Le s leil bruxellois Centre Régional d'Initiation à l'Écologie Ferme d'Uccle - N 134 - octobre - novembre - décembre 2018 - tournesol ...

 
Le s leil bruxellois Centre Régional d'Initiation à l'Écologie Ferme d'Uccle - N 134 - octobre - novembre - décembre 2018 - tournesol ...
N° 134 - octobre - novembre - décembre 2018

                                                                                     1170 Bruxelles 17
                                                                                         P006857

  Le s leil bruxellois
  Centre Régional d’Initiation à l’Écologie
  Ferme d’Uccle

       Édité par l’asbl Tournesol-Zonnebloem vzw - Patrick Bulteel
Chaussée de La Hulpe 199 - 1170 Bruxelles - Tél.: 02 675 37 30 - Fax: 02 660 53 38
Le s leil bruxellois Centre Régional d'Initiation à l'Écologie Ferme d'Uccle - N 134 - octobre - novembre - décembre 2018 - tournesol ...
édito
 DÉCALAGE DE SAISONS,
 DÉCALAGE D’HORIZONS ?
 Les débuts de matinée bien frais nous                       arbres à fruit sec (hêtre, chêne, érable plane
 confirment que l’automne est bien là. Et                    et sycomore, charme, tilleul...) abonde, les
 les chauds après-midis prolongent l’été.                    couleurs du feuillage des arbres se diver-
 Si la canicule de la fin du printemps et de                 sifient et des oiseaux ont entamé leur
 l’été ont bien marqué les esprits, la sèche-                migration.
 resse perdure malgré quelques épisodes                      Profitons bien des plaisirs que peuvent
 pluvieux qui restent anecdotiques.                          procurer cette saison aux multiples facettes
 Que se passe-t-il ?                                         mais restons lucides : si changement il y a,
 Entrerions-nous dans une nouvelle ère                       nous y sommes pour quelque chose, nous
 météorologique ? Notre climat change-t-                     avons tous notre part de responsabilité. A
 il pour transformer le rythme des quatre                    chacun d’en prendre conscience et d’agir
 saisons auquel nous sommes bien accrochés                   en connaissance de cause, selon sa moti-
 culturellement vers un régime en alternance                 vation et ses capacités.
 de saison sèche et saison de pluie ?                        Notre place dans la nature, au sens global,
 Quoi qu’il en soit l’automne semble à nos                   est égale à la place que nous donneront à
 portes : une fructification importante des                  la nature du point de vue local.
                                                                                                                        Luc Degraer

Sommaire                         Cultivez en ville.................................................................................... 3
                                 Echo’pédagogie BelExpo................................................................. 4
                                 Natuurblad............................................................................................ 7
                                 Nature et environnement..............................................................11
                                 Côté lecture.........................................................................................15
                                 Carnet du naturaliste : la pomme................................................17
                                 Bestiaire de chez nous.....................................................................21
                                 Echo’consommation.........................................................................25
                                 Nouvelles diverses............................................................................26
                                 Agenda vert.........................................................................................29
                                 Visites guidées....................................................................................36
                                     Direction : Patrick Bulteel
             Rédaction : Luc Degraer, Eline De Blander • Mise en page : Zosia Firkowski

Contact                                                  Devenir membre
 a.s.b.l. Tournesol-Zonnebloem                           La cotisation, valable pour un an, s’élève à:
 Chaussée de La Hulpe 199                                - 9 € pour les membres individuels,
 1170 Bruxelles                                          - 13€ pour les familles membres,
 www.tournesol-zonnebloem.be                             - 25 € et plus pour les membres protecteurs et les
                                                         écoles membres.
 Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h
 Tél: 02 675 37 30 - Fax: 02 660 53 38                   Le montant peut être versé au compte
 info@tournesol-zonnebloem.be                            BE74 0682 0821 8207 de l’asbl avec comme
                                                         communication: cotisation + nom + n° de
                                                         membre si renouvellement (voir étiquette).
Le s leil bruxellois Centre Régional d'Initiation à l'Écologie Ferme d'Uccle - N 134 - octobre - novembre - décembre 2018 - tournesol ...
Cultivez en ville
Ateliers Cultiver en ville automne 2018

                            Envie de cultiver en ville ? Envie de produire vos propres
                            fruits et légumes, dans votre jardin, sur votre balcon ou au
                            pied de votre immeuble, il existe une solution pour produire
                            une partie de votre alimentation !
                            Une vingtaine d’ateliers, d’une à trois fois 3 heures sont encore
                            programmés jusqu’à fin novembre :
                              • mon potager dans la cuisine ;
                              • mon jardin fruitier ;
                              • mes poules en ville ;
                              • ma culture de champignons ;
                              • des salades toute l’année.

La participation est gratuite.

Les informations détaillées pour chaque atelier et le lien d’inscription sont disponibles sur les
sites : https://participez.environnement.brussels/

Vous retrouverez également une présentation générale sur le site :
http://www.goodfood.brussels/fr/contributions/ateliers-cultiver-en-ville
http://www.goodfood.brussels/nl/contributions/workshops-telen-de-stad

                                               3
Le s leil bruxellois Centre Régional d'Initiation à l'Écologie Ferme d'Uccle - N 134 - octobre - novembre - décembre 2018 - tournesol ...
echo’pédagogie
BELEXPO, la nouvelle exposition interactive pour sensibiliser
les jeunes générations aux enjeux environnementaux

                  BELEXPO est une exposition unique en Europe sur l’environnement dans
                  les villes du XXIème siècle. Elle propose une expérience interactive et
                  ludique adressée en premier lieu aux groupes scolaires mais aussi aux
                  familles ou à tous ceux qui s’intéressent aux enjeux environnementaux
                  en ville.

L’objectif général est de développer la capa-             •   « Si l’on veut vivre bien, il faut changer les
cité d’action des jeunes générations pour                     choses et il y a des choses à faire »
leur environnement. Pour cela, il s’agit de               •   « Des tas de gens agissent déjà et font des
sensibiliser, d’émouvoir et de susciter une                   choses étonnantes, bizarres, nouvelles et
réflexion sur les thématiques environne-                      efficaces pour l’environnement »
mentales liées à la ville en ciblant les 10-15 ans.
                                                          •   « Je peux aussi faire des choses concrètes, je
BELEXPO propose une combinaison équi-                         veux les faire ».
librée d’interactifs mécaniques et de
nouvelles technologies, permettant de faire
des mises à jours régulières évitant d’avoir              L’intégration de BELEXPO dans l’offre péda-
une exposition devenue vite obsolète.                     gogique existante et dans le programme
                                                          d’éducation à l’environnement porté par
                                                          Bruxelles Environnement est aussi un
L’objectif est que le visiteur, particulièrement          élément essentiel. L’objectif est que l’expo-
celui de la tranche d’âge principale, retienne            sition puisse s’inscrire facilement dans les
prioritairement quelques émotions, souve-                 programmes scolaires et que la visite puisse
nirs et idées simples :                                   déclencher l’envie dans les écoles de passer
• « Je me suis amusé(e), j’ai passé du bon                à l’acte en s’appuyant sur l’offre pédago-
   temps, c’était beau »                                  gique de Bruxelles Environnement.
• « Une ville, c’est compliqué : vivre mieux en
   ville, cela concerne beaucoup de sujets »
   (prendre conscience de la complexité
   sans qu’elle soit décourageante)

