est pluridisciplinaire et il         thès, Charlotte Daquet et a assisté l’éclairagiste
cherche à créer un langage scénique où tous les élé-      Marie-Christine Soma.
ments sont au service du texte et du jeu afin de réa-     Il intervient également comme formateur à
liser des images et des situations fortes et intenses.    l’ENSATT à Lyon et au CFPTS à Bagnolet.

                                                      6
CODEBREAKERS CASSEURS DE CODES - COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES - les 2 bureaux
JEAN-CHRISTOPHE MURAT                              GIACINTO CAPONIO
ANTHONY GONCALVES                                  Créateur vidéo
Créateurs sonores
Multi-instrumentiste, Jean-Christophe Murat        Giacinto Caponio est né en 1986. Il vit et tra-
est compositeur au sein de B R OAD WAY,            vaille à Bruxelles.
groupe de pop électro stéphanois, découvertes      Régisseur de spectacle de formation, il com-
du Printemps de Bourges et de la Fnac en           mence à exercer son métier aux différentes tech-
2006.                                              niques de
En novembre 2011, il signe l’album Solo Sys-       spectacle et se forme très vite en autodidacte à
tem Revolution, plébiscité par la critique mu-     l’audiovisuel.
sicale et diffusé sur plusieurs radios de grande   Son intérêt aujourd’hui se porte dans l’utilisation
écoute (France Inter, Days of reckoning est        de l’image vidéo comme source d’éclairage et
single de la semaine sur RTL2).                    son interaction avec l’espace réel.
Il signe toutes les créations musicales des        Il réalise plusieurs créations lumières et vidéo
spectacles de Vladimir Steyaert,                   pour différents spectacles, notamment ceux de
Anthony Goncalves est claviériste et com-          Fabrice Murgia, Antivj, le Théâtre National Wal-
positeur au sein du groupe DESCHANNEL              lonie-Bruxelles et les Brigittines.
qu’il a fondé.                                     Directeur technique de la Cie Artara, il collabore
Membres du label 6am Prod, ils fondent             également avec Jaco Van Dormael et Vincent
en 2012, le Collectif Extras, collectif de         Hennebicq.
sound-designers et la société Teaser Médias,
studio de créations audiovisuelles pluridisci-
plinaires.

CHARLES-ERIC PETIT                                 CAMILLE SANCHEZ
Dramaturge                                         Régisseuse Vidéo en charge de l’univers in-
                                                   formatique
Formé au Conservatoire de Tours et à l’Ecole
Régionale d’Acteur de Cannes (2002/2005),          Camille Sanchez se forme au TNS à Strasbourg,
il est membre actif et fondateurde la Cie l’In-    école dont elle sort en Juin 2017.
dividu, auteur et metteur en scène des projets     Bien qu’ayant reçu une formation de régisseuse
qu’elle engage.                                    polyvalente, elle se tourne vers la régie vidéo
En 2013, il est intervenant à l’Ecole Régio-       où elle peut mettre en pratique son goût pour le
nale d’Acteur de Cannes.                           hacking et le bidouillage informatiques.
Par-delà sa pratique de comédien et de met-        Depuis sa sortie de l’école, elle a notamment
teur en scène, il est également l’auteur de        avec Julien Gosselin sur 1993 d’Aurélien Bel-
nombreux textes dont: La Perle fendue, Le          langer, Laurent Guttman sur De la Démocratie
Fruit de la Discorde, Le Di@ble en Bouche,         d’après Alexis de Tocqueville et avec Vladimir
Insouciance, L’Entropique, Triade, Notre           Steyaert sur Looking for Quichotte de Charles-
Dallas, Le Quadrille amoché, Le Songe              Eric Petit.
d’une Nuit d’Eté (réécriture), Le(s) Visage(s)
de Franck, Dyade, Looking for Quichotte,
Pinoncelli (je pense donc je chie).
Il travaille à partir du Songe d’une Nuit d’Eté
comme oeuvre de référence aux projets que
la compagnie engage. Il crée ainsi Perçu (va-
riation autour de la figure de Puck) en 2011,
Le Quadrille amoché et Le(s) Visage(s) de
Franck en 2012 ainsi qu’une réécriture du
Songe d’une Nuit d’Eté en 2013.
En 2014, il répond aux commandes d’écriture
de Vladimir Steyaert (Looking for Quichotte)
et d’Alexis Moati (texte autour de la théma-
tique de l’adolescence).

