RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

Elevage p. 4 DLC Infos p. 8 Liste de gestion de l’exploitation Rendez-vous p. 24 Inscription Swiss Expo 9/2018 Revue de l’élevage de la Brune racebruneCH

RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

Le nouveau SmartCow 4.0: plus de données, plus de fonctions Optez pour la gestion numérique de votre troupeau avec Smart Cow 4.0! Vous disposez ainsi à tout moment des données concernant vos animaux: calendrier des chaleurs, fiche de performance, rapports de laboratoire, journal des traitements, aperçu de la descendance, n° d’identification, annonces BDTA et bien d’autres fonctions. Encore plus de données grâce au réseau de partenaires: VOTRE TROUPEAU EN UN COUP D’ŒIL. Dans l’App Store et sur Google Play Nouvelle version 4.0 Assemblee d’information 2018 Assemblée d’information 2018 L’assemblée d’information annuelle en Suisse romande aura lieu vendredi, 23 novembre à 13h00 au Restaurant des Casernes, 1436 Chamblon/Yverdon.

Informez-vous sur l’offre de taureaux pour la prochaine saison d’insémination. Cette année, Braunvieh Schweiz informera sur un large éventail de sujets: – Chiffres-clés 2016/2017 – Programme d’élevage 2017+ – EVE résistance aux mammites – nouveautés sur BrunaNet Différents prix attractifs seront tirés au sort parmi tous les participants.

RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

3 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Point de vue La DLC – un instrument précieux La description linéaire et classification (DLC), avec la saisie des données laitières, constitue l’un des tests de performance les plus importants pour la race Brune. Les exploitations affiliées aux nouveaux types de contrat «Bruna Data» et «Bruna Classic» ou les exploita- tions «Bruna Tradition» s’engagent à soumettre toutes les vaches à la DLC lors de leur première lactation. Cela garantit que les taureaux atteignent un résultat de testage significatif en ce qui concerne la morphologie par le moyen le plus rapide.

Pour l’estimation de la valeur d’élevage, la classification des critères individuels dans les valeurs biologiques extrêmes (numéros 1 à 9) est prioritaire, tandis que la grande majorité des éleveurs accordent plus d’attention aux cinq blocs notes: format, bassin, membres, pis, trayons ainsi que le nombre total des points. Même à l’ère de la sélection génomique, les données collectées dans le cadre de la DLC sont pertinentes pour l’estimations des valeurs d’élevage morphologiques des jeunes taureaux. Je considère qu’il est extrêmement judicieux de décrire et de classifier une vache en deuxième lactation ou en lactation suivante, car c’est la seule façon de prendre en compte son développement. Cela peut représenter une valeur ajoutée pour la vache et sa descendance, ainsi que pour l’éleveur.

Je suis convaincu que la DLC fera progresser notre précieuse race, d’autant plus que le système est entièrement axé sur la santé, la durée d’utilisation et la rentabilité de nos animaux de race Brune. De plus, les experts DLC accomplissent leur tâche avec un grand professionna- lisme. Josef Portmann Membre du comité Braunvieh Schweiz Elevage 4 La DLC au service de la race 6 Exigences différenciées, but commun Infos 8 Liste de gestion de l’exploitation 9 Renoncer au clonage 9 Révision du règlement d’exposition 10 SmartCow 4.0 12 Place du marché sur BrunaNet 13 La page de la direction 13 Commande du certificat 14 Sur les traces de la fièvre du lait 16 Mutation changement d’exploitant 17 Les Brunes du Pérou Portrait 18 Exploitation Kühne, Benken SG 20 Exploitation Lanfranchi, Viano GR 22 Eleveur et hôtelier à Zermatt Rendez-vous 24 Inscription Swiss Expo 26 Journée de promotion à Sermuz Dans l’édition allemande 18 Annonce d’emploi 29 Nouveaux jeunes taureaux 40 Vaches avec 100 000 kg de lait 43 Vaches avec 85 000 kg de lait 54 De nos régions 62 Calendrier des manifestations Couverture: SmartCow – la gestion mobile de votre troupeau – est désormais encore plus performante.

Image: Braunvieh Schweiz Braunvieh Schweiz Chamerstrasse 56, 6300 Zoug info@braunvieh.ch Sommaire

RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

4 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Elevage La description linéaire et classification est un contrôle de performance qui, selon le règlement du herd-book, est soumis à l’Ordonnance fédérale sur l’élevage des animaux. Les experts DLC de Braunvieh Schweiz apportent une contribution très importante au testage par la descen- dance des futurs taureaux avec une description et une classification correctes des vaches. Même à l’ère de la génomique, l’exactitude des estimations d’élevage génomiques et conventionnelles dépend de la précision de la collecte des données phénotypiques. Le travail de l’équipe DLC sert donc avant tout la race. Formation continue pour l’uniformisation La formation continue, l’optimisation et les contrôles sont d’une grande importance pour le travail profes- sionnel de la DLC. Pour les experts DLC, une formation de trois jours a lieu fin août, suivie d’une autre de deux jours à la mi-décembre. Le travail pratique est entrainé intensivement, établi un but d’uniformité et finale- ment défini avec un but commun! Outre la forma- tion professionnelle, l’accent est mis sur la formation continue dans le domaine des compétences sociales et personnelles. Une apparence amicale et confiante ainsi qu’une communication professionnelle sont une partie importante du travail de la DLC.

Ces journées de formation sont importantes, mais elles ne remplacent pas les différentes expériences acquises sur une tournée DLC! Contrôles pour un but commun Pour la formation individuelle des experts DLC, des inspections ont lieu avec des programmes de demi- journées et les tournées accompagnées sont sélec- tionnés au hasard. Les vaches avec des notes dites maximales (en particulier les notes globales, en partie aussi les notes de bloc) sont généralement soumises à une inspection. En tout, ce sont environ 400 vaches qui sont contrôlées par saison. De plus, chaque expert peut consulter en permanence les statistiques hebdomadaires de la DLC. Cette statis- tique indique si un caractère DLC particulier est consi- déré comme trop élevé, trop bas ou correct. En outre, l’expert DLC peut voir s’il utilise de manière optimale l’échelle des chiffres et des notes de classification (distribution). Ces évaluations statistiques ne sont pas adaptées à la vache, mais à la race. La description linéaire et classification au service de la race STEFAN HODEL, Braunvieh Schweiz La saison DLC 2018/2019 a commencé il y a environ deux mois. Au moment de commencer, à la fin août, l’équipe DLC a été équipée de nouveaux appareils (handheld et imprimante) et le système DLC a été mis à jour. Ces ajustements sont source d’efficacité au service de la race!

L’équipe DLC de Braunvieh Schweiz.

RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

5 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Elevage Nouveautés de la saison 2018/19 Au début de la saison, fin août, l’équipe DLC a été équipée de nouveaux appareils (handheld et impri- mante) et le système DLC a été mis à jour. Pour l’éleveur aussi, cela se traduit par quelques nouveautés: – Dans le système de calcul la moyenne et l’optimum ont été actualisés – L’échelle actuelle entre 65 et 89 points (pour primi- pares) est mieux exploitée. En raison de la plus grande distribution, les différences de classes sont également plus évidentes.

– Répartition des trayons postérieurs ➔ l’optimum se situe nouvellement à 4 – L’impression papier à la ferme comprendra toutes les vaches par race (y compris les mesures, les chiffres, les défauts) sur une seule feuille. – Le défaut de couleur «taches blanches» est réper- torié. Un défaut de couleur n’a aucune influence sur la note. – Le comportement lors de la traite (tempérament lors de la traite) est noté sur une échelle de 4 sur demande du propriétaire: ➔ très nerveuse & tape: 1 / nerveuse: 2 / calme: 3 / très calme: 4 – L’apparence de l’attache arrière du pis peut être saisie comme défaut: ➔ défaut 1 (sphérique: –1 point PIS) / défaut 2 (très sphérique: –2 points PIS) ➔ Ce caractère ne doit être saisi que s’il apparait clai- rement.

stefan.hodel@braunvieh.ch – La texture du pis peut être saisi selon le système du bonus-malus (selon le caractère expression dans le RA): ➔ pis souple et bien veiné (+1 point PIS) / pis en viande sans veines (–1 point PIS) ➔ Le caractère ne doit être saisi que s’il apparaît clai- rement. Expliquer la DLC aux éleveurs Chaque année au mois de mars, Braunvieh Schweiz organise un cours public dans lequel, entre autres, les travaux théoriques et pratiques de la DLC sont expliqués. De plus, l’équipe DLC a la possibilité lors de conférences et d’évènements d’informer les parti- cipants sur des sujets d’actualité. La prochaine occa- sion sera la journée de promotion de la race à Sermuz (3 novembre) et les deux manifestations d’automne «Braunvieh chez les gens» à Krummenau (9 novembre) et Altdorf (16 novembre).

Profitez de l’occasion et recevez des informations de première main! «Braunvieh chez les gens» sous le signe de la DLC ROMAN ZURFLUH, BRAUNVIEH SCHWEIZ La manifestation «Braunvieh chez les gens» aura lieu cet automne dans le canton d’Uri et dans celui de Saint-Gall. Nous sommes tout d’abord invités le vendredi 9 novembre chez la famille Tischhauser à Krummenau. Puis, la fa-mille Aschwanden à Altdorf ouvrira ses portes aux passionnés de la Brune le vendredi 16 novembre. Outre une visite d’exploitation, Stefan Hodel, l’expert en chef, présentera les nouveautés et les méthodes éprouvées dans la des-cription linéaire et la classification. Tous les détails se trouvent à la page 44 de l’édition allemande CHbraunvieh. Nouvelles

RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

6 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Elevage DLC: exigences différenciées malgré un but commun STEFAN HODEL, Braunvieh Schweiz La DLC n’est pas un «one man show», mais un système internationalement reconnu pour le testage de la descendance des taureaux en ce qui concerne leur morphologie. Même s’il existe des exigences différentes, l’objectif commun à tous les acteurs de la branche est d’obtenir une vache fonctionnelle, longévive et donc rentable.