                                                      4
Le s leil bruxellois Centre Régional d'Initiation à l'Écologie Ferme d'Uccle - N 134 - octobre - novembre - décembre 2018 - tournesol ...
10 ÎLOTS POUR EXPÉRIMENTER LES EN                          car pour créer la ville de demain, on aura
JEUX ENVIRONNEMENTAUX DE LA VILLE                          besoin de tous les talents.
L’exposition propose un parcours interactif            8. Consommer : impact de nos habi-
dans 10 quartiers thématiques. Equipés d’un                tudes de consommation (gaspillage
bracelet digital, les visiteurs réalisent, seuls           alimentaire, surconsommation élec-
ou en équipes des missions qui améliorent                  tronique, commerce mondialisé,
la qualité de vie et l’environnement. Le                   envahissement publicitaire) et décou-
bracelet digital compile les résultats et une              verte des alternatives.
exploitation pédagogique différenciée est              9. Collaborer : mise en action en collabo-
alors proposée aux enseignants, pour leurs                 ration autour d’un projet d’école ou de
activités en classe.                                       quartier.
                                                       10. Rêver la ville : projection dans le futur,
Les différentes thématiques abordées à                     film réalisé par des jeunes.
travers les quartiers sont :
1. Voir la ville autrement : une plon-                 Parmi les quartiers, se trouve également
   gée dans l’environnement urbain pour                un ‘banc public’ qui présente rapidement
   comprendre ses différentes facettes.                le changement climatique, ses causes
2. Vivre en ville : quelles solutions choisir          humaines et ses conséquences sur l’envi-
   pour réduire ou annihiler les nuisances             ronnement et nos sociétés.
   affectant la qualité de vie en ville (bruit,
   pollution de l’air, saleté, etc.) ?
                                                       Les élèves sont autonomes grâce à leur
3. Se déplacer : les parcours de mobilité              bracelet de visite. Des animateurs/trices
   d’aujourd’hui à demain en réfléchissant             d’exposition accompagnent la visite.
   aux modes de déplacement.                           L’enseignant découvre donc les contenus
4. Se détendre dans les espaces verts : la             et participe pleinement à l’expérience. Les
   place et l’utilité de la nature en ville.           interactifs proposent les missions pour
5. Se loger : défis liés à la gestion des flux         améliorer la ville ; les panneaux présentent
   de ressources dans les logements (éner-             les enjeux. Des éléments complémentaires
   gie, eau, matières/déchets).                        apportent une information sur les solutions
                                                       déjà mises en œuvre à Bruxelles, ou bien
6. Se nourrir : l’impact de l’alimentation et
                                                       des « Fenêtres sur le monde », montrant les
   la production alimentaire urbaine.
                                                       dispositifs innovants ailleurs : écoquartiers,
7. Travailler : découverte des métiers                 mobilité douce, eco-schools, etc
   d’avenir, parfois originaux ou étonnants,
                                                   5
Le s leil bruxellois Centre Régional d'Initiation à l'Écologie Ferme d'Uccle - N 134 - octobre - novembre - décembre 2018 - tournesol ...
APRÈS LA VISITE
Le visiteur retrouve sur son espace virtuel le          www.belexpo.brussels/
résumé de sa visite ainsi qu’une multitude
d’exploitations possibles :                             Lieu : BruxellesEnvironnementàTour&Taxi,
• ‘‘Raconter l’expérience de ma visite’’,                       avenue du Port 86C,1000bxl
   qui permet aux élèves d’exprimer                     La visite dure 2 heures.
   leurs émotions et de revenir sur les                 Gratuité pour les enseignants et éducateur.
   apprentissages ;                                     Tarif réduit via la billetterie en ligne.
• ‘‘Retrouver ma visite’’, dans laquelle le             Réservation préalable obligatoire pour les
   visiteur analyse ses résultats îlot par îlot ;       groupes à partir de 10 personnes.
   il bénéficie des contenus de l’expo et               Ouvert tous les jours excepté le lundi.
   d’informations complémentaires éditées               Périodes scolaires :
   par Bruxelles Environnement ;                                Mardi à vendredi : 9h à 16h30
• ‘‘Apprendre avec l’expo’’, qui offre des                      Samedi et dimanche : 10h à 17h
   applications en lien avec les différentes            Vacances scolaires :
   matières (math, etc.) ;                                      Mardi à dimanche : 10h à 17h
• ‘‘Agir pour l’environnement’’, qui
   explique comment monter des projets
   ou participer à des actions.

                                                    6
Le s leil bruxellois Centre Régional d'Initiation à l'Écologie Ferme d'Uccle - N 134 - octobre - novembre - décembre 2018 - tournesol ...
Natuurblad
De droogte van 2018

De droogte van deze zomer was zo extreem dat het niemand onopgemerkt voorbij
is gegaan. Het gras verpieterde en werd bruin. Bomen lieten massaal hun bladeren,
takken en schors vallen of stierven. Dieren begaven zich op de vreemdste plaatsen op
zoek naar water en voedsel. Hoog tijd om een balans op te maken.
HOE DROOG WAS HET ?
Zeer droog. Zo droog zelfs dat het KMI een          op mijn gsm niet meer leek te werken. Zo
nieuwe rubriek op zijn website heeft gemaakt,       droog dat het record van de zomer van 1976
getiteld ‘Droogte in België’, zo droog dat er       verpletterd werd.
een wikipedia pagina in het leven is geroepen
‘Droogte van 2018 in Europa’, zo droog dat
                                                    De cijfers liegen er niet om. Onderstaande
op sommige plaatsen in België een sproei-
                                                    tabel toont hoe abnormaal droog het wel
verbod werd ingesteld (zelfs met regen en
                                                    is. De rode lijn stelt de actuele situatie
grondwater), jeugdbewegingen hun kampen
                                                    (op 20/09) voor, de groene en blauwe lijn
zonder kampvuur moesten afsluiten, fontei-
                                                    respectievelijk de natste en droogste jaren
nen uitgingen en dat er lasershows in plaats
                                                    voor diezelfde dag tussen nu en 1970.
van vuurwerkshows gegeven werden.
Zo droog dat de applicatie ‘buienradar’