                                                   7
CODEBREAKERS CASSEURS DE CODES - COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES - les 2 bureaux
CHRISTOPHE BRAULT                                   FRANÇOIS SAUVEUR
Comédien                                            Comédien
Après sa formation au Conservatoire national        François Sauveur est sorti du Conservatoire
supérieur d’art dramatique de Paris, il rencontre   de Liège en 2005. Depuis, il a notamment tra-
Robert Cantarella qui le met en scène dans          vaillé avec Mathias Simons ; Françoise Bloch ;
une dizaine de spectacles, notamment Le Re-         Benoît Luporci ; Jean-Claude Berutti : Zelinda
nard du nord de Noëlle Renaude, Hamlet de           et Lindoro ; les Ateliers de la Colline : Tête
Shakespeare et Du matin à minuit de Georg           à claques ; la compagnie Arsenic : Le Géant
Kaiser. Il joue avec Frédéric Fisbach, Bernard      de Kaillass ; Fabrice Murgia : Exils et Black
Sobel, Stanislas Nordey, Gilles Bouillon, Fré-      Clouds ; Vincent Hennebicq : Heroes et Going
déric Maragnani, etc.                               Home ; Virginie Strub : En attendant Gudule
Noëlle Renaude écrit pour lui Ma Solange,           ; Sofia Betz : Les Derniers Géants.
comment t’écrire mon désastre, Alex Roux.           Egalement violoniste, guitariste et compo-
Plus récemment, il joue sous la direction :         siteur, il a fait partie du groupe de post-rock
de Stéphane Braunschweig, de Benoît Lam-            Sweek et a participé à la création de plusieurs
bert, de Myriam Mazourki, de Catherine Umb-         bandes originales de spectacles (Heroes,
ndenstock.                                          Going Home, Tête à claques, En attendant le
Au cinéma, il tourne dans des films de Costa        jour).
Gavras, Michel Deville, Francis Girod, Pierre       En 2015, il assiste Fabrice Murgia pour la mise
Granier-Deferre. Il vient de tourner dans Terre     en scène de son opéra urbain Karbon Kabaret.
battue de Stéphane Demoustier et Trois Coeurs       En 2016, il écrit et met en scène sa première
de Benoît Jacquot.                                  création En attendant le jour au Théâtre de
                                                    Liège.
VINCENT HENNEBICQ                                   MAÏANNE BARTHÈS
Comédien                                            Comédienne
Vincent Hennebicq a étudié au conservatoire de      Maïanne Barthès a suivi des études de Lettres
Liège (2002-2006) où il crée notamment avec         Supérieures puis de philosophie. Elle se forme
Fabrice Murgia l’asbl Artara avec laquelle il       de 2006 à 2009 à l’Ecole Nationale Supérieure
continue de collaborer en tant qu’acteur ou dra-    de la Comédie de Saint- Etienne.
maturge.                                            De 2008 à 2015 elle co-dirige la Cie United
Il y rencontre également des metteurs en scène      Mégaphone, au sein de laquelle elle met en
avec lesquels il travaillera par la suite comme     scène Je hais les voyages et les explorateurs
Mathias Simons, Jeanne Dandoy, Jacques Del-         d’après Copi et Will Self et Rouge d’Emma-
cuvellerie etc. Par ailleurs, il joue aussi pour    nuel Darley.
Coline Struyf, Fréderic Dussenne, Michaël De-       Comédienne, elle travaille sous la direction
launoy, Antonio Araujo...                           d’Hugues Chabalier, Sylvie Mongin-Algan,
Il a appris le néerlandais pour jouer Baal de       Vladimir Steyaert, Richard Brunel...
Bertold Brecht dans une mise en scène de Ra-        En 2015, la Comédie de Valence lui commande
ven Ruëll et Jos Verbist, rôle pour lequel il ob-   la mise en scène d’Une Abeille d’Arménie de
tient le prix du meilleur espoir masculin, puis     Lancelot Hamelin.
dans Tribunaal.                                     Elle crée en 2016 la Compagnie Spell Mis-
Il joue également pour Guy Cassiers, et David       take(s), dont elle est seule directrice artistique.
Strosberg.                                          En 2016, la Comédie de Valence lui passe une
Parallèlement à son travail d’acteur, il com-       nouvelle commande sur le thème de la théorie
mence à mettre en scène en 2012 avec la pièce       du complot aux cotés de l’auteure Lucie Vérot.
Parasites de Marius Von Mayenburg avant de          Prouve-le sera créé le 13 Mars 2017.
créer des spectacles avec une grande dimen-         Elle vient de mettre en scène, également aux
sion musicale dont il signe le texte et la mise     cotés de Lucie Vérot, une pièce inspirée du
en scène : Heroes (Just For One Day), Going         mythe d’Antigone qui interroge ce que peut
Home ou Wilderness tous créés au Théâtre Na-        être la désobéissance civile aujourd’hui à tra-
tional.                                             vers le prisme des formes de cyber-activisme
Depuis 2012 il enseigne également à l’ESACT         les plus radicales : Antigone Faille Zero Day.
(Liège).
                                                8
CODEBREAKERS CASSEURS DE CODES - COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES - les 2 bureaux
CALENDRIER DE CRÉATION