Pour un développement professionnel et profitable de la DLC, un dialogue entre la fédération d’élevage, les éleveurs, les experts de la DLC, les Sire analystes et les fournisseurs de génétique est indispensable. A cette fin, diverses personnes ont été invitées à commenter l’importance, les bénéfices quotidiens et le potentiel d’optimisation de la DLC dans l’article ci-dessous. Beat Betschart – éleveur BV et expert DLC Pour moi, la DLC ne représente pas seulement une description linéaire et classification, mais aussi l’agri- culture, l’enthousiasme pour la Brune et le dévelop- pement de cette race. Au cours de mes trois saisons en tant qu’expert DLC j’ai beaucoup appris sur l’agri- culture et les différences régionales en Suisse. Des valeurs telles que la fierté professionnelle et la tradi- tion ont été remplacées dans certains domaines par les termes chiffre d’affaires et croissance économique. Grâce à notre travail, nous fournissons aux éleveurs des données importantes concernant le testage par la descendance. En fin de compte, nous sommes inté- ressés à trouver la vache la plus fonctionnelle et la plus économique dans tout système de production. Je suis convaincu qu’avec l’objectif d’élevage de Brau- nvieh Schweiz, nous pouvons continuer à promouvoir les forces de la race en termes de fitness, de teneurs et de morphologie. Chaque jour, c’est un grand plaisir de découvrir la Suisse et de décrire de superbes vaches. J’ai le souhait d’enregistrer chacune des 26 caractères aussi exactement que possible en fonction du but d’élevage donné et d’utiliser au mieux mes connaissances tech- niques dans ce domaine. Il est important pour moi que l’on puisse imaginer l’animal décrit comme un dessin et que les forces et les faiblesses soient clairement diffé- renciées selon les notes de classification. Les vaches hautement classifiées, qui occupent les premières places dans les expositions de bétail bovin, font battre mon cœur plus vite et confirment le travail compétent que l’équipe DLC accomplit. La qualité de notre travail ne doit pas seulement être mesurée par ces vaches, mais aussi par l’ensemble de la population, c’est-à- dire par les valeurs d’élevage morphologiques des taureaux! Le système DLC est actuellement très bien positionné et nous sommes convaincus que les valeurs optimum définies créent les meilleures conditions pour une vache Brune rentable. Mais nous devons à l’avenir continuer à être ouverts au dialogue, afin que les données DLC puissent être comprises et interprétées correctement par tous.

Felix Honegger – éleveur OB et président de la Fédération d’élevage OB La DLC est sujet à de nombreuses discussions et est de temps en temps trop évalué sur le plan émotionnel. Comme éleveur, j’estime la DLC est aussi évidente que le contrôle laitier mensuel. Avec le niveau de herd- book «Bruna Tradition», nos primipares (comme pour Bruna-Data et Bruna-Classic) sont automatiquement enregistrées pour la DLC avec la première pesée. De plus, presque toutes les vaches sont à nouveau décrites en troisième ou quatrième lactation. Il s’agit d’une valeur ajoutée pour moi en tant qu’éleveur de taureaux et pour la population en général. Je compare la DLC avec une journée de concours qui se déroule à la maison. Les vaches sont lavées la veille, traites à l’heure habituelle et présentées propres, attachées à une barre à l’extérieur. Cette journée est associée à des émotions et il peut arriver que les résultats escomptés ne se réalisent pas. Parfois, les caractères mesurés ne se situent pas dans le cadre idéal, ou l’expert DLC regarde la vache sous un angle différent (comparaison avec l’ensemble de la population). Ces faits sont humains et doivent souvent être acceptés comme le classement sur une place de concours. Cependant, il devrait y avoir encore assez de temps pour l’une ou l’autre discussion de nature objective. Du point de vue de l’élevage OB, je salue la nouvelle classification plus stricte des vaches, ainsi que la diffusion plus large des descriptions. Ces dernières années, certaines classifications ont été trop élevées. Bien que cela puisse paraître bien dans certains cas, cela déforme le diagramme à barres sur la morphologie des vaches et des taureaux. Le système

RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

7 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Elevage DLC est essentiellement bon. Toutefois, les compé- tences professionnelles et l’uniformité du jugement des experts doivent continuer à être enseignées et optimi- sées. Il est important pour moi, en tant qu’éleveur OB, que la taille et la musculature soient toujours considé- rées comme convaincantes. Pour l’avenir, j’espère que le chiffre optimal pour les caractéristiques «largeur et hauteur de l’arrière-pis» (aujourd’hui 9) ne se fera pas au détriment de la musculature. La Brune originale ne doit pas perdre cette carte maîtresse, mais la jouer! Urs Wichser, Génétique & Marketing Select Star Pour Select Star, ainsi que pour d’autres stations d’IA, la description linéaire et classification est l’une des bases les plus importantes pour obtenir des données correctes, de manière à accoupler judicieusement les mères de taureaux, de sélectionner les veaux mâles et de commercialiser les doses des semence produites.

Cela s’applique aussi bien aux jeunes taureaux géno- typés qu’aux géniteurs testés par la descendance. Les stations d’IA ont des exigences légèrement plus différenciées sur la DLC que la plupart des éleveurs. Pour les stations d’IA, les caractères individuels correc- tement décrits sont au moins aussi importants que les notes de classifications. Une vache dont la position des trayons à l’arrière est serrée doit aussi impérati- vement être décrite de cette manière. Car si trop de vaches avec ce caractère affichent un chiffre «erroné», la valeur d’élevage sera également affichée de manière «erronée». Malgré des exigences différentes pour la DLC, le développement positif de la race doit être au premier plan.

Ces dernières années, il a été constaté que l’échelle a été beaucoup mieux exploitée par les experts DLC, ce que nous saluons clairement. Aussi l’adaptation annuelle du système à la même note de la moyenne des primipares est d’une grande importance pour nous. Alors, à quoi ressemblera l’avenir? Les systèmes de traite automatique trouvent également de plus en plus leur place dans les étables suisses. Ces systèmes pourraient fournir une grande quantité de données précises, notamment sur la fonctionnalité du pis et le positionnement des trayons. A l’avenir, un box mobile équipé d’un très bon scanner, d’une balance et d’autres instruments de mesure pourraient soutenir les tâches de l’expert DLC. Est-ce de la science-fiction ou bientôt la réalité? Ce qui est certain, c’est que la numérisation ne s’arrêtera pas non plus devant la DLC!

Samuel Krähenbühl, chef d’équipe, développement de produits Swissgenetics La description linéaire et classification est la base de calcul des valeurs d’élevage morphologiques. Des valeurs d’élevage morphologiques aussi sûres que possible sont d’une importance multiple pour notre travail. Cela s’applique d’une part à la sélection géné- tique jusqu’à l’achat de taureaux. Nous attachons de l’importance à disposer de lignées d’élevage femelles fortes avec des valeurs d’élevage supérieures à la moyenne. Et cela non seulement pour les caractéris- tiques de performance, mais aussi pour les caracté- ristiques de type des mères de taureaux et de toute la lignée femelle des aïeux. Les taureaux de mères de taureaux, qui se situent en dessous de la moyenne dans le bloc morphologie, ne seront même pas achetés avec des valeurs d’élevage de haute performance. De plus, les valeurs d’élevage morphologiques sont également d’une grande importance pour la classification des taureaux testés par la descendance. Notre programme de race Brune est synonyme de taureaux complets, qui produisent aussi des taureaux supérieurs à la moyenne dans toutes les caractéristiques morphologiques. Pour ces raisons, la DLC restera au moins aussi importante à l’avenir qu’elle l’est aujourd’hui. Afin d’assurer la plus grande sécurité possible à l’ensemble du système de valeurs d’élevage, le plus grand nombre possible de vaches doit être décrit. D’autre part, la DLC doit être réalisée de la manière la plus uniforme et la plus précise possible par tous les experts DLC. Il y a toujours un potentiel d’optimisation. Il serait souhaitable que les vaches de race Brune soient également décrites plus uniformément à l’étranger. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut réduire les «accidents» fréquents constatés avec de nombreux animaux importés, qui s’accompagnent souvent de valeurs d’élevage très élevées, et qui ne se confirment pas lors du testage des filles. Le plus de données possibles et aussi précises que possible sont également d’une importance décisive pour l’amélio- ration des valeurs d’élevage génomiques. C’est seule- ment ainsi que l’on pourra «calibrer» l’ensemble du système. [6] Impressum Equipe rédactionelle Jörg Hähni, Betr. oek. HWV, (modération) Roman Zurfluh, administration Cécile Schabana-Meili, service sélection Madeleine Berweger, Qualitas Martin Rust, service sélection Ulrich Schläpfer, traductions, maquette Prix de l’abonnement Fr. 30.– par an, étranger Fr. 55.– Annonces industrie Simon Langenegger Ey 48, 3550 Langnau i. E. Tel. 079 568 49 58 E-mail: lasim-inserate@gmx.ch Annonces pour éleveurs Braunvieh Schweiz Inseratenverwaltung «CHbraunvieh» Chamerstrasse 56, 6300 Zoug Tel. 041 729 33 11, Fax 041 729 33 77 E-Mail: info@braunvieh.ch Délai des annonces 3 semaines avant la parution Tirage vendu 11924 certifié WEMF Imprimerie Multicolor Print AG Sihlbruggstrasse 105a, 6341 Baar Tel. 041 767 76 76, Fax 041 767 76 77 E-Mail: info@multicolorprint.ch Dates d’expédition 2018 1 mardi 30 janvier 2 mardi 27 février 3 lundi 26 mars 4 lundi 30 avril 5 mardi 5 juin 6 mardi 31 juilet 7 mardi 28 août 8 mardi 25 septembre 9 mardi 30 octobre 10 mardi 18 décembre

RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

8 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Infos Le concept de la liste a été lancé en 2004 et retravaillé en 2017; la liste vise à citer les exploitations qui combinent de manière optimale la production, la fécondité et la santé du pis du troupeau. Ces facteurs de production et de critères fonctionnels contribuent de manière considérable à la rentabilité d’une exploitation laitière. Conditions d’admission exigeantes Cette année 101 exploitations situées en plaine et 151 exploitations situées en région de montagne ont remplis les conditions exigeantes. Elles ont atteint des valeurs excellentes concernant la performance laitière, les teneurs en protéine, performance de vie, période de service ou cellules somatiques. C’est le mélange de ces valeurs qui fait la différence. De nombreuses exploitations échouent souvent à cause d’une seule valeur. La liste de gestion d’exploitation montre les exploitations qui combinent de manière optimale la production, la fécondité et la santé du pis de leur troupeau. 252 éleveurs sur la liste de gestion de l’exploitation CÉCILE SCHABANA-MEILI, Braunvieh Schweiz Cette année 252 exploitations ont trouvé leur place sur la liste de gestion de l’exploitation. Pour être inscrit sur la liste, les exploitations doivent atteindre des valeurs minimales ou maximales pour les caractéristiques du lait en kg et la teneur en protéine, la performance de vie, la période de service et le nombre de cellules somatiques.

Jusqu’à 14 fois de suite Cette année, 12 exploitations ont rempli au moins cinq fois de suite les exigences élevées. C’est une perfor- mance extraordinaire. Une exploitation a été distin- guée pour la 14e fois de suite. Il est particulièrement réjouissant qu’une exploitation de race Brune originale a obtenu pour la 6e fois de suite la distinction. Seules quelques vaches avec une mammite ou une fécondité réduite peuvent mener à ce que l’exploitation ne se trouve pas sur la liste. Les exploitations figurent par ordre alphabétique à la page 12 dans l’édition alle- mande.

Conditions d’admission à la liste gestion de l’exploitation Région Plaine Montagne Nombre de clôtures au min. 10 clôtures avec au min. 250 jours de lactation Performance laitière au min. 7500 kg au min. 6700 kg Protéine au min. 3.4% au min. 3.3% Performance de vie au min. 26 000 kg au min. 24 000 kg Période de service au max. 110 jours avec 7500–8499 kg au max. 110 jours avec 6700-8499 kg au max. 120 jours avec 8500–9499 kg au max. 120 jours avec 8500–9499 kg au max.130 jours dès 9500 kg au max. 130 jours dès 9500 kg Cellules somatiques au max. 100 000/ml au max. 100 000/ml Exploitations inscrites au minimum 5 fois de suite sur la liste 14 x de suite sur la liste Willi Vogt, Lindenhof, Güttingen TG 13 x de suite sur la liste Peter Kälin, Egochs, Etzel 10, Egg SZ 12 x de suite sur la liste Erwin + Armin Niederberger, Ruchgmeind, Unterägeri ZG 10 x de suite sur la liste Adrian-Georg Sager, Uesslingerstr. 4, Buch b. Frauenfeld TG Hans-Ruedi Tanner, Hegi, Neukirch (Egnach) TG 8 x de suite sur la liste Hans Frischknecht, Urnäscherstr. 83, Waldstatt AR 7 x de suite sur la liste Arnold Schatt-Lacher, Bleikenstrasse 1, Feusisberg SZ 6 x de suite sur la liste Fredy Frank-Dinkel, Grossbiel, Ennetbürgen NW 5 x de suite sur la liste Emil Breitenmoser-Frick, Schluch 261, Andwil SG Thomas Hinnen, Zorn 1, Wilen (Gottshausen) TG Aldo Gianella-Gwerder, Steinerstr. 36, Schwyz SZ Peter Ammann, Laad 845, Wattwil SG Valeurs moyennes de pointe selon la région Région Plaine Montagne Nb. de clôtures 32 22 Performance laitière 8863 kg de lait 7863 kg de lait Protéine 3.53 % 3.47 % Performance de vie 31154 kg de lait 27 666 kg de lait Période de service 106 jours 98 jours Nb. de cellules somatiques 74 000/ml 68 000/ml

RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

9 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Infos L’Union Suisse des Paysans et la CTEBS ne souhaitent pas que de la génétique d’animaux issus de clones ou de descendants de clones soit utilisée en Suisse. L’agriculture suisse se positionne sur le marché comme un secteur proche de la nature et les consommateurs suisses sont très sceptiques à l’égard du clonage. Le lait et la viande suisse bénéficient d’une bonne image auprès de la population, et il est important d’en tenir compte. La crédibilité est essentielle pour la commer- cialisation de nos produits.

En Amérique du Nord, les animaux clonés et leur descendance sont légion. Des solutions concernant la génétique de clonage ont été élaborées en colla- boration avec la branche (PSL, fédérations d’élevage, Swissgenetics et Select Star). L’importation de géné- tique issue d’animaux clonés et de leur descendance doit être interdite moyennant une adaptation du règle- ment AQ Viande Suisse. Les détenteurs d’animaux qui produisent de la viande dans le cadre du programme AQ Viande Suisse et de la marque d’origine SUISSE GARANTIE ne pourront à l’avenir plus utiliser de la génétique d’animaux clonés et de leur descen- dance (première et deuxième génération) ou élever des animaux clonés. L’adaptation du règlement AQ Viande Suisse devra être réalisée au 1er janvier 2019.

Les détenteurs d’animaux qui enfreignent ces règles seront sanctionnés. Les fournisseurs suisses de géné- tique doivent confirmer la conformité au règlement. Les fournisseurs de Swissgenetics et Select Star doivent ainsi attester que leurs doses de semence ne sont pas issues de clones ni de descendants de clones de première ou de deuxième génération. Les fournisseurs suisses de génétique ont intégré cette exigence dans leurs conditions générales de vente.

Renoncer au clonage pour renforcer la crédibilité MARTIN RUFER, Union Suisse des Paysans Le comité de la Communauté de travail des éleveurs bovins suisses (CTEBS) a adopté la révision du règle- ment d’exposition. L’objectif principal de cette révision est d’améliorer encore le bien-être des animaux lors des expositions, en tenant compte des expériences acquises lors de l’année en cours avec la première utilisation généralisée des contrôles par ultrason. Les éléments clés sont l’extension et le renforcement des contrôles à l’entrée du ring, l’interdiction explicite des traitements médicaux prophylactiques et l’interdiction de vidange partielle du pis.

En plus de l’introduction des contrôles par ultrason décidée en 2017, le contrôle à l’entrée du ring deviendra l’élément central de la surveillance. Chaque vache sera examinée sur la base de critères visuels avant l’entrée dans le ring par des personnes de contrôle spécifique- ment formées, de manière à déterminer si l’animal peut entrer dans le ring ou s’il doit être renvoyé. Si néces- saire, ce contrôle se basera sur un examen par ultrason. Conformément aux retours des comités de Holstein Switzerland, de Braunvieh Schweiz et de swissherd- book, la CTEBS maintient l’autorisation d’utilisation du collodion. Les contrôles rigoureux nouvellement mis en place permettront d’exclure efficacement les pis trop pleins et donc de prévenir les manquements au bien- être animal.

Révision du règlement d’exposition CTEBS, Zollikofen Marché-concours de taureaux à Sargans le samedi 8 décembre ADRIAN ANNEN, BRAUNVIEH SCHWEIZ Le 75e marché-concours de taureaux d’hiver aura lieu cette année le samedi 8 décembre à Sargans. Une fois de plus, les points culminants s’enchaîneront sous un même toit: marché de taureaux, vente aux enchères et groupes de descendance. L’exposition ouvrira ses portes à 9.00 heures aux éleveurs et visiteurs et les taureaux seront publique- ment pointés et classés.

Une bonne trentaine de génisses et de jeunes vaches seront proposées à la vente. L’Association des détenteurs de taureaux présentera des groupes de descendance Nouvelles Pour la première fois cette année, le pointage et le classement seront commentés publiquement.

RacebruneCH - Braunvieh Schweiz

10 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Infos SmartCow 4.0 soutient l’éleveur moderne dans son travail quotidien dans l’étable. Chaque agriculteur avec un login Agate peut utiliser cette application. Les avan- tages pour l’utilisateur sont les suivants: les données de tous les animaux sont toujours à portée de main, une gestion plus efficace du troupeau, une plus grande rentabilité, une optimisation de la gestion de l’exploita- tion et une simplification administrative grâce à la saisie des données dans l’étable.

Smartcow 4.0 est une gestion mobile du troupeau SmartCow 4.0 est une application commune à Swiss- genetics et aux organisations d’élevage Braunvieh Schweiz, swissherdbook et Vache mère Suisse. Elle regroupe en une seule application gratuite le calen- drier électronique des chaleurs, les fonctionnalités BDTA et les fonctionnalités de la fédération d’élevage. SmartCow permet ainsi au détenteur du bétail d’avoir directement chez l’animal une gestion mobile et effi- cace du troupeau qui correspond au but d’élevage. L’application peut être téléchargée gratuitement sur l’App Store d’Apple ou sur Google Play d’Android. Les fonctionnalités actuelles sont énumérées dans l’en- cadré ci-dessous. D’autres modules seront continuel- lement développés, également destinés aux détenteurs de vaches allaitantes. Avec le lancement de SmartCow 4.0, les anciennes applications BrunaNet mobile et redonline mobile seront abandonnées. SmartCow 4.0: Le troupeau en un coup d’œil! JÖRG HÄHNI, Braunvieh Schweiz SmartCow, l’application pour les éleveurs de bétail, est désormais plus performante encore: enregistrer des données sanitaires ou lire les données individuelles des animaux à partir des feuilles de performances, des inséminations ou des contrôles laitiers. Chaque agriculteur avec un login Agate peut utiliser cette application.