                                                7
Le s leil bruxellois Centre Régional d'Initiation à l'Écologie Ferme d'Uccle - N 134 - octobre - novembre - décembre 2018 - tournesol ...
verschil tussen beide gebieden. Door de
                                                     klimaatsverandering warmt de Noordpool
                                                     sneller op dan de rest van onze aardbol.
                                                     Hierdoor neemt het temperatuurverschil
                                                     tussen de polen en de evenaar af, waardoor
                                                     de straalstroom afgezwakt wordt, begint te
                                                     meanderen en ook nog eens langer boven
                                                     eenzelfde plaats blijft hangen. De straals-
                                                     troom valt als het ware stil. Deze zomer
                                                     blokkeerde hij boven ons. Het is zeer waar-
                                                     schijnlijk dat zulke situaties van extreme en
                                                     lange droogte zich vaker zullen voordoen in
                                                     de toekomst. Hoe langer de droogte duurt,
                                                     hoe meer deze zichzelf versterkt. Een droge
                                                     bodem warmt sneller op en als het lang
Op de volgende kaart zien we dat buiten              droog is gaan planten ook minder transpi-
een kleine strook aan de kust, het veel              reren waardoor er minder wolken worden
droger is geweest dan normaal. Voor de               gevormd, er meer zon is en het nog warmer
meeste plaatsen in België zelfs extreem              wordt. Een straatje zonder einde...
droog. Nu toont deze kaart de situatie vanaf
23/06 tot nu maar het moet gezegd dat er
al in mei minder neerslag viel dan normaal.          DE DROOGTE IN BEELD
Al vijf maanden lang zijn we een neerslags-          Het is zo lang droog geweest dat de droog-
chuld aan het opbouwen! Het einde van de             te een impact heeft op de bodem, beken
droogte is gelukkig in zicht.                        en rivieren. Dit was goed zichtbaar in de
                                                     natuur. Het eerste dat opviel was dat alles
                                                     een stuk trager groeide of zelfs helemaal
WAAROM IS HET ZO DROOG EN WARM ?                     niet. Daarna begon alles te verpieteren. Het
De weerman heeft vast al uitgelegd dat dit           gras werd bruin en planten lieten hun blaa-
komt door de straalstroom. De straalstroom           djes hangen. Als laatste redmiddel lieten
is een band met snelle wind op zo’n 10 kilome-       bomen hun bladeren vallen. Bomen en
ter hoogte die in belangrijke mate ons weer          planten verliezen namelijk veel vocht langs
bepaald. Ligt de band ten noorden van ons            de bladeren. Ze ademen via de bladeren en
dan krijgen we warme lucht aangevoerd uit            hierbij verdampt er veel vocht, dit kan gaan
het Zuiden, ligt de band ten zuiden van ons,         van honderden tot zelfs duizenden liters
dan krijgen we koude lucht uit het Noorden           per dag. Minder bladeren betekent minder
en ligt de band boven ons dan krijgen we             vochtverlies maar het betekent ook dat de
neerslag. Nu lag deze straalstroom heel erg          boom minder aan fotosynthese kan doen
lang vast ten noorden van ons waardoor we            en dus minder of niet kan groeien. Dat de
een hele lange tijd warmte van het Zuiden            bomen hun bladeren verliezen in de zomer
kregen, met hoge temperaturen en droogte             is dus geen goed teken. Sommige bomen
als gevolg. De klimaatsverandering speelt            verloren zelfs iets meer... Door de intense
hierin een belangrijke rol. De straalstroom          zonneschijn kunnen er gasvormige bellen
ontstaat door een drukverschil tussen de             ontstaan in de vaten van de boom waarin
Noordpool en de evenaar. Dit drukverschil            water en sap van de wortels naar de blade-
wordt bepaald door het temperatuur-                  ren stroomt en omgekeerd. Vergelijk het

                                                 8
Le s leil bruxellois Centre Régional d'Initiation à l'Écologie Ferme d'Uccle - N 134 - octobre - novembre - décembre 2018 - tournesol ...
met een aderverkalking of een bloedklon-              heeft dit een effect op de gehele voedsel-
ter bij de mens als je wil. Hierdoor stierven         keten. Vogels en zoogdieren geraakten
perfect gezonde takken af en verloren plata-          moeilijk aan water omdat natuurlijke plas-
nen massaal hun schors. Sommige bomen                 sen en poelen opdroogden. Op een avond
legden zelfs finaal het loodje. Vooral nieuwe         struikelde ik zelfs over een afstand van 10
aanplantingen, jonge, geïsoleerde en zieke            meter over drie verschillende mollen. De
bomen lieten het leven. Sommige boom-                 regenwormen waren op of zaten te diep in
soorten blijken gevoeliger dan andere. Ik zag         de grond zodat ze verplicht waren boven-
veel dode vlieren terwijl in vergelijking eiken       gronds op zoek te gaan naar water en eten.
het relatief goed deden. Waarom sommige               En hoewel we begin deze zomer nog veel
soorten het beter doen dan andere is mij              vlinders konden waarnemen was dit op
een raadsel. Groeit hun wortelgestel dieper?          het einde van de zomer al veel minder.
Kunnen ze hun transpiratie beter reguleren?           De waardplanten waar ze hun eitjes op
In elk geval lijkt het mij interessant om in          zetten en waar de rupsen van eten waren
de toekomst vooral soorten aan te planten             gewoon helemaal opgedroogd. Tot nu toe
die beter omgaan met zulke droogtestress.             zorgde de droogte ook voor een slecht
Misschien moeten we zelfs meer zuidelijke             paddenstoeljaar. In mei waren er bijna geen
en droogte resistente soorten beginnen                morieljes en ook het seizoen van de bole-
aanplanten ?                                          ten is ons (vrijwel) onopgemerkt voorbij
Als de planten en bomen het niet goed doen,           gegaan.

                                                  9
Le s leil bruxellois Centre Régional d'Initiation à l'Écologie Ferme d'Uccle - N 134 - octobre - novembre - décembre 2018 - tournesol ...
HOE WAPEN WE ONS HET BEST TEGEN
DE DROOGTE IN DE TOEKOMST ?
Vallende takken, brandgevaar,... de natuur          Nee, het enigste dat wij moeten vrezen is
lijkt onze grootste vijand in tijden van            onszelf. Meer groen en natuur zijn de oplos-
extreme droogte. Niets is minder waar               sing voor een veerkrachtiger ecosysteem
natuurlijk. Tweehonderd jaar geleden zette          dat ons beschermt tegen extremen.
Humboldt al het cruciale belang van bossen
voor ecosystemen en klimaat uiteen: bomen
nemen water op en verrijken de atmosfeer            BRONNEN :
met waterdamp, ze beschermen de bodem               • https://www.eoswetenschap.eu/
(tegen erosie) en zorgen voor een verkoelend          natuur-milieu/waarom-het-zo-droog
effect. Toen al waarschuwde hij dat de mens         • https://www.meteo.be/meteo/view/
invloed uitoefende op het klimaat en dat dit          nl/31722781-Droogte.html
voor ‘toekomstige generaties’ onvoorziene
                                                    • https://www.meteo.be/
effecten zou kunnen hebben. Van onze
                                                      meteo/view/nl/32176460-
bossen blijft er niet veel meer over, beton
                                                      Hoe+is+het+met+de+droogte.html
heeft de plaats van aarde ingenomen waar-
door neerslag ongebruikt afgevoerd wordt            • Andrea Wulf (2017). De uitvinder van
en onze CO2-uitstoot doet de gemiddelde               de natuur: het avontuurlijke leven van
temperatuur op aarde stijgen en beïnvloedt            Alexander von Humboldt
op moeilijk voorspelbare wijze ons klimaat.