    - MARS 2017 : Création de Codebreaker : Alan Turing lors du Festival XS, au Théâtre
    National Wallonie-Bruxelles, première étape de travail de Codebreakers

    - OCTOBRE 2017 : Résidence d’écriture pour Codebreakers à la Chartreuse de Ville-
    neuve-lez-Avignon

    - DÉCEMBRE 2018 : 2 semaines de résidence collective pour Codebreakers à la Char-
    treuse de Villeneuve-lez-Avignon

    - MARS-AVRIL 2019 : Création de Professeur Alan Turing à la Chartreuse de Ville-
    neuve-lez-Avignon + Tournée dans des collèges et lycées du Gard et du Vaucluse

    - DE MI-AOÛT À FIN SEPTEMBRE 2019 : 6 semaines de répétitions de Codebreakers
    au Théâtre National Wallonie- Bruxelles

    - OCTOBRE 2019 : Création de Codebreakers et exploitation au Théâtre National Wal-
    lonie-Bruxelles (entre 9 et 12 représentations)

    - NOVEMBRE et DÉCEMBRE 2019 : Tournée en Belgique et en France de Codebrea-
    kers et de Professeur Alan Turing

    - AUTOMNE 2020 : Reprise

6

                                             9
CODEBREAKERS CASSEURS DE CODES - COMPAGNIE VLADIMIR STEYAERT CRÉATION STUDIO THÉÂTRE NATIONAL WALLONIE-BRUXELLES - les 2 bureaux
PROFESSEUR ALAN TURING
                 Petite forme en milieu scolaire
        Lors de la saison 2019-20, je créerai Codebreakers, spectacle tout public qui croise les des-
tins de quatre casseurs de codes de domaines et d’époques différentes : Giordano Bruno, Camille
Claudel, Alan Turing et Chelsea Manning.

        En parallèle de cette grande forme, je vais monter un spectacle destiné à être joué dans les
salles de classes de collèges et lycées en me focalisant sur un seul de ces quatre personnages, en
l’occurence, Alan Turing.

         Les principes sont les suivants :
- il s’agit d’un spectacle à part entière destiné à des élèves allant de la 4ème à la Terminale
- la petite forme doit avoir lieu dans une salle de classes et ne nécessiter aucune scénographie si ce
n’est celle déjà existante de la salle de classes (tableau, chaises, bureau...)
- la représentation ainsi qu’un temps d’échanges avec les élèves doivent se dérouler durant une
heure de temps scolaire (en général 30 minutes de spectacle et 20 minutes d’échanges avec les
élèves). Cela, afin de pouvoir jouer devant de nombreuses classes durant une même journée.
- elle doit faire écho au contexte scolaire dans lequel elle se joue. Ainsi, pas de Quatrième Mur, les
élèves sont considérés pour ce qu’ils sont : des élèves-spectateurs.

        Il s’agira de la troisième forme en milieu scolaire que je vais mettre en scène après Ma Mère
Médée d’Holger Schober en 2013 et Looking for Sancho-Le Proviseur de Charles-Eric Petit en
2015. Ces deux précédents spectacles donnaient la parole aux oubliés de grands mythes littéraires, à
savoir les enfants de Médée et Jason, d’une part, et Sancho Panza, de l’autre.

        Ici, je souhaite poursuivre cette recherche sur les mythes en m’attachant à une personne qui
a réellement existé. Je donnerai vie sur scène à un mythe contemporain, récemment exhumé des
oubliettes de l’Histoire, en la personne d’Alan Turing.

        Pourquoi Turing ? Pour ses découvertes et sa vie passionnantes, bien évidemment.
Mais aussi parce que c’est une figure permettant une transversalité des disciplines scolaires. Sur mes
deux derniers projets, je travaillais essentiellement avec des professeurs de français. Ma démarche
vise à faire découvrir le théâtre à un maximum de jeunes gens et de collaborer avec de nombreux
professeurs. La figure de Turing permet, en plus des classes de français, de s’adresser à des classes
de mathématiques, de biologie, d’informatique, d’histoire mais aussi d’anglais.