11 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Infos Nouveautés Journal des traitements: – saisir / muter l’administration de médicaments – saisir / muter le diagnostic – saisir / muter le traitement Affichage de la feuille des performances: – avec données sur les performances laitières et la description linéaire DLC Numéro courant: – affichage et mutation possible Inséminations / saillies: – affichage élargi de toutes les données d’insémination et de saillies Descendants: – affichage de tous les descendants avec ascendance Rapport de laboratoire: – affichage des 11 derniers contrôles laitiers Naissance de mort-nés: – peut être saisi nouvellement de manière mobile (et les données sont transmises à la BDTA) Captures d’écran de la page d’accueil de SmartCow sur le smartphone ainsi que la liste des animaux, l’aperçu de l’animal individuel avec les détails sur l’animal, le calendrier des chaleurs etc. jusqu’aux données médicales.

Garder un œil sur chaque animal de façon mobile Chaque éleveur peut se connecter à l’application avec ses données de connexion Agate. Il suffit d’entrer le numéro BDTA et c’est parti! Avec l’application sur le Smartphone, l’agriculteur a l’étable dans sa poche; les données pour la gestion du troupeau sont toujours à disposition. Téléchargez donc SmartCow 4.0 dès aujourd’hui et profitez-en tous les jours

12 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Infos La place du marché a fait peau neuve il y a environ une année. Certaines améliorations ont été apportées pour accroître l’attrait des offres. Cela est également confirmé par les éleveurs qui utilisent régulièrement et avec succès la place du marché. Un an s’est écoulé depuis le rafraichissement de la place du marché. Maintenant, les premières statis- tiques peuvent être analysées. Le bilan est très positf. Plus de 12 fois plus de demandes de recherche ont été reçues sur la place du marché au cours de cette année. En moyenne, cela représente près de 8000 demandes de recherche par mois. Le nombre d’offres a égale- ment plus que doublé. Le nombre moyen d’animaux proposés par mois était d’environ 250. Chaque mois, environ 150 nouvelles offres sont mises en ligne sur la place du marché. Près de 20% de toutes les nouvelles offres concernent la BO. La sélection des cantons dans lesquels la recherche est effectuée a été davantage simplifiée. La plupart des offres proviennent du canton de Saint-Gall, suivi de Lucerne et de Thurgovie. Avis des éleveurs Fabian Kempf, éleveur OB et BS de Schwarzenberg LU, utilise régulièrement la place du marché. «Surtout avec l’OB, c’est une très bonne plateforme pour acheter ou vendre des animaux,» explique Kempf.

Ueli Koller de Teufen AR est également convaincu par cette nouvelle solution. «Avec la place du marché, je m’épargne de passer par le commerçant. Les acheteurs et les vendeurs en profitent». Les images rendent les offres plus attrayantes Attirer l’attention sur son offre: voilà l’objectif de tout annonceur. La façon la plus simple est de télécharger des photos. Montrez donc les avantages de vos animaux sur un maximum de quatre photos. Fabian Kempf met généralement des photos des animaux qu’il vend sur la place du marché. «Dans la plupart des cas, les photos sont envoyées avant l’achat. Cependant, il est très utile d’attirer l’attention des acheteurs potentiels sur l’offre.» Utiliser les notifications Push Vous souhaitez acheter un animal et avez une idée précise des conditions que l’animal devrait remplir pour votre exploitation? En utilisant les notifications Push sur votre adresse e-mail, vous n’avez pas besoin de passer du temps à chercher le meilleur animal et vous gagnez beaucoup de temps. Vous pouvez saisir vos critères de sélection et recevoir une notification dès qu’une offre correspondant à vos critères est enregistrée. De plus, vous avez un coup d’avance sur d’autres acheteurs potentiels. Actuellement, 130 exploitations utilisent ce service. L’un d’eux est Ueli Koller. «Les notifications Push sur mon e-mail me permettent d’être toujours au courant de ce qui se passe dans ma région.» Depuis son rafraichis- sement, la place du marché en ligne est un outil recherché sur le marché.

Place du marché: 12 fois plus de recherches ROMAN ZURFLUH, Braunvieh Schweiz Depuis que la nouvelle place du marché est en ligne, le nombre de demandes de recherche a multiplié. Nombre de demandes de recherche sept. 17 – sept. 18 674 7552 8213 8532 9195 8740 9533 7780 7766 6149 6531 7947 7600 Sept. Oct. Nov. Déc. Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Jui. Août Sept.

13 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Infos La page de la direction Smart Cow 4.0: Le projet Réseau de données porte ses premiers fruits LUCAS CASANOVA, directeur Depuis le 1er janvier 2011, notre filiale Qualitas SA fournit des prestations informatiques à Braunvieh Schweiz et à swissherdbook. Plus tard, Vache mère Suisse, la Fédération suisse de l’élevage ovin, la Fédé- ration suisse d’élevage caprin, les Brebis laitières et, récemment, SUISAG ont rejoint Qualitas avec le portail santé. Cette collaboration nous a permis de réduire considérablement nos coûts informatiques, malgré l’expansion de nos systèmes.

Braunvieh Schweiz a été la première fédération d’éle- vage en Suisse à introduire en 1997 une solution Internet conçue sur une base de données, BrunaNet. Ce projet pionnier a ensuite été copié et est devenu la norme dans ce secteur. Bien plus tard, nous avons introduit BrunaNet mobile pour le Smartphone. Il a vite été évident qu’il n’était pas judicieux que chaque fédé- ration d’élevage développe les mêmes fonctionnalités à travers ses propres applications coûteuses. C’est ce constat qui a mené au lancement du projet du Réseau de données. Dans le cadre d’un accord-cadre, toutes les fédérations d’élevage de bétail bovin, Swissgene- tics, Qualitas SA, Identitas SA et l’Association pour la santé des ruminants se sont engagées à contribuer à un élevage de bétail de rente rentable, tout en simpli- fiant l’utilisation des données animales. L’objectif est d’alléger la charge de travail administrative des clients et d’éviter les doubles emplois, par exemple dans la saisie des données. Le mot d’ordre ici est : saisir une fois, utiliser plusieurs fois.

Avec l’introduction de la nouvelle application Smartcow 4.0, les organisations participantes, Braunvieh Schweiz, swissherdbook, Swissgenetics et Vache mère Suisse, ont uni leurs forces pour trouver une solution uniforme. Elle est présentée en détail dans ce numéro de racebru- neCH. Cela permet de récolter les premiers fruits du projet Réseau de données. Malheureusement, le prochain fruit, l’interface pour les données sanitaires des programmes vétérinaires, n’est pas encore mûr. Ce projet nécessite plus de temps que prévu en raison de la coordination nécessaire avec le projet fédéral «Système d’information sur la consom- mation d’antibiotiques». Toutefois, nous partons du principe que l’interface pourra être mise en place à l’automne 2019 et qu’elle conduira à une simplification administrative de la collecte des données sanitaires. De nouvelles interfaces utilisateur seront disponibles sur le site Web de la BDTA à partir de fin novembre. Lors de l’annonce de la naissance d’un veau, l’éleveur devra désormais indiquer s’il souhaite ou non commander un certificat d’ascendance par un clique. Actuellement, la case dévolue à la commande du certificat est automa- tiquement cochée et doit être retirée si aucun certificat n’est à imprimer pour l’animal.

Des changements sur la BDTA sont probables lors de la commande de documents pour les veaux à partir de fin novembre. Commande du certificat à travers la BDTA CÉCILE SCHABANA-MEILI, Braunvieh Schweiz

14 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Infos Au moment du vêlage, il y a une baisse de la teneur en calcium (Ca) et en phosphore (P) dans le sang. En vêlant, les vaches sont confrontées à un énorme besoin en calcium et en phosphore. Le veau en croissance a besoin d’environ 2 à 10 g de Ca et 3 à 6 g de P par jour. Le besoin en Ca et P change considérablement avec la montée du lait. 2.3 g de Ca et 1 g de P sont nécessaires par litre de colostrum; la vache a donc déjà épuisé ses réserves après les 10 premiers kg de colostrum. La vache doit être préparée à ce changement, car plus elle vieillit et plus elle a de lactations, plus il lui est difficile d’augmenter son métabolisme afin de mobi- liser suffisamment de Ca / P à partir de ses réserves osseuses. En conséquence, le niveau de calcium dans le sang chute et l’hypocalcémie se développe. Formes de fièvre du lait En cas d’hypocalcémie clinique, les muscles sque- lettiques deviennent incapables de fonctionner, ce qui entraîne une parésie post partum et des troubles circulatoires. Les vaches atteintes présentent des symp- tômes visibles tels que des températures basses et des extrémités froides.

Si ces symptômes ne sont pas traités, ces signes peuvent entraîner la mort dans les 10 à 24 heures. Agir vite est donc essentiel pour la survie de l’animal, car le vétérinaire doit commencer une thérapie immédiate avec une perfusion, afin d’apporter le calcium directe- ment dans le sang. La forme subclinique de l’hypocalcémie est beaucoup plus fréquente est se présente sans conséquences visibles, ce qui entraîne des problèmes d’effectif considérables. Comme la carence en Ca/P n’est pas aussi prononcée que sous la forme aiguë, la vache ne présente pas de parésie post partum, mais elle ne devient pas vraiment «active» après le vêlage. Si cette maladie n’est pas reconnue, cette forme d’hypocal- cémie rend difficile le début de lactation pour la vache et favorise les maladies secondaires telles que vêlages difficiles, rétention placentaire et fécondité diminuée. On estime que, selon l’exploitation, 20 à 50% des vaches ayant vêlé plusieurs fois sont atteintes de fièvre du lait subclinique. Cette forme de fièvre du lait est très dangereuse et entraîne des coûts beaucoup plus élevés pour l’exploitation que la forme aiguë.