                                               10
nature et environnement
Inauguration de l’écoduc de Groenendael destiné aux animaux

Fin du printemps dernier l’écoduc de Groenendael a été inauguré officiellement.
Désormais, l’écoduc est exclusivement réservé aux animaux, leur permettant de
traverser le Ring de Bruxelles en toute sécurité. Des traces de passage d’animaux
ainsi que des photos prises par des caméras de surveillance sont des preuves que les
animaux ont déjà trouvé le chemin qui conduit à l’écoduc.

Une œuvre d’art naturelle a également été                « Ce n’est pas sans raison que le graffiti repré-
dévoilée à cette occasion. Cette œuvre,                  sente des images de chevreuils, de martres
conçue par l’artiste Koen Vandewalle, a été              de pins, de carabes, de salamandres et de
implantée sur le passage à faune dont la                 chauves-souris. Ce sont seulement quelques
largeur couvre soixante mètres. Tout comme               exemples des espèces animales qui utiliseront
le graffiti de DZIA sous le pont et le texte             cet écoduc. En effet, un écoduc a un fonction-
« Ecoduct Groenendaal » en lettres géantes,              nement écologique très large. Son ampleur et
cette œuvre d’art doit informer les usagers de           son implantation dans le paysage, réfléchie,
la route sur le rôle de ce pont couleur de sable,        font que plusieurs espèces animales peuvent
qui va contribuer à « défragmenter » une zone            en bénéficier simultanément. », explique
naturelle d’environ cinq-mille hectares.                 Marleen Evenepoel, administratrice géné-
« Cet écoduc améliore la sécurité de la circula-         rale de l’Agentschap voor Natuur en Bos.
tion, tant pour les animaux que pour l’homme.
Les animaux sont guidés vers un passage
sécurisé. Les chauffeurs ne sont plus forcés
de faire des manœuvres dangereuses afin de
contourner un animal qui tente le passage.
Et deux parties fragmentées de la forêt de
Soignes, traversées par le Ring de Bruxelles,
sont à nouveau reconnectées par l’écoduc »,
commente le Ministre chargé de la Mobilité,
de la Périphérie flamande et du Bien-Etre
animal, Ben Weyts.

                                                    11
Photos de gauche à droite : 1. passage à blaireaux installé au niveau de la ligne ferroviaire L161,
                      2. ecotunnel, 3. la clôture à faune est reliée à l’entrée de l’écobuse pour un guidage optimale

    CORRIDORS DESTINÉS AUX
    AMPHIBIENS ET AUX CHAUVES-SOURIS
    Si un pont avec une largeur de soixante
    mètres sur le Ring de Bruxelles est particu-
    lier, ce ne sont pas seulement ses dimensions
    qui le rendent exceptionnel. Beaucoup
    d’attention a été accordé à l’intégration du
    pont dans la forêt, en plantant des haies et
    même des arbres que l’on trouve partout
    dans la forêt de Soignes. Tout a été choisi
-   tenant compte des préférences des espèces
e   animales. Ainsi, un corridor humide a été
    aménagé pour les amphibiens et un couloir
    contenant de grands arbustes destinés à
    faciliter l’orientation des chauves-souris. De
    cette manière, on a essayé de rentabiliser au
    maximum l’investissement.

    DANS UNE PERSPECTIVE PLUS LARGE
    L’environnement du pont, lui-aussi, a été
    retransformé. Ces derniers mois, plus de
    10 000 arbustes et arbres ont été plantés,
    établissant ainsi une connexion naturelle
    entre le pont et le paysage qui l’entoure.
    Une partie de l’ancien hippodrome de
    Groenendael a été transformé en zone
    de pâturage où paissent huit Highlands
    écossais, qui se chargeront du fauchage
    écologique de la zone. Une tour avec une
    vue sur les mammifères sauvages et la pente
    vers l’écoduc a aussi été construite.
    Les gouvernements flamands et bruxel-
    lois avaient déjà aménagés un pont entre
                                                         12
les arbres, des écotunnels et 25 km de                 Les clôtures s’élèvent sur deux mètres de
clôture servant à guider les animaux vers              haut et sont de type combiné : un grillage
les nombreux passages sécurisés au-dessus              grossier dans la partie supérieure et des
et en-dessous du R0, de la E411et de la ligne          mailles plus fines dans le bas pour retenir
161 de la SNCB. Ainsi, la faune sauvage                la petite faune. La clôture est partiellement
(amphibiens et mammifères) pourra être                 enterrée pour retenir également les animaux
guidée vers les différentes infrastructures de         qui creusent des terriers.
passage. Ainsi les habitats morcelés seront            Les écobuses pour les animaux de petite
reconnectés. Cela favorise les rencontres              taille (rongeurs, etc.) et les écotunnels pour
entre les différentes population de verté-             les mammifères un peu plus grands (blai-
brés et donc les croisements génétiques.               reaux, renards, etc.), qui sont situés sous les
Le but est de relier les différentes parties de        autoroutes.
la forêt séparées par les infrastructures de
                                                       Grâce à ces différents passages à faune, le
transport pour obtenir une seule et unique
                                                       risque d’accidents diminue et la situation
zone naturelle.
                                                       routière est donc plus sécurisante.
Conformément au plan de gestion de la
                                                       Au début de l’hiver 2018, des passages à
Forêt de Soignes, la végétation aux abords
                                                       faune adaptés aux chevreuils et aux blai-
de la clôture sera composée d’arbustes.
                                                       reaux étaient installés dans la partie sud
Cette nouvelle lisière de bois riches en
                                                       de la forêt de Soignes. Il s’agit d’entrées de
espèces présentera une grande biodiver-
                                                       secours pour les animaux qui se retrouvent,
sité, plus favorable pour une grande partie
                                                       malgré la présence de passages à faune, du
de la faune de la forêt, principalement les
                                                       mauvais côté de la clôture, soit sur la route.
insectes, appréciant les zones ensoleillées
composées de buissons et plantes basses.               Le long des 24 kilomètres de clôture, il y a
                                                       34 passages, séparés d’une distance plus ou
Le but est de guider les animaux vers des
                                                       moins égale les uns des autres.
passages sécurisés tels qu’un écoduc ou un
écotunnel, et d’éviter ainsi des situations
dangereuses pour les usagers des infras-
tructures (routes et rails) et de réduire les
victimes de la circulation.

                                                                                       Fresque de DZIA
                                                  13
« Les trois Régions ont développé ensemble la          PROJET EUROPÉEN
vision du Schéma de structure de la forêt de           Toutes ces mesures de défragmentation
Soignes. A terme, notre objectif commun est            s’inscrivent dans le cadre du projet LIFE+
d’aménager des ‘portes d’entrée’ à la forêt            OZON (voir Le Soleil bruxellois n°127 de
pour y accueillir les visiteurs. Mais aussi de         décembre 2016) et du schéma de structure
reconnecter et d’intégrer la forêt de Soignes          de la Forêt de Soignes.
dans un réseau écologique plus vaste. Ces
mesures sont indispensables pour donner
à ce joyau de Nature un avenir face à toutes           Plus d’information :
les contraintes qu’il subit », Céline Fremault,        http://www.foret-de-soignes.be/lifeozon
Ministre bruxelloise de l’Environnement.