         Le point de départ est le suivant : un nouveau professeur de mathématiques arrive en classe
et se présente aux élèves. Il s’appelle Alan Turing.
 «Savez-vous qui a vaincu Adolf Hitler ? Non, ce ne sont pas les Alliés. Ce sont les mathématiques!».
S’ensuit le récit passionnant de la manière dont Turing et son équipe ont réussi à décrypter Enigma,
le code secret utilisé par les Nazis pour leurs communications, en créant le premier ordinateur. Tout
en tentant de rendre compréhensible ses recherches aux élèves, notamment sur l’intelligence artifi-
cielle à travers le Test de Turing qui permet de savoir si on a affaire à une machine ou à une personne
humaine, ce nouveau professeur va également leur montrer qu’il est plus facile de casser un code
secret qu’un préjugé.

        Il s’agira ici de sensibiliser les jeunes spectateurs à différentes notions : la naisssance de
l’informatique, les liens entre recherche et innovation, l’intelligence artificielle, la difficulté de vivre
sa sexualité, la question de la reconnaissance officielle, la Seconde Guerre Mondiale et les batailles
«invisibles» qui s’y sont déroulées ... Tout ça dans une forme théâtrale ludique et interactive !
                                                      10
Résidence de création :
        Deux semaines de résidence au sein d’un établissement scolaire sont envisagées pour
créer ce spectacle. Il s’agira d’un temps d’immersion pour se plonger dans l’ambiance scolaire
et créer plusieurs temps de rencontres avec les élèves et leurs professeurs. De plus, il est impor-
tant que l’équipe artistique puisse répéter dans une salle de classe afin d’intégrer le «mobilier
scolaire» (tables, chaises, bureau, tableau...) dans sa forme théâtrale.

         Tout au long de ces deux semaines, de nombreux rendez-vous entre les élèves et
l’équipe artistique seront prévus :
- ateliers de jeu autour de la figure d’Alan Turing
- ateliers d’écriture sur la thématique des «casseurs de codes» : quels sont les codes que les
élèves souhaitent briser aujourd’hui ?
- temps de répétitions publiques : nous souhaitons partager notre processus de recherche
avec les élèves afin de leur montrer comment un spectacle se construit. Ces répétitions pu-
bliques peuvent se dérouler durant des heures de cours «officielles» comme pendant les heures
de permanence des élèves s’ils souhaitent venir y assister.

        Bien évidemment, d’autres types d’interventions et de rencontres peuvent être inventés
avec l’équipe pédagogique de l’établissement scolaire.

        A la fin de ces deux semaines de résidence, le spectacle sera créé et joué dans diffé-
rentes classes de l’établissement partenaire du projet. Puis il partira en tournée dans d’autres
établissements scolaires.

                                    Looking for Sancho-Le Proviseur
                             Lien vers la vidéo : https://vimeo.com/125512006

                                              Ma Mère Médée
                              Lien vers la vidéo : https://vimeo.com/82339892
                                                     11
ATELIERS DE TRANSMISSION
          ET ACTIONS PÉDAGOGIQUES
        Le travail de pédagogie à destination des adolescents constitue une part importante
des activités de la Compagnie Vladimir Steyaert depuis sa création.

        En se formant à la Comédie de Saint-Etienne, Vladimir Steyaert a été dès le début de
sa carrière sensibilisé à l’importance de l’école du spectateur chez les collégiens et les lycéens
et des ateliers de transmission à destination des amateurs et des adolescents en particulier
comme piliers de la décentralisation théâtrale. Son premier travail de mise en scène fut la
création de Baroufe à Chioggia de Carlo Goldoni avec une distribution composée d’acteurs
professionnels et amateurs dans le cadre des 60 ans de la Comédie de Saint-Etienne en 2008.
        Il a également été intervenant dans de nombreuses options théâtre (légère et lourde)
en lien avec la Comédie de Saint-Etienne et le Théâtre Les Ateliers à Lyon.
        Plus récemment, il a mené 60 heures d’ateliers dans des collèges et lycées autour du
spectacle Black Clouds en 2017 et 80 heures en 2018 autour du spectacle Le Chagrin des
Ogres, tous deux mis en scène par Fabrice Murgia, pour le compte de Théâtres en Dracénie.
        Depuis 2017, il met en scène à Bruxelles Impatiences-Fête Laïque de la Jeunesse,
spectacle évenementiel réunissant sur scène 150 enfants de 12 ans entourés de comédiens,
musiciens danseurs et circassiens.