Mesures de prévention La prophylaxie de la fièvre du lait est principalement réalisée par la mise en place de rations pendant la période de tarissement, l’administration de vitamine D3 et l’administration de calcium et de phosphore par voie orale. Limiter l’apport en calcium Lors de l’alimentation des vaches avant le vêlage, il faut veiller à réduire l’apport en calcium à moins de 40 g par animal et par jour. Il en résulte une légère carence en calcium et le métabolisme s’adapte à la mobilisation du calcium de l’organisme entier.

Un vêlage bien préparé prévient encore aujourd’hui des maladies, réduit les coûts médicaux et apporte des avantages économiques. Sur les traces de la fièvre du lait ANNA DITTLI, Swissgenetics et Casa Verde La fièvre du lait (hypocalcémie) reste toujours d’actualité. Avec une alimentation moderne des vaches taries et des compléments alimentaires oraux de calcium et de phosphore, l’apparition de la fièvre du lait peut être évitée de manière efficace. Les coûts de la prophylaxie sont compensés par les avantages économiques, car l’apparition de maladies associées telles que les vêlages difficiles, les mammites, l’acétone, etc. est réduite et on peut s’attendre à une augmentation du rendement laitier.

15 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Infos CH 120.1347.6649.7 WEF ARF SDF SMF B2F Heller Edwin, Willisau geb: 08.03.17 P: 2-2-2/82 KK: AA BV18/GA 08.18 GZW 1348 MIW 133 FIW 100 WZW 114 Leistung ZW Milch (49%) +778 F kg/% +40 +0.12 E kg/% +43 +0.22 Pers. 103 Fitness ZZ 117 MBK 106 FBK 94 ND 103 Exterieur GN 115 Ra 112 Be 104 Fu 115 Eu 119 Heller BS Assay ASHVILLE ASSAY-ET Schärz BS Vigor ANIBAL-ET Payssli-ET QUALI II Ø 2L 9609 kg 3.80% 3.62% LBE DE 88 86 84 89 VG87 LL 26 430 kg 4.00% 3.78% Heller BS Etienne ETERNA LBE 78-83-84/84-84/82 1.L Ø 1L 305 8610 kg 4.20% 3.84% 109 LP Heller BS Einstein ETIENNE Heller BS Vigor VIROLA-ET Ø 3L 9535 kg 4.18% 3.62% 107 LP LBE 85-81-87/88-88/86 2.L LL 38 731 kg 4.16% 3.60% Verfügbar ab 9. November 2018 18.– / 45.– Bild: KeLeKi Vitamine D3 Une injection de vitamine D3 une semaine avant le vêlage améliore la disponibilité du calcium. Pour ce faire, la date de naissance doit être connue le plus précisément possible, car l’injection perd son effet en cas d’administration d’une nouvelle dose. Administration orale de calcium et de phosphore De nombreuses exploitations utilisent des complé- ments oraux de calcium et de phosphore à la naissance du veau pour prévenir ou traiter efficacement la fièvre du lait subclinique. Différents produits sont proposés pour ce complément oral.

Dans la pratique, l’apport de calcium et de phosphore sous forme de bolus s’est établi. La libération continue du bolus entraîne une concentration stable et durable de calcium et de phosphore dans le sang. Elle se situe en-dessus de la limite de la fièvre du lait subclinique. Dans un premier temps, l’apport de calcium et de phos- phore sous forme de bolus entraîne des coûts, mais il est rentable. Les pertes économiques dues à l’hypocal- cémie peuvent être réduites par une prévention ciblée. Perfusion de calcium Dans les cas cliniques, la perfusion intraveineuse de calcium par le vétérinaire est nécessaire et vitale. Elle provoque une augmentation considérable et immé- diate de la concentration de calcium dans le sang. [20] Causes de la parésie post partum Prophylaxie de calcium et de phosphore Les jeunes taureaux actuels sont publiés à la page 29 de l’édition en langue allemande. Manque de Ca Manque de Ca + P Manque de P Manque de Mg Ca + P dans les normes Prophylaxie Troubles de la reproduction Carence énergétique Manque de calcium/ phosphore Fièvre du lait Perte d’appétit

16 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Infos Braunvieh Schweiz ist eine moderne Dienstleistungsorganisation mit Geschäftssitz an zentraler Lage in Zug. Wir suchen zur Verstärkung unseres Teams ab nächstmöglichem Zeitpunkt eine/einen Projektmitarbeiter/in Fachbereich Zucht 50–100% Als Projektmitarbeiter/in Fachbereich Zucht sind Sie direkt dem Fachbereichsleiter unterstellt und arbeiten eng mit den Ressortleitern zusammen. Zu Ihren Tätigkeiten zählen neben der Bearbeitung von Projekten das Erstellen von Auswer­ tungen, die Mitarbeit im Redaktionsteam unserer Zeitschrift «CHbraunvieh», die Bearbeitung von genetischen Markern, die Betreuung von Rassenförderprogrammen und die Mitwirkung an Vortragstagungen. Stellvertretend nehmen Sie eine Führungsfunktion im Team Leistungsprüfungen und Herdebuch ein.

Ihr Profil sieht idealerweise wie folgt aus: • Agronom/in ETH oder FH oder gleichwertige Ausbildung • Gute Fachkompetenzen im Bereich Nutztier­ wissenschaften insbesondere Rindviehzucht • Erfahrung in Projektarbeit erwünscht • Begeisterung für die Braunviehzucht • Idealalter 25 bis 40 Jahre Wir bieten: • Interessante, anspruchsvolle und abwechslungsreiche Ne manquez pas l’annonce d’emploi à la page 18 de l’édition allemande CHbraunvieh. Formulaire de mutation Il s’agit de: Remise d’exploitation à l’intérieur de la famille (même numéro d’exploitation) Constitution d’une communauté de générations (même numéro d’exploitation) Remise d’exploitation à une tierce personne (nouveau numéro d‘exploitation) Regroupement / constitution d’une CE, CPE, CTA etc. (nouveau numéro d‘exploitation) Démission de Braunvieh Schweiz (motif: ) Ancien numéro d‘exploitation: Ancienne dénomination de l‘exploitation: Nouvelle adresse valable dès: Nom Prénom Dénomination Adresse NPA/lieu: Tél. Mobile E-mail En cas de démission ou remise d‘exploitation La personne se retirant souhaite-t-elle toujours s’abonner à racebruneCH (Frs 30.– / an)? Oui Non La nouvelle personne, souhaite-t-elle les mêmes services que la personne se retirant? Oui Non, modifications: En cas de remise à une tierce personne, constitution d’une CE, CPE, CTA etc. Contacter: Nom: Tél.: Signature Lieu, date: Signature: Mutation changement d’exploitant Remise d’exploitation, constitution d’une communauté d’exploitation, cessation d’activité agricole etc. Vers la fin d’année, les mutations de ce genre sont nombreuses. Nous vous prions de ne pas oublier d’en informer Braunvieh Schweiz. A cet effet, veuillez s.v.p. remplir le formulaire ci-dessous et l’envoyer à Braunvieh Schweiz, Chamerstrasse 56, 6300 Zoug.

17 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Olivier BULOT fut invité à juger le concours régional Brune de FEGASUR du 6 au 10 juin dernier. Le concours: une véritable passion pour la Brune Dès la 1ère section, la passion pour l’élevage et la Brune est palpable. De grandes sections jusqu’à 20 têtes défilent parfaitement la tête haute et le dos rectiligne, les meneurs sont très concentrés, les animaux tondus et bien préparés. Les Brunes du Pérou présentent un excellent type, de très bonnes lignes de dos, des membres très nets et solides. L’influence nord-améri- caine se ressent évidemment dans le type laitier. Chez les vaches en lactation, on retrouve les mêmes qualités de squelette. En mamelle, on voit davantage d’hétérogénéité, c’est le poste à améliorer en priorité au Pérou. Mais il faut relativiser: la moitié des élevages traient encore à la main, la conformation de la mamelle n’était pas jusque-là un objectif prioritaire. Le concours fut aussi l’occasion d’expliquer l’orien- tation de la Brune européenne, définie à travers les harmonisations des juges européens. Par exemple, le jugement des primipares accorde de l’importance à la mamelle qui doit être bien attachée et très haute. Une gagnante primipare doit ressembler à une jeune vache. Ce qui n’est pas dans les habitudes au Pérou où on privilégie les primipares avec beaucoup de format mais beaucoup trop de volume de mamelle pour avoir une bonne longévité.

Des conditions extrêmes pour le lait Le 2e jour était consacré à la visite d’élevages. En juin, c’est l’hiver et la saison sèche au Pérou, et la nuit les températures sont en dessous de 0°C! La pluviométrie reste très faible dans cette région, de 300 à 400 mm par an. Dans le premier élevage visité, le propriétaire souhaite passer de 20 vaches actuellement à plus de 100. L’éle- veur de race Brune engagé est aussi enseignant à l’université. La stabulation est sur logettes, il y a une petite salle de traite avec un pot trayeur avec moteur thermique.