Concours Field Recording : la Promenade Verte de Bruxelles

La Semaine du Son propose un concours visant à récompenser la meilleure séquence
de Field Recording enregistrée en 2018 sur le parcours de la Promenade Verte de
Bruxelles.

                                                  D’une durée de 2’ à 4’, la séquence sonore
                                                  pourra comprendre des activités humaines, de
                                                  la parole, de la musique, des sons liés à une acti-
                                                  vité mécanique, des sons de la nature…

                                                  Echéance : 15 novembre 2018
                                                  Réglement et détails : www.lasemaineduson.be

                                                  La Semaine du Son se déroulera du 26 janvier
                                                  au 3 février 2019, avec le soutien de Bruxelles
                                                  Environnement.

                                                  14
côté lecture
Paysages citoyens à Bruxelles

La découverte d’une Bruxelles très verte grâce aux projets citoyens

                                              Savez-vous que Bruxelles possède plus de 300
                                              potagers urbains, que chaque quartier propose
                                              un compost collectif, que des friches urbaines
                                              deviennent des vergers, des lieux de culture,
                                              d’exploration, que les guinguettes se multiplient
                                              dans les parcs traditionnels...
                                              Le guide de Christophe et Jacques Mercier met
                                              en lumière l’incroyable énergie que les Bruxellois
                                              déploient pour investir les espaces verts.
                                              Commune par commune, les auteurs nous
                                              emmènent en images à la découverte de 50
                                              projets à la fois verts et citoyens.
                                              Si certains projets sont plus axés « nature »
                                              et d’autres davantage tournés vers le social,
                                              tous favorisent les rencontres entre habitants
                                              « zinneke ».
                                              De plus en plus de villes dans le monde enre-
                                              gistrent la même tendance, mais à Bruxelles, la
                                              quantité et la qualité des paysages verts citoyens
                                              sont uniques.
                                              Bruxelles a une longueur d’avance et le phéno-
                                              mène n’est pas près de s’éteindre !

« Paysages Citoyens à Bruxelles », Christophe et Jacques Mercier. Editions Racine. 128 p. 19,95 €

Une rencontre avec Christophe et Jacques Mercier suite à la sortie du livre aura lieue
le mardi 16 octobre 2018 de 19h à 21h à Tropismes Librairie.
Info et inscriptions : http://tropismes.com/ > agenda > dans nos murs > rencontre...

                                               15
Vivons la ville autrement

Des villes durables où il fait bon vivre au quotidien

Les villes du futur ressembleront-elles au paradis sur Terre, assurant bien-être et santé à tous
les citadins ?
                                             La question peut surprendre, ville et santé n’ayant
                                             pas toujours fait bon ménage dans l’imaginaire
                                             collectif. Pourtant de Paris à Tokyo, en passant
                                             par Zurich ou d’autres villes plus proches, élus,
                                             chercheurs, entreprises et simples citoyens
                                             travaillent main dans la main pour inventer les
                                             métropoles du futur où il fait bon vivre…
                                             Devenues des laboratoires à ciel ouvert, les
                                             villes érigent des bâtiments à énergie positive,
                                             se convertissent à la mobilité douce, réintro-
                                             duisent la nature dans l’espace urbain, inventent
                                             de nouvelles formes de « vivre ensemble »…
                                             Mais de nombreux défis restent à relever afin
                                             d’améliorer nos conditions de vie en ville : réduc-
                                             tion de la pollution, gestion des déchets, accès à
                                             une alimentation saine…
                                             Grâce au concours d’une douzaine d’experts, cet
                                             ouvrage explore les mutations en cours en poin-
                                             tant les avancées comme les limites.
                                             Chacun peut alimenter sa réflexion et choisir en
                                             connaissance de cause s’il préfère être un rat des
                                             villes ou un mulot des champs !

SOMMAIRE
1. De l’énergie à revendre !
2. La mobilité en pente douce
3. Bien chers déchets…
4. La vie en vert
5. Des villes boucliers
6. Bien-être pour tous !

« Vivons la ville autrement », Laurence Estiva et Marjorie Musy, Editions Quae, 2017, 168p., 18,90 €

                                                 16
LA POMME EST TOMBéE DE SON ARBRE

           Son aventure a commencé sous la forme
    d’une fleur.
           Le pommier est l’arbre fruitier par excel-
    lence. Bien sûr, tous les arbres produisent des
    fruits, mais dans les vergers, c’est le pommier
    qui a été principalement planté, ensuite des
    poiriers, des cerisiers, des pruniers...
           Au printemps, les premières feuilles sortent
    des bourgeons. Elles sont dentées. Ensuite,
    app araissent les fleurs, blanches ou roses.
    Celles-ci sont hermaphrodites : les organes
    mâles et femelles sont présents dans chaque
    fleur. Chacune se compose de cinq sépales, cinq
    pétales, vingt étamines (organe mâle) et un
    pistil (organe femelle).
           Comme, le pollen du pommier est lourd,
    ce sont plutôt les insectes (abeilles, bourdons,
    papillons, mouches, etc) qui assureront le trans-
    port de celui-ci à destination.

                         17
Par exemple, lorsqu’une abeille cherche
du nectar, elle butine en visitant fleur après fleur.
Les grains de pollen, libérés par les étamines
mûres, se déposent par centaines sur le corps
de l’abeille. Elle fait sa toilette et récupère
même de nombreux grains (de pollen) pour le
stocker dans la ruche. Malgré tout, quelques
grains peuvent tomber sur les stigmates d’une
nouvelle fleur visitée. Si c’est également une fleur
de pommier, s’ensuit une réaction chimique: le
grain de pollen développ e un tub e pollinique
qui traverse le style pour atteindre l’ovaire et
féconder l’ovule.
       Après la fécondation, différentes parties
de la fleur se transforment: les parois du pistil
se gonflent pour former le futur fruit. Ensuite,
rameaux et feuilles nouvelles poussent encore.
       La sève qui circule des racines jusqu’aux
feuilles s’enrichit lors de la transformation des
sels minéraux par l’action de la photosynthèse.
Action qui se réalise grâce aux rayons du soleil
et à la fixation du carbone contenu dans l’air
par l’intermédiaire de la chlorophylle. On dit
que la sève passe de l’état brut à l’état élaboré.
Cette sève élaborée circule ensuite vers les fruits
et l’extrémité des branches. Trente à quarante
feuilles sont nécessaires pour «nourrir» une
pomme. Un bon ensoleillement fera murir le fruit
plus vite et l’enrichira en sucre.

                            18
La pomme est donc un fruit charnu à cinq
loges contenant les pépins. Les pépins sont les
anciens ovules fécondés et futures graines. Dans
chaque graine se trouve un embryon, plante
miniature dotée de réserves qui serviront à sa
germination.
      Dès qu’il a perdu ses fruits, le pommier
reconstitue ses réserves de nourriture qui lui
permettront d’attendre le prochain printemps.
Avec la chute de ses feuilles, il entre en repos.
      D’autres êtres vivants que nous, sont inté-
ressés par le pommier: une multitude d’insectes
peut se nourrir de l’arbre. De ses fleurs, bien sûr,
mais aussi de ses feuilles et de son écorce, de
son bois et, évidemment, de ses fruits. J’ai même
déjà pu observer un canard piquer du bec dans
une pomme tombée au sol !
Comme nous mangeons également avec les
yeux, nous croquerons volontiers d’abord les
plus belles. Que deviendront celles qui sont
abimées ? Leurs valeurs gustatives conviennent
encore et donc diverses recettes permettront de
prolonger l’automne dans la cuisine.