        Pour le projet Codebreakers, en plus de la petite forme Professeur Alan Turing à
destination du milieu scolaire, de nombreux ateliers seront proposés aux lieux accueillant le
spectacle. Ces ateliers seront pris en charge par les membres de l’équipe artistique du spec-
tacle (comédiens, metteur en scène,  régisseuse vidéo) :

* ateliers de pratique théâtrale autour du texte de Codebreakers. Ces ateliers seront pris
en charge par les comédiens et/ou le metteur en scène. Ils seront adaptés au type de public
rencontré. Par exemple, on peut imaginer mettre en avant la figure de Camille Claudel dans
les classes à option arts plastiques et plutôt celle d’Alan Turing pour les classes scientifiques.

* ateliers d’écriture sur la thématique des «casseurs de codes».
Quels sont les codes que les élèves souhaitent briser aujourd’hui ? Quels exemples de cas-
seurs de codes voient-ils dans le monde actuel ?  Comment créer un texte théâtral à partir de
personnes et de faits réels ?  Ces ateliers seront menés par Charles-Eric Petit, auteur et drama-
turge, ainsi que par Vladimir Steyaert, auteur et metteur en scène du projet.

* ateliers d’initiation aux arts numériques et aux questions liées à l’informatique.
En lien avec la question des lanceurs d’alertes informatiques et avec l’univers pluridisci-
plinaire du spectacle, Camille Sanchez, régisseuse vidéo, proposera une initiation au code
informatique et à l’utilisation de la vidéo dans le spectacle vivant. Elle a également écrit des
mini-conférences sur des sujets comme le DeepWeb, les Bit-coins, la protection des don-
nées... qui peuvent avoir lieu directement dans les salles de classes ouy dans d’autres lieux
telles les médiathèques.

* ateliers d’initiation à la MAO (Musique Assistée par Ordinateur).
L’idée de ces ateliers est de donner aux élèves des pistes pour créer eux-mêmes leurs propres
morceaux avec des logiciels gratuits. Comment créer un sample ? Comment superpose-t-on
des boucles musicales ?   Ces ateliers seront dirigés par Jean-Christophe Murat et/ou Anthony
Goncalves, compositeurs du spectacle.

* Ecriture d’un dossier pédagogique par le Service Eductaif du Théâtre National de Bruxelles
                                                12
CODEBREAKER : ALAN TURING

Quinze minutes.
C’est le temps qu’il reste à vivre à Alan Turing, mathématicien génial et déchiffreur de l’Enig-
ma, code secret des Nazis.
Les spectateurs de XS sont conviés à plonger dans l’intimité de l’inventeur du premier ordi-
nateur à travers une forme immersive reconstituant son appartement et mêlant hologrammes,
archives sonores.
Quinze minutes pour tenter de déchiffrer pourquoi l’un des plus grands visionnaires du XXème
siècle a connu une destinée tragique.

Mise en scène et écriture : Vladimir Steyaert
Scénographie : Rudy Sabounghi
Lumières : Yann Loric
Création vidéo : Giacinto Caponio
Régie vidéo : Camille Sanchez
Stagiaire à la mise en scène : Melinda Lefgoun
Avec : Vincent Hennebicq

Production : Compagnie Vladimir Steyaert / Création Studio Théâtre National Wallo-
nie-Bruxelles
Coproduction : Festival XS-Théâtre National de Bruxelles

Spectacle créé le 23 mars 2017 au Théâtre National Wallonie-Bruxelles lors du Festival XS

                                               13
Cette forme courte de 15 minutes se déroulait dans le studio d’enregistrement du Théâtre Na-
tional Wallonie-Bruxelles. Les spectateurs étaient invités à s’installer dans la cabine d’enregis-
trement et à observer, à travers une vitre, Alan Turing vivre ses derniers instants, comme s’ils
assistaient à une condamnation à mort en direct.
Une captation réalisée par la RTBF est visible sur le lien suivant : https://vimeo.com/212366452