Les vaches sont au pâturage à base de graminées et de luzerne. L’hiver elles ont aussi de l’ensilage d’avoine. Les vaches reçoivent un peu de concentré à chaque traite: le troupeau produit 18 à 20 litres, les meilleures vaches dépassent les 30 litres. Mais la moyenne natio- nale est plutôt de 8 à 10 litres par jour. Un des problèmes majeurs rencontrés est le mal de l’altitude: environ 1 veau sur 8 ne s’acclimate pas et ne pourra pas être élevé. Pour cette raison, les choix de taureaux doivent se concentrer sur la largeur au poitrail. La génétique européenne sera un plus pour varier les origines jusque-là uniquement américaines. Aujourd’hui on compte environ 900 000 femelles Brunes dans le pays, ce qui la place en tête de toutes les races. L’insémination artificielle est assez répandue au Pérou. L’importation de semence se fait surtout des USA et depuis un an, la génétique européenne est désormais accessible au Pérou.

La Brune, reine de l’Altiplano OLIVER BULOT, directeur de BGS Si on doit citer un pays phare de la Brune dans le monde, le Pérou doit faire partie de la top liste. Au bord du lac Titicaca, à plus de 3800 mètres d’altitude, on ne voit que des Brunes partout dans les pâtures. La Brune y démontre sa formidable adaptabilité.

18 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Elevage Portrait Vers l’avenir avec différentes branches d’activité ANDREAS KOCHER, Braunvieh Schweiz Le Klettenhof, qui se trouve sur Benkener est, comme de coutume dans cette région, une ancienne exploita- tion de la commune. Les exploitants ont pu acquérir ce bâtiment en droit de superficie il y a une vingtaine d’années seulement. Beaucoup de choses ont changé depuis. Cependant, la philosophie de base de la famille Kühne est restée la même au fil du temps. «Il est important de se concentrer sur ses forces et de ne pas essayer de suivre chaque nouvelle tendance», explique le maître agriculteur qui forme un apprenti chaque année.

Les chevaux de pension demandent beaucoup de travail Le fil rouge du Klettenhof est constitué par le trou- peau de race Brune de 60 pièces et par les chevaux en pension, qui sont détenus sur cette exploitation depuis des générations. Les chevaux en pension ont un rôle de plus en plus important en tant que soutien finan- cier. Toutefois, leurs besoins augmentent également. «Beaucoup de propriétaires de chevaux ont totalement humanisé leurs animaux.» La physiothérapie, l’acu- puncture, la psychologie animale, etc., font partie de la vie quotidienne. L’effort quotidien, à savoir donner du fourrage spécial, nettoyer les box 3 fois par jour, les amener sur le pâturage et aller les chercher, prend autant de temps que les soins apportés aux 60 vaches laitières.

Normalement, Walter, le père qui est un énorme soutien à la ferme, est responsable des chevaux. Cependant, comme il a eu un grave accident en janvier, l’épouse du frère de Peter, qui est aussi son partenaire commercial, aide. Avec l’aide du seul apprenti, il serait impossible de bien gérer tout le travail à la ferme. Et il est important d’atteindre un haut niveau d’efficacité et de qualité de travail dans tous les domaines. «Si on ne les atteint pas, on perd le plaisir au travail et le rendement déjà petit disparaît.» Et pourtant, les Kühne aiment ce qu’ils Peter Kühne mise sur la polyvalence. Le Klettenhof héberge 20 chevaux en pension et 60 vaches. Depuis peu, Peter et son frère Beat ont commencé à proposer divers services liés à l’épandage du lisier.

Le transporteur de lisier construit par les exploitants eux-mêmes. Il aspire 22m3 de lisier en 5 minutes.

19 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Elevage Portrait font. C’est pourquoi ils ont récemment investi dans la branche d’exploitation équestre. Depuis peu, des boxes de 15 m2 avec aire de sortie sont disponibles. Ce sont aussi les boxes les plus populaires parmi les pensionnaires. Potentiel de marché pour l’épandage de lisier Une nouvelle branche d’activité est l’épandage et le transport de lisier avec un camion qui a été converti à cette fin par les exploitants eux-mêmes. La pompe centrifuge, fixée au réservoir, remplit le réservoir de 22 m3 en seulement 5 minutes. «Il était très difficile de trouver un véhicule approprié, car il fallait 170 chevaux- vapeur sur la boîte à vitesses auxiliaire pour alimenter cette pompe.» Avec son frère Beat, qui travaille à 100% comme mécanicien, ce véhicule a été recons- truit avec beaucoup d’effort durant de nombreux soirs, pour qu’il puisse aspirer le purin de chaque fosse avec une énorme puissance.

Grâce à une mallette très bien équipée avec GPS et contrôle de quantité sur l’épandeuse de 12 m de large, il est également possible de travailler avec précision. Peter et Beat apportent jusqu’à 130 m3 par heure sur un champ avec les tuyaux de 90 mm de diamètre. Elevage de bétail «Ace Almia est mon but d’élevage». Cette vache d’ex- ception allie performance, bonnes teneurs et cellules somatiques, longévité et une excellente morphologie, avec plus de 121 000 kg de lait produit. Dans une excel- lente région d’alimentation, la race est constamment sous pression. Peter compare méticuleusement tous les chiffres de performance et de gestion avec ceux de ses voisins. Son ambition d’être l’un des meilleurs le pousse toujours en avant. Un regard critique est donc très important. «Si mes vaches donnent beaucoup de lait, elles sont aussi au top de leur forme», explique l’éleveur qui insémine son cheptel. Dans l’élevage, Peter accorde de l’importance à l’objectif de pouvoir, à moyen terme, porter le pire tiers de son effectif au niveau des meilleures vaches. Parmi les meilleures se trouvent par exemple, Zaster Zymba, qui affiche une PM de 15 393 kg de lait et qui a déjà produit plus de 92 500 kg de lait au cours de sa 7e lactation. Avec une performance laitière de 26.4 kg par jour de vie, elle est l’une des meilleures en Suisse.

Le passionné de la race Brune a déjà répondu trois fois aux exigences élevées de la liste de gestion d’exploi- tation. «Et ce durant les années avec le plus de lait», ajoute-t-il. L’échange entre collègues et la participation à des concours régionaux sont donc d’une importance capitale pour l’éleveur passionné. «Vous ne voyez plus vos collègues aussi souvent qu’avant. Par conséquent, de tels événements sont extrêmement importants pour la cohésion.» Profil de l’exploitation Peter Kühne, Klettenhof 6, 8717 Benken SG Situation 410 m d’altitude; Pluviométrie 1600 mm (en moyenne) Exploitation 33 ha SAU, 5 ha paille, 5 ha maïs, 1 ha mélange (blé fourrager, orge, pois protéagineux, féveroles), 1.5 ha prairie pour chevaux Cheptel 60 vaches, 45 jeune bétail (sous contrat d’élevage) Lait 500 000 kg à Züger Frischkäse AG; Ø prix du lait 62 centimes Affouragement 40% ensilage de maïs, 40% ensilage d’herbe, 3% mélange, 17% foin (2e –4e coupe), 2 kg orge/maïs, 2 kg soja/colza (70/30) Ø exploitation 44 vaches, 9259 kg de lait; 4.11% MG; 3.54% Protéines Stabulation depuis 2009 stabulation libre à couchettes Branches Pension de chevaux (20 chevaux en pension); épandage de lisier et transport Main d’œuvre Peter Kühne, 1 apprenti, le père Kühne, le frère comme aide, la belle-sœur Peter Kühne avec Klettenhof Ace Almia – CH 120.0308.5600.1. Peter est content de pouvoir transmettre la joie que procure l’élevage du bétail. Chaque année, son fils Remo participe au championnat de veaux à Kalt- brunn. «Nous devons transmettre la joie et la passion aux jeunes générations. Ce n’est qu’ainsi qu’il y a une chance que le travail de plusieurs générations, accu- mulé sur de nombreuses années, soit poursuivi par les jeunes.»

20 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Elevage Portrait Si vous avez déjà visité l’exploitation Bio d’Ivan et de Stefania Lanfranchi, vous ne serez pas surpris d’ap- prendre que les Lanfranchi ne livrent pas de lait en hiver, mais qu’ils misent entièrement sur l’engraissement des veaux durant cette période. La route à voie unique qui s’étend sur environ 5 km serpente sur la pente raide de Brusio (860 m) à Viano GR (1300 m). En été, il y a encore un chemin forestier pour les camions.

«Pour livrer le lait, il faudrait aller à San Carlo, au début de la vallée. C’est trop loin, surtout en hiver avec la neige», commente le chef d’exploitation Ivan Lanfranchi. La race parfaite pour cette exploitation Chaque année, environ 40 à 45 veaux sont engraissés et vendus à 5.5 mois. Les veaux qui n’atteignent pas le poids de l’engraissement final sont vendus à un poids entre 200 et 350 kg à un commerçant qui continue à engraisser les animaux dans le programme Bœuf de pâturage Bio. En outre, 7 à 8 veaux d’élevage sont encore élevés.

«La race Brune originale est idéale pour notre exploita- tion. Les performances d’engraissement sont bonnes et les animaux d’élevage sont recherchés par les proprié- taires de vaches allaitantes. Dans le syndicat de Viano, il y a encore deux exploitations qui traient. On pourrait transformer tout le Val Poschiavo en un syndicat de producteurs de lait. La plupart des exploitations sont passées à l’élevage de vaches allaitantes», explique Ivan Lanfranchi.

La race Brune originale convient également parfaite- ment à la deuxième branche d’exploitation, l’Azienda Agricola Al Crap: l’élevage alpestre. La race Brune originale pour le lait et la viande ULI SCHLÄPFER, Braunvieh Schweiz Difficile d’aller encore plus à l’est! L’exploitation d’Ivan et Stefania Lanfranchi est située dans le Val Poschiavo à la frontière avec Tirano (Italie). Le couple d’éleveurs de la race Brune Bio apprécie les qualités de cette race et s’engage pour le bien-être de cette magnifique région. Ivan et Stefania Lanfranchi avec leurs enfants Eleonora (au milieu), Elia et Chiara qui présentent leurs produits d’alpage.