                      19
Gelée pomme-cannelle                                                 A
Ingrédients
 •    1kg de pommes,
 •    800g de sucre gélifiant,
 •    cannelle,
 •    pot à confiture stérilisé.

Préparation
 •    éplucher les pommes avant de les râper finement ;
 •    écraser à l’aide d’une fourchette les pommes râpées dans un chinois ;
 •    ne récoltez que le jus ;
 •    peser le jus ainsi récolté et ajouter 4/5 de ce poids en sucre ;
 •    verser le tout dans une casserole, ajouter la cannelle ;
 •    porter à ébullition en réglant le feu à 80% de sa puissance ;
 •    compter le temps de cuisson (± 15 min) à partir du moment
      où la formation de bulles ne s’interrompt pas quand on tourne dans la masse ;
 •    écumer en cours de cuisson et mélanger régulièrement ;
 •    verser le contenu dans le pot. Fermer le pot et retourner-le pour
      évacuer l’air et repositionner-le à l’endroit. Laisser refroidir le pot ouvert.

                                    Cake au pommes
8 personnes · Préparation : 20 min · Cuisson : 40 à 45 min

Ingrédients
 •    3 œufs,
 •    150 g de sucre,
 •    200 g de farine fermentante,
 •    3 pommes,
 •    125 g de beurre mou.

Préparation
 •    mélanger le beurre et le sucre ;
 •    séparer les jaunes d’œufs des blancs ;
 •    ajouter les 3 jaunes d’œufs à la préparation ;
 •    rajouter les pommes en morceaux puis la farine en mélangeant bien ;
 •    préchauffer le four (180 °C, thermostat 6) ;
 •    battre les blancs en neige ;
 •    les incorporer à la pâte ;
 •    mettre au four et laisser cuire 40 minutes (vérifier que la cuisson soit suffisante avec la
      lame d’un couteau : rien ne doit y coller).

                                                20
bestiaire de chez nous
Animal couvert de poils, je possède quatre pattes. Qui suis-je?

                   Je suis un mammifère au pelage variant du gris au blanc et du
            brun au fauve. A l’arrière de mon corps, vous avez la possibilité d’aper-
            cevoir une courte queue duveteuse. A l’âge adulte, je peux atteindre la
            taille de 45 cm et peser 1,5 kg. Ma tête est plus longue que mes oreilles.
            J’ai l’ouïe fine et un excellent odorat.
                    Je n’ai pas de canines car je ne suis pas carnivore. J’ai des incisives
            en biseau comme les rongeurs, mais je n’en suis pas un, car je possède
            une seconde paire de petites incisives, à la mâchoire supérieure, juste
            derrière la première paire. J’ai également des molaires. Toutes ces dents
            sont continuellement en croissance.
                    Mes pattes antérieures sont plus courtes que mes pattes posté-
            rieures. Les soles palmaires et plantaires sont velues. Je progresse par
            bonds : je pose d’abord les pattes de devant que je dépasse avec les
            pattes arrières. L’empreinte des pattes de devant mesure 3 cm de long
            et 2 cm de large. L’empreinte des pattes arrières mesure environ 5 cm
            de long et 2,8 cm de large. Mes bonds atteignent 55 cm.
                    Mes confrères et moi, nous sommes essentiellement actifs à
            l’aube et au crépuscule, mais aussi pendant le jour si nous ne sommes
            pas dérangés. Nous sommes malgré tout facile à observer puisque nous
            vivons en terrain découvert, notamment les bords de routes. Les prairies
            sont notre habitat préféré, surtout quand elles s’étendent à proximité
            de bois, de haies ou de rochers, où nous pouvons nous mettre vite à
            couvert. Nous abondons dans les dunes et les falaises enherbées des
            bords de mer. Vous ne nous rencontrez ni sur les landes à bruyères ni
            dans les forêts de conifères.

                                                  21
© La Hulotte

      Je fais des crottes arrondies de 10 mm de diamètre. Je les
dépose sur les buttes des taupinières ou autres petits monticules de
terre, ou regroupées par plaques pour délimiter mon territoire. Certains
me reprochent un comportement peu hygiénique : au petit matin, je
savoure mes crottes, du moins celles issues d’une première digestion.
Elles sont appelées «caecotrophes» (prononcez sécotrofes, vous aurez
l’air instruit). Elles sont bourrées de protéines. Je les gobe à la sortie
de mon anus. Plus petites que mes crottes habituelles, elles sont bril-
lantes, onctueuses et conditionnées par petits paquets. Elles résultent
du manque de qualité gastronomique des herbes que je grignote et de
notre souci de ne pas gaspiller cette source de nourriture.
        Pour notre terrier, nous recherchons des sols meubles dans un
relief accidenté. Aux mœurs grégaires, nous creusons un réseau très
ramifié de galeries sous le couvert de buissons ou sous un talus. Le nid
se trouve dans une rabouillère, petit terrier spécial. Obturé avec de la
terre, il se compose d’herbes sèches et de poils que ma femelle s’arrache
du ventre. La colonie familiale comporte jusqu’à vingt-cinq individus.
Le territoire s’étend à environ 200 mètres autour du terrier, mais il nous
arrive de nous éloigner jusqu’à 500 mètres pour chercher notre nourri-
ture. Le territoire est aussi marqué par les sécrétions de glandes situées
sur les côtés de la mâchoire inférieure. Nous fréquentons des coulées et
des crottoirs réguliers.

                                   22
Nous habitons toute l’Europe sauf le Grand Nord et l’Est. A l’ori-
gine, mes ancêtres n’étaient présents que dans la péninsule ibérique
et l’Afrique du Nord. Des frères et sœurs, voire même des cousins, ont
été introduits depuis longtemps ailleurs (Australie, Nouvelle-Zélande et
Amérique du Sud). C’est sans doute à l’époque romaine que l’homme
a commencé à nous domestiquer soit pour notre chair soit pour notre
fourrure. Au Moyen Age, les moines nous élevaient dans de grands
enclos appelés «garennes». Après avoir retrouvé la liberté, tout individu
domestiqué revient vite à l’état sauvage.
        Au niveau de la reproduction, nous sommes très prolifiques. De
trois à cinq portées peuvent aboutirent chaque année. Dans le sud de
l’Europe, elles sont étalées sur toute l’année, et en Europe occidentale
et centrale de février-mars à septembre-octobre. Les portées sont en
général de 4 à 6 jeunes qui naissent, nus et aveugles, sous terre pendant
le printemps et l’été après 28 à 31 jours de gestation. Les jeunes sortent
du terrier trois semaines après la naissance. Ils sont autonomes dès la
cinquième semaine.
        La maturité sexuelle est acquise à 3-4 mois tandis que la crois-
sance est achevée entre le huitième et le dixième mois. Nous sommes
sédentaires et notre progéniture se disperse dans un rayon de 5 km.
Notre longévité est estimée à 10 ans.

                                   23
Nous sommes herbivores, ou végétariens comme vous dites
pour l’espèce humaine. Nous nous nourrissons en broutant l’herbe et
les buissons. Parfois, certains d’entre nous, se rendent coupables de
sérieux dommages aux récoltes de céréales, et de racines comestibles
comme aux plantations de jeunes arbres. En hiver, nous nous régalons
aussi de bulbes.
       Nous frappons le sol de nos pieds postérieurs pour donner
l’alarme, et nous poussons des couinements aigus en cas d’attaque,
sinon nous sommes silencieux. Nous avons de nombreux prédateurs
à classer parmi les mammifères carnivores terrestres et les grands
rapaces, tant diurnes que nocturnes. Parmi eux, bien sûr le renard roux
et l’autour des palombes. Ce dernier est même un redoutable chas-
seur ! Il observe et écoute longuement à couvert, prêt à entamer une
embuscade. S’élançant en vol, il alterne battements d’ailes et vol plané
tout en se déplaçant à un ou deux mètres du sol. Il fait le tour d’un
buisson, il louvoie entre les branches d’un arbuste. Son approche indi-
recte lui donne la capacité de nous surprendre avant que nous ayons
pu donner l’alarme. Les corvidés, telles que pies et corneilles, profitent
de la chair des imprudents écrasés sur les bords de route.
       Nos populations ont été considérablement réduites par l’intro-
duction du virus de la myxomatose (en 1952 en France) mais elles n’ont
pas été entièrement exterminées. Depuis elles se sont partiellement
reconstituées.

                                        Oryctolagus cuniculus,
                                   dit Lapin de garenne
                                  de l’ordre des Lagomorphes.

                                                               © La Hulotte

                                   24
Echo’consommation
Rencontres Good Food 2018 : croquez la ville !

                              A vos agendas ! Les prochaines Rencontres Good Food auront
                              lieu du 19 au 21 octobre. Un événement pour déguster,
                              cuisiner, cultiver, et trouver une foule de bonnes idées Good
                              Food !

                              C’est désormais un événement automnal incontournable : Bruxelles
                              Environnement convie les citoyens pour 3 jours de rencontres
                              savoureuses autour de l’alimentation durable. Ateliers culinaires,
                              visites de potagers, bon plans zéro gaspi, dégustations de produits
                              locaux ou veggie. Chacun y trouvera son bonheur !

GOOD FOOD SANS GASPI ET SANS DÉCHET
Cette année étant dédiée au « zéro déchet », les activités liées à la réduction du gaspillage
alimentaire seront mises à l’honneur. L’occasion de découvrir et déployer les saveurs Good
Food zéro gaspi avec des recettes de produits « moches », la découverte de frigos solidaires
près de chez vous, des ateliers pour apprendre à mieux conserver les aliments, cuisiner sans
produire de déchet et réduire le volume de ses poubelles grâce au compostage.
Débutant ou passionné, vous trouverez aussi de nombreux ateliers pour apprendre à cultiver ou
produire en ville : plantations d’aromates, de chicons ou d’arbres fruitiers, installation d’un poulailler,
troc de graines locales... Une production « maison » qui permet aussi d’éviter les déchets d’emballage.

SAVEURS BRUXELLOISES
Les Rencontres Good Food sont aussi une occasion rêvée pour découvrir des artisans et
produits locaux. Présentation des farines belges et du cycle de production « du grain au
pain », visite de potagers collectifs dans différents quartiers, balade gourmande à vélo ou
découverte de la culture en aquaponie : autant de façons de croquer la ville à pleines dents !

Programme, infos et inscriptions : www.goodfood.brussels
Plus de 90 activités sont inscrites au programme, à consulter en ligne : n’oubliez pas de
réserver (même les activités gratuites).
Une cartographie en ligne vous permet de retrouver ce qui se passe près de chez vous !

info    Tournesol-Zonnebloem propose deux ateliers pour agir contre le gaspillage alimentaire
        dans le cadre de ces rencontres : « T’as d’beaux restes », en français le samedi 20/10 de
        10h à 12h30, et en néerlandais de 15h à 17h30. Il reste quelques places.
        Inscription via inscription@tournesol-zonnebloem.be

                                                    25
nouvelles diverses
Elargissement de la zone Natura 2000 du sud de Bruxelles

La Région de Bruxelles-Capitale a validé l’intégration de 13 hectares du plateau
Engeland à Uccle au site Natura 2000 «Zones boisées et ouvertes du Sud de la Région
bruxelloise». Les prairies de l’ancien Institut Pasteur rejoignent entre autres ces Zones
Spéciales de Conservation (ZSC) en région bruxelloise.

Le plateau Engeland se trouve déjà entre deux zones Natura 2000, le Kinsendael et le bois de
Verrewinkel. La «Promenade verte» passe sur ce terrain qui comporte des prairies et des bois.
Bruxelles Environnement gère l’aspect écologique du site depuis 2012, et y a installé des ânes
qui débroussaillent de manière naturelle.
Récemment, une étude scientifique a démontré la présence d’une nouvelle espèce de chauve-
souris, le Vespertilion à oreilles échancrées dont la présence n’était pas connue à l’époque
de l’arrêté de désignation. Un rapport datant de 2017 a aussi conclu à l’intérêt d’intégrer le
domaine de l’Institut Pasteur dans la zone Natura 2000.

Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels ou semi-naturels considérés comme
importants pour leur faune ou flore. A Bruxelles, un total de 2 375 ha fait partie de trois
grandes zones Natura 2000, qui comprennent la Forêt de Soignes, les zones boisées et ouvertes
du sud de la Région, la Vallée de la Woluwe et la Vallée du Molenbeek.

                                             26
Clé de détermination des araignées de Belgique

                                         Complétant leur précieuse collection, les Cercles
                                         des naturalistes de Belgique viennent de sortir
                                         une clé de détermination photographique des
                                         araignées de Belgique. Il s’agit de la première clé
                                         de terrain en français reprenant les espèces belges
                                         les plus communes. Richement illustré de photos
                                         prises dans leur environnement, le guide permet
                                         à l’aranéologue amateur ou confirmé d’identifier
                                         plus de 340 espèces.
216 p., 30 € (sans les frais de port)

AUTRES SUJETS
Richement illustrés, voilà de précieux livrets pour les guides-nature et les passionnés de déter-
mination. Réalisés par les écopédagogues de terrain des CNB et avec le soutien d’experts
universitaires dans chaque domaine, les clés sont rendues accessibles à tous par la présence
d’un glossaire, de photos ou d’illustrations.
• « Papillons de jour de Belgique », Stéphane Claerebout, 112 pages, 20 €
• « Criquets, sauterelles, grillons et tétrix de Belgique », Stéphane Claerebout, 96 pages, 20 €
• « Punaises des bois ou Pentatomoïdes de Belgique et des Régions voisines »,
   par Marie-Eve Charlot et Stéphane Claerebout, 112 pages, 20 €

www.guides-nature.be

Semaine Européenne de la Réduction des Déchets
10ème édition

                              Durant la 10ème édition de la Semaine Européenne de
                              Réduction des déchets, venez découvrir les nombreux projets
                              bruxellois en matière de prévention des déchets, réutilisation
                              et recyclage. Cette initiative a lieu du samedi 17 novembre
                              au dimanche 25 novembre 2018.
                              Découvrez le programme : https://environnement.brussels/serd

                              Vous aussi vous voulez organiser une activité zero déchet ? C’est
                              possible ! Inscrivez votre projet avant le 9 novembre via :
                              http://www.ewwr.eu/fr/take_part/info
                                                27
Plan QUIET.BRUSSELS : ensemble, imaginons de
meilleurs environnements sonores pour demain !

De jour comme de nuit, Bruxelles bouge, vit et fait donc du bruit ! Transports, vie
sociale et culturelle, activités économiques, voisinage… sont autant de sources de
plaisir et d’échanges. Mais à côté des bruits assumés, agréables à entendre, d’autres
bruits, excessifs, représentent une réelle pollution acoustique.

                          Ainsi, le bruit a de multiples répercussions dans la vie quotidienne.
                          Parfois, le bruit dérange, indispose et rend malade. Il perturbe en
                          particulier le sommeil et la capacité de concentration, tout comme
                          il accroît le risque de maladies cardio-vasculaires. Outre les consé-
                          quences néfastes pour la santé, le bruit influe sur l’urbanisation, car
                          la tranquillité constitue un critère important pour la qualité de l’habi-
                          tat, du milieu bâti et du paysage. Il s’agit donc d’un véritable enjeu
                          de société.
Le bruit est une des conséquences du dynamisme de Bruxelles mais il doit rester compa-
tible avec la qualité de vie de plus d’un million d’habitants. Pour assurer un développement
économique, social et culturel conciliable avec un environnement sain, la Région de Bruxelles-
Capitale a élaboré le nouveau PLAN QUIET.BRUSSELS. Ses objectifs : réduire les effets du bruit
sur la santé, permettre à chacun d’avoir accès au calme et maintenir l’attractivité de la ville.
Avant son adoption par le gouvernement, le PLAN QUIET.BRUSSELS est soumis à enquête
publique auprès des habitants de la Région de Bruxelles-Capitale jusqu’au 15 décembre 2018.

COMMENT PARTICIPER ?
Transmettez au Gouvernement bruxellois vos priorités en matière de bruit ! Envoyez votre
avis et vos suggestions via le formulaire en ligne, en écrivant à quietbrussels@environne-
ment.brussels ou encore à Bruxelles Environnement, PLAN QUIET.BRUSSELS, site de Tour et
Taxis, avenue du Port 86C/3000 à 1000 Bruxelles.
Les documents en version papier peuvent être consultés auprès des 19 communes de la
Région bruxelloise ou au Centre d’Information de Bruxelles Environnement (av. du Port
86C/3000 à 1000 Bruxelles) du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h.
Des explications techniques sur le contenu du plan, peuvent être obtenues le mercredi après-
midi sur rendez-vous à Bruxelles Environnement.
Vous pouvez également demander à être entendue lors de l’audience publique organisée le
mardi 8 janvier 2019 à 18h à Bruxelles Environnement.

https://environnement.brussels > news > plan-quietbrussels

                                                28
A genda vert
                    Exposition                                   Jusqu’avril 2019
                                                                 Activités Zéro Déchets
Du 18/10 au 1/09/2019                                            Bruxelles Environnement vous propose toute une
Ours & Nounours : une expo que les enfants                       série d’activités sur le thème du Zéro Déchet.
visitent avec leur nounours.                                     Ateliers, séance d’information, événements,...
R.V.: rue Vautier 29, 1000 Bxl                                   Où: partout à Bruxelles
Rens.: IRSNB                                                     Rens.: participez.environnement.brussels

                   Octobre
                                                                 Samedi 20/10 - 10h
Jusqu’au 2/11                                                    Balade d’automne en Forêt de Soignes.

                                                                                                                        octobre • novembre • décembre
To bee or not to bee. Exposition de photos (à                    R.V.: croisement drèves de Tumuli/du Comte, 1170 Bxl
l’extérieur) sur le monde des abeilles, domes-                   Rens.: Société Royale Forestière de Belgique
tiques et sauvages.
R.V..: Rouge-Cloître, 1160 Bxl                                   Samedi 20/10 - 13h30
                                                                 Gestion du jardin naturel modèle du Parc des 3
Mardi 16/10 - 12h15 à 14h                                        Fontaines à Forest.
Conférence par Etienne Duquenne : toiture verte,                 R.V.: entrée, chée de Neerstalle 323, 1190 Bxl
quelles plantes indigènes choisir ?                              Rens.: Natagora
R.V.: Homegrade, place Quetelet 7, 1210 Bxl
Rens. et inscrip.: www.homegrade.brussels                        Samedi 20/10 - 14h - 2€
                                                                 Initiation aux champignons en Forêt de Soignes.
Mercredi 17/10 - 14h                                             R.V.: parking de la rue Nisard, 1170 Bxl
Promenade inter générations en forêt.                            Rens.: Guides Nature du Brabant
R.V.: carrefour Wavre-Souverain, 1160 Bxl
Rens.: Amis de la Nature W.-B.                                   Samedi 20/10 - de 18h30 à 24h
                                                                 Nuit de l’Obscurité, au Rouge-Cloître : observa-
Du vendredi 19 au dimanche 21/10                                 tions astronomiques, sensibilisation à la faune
Rencontres Good Food 2018 : croquez la ville !                   et à la flore nocturnes, expo didactique sur la
3 jours de rencontres savoureuses autour de l’ali-               pollution lumineuse...
mentation durable. Voir rubrique Echo’consom-                    R.V.: drève du Rouge-Cloître, 1160 Bxl
mation page 27.                                                  Rens.: www.besace.be
Rens.: www.goodfood.brussels                                     Dimanche 21/10 - 10h à 16h
                                                                 Journée de la Forêt de Soignes.
Vendredi 19/10 - de 9h30 à 15h30 -                               Rens.: www.journeedelaforetdesoignes.be
30€/12€
Colloque : René Pechère, guide international                     Dimanche 21/10 - 9h30
dans le labyrinthe de l’architecture des jardins et              L’automne en Forêt de Soignes fait la part belle
du paysage.                                                      aux champignons.
R.V.: CIVA, rue de l’Ermitage 55, 1050 Bxl                       R.V.: parking au bout de l’av. Schaller, 1160 Bxl
Rens. et inscrip.: inscription-inschrijving@abajp-bvtl.be        Rens.: Guides Nature du Brabant
Vrijdag 19/10 - 18u30 tot 21u30                                  Dimanche 21/10 - 10h - 0,50 €
Nacht van de duisternis.                                         Faune, flore et histoire des jardins de l’abbaye de
Afspraak: GC Everna, Sint-Vincentiusstraat 30,                   la Cambre.
1140 Evere                                                       R.V.: square de la Croix-Rouge, 1050 Bxl
Inl.: www.everna.be                                              Rens.: Guides Nature du Brabant

                                                            29
Vous pouvez aussi lire