                                                 14
BIOGRAPHIES SUCCINCTES
           DES QUATRE PERSONNAGES
         Giordano Bruno est né en 1548 à Nola près de Naples. Il entre chez les Frères Do-
minicains à l’âge de 17 ans. 
Il est l’un des esprits les plus libres d’une époque tyrannisée par l’Inquisition : un moine dé-
froqué et penseur errant qui oppose aux dogmes théologiques le libre exercice philosophique. 
C’est ainsi qu’il en vient à affirmer la pluralité des mondes - la Terre et le Soleil ne sont ni
uniques ni au centre de l’univers -, professe une divinité panthéiste, réfute la virginité de
Marie mais croit en la réincarnation, anticipe nombre de découvertes scientifiques, écrit le
premier livre de philosophie en langue moderne, en l’occurrence l’italien. 
Il inspire d’ailleurs le personnage du mage lucide Prospero de Shakespeare. 
Puisqu’il refuse obstinément de se rétracter, il sera condamné à mort pour hérésie. 
Au matin de son exécution, il réaffirme une dernière fois son innocence et prononce ces mots : 
« Je meurs en martyr et volontairement. Mon âme montera avec la fumée au paradis ».
On lui coupe la langue, on le mène au bûcher dressé Campo de’ Fiori à Rome : ses livres sont
jetés à ses pieds, il est brûlé vif. Le 17 février 1600, à l’âge de 52 ans. Après avoir passé près
de huit ans dans les geôles de l’Inquisition.
Quatre siècles plus tard, le Vatican refuse encore, au contraire de Galilée, de le réhabiliter,
faisant de Giordano Bruno un éternel martyr de l’époque moderne.
         Des quatre personnages principaux de la pièce, c’est celui qui maîtrise le mieux la
joute oratoire. Brillant penseur et orateur, il vit grâce à son savoir et à ses capacités de mé-
moire surnaturelle. Il aime se mettre en scène.
C’est un révolutionnaire du savoir.

         Camille Claudel est née en 1864 dans une famille de la petite-bourgeoisie. 
Depuis son adolescence, elle est passionnée par la sculpture et commence à travailler la
glaise très jeune. Soutenue par son père dans sa vocation, elle doit faire face à l’opposition
constante de sa mère.         
Elle rencontre Auguste Rodin en 1882. Elle est alors âgée de 17 ans. Elle devient son élève,
sa collaboratrice, sa maîtresse et sa muse. 
Après 10 ans de relation amoureuse, Camille doit subir un avortement clandestin. En plus,
de créer chez elle un grand traumatisme, cet avortement précipite la fin de son histoire avec
Rodin. 
Malgré cette rupture, Camille continue sa production artistique mais doit faire face au
sexisme du milieu de l’art qui est choqué qu’une femme puisse sculpter des nus avec la
même liberté que les hommes. 
À partir de 1905, elle commence à developper des pensées paranoïaques et à vivre recluse
dans son atelier. 
En 1912, elle détruit systématiquement toute sa production et ses oeuvres. 
Son père, qui l’a toujours protégée, meurt en 1913. Elle n’est pas prévenue par sa famille et
n’assiste pas à son enterrement. 
Une semaine après, sa mère signe « une demande de placement volontaire ». 
Elle est d’abord internée de force à l’asile de Ville-Evrard en Seine-Denis puis à partir de
1915 à l’Asile Montfavet de Montdevergues. Elle y restera jusqu’à la fin de sa vie.
Sa mère et sa soeur ne lui rendront jamais visite durant son internement. Son frère, Paul,
viendra la visiter 12 fois au total. 
A partir de 1919, son état mental s’étant amélioré, les médecins de l’asile écriront plusieurs
fois à la Famille Claudel pour qu’ils viennent faire sortir Camille. Ils essuieront à chaque fois
un refus catégorique. 
                                                15
En 1943, Camille Claudel meurt à l’âge de 78 ans, sans doute de malnutrition. Elle aura passé
30 années en asile psychiatrique. 
Elle est inhumée au cimetière de Montfavet, accompagnée du seul personnel de l’hôpital ; ni sa
famille ni son frère Paul ne s’y rendent. Ses restes seront transférés dans une fosse commune, son
corps n’ayant pas été réclamé par ses proches.
Son oeuvre et son histoire personnelle restent mal connues du grand public jusqu’à la publication
de l’ouvrage d’Anne Delbée Camille Claudel. Une femme en 1982 et la sortie au cinéma du film
Camille Claudel réalisé par Bruno Nuytten. 
Ce n’est qu’en mars 2017 qu’ouvre un musée Camille Claudel. Ce musée ne se situe pas à Paris
mais à Nogent-sur-Marne. 
        Camille est très volubile au début de la pièce.
Sa quête du Beau, ses échanges sur la poésie et l’art avec son frère Paul, ses rencontres artis-
tiques et ses envies de liberté déclenchent chez elle une propension à la parole qui peut être per-
çue comme irrésistible pour certains, agaçante pour d’autres, voire hystérique pour les membres
de sa famille.
Avec les prémices de sa folie et le début des ses crises de paranoïa, la parole va s’appauvrir et
perdre de son sens pour se faire de plus en plus rare.
À partir de son internement forcé en hôpital psychiatrique, elle devient mutique.