21 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Elevage Portrait Depuis 14 ans, Stefania et Ivan Lanfranchi exploitent l’alpage Pescia avec deux autres employés. Stefania Lanfranchi et sa mère transforment le lait des 50 vaches en fromage et en beurre. Sur ces pâturages, se trouvent aussi 100 à 120 vaches allaitantes qui paissent avec leurs veaux. «La race Brune originale convient bien à l’alpage. Vous pouvez les traire jusqu’à la fin du mois d’août, les tarir et les vaches sont en pleine forme pour le prochain vêlage. Les vaches Brown Swiss sont plutôt maigres après l’alpage et doivent à nouveau se remplumer dans l’étable», explique le chef d’exploitation. Avant, le cœur d’Ivan Lanfranchi battait plutôt pour la Brown Swiss. Lorsque les Lanfranchi ont repris l’exploi- tation des parents de Stefania en 2006, ils se sont vite rendu compte que la race Brune originale était le bétail le mieux adapté à leur exploitation. Ivan Lanfranchi a donc acheté quelques animaux OB et, dès lors, il a misé de manière conséquente sur des animaux OB. Chaque année, 4 à 6 animaux, pour la plupart des jeunes génisses ou des vaches, sont vendus.

Développement rapide de la taille de l’exploitation Quelques années après la reprise de l’exploitation en 2006, la famille a pu reprendre ou acheter différents terrains. Avec l’augmentation du cheptel, les animaux ont été répartis entre 4 étables, les vaches dans le fond de la vallée à Brusio, les génisses à Viano. Il n’était pas possible de continuer ainsi. Après une longue phase de planification, une nouvelle écurie a été construite à Viano durant l’hiver 2014–2015. Ivan, maçon de formation, était employé par une entreprise de construction pendant la construction de l’étable. L’étable bien équipée permet un travail efficace et peut être entretenue par la seule Stefania en l’absence d’Ivan.

L’exploitation est située directement sur la frontière italienne. Une partie des terres cultivées était encore sur territoire italien avant les années 1970 et appar- tient toujours aux Italiens, qui aujourd’hui sont rare- ment intéressés à les cultiver. «Chaque année, on me demande si je souhaite acheter des parcelles et comme je les cultive déjà, je dis généralement oui. On ne peut acheter un terrain qu’une seule fois», ajoute le chef d’exploitation.

Eleveur intéressé Ivan Lanfranchi aime l’élevage de bétail. Cette année, il a fait tester génomiquement les veaux d’élevage et il peut s’imaginer rejoindre le programme Bruna Data. Lors de la planification de l’accouplement chez BrunaNet, le chef d’exploitation porte une attention particulière à la lignée d’élevage maternelle. Il n’est pas toujours facile de suivre les innovations de la sélec- tion génomique et la succession plus rapide des jeunes Profil de l’exploitation Azienda Agricola Al Crap, 7747 Viano GR Famille Lanfranchi Ivan, Stefania, Eleonora (12), Elia (10), Chiara (6) Situation 1280 m, zone de montagne 3/4 SAU 26 ha de prairie naturelle, 7 ha de surface herbagère à Brusio, 1 ha de pommes de terre, céréales et du sarrasin Cheptel 22 vaches OB, 12 pièces de jeune bétail; 4–5 chèvres Alpage 50 vaches, 100–120 vaches allaitantes avec veaux Performances 07.2018: 16 clôtures Ø 5469 kg de lait, 4.06% MG, 3.36% P Affouragement foin, regain, ensilage d’herbe, un peu de luzerne, concentré protéique, sels minéraux; env. 400 kg de concentré par année Taureaux Lorento, Orando, Minor, Valerius Lait En été transformation à l’alpage, vente directe des produits durant toute l’année; en hiver engraissement de 40–45 veaux Main d’œuvre Ivan et Stefania Lanfranchi; de l’aide de la famille; 2 employés durant la saison d’alpage taureaux. Ivan Lanfranchi souhaite donc s’appuyer sur les conseils zootech- niques de Braunvieh Schweiz et bénéficier de cette précieuse expérience. Malgré toute la modernité, la famille Lanfranchi a aussi à cœur la tradition, par exemple en tant que co-fondateur d’une coopérative qui vise à promouvoir la céréaliculture du pain dans la vallée.

«A l’époque, il y avait beaucoup de terres de ce genre. Nous souhaitons augmenter la biodiversité de la vallée, ainsi que l’esthétique de cette région touristique», explique Ivan Lanfranchi. De retour de l’alpage, les vaches OB profitent des pâturages sur les zones bien arron- dies autour de la nouvelle étable.

22 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Elevage Portrait «Sur mon exploitation tout est un peu différent», affirme Paul Julen, 60 ans. Avec sa famille, Paul dirige non seulement une ferme de 13 vaches et 250 moutons à nez noir au pied Cervin, dans le village de vacances de Zermatt. Il est également responsable de 3 hôtels, de 3 restaurants et d’un pub, qu’il gère avec sa femme Daniela, son fils Paul-Marc et sa fille Rebecca. Exploitation de génération en génération L’histoire de la tradition Julen remonte à 1910, lorsque les grands-parents de Paul ont ouvert leur première maison d’hôtes à Zermatt. Leur fils Meinrad – le père de Paul – a profité d’une occasion 27 ans plus tard et a acheté un terrain à bâtir, où il a ouvert l’hôtel Julen. En 1981, après une rénovation totale, Paul et son épouse Daniela en ont repris la direction. Entretemps, Paul et Daniela ont repris la gestion de trois hôtels, de trois restaurants et d’un pub avec Paul-Marc et la fille cadette Rebecca dans le magnifique village de Zermatt. Tombé amoureux des moutons Mais le cœur de Paul ne bat pas seulement pour la gastronomie et l’hôtellerie. A l’âge de 14 ans, son frère et lui ont acheté huit moutons à nez noir du Valais. Entretemps, l’effectif a gonflé pour atteindre environ 250 animaux. «Quand les moutons paissent dans le pâturage, je suis heureux. Pour moi, c’est ça la patrie.», explique Paul avec une lueur de joie dans les yeux. Les quelque 1000 kg de laine de mouton qui sont produits chaque année sont transformés en sets de table, rideaux ou coussins pour les sièges de ses hôtels. Tous les produits, le lait sous forme de fromage, la viande ou la laine, sont utilisés dans ses différentes exploitations. «Pour moi, le respect de l’animal est très Eleveur & hôtelier dynamique et plein de joie de vivre ULRIKE STEINGRÄBER, Grengiols VS Derrière le label Tradition Julen se cache une symbiose parfaite entre l’agriculture et le tourisme. Paul Julen ne s’occupe pas seulement du bien-être de ses hôtes au quotidien, mais aussi de celui de ses moutons et de ses vaches. Le Valaisan peut compter avant tout sur le soutien de sa famille.

Une visite quoti- dienne aux vaches OB est un must pour Paul.

23 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Elevage Portrait important, de sa naissance à sa détention dans l’étable et dans les pâturages, en passant par l’abattage et sa transformation ultérieure», explique Paul. L’amour pour les vaches Paul n’a découvert sa passion pour les vaches qu’en 2014 – et cela par nécessité. Un agriculteur de Zermatt a annoncé qu’il voulait abandonner son troupeau de vaches et donc sa production laitière. Paul craignait la disparition de la fromagerie de Zermatt et décida d’acheter les vaches. Non seulement la laiterie alpine pouvait-elle continuer à être exploitée, mais Paul pouvait désormais servir dans son restaurant «Schä- ferstube» un bon fromage à raclette provenant du lait de «ses» vaches.

Aujourd’hui, il est l’heureux propriétaire de six vaches Brune originale, de trois vaches Evolène et de quatre Hérens. «J’aime particulièrement la race Brune origi- nale parce qu’elle est une bonne race à deux fins. Elle est très bien adaptée à l’alpage en raison de sa robus- tesse et de son caractère calme», explique Paul en chantant les louanges de ses vaches. En été, les vaches estivent sur trois alpages différents de la région. Les quelque 1.5 tonnes de fromage d’alpage produites durant l’été sont servies aux hôtes lors du petit- déjeuner. Le fromage d’hiver de la laiterie de montagne est transformé en raclette et servi quotidiennement aux invités par Paul en personne. «Bien que je sois corps et âme un berger, j’ai aussi vraiment appris à aimer mes vaches. Surtout en plein air, elles sont tout simplement ‹belles à voir›», s’enthousiasme Paul. Le fourrage d’hiver pour ses vaches et ses moutons provient de trois communes: Zermatt, Täsch et Randa. La ferme exploite un total de 60 hectares. De ce nombre, 35 hectares sont fauchés, les 25 hectares restants sont pâturés. «Nous devons faucher plus de 500 parcelles parce que certaines d’entre elles sont très petites», explique Paul. Alors que dans les communes de Täsch et Randa, il est possible de faucher deux fois, à Zermatt, une seule coupe est généralement possible. Production d’électricité à Zermatt Mais ce n’est pas tout: la préoccupation de Paul a toujours été un cycle naturel au sein des exploitations Julen. Il a longtemps eu l’idée d’exploiter une usine de biogaz à Zermatt. Quand la commune a donné son feu vert, les actes ont suivi. En 2013, l’installation a été construite à l’entrée du village, près de l’étable. Un an plus tard, elle était déjà en service. Chaque année, près de 3000 tonnes de matières sont amenées dans l’usine de Paul: la moitié provient de l’agriculture de Zermatt et des environs, sous forme de fumier et de lisier. L’autre moitié est constituée de déchets bio-orga- niques de la région. L’installation produit ainsi environ 920 000 kilowatts d’électricité, qui sont injectés dans le réseau et alimentent environ 350 foyers en électricité. Profil de l’exploitation Paul Julen, Riedstrasse 88, 3920 Zermatt Situation 1600 m, zone de montagne 4 SAU 60 ha, dont 35 ha de prairie de fauche et 25 ha de prairie Cheptel 6 OB, 3 Evolène, 4 Hérens; 250 moutons Nez Noir, dont 150 brebis et 100 jeunes moutons, resp. agneaux Stabulation stabulation entravée (vaches) Taureaux OB Vero U-Bach, Jorat Lait 06/2018 Ø lait kg: 6173, MG: 3.93%, protéine: 3.35%, 73 PP En plus de nombreux employés dans le secteur de la gastronomie et de l’hôtellerie, Paul emploie quatre personnes dans l’agriculture. Elles le soutiennent acti- vement dans l’usine à biogaz, ainsi que dans le travail avec les animaux. Malgré le changement constant entre ses habits de restaurateur et ceux d’exploitant et malgré de longues soirées de travail dans l’étable pendant la période d’agnelage, Paul est très heureux: «Je ne peux m’imaginer une vie meilleure». Tous les soirs, Paul racle la raclette pour les hôtes dans son restaurant «chäferstube». S’il a le temps, Paul rend visite aux moutons Nez Noir avec sa famille. De g. à dr.: Cindy, son fils Paul-Marc, Daniela, l’épouse de Paul avec ses petits-enfants Jarno et Rajan, Paul et sa plus jeune fille Rebecca.

24 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Rendez-vous La Swiss Expo est l’exposition européenne de bétail laitier la plus importante avec de nombreux visiteurs nationaux et étrangers. Elle est particulièrement impor- tante à l’échelle internationale pour les races Brune et pour l’exportation de génétique par le biais de doses de semences. Exposer un groupe de vaches de la race Brune parmi les plus belles est la meilleure publicité pour promouvoir la race. C’est pourquoi le Comité de Braunvieh Schweiz a décidé de continuer à soutenir la présentation de vaches de la race Brune en lactation à la Swiss Expo.

Soutenir les groupes d’exposants L’ancien concept de soutien aux animaux de Braunvieh Schweiz a été repensé et redéfini. Au cours des cinq dernières années, les animaux ont été soignés par Brau- nvieh Schweiz à la demande des éleveurs. Ces soins apportés aux animaux seront désormais remplacés par une autre forme de soutien. Les groupes d’exposants recevront désormais une aide financière dans le cadre de la promotion de la race. Un groupe doit présenter au moins 5 vaches (les génisses n’ont pas droit au soutien financier, mais peuvent bien sûr être gardées et soignées par les groupes). L’idée veut que de plus en plus de fédérations cantonales, de groupes d’éleveurs ou d’éleveurs de race Brune qui tentent d’organiser ensemble les soins.

Swiss Expo: soutenir les groupes d’exposants ROMAN ZURFLUH, Braunvieh Schweiz La Swiss Expo 2019 aura lieu à Lausanne du 9 au 12 janvier 2019. Vendredi 11 janvier, les Brown Swiss seront classées, alors que le concours OB aura déjà lieu le jeudi 10 janvier. Le soin des animaux sera remplacé par un soutien financier pour les groupes d’exposants. Si toutes les conditions sont réunies (voir encadré), les groupes d’exposants concernés seront soutenus à hauteur de CHF 1000. Braunvieh Schweiz se coor- donne avec Swiss Expo en cas de demande particulière de placement. La limite supérieure de participation est fixée à 12 groupes. Si plus de 12 groupes s’annoncent, la contribution de soutien sera répartie en conséquence. Indemnité de transport En plus de ce soutien financier supplémentaire, la contribution de transport continuera à être versée. Une contribution forfaitaire au transport de CHF 100.– sera accordée à tous les exposants de vaches. Pour les vaches en 3e lactation et plus, une prime de présen- tation de CHF 100.– (CHF 200.– au total) sera en sus versée. 4 vaches au maximum par exploitation seront indemnisées, donc au maximum CHF 800.– pour 4 vaches en 3e lactation et plus. Inscription Swiss Expo Chaque éleveur remplit le formulaire personnel à la page suivante pour réserver une place. Ce formulaire est à envoyer directement à Swiss Expo (n’oubliez pas d’inscrire aussi les animaux de réserve!) Le délai d’inscription pour réserver une place est le dimanche 4 novembre 2018.

Vous recevrez ensuite une lettre de Swiss Expo pour l’inscription proprement dite des animaux. Inscription des groupes d’exposants Les groupes qui exposent et soignent les animaux doivent s’inscrire auprès de Braunvieh Schweiz (roman. zurfluh@braunvieh.ch, 041 729 33 11). La date limite d’inscription pour le groupe d’exposants est fixée au 30 novembre 2018. Vous recevrez de notre part un formulaire qui devra être envoyé à Braunvieh Schweiz au plus tard le 28 février 2019, soit après l’exposition. Le montant sera versé après vérification que toutes les conditions ont été remplies.

Plusieurs groupes de 5 vaches peuvent être enregistrés par groupe. [46] Conditions pour le soutien des groupes d’exposants – Tous les propriétaires d’animaux sont membres de Braunvieh Schweiz. – Ne seront soutenus que les groupes qui exposent au moins 5 vaches BS ou OB à la Swiss Expo (les génisses ne faisant pas partie du groupe). – Seront uniquement soutenus les animaux exposés et classés à Lausanne (excep- tion: les animaux non classés avec un certificat médical).

– La préinscription des groupes souhaitant participer avec le nombre d’animaux prévus (génisses comprises) doit être envoyée à Braunvieh Schweiz avant le 30 novembre 2018 (e-mail: roman.zurfluh@braunvieh.ch). – Les animaux qui ont fait l’objet d’une contestation dans le cadre de la Swiss Expo en ce qui concerne le règlement de la CTEBS n’ont pas droit à une aide. Le montant est réduit pour ces animaux.

25 n° 9 ∙ novembre 2018 racebruneCH Lieu et date: Signature: A remplir en caractères d’imprimerie Je suis membre de la fédération: Braunvieh Schweiz • Holstein • Swissherdbook • Jersey • Attention: • Pour les catégories génisses seront acceptés les animaux nés entre le 1er septembre 2016 et le 30 juin 2018. • La section vaches avec production totale de 60 000 kg et plus est toujours d’actualité pour les races: Holstein, Red Holstein et Brown Swiss.

• Vous recevrez la facture en guise de confirmation d’inscription. Bulletin d’inscription définitif et personnel pour SWISS EXPO 2019 du 9 au 12 janvier 2019 délai d’inscription: dimanche 4 novembre 2018 No BDTA: Nom, prénom, raison sociale: Rue: No: CP: NPA: Localité: Canton: Tel.: Mobile: Fax: Adresse e-mail: Verantwortlich für die ausgestellten Tiere: J’inscris: Nb Prix unitaire CHF CHF 1 150.– 150.– 2ème et suivants 120.– Coin bureau 250.– 2.5 m × 3 m Assurance bétail Nb Valeur assurée CHF Prix unitaire CHF CHF 4000.– 4.20 6000.– 6.30 10000.– 10.50 Total hors TVA Tél. +41 (0) 32 866 18 10 Fax +41 (0) 32 866 18 11 www.swiss-expo.com info@swiss-expo.com La Grosse Ronde 1 2126 Les Verrières

26 racebruneCH n° 9 ∙ novembre 2018 Rendez-vous Programme 09h00 Ouverture journée promotion/cantine 11h00 Présentation Description linéaire et classification 12h00 Apéro et repas de midi 16h00 Fermeture journée promotion Le 3 novembre 2018, sur l’exploitation de Philippe et Vincent Gruet à Sermuz VD, aura lieu la 17e journée de promotion de la race Brune. A partir de 9 heures, environ 15 vaches et environ 6 à 7 veaux seront proposés à la vente.

Vente d’animaux Une fois de plus, les deux organisations de la Suisse orientale, graubündenVIEH et St.Galler Spitzen- Braunvieh, la Fédération argovienne des éleveurs de la race Brune ainsi que l’organisateur, la Fédération romande des éleveurs de la race Brune, participeront à cette manifestation. Des vaches fraîchement vêlées en première, deuxième et troisième lactation seront proposées aux acheteurs. Les vaches en deuxième lactation et suivantes devront disposer d’un contrôle laitier officiel avec au moins 25 kg de lait. La plupart des vaches à vendre proviendront de la Suisse orien- tale. Des veaux femelles bien développés du type laitier seront également proposés. Les rendements moyens des mères des veaux afficheront également des taux protéiques de 3.3% au minimum.

La présentation de la DLC La journée de promotion de la race de cette année comprend également une partie informative. Un expert de Braunvieh Schweiz vous expliquera la description linéaire et classification d’un animal sur place. Les visi- teurs intéressés sont invités à suivre la démonstration et à poser des questions. Arrivée Sermuz est situé dans le canton de Vaud près de la sortie d’autoroute Yverdon-Sud en direction d’Echallens. Des panneaux indicateurs sont placés à la sortie de l’auto- route.

Les organisateurs se réjouissent d’accueillir de nombreux visiteurs et acheteurs. Une cantine effi- cace sur place assurera une bonne ambiance et vous permettra de vous restaurer. La Fédération romande des éleveurs de la race Brune se réjouit d’ores et déjà de vous accueillir en grand nombre. La journée de pro- motion de la race à Sermuz est un lien important entre les éleveurs alémaniques et romands de la race Brune. 17e journée de promotion de la race à Sermuz avec présentation de la DLC ROMAN ZURFLUH, Braunvieh Schweiz La description linéaire et classification est présentée et expliquée par un expert de Braunvieh Schweiz.

Organisations impliquées:

Vous pouvez aussi lire