1708 FMH Les rançongiciels dans la santé aussi - 1719 ASSM Des structures de soins plus efficaces pour les patients - Schweizerische ...

 
1708 FMH Les rançongiciels dans la santé aussi - 1719 ASSM Des structures de soins plus efficaces pour les patients - Schweizerische ...
BMS – SÄZ Schweizerische Ärztezeitung – Bollettino dei medici svizzeri – Gasetta dals medis svizzers

                    Bulletin des
                    médecins suisses
                    1707 Editorial                             1719 ASSM                          1754 «Et encore…»
49–50 7. 12. 2016

                    eHealth et quotidien                       Des structures de soins            par Anna Sax
                    ­c linique: un regard                      plus efficaces pour les            Sécurité
                     du Nouveau Monde                         ­p atients

                    1708 FMH
                    Les rançongiciels
                    dans la santé
                    aussi

                                    Offizielles Organ der FMH und der FMH Services www.saez.ch
                                    Organe officiel de la FMH et de FMH Services www.bullmed.ch
                                    Bollettino ufficiale della FMH e del FMH Services
                                    Organ ufficial da la FMH e da la FMH Services
1708 FMH Les rançongiciels dans la santé aussi - 1719 ASSM Des structures de soins plus efficaces pour les patients - Schweizerische ...
SOMMAIRE                                                                                                                                           1705

Rédaction                                                                 Rédaction Ethique
Dr med. et lic. phil. Bruno Kesseli, membre de la FMH (Rédacteur          Dr theol. Christina Aus der Au, p.-d.; Prof. Dr med. Lazare Benaroyo,
en chef); Dipl.-Biol. Tanja Kühnle (Managing Editor);                     membre de la FMH;
Isabel Zwyssig, M.A. (Rédactrice coordinatrice);                          Dr phil., dipl. biol. Rouven Porz, p.-d.
Dr med. Werner Bauer, membre de la FMH; Prof. Dr med. Samia Hurst;        Rédaction Histoire de la médecine
Dr med. Jean Martin, membre de la FMH; lic. oec. publ. Anna Sax, MHA;     Prof. Dr med. et lic. phil. Iris Ritzmann; Dr ès sc. soc. Eberhard Wolff, p.-d.
Dr med. Jürg Schlup, président de la FMH; Prof. Dr med. Hans Stalder,     Rédaction Economie
membre de la FMH;                                                         lic. oec. publ. Anna Sax, MHA
Dr med. Erhard Taverna, membre de la FMH;                                 Rédaction Droit
lic. phil. Jacqueline Wettstein, cheffe de la communication de la FMH     Me Hanspeter Kuhn, chef du Service juridique de la FMH

FMH
      ÉDITORIAL:Yvonne Gilli
1707 eHealth et quotidien c­ linique: un regard du Nouveau Monde

                                         EHEALTH:Pascal Lamia
1708                                    Les rançongiciels dans la santé aussi Les logiciels de rançon appartiennent à une famille
                                         particulière de logiciels malveillants. Ils se propagent typiquement par le biais de fichiers infectés
                                         joints à des courriels (p. ex. dossier de candidature, livraison d’un colis UPS, etc.) ou de sites
                                         Internet piratés. Dans cet article, vous découvrirez les dommages causés par ces «chevaux de
                                         Troie» et des conseils pour s’en protéger.

      ACTUEL:Nicole Steck, Claudia Berlin, Marcel Zwahlen
1710 La prise en charge médicale en fin de vie varie selon les régions

      COMITÉ CENTRAL:Maximiliano Wepfer
 1714 Nouvelles du Comité central

 1715 Nouvelles du corps médical

Organisations du corps médical
      SSMI: H
             ans Ulrich Rothen, Roger Lussmann, Chantal Britschgi, Ursula Betschart
 1717 Sous le signe de la qualité Compte rendu de l’assemblée annuelle de la Société Suisse de Médecine Intensive.

Autres groupements et institutions
      ASSM: H
             ermann Amstad, Agnes Nienhaus
 1719 Maladies rares: des structures de soins plus e
                                                    ­ fficaces pour les patients Diverses organisations ont été créées en Suisse
      avec pour objectif de défendre également au niveau politique les intérêts des personnes atteintes de maladies rares. Le Conseil
      fédéral a chargé l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) d’élaborer un «concept national maladies rares» en collaboration avec
      les organisations et les experts concernés et avec les cantons.

Courrier / Communications
1722 Courrier au BMS
1723 Examens de spécialiste / Communications
1708 FMH Les rançongiciels dans la santé aussi - 1719 ASSM Des structures de soins plus efficaces pour les patients - Schweizerische ...
SOMMAIRE                                                                                                                                                          1706

FMH Services
 1725 Seminare / Séminaires / Seminari
1730 Emplois et cabinets médicaux (version imprimée uniquement)

Tribune
        POINT DE VUE: Bartholomäus Wissmath, Hugo Keune, Fabian Kraus, David Weibel
 1737 Coûts de la recherche et de l’enseignement: la méthode de Zurich s’établit en tant que standard national

        THÈME: Luzi Dubs, Bruno Soltermann, Lorenzo Manfredini
 1741 Knieschmerzen – Unfall oder Erkrankung? Neue Herausforderungen für die Ärzteschaft durch die UVG-Revision 2017

        E-HEALTH: Heinz Bhend, Christian Lovis
1746 Dürfen wir vorstellen? – SNOMED CT

        COMPTE RENDU DE CONFÉRENCE: Felicitas Witte
1750 Swiss Family Docs Conference 2016 in Montreux: Weniger Eigensinn, mehr Teamarbeit

Horizons
        SOUS UN AUTRE ANGLE:Erhard Taverna
 1753 Die Kinderpetition – eine Adventsgeschichte

Et encore...
        Anna Sax
 1754 Sécurité Anna Sax a récemment eu le plaisir d’assister à 3 conférences sur la médecine et le droit.

STRASMANN

                                                                                                                                                                            www.verlag-johannes-petri.ch

Impressum
Bulletin des médecins suisses              personne de contact,                       Prix de l’abonnement: abonnement           obtention explicite de l’autorisation de
Organe officiel de la FMH                  tél. +41 (0)61 467 86 08,                  annuel CHF 320.–, port en sus.             EMH et sur la base d’un accord écrit.
et de FMH Services                         fax +41 (0)61 467 85 56,
                                                                                      ISSN: version imprimée: 0036-7486 /        Note: Toutes les données publiées
Adresse de la rédaction: Elisa Jaun,       stellenmarkt@emh.ch
                                                                                      version en ligne: 1424-4004                dans ce journal ont été vérifiées avec
Assistante de rédaction BMS,
                                           «Office de placement»: FMH Consul-         Paraît le mercredi                         le plus grand soin. Les publications
EMH Editions médicales suisses SA,
                                           ting Services, Office de placement,                                                   signées du nom des auteurs reflètent
Farnsburgerstrasse 8, 4132 Muttenz,                                                   © EMH Editions médicales suisses SA
                                           Case postale 246, 6208 Oberkirch,                                                     avant tout l’opinion de ces derniers,
tél. +41 (0)61 467 85 72,                                                             (EMH), 2016. Le Bulletin des médecins
                                           tél. +41 (0)41 925 00 77,                                                             pas forcément celle de la rédaction du
fax +41 (0)61 467 85 56,                                                              suisses est une publication «open-
                                           fax +41 (0)41 921 05 86,                                                              [BMS]. Les doses, indications et
redaktion.saez@emh.ch, www.saez.ch                                                    access» de EMH. Sur la base de la
                                           mail@fmhjob.ch, www.fmhjob.ch                                                         formes d’application mentionnées
                                                                                      licence Creative Commons «Attribu-
Editeur: EMH Editions médicales                                                                                                  doivent en tous les cas être comparées
                                           Abonnements membres de la FMH:             tion – Pas d’Utilisation Commerciale –
­s uisses SA, Farnsburgerstrasse 8,                                                                                              aux notices des médicaments utilisés,
                                           FMH Fédération des médecins                Pas de Modification 4.0 International»,
 4132 Muttenz, tél. +41 (0)61 467 85 55,                                                                                         en particulier pour les médicaments
                                           suisses, Elfenstrasse 18, 3000 Berne 15,   EMH accorde à tous les utilisateurs le
 fax +41 (0)61 467 85 56, www.emh.ch                                                                                             récemment autorisés.
                                           tél. +41 (0)31 359 11 11,                  droit, illimité dans le temps, de repro-
Marketing EMH / Annonces:                  fax +41 (0)31 359 11 12, dlm@fmh.ch        duire, distribuer et communiquer cette     Production: Schwabe SA, Muttenz,
Dr phil. II Karin Würz, responsable                                                   création au public, selon les conditions   www.schwabe.ch
                                           Autres abonnements: EMH Editions
marketing et communication,                                                           suivantes: (1) citer le nom de l’auteur;
                                           médicales suisses SA, Abonnements,
tél. +41 (0)61 467 85 49, fax +41                                                     (2) ne pas utiliser cette création à des
                                           Farnsburgerstrasse 8, 4132 Muttenz,
(0)61 467 85 56, kwuerz@emh.ch                                                        fins commerciales; (3) ne pas modifier,
                                           tél. +41 (0)61 467 85 75, fax +41          transformer ou adapter cette création.
«Offres et demandes d’emploi/Im-           (0)61 467 85 76, abo@emh.ch                L’utilisation à des fins commerciales      Photo de couverture: © Kaptn |
meubles/Divers»: Matteo Domeniconi,                                                   peut être possible uniquement après        Dreamstime.com, modifiée par EMH
1708 FMH Les rançongiciels dans la santé aussi - 1719 ASSM Des structures de soins plus efficaces pour les patients - Schweizerische ...
FMH Editorial                                                                                                                                     1707

eHealth et quotidien clinique:
un regard du Nouveau Monde
Yvonne Gilli
Dr méd., membre du Comité central de la FMH, responsable du département Numérisation / eHealth

                                 Quelques jours seulement après l’élection du 45e pré-        Les solutions logicielles et matérielles doivent être
                                 sident des Etats-Unis s’est tenu à Chicago le 40e sym­       conviviales et générer une plus-value. «L’informaticien
                                 posium de l’AMIA, l’«American Medical Informatics            connaît la valeur des standards pour l’utilisation des
                                 ­Asso­ciation»1. Ce symposium offre une plateforme           données, l’interopérabilité, la stabilité du système et
                                 scienti­fique indépendante pour l’échange d’expériences      les outils d’aide à la décision. Le clinicien connaît ses
                                 international et interprofessionnel sur l’informatique       propres procédures de travail et ses besoins. C’est en
                                 médicale, la technologie informatique et les soins de        collaborant que chacun atteindra ses objectifs.»3 Telle
                                 santé.                                                       est la conclusion d’un projet de recherche du Vander-
                                 Avec le dossier électronique du patient, la Suisse veut      bilt Hospital, à l’occasion duquel plus de cinquante in-
                                 donner une impulsion au numérique dans le milieu             firmiers-chefs en soins aigus, pédiatrie incluse, se sont
                                 de santé, et le monde politique espère même en re-
                                 tirer un gain d’efficience et une réduction des coûts.     Pour trouver des solutions qui fonctionnent,
                                 Or cet objectif ne pourra pas être atteint sur la base     l’informatique doit suivre les procédures
                                 des conditions-cadres actuelles: les incitatifs finan-     cliniques complexes et non l’inverse.
                                 ciers sont trop faibles pour réunir durablement les
                                 systèmes informatiques des cliniques et les solutions        attelés avec succès à réorganiser le système de docu-
                                 individuelles des cabinets. Le retard en matière de          mentation électronique pour réduire la charge admi-
                                 connaissances et de formation est bien trop important        nistrative.   Les   principaux    problèmes     identifiés
                                 dans le domaine de l’informatique médicale, alors que        concernent la documentation à double ou inutile et les
                                 celui-ci est aujourd’hui déjà en plein essor aux Etats-      processus de communication au sein de l’équipe soi-
                                 Unis et manque même de main d’œuvre.                         gnante. Avec l’aide de groupes de travail interdéparte-
                                                                                              mentaux, ils ont ainsi pu diminuer le temps de docu-
                              Nous devons profiter de l’avance d’autres pays                  mentation d’une demi-heure par soignant et par jour
                              pour mettre au point le dossier électronique                    et réduire d’un tiers le volume de documentation par
                              du patient.                                                     patient. Je peux facilement imaginer que le potentiel
                                                                                              inexploité est identique chez les médecins et qu’il
                                 A l’initiative de la FMH, une délégation du groupe de        ­serait bénéfique pour plus de satisfaction et davantage
                                 travail interprofessionnel sur le dossier électronique       de temps en contact direct avec les patients.
                                 du patient (IPAG EPD) a pris part au congrès de l’AMIA.      Ce n’est là qu’un exemple des défis du quotidien cli-
                                 Dominik Aronsky2 nous a fait visiter deux cliniques de       nique. Les exposés du symposium de l’AMIA com-
1 www.amia.org                   première importance, le Vanderbilt University Medical        portent plus de deux mille pages et touchent pratique-
2 Prof. Dominik Aronsky,
                                 Center à Nashville et le Partners HealthCare à Boston.       ment tous les thèmes également brûlants pour nous,
 MD, PhD, FAC, a étudié
 la médecine à l’Université      Des exposés axés sur la pratique et la visite d’un grand     de la cybermédication au Big Data. Pour trouver des so-
 de Berne et l’informatique      centre d’urgences nous ont sensibilisés au potentiel         lutions qui fonctionnent, l’informatique doit «suivre»
 médicale à l’Université
 d’Utah, Vanderbilt Univer-
                                 encore inexploité en Suisse. Le principal message que        les procédures cliniques complexes et non l’inverse.
 sity, Nashville. Mandaté        je retiendrai est simple: nous ne pourrons profiter de       Les spécialistes en informatique médicale, notamment,
 par la FMH comme expert
                                 l’expérience et de l’avance des Etats-Unis et de certains    sont là pour faire le lien entre ces deux disciplines. Pro-
 IPAG EPD.
3 A Terminology Framework        pays européens qu’en intégrant ces nouvelles connais-        mouvoir la formation, la recherche et la mise en pra-
 for Nursing Documenta-          sances dans nos processus. Car en ce qui concerne la         tique est possible avec des conditions-cadres politiques
 tion Redesign. Deborah
 Ariosto, PhD, MSN, RN.          saisie électronique, la gestion et l’échange de données      appropriées, qui coûtent toutefois un peu plus que ce
 Vanderbilt ­University          de patients, les défis auxquels nous sommes confron-         que la Suisse est pour l’instant prête à investir dans un
 Medical Center, Nashville,
 TN. AMIA S
          ­ ymposium
                                 tés sont les mêmes.                                          avenir qui changera fondamentalement notre système
 2016.                                                                                        de santé.

BULLETIN DES MÉDECINS SUISSES – SCHWEIZERISCHE ÄRZTEZEITUNG – BOLLETTINO DEI MEDICI SVIZZERI          2016;97(49–50):1707
1708 FMH Les rançongiciels dans la santé aussi - 1719 ASSM Des structures de soins plus efficaces pour les patients - Schweizerische ...
FMH eHealth                                                                                                                                          1708

Quand la recherche d’un chef de clinique en psychiatrie mène à un cheval de Troie
Tout a commencé par un message alarmant de notre confrère Jürg Unger du Comité central. Les cliniques psychiatriques ont beaucoup
de peine à pourvoir les postes de cadres avec des médecins qualifiés. Les candidatures spontanées par courriel sont donc intéressantes.
Le problème est que cet été, une candidature spontanée a pratiquement paralysé le système d’exploitation de la clinique. Le document
attaché n’était pas le CV annoncé, mais un cheval de Troie. A la pénurie de personnel est donc venu s’ajouter un grave problème infor-
matique.
Les logiciels malveillants, ou maliciels, ne sont pas un phénomène nouveau. Les chevaux de Troie dissimulés dans un fichier joint à un
courriel font partie des classiques. En revanche, avec la forte progression de l’informatique dans les cabinets et cliniques, les systèmes
d’exploitation des institutions de santé font désormais de plus en plus souvent l’objet d’attaques ciblées, ce qui est nouveau. Or ces ins-
titutions gèrent presque exclusivement des données sensibles. Ici, la protection et la sécurité des données ne sont pas seulement une
question de temps et d’argent; c’est aussi la condition essentielle pour préserver la confiance des patients et garantir la qualité élevée des
traitements.
Suite à l’inquiétude – justifiée – exprimée par Jürg Unger, nous avons souhaité publier une série d’articles sur ce domaine en pleine évo-
lution qu’est le monde numérique et la cybersanté ainsi que sur les possibilités et les risques qu’il présente. Lorsque cela est possible, nous
céderons la parole à des experts, à l’instar de Pascal Lamia de MELANI, qui ouvre cette série d’articles.
                                                                                                                                   Yvonne Gilli
                                        Dr méd., membre du Comité central de la FMH, responsable du département Numérisation / eHealth

Les rançongiciels dans                                                                                                eHealt
                                                                                                                             h
la santé aussi                                                                                                         actuel
Pascal Lamia
Chef de la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information (MELANI)

                          Les logiciels de rançon (chevaux de Troie verrouillant             nouveau: le premier rançongiciel est apparu en Suisse
                          les données), appelés aussi rançongiciels, appartiennent           en 2011 déjà.
                          à une famille particulière de logiciels malveillants
                          (maliciels). Ils se propagent typiquement par le biais de
                                                                                             Forte augmentation du nombre
                          fichiers infectés joints à des courriels (p. ex. dossier de
                                                                                             de victimes
                          candidature, rappels de paiement, livraison d’un colis
                          UPS, etc.) ou de sites Internet piratés.                           Au cours des derniers mois cependant, le nombre de
                          Suite à l’infection, le logiciel chiffre les données               victimes des logiciels de chantage en Suisse a forte-
                          ­présentes sur l’ordinateur de la victime ainsi que sur            ment augmenté. Ce ne sont désormais plus seulement
                          les éventuels lecteurs réseau et supports d’enregis-               les utilisateurs privés qui sont visés par ces attaques,
                          trement (p. ex. disques durs externes, sticks USB)                 mais de plus en plus de petites et moyennes entre-
                          auxquels cet ordinateur est relié, ce qui les rend inu-            prises (PME) principalement dans le secteur de la santé
                          tilisables pour la victime. Une fois les données chif-             (hôpitaux).
                          frées, le logiciel fait alors afficher un écran ver-               Alors qu’en cas d’incident, les utilisateurs privés n’ont
                          rouillé demandant à la victime de payer une certaine               plus accès à leurs données personnelles, les consé-
                          somme d’argent sous la forme d’une monnaie vir-                    quences sont bien plus graves pour les entreprises et
                          tuelle (p. ex. bitcoin) pour déverrouiller les données             en particulier les hôpitaux ou les cabinets médicaux.
                          (chantage).

                                                                                             Pascal Lamia
                          Paiements le plus souvent en bitcoins                                                    Pascal Lamia dirige la Centrale d’enre-
                                                                                                                   gistrement et d’analyse pour la sûreté
                          L’utilisation d’une monnaie virtuelle comme le bitcoin
                                                                                                                   de l’information (MELANI) de la Confé-
                          rend difficile l’identification de l’auteur de l’attaque. De                             dération. MELANI est un modèle de
                          plus, même si la victime paye, il n’existe aucune ga-                                    coopération entre l’Unité de pilotage in-
                          rantie qu’elle puisse récupérer ses données. En payant                                   formatique (UPIC) et le Service de ren-
                          la rançon, la victime participe en outre au financement                                  seignement (SRC), rattachés respective-
                                                                                                                   ment au Département des finances et
                          de l’activité des criminels et leur permet d’améliorer
Crédits photo
                                                                                                                   au Département fédéral de la défense,
Mise à disposition par
                          l’efficacité de leurs prochaines attaques.                                               de la protection de la population et des
l’auteur                  Les logiciels de chantage ne sont pas un phénomène                                       sports.

BULLETIN DES MÉDECINS SUISSES – SCHWEIZERISCHE ÄRZTEZEITUNG – BOLLETTINO DEI MEDICI SVIZZERI        2016;97(49–50):1708–1709
1708 FMH Les rançongiciels dans la santé aussi - 1719 ASSM Des structures de soins plus efficaces pour les patients - Schweizerische ...
FMH eHealth                                                                                                                                                1709

                           Les données chiffrées et rendues ainsi inutilisables                    Vous trouverez des informations détaillées sur les ran-
                           sont souvent des données critiques comme les contrats,                  çongiciels et les mesures de protection sur le site Inter-
                           données de clients et de comptabilité, données de pa-                   net de la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la
                           tients. Un hôpital ou un cabinet peut rapidement se re-                 sûreté de l’information MELANI: https://www.melani.
                           trouver dans une situation d’urgence l’incitant d’autant                admin.ch/ransomware
                           plus à payer la rançon pour pouvoir accéder de nouveau                  Les règles de comportement lors de l’utilisation d’ordi-
                           à ses données.                                                          nateurs et d’Internet ainsi que d’autres mesures permet-
                           Cela ne doit pas arriver. Les trois mesures suivantes                   tant d’améliorer la sécurité informatique dans les PME
                           doivent permettre aux citoyens mais aussi aux PME de                    peuvent être consultées sur les sites Internet suivants:
                           se protéger efficacement contre les rançongiciels:
                                                                                                   –	Règles de comportement: https://www.melani.admin.ch/ve-
                                                                                                      rhaltensregeln
                                                                                                   –	Sécurité informatique: aide-mémoire pour les PME: https://
                           Conseils de sécurité                                                       www.melani.admin.ch/melani/fr/home/documentation/
                           Veillez à effectuer des sauvegardes régulières de vos données.             listes-de-controle-et-
                           Les données devraient être sauvegardées sur un lecteur externe             instructions/securite-informatique--aide-memoire-pour-les-
                           (hors ligne), p. ex. sur un disque dur externe. Après la sauve-            pme.html
                           garde, veillez à déconnecter de l’ordinateur le support contenant       –	Programme en 10 points pour améliorer la sécurité informa-
                           les données sauvegardées, sans quoi ces données pourront éga-              tique: https://www.kmu.admin.ch/kmu/fr/home/savoir-pra-
                           lement être verrouillées et rendues inutilisables en cas d’infec-          tique/gestion-pme/infrastructure-ti/infrastructure-technolo-
Correspondance:            tion de l’ordinateur par un rançongiciel.                                  gie-information-ti/infrastructure-securite-ti.html
Fédération des médecins    Faites preuve d’une grande prudence avec les courriels. N’ouvrez
suisses (FMH)
                           jamais les fichiers joints à un courriel inattendu ou provenant
Divisions Numérisation /
                           d’un expéditeur inconnu et ne cliquez sur aucun lien.
eHealth
                           Il convient de toujours maintenir à jour les logiciels et modules
Elfenstrasse 18
Cas postale 300            d’extension installés sur son ordinateur. Veillez à ce que tous les
CH-3000 Berne 15           logiciels, applications et modules d’extension de navigateur web
Tél. 031 359 11 11         (p. ex. Flash Player, Java) installés soient toujours à jour. Lorsque
ehealth[at]fmh.ch          cela est possible, activez toujours la mise à jour automatique.

BULLETIN DES MÉDECINS SUISSES – SCHWEIZERISCHE ÄRZTEZEITUNG – BOLLETTINO DEI MEDICI SVIZZERI               2016;97(49–50):1708–1709
1708 FMH Les rançongiciels dans la santé aussi - 1719 ASSM Des structures de soins plus efficaces pour les patients - Schweizerische ...
FMH Ac tuel                                                                                                                                               1710

La prise en charge médicale en fin
de vie varie selon les régions
PhD Nicole Steck, PhD Claudia Berlin, Prof. Marcel Zwahlen
Institut de médecine sociale et préventive (ISPM) de Berne

                                En regard du vieillissement de la population en Suisse, les soins médicaux en fin de
                                vie prennent de plus en plus d’importance. Mais de nombreuses questions restent
                                encore sans réponse. Les chercheurs de l’Institut de médecine sociale et préventive
                                (ISPM)* de Berne ont examiné les différences régionales concernant la densité des
                                soins hospitaliers, l’endroit où les personnes meurent et les coûts des soins en fin
                                de vie.

                                Les soins médicaux et infirmiers aux personnes en fin                 par les proches aidants. Le chercheur André Busato,
                                de vie ou «End-of-Life-Care» ont suscité une attention                ­décédé en novembre 2013, a initié à l’ISPM de Berne
                                accrue ces dernières années. En 2009, la Confédération                plusieurs projets dans le cadre du PNR 67, dont la plu-
                                et les cantons ont ainsi défini la «Stratégie nationale en            part sont désormais achevés. Les résultats de ces pro-
                                matière de soins palliatifs» qu’ils ont mise en œuvre                 jets sont présentés ici.
                                ces dernières années. Par fin de vie, on entend les der-
                                niers jours, semaines ou mois précédant le décès. Même
                                                                                                      En Suisse romande, les personnes en fin de
                                si cette période peut concerner n’importe quelle classe
                                                                                                      vie restent plus longtemps à l’hôpital
                                d’âge, plus de 80% des personnes qui meurent en Suisse
* Les chercheurs suivants
  de l’ISPM ont participé aux   ont plus de 65 ans. Le Fonds national suisse (FNS) a                  L’analyse de la densité des soins prodigués en fin de vie
  projets présentés: Profes­-   lancé en 2012 le programme PNR 67 «Fin de vie» [1]. Ce                soulève des questions: quelle période précédant la mort
  seur Kerri Clough-Gorr,
  Professeur Matthias Egger,    programme a pour objectif de mieux faire comprendre                   est examinée? Comment la densité est-elle définie et
  Professeur Marcel             cette phase de la vie et les thèmes qui y sont liés,                  quantifiée? Dans le cadre d’un travail systématique,
  Zwahlen, Xhyljeta Luta,
  PhD, Maud Maessen, PhD,
                                comme les directives anticipées du patient, l’accès aux               l’équipe End-of-Life de l’ISPM a examiné de quelle ma-
  et Radoslaw Panczak, PhD.     soins palliatifs, l’aide au suicide et l’accompagnement               nière ces questions avaient été abordées dans la litté-
                                                                                                      rature spécialisée [2]. Plus de 1500 articles ont permis
                                                                                                      d’identifier 58 études ayant analysé et quantifié la den-
                                                                                                      sité des soins médicaux en fin de vie. La période exa-
Résumé
                                                                                                      minée varie de 48 heures à douze mois avant la mort.
En regard du vieillissement de la population en Suisse, les soins médicaux en fin de vie
                                                                                                      Afin d’évaluer la densité de ces soins, la plupart des
prennent de plus en plus d’importance. Par fin de vie, on entend les derniers jours, semaines
ou mois précédant le décès. En 2012, le Fonds national suisse pour la recherche scientifique          études se sont basées sur les hospitalisations, les ad-
a lancé le programme de recherche PNR 67 «Fin de vie», dans le but de mieux comprendre                missions en soins intensifs et les chimiothérapies. Ce-
les enjeux que représentent l’accès aux soins palliatifs, l’assistance au suicide et la prise en      pendant, ces indicateurs n’ont pas été validés, et une
charge des proches. Le Professeur André Busato, spécialiste en recherche sur les soins, dé-
                                                                                                      expertise largement étayée fait défaut.
cédé il y a trois ans, a initié différents projets au sein de l’Institut suisse de médecine sociale
et préventive (ISPM) à Berne dans le cadre du programme PNR 67. Les résultats des études
                                                                                                      Les chercheurs se sont ensuite penchés sur la situa-
désormais disponibles montrent qu’il existe de grandes différences entre les régions en ce            tion en Suisse. Notamment sur les différences régio-
qui concerne la densité des soins prodigués en fin de vie, le lieu du décès et les coûts occa-        nales concernant le nombre de patients mourant à
sionnés. Alors que ces différences s’expliquent en partie suivant la région linguistique et l’in-     l’hôpital. Pour cela, ils ont utilisé des données de la
frastructure disponible, aucun lien n’a pu en revanche être établi en ce qui concerne les fac-
                                                                                                      ­Statistique médicale des hôpitaux (voir encadré). L’étude
teurs socio-économiques, les différences se justifiant pour la plupart par les différents types
de maladie et par les préférences des patients. Une partie de la variabilité n’étant cependant        s’est intéressée aux patients de plus de 18 ans ayant été
ni justifiée ni souhaitée, d’autres études seront nécessaires pour mieux en comprendre les            hospitalisés pour une période de six mois maximum
tenants et les aboutissants et déterminer les éventuelles mesures à prendre.                          entre leur admission et leur décès. Au total, les données
                                                                                                      de 24 400 personnes décédées en 2010 ont été analy-

BULLETIN DES MÉDECINS SUISSES – SCHWEIZERISCHE ÄRZTEZEITUNG – BOLLETTINO DEI MEDICI SVIZZERI                  2016;97(49–50):1710–1713
1708 FMH Les rançongiciels dans la santé aussi - 1719 ASSM Des structures de soins plus efficaces pour les patients - Schweizerische ...
FMH Ac tuel                                                                                                                                              1711

                        sées [3]. Au cours des six derniers mois de leur vie,
                        ces patients ont été hospitalisés en moyenne 2,2 fois et           Groupe de dialogue «Recherche
                        ont passé, en tout, presque un mois (29 jours) à l’hôpi-           prioritaire: recherche sur les soins»
                        tal. Près d’un tiers ont été transférés au moins une               Pour le corps médical, la recherche sur les soins constitue un
                        fois en soins intensifs, où ils ont passé en moyenne               ­domaine scientifique important porteur d’avenir. Dans un sec-
                                                                                            teur de la santé en pleine mutation (nouveaux modèles de finan-
                        39,7 heures. Une analyse de régression multivariable
                                                                                            cement et de soins, évolutions démographiques, transferts
                        a ­révélé que les patients atteints d’un cancer restaient           sectoriels, etc.), il est impératif que la recherche sur les soins
                        plus longtemps à l’hôpital que les personnes admises                bénéficie d’un ancrage académique. Le Fonds national a reconnu
                        suite à un accident, une maladie cardio-vasculaire, une             cet impératif et a lancé en 2015 le PNR 74 «Smarter Health Care»,
                                                                                            un programme national prioritaire de recherche sur les soins
                        infection ou une maladie de l’appareil digestif. Les pa-
                                                                                            (http://www.snf.ch/de/fokusForschung/nationale-forschungspro
                        tients jeunes (19 à 40 ans) et les patients très âgés (plus
                                                                                            gramme/nfp-74/).
                        de 90 ans) ont, en moyenne, été hospitalisés moins                  Afin de pouvoir créer les bases scientifiques d’une recherche in-
                        longtemps au cours des six derniers mois de leur vie.               dépendante dénuée de tout intérêt particulier, la Fédération des
                        Les régions linguistiques présentent en outre des dif-              médecins suisses (FMH), la Conférence des sociétés cantonales
                                                                                            de médecine (CCM) et NewIndex soutiennent le groupe de dia-
                        férences notables: en Suisse romande, les patients en
                                                                                            logue «Recherche prioritaire: recherche sur les soins» de l’Institut
                        fin de vie sont restés en moyenne plus longtemps à                  de médecine sociale et préventive de l’Université de Berne.
                        l’hôpital qu’en Suisse alémanique, à l’exception de la              A l’instar d’un forum, un groupe de dialogue a pour but de sollici-
                        ville de Bâle, où les personnes âgées passent un cin-               ter l’échange d’informations: les représentants des organisations
                        quième de temps en plus à l’hôpital que la moyenne                  mentionnées et des groupes de recherche discutent régulièrement
                                                                                            des travaux en cours et des projets à venir dans le domaine de la
                        nationale. De manière générale, les différences régio-
                                                                                            recherche sur les soins. Par ailleurs, le groupe de dialogue vise à
                        nales sont plus importantes pour les personnes âgées                sensibiliser le corps médical à la recherche sur les soins et à en
                        que pour les plus jeunes.                                           favoriser l’acceptation, tout en soulignant les avantages concrets
                                                                                            de cette recherche pour le corps médical.
                                                                                            Il est ouvert aux propositions en ce qui concerne les sujets à trai-
                        Mourir en institutions: là encore                                   ter, les questions, les discussions ou les demandes d’informations
                        des différences régionales                                          supplémentaires. La division Données, démographie et qualité
                                                                                            (DDQ) de la FMH assure la coordination du groupe de dialogue
                        La plupart des personnes souhaitent mourir chez                     et se tient à disposition pour tout complément d’information par
                        elles [4]. Une évaluation de l’Observatoire suisse de               courriel à ddq[at]fmh.ch ou par téléphone au 031 359 11 11.

                        la santé (Obsan) a cependant révélé qu’entre 2006 et
                        2011, plus de trois quarts de toutes les personnes décé-           méso concerne les caractéristiques et les préférences
                        dées sont mortes dans un hôpital ou une institution                du personnel médical ainsi que l’offre locale et l’orga-
                        [5]. L’équipe End-of-Life de l’ISPM a élaboré un concept-          nisation des soins. Le niveau micro se réfère aux carac-
                        cadre répartissant les différences dans les soins médi-            téristiques et préférences des patients et du personnel
                        caux en fin de vie en trois niveaux de déterminants [6]:           infirmier, mais aussi au type et à la gravité de la mala-
                        le niveau macro couvre l’environnement général                     die (voir fig. 1).
                        comme les facteurs socio-économiques et politiques,                Sur la base de ces trois niveaux de déterminants, l’équipe
                        la politique de santé et le contexte culturel. Le niveau           a examiné 41 000 cas de décès de patients de plus de

                        Figure 1: Déterminants possibles pour les différences de soins en fin de vie.

BULLETIN DES MÉDECINS SUISSES – SCHWEIZERISCHE ÄRZTEZEITUNG – BOLLETTINO DEI MEDICI SVIZZERI        2016;97(49–50):1710–1713
1708 FMH Les rançongiciels dans la santé aussi - 1719 ASSM Des structures de soins plus efficaces pour les patients - Schweizerische ...
FMH Ac tuel                                                                                                                                 1712

                        65 ans dans les institutions suisses et analysé les diffé-   ont utilisé les données de six assurances-maladie suisses
                        rences régionales [7], soit environ 80% de tous les cas      (CSS, Groupe Mutuel, Helsana, Sanitas, SWICA, Visana),
                        de décès chez les plus de 65 ans en 2010. Cette analyse      qui représentent environ 60% des personnes décédées
                        a révélé que la part des décès en institutions augmente      entre 2008 et 2010. Ces données anonymisées ont été
                        avec l’âge pour atteindre presque 80% chez les plus          reliées à la Statistique des causes de décès de l’Office
                        de 90 ans. Pour les femmes, la probabilité de mourir à       fédéral de la statistique (OFS) afin d’y ajouter les infor-
                        l’hôpital est pratiquement de 50% inférieure à celle des     mations manquantes telles que la cause du décès, la
                        hommes. Mais les caractéristiques individuelles ne sont      nationalité, l’état civil et la religion. Par ailleurs, la FMH
                        pas les seuls éléments susceptibles d’influencer le lieu     et l’OFS ont mis à disposition d’autres informations
                        du décès: au plan régional, les personnes habitant à         concernant les fournisseurs de prestations, leur dis-
                        proximité d’une ville ont une plus grande probabilité        ponibilité et la population.
                        de mourir à l’hôpital que les personnes résidant en ville    L’analyse de toutes les factures traitées par les caisses-
                        même ou à la campagne. Par ailleurs, les personnes de        maladie pendant les douze derniers mois des 113 277 as-
                        Suisse latine sont plus souvent décédées à l’hôpital que     surés décédés entre 2008 et 2010 a montré que les
                        les habitants de Suisse alémanique. Une plus forte den-      ­dépenses médicales en dernière année de vie s’élèvent
                        sité de médecins et d’institutions de soins ambulatoires     à 32 500 francs en moyenne. Les coûts les plus im­
                        est associée à une plus faible probabilité de mourir à       portants ont été occasionnés par les jeunes patients
                        l’hôpital.                                                   décédés du cancer (notamment d’une tumeur colo­
                                                                                     rectale, du sein ou de la prostate). La région «la plus
                                                                                     chère» affiche des coûts sept fois supérieurs à la région
                        Les coûts de santé de la dernière année
                                                                                     «la moins chère». Ces différences diminuent lorsque
                        de vie varient considérablement
                                                                                     ­divers facteurs sont pris en compte, notamment l’âge,
                        Les coûts de santé de la dernière année de vie sont en       la raison du décès et la région linguistique (voir fig. 2).
                        moyenne cinq fois supérieurs à ceux des années pré-          En revanche, l’offre de soins médicaux dans la région
                        cédentes. Pour examiner les différences en fonction          n’a aucun impact sur les coûts. L’étude n’a pas permis
                        des régions et des fournisseurs de prestations, les cher-    d’expliquer toutes les différences de coûts entre les ré-
                        cheurs ont effectué une analyse à petite échelle [8]. Ils    gions, ni celles concernant la dernière année de vie des

                        Figure 2: Coûts de santé dans les 12 derniers mois de vie.

BULLETIN DES MÉDECINS SUISSES – SCHWEIZERISCHE ÄRZTEZEITUNG – BOLLETTINO DEI MEDICI SVIZZERI   2016;97(49–50):1710–1713
1708 FMH Les rançongiciels dans la santé aussi - 1719 ASSM Des structures de soins plus efficaces pour les patients - Schweizerische ...
FMH Ac tuel                                                                                                                                              1713

                          femmes âgées, même après la prise en compte de tous
                          les facteurs. La nette diminution des différences de          Statistique médicale des hôpitaux
                          coûts, lorsqu’on tient compte de la région linguistique,      et Statistique des hôpitaux
                          indique que l’organisation des soins en fin de vie est        La Statistique médicale des hôpitaux recensée par l’Office fédéral
                          ­gérée différemment selon les régions en Suisse.              de la statistique (OFS) ainsi que la Statistique des hôpitaux sont
                                                                                        des sources importantes pour la recherche sur les soins en fin de
                                                                                        vie de l’ISPM.
                          Les personnes seules sollicitent-elles                        La Statistique médicale des hôpitaux recense chaque année les
                                                                                        données des hospitalisations effectuées en Suisse. L’OFS collecte
                          moins d’aide médicale dans leur dernière
                                                                                        les informations sociodémographiques des patients telles que
                          année de vie?                                                 l’âge, le sexe et la région de domicile, les données administra-
                                                                                        tives comme le type d’assurance et le séjour avant l’admission,
                          Une autre analyse des données des assurances-maladie
                                                                                        et les informations médicales constituées des diagnostics posés
                          s’est penchée sur les personnes pour lesquelles il n’existe   et des traitements effectués.
                          aucune facture de leur caisse-maladie pour les douze          La Statistique des hôpitaux sert principalement à décrire l’infra­
                          derniers mois de leur vie. L’équipe End-of-Life a examiné     structure et l’activité des hôpitaux et des maisons de naissance
                                                                                        en Suisse. Les établissements sont tenus de fournir annuelle-
                          dans quelle mesure les caractéristiques personnelles
                                                                                        ment des données notamment sur leurs prestations ambula-
                          des patients et leur domicile sont déterminants [9].
                                                                                        toires et stationnaires, sur leur personnel et sur leurs comptes
                          Les patients concernés sont principalement des per-           d’exploitation. Les données collectées sont utilisées à des fins
                          sonnes jeunes, seules, veuves ou divorcées ainsi que          statistiques et administratives.
                          des personnes pour lesquelles une maladie relevant de
                          «troubles mentaux et du comportement» (par exemple
                                                                                        Crédits photo
                          démence) avait été indiquée comme étant la cause du           © Institut de médecine sociale et préventive (ISPM) de Berne
                          décès. Il se peut que ces personnes perçoivent moins la
                          nécessité d’une aide médicale, qu’elles sollicitent de        Références
                                                                                        1   Fonds national suisse. PNR 67 Fin de vie. Secondary PNR 67 Fin
                          l’aide trop tard ou qu’elles soient dépassées par la tra-
                                                                                            de vie 2012. http://www.snf.ch/fr/pointrecherche/programmes-
                          casserie administrative. Dans tous les cas, les raisons de        nationaux-de-recherche/pnr67-fin-de-vie/Pages/default.aspx
                          l’inexistence de factures devront faire l’objet d’études      2   Luta X, Maessen M, Egger M, Stuck AE, Goodman DC, Clough-Gorr
                                                                                            KM. Measuring intensity of end of life care: a systematic review.
                          supplémentaires.                                                  PloS One 2015;10(4):e0123764. doi:10.1371/journal.pone.0123764.
                                                                                        3   Maessen M, Panczak R, Luta X, Stuck AE, Egger M, Goodman DC,
                                                                                            Zwahlen M, Clough-Gorr KM. The intensity of care during the last
                          Les analyses avec des données de routine                          six months of life: an analysis of Swiss administrative hospital
                                                                                            data. Manuscript under review.
                          posent des problèmes                                          4   Rainsford S, MacLeod RD, Glasgow NJ. Place of death in rural pallia-
                                                                                            tive care: A systematic review. Palliative medicine 2016;30(8): 745-
                          Toutes les analyses de l’équipe End-of-Life sont basées           63. doi: 10.1177/0269216316628779.
                          sur des données qui avaient été recensées à des fins sta-     5   Obsan. Analyse du lieu de décès 2006–2011. 2013. http://www.bag.
                                                                                            admin.ch/themen/gesundheitspolitik/13764/13777/13793/index.
                          tistiques et administratives au cours des années précé-           html?lang=fr
                          dentes. Par conséquent, ces données étaient de qualité        6   Luta X, Panczak R, Maessen M, Stuck AE, Egger M, Goodman DC,
                                                                                            Clough-Gorr KM. Understanding variation in end of life care: A
                          variable et n’ont pas permis de répondre à toutes les
                                                                                            conceptual Framework. Manuscript under review.
                          questions. Des informations importantes comme le de-          7   Luta X, Panczak R, Maessen M, Egger M, Goodman DC, Zwahlen M,
                          gré de sévérité des maladies, les préférences du patient          Stuck AE, Clough-Gorr KM. Dying among older adults in Switzer-
                                                                                            land: who dies in hospital, who dies in a nursing home? BMC Pallia-
                          et de ses proches ainsi que la pratique courante n’ont            tive Care 2016;15(1):83.
                          pas été disponibles.                                          8   Panczak R, Luta X, Maessen M, Stuck AE, Berlin C, Schmidlin K,
                                                                                            Reich O, von Wyl V, Goodman DC, Egger M, Zwahlen M, Clough-
                          Néanmoins, les études ont montré que la Suisse pré-               Corr KM. Regional Variation of Cost of Care in the Last 12 Months
                          sentait d’énormes différences régionales pour la der-             of Life in Switzerland: Small-Area Analysis Using Insurance Claims
                                                                                            Data. Med Care 2016. doi: 10.1097/mlr.0000000000000634.
                          nière phase de vie concernant la densité des soins à
                                                                                        9   Panczak R, Luta X, Maessen M, Stuck AE, Berlin C, Schmidlin K,
                          l’hôpital, le lieu du décès et les coûts décomptés par            Reich O, von Wyl V, Goodman DC, Egger M, Clough-Gorr KM, Zwah-
                          les caisses-maladie. La région linguistique et, en partie,        len M. Death at no cost? Persons with no health insurance claims
                                                                                            in the last year of life in Switzerland. Manuscript under review.
                          l’infrastructure existante permettent d’expliquer
                          quelques-unes des différences, mais de loin pas
                          toutes. Une partie d’entre elles s’explique par des ma-
                          ladies différentes ou les préférences des patients. Mais
Correspondance:
Marcel Zwahlen            une autre partie serait injustifiée, et donc indésirable.
Finkenhubelweg 11         Pour mieux comprendre les raisons profondes et iden-
CH-3012 Berne
marcel.zwahlen[at]ispm.
                          tifier des contre-mesures éventuelles, des analyses
unibe.ch                  supplémentaires s’avèrent nécessaires.

BULLETIN DES MÉDECINS SUISSES – SCHWEIZERISCHE ÄRZTEZEITUNG – BOLLETTINO DEI MEDICI SVIZZERI      2016;97(49–50):1710–1713
FMH Comité central                                                                                                                             1714

Séance du 20 octobre 2016

Nouvelles du Comité central
Maximiliano Wepfer
Chef adjoint de la division Communication de la FMH

                          Plate-forme en ligne des initiatives qualité – La plate-       tion de la loi fédérale sur le dossier électronique du pa-
                          forme en ligne des initiatives qualité montre le large         tient (LDEP) en collaboration avec l’OFSP et eHealth-
                          éventail de projets en faveur de l’assurance et du déve-       Suisse, et fait valoir les points de vue professionnels et
                          loppement de la qualité dans le système de santé de            interprofessionnels des organisations concernées. Au
                          notre pays. Comme la plate-forme et les initiatives            cours des six derniers mois, il a notamment rédigé et
                          mises en ligne ne sont plus actuelles, la plate-forme va       approuvé le rapport sur la cybermédication avec un
                          faire peau neuve et le nombre d’initiatives qualité sera       exemple de cas intégré et une liste d’indication pour
                          augmenté et complété en permanence. De plus, de nou-           les formats utilisés. Ces travaux ont mis en lumière
                          velles rubriques doivent permettre de mieux représen-          quelques problèmes structurels au sein du GTI DEP qui
                          ter les acteurs de la santé. Le Comité central (CC) a validé   se sont traduits par la fusion des deux groupes de tra-
                          l’actualisation de la plate-forme en ligne des initiatives     vail cybermédication et eTransition of Care. Le GTI DEP
                          qualité.                                                       va maintenant poursuivre ses travaux relatifs au rap-
                                                                                         port de sortie électronique et mettre la priorité sur
                          Nouveau rapport médical pour l’évaluation de la santé          l’adoption des dispositions d’exécution du DEP.
                          des requérants d’asile déboutés – Suite à un change-
                          ment de système, l’évaluation médicale des requérants          Droit d’exécution de la LDEP − Le droit d’exécution de
                          d’asile déboutés relève désormais du médecin de                la loi sur le dossier électronique du patient a fait l’objet
                          l’Oseara chargé d’accompagner leur rapatriement et non         d’une consultation jusqu’à juin 2016. Plusieurs critiques
                          du médecin traitant. Sur la base d’une liste de contre-        ont portées sur différents thèmes du droit d’exécu-
                          indications et d’un nouveau formulaire, le médecin             tion, dont notamment la réglementation pléthorique
                          traitant doit noter les éventuelles contre-indications         et l’éloignement de la réalité du terrain. Même si de
                          médicales aux rapatriements sous contrainte, pour              nombreuses adaptations devraient être reprises suite
                          autant que le patient l’ait délié du secret médical, et        aux ateliers de cet automne, des points centraux ne sont
                          les transmettre au médecin accompagnant. La FMH                pas encore réglés. Les problèmes liés à la définition des
                          soutient la séparation des rôles claire, obtenue grâce à       détails techniques à l’occasion d’un manque de gouver-
                          ce changement de système, entre le médecin traitant,           nance et les exigences fixées aux offices chargés de
                          le médecin accompagnant et les décisions adminis-              vérifier les qualifications des professionnels de la santé
                          tratives. La séparation des pouvoirs et le secret médical      (e-identité) ne sont pas encore résolus.
                          sont respectés. Le CC approuve le nouveau «Formulaire
                          de signalement des contre-indications médicales et             ST Reha − SwissDRG SA a planifié l’introduction du sys-
                          autres mesures» et autorise l’insertion du logo de la          tème tarifaire de la réadaptation hospitalière (ST Reha)
                          FMH pour ce formulaire.                                        pour le 1er janvier 2020. Dans les versions suivantes, elle
Correspondance:                                                                          prévoit d’y intégrer les interventions respectivement
FMH                       Groupe de travail interprofessionnel sur le dossier            les codes CHOP. La FMH aide les sociétés de discipline
Maximiliano Wepfer
Elfenstrasse 18           électronique du patient (GTI DEP) − Ce groupe de travail       concernées à rédiger les demandes de proposition qui
CH-3000 Berne 15          réunit la FMH et sept autres organisations de profes-          seront nécessaires pour la CHOP. La préversion ST Reha
Tél. 031 359 11 11
Fax 031 359 11 12
                          sionnels de la santé. Il suit et accompagne les travaux        0.4 sera disponible à partir du 1er janvier 2018 pour des
kommunikation[at]fmh.ch   en lien avec la mise en place des dispositions d’exécu-        simulations.

BULLETIN DES MÉDECINS SUISSES – SCHWEIZERISCHE ÄRZTEZEITUNG – BOLLETTINO DEI MEDICI SVIZZERI     2016;97(49–50):1714
FMH Nouvelles du corps médical                                                                                                               1715

Nouvelles du corps médical
                                                                                                     als Chef- und Leitende Ärzte/-innen:
Todesfälle / Décès / Decessi                    Praxiseröffnung / Nouveaux cabinets
Jean-Pierre Christen (1919), † 22.8.2016,       médicaux / Nuovi studi medici
                                                                                                     Manfred Gartner, Facharzt für Allgemeine
Spécialiste en pédiatrie, 1260 Nyon             GE
                                                                                                     ­Innere Medizin, D-79713 Bad-Säckingen,
                                                                                                      ­Leitender Arzt im ASANA Spital Leuggern
Ruth Amberg-Leder (1942), † 10.10.2016,         Mireille Comtesse,                                     seit 1. Mai 2016
Fachärztin für Allgemeine Innere Medizin,       Spécialiste en pédiatrie,
3280 Murten                                     30, rue Alexandre-Gavard, 1227 Carouge
                                                                                                     als Assistenz- und Oberarztmitglieder:

Katherina Papageorgiou (1967), † 21.10.2016,    Fleur Marie Dupla,
                                                                                                     Joachim Benedikt, Facharzt für Orthopädische
Fachärztin für Kinder- und Jugendmedizin,       Spécialiste en gynécologie et obstétrique,
                                                                                                     Chirurgie und Traumatologie des Bewe-
8057 Zürich                                     176, route de Saint-Julien, 1228 Plan-les-Ouates
                                                                                                     gungsapparates, 5454 Bellikon, Oberarzt in
                                                                                                     der Rehaklinik Bellikon seit 1. Oktober 2016
Pierre Albert Chappuis (1923), † 29.10.2016,
Facharzt für Allgemeine Innere Medizin,         Aargauischer Ärzteverband                            Diese Kandidaturen werden in Anwendung
6045 Meggen                                                                                          von Art. 5 der Statuten des Aargauischen
                                                Zur Aufnahme in den Aargauischen Ärzte­
                                                                                                     Ärzteverbandes veröffentlicht. Einsprachen
                                                verband haben sich angemeldet:
                                                                                                     müssen innert 14 Tagen seit der Bekannt­
Marianne Rüedi-Dürst (1959), † 30.10.2016,
                                                                                                     machung schriftlich und begründet der
Fachärztin für Allgemeine Innere Medizin,       als ordentlich praktizierende Mitglieder:
                                                                                                     Geschäftsleitung des Aargauischen Ärztever-
8253 Diessenhofen
                                                                                                     bandes eingereicht werden. Nach Ablauf der
                                                Isabell Bannwart, Fachärztin für Allgemeine          Einsprachefrist entscheidet die Geschäfts­
                                                Innere Medizin, FMH, 5632 Buttwil, a ­ ngestellt     leitung über Gesuch und allfällige Einspra-
                                                in Praxis in Villmergen per 9. Januar 2017           chen.

                                                Maja Friess, Fachärztin für Allgemeine Innere
                                                Medizin, FMH, 5024 Küttigen, Praxiseröff-            Ärztegesellschaft des Kantons Bern
                                                nung in Praxisgemeinschaft in Erlinsbach
                                                                                                     Ärztlicher Bezirksverein Bern Regio
                                                per 1. März 2017
                                                                                                     Zur Aufnahme als ordentliches Mitglied hat
                                                                                                     sich angemeldet:
                                                Jacek Kilandowski, Facharzt für Kinder- und
                                                Jugendmedizin, D-50769 Köln, Praxiseröff-
                                                                                                     Elisabeth Leuenberger, Fachärztin für Gynäko-
                                                nung in Berikon per 1. Januar 2017
                                                                                                     logie und Geburtshilfe, FMH, Frauenpraxis,
                                                                                                     Riedweg 3, 3001 Bern
                                                Barbara Lüpold, Fachärztin für Allgemeine
                                                ­Innere Medizin, FMH, 5600 Lenzburg, Praxis­         Einsprachen gegen dieses Vorhaben müssen
                                                 eröffnung in Praxisgemeinschaft in Möriken          innerhalb 14 Tagen seit der Veröffentlichung
                                                 seit 1. November 2016                               schriftlich und begründet beim Präsidenten
                                                                                                     des Ärztlichen Bezirksvereins Bern Regio
                                                                                                     eingereicht werden. Nach Ablauf der Frist
                                                Guido Pfister, Facharzt für Allgemeine Innere
                                                                                                     entscheidet der Vorstand über die Aufnahme
                                                Medizin, FMH, spez. Geriatrie, 6214 Schen-
                                                                                                     der Gesuche und über die allfälligen
                                                kon, angestellt in Praxis in Menziken seit
                                                                                                     Einsprachen.
                                                3. Oktober 2016

                                                Nathalie Plangger, Fachärztin für Kinder- und
                                                Jugendmedizin, FMH, 8953 Dietikon, ange-             Ärztegesellschaft des Kantons Luzern
                                                stellt in Praxis in Wettingen seit 1. November       Zur Aufnahme in unsere Gesellschaft Sektion
                                                2016                                                 Stadt haben sich gemeldet:

                                                Rahel Stengl, Fachärztin für Allgemeine              Romana Goette, Fachärztin für Radiologie,
                                                ­Innere Medizin, 5212 Hausen, Praxiseröff-           Hirslanden Klinik St. Anna Luzern, Institut
                                                 nung in Praxisgemeinschaft in Baden                 für Radiologie und Nuklearmedizin,
                                                 seit 11. Oktober 2016                               St. Anna-Strasse 32, 6006 Luzern

BULLETIN DES MÉDECINS SUISSES – SCHWEIZERISCHE ÄRZTEZEITUNG – BOLLETTINO DEI MEDICI SVIZZERI     2016;97(49–50):1715–1716
FMH Nouvelles du corps médical                                                                                                                 1716

Jochen Freiherr von Eckardstein-Rebig,            Michèle Dias, Fachärztin für Oto-Rhino-­             Preise / Prix / Premi
Prak­tischer Arzt, ab 1. Januar 2017: Praxis      Laryngologie, Tätigkeit: HNO-Praxis Sursee,          Giuseppe-Sciacca-Preis
Gruppe E ­ bikon, Sagenhofstrasse 1, 6030 Ebi-    Dr. med. Andreas Infanger, Spitalstrasse 16 b,       Aristomenis Exadaktylos gewinnt den
kon                                               6210 Sursee                                          Giuseppe-Sciacca-Preis für Medizin.
                                                                                                       Aristomenis Exadaktylos ist Direktor des
                                                  Einsprachen sind innert 20 Tagen nach der            Notfallzentrums am Universitätsspital Bern.
Balthasar L. Hug, Facharzt für Allgemeine
                                                  Publikation schriftlich und begründet zu             Er hat dank seiner internationalen Erfahrung
­Innere Medizin, FMH, ab 1. Januar 2017: Luzer-
                                                  richten an: Ärztegesellschaft des Kantons            ein beeindruckendes Netzwerk von jungen
 ner Kantonsspital Luzern, Leitender Arzt,
                                                  Luzern, Schwanenplatz 7, 6004 Luzern                 Fachleuten auf dem Gebiet der Notfallmedi-
 Spitalstrasse, 6000 Luzern 16
                                                                                                       zin aufgebaut. So gründete er unter anderem
                                                                                                       das International Centre for Excellence in the
                                                                                                       Emergency Medicine (CEEM) – eine interna­
Zur Aufnahme in unsere Gesellschaft Sektion                                                            tionale Plattform für die Zusammenarbeit
Gäu haben sich gemeldet:                                                                               zwischen Notfallkliniken insbesondere
                                                                                                       südlicher und südosteuropäischer Länder.
                                                                                                       Der jährlich vergebene Giuseppe-Sciacca-
Gabriele Zimmermann, Fachärztin für Psych­
                                                                                                       Preis würdigt weltweite Spitzenleistungen
iatrie und Psychotherapie, Tätigkeit: Praxis
                                                                                                       in verschiedenen Disziplinen. Aristomenis
für Psychiatrie und Psychotherapie, Josef-
                                                                                                       Exadaktylos wurde mit dem Spezialpreis
Müller-Weg 1, 6210 Sursee
                                                                                                       der Jury gewürdigt.

BULLETIN DES MÉDECINS SUISSES – SCHWEIZERISCHE ÄRZTEZEITUNG – BOLLETTINO DEI MEDICI SVIZZERI       2016;97(49–50):1715–1716
Vous pouvez aussi lire
DIAPOSITIVES SUIVANTES ... Annuler