         Alan Turing est un mathématicien anglais né le 23 juin 1912. 
En 1936, il publie un article « Théorie des nombres calculables, suivie d’une application au
problème de la décision » qui le fait connaître du milieu scientifique. Dans cette article, il déve-
loppe l’idée abstraite d’une machine à calculer universelle, véritable « être calculant » qui serait
capable d’accomplir les tâches de n’importe quelle autre machine. Il y développe également les
concepts d’algorithme, de programme et de programmation. 
Le film Blanche-Neige et les Sept Nains de Walt Disney sort sur les écrans anglais en 1937. Tu-
ring est tellement passionné par ce dessin animé qu’il retournera le voir sept ou huit fois. 
En 1939, il est engagé par les services secrets britanniques pour suivre des cours de chiffre et de
cryptanalyse.
Il rejoint l’opération Ultra sur le site de Bletchley Park.
L’opération Ultra avait pour but de déchiffrer le code Enigma. Ce code, utilisé par l’armée al-
lemande pour ses communications, était réputé comme inviolable, car il changeait toutes les 24
heures et possédait plus de 159 milliards de milliards de combinaisons possibles.  
En mettant en pratique les intuitions présentées dans son article de 1936, il construit une ma-
chine, ersatz d’ordinateur, qui réussit à briser le code Enigma. Grâce à cette découverte, les Al-
liés auront dorénavant accès aux échanges entre les différentes formations de l’armée allemande. 
A la fin de la guerre, il entreprend des recherches sur le codage de la voix et part quelques temps
aux Etats-Unis.  
De retour en Angleterre, il n’obtient pas de récompense et de reconnaissance de la part de l’Etat
britannique car l’Opération Ultra a été classée Top Secret. 
Il s’installe à Manchester, obtient un poste à l’Université de cette ville et poursuit ses recherches
sur les ordinateurs.  
A cette époque, il pratique intensément la course à pied et a même failli participé aux Jeux Olym-
piques de Londres en 1948.
En 1950, il écrit un article « Les ordinateurs et l’intelligence » qui commencent par la question
suivante : « les machines peuvent elles penser? ». Il y invente le concept d’intelligence arti-
ficielle et met au point un test, le «Jeu de l’Imitation» plus connu aujourd’hui sous le nom de
« Test de Turing », qui permet de savoir si l’on a affaire à un être humain ou à une machine.  
Puis il s’intéresse aux liens entre biologie et mathématique et pose les premières bases de la
morphogenèse, branche de la biologie qui vise à trouver les lois qui déterminent la formation de
tissus, de formes et de motifs chez les espèces animales et végétales. 

                                                  16
Parallèlement à ces travaux, Turing a d’énormes soucis avec la justice britannique à partir de 1952
à cause de son homosexualité qui est considérée à cette époque comme un crime et une maladie
mentale. 
Condamné pour « Indécence Manifeste », on lui propose soit un an de prison soit une castration
chimique. Il choisit la castration chimique pensant qu’il pourra continuera ses travaux de re-
cherche. 
Alan Turing est retrouvé mort dans sa maison de Manchester le 7 juin 1954. 
Il avait 41 ans. 
Une pomme croquée imbibée de cyanure est retrouvée à côté de son corps. 
La légende raconte que le logo d’Apple est un hommage à Alan Turing.
En 2007, une pétition est envoyée au Premier Ministre anglais Gordon Brown afin qu’il s’excuse
pour les poursuites engagées contre Alan Turing qui ont abouti à sa mort prématurée. 
En septembre 2009, celui-ci a présenté des excuses au nom du gouvernement britannique. 
En décembre 2012, un groupe de scientifiques, dont Stephan Hawking, appelle le gouvernement
britannique à annuler sa condamnation, à titre posthume. 
Le 24 décembre 2013, la Reine Elizabeth II le gracie. 
Selon les historiens, casser le code Enigma a permis de réduire la guerre de deux ans, sauvant 14
millions de vies. 
           C’est un solitaire et un handicapé de la communication. Certains diraient qu’il développe
une forme d’autisme.
De plus, il apparaît comme « inadapté » à la vie quotidienne et a beaucoup de mal avec les
conventions sociales.
L’écriture vise à montrer la manière dont l’oralité ne réussit pas à rendre compte de la rapidité de
sa pensée. Il pense beaucoup plus vite qu’il ne parle d’où de grandes difficultés à partager avec
ses semblables.

         Chelsea Manning est né-e de sexe masculin en 1987 avec le prénom de Bradley, à Cres-
cent, petite ville de 12000 habitants dans l’Oklahoma. 
Son père, Brian, est un ancien officier de renseignements de l’US Army. Lors d’une mission au
Pays de Galles, il rencontre Susan avec qui il se marie et avec qui il aura deux enfants, Casey et
Bradley. 
Avec une adolescence compliquée où il découvre son homosexualité, Bradley s’engage dans l’ar-
mée américaine en 2009. Il devient officier de renseignements. 
En 2010, il est envoyé en Irak sur une base américaine dans la banlieue de Bagdad. C’est là qu’il
découvre des documents secret défense montrant notamment que le bilan des victimes civiles des
guerres en Afghanistan et Irak est beaucoup plus important que celui rapporté officiellement par
l’armée américaine. Il découvre notamment une vidéo prise depuis un hélicoptère de l’armée où
des soldats américains tirent sur des civils désarmés. Il télécharge alors près de 400.000 câbles
diplomatiques, ainsi que des documents appelés « Afghanistan Logs » et « Irak Logs ». 
Lors d’une permission de 10 jours où il rentre à Washington, il tente de communiquer tous ces
documents à des grands journaux comme le Guardian ou le Washington Post. N’arrivant à entrer
en contact avec eux, il décide de transmettre ces informations au site Wikileaks dirigé par Julian
Assange. C’est ce dernier qui va rendre les publique. C’est un véritable séisme médiatique et di-
plomatique. 
L’armée américaine cherche alors à découvrir qui est la taupe qui a pu transmettre ces documents
à Wikileaks. 
Retourné en Irak, Bradley Manning débute un chat avec Adrian Lamo, célèbre hacker américain,
à qui il va confier qu’il est à l’origine des fuites. Ce dernier le dénonce. 
Débute alors un calvaire judiciaire et carcéral qui durera plus de sept années. 
Il est incarcéré dans une prison militaire au Koweït puis aux Etats-Unis où, placé à l’isolement, il
est victime de torture psychologique. 
ll est condamné en 2013 à 35 années de prison.
                                                 17
Le lendemain du verdict, par le biais de son avocat, il annonce son désir de changer de sexe et
demande à ce qu’on l’appelle Chelsea Manning. Elle demande à la justice de pouvoir entamer
un traitement hormonal. 
La suite de son incarcération est très chaotique. Suite à une tentative de suicide, elle est de nou-
veau placé à l’isolement total. 
Différentes associations tentent alors de faire pression sur l’administration Obama pour qu’il la
gracie. 
En janvier 2017, quelques jours avant la fin de son investiture, Obama commue sa peine de pri-
son mais ne la gracie pas.
Elle sort de prison le 17 mai 2017 et mène, depuis, un combat pour les droits des personnes
transgenres et contre la surveillance de masse. 
           Durant toute la première partie de la pièce, ce personnage est muet.
Ses seuls moyens d’expression passent par le biais du numérique : statuts Facebook, chats via
des sites de messagerie instantanée, compte Twitter...
Comme si la morale chrétienne de l’Amérique Puritaine et la politique du « Don’t ask, don’t
tell » (« Ne pas demander, ne pas révéler »), en vigueur de 1993 à 2010 dans l’armée américaine
au sujet de l’homosexualité, lui coupait littéralement la parole.
A sa sortie de prison, c’est par le biais de son compte Twitter que Bradley, dorénavant appelé
Chelsea suite à sa demande de changement de sexe, s’exprime principalement.
Néanmoins, on la verra à la fin de la pièce s’exprimer oralement lors d’émissions de télévision
ou lors de conférences.
Comme si l’accès à la parole ne lui était enfin possible que grâce à son changement d’identité
et de genre.
Dans la pièce, toutes ses paroles, qu’elles soient numériques ou orales, proviennent de docu-
ments réels.

                                                 18
CONTACTS :

                      Compagnie Vladimir Steyaert
                         7 rue Henri Barbusse
                         42000 Saint-Etienne
                       compagnie.vs@gmail.com

Artistique :
Vladimir Steyaert : vladimir.steyaert@gmail.com ; +33 (0)6 13 14 68 50
et +32 (0)470 55 35 99

Production/Diffusion :
Olivia Bussy, contact@lagds.fr ; +33 (0)6 71 72 77 71
La Gestion des Spectacles-Les 2 Bureaux, 42 rue Cesaria Evora, 75019
Paris

Pour le Théâtre National Wallonie-Bruxelles :
Valérie Martino, Directrice de Production & de Diffusion, conseillère pro-
grammation : vmartino@theatrenational.be ; +32 (0) 484 59 61 78

                                     19
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler